PATLOTCH / NOUVELLE THÉORIE du COMMUNISME et de la RÉVOLUTION

LA CONSTITUTION EN CLASSE CONTRE LE CAPITAL DES LUTTES PROLÉTARIENNES, FÉMINISTES, DÉCOLONIALES et ÉCOLOGISTES
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» ANTISÉMITISME, SIONISME, antisionisme... Identité juive... UJFP, JJR...
Aujourd'hui à 5:44 par Patlotch

» 9 - QUE SE PASSE-T-IL ? hypothèses et validations empiriques... Quelles contradictions, quelle dynamique historique ?
Hier à 19:36 par Patlotch

» les "BLANCS" forment-il une 'race' à part ? Whiteness ? BLANCHITÉ ? BLANCHITUDE ?... le COLORISME... le 'RACISME ANTI-BLANCS'
Hier à 19:29 par Patlotch

» au-delà du vrai et du faux, tragique comédie
Hier à 15:46 par Patlotch

» 8. poèmes, fables et contes pour en causer
Hier à 15:20 par Patlotch

» la VIOLENCE venue dans la "CONTRE-RÉVOLUTION" CAPITALISTE...
Hier à 12:41 par Patlotch

»  "GREAT BLACK MUSIC"... pour "double paire d'oreilles"
Hier à 10:28 par Patlotch

» 0. un livre ? Une théorie est apparue... Diffusion, réception... débats ?
Lun 20 Nov - 22:49 par Tristan Vacances

» MARXISME DÉCOLONIAL / des marxistes s'inspirent de la pensée décoloniale
Lun 20 Nov - 21:16 par Patlotch

» de LA MARCHANDISE EN SA FABRIQUE, avec ou sans FÉTICHISME, au TRAVAIL LIBÉRÉ par le COMMUNISME
Lun 20 Nov - 10:05 par Patlotch

» les visites du forum : provenance, sujets les plus actifs et les plus lus
Dim 19 Nov - 20:27 par Patlotch

» VA-SAVOIR : chronique à la com, la dialectique du quotidien en propotion magique
Dim 19 Nov - 13:17 par Patlotch

» la DOMINATION MASCULINE en FRANCE : machisme, travail, domesticité, violences...
Dim 19 Nov - 12:17 par Patlotch

» la DOMINATION MASCULINE dans le monde : un MACHISME STRUCTUREL
Dim 19 Nov - 11:54 par Patlotch

» 5. LA CONSTITUTION EN CLASSE POUR LE COMMUNISME : quel sujet révolutionnaire ?
Dim 19 Nov - 9:18 par Patlotch

» CAPITALISME et RELIGIONS, histoire et présent d'un mariage de raisons
Dim 19 Nov - 8:47 par Patlotch

» des LUTTES dans la CRISE : GRÈVES, OCCUPATIONS, BLOCAGES, MANIFESTATIONS...
Sam 18 Nov - 23:13 par Patlotch

» LITTÉRATURE INDISCUTABLE : bonnes pages et mauvais esprits
Sam 18 Nov - 22:48 par Patlotch

» EXTIMITÉ, les confessions de Patlotch : un rapport aux autres et au monde
Sam 18 Nov - 19:43 par Patlotch

» DÉCOLONISER le MARXISME, l'ANARCHISME, l'ULTRAGAUCHE et la "COMMUNISATION"... Histoire et nécessité actuelle d'un clivage, pour en finir avec les dogmes universels eurocentrés
Sam 18 Nov - 17:03 par Patlotch


Partagez | 
 

 LA RÉVOLUTION COMMUNISTE SERA ÉCOLOGISTE OU NE SERA PAS (écologie et marxisme)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Patlotch



Messages : 1018
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: LA RÉVOLUTION COMMUNISTE SERA ÉCOLOGISTE OU NE SERA PAS (écologie et marxisme)   Mer 4 Oct - 15:43


le concept de nature ne coule pas de source
mais la sécheresse met le feu

je poursuis, dans le sujet ÉMEUTES, typologie formes/contenus..., l'alternance d'informations proprement dites, de théorisations et débats. Entre les deux, des études, comme celle-ci. Pas de quoi faire une typologie systématique des émeutes, mais assez pour en constater des circonstances de déclenchement et noter qu'elles concernent des situations où sont menacées en proportions variables la vie humaine et celle de son environnement, la "nature"

lier "ère des émeutes", comme vision partielle, et écologie, n'avait rien d'évident, la sécheresse le fait


LA SÉCHERESSE EST BEL ET BIEN SOURCE D'ÉMEUTES
Yves Sciama Sciences et vie  03 oct 2017

Pour la première fois, une étude établit un lien statistique entre les conditions météorologiques et les troubles sociaux en Afrique. De quoi espérer un jour, mieux anticiper les conflits.


Sécheresse ©️ Markus Spiske/Flickr/CC-BY-2.0

Citation :
Guerre en Syrie, au Soudan, Printemps arabe.... le lien entre sécheresse et troubles politiques avait déjà été fait par des analystes. Mais jusqu'ici, ce constat était uniquement empirique. Pour la première fois, une étude vient d'établir un lien statistique fort entre données météorologiques et conflits sociaux.

Une équipe, dirigée par le chercheur français Jeremy Lucchetti, de l'Université de Genève, a eu l'idée de croiser la base de données SCAD (qui recense avec précision la date et la localisation de 1800 troubles sociaux en Afrique), avec un indice de sécheresse mensuel, le SPEI (qui fait la différence entre les précipitations et l'évaporation sur des carrés de 50 km de côté).

Un mois de sécheresse augmente de 10% la probabilité d'émeute


Le résultat est remarquablement net : un mois de sécheresse suffit à augmenter de 10% la probabilité d'émeute. Si l'on ajoute certains facteurs aggravants comme la densité de la population, l'absence de réserve d'eau (lac ou fleuve), et la coexistence d'ethnies, la probabilité s'accroît de 50%. Et dans les régions les plus agricoles, la probabilité est carrément... triplée (+ 300%).

Mieux identifier les périodes et les zones à risque

« Le fait d'utiliser des bases de données que l'on puisse soumettre à des tests statistiques nous a été utile pour convaincre l'ONU, plutôt sceptique au départ, de la véracité de ce lien, commente Jérémy Lucchetti. Cette recherche a une utilité pratique - elle permet d'identifier des périodes et des zones à risque, et donc des priorités d'action. »

Ces travaux mêlant météorologie et sciences sociales ouvrent de nombreuses pistes de recherches complémentaires. Par exemple, ils pourraient révéler quelles pratiques ou réponses permettent d'éviter des troubles en dépit de mauvais indicateurs de sécheresse.

Les chercheurs, qui ont d'abord testé leur démarche sur l'Afrique subsaharienne, parce que c'est une région agricole dotée de structures étatiques fragiles, veulent désormais voir dans quelle mesure cette corrélation tient dans des régions plus développées. Ils démarrent une étude en Inde, où les structures sociales sont plus contrastées.

en somme, c'est encore un champ où plusieurs facteurs sont liés sans qu'on puisse les présenter comme une "dialectique" de circonstances séparées dans la réalité, que la théorie devrait "articuler". Ici l'on vérifie que « la nature n'existe pas » en dehors du rapport activité humaine-nature biologique, qu'elle n'est qu'une production sociale historique

ailleurs on vérifiait qu'il est impossible, si l'on prend en compte le facteur quantitatif, de séparer critique du genre (domination masculine structurelle et sociétale), critique décoloniale et rapports sociaux capitalistes, tout simplement parce qu'aucune lutte réelle massive et durable ne le fait, si l'on en sort celles qui n'ont qu'un caractère militant et intermittent qui en sont un reflet politique assez réducteur

ici, le lien d'une situation et d'un contexte particulier au capital ne produit pas une lutte prolétarienne - peut-on dire sous-prolétarienne ? -, mais qui met néanmoins en jeu la totalité de ce mode de production en tant qu'il détruit le vivant, lutte qui porte donc une dimension immédiatement universelle (voir pour un UNIVERSALISME PLURIVERSEL, le communisme universel !)

le tissage de ces luttes particulières ne se fait pas en descendant de l'idée d'un communisme universel, mais à partir de leurs contextes mêmes. C'est en ceci qu'elles produisent leur propre théorie générale, et contiennent la possibilité de l'émergence d'une classe révolutionnaire globale

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Patlotch



Messages : 1018
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: LA RÉVOLUTION COMMUNISTE SERA ÉCOLOGISTE OU NE SERA PAS (écologie et marxisme)   Mer 1 Nov - 18:25


quelques notes très générales au fondement de ce sujet dans le cadre de la quête d'une nouvelle classe antagonique au capital, au-delà du prolétariat...

1) d'abord concernant le caractère "bourgeois" ou pas de l'écologie, question qu'on a pu poser aussi à la science en général

si je prends la définition la plus générale...

CNRTL a écrit:
1. Science qui étudie les relations entre les êtres vivants (humains, animaux, végétaux) et le milieu organique ou inorganique dans lequel ils vivent. Le siècle se termine avec les grands traités (...) qui ouvrent les voies à l'écologie ou science de l'action du milieu sur les êtres vivants (Hist. gén. sc.,t. 3, vol. 1, 1961, p. 440). L'écologie des protozoaires est déjà bien étudiée; le peuplement des divers biotopes (terre, mer, eau douce) et les adaptations morphologiques caractéristiques de chacun d'eux ont été analysés par de nombreux chercheurs (Hist. gén. sc.,t. 3, vol. 2, 1964, p. 672:
Connaître l'écologie des plantes fruitières présente un intérêt double : − d'une part, cette science fournit d'utiles indications pour l'implantation des espèces et variétés en dehors de leurs centres originels. Ainsi, le pommier, originaire de régions élevées, croît particulièrement bien en altitude. Boulay, Arboric. et prod. fruit.,1961, p. 25.

2. P. ext. Étude des conditions d'existence et des comportements des êtres vivants en fonction de l'équilibre biologique et de la survie des espèces. On parle aussi parfois d'une biogéographie écologique ou écologie de la distribution géographique (Hist. gén. sc.,t. 3, vol. 2, 1964, p. 682).

B.− P. anal., Sc. Soc. [En parlant de communautés humaines] Études des relations réciproques entre l'homme et son environnement moral, social, économique.

... je n'ai pas de raison d'attribuer à l'écologie un contenu idéologique ou un autre, mais même en en restant à son statut de science, dans le capitalisme aucune n'est neutre ou du moins utilisée de façon neutre. Si l'on déborde dans le champ politique, c'est encore pire (voir les rubriques de ÉCOLOGIE, écologie et marxisme, écologie révolutionnaire, luttes écologiques...

partant de la définition de l'écologie comme « [étude des] relations entre les êtres vivants (humains, animaux, végétaux) et le milieu organique ou inorganique dans lequel ils vivent », il est parfaitement légitime d'envisager la possibilité d'une écologie révolutionnaire, qui ne se réduirait pas à l'étude de ces relations, mais à leur transformation, puisque je pars de l'idée qu'il n'y a pas de rapports de l'humain à la nature qui ne soit historique et social, donc soumis aujourd'hui aux lois du capitalisme

2) ce qui m'amène à une deuxième remarque : au sens des interactions entre l'exploitation capitaliste et les dominations engendrées ou modifiées par ce mode de production, une approche communiste de "l'intersectionnalité" doit intégrer la dimension écologique, et ce tout en restant"fidèle" à Marx :


« La production capitaliste ne développe la technique et la combinaison du procès de travail social
qu’en ruinant dans le même temps les sources vives de toute richesse : la terre et le travailleur »


Karl Marx, Le Capital, livre 1

on peut donc de ce point de vue considérer que l'intersectionnalité à trois têtes classe/genre/race relève dans notre approche d'un réductionnisme anthropocentriste. Au demeurant, celui-ci affecte les approches universitaires bien davantage que les luttes elles-mêmes, dont les dimensions décoloniales, anticapitalistes et féminines sont massivement croisées, notamment contre l'extractivisme ou dans les luttes des "sans-terre"

voir 2 novembre : intersectionnalité : abandonner ce concept et sa méthodologie formaliste et anti-dialectique

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Patlotch



Messages : 1018
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: LA RÉVOLUTION COMMUNISTE SERA ÉCOLOGISTE OU NE SERA PAS (écologie et marxisme)   Sam 4 Nov - 5:36



Citation :
Nature, money, work, care, food, energy, and lives: these are the seven things that have made our world and will shape its future. In making these things cheap, modern commerce has transformed, governed, and devastated Earth. In A History of the World in Seven Cheap Things, Raj Patel and Jason W. Moore present a new approach to analyzing today’s planetary emergencies. Bringing the latest ecological research together with histories of colonialism, indigenous struggles, slave revolts, and other rebellions and uprisings, Patel and Moore demonstrate that throughout history, crises have always prompted fresh strategies to make the world cheap and safe for capitalism. At a time of crisis in all seven cheap things, innovative and systemic thinking is urgently required. This book proposes a radical new way of understanding—and reclaiming—the planet in the turbulent twenty-first century.

La nature, l'argent, le travail, les soins, la nourriture, l'énergie et la vie: ce sont les sept choses qui ont fait notre monde et qui façonneront son avenir. En rendant ces choses bon marché, le commerce moderne a transformé, gouverné et dévasté la terre. Dans une histoire du monde en sept choses bon marché, Raj Patel et Jason W. Moore présentent une nouvelle approche pour analyser les urgences planétaires d'aujourd'hui. Apportant les dernières recherches écologiques avec les histoires du colonialisme, les luttes indigènes, les révoltes d'esclave, et d'autres rébellions et soulèvements, Patel et Moore démontrent que tout au long de l'histoire, les crises ont toujours suscité de nouvelles stratégies pour faire le monde bon marché et sûr pour le capitalisme. À un moment de crise pour les sept choses bon marché, une pensée innovante et systémique est nécessaire et urgente. Ce livre propose une nouvelle façon radicale de comprendre — et de revendiquer — la planète au XXIe siècle turbulent.

Jason W. Moore is an environmental historian and historical geographer at Binghamton University, where he is associate professor of sociology. He is author or editor, most recently, of Capitalism in the Web of Life (Verso, 2015), Capitalocene o Antropocene? (Ombre Corte, 2017), Anthropocene or Capitalocene? Nature, History, and the Crisis of Capitalism (PM Press, 2016)

Raj Patel : Stuffed and Starved : The Hidden Battle for the World Food System, Melville House Publishing, 2008, The Value of Nothing : How to Reshape Market Society and Redefine Democracy, Picador, 2010

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
LA RÉVOLUTION COMMUNISTE SERA ÉCOLOGISTE OU NE SERA PAS (écologie et marxisme)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Les OGM, une seconde Révolution Verte. Sera-t-elle aussi meurtrière ?
» PCF : Parti Communiste Français
» Documentaire: Darwin (R)évolution.
» Révolution pacifiste en Islande ??
» Le père Toulorge sera béatifié

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PATLOTCH / NOUVELLE THÉORIE du COMMUNISME et de la RÉVOLUTION :: MONDE ACTUEL, LUTTES, ANALYSES et THÉORISATIONS :: PENSER le MONDE et les LUTTES : refondation d'ensemble :: livre et nouvelle théorie : LUTTE d'une CLASSE pour une RÉVOLUTION COMMUNISTE-
Sauter vers: