PATLOTCH / COMMUNISME / un ART de la RÉVOLUTION

LA CONSTITUTION EN CLASSE CONTRE LE CAPITAL DES LUTTES PROLÉTARIENNES, FÉMINISTES, DÉCOLONIALES, ÉCOLOGISTES... et POÉTIQUES !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» la DOMINATION MASCULINE dans le monde : un MACHISME STRUCTUREL
Aujourd'hui à 2:50 par PEUTÊTRE

» MICROCOSME, roman initiatique, en 7 chapitres de 12 épisodes quotidiens
Aujourd'hui à 2:36 par Patlotch

» notes parallèles à MICROCOSME, roman initiatique...
Hier à 19:50 par Admin

» DES RIENS DU TOUT
Hier à 17:45 par PEUTÊTRE

» UN DISCOURS "DE CLASSE" (?) EUROPÉISTE et RACISTE ? L'idéologie française en versions anti-système ultra-gauche-droite
Hier à 11:28 par PEUTÊTRE

» 1968 ANNÉE révolutionnaire pour le CAPITAL : documents, récits, et considérations théoriques
Hier à 11:07 par PEUTÊTRE

» LA RÉVOLUTION COMMUNISTE SERA ÉCOLOGISTE OU NE SERA PAS (écologie et marxisme)
Hier à 10:26 par PEUTÊTRE

» "le PRÉCARIAT définit le SALARIAT" : 25% des travailleurs du monde ont un emploi stable / travail et anti-travail
Hier à 10:14 par PEUTÊTRE

» LES MURS ONT LA PAROLE : SLOGANS DE NOS JOURS (ET NUITS)
Jeu 21 Juin - 22:52 par PEUTÊTRE

» MACRONISME, ÉTAT français et RESTRUCTURATION de la géoéconomie du CAPITAL
Mar 19 Juin - 10:53 par PEUTÊTRE

» LA NOUVELLE GAZETTE DES VANNES (Franzoseur Zeitung)
Mar 19 Juin - 8:01 par PEUTÊTRE

» sur l'OCCIDENT, son histoire, son concept, et sa CRISE dans celle du capitalisme
Mar 19 Juin - 6:47 par PEUTÊTRE

» 'RACES' et rapports de CLASSES, racisme structurel ou systémique, racisme d'État... (Black Lives Matter...)
Mar 19 Juin - 6:05 par PEUTÊTRE

» au-delà du vrai et du faux, tragique comédie
Mar 19 Juin - 5:48 par PEUTÊTRE

» LIVRES de TRAVERSES
Lun 18 Juin - 12:37 par PEUTÊTRE

» COMMUNISME(S), RELIGION(S), FOI et CROYANCES, renvoi à l'étude et suites
Sam 16 Juin - 18:01 par PEUTÊTRE

» 1968 POÈMES et SLOGANS, AFFICHES, ARTS et LUTTES... UNE POÉTIQUE RÉVOLUTIONNAIRE ? (tour d'horizons et debriefing théorique)
Sam 16 Juin - 14:35 par PEUTÊTRE

» JOHNNY HALLYDAY, ROCK FRANÇAIS et IDÉOLOGIE POLITIQUE du MACRO N' POPULISME
Sam 16 Juin - 12:26 par PEUTÊTRE

» PRINTEMPS 2018, la convergence sans luttes vers les vacances, chronique et théorie
Jeu 14 Juin - 19:37 par PEUTÊTRE

» ISLAM, un ennemi idéal : « EUX » et « NOUS »... l'«ISLAMOPHOBIE» en questions
Jeu 14 Juin - 13:38 par PEUTÊTRE


Partagez | 
 

 LIVRES de TRAVERSES

Aller en bas 
AuteurMessage
Patlotch



Messages : 1565
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: LIVRES de TRAVERSES   Mer 25 Avr - 15:10


Blacks turn Red ou Nancy Cunard et le communisme noir
Pascale Fautrier Blog Médiapart 23 avril 2018

« On connaît en France Nancy Cunard surtout »... pour avoir été l’amante du jeune Aragon, lequel, en 1960, poursuivait dans Les Lettres françaises : « Et on ne pourra faire, sans parler d’elle, l’histoire intellectuelle d’une part de ce siècle ». De fait, la belle anglaise émancipée, icône des « années folles », mérite mieux que l’oubli dans lequel son nom est tombé.




Citation :
La réédition de la Negro Anthology en fac-similé est un événement éditorial et dans le champ des idées s’inscrivant dans l’histoire du panafricanisme.(Une version plus courte de ce billet a été publié jeudi dans L'Humanité).

Poétesse publiée par Leonard et Virginia Woolf, éditrice de Beckett ou Ezra Pound, grand reporter pendant la guerre d’Espagne, traductrice, elle a contribué en outre d’une manière magistrale à l’« l’histoire du panafricanisme » en publiant en 1934 Negro Anthology, « synthèse majeure, unique et originale de la diversité des discours scientifiques, politiques et culturels des Noirs et sur les Noirs dans les années 1930 », dans le but de « montrer, démontrer que le préjugé racial ne repose sur aucune justification », que les Noirs, américains, africains, européens, ont derrière eux une « longue histoire sociale et culturelle » (Sarah Frioux-Salgas).

Pour l’éditeur, Cyrille Zola-Place, rééditer cette œuvre-monument vaut manifeste : la défense d’une pratique d’écriture à la fois politiquement engagée et formellement inventive, décloisonnant les genres, et « engageant » le lecteur à la lutte contre toutes les formes de discrimination, sans imposer un cadre idéologique rigide. De fait cette anthologie panoptique a le mérite de faire entendre des voix très discordantes, les unes portant parfois des jugements très sévères sur les autres à quelques pages de distance. N. Cunard déclare par exemple : « L’ordre mondial communiste est la solution au problème noir », et consacre un chapitre au candidat du Parti communiste américain à la vice-présidence des Etats-Unis en 1932. Les leaders noirs américains plus modérés sont vertement attaqués, mais leurs textes tout de même publiés. Ces 872 pages abondamment illustrées sont loin de se réduire à ces polémiques : formidable montage poético-politique, « patchwork de couleurs et de rythmes qui miment les improvisations du jazz » (Mamadou Diouf), s’y trouvent mêlés la culture populaire et les essais universitaires, des extraits de journaux ou d’ouvrages, discours politiques, affiches, témoignages, traités historiques, récits d’esclaves, comptes-rendus de jugements, partitions musicales, photographies, dessins, statistiques, poèmes, tracts.



©️ Nancy Cunard et Henry Crowder dans l’imprimerie des éditions Hours Press,
15 rue Guénégaud, Paris, 1929-1930

Pour cette « grande fille du temps » (Aragon), le passage des frontières n’est pas une pose esthétique mais un mode de vie, une éthique, une politique. Aussi parce qu’elle ne tient pas en place : sa radicalité et sa fureur à transgresser les limites ne sont pas seulement inspirés par de bons sentiments.  Héritière d’une famille d’armateurs, Nancy Cunard « félonne et féline », appartient à cette haute société anglaise, dont la « mission civilisatrice », colonialiste et raciste, vacille sur ses bases après la guerre de 14, et qui cherche à renouveler son universalisme impérialiste en intégrant des « aires culturelles autrefois subalternes » (M. Diouf). Il y a chez cette nouvelle convertie à « l’internationalisme noir en marche », toute la désinvolture aisée des riches qui se déclarent volontiers hors la loi parce qu’ils la font. Dans la solitude d’un éclatant narcissisme, elle prend néanmoins le risque, contre les siens, du désir de fraternité, imposant à sa mère, Lady victorienne, son amour pour Henry Crowder, pianiste africain-américain, qui joua un rôle déterminant dans la constitution de cette anthologie. La comédie que cette femme brillante s’est jouée à elle-même atteint une grandeur sublime dans sa poésie, republiée par le même éditeur : « Moi, la parfaite étrangère,/ hors caste et hors la loi de l’existence,/ fidèle à une seule règle, une logique personnelle qui ne se dilue dans rien, ni ne se plie aux règles générales ; inflexible, et le sachant de longue expérience » [1].

[1] Nancy Cunard, Parallaxe, Nouvelles Editions Place, 2016, p. 85.




Wikipedia peut bien présenter Henri Crowder « an important figure in the European jazz culture of his time », rien n'est dit des orchestres dans lesquelles il a joué, ni d'aucun enregistrement

je n'en ai trouvé trace que dans un disque du violoniste Eddie South en 1927-28


Question


à lire aussi, très documenté :

Introduction « L’Atlantique noir » de Nancy Cunard, Negro Anthology, 1931-1934
Sarah Frioux-Salgas Gradhiva, 19 | 2014, 4-29




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patlotch



Messages : 1565
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: LIVRES de TRAVERSES   Sam 28 Avr - 9:15


par livres de traverses, j'entends des livres, qu'ils soient des essais ou des romans, qui traversent les thèmes du forum, et plus précisément les rapports de classes, de 'races' et de genre. La croisade solitaire le fait au plus haut point atteint au milieu du XXè siècle. Importé du sujet LITTÉRATURE INDISCUTABLE : bonnes pages et mauvais esprits, 10 janvier 2018



je viens de (re)lire La croisade solitaire, de Chester Himes 1947, initialement traduit en 1952 sous le titre La croisade de Lee Gordon.

Richard Wright a écrit:
Comme la plupart des romans américains contemporains, La croisade solitaire est écrit avec le plus absolu souci de réalisme, donnant une version cruelle des faits, sans excuses, ni concessions. J'affirme très nettement que ces pages sont les premières à donner une peinture d'une indubitable authenticité quant aux rapports entre les Noirs, les communistes et les syndicats. L'attitude raciste du prolétariat américain choquera sans doute le lecteur français. Mais il ne faut pas oublier que les syndicalistes américains sont des hommes comme les autres, qu'ils ont en partage les qualités et les défauts d'une nation jeune, mal dégrossie, violente et désordonnée qui n'a pas encore bien conscience d'elle-même et qui, à bien des égards, peut à peine être appelée "nation" tant sont vastes et diverses ses réalités sociales, raciales et géographiques. Dans La croisade solitaire, l'Amérique ne nous est pas dépeinte par un propagandiste à la solde de l'État ni par un prophète inspiré de Dieu, mais par un jeune artiste noir dont la seule passion est de dire la vérité telle qu'il la voit et la sent. Ce livre [...] n'est ni anti ni procapitaliste : il est tout simplement humain. J'en recommande vivement la lecture aux Français qui désirent enfin être éclairés sur une phase cruciale de la vie américaine.

c'est la biographie de Himes par l'excellent James Sallis (2002) qui m'a donné l'envie de le relire

James Sallis « Par ses romans de littérature générale, par sa présence même et l'exemple qu'il montra, Chester Himes mérite amplement une place aux côtés des grands écrivains de son temps : Richard Wright, Ralph Ellison, James Baldwin. »



roman très singulier dans l'œuvre de Himes, la lecture en est éprouvante, et très étonnamment actuelle relativement à ce qu'on appelle les rapports de classe, genre, et race, du moins sur le plan psychologique où ils sont ausculter in vivo sous tous les angles. Cela a davantage vieilli concernant le contexte social et politique, qui remonte à 70 ans, mais reste passionnant concernant les rapports entre le PC américain et le syndicalisme. L'opportunisme sans rivages de dirigeants et militants communistes est absolument repoussant, et ça, constatons que ça n'a guère changé

en voici la critique la plus intéressante que j'ai trouvée



les citations sont de la traduction de 1952
MT Kawengé a écrit:
Chester Himes a trop morflé pour avoir la pudeur ou le romantisme des combats héroïques. Il avait suffisamment d’audace désespérée pour tremper les mains dans la complexité des êtres, aussi merdique et boueuse fusse-t-elle. Peu lui importait qu’on ne soit pas « entre nous », peu lui importait de plaire, d’être stratégique ou de coller à un programme idéologique. Il écrivait avec l’énergie convulsée des nausées violentes, la rage impuissante des dernières cartouches et l’humour des naufragés. A 38 ans, en 1947, c’est un homme profondément blessé qui crachera La Croisade de Lee Gordon à la face de l’Amérique et recevra un accueil unanimement réprobateur :

« Tout le monde haïssait ce livre …. La gauche le haïssait, la droite le haïssait, les juifs le haïssaient, les noirs le haïssaient » [1]

De cette œuvre courageuse, dense, torturée qui valut à Himes les qualificatifs de « raciste » « psychotique » ou « contre-révolutionnaire », Richard Wright écrivit en préface :

« J’affirme très nettement que ces pages sont les premières à donner une peinture d’une indubitable authenticité quant aux rapports entre les noirs, les communistes et les syndicats. […] C’est une cruelle mise à nu du Noir, du parti communiste, du syndicalisme et des sentiments négrophobes du prolétariat américain. »

Comme dans son livre précédent, S’il braille, lâche-le, Himes y peint le racisme asphyxiant, pendant la Seconde Guerre mondiale, à Los Angeles, dévoilant les coulisses de l’union sacrée américaine. A travers l’histoire de Lee Gordon, organisateur noir dans un syndicat embauché pour amener d’autres noir-e-s à se syndiquer, il montre une autre guerre. Presque perdue d’avance celle-là. Contre le fascisme et le racisme américains. Contre les manipulations, la rigidité et l’hypocrisie des prétendus alliés de gauche. Contre la politique de terreur raciale et les névroses qu’elle provoque.

Himes montre aussi comment frustration raciale, sexisme et virilisme s’imbriquent pour faire de son personnage un homme noir dominé et un dominant, bourreau de la femme noire avec qui il partage sa vie. Femme noire dont Himes se révèle pourtant bien incapable d’accueillir la colère et la révolte dans son œuvre…

Précieux et unique, La croisade de Lee Gordon brille encore, toujours ; d’une lumière gênante, de l’éclat des vérités inacceptables. Un peu comme les œuvres de James Baldwin, beaucoup plus riches en amour mais tout aussi libres du dogmatisme des œuvres à programme.

« Without victory at home »

« Mais pour nous les noirs américains, une victoire au loin sans victoire chez nous n’est-elle pas une imposture, vide et dépourvue de signification, qui ne nous rendra pas, plus libre qu’auparavant ? »[2]

Voici la question rhétorique que posait Chester Himes en 1942 dans son article « Le moment c’est maintenant, l’endroit c’est ici ». Sa guerre, Lee Gordon va la mener seul, comme l’indiquait le titre anglais Lonely crusade, trop désespérant peut-être pour les éditeurs français. Une lutte solitaire contre le fascisme à domicile, pour la dignité.

Par les yeux de Gordon, Himes peint le paysage étouffant d’un Los Angeles au cœur de l’effort de guerre. Il dit un racisme anti-japonais asphyxiant, furieusement emmêlé dans la négrophobie. Il dit le racisme à l’embauche et le maintien systématique des noir-e-s dans des postes subalternes alors qu’en même temps l’arrivée massive de blancs sudistes, venus pour travailler dans les usines de guerre, leur rend « la vie impossible »[3].

Viré dès le début de la guerre, Lee Gordon cherche avec acharnement un poste qui soit en accord avec ses exigences et sa dignité. Il se sent littéralement coincé, assiégé. Alors que l’Amérique traumatisée par Pearl Harbour tremble d’une éventuelle invasion japonaise, Lee tremble de la bien réelle invasion Sudiste et ses résurgences d’arbitraire, d’insultes, de lynchages. A l’inverse, la possibilité d’une défaite de l’homme blanc le fascine :

« Avec la logique des désespérés, il s’imaginait que, si les Américains ne voulaient pas de lui, il n’en allait pas de même quant aux Japonais. Il rêvait de les voir débarquer sur la côte de Californie, de se joindre à eux et de les mener à la victoire… Mais il n’ignorait pas que c’était un rêve de déshérité. »

S’il ne rêve pas de Russie c’est que ses anciens amis communistes qui l’avaient harcelé pour qu’il milite, ont retourné leur veste :

« En juin 41, quand l’Allemagne attaqua la Russie, le Comité se transforma en organisme de propagande pro-soviétique. Ceux qui avaient combattu en faveur des minorités raciales prônèrent l’Union nationale contre le nazisme. Les questions de race, de préjugés, d’injustice, de discrimination leur paraissaient désormais mesquines »

Tout au long de La croisade Himes fustigera l’opportunisme des communistes, capables de faire « cause commune avec le capitalisme américain », pour qui la question raciale n’est qu’un instrument stratégique. Le solitaire Lee Gordon, assoiffé de justice, se heurtera aux stratégies politiciennes des partis, des syndicats et de leurs militants. Il dénonce le dogmatisme et les appareils qui instrumentalisent, sacrifient les individus au nom du catéchisme marxiste, de l’ « Idée » et du but final.

Dans S’il braille, lâche le, Himes critiquait déjà l’une des mesures emblématiques de cette période d’hystérie raciale : l’internement de 120 000 américano-japonais dans des camps. Décision scandaleuse censée protéger la nation contre des « ennemis de l’intérieur » étonnamment semblable aux politiques massives d’internement mises en place par l’Europe fasciste au même moment. Décision pourtant largement soutenue, notamment par le PC Américain (CPUSA) qui poussa le zèle jusqu’à exclure du parti des membres américano-japonais. La lutte contre le fascisme fut donc bien sélective :

« - Vous savez que l’antisémitisme se développe aux Etats-Unis de manière effarante ? continua la femme.
- Ah ! vraiment ? Combien de juifs ont été lynchés l’an dernier en Amérique ?
- Pourquoi ? Je n’ai jamais entendu dire qu’on lynchait des juifs.
- Eh bien, six nègres l’ont été, l’an dernier…- oui monsieur Rosie Rosenberg, durant la première année de votre guerre contre le fascisme – et pas un seul juif ! »


En 1943, Himes écrit dans le magazine « The Crisis » de la NAACP sur les émeutes dites Zoot Suit à Los Angeles, qui virent des Marines lyncher en masse des jeunes mexicains. Cet autre exemple d’hystérie collective, mêlant racisme et colonialisme n’était autre qu’une résurgence virile, applaudie par la presse, la police et la population, des lynchages du Ku Klux Klan et autres meutes racistes. Himes concluait ainsi son article:

« Mais le résultat c’est simplement que le Sud a gagné Los Angeles. » [4]

Quinze millions d’individus

« Les Nègres ! [....] je n’aurai jamais du employer un tel terme. Comment essayer de définir en quelques phrases les désirs, les opinions et les qualités de quinze millions d’individus tous différents les uns des autres par leur aspect physique, leur mentalité, leur caractère, leur âme ! » L’expression « les Nègres », prise comme un collectif, lui paraissait obscène. »

Le marronnage idéologique et solitaire contenu dans le roman n’est sans doute pas étranger à la stupeur des critiques. A mesure que Lee Gordon, l’organisateur syndical, reconnaissait son incapacité à représenter, comprendre ou résumer ses semblables, c’est l’image des noirs comme groupe homogène que Himes brûlait. Il jetait au feu les images d’Épinal au profit de l’individualité noire. Il ruinait les espoirs des futurs bergers en proclamant qu’aucun parti, aucun groupe politique ne serait le réceptacle naturel des desideratas des noir-e-s : « Suppose que les nègres préfèrent s’efforcer de devenir capitalistes. » dira Lee, mi-provocateur, mi-sincère.

Malgré des aliénations évidentes et un potentiel de soumission énorme, sa quête de dignité fait de Lee une figure de nègre incontrôlable ; pas souvent glorieux mais définitivement en marronnage. Or l’embauche de Lee comme organisateur syndical est sous-tendue par la prophétie incantatoire qui veut que les noir-e-s, en tant que sous-classe particulièrement exploitée de la classe ouvrière, doivent y jouer un rôle d’avant-garde. Lee doit donc leur montrer la voie :

« ‘Lee, enfonce-toi bien dans la tête que le sort du prolétariat mondial dépend de toi dès aujourd’hui. En effet, à la fin de cette guerre, il calquera son attitude sur celle des ouvriers de chez nous ; les ouvriers américains suivront l’exemple de leurs camarades californiens ; ces derniers seront plus ou moins attachés à leurs syndicats selon que nous réussirons ou non à organiser les travailleurs de la Comstock.’
Lee faillit éclater de rire. »


S’il est évidemment problématique que les organisations progressistes restent majoritairement blanches, Himes montre que chercher à recruter « les noirs » comme une troupe par le biais de représentant-e-s noir-e-s l’est tout autant ; Gordon ou son double maléfique Luther Mc Gregor ont trop conscience qu’on les utilise pour se laisser dissoudre, intégrer. Au fond, nous dit aussi Himes, une organisation progressiste qui reproduit naturellement en ses rangs les mêmes exclusions que le reste de la société… n’est pas vraiment progressiste. Pourquoi Lee inviterait-il alors ses sœurs et frères dans cette galère ?

Encore une fois certaines questions résonnent d’actualité :

« Faut-il vraiment que nous reconnaissions nos amis ? S’ils étaient vraiment nos amis, ils n’auraient pas besoin de nous le dire. »

Lee Gordon qui fut longtemps « le seul nègre de sa classe » retrouve dans son aventure syndicale et politique le même isolement et un puissant racisme structurel auquel le syndicat refuse de s’attaquer. « Oublie cette histoire. » lui dit-on quand un syndicaliste blanc sudiste refuse de lui serrer la main. Himes dresse le portrait de gauchistes qui ignorent les urgences de noir-e-s constamment dans la survie. Qui méconnaissent bien trop le poids quotidien du harcèlement raciste pour ne pas minorer son caractère destructeur, et leurs propres actes racistes :

« Lee s’arrêta net en voyant le paquet de tabac qu’ouvrait Rosie. La marque inscrite en grosses lettres lui fit l’effet d’une injure : chevelure de Moricaud.
‘Il est bon ce tabac ?’ demanda Lee.
Rosie répondit sans le moindre embarras : ‘Il est surtout bon marché. Nous avons empêché le fabricant d’utiliser cette marque, et comme il en avait un stock important, nous l’avons racheté au rabais pour notre usage personnel.’
Une femme qui avait vu la marque, elle aussi, dit d’un ton conciliant : ‘Il ne faut pas vous désoler à cause de vos cheveux. Tout le monde ne peut pas en avoir de beaux et ça ne change rien à votre personnalité.
-Mais oui, ces cheveux sont ceux que l’évolution dialectique de la matière m’a accordés, répondit Lee. »


Entre agression, incompréhension et bons sentiments Chester Himes décrit à merveille l’expérience déprimante de l’incommunicabilité du vécu racial. Il dit l’usure des capacités pédagogiques, la perte du sens dans un cadre militant. Il dessine en lettres amères l’impossible énergie qu’il faut pour expliquer ce que l’on est, ce que l’on vit, ressent ; et pour faire vaciller la bonne conscience anti-raciste.

« Alors Lee éprouva le sentiment désespérant d’être un fou perdu dans un monde fou, un idiot parmi d’autres idiots qui parlent tous une langue différente, qui ne peuvent pas se comprendre. »

Soixante-cinq ans plus tard, tout cela nous semble encore désagréablement familier. La formidable levée de bouclier qui accompagna la sortie du livre de Himes n’était que l’écho du refus d’entendre. Pour les autoproclamés progressistes, la franchise, leur racisme dans le miroir, l’échappée sur le terrain de la psychologie et des affects est toujours vécue comme une trahison politique. Les autoroutes du dogmatisme et du militantisme refusent fondamentalement d’être coupées ou juste détournées par la souffrance des individus ; mieux vaut l’écraser. Dans l’espace du roman, Lee, symptôme dérangeant d’une pathologie raciale américaine doit être éliminé. Himes sera littéralement poussé à quitter une Amérique qui ne pouvait s’accommoder de son regard sans concession.

Chester Himes sème quand même des graines d’espoir dans la relation qui va se nouer entre Lee et Rosie, le vieux juif communiste. Rosie est suffisamment imprégné de l’oppression raciale pour cheminer vers Lee. Il va modifier son propre comportement et faire largement vaciller l’antisémitisme de dominé qui anime Lee. Rosie est aussi suffisamment communiste pour privilégier la loyauté et la vérité au mépris des injonctions du Parti. De fait, c’est lui aussi un militant incontrôlable, trop juste pour se conformer aux décisions du Parti. Mais au fond la leçon majeure que Rosie tente de partager avec Lee, avec plus ou moins de succès, est la suivante : comment ne pas être un sacrifié de plus de l’oppression raciale.

Le corps de la terreur

La croisade est une errance cauchemardesque et lumineuse dans le corps et l’esprit d’un homme noir que la terreur a plastiqué. Un être condamné, même si son corps bouge encore. Des tics dont il n’a pas conscience, des bégaiements, une paranoïa impossible à maîtriser, un désir de blesser, des rides précoces ; le racisme a empoissonné son corps et son esprit.

Rares sont les œuvres qui n’ont pas la mauvaise foi de cacher comment le terrorisme racial modèle, empêche de sourire, de détendre l’ossature et les muscles. Comment il peut rendre fou.

Pourtant essayer de dire, comprendre n’est pas un luxe … Au grand dam de ceux qui bêlent à longueur de temps « discrimination », « systémique »… Comme si mépriser son corps était bien moins grave que de ne pas obtenir d’emploi. Sans doute aussi qu’il est plus rassurant pour les privilégiés d’imaginer que ma souffrance s’arrêtera quand j’aurai du boulot ; un objectif matériel atteignable et rassurant. Et cette souffrance là, qui m’empêche de rentrer dans le rang salarié, est sans doute plus présentable.

Entamer une réflexion abyssale sur le mal que la suprématie blanche fait à mon/notre corps offre peu d’îlots rassurants pour les coupables qui m’ont traité de singe, ont moqué mon nez, mes lèvres, mes cheveux, la couleur de ma peau.

Chester Himes refusait de neutraliser ce travail de sape raciste en « complexes », « susceptibilités », « tares psychologiques et personnelles » qu’il serait de notre ressort de régler par de l’estime de soi. Il dit la réalité de ces souffrances et les réinscrit dans la mécanique raciste globale qui dynamite les corps, les hypersexualise et s’en joue comme de marionnettes, ordonnant leur dissimulation ou leur dévoilement.

Mais il ne généralise pas, n’enferme pas. Le problème racial résonne en ses personnages de différentes manières. Si Himes n’hésite pas à en amplifier les bruits les plus sombres, chacun reste libre et responsable de ses actes.

C’est au moyen d’un système de doubles de Lee Gordon dans le roman qu’il trace correspondances et dissonances entre les individus. Lester Mc Kinley est un double vieilli et plus amer encore de Gordon. Mentalement perturbé, il est obsédé par le désir de tuer un homme blanc. Mais sa compréhension des mécanismes psychologiques lui permet de mettre en place des stratégies d’évitement. De Luther Mc Gregor, un autre double, le racisme a fait le débrouillard amoral des Signifying Monkey[5] ; qui parle, trahit, manipule et passe à l’acte s’il croit qu’il peut échapper à la punition.

Lee Gordon vit comme ses doubles dans le champ magnétique de la catastrophe et de l’arbitraire. Il l’a croisé plusieurs fois ; renvoyé de son école, renvoyé de sa ville, orphelin de père d’un meurtre raciste. Ces injustices lui ont donné le terrifiant sentiment de la précarité de son existence d’homme noir dans le monde blanc :

« Cette aventure et ses conséquences pesèrent lourdement sur son développement mental. A force de les ressasser, il en conclut que sa culpabilité ou son innocence dépendaient uniquement de la fantaisie des blancs. Dès lors il se sentit menacé à tout instant par un désastre, et la proximité d’un blanc l’épouvanta. »

Cette pression de la catastrophe imminente crée des êtres hypnotisés par le vide « espérant et redoutant à la fois un désastre », travaillés d’une peur surnaturelle face à un pouvoir surnaturel.

Le motif de la contamination par la peur est sans conteste une des grandes réussites du roman. La peur est comme une infection. Lee la transmet même à sa femme. Cette peur emmêle inextricablement méfiance légitime et paranoïa disproportionnée et rend absurde toute tentative d’essayer de distinguer les deux. Cela reste valable aujourd’hui : le règne de l’arbitraire crée des terreurs irrationnelles, surnaturelles ; qu’il est non seulement impossible mais qui plus est malhonnête d’essayer de raisonner. Et ça n’en rend pas le pouvoir moins arbitraire. Les injonctions à la détente ne valent rien quand cet arbitraire montre que pour les nécessités du contrôle social, on peut être tabassé, condamné ou tué même si l’on est innocent.

« Horace R. Clayton sociologue de l’école de Chicago et co-auteur de l’étude qui fit date sur les quartiers Sud de Chicago, Black Metropolis (1945), publia « A Psychological Approach to Race Relations » en 1946. Cet essai tente d’expliquer comment la peur, « sur laquelle l’intégralité du système de contrôle social dans le sud » est basée, et telle qu’elle est consolidée par les lynchages à travers l’espace et le temps, « modèle en profondeur les personnalités » des habitants noirs des villes du Nord qui n’ont probablement jamais vécu en direct la terreur frontale du Sud. »[6]

Clayton s’appuyait sur des exemples de fiction pour appuyer ses analyses dont S’il braille, lâche le : Robert « Bob » Jones tout comme Lee Gordon vit dans la terreur du lynchage. Parce que chaque violence raciale, chaque brutalité policière raciste vise celui/celle qui en est victime mais est aussi un message à ses semblables : la prochaine fois ce sera peut-être ton tour.

Le corollaire des lynchages du Sud des Etats-Unis est le stéréotype de l’homme noir qui viole les blanches et que Himes questionne dans ces deux œuvres.

Rappelons d’abord avec Angela Davis que ce stéréotype était une « arme idéologique » qui justifiait les lynchages et était conçue pour « empêcher les noirs d’aller de l'avant dans l’après-guerre civile et le combat pour la libération et l’égalité »[7].

Dans La croisade de Lee Gordon à travers l’histoire du procès Rasmus Johnson, Himes rappelle à quel point il est aisé de faire condamner un noir pour le viol d’une blanche ; il suffit d’une accusation et l’homme noir est perdu. Son personnage est rappelé à cette réalité après une tentative de viol sur une femme blanche. Puis, nous apprenons qu’il viole très régulièrement Ruth, sa femme noire, qui est, elle, dans une zone de non-droit et de silence.

Himes lève le tabou du viol conjugal et du viol des femmes noires par les hommes noirs. Il ébrèche l’un des grands mensonges entretenus par le stéréotype de l’homme noir violeur, tel qu’il fut immortalisé dans Birth of a nation. Angela Davis expliquait que les mouvements féministes blancs contre le viol avaient été largement inefficaces par le fait que nombre de blanches s’accrochaient au stéréotype raciste selon lequel le danger venait des hommes noirs, alors que statistiquement il y avait plutôt plus de risques que leurs agresseurs soient des hommes blancs.

Pour en revenir aux femmes noires, Himes démonte et dénonce les mécanismes de compensation qui exposent les femmes noires aux violences des hommes noirs en plus des violences que le système, hommes blancs et femmes blanches, leur impose déjà. En bas de l’échelle, Ruth est le seul être sur qui Lee a du pouvoir et il en profite de manière ignoble.

Gordon qui semble mener un combat viril contre l’homme blanc, est habité du lieu commun de l’homme noir émasculé par le racisme. Il perçoit autant les injustices raciales comme des dénis d’humanité que comme des dénis de virilité. Dans sa reconquête forcément sexiste de pouvoir phallique Lee découvre que s’il ne peut vaincre le système raciste il peut contraindre des femmes à reconnaître qu’il est un mâle.

En dénonçant cette attitude, Himes mettait ainsi précocement en lumière ce qui serait critiqué plus tard par les féministes noires notamment, suite au virilisme du Black Power : les luttes d’émancipation des hommes noirs ressemblaient parfois curieusement à une lutte pour récupérer les clés du patriarcat.[8]

Ici, il y a un épisode très révélateur. Ruth gère seule une agression raciste verbale pour ne pas mettre Lee en position d’impuissance ou en demeure d’agir. Lee s’en rend compte et s’en exaspère tellement qu’il finit par la gifler ; voilà le « défenseur » frustré devenu agresseur. L’ambiguïté de Himes tient dans le fait qu’il maintient Ruth dans la naïveté, la passivité et le pragmatisme politiques et une soumission qu’il fait le choix de qualifier de loyauté. Si malgré les coups, les viols, les trahisons, elle continue à « comprendre » Lee c’est que l’auteur l’a enfermée dans le mythe de la femme noire forte et compréhensive. Ce qui assure aussi à Lee une insupportable impunité absolue quant à sa violence sexiste. Ainsi, l’œuvre qui déborde de la colère des hommes noirs est incapable d’accueillir une miette de la colère des femmes noires et de leur désir de justice ; c’est bien là une de ses limites profondément dérangeantes. Ruth se tait systématiquement et nous sommes contraints de nous contenter des « regrets » indécents de l’homme ; c’est inacceptable. L’hyperlucidité semble ici faire sacrément défaut à Himes. De même, on cherchera en vain des pistes sur ce que toutes les violences combinées font au corps de Ruth… Le fait d’ailleurs qu’elle soit la seule femme noire du livre montre bien que pour Himes l’oppression raciale est une affaire qui se passe entre hommes.

Ce n’est sans doute au fond que son propre sexisme, son propre sentiment d’émasculation par le racisme qui l’empêche d’entrevoir une colère des femmes noires qui soit non négociable et qui se convertirait en lutte sans concession contre leurs oppresseurs ; racistes et sexistes. On voit là ses limites…

Conclusion

« À 31 ans j’avais été blessé émotionnellement autant qu’un trentenaire peut le supporter. J’avais vécu dans le Sud, j’étais tombé d’une cage d’ascenseur, j’avais été viré de l’université, j’avais fait une peine de 7 ans et demi de prison, à Cleveland j’avais survécu aux 5 dernières années de la crise ; et j’étais encore entier, complet, en état de marche ; mon esprit était affûté, mes réflexes étaient bons et je n’étais pas amer. Mais sous l’usure mentale des préjugés raciaux à Los Angeles je devins amer et imbibé de haine. »

Ni Chester Himes, ni ses personnages ne sont des héros, loin de là. Trop imparfaits mais aussi trop conscients, trop francs, trop blessés. Avec La croisade, Himes scellait son divorce d’avec l’Amérique. Dans les années 50, il prendrait le chemin d’un exil français, terre où on aimait bien les noir-e-s ; à condition qu’ils fussent américain-e-s, artistes ou sportifs-ves, pas trop nombreux-ses. De loin, Himes continuerait à jeter ses grenades et quelques pétards hilarants et caustiques classés dans la catégorie polar. En 1953, Richard Wright sortait Le transfuge, qui malgré des passages d’existentialisme indigeste, est un écho intéressant à La Croisade. Chester Himes est mort en 1984, en Espagne.

[1] Himes, Chester, « The Quality of Hurt », 1995.
[2] Himes, Chester, « Now Is The Time ! Here Is The Place », « Opportunity », sep. 1942.
[3] Sauf mention, toutes les citations sont extraites de C. Himes, La croisade de Lee Gordon, Livre de Poche, 1952.
[4] Himes Chester, Zoot Riots Are Race Riots, in « The Crisis », jul. 1943
[5] Singe ruseur, personnage récurrent de la culture orale afro-américaine.
[6] Nieland Justus, Everybody’s Noir humanism : Chester Himes Lonely crusade in African-American Review, Vol 43, Automne 2009.
[7] Conférence « The anti rape movment and the struggle against racism », Université de San Diego, 1985.
[8] « Black Macho and the Myth of the Super­woman » de Michelle Wallace publié en 1979 est l’un des livres qui fit le plus de bruit sur la question, même s’il fut amplement critiqué et parfois à juste titre. L’incroyable pièce de Ntozake Shange, «For Colored Girls Who Have Considered Suicide When the Rainbow Is Enuf » sortie en 1975, fut sans conteste une autre des œuvres majeures.

en dehors d'essais et de romans écrits par des femmes noires, je ne vois guère que Franz Fanon pour fouiller les rapports de race, mais il aborde moins que Chester Himes les rapports entre classes et les questions sexuelles



Dernière édition par Patlotch le Lun 4 Juin - 18:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patlotch



Messages : 1565
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: LIVRES de TRAVERSES   Sam 2 Juin - 21:45


être marron au Maroni

comme polar, on pourra le trouver moyen, comme au niveau de l'écriture, du rythme, mais le principal intérêt de ce livre, qui ressort de la catégorie ethno-polar, est la quantité d'informations sur les descendants des "nègres-marrons" de Guyane, regroupés en "tribus" autour du fleuve Maroni, à cheval sur la Guyane française et le Surinam ancienne Guyane hollandaise, et qui ne parlent pas même le même créole


on y vérifie qu'au fil de la longue histoire du marronnage depuis le 17e siècle, la fonction de celui-ci fut très différente du marronnage dans les îles de la Caraïbe et des Antilles françaises, puisqu'il était impossible d'y constituer des communautés durables. Dans les Guyanes, celles-ci sont contraintes de passer des alliances avec les colons d'un pays contre l'autre. Autant dire qu'ils n'étaient pas toujours considérés comme des héros par les esclaves des plantations, mais parfois comme des traîtres (le même phénomène a existé entre tribus indiennes en Amérique du Nord...)

aujourd'hui se pose donc des problèmes de "nationalité" et d'obtention de papiers y compris pour des personnes nées en France mais de parents appartenant à des villages d'un côté ou de l'autre du Maroni

l'intrigue mêle ces questions historiques et actuelles avec les croyances et pratiques magiques encore en vigueur (comme à Haïti ou à Cuba le Vaudou), qui se heurtent aux valeurs de la modernité républicaine. S'y rajoutent les divers trafics, de drogue, d'or... à cheval sur les frontières (de l'autre côté, le Brésil)

au total une introduction plaisante à la compréhension des questions raciales dans un pays encore sous domination coloniale, mais qui ne vivrait pas sans être dépendant, notamment, du fonctionnariat, y compris dans la police et la justice...



2012

Citation :
Sur la rive française du Maroni, en Guyane, une femme et ses 2 enfants sont retrouvés sans vie. Comme endormis dans leurs hamacs. Inexplicablement. En charge de l'affaire, le capitaine Anato débarque dans un village où les coutumes des Noirs-Marrons comptent autant que les lois de la République. Et bien qu'il soit un "originaire", un Guyanais de naissance, le prisme de la métropole où il a grandi retient les secrets du fleuve et ses traditions. Tandis que l'on ordonne les rites funéraires et que le chef coutumier s'apprête à faire parler les défunts, l'enquête officielle entraine le capitaine à la confluence des communautés guyanaises, loin, très loin du fleuve, là où les parias rêvent d'un meilleur destin. De Cayenne aux rives du Suriname, elle le conduira à un orpailleur en deuil, un repris de justice amoureux, une fonctionnaire intransigeante. Mais le ramènera aussi, dans un troublant ressac, aux questions lancinantes qui le hantent depuis le décès accidentel de ses parents et à la compréhension de ses propres frontières.

quelques extraits et avis, glanés ci et là

Citation :
palamede 21 avril 2018
« Il imaginait tous ces étrangers, Surinamiens, Haïtiens, Brésiliens, Dominicains, suspendus dans leurs hamacs de carton, hibernant patiemment dans l'attente des papiers qui leur donneraient enfin une existence officielle sur le territoire français. Chacune de ces couchettes compressées contenait une vie, une histoire. Et l'espoir d'une régularisation. »

Roggy 31 janvier 2017
La plume est un peu scolaire et le style mesuré et précis, mais ces faiblesses sont compensées par l'exploration d'un univers singulier, un pays, la Guyane, un peuple et sa culture. L'approche est pleine de justesse et on ressent le vécu de l'intérieur, l'immersion d'un homme et pas les devoirs bien faits d'un auteur lors d'une recherche.

A mon humble avis il manque juste un peu d'audace, de débordement et d'intensité pour vraiment convaincre.

jfponge   11 octobre 2015
Un polar attachant, dont l'action se situe en plein coeur de ce petit morceau d'Amazonie qu'est la Guyane française. Une des dernières reliques de la Grande Amazonie, menacée par les exploitations minières, légales et illégales, au sein de ce nouvel Eldorado ouvert à toutes les convoitises. Une population mélangée, disons plutôt hétéroclite, mêlant "guyanais" de toutes couleurs, noirs-marrons (descendants d'esclaves ayant rejoint la forêt il y a plusieurs siècles), amérindiens, asiatiques (Indiens, Chinois, Hmongs), sans oublier bien sûr les "métros" et les nombreux arrivants de fraîche date (Surinamiens, Brésiliens et autres "latinos").
Les noirs-marrons, auxquels appartient le capitaine de gendarmerie Anato, récemment débarqué de la métropole, ont des coutumes bien particulières. Il va devoir les intégrer, lui qui n'a hérité de la Guyane que sa couleur de peau et quelques bribes de la langue Ndjuka, une des trois langues parlées le long du fleuve Maroni. En compagnie du lieutenant Vacaresse, un "métro" encore plus ignorant que lui de la culture des peuples du fleuve, il va devoir résoudre plusieurs énigmes liées à des morts inexpliquées. Ce sera également, pour lui et son adjoint, l'occasion d'un voyage initiatique au cœur de la Guyane profonde. Colin Niel est un fin connaisseur de son pays d'adoption, et un habile conteur. Comme au fond de la vaste forêt guyanaise, les pistes se croisent et se décroisent, pour le plus grand plaisir de l'amateur d'énigmes policières. Dépaysement garanti…

ayant travaillé* au coude à coude durant dix ans avec une Guyanaise même pas de souche (sa mère étant de Saint-Barthélemy) et qui n'avait vécu qu'à Cayenne, j'ai mesuré avec ce livre le fossé qui sépare entre eux les Guyanais y compris ceux "de couleur". La seule chose qui les unit parfois est l'opposition aux anciens colons et "métros" de la France officielle, réunis dans les mêmes quartiers résidentiels. Elle me disait (ne le répétez pas), « là, tu vois, avec une mitrailleuse...»

* je m'étais occupé auparavant des Routes nationales dans les Départements et Territoires d'Outre-Mer, donc en Guyane de la nationale côtière. Mais je n'y ai jamais mis les pieds, ni au bagne... on ne pas pas être partout

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PEUTÊTRE



Messages : 350
Date d'inscription : 21/12/2017

MessageSujet: Re: LIVRES de TRAVERSES   Lun 18 Juin - 12:37


« Des jeunes à qui on ne laisse que la liberté de se fracasser la tête contre les murs
et de passer à l’action directe.
»

un auteur et un roman sulfureux, venus de Russie. Avertissement : lire le roman avant de se renseigner sur Zakhar Prilepine, quand on ne le connaît pas encore, ce qui assurément ne saurait tarder. C'est le seul moyen de lire ce livre sans préjugés



un site lui est dédié : Zakhar Prilepine - Grand écrivain russe

parmi ses admirateurs en France, les JNC :


Les Jeunesses Nationaux-Communistes est un collectif qui définit comme son principal objectif la propagande de l'idéologie nationale-communiste et la diffusion des pensées alternatives alliées (anarcho-communisme, national-anarchisme).

il y a indéniablement des ressemblances entre les héros de ce livre et la mouvance politique en question, et les partisans de l'action directe, entre extrême-gauche et Black Blocs en Europe occidentale. Mais une différence essentielle, ils sont peu ou prou nationalistes, héritiers de ce qu'on a appelé les rouges-bruns (Limonov, etc.), et donc en rien anarchistes de ce point de vue. Cela posé, le plus intéressant est la situation et les motivations des jeunes qui s'engagent dans de tels mouvements, le brassage de leurs origines sociales, un rien à perdre ni à gagner de ce "monde de merde"

pour le reste, concernant le traitement pas la police de ces enragés, et pour qui ne le connaît pas de l'intérieur (y compris au sens psychologique), le roman n'y va pas par quatre chemins et son auteur est un expert...

bref, on rêve d'un écrivain de cette puissance et de ce talent pour raconter l'équivalent français de ce milieu social, dont les frontières d'appartenance s'analysent difficilement en termes politiques de droite et gauche, et même de leurs extrêmes


Citation :
San’kia, deuxième roman de Zakhar Prilepine après Pathologies, qui racontait la guerre en Tchétchénie, témoigne du parcours d’une certaine jeunesse russe. Un roman qui se veut le pendant d’aujourd’hui de La Mère de Gorki.
Sacha, militant d’un groupuscule d’extrême gauche, hantise de tous les services de sécurité, vient se réfugier un temps à la campagne auprès de ses grands-parents, après une manifestation qui a mal tourné. Il a cessé de travailler, vit d’expédients chez sa mère, qui se tue à la tâche à l’usine pour un salaire de misère et ne comprend pas les aspirations révolutionnaires de son fils. En plus de ses amis, avec qui il picole énormément, comme son père, mort d’alcoolisme, il y a Yana, une jeune fille responsable de la même organisation, dont il s’est épris.

Arrêté quelques jours plus tard, torturé, humilié, laissé pour mort par la police, Sacha ne peut que se radicaliser davantage.
Anna Politkovskaïa, la journaliste assassinée, avait de la sympathie pour ces jeunes, les seuls à oser affronter, à leurs risques et périls, le pouvoir en place. Des jeunes à qui on ne laisse que la liberté de se fracasser la tête contre les murs et de passer à l’action directe.

“Zakhar Prilepine est à la mode, expliquait un critique russe. Crâne rasé et chemise noire déboutonnée, il pourrait jouer au cinéma un killer ou un anti-killer. Il plaît à tous : aux uns pour son réalisme, aux autres pour un antilibéralisme militant ; aux radicaux de gauche pour son héros révolté, qui hait la société de consommation avec sa liberté d’entreprendre et son délitement social ; aux adversaires libéraux de toutes les révolutions parce que ce héros-là est condamné, et que ces gamins enragés qui cassent les vitrines et brûlent les voitures ne pourront jamais accomplir aucune révolution.” A quoi l’auteur de San’kia répondait d’avance : “La Russie se nourrit des âmes de ses fils, c’est cela qui la fait vivre. Ce ne sont pas les saints, ce sont les maudits qui la font vivre.”

Pas étonnant qu’en quelques années Zakhar Prilepine soit devenu, dans son pays, l’un des écrivains les plus populaires et son roman San’kia un best-seller sur internet.

Zakhar Prilepine est né en 1975 près de Riazan. Il a participé aux deux guerres de Tchétchénie en 1996 et en 1999. Il vit à Nijni-Novgorod, où il est le rédacteur en chef de l’édition régionale de Novaïa Gazeta où Anna Politkovskaïa travaillait, et d’un bureau d’information, Agence des nouvelles politiques. Il soutient la coalition L’Autre Russie. Pathologies (2007) et Le Péché (2009) ont été publiés en français par les éditions des Syrtes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LIVRES de TRAVERSES   

Revenir en haut Aller en bas
 
LIVRES de TRAVERSES
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Consultation Livres Hebdo? (&autres revues professionnel
» Le maghreb des livres 2010
» Idée: une bourse aux livres
» livres prénoms ou internet ?
» des livres pas comme les autres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PATLOTCH / COMMUNISME / un ART de la RÉVOLUTION :: ENTRÉES THÉMATIQUES : CAPITALISME, MONDE, COLONIALITÉS... LUTTES :: RÉVOLUTION de la POÉTIQUE et POÉTIQUE de la RÉVOLUTION : Debord -> Patlotch :: LITTÉRATURE, PENSÉES, PEINTURES, PHOTOS, etc.-
Sauter vers: