PATLOTCH / COMMUNISME / un ART de la RÉVOLUTION

LA CONSTITUTION EN CLASSE CONTRE LE CAPITAL DES LUTTES PROLÉTARIENNES, FÉMINISTES, DÉCOLONIALES, ÉCOLOGISTES... et POÉTIQUES !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» DES RIENS DU TOUT
Aujourd'hui à 1:35 par PEUTÊTRE

» POLICE, ARMÉE, RÉPRESSION, MILITARISATION et VIOLENCES POLICIÈRES
Hier à 22:13 par PEUTÊTRE

» MACRONISME, ÉTAT français et RESTRUCTURATION de la géoéconomie du CAPITAL
Hier à 21:51 par PEUTÊTRE

» VERS D'ÉTÉ
Hier à 15:47 par Patlotch

» la DOMINATION MASCULINE en FRANCE : machisme, travail, domesticité, violences...
Jeu 19 Juil - 15:46 par Patlotch

» Merde à la Fat'boule : FOOTBALL, IDÉOLOGIE des ÉTATS-NATIONS et du CAPITALISME
Jeu 19 Juil - 15:00 par Patlotch

» de la CUISINE avant toute chose, ou les marmites de l'avenir
Jeu 19 Juil - 13:40 par PEUTÊTRE

» PALESTINE et ISRAËL
Jeu 19 Juil - 13:34 par PEUTÊTRE

» TRAVAILLEURS (ou non) HANDICAPÉS
Dim 15 Juil - 12:34 par PEUTÊTRE

» 7 - LA FRANCE EN GUERRE... « nos armées »... « nos soldats »... « nos ventes d'armes »...
Sam 14 Juil - 15:51 par PEUTÊTRE

» ÉCONOMIE POLITIQUE, quand tu nous tiens : et la CRISE ? NOUVELLE RESTRUCTURATION du CAPITALISME ?
Ven 13 Juil - 12:36 par PEUTÊTRE

» JOHNNY HALLYDAY, ROCK FRANÇAIS et IDÉOLOGIE POLITIQUE du MACRO N' POPULISME
Mer 11 Juil - 19:01 par Patlotch

» ÉMEUTES, typologie formes/contenus : des réalités à l'idéologie
Mar 10 Juil - 10:29 par PEUTÊTRE

» LES MURS ONT LA PAROLE : SLOGANS DE NOS JOURS (ET NUITS)
Dim 8 Juil - 11:05 par PEUTÊTRE

» CIRCONSTANCES de la CRÉATIVITÉ ou la folle banalité du "génie"
Sam 7 Juil - 7:29 par PEUTÊTRE

» notes parallèles à MICROCOSME, roman initiatique...
Ven 6 Juil - 17:25 par Patlotch

» NOTES de STYLISTIQUE et POÉTIQUE
Ven 6 Juil - 16:16 par Patlotch

» LA RÉVOLUTION COMMUNISTE SERA ÉCOLOGISTE OU NE SERA PAS (écologie et marxisme)
Jeu 5 Juil - 7:54 par PEUTÊTRE

» la DOMINATION MASCULINE dans le monde : un MACHISME STRUCTUREL
Mar 3 Juil - 15:58 par PEUTÊTRE

» LECTURES de TRAVERSES
Dim 1 Juil - 22:57 par Admin


Partagez | 
 

 DES RIENS DU TOUT

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
PEUTÊTRE



Messages : 386
Date d'inscription : 21/12/2017

MessageSujet: Re: DES RIENS DU TOUT   Mer 18 Avr - 21:10


aujourd'hui 14:38, complété


sans hasard quand ça se lézarde,
Hulot dans le Larzad, l'État dans son bazar



théoriser, d'un point de vue communiste, ce qui se passe sur la ZAD de NDDL et autour, est assez risqué, tant s'y confrontent des objectifs contradictoires entre eux, et en eux. Notre compréhension :

- de la part de ceux qui ont des projets légitimes selon l'État, la chose est assez claire, ils sont des petits paysans et artisans qui s'inscrivent peu ou prou dans le commerce de leurs productions, aussi écologiques seraient-elles, et d'une certaine façon, cela relève de la transition verte du capitalisme, dont Hulot est politiquement et idéologiquement la figure de proue

- les anarcho-totos et autre black bloc venus d'ailleurs n'ont ni vocation ni intention de s'installer, puisqu'ils sont appelés à intervenir partout où il se passe quelque chose qu'ils seraient infoutus de générer par eux-mêmes. Ils sont au mieux la fraction militaire intermittente de luttes dont ils ne partagent pas les objectifs, ce qui les fit harmonieusement participer aux cortèges de tête au temps de leur pureté virginale, mais se heurte aujourd'hui dans le cas de la ZAD à la nécessité partagée de trouver un compromis

- de la part de ceux qui entendent rester mais collectivement et hors de la légalité, on pourrait y voir une revendication d'établir un îlot de communisme dans un contexte capitaliste, alors que cette utopie ne peut déboucher concrètement que sur le statut précédent. En un mot du Bové mâtiné de robinsonnades communisatrices (cf Commentaires sur le texte de Marcel Meeting 2008). En ce sens, c'est le devenir capitaliste de l'autonomie comme séparation

c'est par leur naïveté confondante (« on sème, ils détruisent »...), particulièrement sur les réseaux sociaux, et par la grâce des violences policières, que ces derniers s'attirent un très relatif soutien dans la population. Exemple, la manifestation de dimanche à Nantes, et les nombreux "soutiens à la Zad" (laquelle ?) d'une solidarité tonitruante qui ne mange pas de pain. Sous cet angle, ils ont quelque chose de sympathique parce qu'ils mettent en œuvre les fantasmes d'une vie bucolique qui sommeillent chez tous les citadins pollués : c'est oublier, en zone humide, les moustiques...

en dernière analyse, ils revendiquent la propriété par le vol, et l'établissement d'un zone de non-droit dans un État de droit, contradiction que Macron s'est fait un plaisir de souligner dimanche soir, et c'est pourquoi cela aboutit in fine à une négociation à leur demande, qui permettra à l'État de se tirer une épine du pied : au fond une belle implication réciprioque

et c'est pourquoi l'État sort son Hulot du bois

apprécier au vu de ce qui précède la liste des signataires du

communiqué commun de soutien à la Zad signé de nombreuses organisations a été diffusé à l’approche de la réunion avec Nicolas Hulot, ce mercredi après-midi à 14 h 30 à la préfecture de Nantes.
ZAD de NDDL : appel pour une vraie sortie de crise !
Citation :
Avant la reprise du dialogue avec la préfète de Loire-Atlantique, des organisations nationales, associations et collectifs appellent fermement le gouvernement à permettre une sortie de crise à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.

La tentative d’expulsion des habitant-es de la ZAD engagée la semaine dernière par le gouvernement s’est soldée par un échec cuisant et prévisible. La méthode forte employée, brutale et guerrière a blessé de nombreuses personnes, semé la révolte et relancé un conflit stérile. Nous répétons que la poursuite des expulsions serait dramatique et ferait risquer un nouveau Sivens.

L’afflux de soutien en un temps record sur ce territoire est le révélateur du profond attachement inter-générationnel à ce lieu devenu un symbole d’expérimentation et d’espoir, bien loin des caricatures grossières et hâtives que veulent en donner certains politiques et ministres.

Le gouvernement continue néanmoins de mettre le couteau sous la gorge aux habitants encore non expulsés, menace des espaces d’activités non encore détruits, en enjoignant les habitants à accepter avant le 23 avril 2018 un modèle de régularisation purement individuel, qui opérerait un tri inacceptable entre eux. Alors que sur la Zad, solidarité et dimension collective sont expérimentées chaque jour et sont un des piliers de projets de vie.

Une écoute honnête et réelle quant à cette dimension collective du projet porté pour l’avenir de la Zad est essentielle. Une place doit être laissée à ce titre à des activités qui ont un caractère agricole, mais aussi artisanales, culturelles, sociales, ainsi qu’à l’ensemble des habitats. C’est ce maillage d’activités qui fait la richesse de ce lieu, un espace rural vivant, un lieu expérimental à cultiver, une singularité à préserver.

Alors que le mouvement d’occupation a accepté un nouveau rendez-vous avec la Préfète le 18 avril, nous ne pouvons croire que le gouvernement s’enferme définitivement dans une logique martiale, en méprisant au passage le soutien large dont bénéficie l’expérience de la Zad, comme le week-end du 14-15 avril l’a largement montré, sans laisser une place réelle au dialogue.

Nous réaffirmons donc notre soutien au territoire de la ZAD et demandons au gouvernement d’agir pour une véritable sortie de crise par le haut :
- En sortant de l’ultimatum du 23 avril pour permettre un dialogue de long terme en posant un calendrier aux échéances raisonnables et soutenables,
- En retirant le dispositif militaire pour permettre des discussions apaisées,
- En laissant la porte ouverte aux projets de prise en charge collective des terres de la ZAD par celles et ceux qui l’habitent.

Il s’agit aujourd’hui d’admettre, au niveau gouvernemental, que d’autres modèles de schémas sociétaux sont désirables et possibles, que des projets d’agriculture innovants sont à expérimenter et que la répression aveugle ne peut avoir de place dans une société équilibrée, démocratique et affichant sa volonté d’aller de l’avant.

Premiers signataires

Organisations nationales : 350.org France, Association HALEM, ATTAC, Amis de la Terre France, Amis de la Confédération Paysanne, CGT Vinci, Confédération Paysanne, Greenpeace, Ensemble !, Longo Maï, Forum Civique Européen, Réseau Sortir du Nucléaire, Solidaires, Sud-Rail, Sud-PTT.

Associations et collectifs locaux : Amis de la Terre 54, Association Chalonnaise pour la Transition Écologique, Association familiale laïque de Commercy, ATTAC 44, ATTAC 45, Barbara Glowcewski, chercheuse au CNRS et membre du collectif Défendre Habiter, Bouillons Terres d’Avenir, la CANVA, CNT Stics-13, Coordination CIGEO/BureStop (Asodedra, Burestop 55, Bure Zone Libre, Cedra 52, Eodra, Habitants vigilants de Gondrecourt-le-Château, MNE, Fédération MIRABEL Lorraine environnement), Collectif de permaculture et d’éducation populaire de la Somme, Collectif climat pays d’Aix, Collectif pour la sauvegarde des zones humides du Testet, Comité de soutien NDDL du 72, Comité de soutien NDDL de Loches (37), Comité de soutien de la presqu’île Guérandaise, Comité de soutien NDDL Plateau de Saclay, Comité de soutien NDDL de Châlon-sur-Saône, Comité de soutien NDDL du Nord, Comité de soutien NDDL du Pays de Retz, Comité de soutien NDDL Saint-Jean de Boiseau Le Pellerin, Comité de soutien NDDL Nord 79, Comité NDDL du Comminges, Comité de soutien bigouden de NDDL, Christophe Laurens, du collectif Défendre Habiter, CSDN 79, Ende Gelände Paris, Loïc Prud’homme et Mathilde Panot, députés de la France Insoumise, Les Faucheurs Volontaires d’OGM, Mathilde Villeneuve, co-directrice des Laboratoire d’Aubervilliers, Mouvement ECOLO, Précaires Solidaires 21, Réseau Stop Précarité, Sang pour Sans (Champigny sur Marne), Sortir du Nucléaire 72, Stop-EPR ni à Penly ni ailleurs !, Vivre et agir en Maurienne.

le plumitif en chef de Libé ne s'y est pas trompé :

NDDL : Bové avait raison  Laurent Joffrin Libération 17 avril 2018. Extrait :
Joffrin a écrit:
Le gouvernement bombe le torse en répétant que «force doit rester à la loi». Certes. Mais il a eu dans cette affaire un grand tort : ne pas écouter les propositions formulées par ce sage du militantisme vert aux moustaches gauloises et apaisantes qu’est José Bové, l’Abraracourcix du Larzac. L’argument de Bové est simple : pour que force reste à la loi, il suffit de choisir la bonne loi. Pourquoi ne pas créer, comme naguère au Larzac, une société foncière collective qui prendrait en charge la responsabilité des terres contestées et les répartirait selon un principe de délibération démocratique ? La puissance publique est propriétaire des zones jusque-là destinées à la construction de l’aéroport. Rien ne l’empêche de concéder un bail de longue durée à ceux qui veulent les mettre en valeur, réunis dans une société commune. Ce fut le cas au Larzac, qui vit depuis quarante dans une paix bucolique et laborieuse à la satisfaction de tous, sur les pacages promis à l’origine à l’armée.
[...]
Mais la question de la légalité n’épuise pas le sujet. Bové rappelle qu’une ferme bâtie pendant le conflit en dehors de la loi, fut ensuite inaugurée avec champagne et flonflons… par un ministre de la République. Il arrive, dans des cas précis et délimités, qu’une action menée en dehors de la loi soit ensuite ratifiée par l’évolution générale de la société. Ce fut le cas des avortements illégaux pratiqués par certains médecins avant la loi qui autorisa l’IVG. On peut trouver d’autres exemples. Dans dix ans, il est tout à fait possible que les expériences alternatives conduites par les zadistes apparaissent comme un modèle d’avenir ratifié par les autorités. Après tout, il s’agit de cultiver quelques centaines d’hectares, non de bouleverser les bases de la société. La République en a vu d’autres, et elle est toujours debout. Elle s’honorerait donc en donnant sa chance à une utopie concrète et inoffensive.

après la fin de la réunion, conférences de presse des deux parties. Le bras de fer de la négociation succède à celui de la force. Aucun des deux camps n'a bougé : la délégation zadiste déplore que « le gouvernement reste sur la même ligne », et la préfète attend des dossiers nominatifs. Reprise vendredi 20, échéance lundi 23, avec deux fois plus de flics ?

Nicolas Hulot : « Ne confondons pas écologie et anarchie »



La déclaration intégrale de Nicolas Hulot

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
PEUTÊTRE



Messages : 386
Date d'inscription : 21/12/2017

MessageSujet: Re: DES RIENS DU TOUT   Ven 20 Avr - 21:57


la queue entre les jambes
telle qu'elle


Citation :
Pour la première fois depuis le début de l'opération d'expulsion de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) les occupants ont effectué un premier pas vers une éventuelle régularisation, en déposant vendredi 40 dossiers en préfecture, à Nantes, dont 28 purement agricoles.

"Nous voulons stopper l'escalade de la tension sur la zone et obtenir enfin le temps nécessaire au dialogue et à la construction du projet que nous défendons", a déclaré l'un des huit représentants de la délégation d'opposants à l'ex-projet d'aéroport, à l'issue d'une réunion technique de plus de deux heures à la préfecture, uniquement consacrée aux futurs projets agricoles.  

Parmi les 40 projets nominatifs, certains sont individuels et certains collectifs, a précisé la délégation, qui a pris "collectivement", jeudi soir, la décision de ce "geste très concret".  

"Face à l'injonction, on n'a pas eu le choix" de déposer ces dossiers "pour sauver un minimum ce qui se passe" sur la ZAD, a confié Cyril Bouligand, membre de Copain 44, collectif d'organisations agricoles.  

Le gouvernement avait en effet donné aux zadistes jusqu'à lundi soir pour se régulariser, sous peine de nouvelles expulsions, après la destruction la semaine dernière de 29 squats sur les quelque 97 recensés, lors d'une opération qui a donné lieu à de nombreux heurts entre opposants et forces de l'ordre, et fait de nombreux blessés de part et d'autre.  

La préfecture leur demandait de remplir des formulaires individuels devant comporter leur nom et les grandes lignes de leur projet agricole ou para-agricole, un préalable à l'éventuelle signature par l'État de baux précaires.  

"Ils ont fait un gros travail, il faut le reconnaître et ils ont amené une vingtaine de projets nominatifs, donc le nom, une adresse, un projet qu'on va bien sûr examiner de près d'ici lundi soir",
a salué la préfète des Pays de la Loire, Nicole Klein, lors d'une déclaration à la presse.  

"Ils ont répondu à cette injonction, que Nicolas Hulot avait réaffirmée fortement mercredi. Ils ont entendu. Je me suis dit qu'ils auraient pu le faire bien avant", a-t-elle ajouté.  

Outre le ministre de la Transition écologique, plusieurs associations ou collectifs qui étaient opposés au projet d'aéroport avaient pressé les occupants à "saisir la main tendue" par le gouvernement.  

- "Extrême vigilance" -

Les occupants ont déposé "28 projets agricoles", ainsi que des projets artisanaux et de distribution, soit une quarantaine au total, a confirmé la représentante de l'État.  

"Il faut regarder de près, expertiser ces projets. Il y en a sept qui nous paraissent sans problème, 18 qui nous paraissent pas loin de l'aboutissement, quelques autres qui nous paraissent poser problème", a estimé Mme Klein.  

Les formulaires individuels ne créent "aucun droit", a rappelé la préfète. "On va voir assez rapidement si ça tient la route".  

Les dossiers déposés représentent la "quasi-totalité" des lieux et activités de la zone, selon la délégation et la préfète. Les zadistes n'ayant pas encore répondu à la demande de l'État ont jusqu'à "lundi soir à minuit" pour le faire.  

Éludant la question d'éventuelles nouvelles expulsions, la préfète a répondu: "Ce n'est pas moi qui décide évidemment, c'est une décision du gouvernement".  

"La pression policière et les ultimatums gouvernementaux doivent cesser", ont exhorté de leur côté les occupants. "Si malgré nos gestes d'apaisement et de dialogue, les expulsions devaient reprendre, nous serons prêts à réagir tous ensemble", ont-ils averti, en appelant leurs soutiens à une "extrême vigilance".  

Le Premier ministre Edouard Philippe avait réitéré jeudi l'intention du gouvernement de "mettre un terme à l'occupation illégale" des parcelles de la zone de Notre-Dame-des-Landes, "avec une immense détermination tranquille".  

Les gendarmes mobiles resteront sur le site pour poursuivre les opérations de déblaiement et "assurer la circulation sur la route", a indiqué Nicole Klein.  

Seuls 270 hectares de terres doivent être attribués par l'État, sur les 1.650 ha au total du site (dont environ 1.250 ha de terres agricoles).  

La préfète doit signer mardi des conventions d'occupation précaires avec les quatre agriculteurs historiques qui avaient refusé de céder leurs biens au concessionnaire du projet d'aéroport, et qui exploitent environ 310 hectares.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
PEUTÊTRE



Messages : 386
Date d'inscription : 21/12/2017

MessageSujet: Re: DES RIENS DU TOUT   Lun 23 Avr - 9:21


22 avril 14:56, complété


selon Le Monde (ici), ils appartiennent à Génération Identitaire, groupe d'extrême-droite

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
PEUTÊTRE



Messages : 386
Date d'inscription : 21/12/2017

MessageSujet: Re: DES RIENS DU TOUT   Mer 25 Avr - 22:42


Trump-Macron

le dîner de com
et
la planète de série B

« Il n'y a pas de plan B car il n'y a pas de planète B »





Trump invite Macron à Mount Vernon. (Par @PlacideActu)



@ornikkar a écrit:
- Regardez vénérable chef, Trump a pris Macron par la main !!!
- Ah ah ah ah !!
- Ils sont trop mignons !
- Et moi, vous croyez qu'il me prendra la main comme Macron ?
- Hi hi hi hi !!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
PEUTÊTRE



Messages : 386
Date d'inscription : 21/12/2017

MessageSujet: Re: DES RIENS DU TOUT   Ven 27 Avr - 9:25


Borloo décolonial !

Super-Borloo va-t-il sauver les banlieues ?
Jean-Patrick Clech Révolution Permanente 26 avril 2018

Ça avait été annoncé comme l’une des priorités du quinquennat : « en même temps », Macron pouvait être « président des riches » et promettre un « grand plan de bataille pour les banlieues ». Presque un « Plan Marshall ». A ce propos, il a commissionné Jean-Louis Borloo, en novembre, pour lui remettre « le » rapport. Manque de pot, au final, compte-tenu de l’agenda médiatique très serré de Macron, son retour des États-Unis ne lui permet pas de rencontrer le maître d’œuvre du texte et de ses 19 propositions. C’est donc le Premier-ministre qui l’a reçu, jeudi. Première déconvenue et signe de l’intérêt que l’Élysée porte à cet énième plan d’enfumage des quartiers.


source l'Opinion

Citation :
C’est donc au plus « social » des hommes politiques de droite, l’ancien élu de la 21ème circonscription du Nord et maire de Valenciennes, « En Marche » avant l’heure, ou presque, à qui l’on a confié la tâche de rédiger le nouveau rapport sur l’urgence à prendre à bras-le-corps le « problème » des quartiers en France. On a bien pris soin de ne pas le cantonner au seul Hexagone et à ses zones urbaines, mais à y inclure les marges périurbaines, les petites et moyennes villes sinistrées par la crise et, bien entendu, l’arrière-cour coloniale de la métropole, l’Outre-Mer. Le travail « gracieusement réalisé par Borloo, souligne-t-il dans Le Monde, car il « n’a pas d’agenda », a duré plusieurs mois et débouche sur 19 propositions, toutes plus révolutionnaires les unes que les autres (toujours selon Borloo).

Bien à droite tout en restant social

Une précision doit être faite, néanmoins, sur la question de « l’agenda ». Borloo n’aurait pas d’agenda personnel, mais il garde un agenda bien ancré à droite. Avec une touche de social et de populisme. C’est ce qui plaît à Macron et qui ressort à la lecture des conclusions du rapport. C’est ce à quoi s’est employé, par ailleurs, Borloo, en étant, tour à tour, ministre sous Chirac et Sarkozy, avant, pendant et après la grande révolte de 2005, sans jamais se désolidariser de la droite la plus dure et sécuritaire entre 2002 et 2010.

Après l’Afrique, les quartiers
Pour ce qui est de sa philosophie, le rapport ne détonne pas vis-à-vis de ce qui a pu être proposé, jusqu’à présent : il est paternaliste et condescendant. Ce n’est pas un hasard, d’ailleurs, si c’est Borloo qui a repris du service, avec ce nouveau rapport, après avoir promis « d’apporter l’électricité aux Africains ». Après son « retrait » de la vie politique, en 2014, Borloo a en effet construit une ronflante Fondation baptisée Energies pour l’Afrique censée donner l’accès à l’énergie à 650 millions d’habitants du continent qui en sont privés. Le coordinateur local de la Fondation n’est autre qu’Alpha Condé, président guinéen et homme clef de l’affaire de corruption pour laquelle a été mis-en-examen Vincent Bolloré, l’un des plus puissants barons de la Françafrique. C’est dire…

Après avoir beaucoup promis avec Energies pour l’Afrique, peu produit et, surtout, choisi de soutenir Macron, en 2017, ce dernier le lui a bien (mal) rendu en lui confiant non pas tant Matignon mais une « mission sur les banlieues ». Le texte qui a été présenté, ce jeudi, non pas tant à l’Élysée qu’à Édouard Philippe, est une succession de propositions censées réduire la « fracture territoriale et sociale » par le biais d’une intervention accrue du capital. Citoyens de seconde zone dans le projet de Borloo, les habitants des quartiers sont appelés à être des travailleurs au rabais et bon-marché.

Intérim, précariat et intégration à l’appareil d’État pour les plus disciplinés
C’est d’abord le financement du projet, qui est intéressant à analyser. Le Fonds censé encadrer les dépenses engagées sera financé à 50 % par les « revenus des privatisations [et] cessions de participations de l’État déjà annoncées et des revenus générés par la TVA [à savoir le plus injuste des impôts] dans le cadre du redémarrage du plan de rénovation urbaine ». On imagine à quel point Eiffage, Bouygues et Vinci peuvent se frotter les mains. On conçoit également le grand-écart de Borloo : « dans les quartiers, il y a moins de services publics », constate-t-il. Peu importe, on financera le plan par les privatisations.

Au niveau de l’emploi, les idées sont, également, révolutionnaires. Au point où Gattaz ne cracherait pas dessus. Certes, Borloo rappelle la loi, qui n’est pas respectée, et qui exige, par exemple, que les grandes entreprises embauchent des apprentis. Il fait les gros yeux et promet des sanctions. Mais ce qu’il conçoit, pour les habitants des banlieues, c’est avant tout des emplois précaires ou peu qualifiés, dans le champ des « services à la personne » (100 000), le recrutement dans l’armée (5 000 par an), l’amplification des « emplois francs » (ces emplois exonérés de charge pour le privé), l’apprentissage, pour les plus jeunes, et la mise à contribution des boites d’intérim, pour le recrutement. Un bien beau panorama.

Côté « éducation », une priorité selon Borloo (qui n’aurait pas pu affirmer le contraire, on imagine), il propose la mise en place de « cités éducatives » qui fédéreraient les structures d’éducation existantes, mais en toute « autonomie de gestion ». C’est ce contre quoi se battent, précisément, les personnels et les enseignants des anciennes zones prioritaires. Mais Borloo n’est pas à une contradiction près, lui qui a « interviewé » les « acteurs du terrain ». Pas tous, semble-t-il. Niveau rénovation urbaine, Borloo constate que le Plan est à l’arrêt depuis 2014, et promet de « rénover » les logements. Là encore, ça ne mange pas de pain. Il aurait difficilement pu dire le contraire.

L’idée la plus « innovante », pour un exécutif qui est né d’une crise des médiations et du système de représentation politique classique, c’est la proposition de création d’une « Académie des leaders ». Il s’agirait d’une sorte de pendant « banlieusard » de l’ENA censé capter « les caractéristiques différentes de notre jeunesse et notamment des quartiers populaires ». Une structure à créer des fonctionnaires issus des quartiers pour mieux les encadrer. Le projet ne dit pas son nom, mais l’assume entièrement.

Un grand trou noir, en revanche du côté de la police, dont on connaît les agissements. Bien entendu, il s’agit de renforcer ses effectifs, et recruter les agents qui « exercent dans ces quartiers [tel un] corps d’élite ». En revanche, quand Le Monde lui demande pourquoi, à aucun moment, il n’aborde la question du rapport entre les forces de l’ordre (néo-colonial et capitaliste, ajoutons-nous) et les jeunes, il répond, tout simplement, qu’il n’est « pas allé sur ce terrain ». Une telle omission en dit long sur le projet.

Pour ce qui est de sa future carrière, Borloo se dit prêt à « présider le comité de suivi » de la mise en œuvre de son propre rapport. Au moins un qui aura réussi à décrocher la prolongation de son CDD avec le Plan Borloo.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
PEUTÊTRE



Messages : 386
Date d'inscription : 21/12/2017

MessageSujet: Re: DES RIENS DU TOUT   Ven 27 Avr - 22:02


en Corée encore


via @ornikkar



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
PEUTÊTRE



Messages : 386
Date d'inscription : 21/12/2017

MessageSujet: Re: DES RIENS DU TOUT   Sam 28 Avr - 18:47


Guy Debord a écrit:
En 1967, je distinguais deux formes, successives et rivales, du pouvoir spectaculaire, la concentrée et la diffuse. L’une et l’autre planaient au-dessus de la société réelle, comme son but et son mensonge. La première, mettant en avant l’idéologie résumée autour d’une personnalité dictatoriale, avait accompagné la contre-révolution totalitaire, la nazie aussi bien que la stalinienne. L’autre, incitant les salariés à opérer librement leur choix entre une grande variété de marchandises nouvelles qui s’affrontaient, avait représenté cette américanisation du monde, qui effrayait par quelques aspects, mais aussi bien séduisait les pays où avaient pu se maintenir plus longtemps les conditions des démocraties bourgeoises de type traditionnel. Une troisième forme s’est constituée depuis, par la combinaison raisonnée des deux précédentes, et sur la base générale d’une victoire de celle qui s’était montrée la plus forte, la forme diffuse. Il s’agit du spectaculaire intégré, qui désormais tend à s’imposer mondialement.

Guy-Ernest Debord, Commentaires sur la société du spectacle, Éditions Gérard Lebovici, 1988

relevons que ce texte, qui a 30 ans, est écrit avant la chute du 'Mur de Berlin'



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
PEUTÊTRE



Messages : 386
Date d'inscription : 21/12/2017

MessageSujet: Re: DES RIENS DU TOUT   Mar 1 Mai - 22:50


La compagne de David Ramault, l'homme qui a avoué le viol et le meurtre de l'adolescente, a décidé de porter plainte après avoir subi des insultes, des actes de vandalisme et des menaces, rapporte son avocat à Europe 1.


Des messages de condoléances et des fleurs déposées en mémoire de la petite Angélique
PHILIPPE HUGUEN / AFP

Citation :
"Elle se rend compte, rétrospectivement, qu’elle a vécu avec quelqu’un qu’elle ne connaît pas. Un homme avec lequel elle a eu deux enfants, dont elle a partagé le lit, la table, les vacances. (...) Et voilà que tout se dérobe sous ses pieds." L'avocat de la compagne de David Ramault, le meurtrier présumé de la petite Angélique, a confié le mal-être de sa cliente au Parisien. Cette femme, qui a eu deux enfants avec celui qu'elle qualifie aujourd'hui de "monstre", "vit désormais un véritable cauchemar", explique Me Hervé Corbanesi.

Menacée et insultée
L'épouse du suspect a porté plainte après avoir été la cible d'insultes et de menaces et pour des dégradations sur son domicile. "Sa maison, à laquelle elle n’a plus accès après avoir été mise sous scellée, a été l’objet d’actes de vandalisme dans la nuit", explique son avocat.

"Son cauchemar est tel qu'aujourd'hui, sur les réseaux sociaux, les photographies de ses enfants et son nom sont jetés en pâture",
continue Hervé Corbanesi.

"Elle pense avant tout aux parents d’Angélique"
D'après le conseil, l'épouse de David Ramault ressent une "pure compassion" à l'égard des parents de la petite Angélique. "Elle pense avant tout aux parents d’Angélique, à leurs souffrances, répétant : 'Mais comment vont-ils vivre, ses parents, maintenant ?'", explique l'avocat lillois.

Anéantie, la femme du violeur et meurtrier présumé d’Angélique, connaissait l'adolescente. "Son fils aîné, qui a le même âge, jouait avec la petite Angélique à l’époque où les deux familles vivaient dans la même résidence", indique Me Corbanesi.

L'avocat veut se constituer partie civile
Estimant que sa cliente est "aussi victime", Me Hervé Corbanesi a annoncé sa volonté de se constituer partie civile. "Elle et ses enfants vont devoir consulter des psychologues. Il va lui falloir du temps et beaucoup de courage pour se relever. Je le redis, c’est sa vie qui est en train de sombrer."

ce qu'a de monstrueux cette société, c'est que toute réparation ne puisse qu'être judiciarisée. Bien sûr il y a un préjudice réel dû à tous les connards qui en rajoutent, mais en quoi cette action en "justice" pourrait-elle aider cette femme, et ses enfants, à reprendre pied psychologiquement ? Quelle accumulation de peines, dans tous les sens du mot !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
PEUTÊTRE



Messages : 386
Date d'inscription : 21/12/2017

MessageSujet: Re: DES RIENS DU TOUT   Jeu 3 Mai - 2:35




Sihame Asbague a écrit:
@s_assbague

Ismaëla Deh est décédé hier soir, après avoir été écrasé par un fourgon de police à Versailles. Il avait 60 ans, et 8 enfants.

L'accident qui l'a arraché à la vie est survenu ce dimanche. Alors qu'il vendait des goodies à l'effigie de la Tour Eiffel et des parapluies à la sauvette, il a été pris en chasse par des policiers qui voulaient l'interpeller. Ismaëla Deh a tenté de les semer. Parce que malgré ses 18 années passées en France - dont près de 17 à faire la plonge à Cannes - le père de famille était sans papier. En 2008, il avait failli être expulsé après un séjour forcé en centre de rétention. Il ne voulait pas y retourner. Il a donc couru, avec à ses trousses deux agents à pieds... et un fourgon.

En traversant la rue pour changer de trottoir, Ismaëla a été renversé par le véhicule. Les policiers expliquent que c'est un accident, qu'Ismaëla est arrivé brusquement, que le conducteur n'a pas eu le temps de freiner. La famille, les proches, et notamment d'autres vendeurs à côté desquels il travaillait, contestent la version des faits. "Mais ils sont aussi sans-papiers...c'est compliqué" indique le neveu du défunt.

Une enquête préliminaire a été ouverte ; une autopsie doit d'ailleurs être réalisée demain. Ensuite, la famille récupérera le corps pour l'enterrer au Sénégal.

Ils sont déterminés à faire tout la lumière sur cette histoire.

Force à eux & à toutes les familles en lutte qui les ont précédés.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
PEUTÊTRE



Messages : 386
Date d'inscription : 21/12/2017

MessageSujet: Re: DES RIENS DU TOUT   Ven 4 Mai - 21:59


le pas suspendu du macronisme

Enquête ouverte sur la pendaison du faux Macron à Nantes
Jean-François Martin et Thomas Heng Ouest France 4 mai 2018

À Nantes, le 7 avril, à l’occasion d’une manifestation rassemblant 2 000 personnes, l’effigie d’Emmanuel Macron avait été pendue puis brûlée.


Citation :
Une enquête pour outrage à personne dépositaire de l’autorité publique a été ouverte et confiée à la police judiciaire de Nantes. Le 7 avril, l’effigie du président avait été pendue lors de la manifestation nantaise contre les réformes de la SNCF et de l’entrée à l’Université.

Au bout de la potence en bois, l’effigie d’Emmanuel Macron. À laquelle ils ont mis le feu quelques minutes plus tard. C’était à Nantes, le 7 avril, lors de la manifestation contre les réformes de la SNCF et de l’Université. Les images avaient fait le tour des médias français.

Le président de l’Assemblée, François de Rugy, était allé jusqu’à crier au « scandale ». « Des façons moyenâgeuses », s’était agacée Valérie Sauviat-Dauvert, la référente de LREM en Loire-Atlantique. « Inacceptable », s’était aussi offusqué le ministre de l’Intérieur.

7 500 € d’amende et six mois d’emprisonnement
Une enquête a été ouverte par le parquet de Nantes, qui n’a voulu ni confirmer ni infirmer l’information. Pour outrage à personne dépositaire de l’autorité publique. Un acte qui, lorsqu’il est commis en réunion, peut être puni de 7 500 € d’amende et six mois d’emprisonnement. Les enquêteurs de la police judiciaire de Nantes, auxquels a été confiée l’enquête, n’ont, selon nos informations, interpellé personne pour le moment. « Des investigations sont encore à réaliser », assure une source proche du dossier.

Un avocat nantais pose la première question : le président de la République est-il dépositaire de l’autorité publique ? Réponse, oui. Dans la loi, il figure même au premier rang de ces dépositaires.

« C’est vieux comme le monde… »

Ensuite, ce jour-là, le président a-t-il été outragé, son honneur bafoué, le respect lié à sa fonction foulé au pied ? Il ne serait pas outrancier de le penser, concède l’avocat. « Mais alors jusqu’où va-t-on ? Que penser d’une pièce de théâtre où le président serait mis en scène, vilipendé… ? »

Une autre avocate s’étonne un peu qu’une enquête ait été ouverte… « Malmener les présidents et les figures de l’État dans une manifestation, c’est vieux comme le monde, non ? » Elle ajoute qu’une jurisprudence intéressante et toute fraîche vient peser dans la balance de la défense de ceux ou celles qui pourraient être visés par l’enquête : un homme qui avait fait un doigt d’honneur à un radar, près de Roanne (Loire), a été… relaxé. Le tribunal a considéré qu’en insultant un objet, l’automobiliste n’outrageait pas mécaniquement le policier susceptible de regarder les images.

Un troisième avocat nantais s’interroge aussi sur l’opportunité d’une telle enquête. « Est-ce une bonne idée ? Sur le fond, on pourrait considérer qu’il y a outrage, d’autant que la jurisprudence est assez extensive. On peut être condamné, y compris quand on outrage quelqu’un en son absence. Mais c’est mettre le doigt dans un engrenage qui pose des questions. Et les slogans alors ? Ils ne sont souvent pas tendres. Faut-il les poursuivre ? S’il y a un procès, cela offrira un débat sur la hiérarchie des valeurs, des règles qui entrent en conflit : le droit de manifester, la liberté d’expression et l’outrage. »

« Beaucoup de bruit pour pas grand-chose »

En apprenant l’ouverture de cette enquête, Fabrice David, le leader départemental de la CGT, soupire après avoir précisé que « (son) syndicat n’était pas à l’origine » de cet acte : « On monte en épingle un symbole. Et quand Emmanuel Macron nous traite de preneurs d’otages, comment devons-nous le prendre ? Il y a deux poids deux mesures… »

Jean Brunacci, du syndicat Sud, lui, n’en croit pas ses oreilles : « Ouvrir une enquête pour ça, c’est assez pitoyable. C’est beaucoup de bruit pour pas grand-chose. Ce n’était pas sa personne qui était visée mais sa politique. » En vieux de la vieille des mouvements sociaux, il ajoute, sourire en coin : « Puisque c’est l’anniversaire de Mai-68, souvenons-nous de l’effigie de De Gaulle qui était pendue tous les jours en place publique. À l’époque, il n’y a pas eu d’enquête, non ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Admin
Admin


Messages : 6334
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: DES RIENS DU TOUT   Sam 5 Mai - 21:37


des chiffres et des lettres

à la manif parisienne "La fête à Macron", ont participé :

- 38 900 personnes selon le cabinet Occurrence
- 40 000 selon la police, qui gonfle les chiffres
- + de 100 000 selon les organisateurs, qui les remercient
- 160 000 selon La France Insoumise, qui compte les bras et les jambes, et rêve debout nuit et jour

sérieusement quant à moi, en 40 ans de manifs jusqu'à ce que je n'y mette plus les pieds, quand je comptais*, je trouvais toujours moins que les organisateurs, quels qu'ils soient. Là je n'y étais pas, vraiment pas un temps à pot-au-feu, ni à marmites du passé

* il y a une façon fastidieuse mais simple de le faire, à mi-parcours, au bord d'une rue ni trop large ni trop étroite, après avoir évalué (comme dans une foule ou une salle), des groupes de 10, 100. On fait des barres sur un papier par groupe de 100 en moyenne, en se donnant une fourchette d'erreur. La plupart du temps, votre fourchette n'atteint ni en haut les chiffres des organisateurs, ni en bas ceux de la police



moralité, pour compter juste, compter sur soi-même



Macron brûle-t-il ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6334
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: DES RIENS DU TOUT   Lun 7 Mai - 13:59


balance ton porc...
... un siècle après


Affaire Seznec :
les petits-fils livrent le (terrible) secret de famille sur la mort de Pierre Quémeneur


Il y a près d'un siècle, Guillaume Seznec (à gauche) a été accusé du meurtre de Pierre Quemeneur (à droite)
AFP

L'Obs a écrit:
Le meurtre de Pierre Quemeneur n'a pas été commis par Guillaume Seznec, condamné pour cela au bagne à perpétuité en 1924, mais par son épouse Marie-Jeanne qui s'est défendue contre une agression sexuelle, ont affirmé deux de ses petits enfants dans un témoignage diffusé dimanche par France 2.

Les deux hommes ont révélé les confidences qui leur ont été faites en 1978 par leur père, petit Guillaume, témoin des faits qui se sont produits dans la maison familiale de Morlaix le 27 mai 1923 alors qu'il était âgé de 12 ans.

"Papa, il m'avait dit : 'C'est une affaire toute simple, ça je me souviens de ses mots, c'est une affaire toute simple qui a été compliquée à outrance'", rapporte Jean-Yves Seznec.

[...]

"Grand-père a appelé en fin de journée un de ses meilleurs amis pour enlever le corps. On ne sait pas ce qu'ils ont fait"
, a dit l'un des petits-fils. Les témoins de la scène ont juré à Seznec de garder le secret. Pourtant, la meurtrière finira par craquer devant les enquêteurs.

"Elle a avoué aux gendarmes mais elle n'a pas été crue".

Ces témoignages confirment largement la thèse développée par l'ex-avocat de la famille Denis Langlois, auteur du livre "Pour en finir avec l'affaire Seznec" paru en 2015.

source


Mariage de Guillaume Seznec et Marie-Jeanne Marc,
le 18 juillet 1906 à Plomodiern.

ce qu'on apprend surtout, sauf erreur, c'est que les petits-fils se taisent depuis 40 ans (1978), après la révélation de leur père, fils de l'accusé innocent, 55 ans après que « Les témoins de la scène ont juré à Seznec de garder le secret »

on est en 1923, en Bretagne, dans le Finistère, pas en France en 2018, où l'on "apprend", via #metoo et #balancetonporc, que la plupart des femmes agressées sexuellement se taisaient par honte... jusque-là. Elle a parlé, la police ne l'a pas crue, sa famille et son homme l'ont protégée, et ses enfants on attendu 50 ou 90 ans pour parler !

nous avons cru voir, de l'un à l'autre, un lien

après avoir fait ce rapprochement "Seznec - balanceton porc", je n'ai rien trouvé dans la presse, mais ceci




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
PEUTÊTRE



Messages : 386
Date d'inscription : 21/12/2017

MessageSujet: Re: DES RIENS DU TOUT   Mer 9 Mai - 7:02


nous ne commenterons pas ce que Macron a dit
ça ferait désordre



... qui ne veulent que foutre la merde"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Patlotch



Messages : 1579
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: DES RIENS DU TOUT   Ven 11 Mai - 19:01


bloquer or not to be ?

bon, ça va pas arranger ma réputation, mais j'ai du mal à suivre. Si c'est mon âge, pas grave. Si c'est le leur, ça risque de durer, pour aller où ?


à ce qui paraît, il y a « des dizaines d'étudiants, accompagnés de postiers et de cheminots » qui bloquent, environ autant d'étudiants qui veulent passer l'examen, et tous ensemble la police, ménage à trois qui fait désormais notre mixité quotidienne

dans une autre vie, deux ou trois fois, j'ai supervisé, pour le compte du ministère aujourd'hui d'Hulot, des concours ici-même, des épreuves, d'adjoint administratif (catégorie C) à architecte de l'État (catégorie A+). Je pense aux "petites mains", qui organisent les examens et concours nationaux. Organiser un examen, c'est un travail d'usine ; l'annuler c'est doubler la tâche, ainsi de suite, sous diverses pressions, avec un personnel qui diminue en nombre, comme partout dans la Fonction Publique. Aucun des "camps" (des "révolutionnaires" et des "contre-révolutionnaires") ne leur a demandé leur avis

cette situation, et ce que veulent maintenant les bloqueurs d'examens, sur fond d'une réforme qui ne déclenche pas des foules pour la rejeter, me laisse dubitatif, contrairement à pas mal de commentateurs "en lutte" (tel Le Moine Bleu : Bien joué)

bloquer l'économie, pourquoi pas, au moins cela a-t-il un sens de classe, pouvant devenir révolutionnaire en certaines conjonctures, mais là, j'avoue que je ne suis pas. Bloquer des examens, bof... Quelque chose me semble s'être défait, de potentialités fragiles de ce printemps de luttes décidément pas comme les autres qui laisse augurer un sacré mauvais anniversaire, pour les rêves de 68, quels qu'ils aient été. Cela dit je ne suis ni étudiant ni lycéen d'aujourd'hui...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PEUTÊTRE



Messages : 386
Date d'inscription : 21/12/2017

MessageSujet: Re: DES RIENS DU TOUT   Ven 18 Mai - 14:21

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Patlotch



Messages : 1579
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: DES RIENS DU TOUT   Jeu 24 Mai - 12:23


quoi de neuf ?

Baudelaire a écrit:
Tout journal, de la première ligne à la dernière, n'est qu'un tissu d'horreurs. Guerres, crimes, vols, impudicités, tortures, crimes des princes, crimes des nations, crimes des particuliers, une ivresse d'atrocité universelle. Et c'est de ce dégoûtant apéritif que l'homme civilisé accompagne son repas de chaque matin. Tout, en ce monde, sue le crime : le journal, la muraille et le visage de l'homme.

Je ne comprends pas qu'une main puisse toucher un journal sans une convulsion de dégoût.

Mon cœur mis à nu
1864


Baudelaire par Courbet, 1849

on pourrait y ajouter ceci, qui n'a pas pris une ride en un siècle et demi : « l'immense nausée des affiches », et « Deux belles religions, immortelles sur les murs, éternelles obsessions du peuple : une pine (le phallus antique) - et "Vive Barbès !" ou "À bas Philippe !" ou "Vive la République !" »

il ne faudrait pas s'habituer à tout, mais quant à moi, la lecture des journaux d'aujourd'hui, de la grande presse aux petits internautes réseauglument sociaux, toutes ces répétitions lancinantes du même maintenant m'ennuient. Tout y est si vrai qu'il n'y a rien à attendre de nulle part un "bon" changement, ni grand chose à ajouter à ce que j'en ai déjà dit. Je suppose que je préférerai désormais n'en plus parler, ou autrement

on comprendra ainsi que le forum puisse être moins alimenté

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Messages : 6334
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: DES RIENS DU TOUT   Dim 27 Mai - 20:59


25 mai

grandes marées ?

calendrier 2018

le 26 mai n'y est pas (coeff ~ 70, sup. à 100 pour les grandes marées)

mais il n'est rien dit sur les marées humaines, trop humaines...

à leur place, j'aurais joué la superstition et mis la lune de leur côté, que les dieux en tombent sur la tête

en l'occurrence c'est mal barré



27 mai
une belle trouvaille


Gérard Collomb a écrit:
BFMTV 26 mai 2018

"Ce qui est étonnant, par contre, c'est que des Black Blocs puissent intervenir au milieu d'une foule qui ne réagit pas. Si on veut garder demain le droit de manifester, qui est une liberté fondamentale, il faut que les personnes qui veulent exprimer leur opinion puissent aussi s'opposer aux casseurs, et non pas, par leur passivité, être, d'un certain point de vue, complices de ce qui se passe."

au passage, c'est quand même un bel hommage aux thèses "stratégiques" du cortège de tête soutenant les Black Blocs sans en être... et observons que certains, particulièrement ce 26 mai, n'ont pas attendu le ministre de l'Intérieur pour se désolidariser des "partisans de la violence". Collomb est donc plus habile politicien qu'il n'en a l'air. Sans quoi, au demeurant, il n'aurait pas été choisi par Machiavel-Macron

Alexis Kraland a écrit:
@akraland Reporter indépendant

"Que les bons citoyens se séparent des mauvais, qu'ils aident à la force publique au lieu de lui résister"

Adolphe Thiers, chef du gouvernement versaillais aux parisiens le 17 mars 1871, au début de la Commune de Paris avant la répression sanglante de l'insurrection



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
PEUTÊTRE



Messages : 386
Date d'inscription : 21/12/2017

MessageSujet: Re: DES RIENS DU TOUT   Mar 29 Mai - 22:55


flemme de recenser les meilleures sorties de ce sommet de la tartufferie française en matière d'accueil des migrants et traitement des sans-papiers. Ne parlons pas de la cocoricoterie virant au nationalisme pur et simple

bravo à Mamoudou et au petit garçon tombé d'un étage avec l'agilité d'un réunionnais de souche. Nous avons souvent constaté que les enfants des "là-bas" sont physiquement précoces. On dit qu'il portait des chaussures 'Spider Man'...



la France et son héros


Gérard Collomb a écrit:
@gerardcollomb 28 mai 2018 11:56

À un grand homme, la patrie reconnaissante.

Je veillerai personnellement à ce que sa demande de naturalisation soit acceptée dans les plus brefs délais.
Et que la brigade des @PompiersParis accueille au plus vite parmi ses rangs un nouveau héros.

Préfet de la Seine-Saint-Denis a écrit:
@Prefet93, il y a 3 heures...

Le Prefet du 93 a reçu M. Mamoudou Gassama pour le féliciter de son geste exceptionnel et l’a accompagné à la Direction de l’Intégration et de l’Immigration où il a reçu un récépissé pour l’obtention de son titre de séjour.




Pompiers de Paris a écrit:
@PompiersParis, il y a 1 heure...

La Brigade accueille aujourd'hui Mamoudou Gassama pour lui faire découvrir le métier de pompier de Paris.




Mamoudou et son frère ne sont pas complètement inconnus dans notre quartier, où ils ont des cousins au foyer des Grands Pêchers et dans les cités du bas Fontenay... Le cœur est un quartier populaire du corps social

et nous sommes si fier qu'un peu de cette gloire nous éclaire  sunny




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
PEUTÊTRE



Messages : 386
Date d'inscription : 21/12/2017

MessageSujet: Re: DES RIENS DU TOUT   Jeu 31 Mai - 10:23


un pas en avant, deux pas en arrière

« Une fois propriétaire, la Loire-Atlantique voudra confier la gestion des terrains à la chambre d'agriculture,
qui examinera scrupuleusement tous les projets, y compris ceux qui ont déjà été validés par l’Etat. »


Notre-Dame-des-Landes : le Département de Loire-Atlantique rachète la Zad à l’État
Arnaud Wajdzik Ouest France 31/05/2018

Selon nos informations, l’État a d’ores et déjà acté la rétrocession des terres lui appartenant dans la Zad de Notre-Dame-des-Landes. La chambre d’agriculture de Loire-Atlantique va reprendre en main, probablement d’ici la fin de l’année 2018, la gestion de ces terres agricoles.


Les relations se sont décrispées lors d’un déjeuner entre le président du conseil départemental de Loire-Atlantique,
Philippe Grosvalet et la préfète Nicole Klein. | FRANCK DUBRAY / OUEST-FRANCE

Citation :
C’est décidé. L’Etat a pris la décision de vendre 895 hectares de terres de la Zad de Notre-Dame-des-Landes qui lui appartiennent au Département de Loire-Atlantique.

« Dès l’annonce officielle, qui tombera avant la fin de l’été, il faudra encore six mois pour mettre en œuvre cette décision »
, indique à Ouest-France une source ministérielle. Une vente qui se fera au prix des domaines, ou d’un montant fixé à l’amiable.

Des terres cédées en 2012 pour l’aéroport
La Loire-Atlantique avait acquis depuis 1974 ces 895 hectares de terres. Une partie avait été cédée au printemps 2012 à l’Etat pour réaliser la desserte routière de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, et une autre au concessionnaire pour réaliser la plateforme aéroportuaire.

En janvier 2018, le projet d’aéroport du Grand Ouest avait finalement été abandonné par le président de la République Emmanuel Macron et le Premier ministre Édouard Philippe.

Le Département avait saisi la justice
En février 2018, après avoir saisi la justice pour exiger la récupération de ces terres, le Département avait signé un protocole d’accord avec la chambre d’agriculture. Qui dévoile les intentions du Département.

Une fois propriétaire, la Loire-Atlantique voudra confier la gestion des terrains à la chambre, qui, demain, examinera scrupuleusement tous les projets, y compris ceux qui ont déjà été validés par l’Etat. Dont la quinzaine de conventions précaires d’occupation (COP) qui devraient être signée dès lundi 4 juin.

Ces conventions donnent droit d’occuper les terres agricoles, mais seulement pour une durée de six mois. En fin d’année, au moment de la cession, ces COP deviendront donc caduques et pourront être mises en concurrence.

Projets de non-zadistes
« Après la rétrocession, nous examinerons la nature de ces quinze projets zadistes, ainsi que les convention validées pour les agriculteurs historiques. Un appel à projets départemental aura ensuite lieu, et des candidats installés à l’extérieur de la Zad de Notre-Dame-des-Landes auront le droit de postuler », explique Frédéric Maudet, directeur de la chambre d’agriculture de Loire-Atlantique.

Ce qui ne veut pas dire que les occupants actuels devront plier bagage. « Si ces projets s’inscrivent dans un cadre légal, il n’y a pas de principe à vouloir tout reprendre à zéro », rassure Frédéric Maudet.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
PEUTÊTRE



Messages : 386
Date d'inscription : 21/12/2017

MessageSujet: Re: DES RIENS DU TOUT   Mer 6 Juin - 11:18


l'Élysée est une marchandise

L'Elysée songe à la création d'une marque «Présidence de la République»
Le but ? Dégager de nouveaux revenus pour financer les travaux du palais présidentiel…
Clémence Apetogbor 20minutes 05/06/18

Citation :
Le palais présidentiel va-t-il bientôt donner naissance à une marque ? La Lettre A a indiqué ce mardi que le directeur de cabinet de l’Élysée Patrick Strzoda avait déposé fin mai une nouvelle marque à l’INPI baptisée « Elysée - Présidence de la République ».

Cette dernière pourrait donner naissance à plusieurs produits dérivés aux couleurs de l’Elysée. Dans quel but ? Obtenir de nouveaux revenus.

De nouveaux revenus pour rénover le palais
Le palais présidentiel entend donner une licence exclusive à un partenaire afin de « réfléchir à une stratégie marketing avec des produits adaptés, une distribution élargie et la recherche d’une plus grande visibilité », souligne la Lettre A. Une boutique devrait voir le jour d’ici au 15 septembre, poursuit la Lettre A, alors que l’appel d’offres doit s’achever le 2 juillet.

Toutefois, la présidence, contactée par le HuffingtonPost, n’a pas confirmé la création d’une boutique. « Tout l’enjeu est justement de déterminer quelle est la meilleure stratégie pour décliner et distribuer la marque Elysée-Présidence de la République. Si l’ouverture d’une boutique en ligne est bien une option, nous en avons beaucoup d’autres en stock. »

Porte-clefs, cravates et autres goodies estampillés Elysée pourraient être distribués dans les « institutions culturelles », des « boutiques souvenirs » ou une « boutique éphémère lors des événements organisés par la Présidence de la République », indique la Lettre A.

De son côté, l’Elysée souligne que « l’intégralité des nouvelles ressources dégagées participera au financement de la rénovation des locaux de la présidence ».

Et le temps presse. Le palais de l’Elysée, classé au patrimoine historique, est vétuste et nécessite quelques travaux dont le prix est de 100 millions d’euros sur sept ans.

mais attention, car dans la mythologie grecque, l’Élysée est le lieu des Enfers où les héros et les gens vertueux goûtent le repos après leur mort

Twisted Evil


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
PEUTÊTRE



Messages : 386
Date d'inscription : 21/12/2017

MessageSujet: Re: DES RIENS DU TOUT   Jeu 7 Juin - 11:20


opération "zéro PV" :
il est interdit d'interdire !
tout le monde aime la police

le véritable cinquantenaire de 68 est arrivé. C'est aujourd'hui. Chère lectorate, tu peux dépasser la vitesse autorisée, rouler à contre-sens, te garer où tu veux, griller les feux rouges (les voitures, c'est pas écrit...), bloquer la circulation des marchandises en émeutiste, et le tout sans craindre la police

« Stop au mépris ! », c’est par ces mots que débute le communiqué de presse de l’ensemble des principaux syndicats de policiers, diffusé ce mercredi après-midi. Les organisations syndicales appellent à une opération « Zéro PV » dans toute la France.

Citation :
Par l’intermédiaire de cette intersyndicale, les organisations entendent protester durement contre un projet d’arrêté, relatif à l’organisation du temps de travail dans la Police Nationale.

« Un texte qui fragilise les temps de repos de tous les personnels de la Police Nationale alors qu’à la base, sa vocation était de les protéger ! » explique le communiqué signé par les trois confédérations syndicales représentées majoritairement dans la Police Nationale, la CFE-CGC (Alliance Police Nationale notamment), Force Ouvrière (Unité SGP notamment), et l’UNSA (UNSA Police notamment).

« Un texte de régression et un dialogue social aux antipodes de ce qu’attendent les Policiers ainsi que les autres corps qui composent la Police Nationale ! »

Une conférence ce mardi
« Le mardi 12 juin, jour où le comité technique doit se tenir au sujet de ce projet, les trois représentants de chaque fédération (…) s’adresseront à compter de 12h30 à tous les collègues dans un lieu public qui sera précisé ultérieurement. » est-il indiqué.


Oups ! J'avions pas vu le (*) sauf infractions graves

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
PEUTÊTRE



Messages : 386
Date d'inscription : 21/12/2017

MessageSujet: Re: DES RIENS DU TOUT   Dim 10 Juin - 22:26


en passant, nous n'avons pas reconnu macron...





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Patlotch



Messages : 1579
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: DES RIENS DU TOUT   Mar 12 Juin - 8:44


une musicienne...


1994

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PEUTÊTRE



Messages : 386
Date d'inscription : 21/12/2017

MessageSujet: Re: DES RIENS DU TOUT   Mar 19 Juin - 5:42

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
PEUTÊTRE



Messages : 386
Date d'inscription : 21/12/2017

MessageSujet: Re: DES RIENS DU TOUT   Ven 22 Juin - 17:45


Pinault culot

Le milliardaire François Pinault a peur qu'Emmanuel Macron "oublie les plus modestes"
LCI 22 juin 2018


il craint que les pauvres ne se retrouvent en slip

Citation :
Dans le cadre d'un portrait de l'homme d'affaires et grand collectionneur François Pinault par "M, le magazine du Monde", le milliardaire fait part de ses doutes quant à la politique sociale du chef de l'Etat. Des propos qui ne vont probablement pas faire plaisir à Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron président des riches ? Si c'est le cas, ce n'est pas la 3e fortune de France, 30e fortune mondiale, qui devrait s'en plaindre. Et pourtant. Dans un portrait de François Pinault, homme d'affaires et grand collectionneur d'art, par M le Mag, le célèbre milliardaire laisse passer un message très explicite au président français.

Cet ami proche de Jacques Chirac, qui vit à New York, laisse échapper quelques commentaires sur les réformes en cours. "Macron ne comprend pas les petites gens", estime celui qui avait confié voter pour François Hollande en 2012. Puis : "J'ai peur qu'il mène la France vers un système qui oublie les plus modestes".

[...]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: DES RIENS DU TOUT   

Revenir en haut Aller en bas
 
DES RIENS DU TOUT
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» article-payer les mères à la maison,tout le monde y perdrait
» Je change tout le temps d'avis...
» Mon blog pas du tout Dukan ... plutot chiffons...
» vend à tout petits prix vêtements fille 6,8,et 10 en super état
» Les bonnes adresses du net pour tout savoir sur les couches lavables!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PATLOTCH / COMMUNISME / un ART de la RÉVOLUTION :: MONDE ACTUEL, LUTTES, ANALYSES et THÉORISATIONS :: PENSER le MONDE et les LUTTES : refondation d'ensemble :: LE MOMENT ACTUEL du CAPITAL et les LUTTES, documents et analyses-
Sauter vers: