PATLOTCH / COMMUNISME / un ART de la RÉVOLUTION

LA CONSTITUTION EN CLASSE CONTRE LE CAPITAL DES LUTTES PROLÉTARIENNES, FÉMINISTES, DÉCOLONIALES, ÉCOLOGISTES... et POÉTIQUES !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» ANTISÉMITISME, SIONISME, antisionisme... Identité juive... UJFP, JJR...
Aujourd'hui à 12:05 par PEUTÊTRE

» 1968 POÈMES et SLOGANS, AFFICHES, ARTS et LUTTES... UNE POÉTIQUE RÉVOLUTIONNAIRE ? (tour d'horizons et debriefing théorique)
Aujourd'hui à 11:13 par PEUTÊTRE

» LA FRANCE, roman initiatique
Aujourd'hui à 7:59 par Patlotch

» CAS TORSE DU PRINTEMPS DIX-HUIT : LA VÉRITABLE CONVERGENCE, chronique et théorie
Hier à 21:37 par Patlotch

» des MOTS que j'aime et d'autres pas
Hier à 10:14 par Patlotch

» DES RIENS DU TOUT
Hier à 9:21 par PEUTÊTRE

» NOTES de STYLISTIQUE et POÉTIQUE
Dim 22 Avr 2018 - 23:11 par Patlotch

» ANARCHISME IDENTITAIRE COMMUNAUTARISTE : indé-passable ?
Dim 22 Avr 2018 - 22:56 par PEUTÊTRE

» au-delà du vrai et du faux, tragique comédie
Dim 22 Avr 2018 - 12:51 par PEUTÊTRE

» 1968 ANNÉE révolutionnaire pour le CAPITAL : documents, récits, et considérations théoriques
Sam 21 Avr 2018 - 13:06 par PEUTÊTRE

» DÉCOLONISER le MARXISME, l'ANARCHISME, l'ULTRAGAUCHE et la "COMMUNISATION"... Histoire et nécessité actuelle d'un clivage, pour en finir avec les dogmes universels eurocentrés
Ven 20 Avr 2018 - 14:12 par PEUTÊTRE

» LES MURS ONT LA PAROLE : SLOGANS DE NOS JOURS (ET NUITS)
Ven 20 Avr 2018 - 12:30 par PEUTÊTRE

» le GAUCHISME : une catégorie pertinente pour la critique ?
Mer 18 Avr 2018 - 20:07 par PEUTÊTRE

» CATASTROPHES INDUSTRIELLES et POLLUTIONS
Mer 18 Avr 2018 - 17:54 par PEUTÊTRE

» ÉMEUTES, typologie formes/contenus : des réalités à l'idéologie
Mar 17 Avr 2018 - 14:09 par PEUTÊTRE

» critiques et discussions de l'INTERSECTIONNALITÉ "CLASSE-GENRE-RACE"
Mar 17 Avr 2018 - 14:04 par PEUTÊTRE

»  revues, textes et auteurs divers : Période, Viewpoint, Jacobin Magazin, Bloch, Dinerstein, Chuang, Löwy, Korsch/Mattick, Balibar, Takeuchi/Murthy, Angela Davis, multitudes...
Mar 17 Avr 2018 - 12:04 par Tristan Vacances

» 1968 ANNÉE MUSICALE
Mar 17 Avr 2018 - 11:06 par Tristan Vacances

» JAZZ ONLY : "petits maîtres"
Mar 17 Avr 2018 - 9:34 par Patlotch

» 9. l'apparition plurielle d'une nouvelle théorie communiste ? questions parentes
Mar 17 Avr 2018 - 2:52 par PEUTÊTRE


Partagez | 
 

 LE GRAND PEUT-ÊTRE

Aller en bas 
AuteurMessage
PEUTÊTRE



Messages : 237
Date d'inscription : 21/12/2017

MessageSujet: LE GRAND PEUT-ÊTRE   Jeu 21 Déc 2017 - 12:42



UN GRAND PEUT-ÊTRE

de omnibus est dubitatum

peut-être
peut-être pas

l'incertain
est certain

le possible
est atteint
d'impossible

Fosobo, 20 décembre 2017 15:19

« Je suis en quête d'un grand peut-être »
Rabelais

dédié au crétin signant Des Nouvelles Du Front qui a écrit :
« Heureusement que Patloch est la pour nous montrer la lumière »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PEUTÊTRE



Messages : 237
Date d'inscription : 21/12/2017

MessageSujet: Re: LE GRAND PEUT-ÊTRE   Jeu 21 Déc 2017 - 13:14


« le doute dialectique calme les pulsions de désir »
La Dialectique du Tao, Alexandre Mignot

parmi les pulsions de désir, mon ami Patlotch a pointé celle du désir de révolution, quand il se transforme en foi, et se retourne contre la dialectique de Marx dont la devise était de omnibus est dubitatum : doute de tout

la dialectique de Patlotch refuse le pari pascalien pour s'en tenir à un strict matérialisme

COMMUNISME(S), RELIGION(S), FOI, et RÉVOLUTION (étude)

c'est pourquoi en ces temps de disparition de toute perspective révolutionnaire, il n'a pu concevoir qu'une anti-théorie communiste de la révolution : un grand peut-être

livre et nouvelle théorie : LUTTE d'une CLASSE pour une RÉVOLUTION COMMUNISTE

de même avec Nietzsche il n'aspire ni à suivre ni à guider, et n'apporte aucune lumière à qui croit voir dans la nuit



La parabole des aveugles Pieter Brueghel 1568

en quête d'un style propre à rendre compte de la réalité, ce sujet prendra la forme d'un journal, tantôt poétique, tantôt théorique

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PEUTÊTRE



Messages : 237
Date d'inscription : 21/12/2017

MessageSujet: Re: LE GRAND PEUT-ÊTRE   Jeu 21 Déc 2017 - 13:39


PEUT-ÊTRE

de peu d'être peut être vivre d'écrire
un grand remplacement de la vie ?

quitte à quitter ce monde
afin d'y mieux renaître

sans dieu ni maître

à la source féconde
d'une envie

Fosobo 21 décembre 2017 13:39

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PEUTÊTRE



Messages : 237
Date d'inscription : 21/12/2017

MessageSujet: Re: LE GRAND PEUT-ÊTRE   Jeu 21 Déc 2017 - 15:37


on est un con dit-on, ou peut-être un crétin ?

las d'en vain ferrailler avec des crétins* affirmant une chose et son contraire, puisque cela ne porte pas à conséquence, il cherche une expression performative, telle qu'en ayant pris connaissance, on ne puisse penser ni agir comme avant

* à "con" il préfère l'épithète "crétin", qui porte trace de la croyance

Citation :
Le mot crétin et l’expression crétin des Alpes seraient apparus à l’écrit dans l’Encyclopédie par Diderot au milieu du XVIIIe siècle.

Etymologiquement, le mot crétin est issu du valaisan (le Valais région des Alpes) crétin, variation de chrétien dans le sens innocent ; d’où le deuxième sens plus répandu de nos jours, comme l’utilisait déjà Marcel Proust : « C’est une espèce d'”innocente”, de crétine, de “demeurée”. »

Origine du mot crétin

rappel : à l'innocent il ne tient pas rigueur...
Aragon a écrit:
On sait que le propre du génie est de fournir des idées aux crétins une vingtaine d'années plus tard. Il serait injuste de lui en tenir rigueur. Mais il est intéressant de lui en tenir compte. Ces idées ont pris peu à peu une forme axiomatique, ou thématique, assez différente de leur expression première. Elles deviennent conneries. La mode s'en empare. Tyranniquement. Il est instructif, j'écris ce mot pour la première fois de ma vie, de noter le genre de réussite partielle de certains esprits, d'établir entre la part de leur pensée qui sombre dans l'indifférence et celle qui connaît les grands feux de la mécanique proverbiale une relation forcément humoristique et féconde, de regarder s'épanouir la fleur d'imbécillité dont les racines plongent avant dans le tuf inspirés des cervelles de premiers choix. [...]

Traité du Style, 1927, L'imaginaire Gallimard, p 63

le style performatif supposant de ne pas prendre un mot pour un autre, il l'écrit sans "peut-être", certain de pouvoir faire confiance aux crétins pour le comprendre de travers, et aux pervers pour le déformer

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PEUTÊTRE



Messages : 237
Date d'inscription : 21/12/2017

MessageSujet: Re: LE GRAND PEUT-ÊTRE   Jeu 21 Déc 2017 - 16:14


citations choisies

Question

« Le doute est le commencement de la sagesse. »
Aristote

« Le doute est la clé de toute connaissance. »
Proverbe persan

« Le doute amène l'examen et l'examen la vérité. »
Pierre Abélard

« Qui ne doute pas acquiert peu. »
Léonard de Vinci

« Le doute est père de la création. »
Galilée

« Être dans le doute, c'est déjà être résolu. »
Shakespeare

« Le doute est l'école de la vérité. »
Francis Bacon

« Le doute est un état mental désagréable, mais la certitude est ridicule. »
Voltaire

« Le doute est un hommage rendu à l'espoir. »
Lautréamont

« Ce n'est pas le doute, c'est la certitude qui rend fou. »
Nietzsche

« Le délire est sans conteste plus beau que le doute,
mais le doute est plus solide. »

Emil Cioran

« Je doute, parce que je crois que l'avenir saura mieux. »
Elsa Triolet

« L'humour a besoin du doute pour circuler. »
Edmond Jabès

« agir ne lève pas
tout doute
et dans l'ombre d'un doute surgit la lumière »

Patlotch

Question

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PEUTÊTRE



Messages : 237
Date d'inscription : 21/12/2017

MessageSujet: Re: LE GRAND PEUT-ÊTRE   Jeu 21 Déc 2017 - 18:03


QUESTION

connais-tu le problème
enfermé dans ta solution

dont tu as fait système
avant les conditions
de son apparition

sans voie de devenir
pour le résoudre ?

Marx a écrit:
L'humanité ne se pose jamais que les problèmes qu'elle peut résoudre, car, à regarder de plus près, il se trouvera toujours que le problème lui-même ne se présente que lorsque les conditions matérielles pour le résoudre existent ou du moins sont en voie de devenir.

Contribution à la critique de l'économie politique
1859

RÉPONSE

non, tu en aurais changé sinon
pour un peut-être

sans compromettre
ton renom
par ce ridicule

les yeux sans recul :
âcre renoncule



bouton d'or ou renoncule âcre

Citation :
âcre : Au fig. Qui a un caractère irritant, agressif, blessant. CNRTL

Citation :
renoncule : Originaire d'Asie et célébrée pour ses propriétés médicinales ainsi que sa beauté lumineuse, la petite renoncule, semblable au camélia, va du blanc au rose, ou du rouge au jaune et à l'orange. Selon la légende, le coyote mythique s’amusait à lancer ses yeux dans l’air et à les rattraper, jusqu’à ce que l’aigle s’en empare. Incapable de voir, Coyote a créé des yeux à partir de boutons d'or.

Dans le langage des fleurs, un bouquet de renoncules dit : « Je suis ébloui par votre charme ».

sous le charme persistant de Théorie Communiste, seuls les crétins sont éblouis

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PEUTÊTRE



Messages : 237
Date d'inscription : 21/12/2017

MessageSujet: Re: LE GRAND PEUT-ÊTRE   Ven 22 Déc 2017 - 13:32


Patlotch pour les crétins
... et quelques autres

un doute matérialiste et dialectique



« Je suis en quête d'un grand peut-être » serait les derniers mots de Rabelais avant sa mort, soit : s'il y a quelque chose après, je le saurai bientôt

Patlotch n'en est pas là encore. Si dieu lui prête vie, et s'il n'est pas mangé par les cocochons, il poursuivra la question du communisme comme l'affaire de sa vie : le communisme ou la mort !

son "peut-être" n'est pas le Pari de Pascal : dans le doute de son existence, croyons en Dieu ; ni son idée du communisme celle platonicienne de Badiou

« Il n'y a que la lutte » serait les derniers mots de Marx avant sa mort

le schéma marxiste de la croyance en la révolution prolétarienne est le même à travers ses variantes. En voici une :


Robert Bibeau a écrit:
COMPTE TENU de la faiblesse, de la faible organisation, et du bas niveau de conscience de classe de la classe ouvrière (fer de lance de la classe prolétarienne) j’ai crainte que notre classe ne constitue pas véritablement un CAMP ANTAGONISTE ARTICULÉE ET MENANT UNE GUERRE DE CLASSE DE TRÈS HAUT NIVEAU

4) TOUT CELA VIENDRA AVEC L’APPROFONDISSEMENT DE LA CRISE ÉCONOMIQUE SYSTÉMIQUE DU CAPITALISME ET ALORS la classe ouvrière se constituera comme fer de lance d’un véritable CAMP PROLÉTARIEN CONSCIENT ANTAGONISTE menant une guerre à finir au capital.

La conjoncture mûrit pour notre classe mais elle n’est pas encore à terme.

Le monde est divisé en deux camps antagonistes... Les7duQuébec 20 décembre 2017

Amen ! Croire que le prolétariat sans réserve fera la révolution, c'est encore un pari pascalien

fuck les 'marxistes' morts-vivants


BOURRINS À REBOURS

Voilà les vieux chevaux de re-
tour qui cherchent la horde pour
Ne pas mourir idiots dans leur
Tour d'y voir en miroir des sourds

Galopez faux cons malheureux
Du rien d'un mot pris pour l'amour
De vivre Aussitôt morts de peur
Au remord compris à rebours

Bourrins bourrés aux idées prudes
Assoiffés de vos certitudes
Prenant les trous de vos sabots

Pour les allées de l'avenir
Quand nul n'oserait pourtant dire
Que vos désirs sont encor beaux

Sonnet, 6 mai 2003

POÉSIE POUR LE FAIRE

la dialectique de Patlotch ne remplace donc pas la lutte de classe, réelle ou souhaitée, par l'idéalisme déterministe de la communisation : le prolétariat est le sujet de la révolution qui viendra, en attendant veillons, bien chers Camarades

son "peut-être" n'est pas un doute sceptique, pt'êt ben qu'oui, ptêt ben qu'on, mais le retour à la case départ :

depuis un demi-siècle, la classe ouvrière a perdu sa conscience-identité de classe constituée. Contrairement à l'époque du capitalisme naissant comme mode de production, que Marx avait sous les yeux pour décider du prolétariat comme classe révolutionnaire sur la base de la montée en puissance de la classe ouvrière, celle-ci ne manifeste aujourd'hui que sa puissance réformiste, populiste et nationaliste

cherchons par conséquent quelle pourrait être la classe-sujet révolutionnaire, par recours à la méthode de Marx

Cf 5. LA CONSTITUTION EN CLASSE POUR LE COMMUNISME : quel sujet révolutionnaire ?

c'est un doute matérialiste puisqu'il ne croit qu'aux faits, un doute dialectique dans la mesure où il ne se comprend que dans et par l'activité de luttes qui permet de le lever, tout ou partie. Et dans cette activité : la recherche théorique, et son expression abstraite, en attendant  scratch   Godot

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PEUTÊTRE



Messages : 237
Date d'inscription : 21/12/2017

MessageSujet: Re: LE GRAND PEUT-ÊTRE   Ven 22 Déc 2017 - 20:11


preuve que je ne suis pas déterministe, je n'ai pas écrit




« Je doute, parce que je crois que l'avenir saura mieux. »

Citation :
Le héros de ce roman est un mort. De son vivant, Régis Lalande a été un historien qui ne croyait pas à la vérité historique. Après sa mort, avec la gloire posthume, il se trouve qu'il devient lui-même une démonstration de sa thèse : en effet, avait-il des yeux noirs ou bleus ? Avait-il la foi ou non ? Ses écrits relevaient-ils de l'Histoire ou du roman ? Qui a raison, de sa femme, la fidèle infidèle qui défend sa mémoire, ou de ceux qui lisent son œuvre à leur manière ?

mais qui lit Elsa Triolet aujourd'hui ? C'est dommage...

Elsa Triolet parle du poète Maïakovski


Lili Brik rencontre Vladimir Maïakovski alors qu'il entretient déjà une liaison avec sa sœur Elsa Triolet.
Leur liaison dura de 1915 à 1924.

Lili Brik & Vladimir Maïakovski : les amants de la Révolution




Elsa Triolet à propos d'Aragon
1963

Elsa Triolet à propos de son livre "Les manigances : journal d'une égoiste"
1962

Citation :
Ce roman bref est une sorte de journal intime, de monologue face. à la vie avec ses hasards, ses accidents, ses coïncidences. Ce monologue est mis dans la bouche de Clarisse Duval, « chanteuse réaliste », à un entracte de sa vie, dû à un de ces accidents en quoi notre époque est si atrocement fertile. C'est la lutte entre la volonté de l'être humain et ce que Clarisse appelle les manigances du sort... Chez elle, un jour, 1g volonté reviendra avec la vocation du théâtre. Alors son égoïsme, qui n'était qu'une légende, devient une réalité du fait de cette passion qui crée et justifie les « monstres sacrés » dans tous les domaines d'activité, l'art, la science, la politique, le sport.

Mais le destin de Clarisse Duval reste accessoire ici, où l'essentiel est la vie comme elle va, la vie prise dans son mouvement, son courant, à n'importe quel moment, à n'importe quel endroit, se terminant n'importe quand et n'importe où, le « fil en aiguille » de la vie qui, avec et pour Elsa Triolet, devient toujours une « histoire ».


ce qui me fascinait dans le surréalisme, quand je l'ai rencontré, c'était le mot d'ordre unissant l'art, l'amour, et la révolution, un grand peut-être...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PEUTÊTRE



Messages : 237
Date d'inscription : 21/12/2017

MessageSujet: Re: LE GRAND PEUT-ÊTRE   Ven 29 Déc 2017 - 15:49


un peut-être peut être déterministe

à propos d'une discussion chez dndf, Patlotch est intervenu sur le fond hier dans 5. LA CONSTITUTION EN CLASSE POUR LE COMMUNISME : quel sujet révolutionnaire ?

j'y reviens à propos d'un échange entre Pepe et Adé :


Pepe a écrit:
#39

Pour aller dans le sens de Stive, il me semble que TC en a définitivement terminé avec le rôle fondamentalement révolutionnaire du prolétariat. Et ce depuis TC 2 quasiment [janvier 1979].

Le prolétariat est une des classes du MPC, il n’existe et n’agit que dans l’exploitation. Il me semble que la notion même d’implication réciproque exclue toute nature révolutionnaire du prolétariat. Seul le rapport entre les deux classes peut devenir révolutionnaire, au travers d’une conjoncture qui ébranlera (rait) l’ensemble des catégories du MPC, ouvrant (ou pas!) la porte au dépassement dudit rapport. La baisse tendancielle du taux de profit, l’exploitation, sont le fonctionnement de ce jeu qui contient (ou pas) l’abolition de ses règles.

Pas de classe révolutionnaire à constituer, renforcer, imaginer. Une classe du rapport n’est en rien révolutionnaire en elle même et ne le sera jamais. C’est le rapport entre les deux qui se reproduit et peut (pourrait) exploser.

Adé a écrit:
#41

Pepe : « qui ébranlera (rait) » » ouvrant (ou pas! ») »ce jeu qui contient (ou pas) »  » peut (pourrait) exploser »

Donc : Tout ça, Pour ça.

Un jour viendra, pourra venir, peut-être… si ce jeu contient, mais c’est pas sûr, etc…

comme déjà souligné par Patlotch, le déterminisme reproché à Théorie Communiste n'est pas sa supposée certitude que "le jour viendra" de la communisation, mais celle que si ce jour vient, ce sera le prolétariat exploité qui la fera. Le conditionnel de Pepe n'y change rien

en effet, comme expliqué dans le sujet la constitution en classe..., ce que Pepe affirme tout en prétendant le contraire, c'est bel et bien la "nature révolutionnaire" du prolétariat essentialisé, masquée sous le rapport d'implication réciproque qui n'impliquerait pas le prolétariat comme sujet révolutionnaire

contradiction dans les termes, mais contradiction au dépassement automate, dans laquelle le prolétariat "réalisant son être" accomplit sa mission : les individus ne font pas l'histoire, ils en sont les jouets, comme « les auteur(e)s ne sont que des accidents de la pensée. » (dndf Dazibao). Plus idéaliste tu meurs, puisque la pensée existerait en dehors du cerveau des humains, y compris les mieux pensant tels Marx, Pasteur ou Einstein, au profit de Hegel et son Idée : Dieu ?

le déterminisme de Marx était fondé sur ce qu'il voyait, qui a disparu ; celui des prolétaristes sur ce qu'ils croient


dépasser l'individu, ou l'aliéner au collectif ?

tout à l'avenant, contre les individus, toujours de l'ineffable Pepe : « L’artiste, le créateur, le génie… n’est que le précipité usurpé, détourné, de la créativité collective diffuse, incarné et privatisé sur une seule tête. Il va plus vite seul quand nous irions plus loin, ensemble. » Pepe va très vite en besogne mais jamais bien loin : qui crée individuellement usurpe le génie de qui ne crée pas collectivement ! Éloge de la médiocrité dont Pepe est le génie modèle violé par Roland Simon son modeste gourou. Et vive le collectivisme communisateur, ré-inventant la vulgate stalinienne en inversant la proposition du Manifeste de 1847

Marx & Engels a écrit:
le libre épanouissement de chacun est la condition du libre épanouissement de tous

on s'épanouit dans le groupe Théorie Communiste comme chez les staliniens du "centralisme démocratique", et si la mort de l'artiste, la poésie faite par tous non par un, ont à voir avec ces inepties pepesques, aux abris, camarades ! > INDIVIDUS, Capital, État = ALIÉNATION => COMMUNAUTÉ HUMAINE !


le grand peut-être du doute dialectique porte doublement sur la nature du sujet révolutionnaire et  sa capacité à faire la révolution et la gagner. La certitude de Patlotch est que mise en œuvre, ce qui est hautement improbable, la théorie prolétariste de la communisation conduirait inéluctablement à son échec, puisqu'elle n'embrasse pas tout le champ d'abolition de la civilisation capitaliste. Sous ses dehors ultra-radicaux, elle génère un nouveau réformisme de demi-mesures : communistes ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PEUTÊTRE



Messages : 237
Date d'inscription : 21/12/2017

MessageSujet: Re: LE GRAND PEUT-ÊTRE   Lun 19 Fév 2018 - 6:59


assurément

il y a, au fond, dans l'héritage marxiste de Marx, bien trop de ses défauts et pas assez de ses qualités

côté défauts, la croyance au progrès de l'histoire, sans parler de l'universalisme prolétarien, qui confie à un sujet restreint et qui n'en aura pas les moyens le soin de changer l'humanité

côté qualités, le doute et la méthode, partir du réel et non d'une idée de l'avenir. Les marxismes sont devenus des idéalismes

il y a foncièrement un manque de profondeur et de largeur de champ, un aveuglement par des déterminations de plus en plus abstraites bricolées sur des considérations concrètes limitées

la perspective d'une révolution communiste mondiale est hautement improbable. Le plus plausible est le chaos social, une généralisation des guerres, sans parler de la haute probabilité de catastrophes diverses (environnement, pandémies...), le tout débouchant sur un moyen-âge plus ou moins esclavagiste dont la sortie est imprévisible, mais vraisemblablement une diminution drastique de la population mondiale qui rebattra les cartes de l'histoire

pourtant, on n'a le choix que de rester communiste jusqu'au bout, parce qu'il est vrai qu'il n'y a que les luttes, et que peut-être elles trouveront leur unité révolutionnaire


Arrow


l'idée d'une nouvelle constitution en classe de la révolution pourrait s'exprimer d'autre manière. Celle-ci a pour fonction d'assurer une continuité de pensée avec l'œuvre de Marx. Le concept de classe recouvrait chez lui plusieurs choses différentes, et mériterait plusieurs mots. La distinction "classe en soi" et "classe pour soi" traduisait deux concepts différents, qui, à la faveur de la montée en puissance de la classe ouvrière ont pu un temps se déduire l'un de l'autre à travers celui de prolétariat révolutionnaire

la constitution en classe révolutionnaire d'un sujet multiple et fractionné ne peut plus et ne doit pas être posée en termes de composition de classe, mais d'activités révolutionnaires hétérogènes et complémentaires. On peut effectivement, en raison de son poids historique, discuter de la pertinence du concept unitaire de classe pour les recouvrir

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LE GRAND PEUT-ÊTRE   

Revenir en haut Aller en bas
 
LE GRAND PEUT-ÊTRE
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PB embrayage ou boite ??? Grand Voyageur 1997 2.5L TD
» Quel nom pour le grand stade du HAC?
» peut on manger du hareng frais ou cuit fumé??
» La grand-place de Mons le 16 décembre 07
» Le Grand Paris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PATLOTCH / COMMUNISME / un ART de la RÉVOLUTION :: ENTRÉES THÉMATIQUES : CAPITALISME, MONDE, COLONIALITÉS... LUTTES :: RÉVOLUTION de la POÉTIQUE et POÉTIQUE de la RÉVOLUTION : Debord -> Patlotch :: PETITS PEUT-ÊTRE et RIENS DU TOUT-
Sauter vers: