PATLOTCH / NOUVELLE THÉORIE du COMMUNISME et de la RÉVOLUTION

LA CONSTITUTION EN CLASSE CONTRE LE CAPITAL DES LUTTES PROLÉTARIENNES, FÉMINISTES, DÉCOLONIALES et ÉCOLOGISTES
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» VA-SAVOIR : chronique à la com, la dialectique du quotidien en propotion magique
Hier à 18:17 par Patlotch

» 8. poèmes, fables et contes pour en causer
Hier à 17:57 par Patlotch

» LA NOUVELLE GAZETTE DES VANNES (Franzoseur Zeitung)
Hier à 14:18 par Patlotch

» au-delà du vrai et du faux, tragique comédie
Hier à 14:02 par Patlotch

» l’écosocialisme entre théories révolutionnaires et alternative capitalisme verte
Hier à 12:57 par Patlotch

» OUTRE-MER : outre frontière de races, classes et sexes ?
Hier à 12:43 par Patlotch

» JAZZ, BLUES, R'n'B, SOUL, RAP... pour "double paire d'oreilles"
Hier à 12:27 par Patlotch

» des LUTTES dans la CRISE : GRÈVES, OCCUPATIONS, BLOCAGES, MANIFESTATIONS...
Hier à 4:19 par Patlotch

» "CLASSES MOYENNES" : encadrement, prolétarisation, interclassisme, prolophobie... et théorie
Hier à 0:45 par Tristan Vacances

» 0. un livre ? Une théorie est apparue... Diffusion, réception... débats ?
Hier à 0:20 par Tristan Vacances

» EXTIMITÉ, les confessions de Patlotch : un rapport aux autres et au monde
Mer 18 Oct - 23:58 par Patlotch

» 9. l'apparition plurielle d'une nouvelle théorie communiste ? questions parentes
Mer 18 Oct - 16:43 par Patlotch

» 5. LA CONSTITUTION EN CLASSE POUR LE COMMUNISME : quel sujet révolutionnaire ?
Mer 18 Oct - 14:05 par Patlotch

» la DOMINATION MASCULINE dans le monde : un MACHISME STRUCTUREL
Mer 18 Oct - 13:47 par Patlotch

» ÉMEUTES, typologie formes/contenus : des réalités à l'idéologie
Mar 17 Oct - 20:26 par Patlotch

» la DOMINATION MASCULINE en FRANCE : machisme, travail, domesticité, violences...
Mar 17 Oct - 14:56 par Patlotch

» la VIOLENCE venue dans la "CONTRE-RÉVOLUTION" CAPITALISTE...
Mar 17 Oct - 13:24 par Patlotch

» MARXISME FÉMINISTE et DÉCOLONIAL avec Ana Cecilia Dinerstein : 'utopies concrètes', 'organiser l'espoir'... auto-subjectivation révolutionnaire
Mar 17 Oct - 11:29 par Patlotch

» des ŒUVRES-SUJETS PERFORMATRICES en ARTS : des usages révolutionnaires ?
Lun 16 Oct - 14:18 par Patlotch

» FÉMINISME et MARXISME : SEXES, GENRE, CLASSES, et CAPITALISME, avec Cinzia Arruzza... Silvia Federici, Selma James, Sara Farris, etc.
Lun 16 Oct - 13:10 par Patlotch


Partagez | 
 

 AFRODITE CHEZ LES PHALLOCRATES, antiroman sans repentir, suivi de BLACK WOMEN, Love, Sex, Song, Dance... et théorie communiste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 6251
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: AFRODITE CHEZ LES PHALLOCRATES, antiroman sans repentir, suivi de BLACK WOMEN, Love, Sex, Song, Dance... et théorie communiste   Sam 6 Mai - 17:37


la boucle est bouclée

Afrodite : - dernière phase de ma présence sur le site de rencontres, dès la sollicitation par chat ou message, je réponds par l'adresse de ce sujet AFRODITE CHEZ LES PHALLOCRATES, Roman sans repentir

mon "profil" est ainsi complété :

Afrodite a écrit:
6 mai : suite et fin car pour moi la boucle est bouclée
AFRODITE CHEZ LES PHALLOCRATES, Roman sans repentir (en ligne)
avec mes remerciements à toussétoutes qui ont participé à cet œuvrage Ô combien tourmentant, et surtout, bonnes chances,
ne vous faites pas mal !

Patlotch : - quelle chance ont tes victimes et autres matériaux humains trop humains, quand on pense qu'Emma Bovary n'a pas lu le bouquin de Flaubert, et surtout que lui n'a jamais écrit, comme on l'a prétendu : « Madame Bovary, c'est moi. »...

qu'en pense ma lectorate ?



Dernière édition par Admin le Lun 15 Mai - 6:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Patlotch



Messages : 868
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: AFRODITE CHEZ LES PHALLOCRATES, antiroman sans repentir, suivi de BLACK WOMEN, Love, Sex, Song, Dance... et théorie communiste   Sam 6 Mai - 19:53


regret sans repentir

après-dire

une chose qui me différencie, comme auteur, du personnage d'Afrodite, est qu'elle devait jouer son rôle essentiellement dans le face à face réel avec des personnes réelles dont les sentiments et la pensée ne correspondent pas toujours à ce qu'ils en disent, soit qu'ils ne sachent pas l'écrire donc le communiquer par des mots, soit qu'ils en soient parfaitement dupes, en-deçà de toute auto-analyse et plus encore d'une prise de distance, pris dans l'addiction, la compulsion

le regret porte donc sur l'impossibilité pratique qu'avait Afrodite de faire preuve explicite de compassion envers des individus jouets de leurs passions, ou se servant des autres comme tels, littéralement sextoys. Sans quoi elle serait sortie de sa "mission", provoquer l'expression de ce qui doit rester caché, non-dit, refoulé, pour que ça marche sans trop de cynisme


Afrodite : - tu m'as envoyée au front en restant planqué, c'est pas typiquement macho, ça ? Non seulement je devais passée pour froide et dure, mais en plus encaisser des réactions parfois justifiées sans en paraître ébranlée, jusqu'à rajouter une couche (culotte) à TES délires !

t'es ébranlée ? Pauvre chatte ! Ma lectorate s'en branle, de tes états d'âme, reste à ta place, dans le roman

je poursuis : car au fond, la quête présentée comme sexuelle, parce que ce site y est orienté à outrance, est bien souvent tout autant voire plus affective que ne le donnent à penser les annonces et l'absence de cases à cocher pour le traduire : quand rencontre sexuelle il y a, l'affectif n'est pas toujours à la hauteur des attentes, et quand il l'est, bonjour les dégâts adultérins si la bulle éclate

chez les hommes l'exercice est plus difficile, pudeur oblige quant à leurs sentiments et plus encore chez les cadres dirigeants (ne pas montrer ses faiblesses fait partie de leur obligations professionnelles, c'est parfois une première, ou une seconde nature). Afrodite a pu constater, vivre, une complicité réelle avec certaines femmes

de ce point de vue, le ton des échanges est d'une façon générale et d'emblée différent avec les femmes bisexuelles ou homosexuelles, qui se vivent un peu comme une communauté virtuelle solidaire. Sauf chez celles qui recherchent une relation "purement sexuelle" (case), dont on se demande ce qu'elle peut bien être, la recherche est à ne pas douter d'amour, aussi désuet et décalé semble le terme dans ce contexte. Qui dit que chez beaucoup d'hommes, ce n'est pas le cas aussi ?

certes on trouve la case "sexe romantique"... Mais le romantisme, n'est-ce pas davantage la passion que l'amour ? On tourne en rond depuis l'amour courtois, les écrits de Stendhal, L'amour en Occident de Denis de Rougemont... jusqu'à Lacan : « Aimer, c'est offrir quelque chose qu'on n'a pas à quelqu'un qui n'en veut pas. »

quant à ce qu'est positivement l'amour, pour autant qu'on ne pense pas comme un certain théoricien communiste qu'il n'est qu'un moyen de la domination masculine, vaste question : l'amour, qu'est-ce que c'est ?

pour ne pas y répondre, je renverserais le peintre Bram Van Velde dans ses entretiens avec Charles Juliet


l'amour, c'est ce dont on manque le plus

où l'on voit que l'amour, c'est un peu comme le communisme, cela donne une raison de vivre, d'espérer et d'agir, surtout quand il n'est pas au rendez-vous...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patlotch



Messages : 868
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: AFRODITE CHEZ LES PHALLOCRATES, antiroman sans repentir, suivi de BLACK WOMEN, Love, Sex, Song, Dance... et théorie communiste   Sam 6 Mai - 20:11


une appréciation, sur le chat du site


Citation :
Bonjour votre Roman m'a amusé sans repentir, ainsi est le male en rut ou qui tend à l'être devant l'ecran de ses fantasmes, par contre je doute que cela ne caracterise que la classe sociale qui vous horripile

Patlotch a écrit:
merci. C'est vrai, mais elle a ses spécificités dans le cadre de ce qui est l'idéologie de sa domination sociale, à laquelle les autres n'échappent pas, aussi démunis seraient-ils

je regarderai si cela est clair ou pas. Je pense que oui, mais dans le cadre général de mes travaux. Je n'ai aucune admiration pour le prolétariat, surtout quand il ne fait rien pour ne plus l'être

comme des travaux féministes le suggèrent, il est plus pertinent de parler de "machisme structurel sociétal" que de "domination masculine", sans quoi les femmes ne seraient que des victimes soumises. Or ici... Je dirais même que la question du sexe (le cul) dans les rapports sociaux dépasse celle du genre, sexe social

les controverses dans le milieu théorique ont porté sur l'articulation entre capitalisme et patriarcat. J'ai voulu y voir de plus près, par ce biais

Citation :
Ne culpabilisons pas le proletariat qui de plus pourrait tout à fait chercher à echapper à sa condition en reproduisant fantasmatiquement les comportements de ceux qui le dominent. Mais vraiment je chercherais davantage du coté de la representation, du regard, que du coté des classes sociales

Patlotch a écrit:
les "représentations" sont une forme de l'idéologie, il n'y a pas à proprement parler d'infrastructure et de superstructure, comme dans la vulgate des marxistes, mais je pense qu'il y a une double structure de classes, et de "genre", pour le dire vite

suite

Citation :
Lui : - De genre surement
je pense quil serait assez amusant de decrire la plasticité des comportements, une adaptation très rapide de l'offre à la demande supposée ou fantasmée


Moi : - c'est patent, "ça glisse" en permanence, on joue au chat et à la souris, au con et à la chatte
le déni est permanent dès que vous mettez le doigt sur un point refoulé par l'interlocuteur. Avec les plus intelligents, ça passe, avec les autres, ça casse. Afrodite est fatiguée
- ici, ok c'est plus affaire de caractère que de classe. Je parle d'intelligence du cœur en quelque sorte, pas de "culture". C'est la difficulté d'en parler entre individus, ad hominem, parce que ça tend à caricaturer, à déduire d'une situation sociale des comportements intimes

Lui : - L'intelligence commence peut etre par accepter de prendre le risque d'etre soi meme

Moi : - c'est très vrai. Enfin, moi, je ne sais pas, mais je suis le même partout. Je n'ai rien dit des "jeux de rôles", mais j'en suis incapable. Afrodite était dans un jeu de rôle...

Lui : - Oui evidemment pour Afrodite, il faudrait donc renoncer à seduire...

Moi : - sans être un "mâle alpha", je crois avoir été dans ma vie un grand séducteur, mais sans le savoir. Séduire pour aimer, ou parce qu'on aime, ne se limite pas à séduire pour baiser. Je suis partout "moi-même", c'est bien le problème, parce l'assumer radicalement est devenu impossible, même chez les "révolutionnaires"

Moi : - ma critique de "la bulle" est valable bien au-delà de l'adultère, pour les rôles sociaux. Vaneigem l'a déjà faite en 1967. Au fond, "les gens" cherchent peut-être aussi à échapper à leurs rôles sociaux qui les enferment, et c'est sans doute aussi le cas des "cadres sup"... Mais ils ont bien du mal à ne pas les reproduire dans la relation 'amanturière'


Dernière édition par Patlotch le Sam 6 Mai - 22:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patlotch



Messages : 868
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: AFRODITE CHEZ LES PHALLOCRATES, antiroman sans repentir, suivi de BLACK WOMEN, Love, Sex, Song, Dance... et théorie communiste   Sam 6 Mai - 23:25


succès : mérité ?

et ça continue, "favoris", "coups de cœurs", à se demander s'ils ont lu le 'profil' d'Afrodite jusqu'au bout, ou s'ils apprécient le "roman"

ainsi, message privé, profil sans "photo publique", ingénieur, l'air d'un bon bougre


Citation :
lui : - échangeons nos books ?

moi - mais enfin, avez-vous lu jusqu'au bout mon profil. Je n'ai pas de book. Ne seriez-vous qu'un bouc ?

lui : - je l'ai lu, mais votre visage me manque...

moi : - mon visage est celui d'un homme blanc de 66 ans, comme il est écrit. Ma photo, on peut la trouver sur internet à partir des liens que j'ai donné. Vous, "ingénieur", vous savez lire ?

'mon dieu', au secours ! Confirmation, c'est terrifiant, les fantasmes sont plus forts que toute réalité dans l'esprit et le corps en manque, de sexe, d'amour, de reconnaissance, de communisme, et même de capitalisme idéal... On s'invente un présent et un avenir à la mesure de ses "rêves", qu'aucune real-politique ne peut détruire. Il faut absolument croire à ce qu'on veut voir. L'amour, comme le communisme, tient de la religion, du pari pascalien

en attendant l'amour et le communisme, le capitalisme règne, souverain pour les ci-devants citoyens, et son compère, le so called patriarcat


Dernière édition par Patlotch le Dim 7 Mai - 1:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patlotch



Messages : 868
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: AFRODITE CHEZ LES PHALLOCRATES, antiroman sans repentir, suivi de BLACK WOMEN, Love, Sex, Song, Dance... et théorie communiste   Dim 7 Mai - 1:18


lieux : communs ?

les lieux communs du manque de sexe et d'amour, déversés à longueur de "profils", sont une des plus fortes images que je retiendrai de la crise de ce monde. Des hommes, des femmes, de toutes catégories sociales, déchirés de solitude seule ou à deux, en quête éperdue, bras tendus maladroits vers on ne sait quelle promesse de bonheur hors du temps, par le sexe : comment, homme ou femme, pourrait-on être plus phallocratique ?

il leur faut, à défaut de le transformer, fuir ce monde

c'est bien triste, le Français moyen fait du Camatte sans le savoir (en fait c'est le contraire, Camatte n'a pas compris qu'il était un Français moyen)



Dernière édition par Patlotch le Dim 7 Mai - 11:48, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patlotch



Messages : 868
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: AFRODITE CHEZ LES PHALLOCRATES, antiroman sans repentir, suivi de BLACK WOMEN, Love, Sex, Song, Dance... et théorie communiste   Dim 7 Mai - 1:36


moment d'éclat

un collector de 'dirigeant/cadre supérieur'

Citation :
Bonjour Mesdames,

Homme plutôt grand et costaud, généralement seul en Belgique la semaine recherche une relation sans prise de tête et en totale discrétion. Généreux de nature et respectueux j'aimerais m'éclater avec celle qui recherche aussi de bons moments d'éclat !

ce généreux (de nature) a coché "dominer", "être dominé", "jeux de rôles"...

question à la Fernand Raynaud : - Combien de temps les jeux de rôles sont drôles ?
réponse à la Patlotch: - ça dépend du temps pour refroidir la bête, bite à l'affût, du canon, du phallus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patlotch



Messages : 868
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: AFRODITE CHEZ LES PHALLOCRATES, antiroman sans repentir, suivi de BLACK WOMEN, Love, Sex, Song, Dance... et théorie communiste   Dim 7 Mai - 12:33


la dialectique patriarcale mariage-adultère

de la maman et la putain

« L'adultère est le compagnon de route du mariage: ils sont impensables l'un sans l'autre.
»
Pascal Brickner

l'adultère est le complément du mariage, ou du couple socialement légitime, qu'il justifie. En ceci, sous quelque liberté qu'il se présente, l'adultère est la conservation du patriarcat. Ainsi, l'homme marié en quête d'une amante la préfère mariée

exemple (Cadre sup/dirigeant) : « Je recherche une femme vraiment bien mariée et que veux rester mariée... à la recherche d'une aventure suivie mais sans prise de tête ». La double faute de grammaire et d'orthographe est en fait un lapsus : "que veux rester mariée" signifie "dont je veux qu'elle reste mariée", l'idéal étant qu'elle le veuille aussi. Le couple légitime doit être par essence routine, l'adultère aventure (cf le néologisme vanté par le site, amanturier/amanturière)

sous les apparences de la liberté individuelle pour les deux amants, il s'agit en fait d'un contrat, avec cahier des charges, et de décharge [sic], qu'indique la case-clause "sans engagement"

la bulle, parenthèse dans l'espace et le temps, étant un idéal, un paradis sur terre, deviendra vite le moment attendu, jusqu'à l'obsession, prise de tête permanente. Pour le dire avec Héraclite, c'est l'identité des contraires, la bulle est d'emblée une non-bulle. Un intérieur ne se définit qu'en référence à un extérieur, la bulle est toujours au bord de l'explosion

la femme mariée, ayant son mari pour les mauvais moments, n'ennuiera pas son amant dans la bulle aux plaisirs. La voilà prévenue : mariée adultère, une femme avertie en vaut deux, la maman et la putain

la critique de l'adultère ne relève donc pas seulement de la morale, mais de celle du mariage qui le justifie, et de la prostitution du même coup

ce qui se présente, et que présente ce site décomplexé, sous les atours d'une liberté sexuelle, ne conduit à aucune libération sexuelle dans la société capitaliste. Cela ne fait qu'entériner la fonction du mariage dans le patriarcat

s'y tromper serait comme considérer que le vol remet en cause la propriété


quelle prise de tête !

scratch


la femme mariée idéal de l'homme adultère

suite

Citation :
je suis attiré par les femmes mariées ou en concubinages, pour des raisons de liberté, trop de mauvaises expériences avec des femmes seules


Dernière édition par Patlotch le Lun 8 Mai - 12:59, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patlotch



Messages : 868
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: AFRODITE CHEZ LES PHALLOCRATES, antiroman sans repentir, suivi de BLACK WOMEN, Love, Sex, Song, Dance... et théorie communiste   Dim 7 Mai - 13:13

je recharge le commentaire d'hier à 13:05

vivre sans entrave : le festival des ploucs de l'adultère

Afrodite : - pour abonder de 'matériaux' dans le sens des conclusions, un petit florilège complétant les citations données en début de sujet, sur la confusion très occidentale entre "corps et esprit" et "corps et âme", la "bulle", etc.

typo et orthographe respectées
Citation :
'dirigeant/cadre sup' : « sans que cela entrave ma vie au quotidien,je souhaite partager légèreté,complicité,frissons,douceur,rire,plaisir, et volupté pour pimenter la vie »

'autre cadre' : « L'esprit ouvert, épicurien et avide de succulentes découvertes intellectuelles et pourquoi pas charnelles ! »

'dirigeant/cadre sup' : « je sais ce que je veux et surtout ce que je ne veux plus, mesdames arrêtez avec vos annonces roman et compliquées [...), nous sommes là pour la même chose [...]. Vous êtes indispensables à notre équilibre... »

? : « Les jeux de l'esprit et du corps » [annonce complète]

'autre cadre' : « Ici prise de tête interdite » [c'est la première phrase]

'dirigeant/cadre sup' : « enfermons-nous dans une bulle de séduction et de charme le temps de notre passion...
Je recherche une femme complète : deux bras, deux jambes, et un cerveau Wink»


'Cadre commercial' : « Une parenthèse douce agreable caline... Je desire une relation sans prise de tête que de jolie moment partagé »

'Juriste' 62 ans (pseudo 'Maître-attentif') : « Rien qu'un homme [sic]... Dominateur. Cérébral et Physique, soudain il ordonne et impose, sévère et exigeant. Adorant initier à l'Obéissance JF novice mais motivée et sincèrement attirée par la Soumission. Ceci loin de toute brutalité [ouf, la jeune fille respire... encore], avec élégance, respect (sans exclure l'humilité due au maître), subtilité... [comme on le voit, et ce juriste est mûr pour écrire un "Droit à la domination" subtil, accompagné d'un "Devoir de soumission" élégant]

'dirigeant/cadre sup' (pseudo "dominer") : « L'art de dominer en toute complexité. Tout commence par des pensées, des mots. Tout finit par des gestes. Avec élégance et fermeté. » [l'élégance est une qualité essentielle de la femme féminine chez ces catégories sociales]

'maitredomine', Dirigeant cadre sup : « Envie d'une femme soumise ou qui a envie de découvrir ces jeux soft ou plus hard. Allez les filles, lâchez prise.... » [l'histoire ne dit pas si ses salariés, ou subalternes, lâchent prise...]

à suivre

on se demande bien pourquoi, avec leur pognon, ils ne s'adressent pas à des escorts de luxe, qui font très bien ce qu'ils demandent, encore que les "soumises" y soient plus rares que les "dominatrices"

note : "plouc" est à prendre au sens de Guy Debord, 1971, La véritable scission 58/59

Citation :
« [...] l’homme du malaise, jamais sûr de lui, mais le dissimulant. Il est l’homme absolument dépendant, qui croit devoir revendiquer la liberté même, idéalisée dans sa consommation semi-abondante [...]. Il arrive en retard, et en masse, à tout, voulant être unique et le premier. Bref, selon la révélatrice acception nouvelle d’un vieux mot argotique, le cadre est en même temps le plouc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patlotch



Messages : 868
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: AFRODITE CHEZ LES PHALLOCRATES, antiroman sans repentir, suivi de BLACK WOMEN, Love, Sex, Song, Dance... et théorie communiste   Dim 7 Mai - 14:59


ce qu'elles en disent, et pas

Citation :
- Bizarre, on dirait que sur ce site tous les hommes font au minimum 1,80m. Si ce n'est pas votre cas, faisons connaissance...

- Je trouve que sur ce site, il y a beaucoup d'ingénieurs (sourire)

- On est loin de la crise financière si j'en juge les salaires indiqués Lol

- J'ai un peu fait le tour de ce site, tous les hommes en lignes gagnent bien leur vie. Ils sont tous PDG ou cadres sup. C'est parfait...

- Beaucoup de latinistes : un homme sur dix écrit "Carpe Diem"

citations rapportées par 'DirectifSensuel' qui y voit des « lignes sarcastiques de Gleedenienne déçues ou non », et qui ajoute : « En seulement quelques temps vous m'avez usé. Je pars donc me reposer dans la vrai vie. Mes intentions étaient nobles et respectueuses [dominer, etc.] »

mais il y a une chose surprenante tout de même : aucune présentation de femme, ou discussion avec l'une d'elles, où serait repoussée l'idée de domination dans son principe, même si elles n'en sont pas adeptes en un sens ou l'autre. Cela doit relever de la case "ouvert.e d'esprit" puisque la plupart des membres la cochent. Dominer semble un choix respectable, comme dit l'autre


Dernière édition par Patlotch le Dim 7 Mai - 16:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patlotch



Messages : 868
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: AFRODITE CHEZ LES PHALLOCRATES, antiroman sans repentir, suivi de BLACK WOMEN, Love, Sex, Song, Dance... et théorie communiste   Dim 7 Mai - 15:58


langage t'engage

c'est un grand malheur que la plupart des gens ne sachent pas exprimer ce qu'ils sont, ce qu'ils pensent, autrement qu'avec la pauvreté du vocabulaire quotidien, ou pire celui de la gestion

quand on ne sait pas l'écrire, on ne sait généralement pas le parler, et de ce fait le penser

peut-on au moins espérer qu'ils le sentent ? Le problème serait alors d'exprimer ce sensible par de l'intelligible. C'est en quelque sorte ce que fait la poésie. La poésie au sens large est le plus haut degré de la connaissance sensible, y compris sur soi-même. Son extrême marginalité dit aussi où nous en sommes, entre réalité et langage

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patlotch



Messages : 868
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: AFRODITE CHEZ LES PHALLOCRATES, antiroman sans repentir, suivi de BLACK WOMEN, Love, Sex, Song, Dance... et théorie communiste   Dim 7 Mai - 16:13


Afrodite au pays des merveilles

parmi les sollicitations qui se poursuivent, celle de ce 'Dirigeant/Cadre supérieur' résidant à Versailles

Citation :
lui : Bonjour. Puis je avoir votre attention ?

moi : Bonjour. Oui mais un peu plus tard, je vais déjeuner

lui : Non, je ne suis pas à votre disposition

moi : mais enfin c'est vous qui me sollicitez, je ne vous ai rien demandé

plus tard...

lui : Désolé

moi : ça voulait quand même dire "au pied ma belle"

lui : Non ! Je ne suis pas comme ça. J'étais désireux d'échanger

moi : je suis à votre disposition. Quoi qu'il en soit, lisez ma présentation jusqu'au bout, et suivez le lien vers Roman sans repentir, cela vous évitera de perdre votre temps avec moi, Patlotch, puisqu'Afrodite n'est qu'un de mes personnages

lui : Je suis Géry

moi : et alors, qu'est-ce ça change, vous voulez d'un homme blanc de 66 ans ?

lui : J'ai 58 ans

moi : répondez à ma question. Vous êtes homosexuel ? Moi non

lui : Je ne suis pas homosexuel

moi : alors qu'attendez-vous de moi ?

lui : Vous êtes un mec ?

moi : vous savez lire, ou pas ? Les gens ici sont tellement dans leurs fantasmes qu'ils ne veulent rien savoir de la réalité

lui : N'importe quoi

(il m'a ensuite black-listée, ce qui ne signifie pas mis dans sa liste de femmes noires)

on est ici dans ce théâtre de l'absurde qu'est parfois la vraie vie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patlotch



Messages : 868
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: AFRODITE CHEZ LES PHALLOCRATES, antiroman sans repentir, suivi de BLACK WOMEN, Love, Sex, Song, Dance... et théorie communiste   Dim 7 Mai - 17:26


costard-cravate

je reconnais à ce site une bonne connaissance de sa clientèle masculine privilégiée, par le profil en l'absence de photo publique : une silhouette d'homme en costume cravate, une chemise que l'on suppose blanche

étonnant que nombre de photos de membres cadres en soient la réplique, moins la tête, coupée

côté femme, la silhouette, une femme aux cheveux mi-longs ou longs, sans que l'on puisse discerner ce qu'elle porte. On ne peut trancher ni de sa catégorie sociale, ni de son origine ethnique ou de sa couleur de peau : c'est le profil que présente Afrodite, comme toutes celles qui n'ont pas de "photo publique". Il recevra plus de 3000 visites en trois mois !



il serait presque possible d'en déduire les possibilités de couples adultères visées commercialement par ce site, les femmes y participant gratuitement mais les hommes au prix fort, puisqu'il est un des plus chers en France. Le cadre adultère, selon ses exigences "culturelles" certes, n'est pas très regardant sur l'origine de ses proies, il est même très ouvert socialement et racialement : à poil, toutes les mêmes !



Dernière édition par Patlotch le Mer 17 Mai - 15:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patlotch



Messages : 868
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: AFRODITE CHEZ LES PHALLOCRATES, antiroman sans repentir, suivi de BLACK WOMEN, Love, Sex, Song, Dance... et théorie communiste   Dim 7 Mai - 20:48


reflet de notre monde

un commentaire après discussion et lecture du "roman"

Citation :
moi qui suis un vieux routier de ces réseaux de rencontres, tout ce que vous évoquez me semble être le reflet de notre monde, mais parfois une pépite émerge du lisier


Dernière édition par Patlotch le Lun 8 Mai - 11:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Messages : 6251
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: AFRODITE CHEZ LES PHALLOCRATES, antiroman sans repentir, suivi de BLACK WOMEN, Love, Sex, Song, Dance... et théorie communiste   Lun 8 Mai - 15:38


théâtre de l'absurde

suite avec un cadre de 53 ans

Citation :
Lui : Bonjour. Discutons par plaisir et respect 

Moi : Bonjour. Vous voulez parler à l'auteur ou coucher avec son personnage ? 

Lui : Juste deja discuter 

Moi : Vous ne répondez pas à ma question 

Lui : Coucher sans connaître n'est pas pour moi 

Moi : mais avec un personnage de roman, oui ? 

Lui : Oui à vous lire. Passer un bon moment 

Moi : avec qui, l'auteur ou Afrodite ? 

Lui : Vous 

Moi : moi qui ? 

Lui : Êtes mystérieuse 

Moi : pas tant que ça pour qui a lu ma présentation, jusqu'au bout 

Lui : Un instant vous ét l'autre 

Moi : vous ne sortez pas de la méprise 

Lui : Quelle m'eprise 

Moi : mais enfin, relisez depuis le début 

Lui : Je vous ai offensé 

Moi : mais pas du tout : relisez, et ma présentation, et mon roman 

Lui : Oui il est beau 

Moi : "beau" ? Ah bon, je ne trouve pas 

Lui : Que je vous courtise vous gènes 

Moi : je suis l'auteur, Patlotch, homme blanc de 66 ans, c'est écrit dessus. Vous êtes homosexuel ? Moi non

Lui : Moî non plus 

Moi : Vous voulez donc courtiser un être de pure imagination ? 

Lui : Vous êtes un homme ?

Moi : vous auriez gagné du temps à lire ma présentation jusqu'au bout 

Lui : Effectivement pourquoi etre caché ici

Moi : c'est également écrit dans le "roman", je ne vais pas le récrire pour vous 

Lui : Ne l'ayant lu je ne peux en parler 

Moi : nous n'avons donc plus rien à nous dire. Bonne continuation 

Lui : A vous aussi. Il est dommage...

Moi : dommage que les belles femmes des romans n'existent pas dans la réalité ?

Lui : En êtes vous sûr 

Moi : Concernant Afrodite, oui

Lui : Il y a une certitude, elles existent puis s'en vont

Moi : il est vrai qu'Afrodite a existé, fait rêver, et même jouir...

Lui : : Jouir n'est pas que physique. Un regard un mot donne cela 

Moi : et alors, quel intérêt dans cette conversation?

Lui : Aucun juste échanger

Moi : des banalités ?

lui : Tout dépend

Moi : bien. Si vous êtes curieux, lisez mon "roman", et faites-moi remarques ou critiques, parce là, je m'ennuie avec vous

Lui : On est deux 

Moi : vous auriez donc changé d'avis ?

Lui : Quel est votre roman ?

scratch


Dernière édition par Admin le Ven 12 Mai - 14:16, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6251
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: AFRODITE CHEZ LES PHALLOCRATES, antiroman sans repentir, suivi de BLACK WOMEN, Love, Sex, Song, Dance... et théorie communiste   Lun 8 Mai - 15:51


collector

un 'architecte' de 53 ans, après chat discernant l'auteur, Patlotch, et le personnage imaginaire, Afrodite,
m'envoie un "coup de cœur" puis ce massage privé,


Citation :
Bonjour chère Afro Dite inconnue,

J'apprécie les mots que vous avez choisis pour vous présenter... Sobre, sincère et vif, votre texte est plein d'humour! Et une belle citation l'ouvre...

Votre profil m'attire, mais c'est en face-à-face plutôt que de profil que je voudrais vous voir et vous sentir, tout contre moi... En tête-à-tête, les yeux dans les yeux, joue contre joue et en corps-à -corps!

Vos beaux yeux verts cachent des jardins secrets que je ne demande qu'à explorer parmi vos courbes voluptueuses de brune intense...
Vos charmes et votre silhouette gracieuse m'enchantent, quant à votre chute de reins, elle risque de me donner le vertige!
Votre sensualité pleine de légèreté ainsi que votre joie de vivre m'attirent, je veux exalter votre désir de fantaisie!

Epicurien, marié, je recherche une belle complicité à la fois charnelle et mentale, pleine de joie, de tendresse, d'émotions et de plaisirs coquins à partager... En réel plutôt qu'en virtuel!
Avec le respect lié, à développer dans la durée...

Vous êtes grande, moi aussi, j'adore ça! Je vous ferai monter au 7è ciel dans mes longs bras!
Je ne suis pas un jeune Apollon, mais saurai, je crois, vous envelopper de beaucoup de joie, de désir et de gourmandise coquine.
J'aimerais cultiver avec vous le jardin secret de nos complicités. Soyons botanistes et jardiniers ensemble!

Faisons connaissance intime? Parlez-moi de vous je vous prie...
Nos affinités culturelles et textuelles peuvent épicer nos mélanges charnels et émotifs!

Vous vivez en couple, moi aussi. Nous pouvons donc nous comprendre en termes de discrétion et de complicité intime, non?
Où vivez-vous? Moi à Paris 20è, sur les hauteurs de Ménilmontant.

Au plaisir de vous lire et de vous rencontrer en réel!

Bisous tout doux dans le cou!
Bonne journée post-électorale à vous...

Patlotch a écrit:
quel délire fantasmatique avec un personnage imaginaire, tel que précisé dans sa présentation

Citation :
Oui je m'inspire de ce que je lis...
mais c'est vous dont je veux faire connaissance!
Alors dévoilez-vous un peu je vous prie...

Patlotch a écrit:
vous êtes désespérant de bêtise. Je pensais qu'il fallait savoir lire pour être architecte

l'impression qu'il envoie à toutes la même lettre, ajustée à la marge de la couleur des yeux et de la taille

plus tard...


Citation :
Oh oui vous m'avez bien eu!
Je n'avais pas été sur le site de votre livre-enquête... j'aurais dû!
En effet je suis bien bête d'aller sur ce gendre de site... mais j'y ai tout de même fait quelques belles rencontres de qualité...

Patlotch a écrit:
admettez que vous étiez prévenu dès le chat, ce qui ne vous a pas empêché de m'envoyer coup de cœur et de me mettre en favori

pour le reste, je ne doute pas de la "qualité" de vos rencontres, mais je trouve votre lettre, adressée à une inconnue, proprement ridicule

cela dit, je n'ai pas fait ça pour épingler ad hominem, et après 4 mois d'enquête, la boucle est bouclée


Dernière édition par Admin le Lun 15 Mai - 6:59, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6251
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: AFRODITE CHEZ LES PHALLOCRATES, antiroman sans repentir, suivi de BLACK WOMEN, Love, Sex, Song, Dance... et théorie communiste   Lun 8 Mai - 18:19


théâtre de l'absurde

suite, avec un "journaliste" de 65 ans

Citation :
Lui : Bonjour

Moi : Bonjour. "journaliste", je vous suppose bon en investigations, sinon, au moins sachant lire. Souhaitez-vous parler avec l'auteur du "roman" ou coucher avec Afrodite, personnage imaginaire ?

Lui : les deux, si possible.... 

Moi : pourquoi pas, mais Afrodite ne fait plus dans le virtuel 

Lui : dommage....donc l'auteur... 

Moi : je n'allais quand même pas vous faire l'amour sous un masque tombé ? 

Lui : quel masque....d'Aphrodite...ou l'auteur...?

Moi : l'auteur n'est pas homosexuel. Afrodite a fini son service 

Lui : Ok merci pour le petit divertissement. Je vous donne une adresse mail pour envoyer les photos sous les différentes masques et merci d'avance [adresse jointe]

Moi : Afrodite n'a, par définition, pas de photos, l'auteur, homme blanc de 66 ans, pas de masque

Lui : parfait..... Robert Desnos était aussi un auteur....mais il est mort en 1945....

Moi : et alors ? Quel rapport avec votre manifeste méprise ?

Lui : aucun...pourquoi meprise?


scratch


Afrodite et l'auteur ne feraient qu'un, elle serait l'auteur réel de sa mise en scène. Allons, chacun sa vie...


Dernière édition par Admin le Ven 12 Mai - 14:18, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6251
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: AFRODITE CHEZ LES PHALLOCRATES, antiroman sans repentir, suivi de BLACK WOMEN, Love, Sex, Song, Dance... et théorie communiste   Lun 8 Mai - 20:45


le fantasme est l'opium des frustrés

@Laurène Strzempa‏ a écrit:
L'amoureux est un imbécile qui vit seul une tragédie qui n'existe pas.

le comble n'est-il pas de se comporter déjà en prétendant avec un.e parfait.e inconnu.e, qui plus n'existe pas, qui plus-plus vous en a informé ? Un homme averti n'en vaut-il que la moitié d'un ?

tant qu'Afrodite jouait son personnage dans la vraie vie virtuelle, passons, mais depuis son coming'out, ses soupirants ne sont plus dupes que d'eux-mêmes

quand on fuit la réalité, la fiction doit la remplacer, être plus vraie, comme « la religion est le soupir de la créature opprimée, l’âme d’un monde sans cœur, comme elle est l’esprit de conditions sociales d’où l’esprit est exclu. Elle est l’opium du peuple. » (Karl Marx, Pour une critique de la philosophie du droit de Hegel, 1843)

cet au-delà du "roman" jette une lumière cruelle sur la puissance de toute fantasmagorie

se raconter des histoires est le propre de l'homme, et de la femme : de vrais romanciers en puissance !

PS : manquerait plus que certain.e.s m'accusent de plagiat ou me demandent des droits d'auteur...


study

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6251
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: AFRODITE CHEZ LES PHALLOCRATES, antiroman sans repentir, suivi de BLACK WOMEN, Love, Sex, Song, Dance... et théorie communiste   Lun 8 Mai - 21:16


"morale judéo-chrétienne" ?"

suite de la dialectique patriarcale mariage-adultère (hier 12:33)

d'un 'Cadre commercial' de 47 ans


Citation :
Ah cette morale judéo-chrétienne !!

Éclats de rires

Marié: oui

Heureux: très

Alors que demander de plus?

n'en déplaise, l'adultère ne remet pas en cause la morale judéo-chrétienne, mais la justifie, sans quoi les prêtres pédophiles quitteraient l'Église

mariage et adultère sont les deux faces d'une même monnaie, encore une histoire de dialectique des contraires, merci Héraclite


Dernière édition par Admin le Ven 12 Mai - 14:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6251
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: AFRODITE CHEZ LES PHALLOCRATES, antiroman sans repentir, suivi de BLACK WOMEN, Love, Sex, Song, Dance... et théorie communiste   Lun 8 Mai - 22:15


théâtre moins l'absurde

suite, avec un "Dirigeant/Cadre sup" de 57 ans, par messagerie privée

Citation :
Lui : Magnifique !

Moi : Bonsoir. Qu'est-ce qui est magnifique ?

Lui : Votre présentation bien sur. Je n'ai pas vu votre photo

Moi : il n'y a pas de photo. Vous n'aurez pas lu jusqu'au bout, ni la présentation, ni la suite
AFRODITE CHEZ LES PHALLOCRATES, roman sans repentir

un homme averti vaut-il la moitié d'un ?

Lui : Oui, vous êtes terrible et magnifique.
Je n'ai pas eu le courage ni l'envie d'ailleurs de lire ces correspondances épistolaires.


Moi : désolé, je ne comprends pas de quoi vous parlez, ni même à qui vous croyez parler : à Afrodite, personnage de roman qui n'existe pas, ou à son auteur, un homme blanc de 66 ans ?

Lui : Non à vous. Vous m'avez renvoyé à cette lecture . J'ai bien compris qu'il s'agit d'un personnage de roman. Je n'ai simplement pas eu le courage de tout lire.

Moi : dans ce cas, merci de votre appréciation. Je suis très certainement "terrible", car la réalité est cruelle et le miroir peut déstabiliser, mais "magnifique", je ne le pense pas. Afrodite l'était. Elle me manque beaucoup ;-)

lucidité de sa part, car il faut parfois un certain "courage" pour se regarder en face


Dernière édition par Admin le Ven 12 Mai - 14:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Patlotch



Messages : 868
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: AFRODITE CHEZ LES PHALLOCRATES, antiroman sans repentir, suivi de BLACK WOMEN, Love, Sex, Song, Dance... et théorie communiste   Lun 8 Mai - 22:29


miroir ?

le miroir ne s'adresse qu'aux hommes, et encore, pas à tous, qui ne sauraient s'y reconnaître, puisque le but n'est pas l'étude de ce genre de site en soi sous toutes ses coutures (célibataires, divorcés...), mais dans le contexte de mes autres cogitations, d'où ma focalisation sur certains aspects, socio-sexuels, d'une domination masculine souvent déniée et refoulée, et dont les voies ne sont pas toujours pénétrables

les hommes ne voient pas les profils de leurs concurrents, ne discutent pas avec eux... Gage que pour certains, c'est une douche froide de se reconnaître dans le profil ou les propos des autres, et je ne fus pas épargné

aux femmes je n'ai rien à apprendre, j'ai tout appris d'elles, et par Afrodite, ce que certaines vivent ici, et peuvent ressentir

il ne m'est pas possible de généraliser à toutes les femmes certains constats faits avec des bisexuelles/homosexuelles, car comme je disais, celles-ci ont tendance à faire communauté et à manifester une certaine solidarité féminine face aux hommes dont elles subissent ici un véritable harcèlement, accru par la concurrence très déséquilibrée en nombre. On peut constater que c'est de bonne guerre... du 'genre'

le plus terrifiant, c'est qu'on a beau vouloir, en étant ou en se faisant plus fin, pas "macho" pour deux euros, on ne peut pas y échapper. C'est en ceci que, quel que soit le niveau de domination masculine au niveau individuel, même au degré zéro - ou moins un pour les "soumis" -, il est surdéterminé par le machisme sociétal structurel. C'est j'imagine ce qu'entend dire Théorie Communiste avec sa formule coupée à la serpe : « Tous les hommes dominent toutes les femmes »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Messages : 6251
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: AFRODITE CHEZ LES PHALLOCRATES, antiroman sans repentir, suivi de BLACK WOMEN, Love, Sex, Song, Dance... et théorie communiste   Mar 9 Mai - 4:44


collector

suite avec le même 'architecte' de 53 ans (hier 15:51)

Citation :
Ah oui?
J'aimerais bien avoir vos critiques plus fines et précises que juste "proprement ridicule"...
un peu d'argumentation je vous prie
...

Patlotch a écrit:
hé bien lisez le "roman" dans sa "finesse" dialectique

le "ridicule" consiste non dans le style - vous écrivez plutôt correctement -, mais dans la posture fantasmatique, vous adresser à Afrodite, donc je suppose à d'autres femmes, de façon complètement égotiste, en projetant sur elle(s) vos fantasmes sexuels avant même tout échange véritable : elle n'est pour vous qu'un objet, presque un sextoy, pas un sujet parlant

Citation :
Je ne comprends pas votre critique qui me semble complètement stéréotypée et vague...

Non vous faites erreur, je ne projette nul fantasme sur mon interlocutrice! je réagis seulement aux quelques infos données par son profil, j'imagine un personnage et je tente d'éveiller sa curiosité et de faire réagir sa sensibilité en ouvrant quelques pistes de dialogue...

J'ose espérer que vos analyses, dans votre livre, sont un peu plus subtiles et mieux rédigées que votre diagnostic me concernant, car là excusez-moi mais c'est un peu navrant
...

Patlotch a écrit:
écoutez, mon but n'est pas la critique ad hominem, encore moins de vous faire la morale. Si vous voulez en savoir plus sur votre cas personnel, voyez un psychologue ou un psychanalyste, et si la réflexion générale vous intéresse, lisez-là au lieu de tout rapporter à vous

ce qui est "navrant", Monsieur, est de se connaître si peu soi-même et ce qu'on fait, et de persister le nez dessus dans le déni : « je ne projette aucun fantasme sur mon interlocutrice! ». Votre écriture-là, n'est tout de même pas un chef-d'œuvre de littérature érotique; dès lors qu'elle s'adresse à une inconnue dont elle "imagine" purement des aspects physiques, elle n'est que masturbatoire, c'est le propre d'une "écriture onaniste"

vous tentiez « d'éveiller sa curiosité et de faire réagir sa sensibilité », c'est parfaitement réussi, car ne doutez pas un instant que celles d'Afrodite et les miennes ne font qu'une, comme sa et ma réaction, que vous avez

quant aux "stéréotypes", vous en voilà un beau, qui vous vaut cette place de "collector" dans le "roman"

précision : depuis la sortie d'Afrodite, il n'y a plus dans son profil que : femme mariée de 42 ans, africaine de 1,73m, silhouette normale, yeux verts, cheveux brun/châtain de longueur moyenne, profession écrivain
seule case cochée, à relation recherchée : discussions, et dans l'annonce le renvoi au "roman" dont Afrodite est un personnage

l'interlocuteur, dans sa lettre, et sur la seule base de son imagination débordante, sans rien plus en savoir, lui demande où elle vit et veut déjà la "rencontrer en réel". Non, il ne projette pas ses fantasmes...


Dernière édition par Admin le Ven 12 Mai - 14:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6251
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: AFRODITE CHEZ LES PHALLOCRATES, antiroman sans repentir, suivi de BLACK WOMEN, Love, Sex, Song, Dance... et théorie communiste   Mar 9 Mai - 6:08


interlude "culturel"

Le manifeste du Parti communiste, 1847

Karl Marx a écrit:
L'abolition de la famille ! Même les plus radicaux s'indignent de cet infâme dessein des communistes.

Sur quelle base repose la famille bourgeoise d'à présent ? Sur le capital, le profit individuel. La famille, dans sa plénitude, n'existe que pour la bourgeoisie; mais elle a pour corollaire la suppression forcée de toute famille pour le prolétaire et la prostitution publique.

La famille bourgeoise s'évanouit naturellement avec l'évanouissement de son corollaire, et l'une et l'autre disparaissent avec la disparition du capital.

Nous reprochez-vous de vouloir abolir l'exploitation des enfants par leurs parents ? Ce crime-là, nous l'avouons.

Mais nous brisons, dites-vous, les liens les plus intimes, en substituant à l'éducation par la famille l'éducation par la société.

Et votre éducation à vous, n'est-elle pas, elle aussi, déterminée par la société ? Déterminée par les conditions sociales dans lesquelles vous élevez vos enfants, par l'immixtion directe ou non de la société, par l'école, etc. ? Les communistes n'inventent pas l'action de la société sur l'éducation; ils en changent seulement le caractère et arrachent l'éducation à l'influence de la classe dominante.

Les déclamations bourgeoises sur la famille et l'éducation, sur les doux liens qui unissent l'enfant à ses parents deviennent de plus en plus écœurantes, à mesure que la grande industrie détruit tout lien de famille pour le prolétaire et transforme les enfants en simples articles de commerce, en simples instruments de travail.

Mais la bourgeoisie tout entière de s'écrier en chœur : Vous autres, communistes, vous voulez introduire la communauté des femmes !

Pour le bourgeois, sa femme n'est autre chose qu'un instrument de production. Il entend dire que les instruments de production doivent être exploités en commun et il conclut naturellement que les femmes elles-mêmes partageront le sort commun de la socialisation.

Il ne soupçonne pas qu'il s'agit précisément d'arracher la femme à son rôle actuel de simple instrument de production.

Rien de plus grotesque, d'ailleurs, que l'horreur ultra-morale qu'inspire à nos bourgeois la prétendue communauté officielle des femmes que professeraient les communistes. Les communistes n'ont pas besoin d'introduire la communauté des femmes; elle a presque toujours existé.

Nos bourgeois, non contents d'avoir à leur disposition les femmes et les filles des prolétaires, sans parler de la prostitution officielle, trouvent un plaisir singulier à se cocufier mutuellement.

Le mariage bourgeois est, en réalité, la communauté des femmes mariées. Tout au plus pourrait-on accuser les communistes de vouloir mettre à la place d'une communauté des femmes hypocritement dissimulée une communauté franche et officielle. Il est évident, du reste, qu'avec l'abolition du régime de production actuel, disparaîtra la communauté des femmes qui en découle, c'est-à-dire la prostitution officielle et non officielle
.

le capitalisme avancé dans sa crise a atteint les sommets du renversement de ses propres "valeurs". Ce qui était propre à la grande bourgeoisie, avec les caractères du mariage bourgeois, « avoir à leur disposition les femmes et les filles des prolétaires, [...] plaisir à se cocufier mutuellement », s'est emparé des masses de ces néo-petits-bourgeois, les couches moyennes supérieures principaux clients/fournisseurs, fornicateurs et forts niqueurs de ce site, renversant le mode d'ordre supposé "révolutionnaire" de 1968 : jouir sans entraves

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6251
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: AFRODITE CHEZ LES PHALLOCRATES, antiroman sans repentir, suivi de BLACK WOMEN, Love, Sex, Song, Dance... et théorie communiste   Mar 9 Mai - 7:02


autogestion : la police des mœurs

'Cadre commercial', 45 ans

Citation :
PS : Je ne comprends pas les femmes (ni les hommes) qui sont ici pour se "caser". Il y a d'autres sites pour ça et vous nous polluez !

un amateur de Claudel, sûrement : « La tolérance, il y a des maisons pour ça. »


Dernière édition par Admin le Ven 12 Mai - 14:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6251
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: AFRODITE CHEZ LES PHALLOCRATES, antiroman sans repentir, suivi de BLACK WOMEN, Love, Sex, Song, Dance... et théorie communiste   Mar 9 Mai - 9:18


collector

un "dirigeant/cadre supérieur" par lui-même

46 ans

Citation :
Ma vie est bien remplie. Je suis quelqu'un d'actif, indépendant. Je sais être gentleman, solide et rassurant. Je travaille au quotidien ce savant mélange de chevalier-bricoleur, bûcheron-masseur expert, explorateur-poète, guerrier père-attentif, pourvoyeur-entreprenant... On me demande d'être doux et fort, puissant et humble, audacieux et réfléchi pour selon les humeurs être tout et son contraire. J'ai donc appris beaucoup et j'apprends encore...

il a coché la case "drôle"


12 mai : celui-ci a saisi Afrodite, par chat, de son grand intérêt pour elle : « ce poème est-il de vous ? » etc. Je lui ai répondu que je l'attendais, pour le féliciter, car il était devenu un "collector" grâce à l'extrait ci-dessus. Il a fallu lui expliquer pourquoi je le trouvais caricatural. Le reste a peu d'intérêt tellement son genre l'a en commun, il n'a pas compris qui j'étais avant que je lui dise en toutes lettres, et du coup il a black-listé Afrodite...


Dernière édition par Admin le Ven 12 Mai - 14:21, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Patlotch



Messages : 868
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: AFRODITE CHEZ LES PHALLOCRATES, antiroman sans repentir, suivi de BLACK WOMEN, Love, Sex, Song, Dance... et théorie communiste   Mar 9 Mai - 16:30


recyclage intégral

'Cioran' pour l'amour

l'adultère libéré stimule la pseudonymie, chacun.e y allant, en deçà d'une relative originalité valise, de ses références à des personnes, ou personnages connus... Les "artistes" ne sont pas en reste, acteurs, peintres, écrivains... On trouve aussi bien Klimt que Picasso, Corto Maltese qu'Éric Clapton, etc. Côté femmes les Emma bovarysent à souhait, tandis qu'un Flaubert côtoie un Henri Miller...

tout est recyclable, même l'imagination limitée

un que je ne m'attendais pas à croiser en ces eaux libidineuses, c'est l'ami Cioran, aussi déluré qu'un Émile, pas la faute à Rousseau..., et pourtant, il est là, si ce n'est défroqué, reconverti. Par respect de la vie privée de ce "cadre administratif" de 45 ans, je le renommerai CioranXX. Voici sa présentation :


CioranXX a écrit:
Drôle de site, drôle d'époque, cybermarivaudage pour bagatelle assurée??!! "L'ère du vide" ou le siècle de la communication,fornication??
A moins que tout ceci ne réponde qu'à ce "seul désir d'être célèbre 15 minutes". Andy Wahrol serait-il le prophète du monde post-moderne??
Et pourtant il semblerait que nous cherchons tous notre dose d'amour, que nous espérions que nos aspirations trouvent écho en l'autre, au prix même de la domination consumériste...
En outre ne subsistent que les émotions vraies, les autres jeux et contorsions du corps ne sont que le passage assuré vers ce qu'il manquerait à ce supplément d'âme que confère l'amour...


vrai que le mot "amour" est aussi rare ici que dans la langue de l'administration les mots cochons [exception d'affaires pendantes]; mais c'est un des moins utilisés pour parler des choses de l'âme, ou de ce que la chose fait à l'âme. Body, and Soul : ici, nous nous rejoindrons, mais Cioran n'y est pas pour grand chose


Dernière édition par Patlotch le Mar 9 Mai - 16:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
AFRODITE CHEZ LES PHALLOCRATES, antiroman sans repentir, suivi de BLACK WOMEN, Love, Sex, Song, Dance... et théorie communiste
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Alors ça ! .... je reste sans voix ! (patient qui part chez 1 consoeur après mon bilan initial)
» 50 % des actifs travaillent à moins de 8 kms de chez eux
» Bienvenue chez les Ch’tis
» "J'irai dormir chez vous"
» BCG obligatoire chez les assistantes maternelles?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PATLOTCH / NOUVELLE THÉORIE du COMMUNISME et de la RÉVOLUTION :: ENTRÉES THÉMATIQUES : CAPITALISME, MONDE, COLONIALITÉS... LUTTES :: ET LE SEXE DANS TOUT ÇA ?-
Sauter vers: