PATLOTCH / NOUVELLE THÉORIE du COMMUNISME et de la RÉVOLUTION

LA CONSTITUTION EN CLASSE CONTRE LE CAPITAL DES LUTTES PROLÉTARIENNES, FÉMINISTES, DÉCOLONIALES et ÉCOLOGISTES
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» des LUTTES dans la CRISE : GRÈVES, OCCUPATIONS, BLOCAGES, MANIFESTATIONS...
Aujourd'hui à 4:19 par Patlotch

» "CLASSES MOYENNES" : encadrement, prolétarisation, interclassisme, prolophobie... et théorie
Aujourd'hui à 0:45 par Tristan Vacances

» 0. un livre ? Une théorie est apparue... Diffusion, réception... débats ?
Aujourd'hui à 0:20 par Tristan Vacances

» EXTIMITÉ, les confessions de Patlotch : un rapport aux autres et au monde
Hier à 23:58 par Patlotch

» 8. poèmes et contes pour en causer
Hier à 22:46 par Patlotch

» 9. l'apparition plurielle d'une nouvelle théorie communiste ? questions parentes
Hier à 16:43 par Patlotch

» LA NOUVELLE GAZETTE DES VANNES (Franzoseur Zeitung)
Hier à 14:36 par Patlotch

» 5. LA CONSTITUTION EN CLASSE POUR LE COMMUNISME : quel sujet révolutionnaire ?
Hier à 14:05 par Patlotch

» la DOMINATION MASCULINE dans le monde : un MACHISME STRUCTUREL
Hier à 13:47 par Patlotch

» ÉMEUTES, typologie formes/contenus : des réalités à l'idéologie
Mar 17 Oct - 20:26 par Patlotch

» la DOMINATION MASCULINE en FRANCE : machisme, travail, domesticité, violences...
Mar 17 Oct - 14:56 par Patlotch

» la VIOLENCE venue dans la "CONTRE-RÉVOLUTION" CAPITALISTE...
Mar 17 Oct - 13:24 par Patlotch

» MARXISME FÉMINISTE et DÉCOLONIAL avec Ana Cecilia Dinerstein : 'utopies concrètes', 'organiser l'espoir'... auto-subjectivation révolutionnaire
Mar 17 Oct - 11:29 par Patlotch

» JAZZ, BLUES, R'n'B, SOUL, RAP... pour "double paire d'oreilles"
Mar 17 Oct - 10:51 par Patlotch

» des ŒUVRES-SUJETS PERFORMATRICES en ARTS : des usages révolutionnaires ?
Lun 16 Oct - 14:18 par Patlotch

» FÉMINISME et MARXISME : SEXES, GENRE, CLASSES, et CAPITALISME, avec Cinzia Arruzza... Silvia Federici, Selma James, Sara Farris, etc.
Lun 16 Oct - 13:10 par Patlotch

» CLASSES SOCIALES et AUTRES RAPPORTS SOCIAUX, de sexes, races, nations, générations... Documents
Lun 16 Oct - 1:24 par Patlotch

» de LA MARCHANDISE EN SA FABRIQUE, avec ou sans FÉTICHISME, au TRAVAIL LIBÉRÉ par le COMMUNISME
Dim 15 Oct - 13:13 par Tristan Vacances

» EUROPE Centrale, du Nord et de l'Est : RUSSIE, Ukraine, Crimée, Suède...
Dim 15 Oct - 0:22 par Patlotch

» VA-SAVOIR : chronique à la com, la dialectique du quotidien en propotion magique
Sam 14 Oct - 19:56 par Patlotch


Partagez | 
 

 au-delà du vrai et du faux, tragique comédie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 6251
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: au-delà du vrai et du faux, tragique comédie   Jeu 9 Fév - 7:45

petite chronique aléatoire, comme ça vient

il est des moments où l'on est peu "créatif". Le fond de l'air est frais. Je déteste les périodes électorales, et celle-ci me paraît plus sinistre encore. Pourtant depuis longtemps je n'en attends rien, rien de bien, rien de mieux, on sait ici pour qui pourquoi

il y a quelque chose de paradoxal dans cette "affaire Fillon". Je ne dirais pas qu'il est le plus honnête, du point de vue de sa dépendance à l'argent, à la bourgeoisie, mais il est un point où il ne fait pas de promesses enthousiasmantes pour ceux d'en-bas. Autrement dit il annonce ce qu'il ferait, ou tenterait de faire avec de bonnes chances d'y parvenir

dans ce contexte, tombe le rapport de la Cour des comptes : « la France va devoir se serrer (gravement) la ceinture »


Citation :
AUSTERITE : Le prochain gouvernement devra réaliser « des efforts d’une ampleur inédite sur les dépenses », affirme la Cour des comptes…

Après la rigueur, place à l’austérité ? Si l’on en croit la Cour des comptes, le prochain exécutif ne pourra plus se contenter de freiner la hausse des dépenses publiques : il va devoir la stopper entièrement voire réaliser des coupes franches. [...]

la France doit réduire son déficit public, (nettement) réduire ses dépenses publiques...

Que devra faire le prochain exécutif ?


Ne pas se « contenter » de stabiliser la dépense, « mais la faire baisser de 0,3 % en 2020 », affirme la Cour de comptes. Ce qui obligera le prochain gouvernement à « réexaminer les missions assurées par les administrations publiques » et à « faire des choix ». Comprenez, faire des coupes. Certaines « politiques d’intervention » devront être mieux ciblées, estime la Cour de comptes, notamment dans le domaine « du logement, de la formation professionnelle ou de la santé ». Rappelons que les dépenses publiques représentaient 57 % du PIB de la France en 2015, contre moins de 47 % pour les autres pays de la zone euro.


hé bien, voilà le vrai programme commun de tous les candidats à la présidentielle, n'est-il pas ?



Dernière édition par Admin le Mar 28 Fév - 6:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6251
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: au-delà du vrai et du faux, tragique comédie   Jeu 9 Fév - 9:17


on dira que, revenu de tout, pas naïf pour deux ronds, sans attente ayant mis mes désirs en jachère, il m'est difficile de m'« insurger », et je n'ai pas envie de m'« indigner », mais... Mais je suis écœuré par ce qui se passe. C'est peut-être la seule chose que je partage avec une majorité de français, et je me dis que cette faculté d'écœurement a quelque chose de paradoxalement heureux

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6251
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: au-delà du vrai et du faux, tragique comédie   Mar 28 Fév - 6:16


SON D'ÂGE

25,56 % de la ménagère de plus de 60 ans, divorcée sans enfants, vivant en ville ou à la campagne, considère qu'Emmanuel Macron est le gendre idéal de sa voisine. Elle met en avant son sourire à la Jacques Dutronc, « qui a l'air de se foutre de la gueule du monde », dixit




1968/1969

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6251
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: au-delà du vrai et du faux, tragique comédie   Sam 4 Mar - 12:21


« Hegel fait quelque part cette remarque que tous les grands événements et personnages historiques se répètent pour ainsi dire deux fois. Il a oublié d'ajouter : la première fois comme tragédie, la seconde fois comme farce.»
Le 18 brumaire de L. Bonaparte, Karl Marx

j'ai beau me creuser la mémoire, non, l'événement François Fillon ne répète rien. Il a tout l'allure d'une farce pure, et n'est une tragédie que pour lui et les siens. Tout au plus y verrait-on le stade actuel, épiphénoménal, de la crise politique qui s'approfondit

alors j'en déduis, par l'absurde, que ce n'est pas un "grand événement historique", ni Fillon un "grand personnage historique", ce qu'on savait déjà... comme quoi, en parler même est pour ne rien dire

cela dit avec toutes mes excuses à ma lectorate

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Patlotch



Messages : 861
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: au-delà du vrai et du faux, tragique comédie   Sam 9 Sep - 18:46


théorie du genre


photomontage Patlotch
Montreuil Parc des Beaumonts
2014


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patlotch



Messages : 861
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: au-delà du vrai et du faux, tragique comédie   Lun 18 Sep - 20:35


Le Manifeste en « catéchisme communiste » ?

on l'a échappé belle !

Citation :
... dans une lettre du 24 novembre 1847, Engels annonce à Marx la composition en brouillon du Manifeste Communiste, et se prononce entre autres contre la forme de catéchisme précédemment projetée, dont Moses Hess avait écrit le projet en juin 1847 : « Réfléchis donc un peu à la profession de foi [quand même, les mots sont importants], je crois qu'il est préférable d'abandonner la forme du catéchisme et d'intituler cette brochure "Manifeste communiste" »

Citation :
The writing of the Communist Manifesto isn't too far off this. After being tasked with writing it, Marx procrastinated, dragged his feet, and even worked on other stuff as the deadline approached. In his personal life, Marx was known for chain smoking, heavy drinking, and generally not a very healthy lifestyle. He would do things like go on pub crawls, where he drank one beer at each pub on a certain street, and then threw rocks at the lamp posts at the end of the street. I guess there were like 15 pubs, so yeah, he was a bit of a drinker. The final draft of the manifesto was written entirely by Marx, despite Engels being given a coauthor credit. By Engel's own admission, pretty much all of the ideas came from Marx as well, so it isn't super clear what he did aside from buy the drinks. "A Frightful Hobgoblin" was the original English translation of "A Spectre" of the iconic opening line (A spectre is haunting Europe - the spectre of communism). So Marx didn't actually write that in German (he used the German word Gespenst, which is closer to Spectre or Ghost).

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patlotch



Messages : 861
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: au-delà du vrai et du faux, tragique comédie   Jeu 5 Oct - 5:36


acharnement d'États

je ne savais pas où mettre cette info, pour Battisti il faudrait un sujet entier, mais cela en vaut-il la peine ? Le vrai du faux, je n'en jurerais pas, jugerais pas, l'État le fait si bien qu'on ne saura jamais

L’ancien militant d’extrême gauche Cesare Battisti interpellé à la frontière brésilo-bolivienne

Jérôme Gautheret (Rome, correspondant) et Claire Gatinois (Sao Paulo, correspondante)
Le Monde 05.10.2017

Condamné par contumace en 1993 en Italie, à la perpétuité pour quatre homicides, Cesare Battisti a été placé en détention. Ses avocats exigent sa libération immédiate.


2015

Citation :
Il a d’abord prétendu qu’il partait pêcher. Mais lorsque les forces de l’ordre brésiliennes, qui le suivaient discrètement, l’ont interpellé dans la ville de Corumba (au Sud Ouest du Brésil), mercredi 4 octobre, alors qu’il tentait de franchir la frontière bolivienne, lesté de quelques milliers de dollars et d’euros, Cesare Battisti n’a pu nier longtemps sa fuite. Aujourd’hui âgé de 62 ans, l’ancien membre des Prolétaires armés pour le communisme (PAC, extrême gauche), condamné par contumace en 1993 en Italie à la perpétuité pour quatre homicides commis durant les « années de plomb », a été aussitôt placé en détention.

Ses avocats ont exigé sa libération immédiate, redoutant que le gouvernement brésilien ne profite de cette détention pour donner droit à une nouvelle demande d’extradition de l’Italie. Une inquiétude qui n’avait cessé, ces derniers jours, de prendre de l’importance parmi les défenseurs de l’ancien militant d’extrême gauche. Le 28 septembre, pour parer à toute éventualité, les avocats de M. Battisti avaient ainsi déposé une demande d’Habeas Corpus (procédure qui énonce la liberté fondamentale de ne pas être emprisonné sans jugement), auprès de la Cour suprême brésilienne.

L’épisode signe un nouveau rebondissement du feuilleton Battisti, devenu le symbole parfait des plaies des années de plomb italiennes. Réfugié au Brésil depuis 2004, l’ancien activiste des PAC, en cavale depuis 1981 et son évasion de la prison de Frosinone, avait d’abord élu domicile au Mexique avant d’arriver à Paris au début des années 1990, se croyant protégé par la « doctrine Mitterrand », dans laquelle la France avait assuré, en 1985, qu’elle renonçait à extrader vers l’Italie d’anciens militants d’extrême gauche ayant renoncé à la violence, pour peu qu’ils n’aient pas commis de crimes de sang.

A Paris, il avait obtenu une carte de séjour et un emploi de gardien d’immeuble, en même temps qu’il écrivait plusieurs romans policiers, sur lesquels plane l’ombre des « années de plomb ». Il ne cessait de clamer son innocence, mais avait refusé de se présenter devant la justice italienne, qui l’avait condamné définitivement en 1993 pour assassinats et complicité d’assassinats.

La présidence de Temer signe le retour des tourments de l’Italien

Mais la protection de la France s’avère plus fragile que prévu. Début 2004, il est arrêté par la direction de l’antiterrorisme, en réponse à une nouvelle demande d’extradition italienne. Il est bientôt remis en liberté, sans que la menace s’éloigne. Ayant épuisé tous les recours, en dépit d’une mobilisation de nombreuses figures de la gauche (Bertrand Delanoë, François Hollande) ou des milieux culturels (Fred Vargas, Bernard-Henri Lévy), il rejoint la clandestinité et ne doit son salut qu’à une fuite vers le Brésil, que le gouvernement français est accusé de n’avoir pas cherché à empêcher.

Ses années brésiliennes ne seront pas non plus de tout repos. Débarqué clandestinement dans le pays, il est arrêté en mars 2007, à la demande de l’Italie, et libéré quatre mois plus tard, suite à l’intervention in extremis du président Luiz Inacio Lula da Silva. Au dernier jour de son mandat, le 31 décembre 2010, Lula avait rejeté la demande d’extradition formulée en 2009 par Rome. Les juges brésiliens avaient in fine estimé, en juin 2011, que Rome ne pouvait contester cette décision « souveraine » de l’ancien chef d’Etat. Cesare Battisti disposait depuis d’un visa de résident permanent.

Selon le quotidien O Globo, celui que son entourage surnommait « le petit fou » en raison de ses longues promenades solitaires, vivait dans la ville de Rio Preto, dans l’Etat de Sao Paulo, où il aurait récemment suivi un traitement contre l’hépatite C.

La prise de pouvoir de Michel Temer, en 2016, suite à la destitution polémique de l’héritière de Lula, Dilma Rousseff, signera le retour des tourments de l’Italien. La demande d’extradition qu’aurait réitérée récemment l’Italie aurait déjà reçu le feu vert de deux ministres : celui de la justice et des relations extérieures, rapporte la presse brésilienne. Le gouvernement Temer, impopulaire, verrait dans cette acceptation un « geste diplomatique important » envers l’Italie, qui n’a de cesse d’exiger que Cesare Battisti ne lui soit remis, afin qu’il purge sa peine.

Rattrapé par son passé

A en croire les avocats de Cesare Battisti, une telle démarche serait juridiquement irrecevable, un éventuel recours à la décision prise par Lula en 2010 étant, selon eux, prescrit. « Cela ne fait aucun sens, à moins de déformer le système juridique brésilien. Ce qui semble être actuellement le sport favori à Brasília », se lamente Igor Tamasauskas, l’un des avocats de M. Battisti, cité par O Globo. Une référence aux batailles entre le Sénat et de la Cour suprême qui semblent avoir une interprétation différente des textes et variable selon le profil des intéressés.

S’érigeant en simple « rouage de l’une des innombrables organisations d’extrême gauche alors en guerre contre l’Etat », Cesare Battisti est donc à nouveau rattrapé par son passé. « Ce que je veux ? Une réconciliation avec le peuple italien. Il faut une amnistie, d’autres pays ont bien réussi », plaidait l’Italien en décembre 2011 lors d’un entretien accordé au Monde. « M. Battisti doit seulement se présenter dans notre pays pour expier, selon les normes pénitentiaires italiennes, les peines auxquelles il a été condamné en conclusion de procès déroulé selon les normes du droit », lui avait répondu sèchement le président brésilien, Giorgio Napolitano, peu de temps après.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patlotch



Messages : 861
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: au-delà du vrai et du faux, tragique comédie   Ven 13 Oct - 0:24


Manifeste du tueur de masse ?

comme je n'aime pas André Breton, car rien d'André Breton, je peux en rajouter une couche. Je lis, dans un texte publié sur IndymédiaNantes, et en attente chez Paris-Luttes.Info, Récit et réflexions autour de la manif sauvage du mercredi 11 octobre 2017 en solidarité avec les condamné-e-s de l'affaire de la voiture brûlée du quai de Valmy, cette citation du Pape du surréalisme :

« L'acte surréaliste le plus simple consiste, révolvers aux poings, à descendre dans la rue et à tirer au hasard, tant qu'on peut, dans la foule. Qui n'a pas eu, au moins une fois, envie d'en finir de la sorte avec le petit système d'avilissement et de crétinisation en vigueur a sa place toute marquée dans cette foule, ventre à hauteur de canon.» André Breton, Second Manifeste du surréalisme, 1930

cela ferait aujourd'hui un excellent Manifeste du tueur de masse, non ? C'est, au-delà du vrai et du faux, par excellence sur-réaliste dans tous les sens du terme

bon, allez, je vais quand même citer la chute du même texte :


Citation :
Alors on n'est pas si loin du Bataclan et on est complètement dans les rues qui ont été attaquées par les illuminés de Daech le 13 novembre 2015... Dans le coin c'est les seuls à avoir mis en pratique l'idée "surréaliste" d'André Breton, donc c'est bien entendu de mauvais goût de citer le pape du surréalisme dans ce contexte. Pourtant, il y a quelque chose à creuser du côté de la critique de l'aliénation par le divertissement et de la marchandisation de la sociabilité.

Dans tous les cas, ne vous inquiétez pas, si un jour je pète un câble au point de me procurer des armes, je me trouverai des cibles précises. Et je suis sûr que vous avez déjà deviné lesquelles...

j'ai bien ma petite idée, mais je n'aime pas les devinettes, et avec ce genre de gugusse, va savoir

quelle mouche l'a piqué ? Voici :


Citation :
Je suis reparti en traversant à nouveau une partie du 11e arrondissement, et... peut-être parce que la rage et la tristesse continuaient de m'occuper l'esprit après la mauvaise nouvelle du résultat du procès, je me suis mis à bad-triper sur les terrasses des bars hypes et sur tou-te-s ces gens assis-es qui semblaient respirer la tranquillité, l'insouciance et la bonne humeur.

Je me suis rappelé que ce 11e arrondissement était un quartier populaire il y a encore quelques décennies, qu'il a été progressivement gentrifié au moins depuis une vingtaine d'années avec l'accumulation de bars branchés et de magasins pour jeunes bourges, notamment sur la rue Oberkampf.

Je me suis souvenu de cette phrase d'André Breton en traversant le détachement apolitique qui semblait émaner des terrasses des bars et des restos avec tou-te-s ces plus ou moins jeunes plus ou moins cools qui dépensent leurs plus ou moins bons salaires en buvant des coups et en fumant des clopes (tout en jetant quelques coups d'œil au smartphone de temps en temps -- finalement c'est pas les doudous qui manquent quand on est adulte).

quand il m'arrive, de plus en plus rarement, de retourner dans ce quartier près duquel j'habitais il y a une vingtaine d'années, je ne suis pas loin de ressentir le même écœurement, mais jamais la moindre velléité de m'en prendre à eux, ni oralement, ni en pensant à Breton (je ne pense jamais à Breton). Je suis si dégoûté que j'évite d'y mettre les pieds, sauf pour des courses dans les épiceries chinoises

j'avoue faire difficilement la différence entre la faune en terrasse et certains des collèges de têtes qui ont leur QG dans des bars du même quartier, et appartiennent au même milieu social. Qu'ils s'entretuent, donc...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patlotch



Messages : 861
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: au-delà du vrai et du faux, tragique comédie   Ven 13 Oct - 14:54


partout, la vengeance d'État

Battisti. « On va me livrer à la mort » en cas d’extradition

Reuters 12/10/2017


« On va me livrer à la mort », craint Battisti en cas d'extradition

Citation :
Condamné en 1993 par contumace par la justice italienne à la réclusion à perpétuité pour quatre meurtres et complicité de meurtres à la fin des années 1970, Cesare Battisti risque l’extradition vers l’Italie qui aimerait le voir comparaître devant la justice. « On va me livrer à la mort » estime Battisti.

L’ex-militant d’extrême gauche italien Cesare Battisti, dont Rome réclame l’extradition et qui avait été placé un temps en détention provisoire au Brésil, a assuré jeudi que l’envoyer en Italie reviendrait à le « livrer à la mort ».« Je ne sais pas si le Brésil va vouloir se salir, en sachant que le gouvernement et les médias ont créé ce monstre en Italie », a-t-il déclaré à propos de lui-même dans un entretien au quotidien Estado de Sao Paulo publié jeudi.

L’ancien militant de 62 ans, qui a vécu près de 15 ans en France avant de rejoindre le Brésil en 2004 face à la menace d’une extradition, nie les crimes qu’on lui attribue : « je n’ai tué personne ». Il assure qu’il ne voulait pas fuir le Brésil lorsqu’il a été arrêté à la frontière bolivienne.

« Si je voulais quitter le pays, je n’irais pas en Bolivie. J’ai plus de relations en Uruguay. Je serais allé en Uruguay. C’est un pays un peu plus fiable », a-t-il déclaré.

Interpellé à la frontière

Cette opération de police aurait été planifiée, selon lui. « On m’attendait. Cela fait longtemps que cette opération est planifiée avec l’ambassade d’Italie. C’est évident », a estimé Battisti, interviewé dans l’appartement d’un ami à Cananeia, dans l’Etat de Sao Paulo, décoré avec des affiches de Karl Marx et de Guernica, le célèbre tableau de Pablo Picasso.

Condamné en 1993 par contumace par la justice italienne à la réclusion à perpétuité pour quatre meurtres et complicité de meurtres à la fin des années 1970, Battisti avait été placé en détention provisoire la semaine dernière après un contrôle policier de routine alors qu’il s’apprêtait à quitter le Brésil à bord d’un taxi bolivien.Il transportait 6.000 dollars et 1 300 €, une somme supérieure au montant autorisé sans déclaration préalable (2 700 €).

Le juge brésilien qui a ordonné sa détention le soupçonne d’avoir tenté de fuir le pays pour éviter son extradition, ce que l’Italien nie. Il dit avoir eu l’intention de faire des achats.

Un autre juge a ordonné vendredi sa remise en liberté. Rome a multiplié ces dernières années les demandes d’extradition à son encontre, la dernière remontant au 25 septembre.

La Cour suprême du Brésil avait en 2009 autorisé l’extradition de l’Italien, un des symboles des « années de plomb » en Italie, mais l’ex-président Luiz Inacio Lula da Silva s’y était opposé. L’actuel gouvernement brésilien a dit vendredi étudier cette possibilité.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
au-delà du vrai et du faux, tragique comédie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sapin : vrai ou faux ?
» MAC Vrai ou faux ?
» Vrai ou faux travail ?
» Détection vrai/faux cheveux
» VRAI / FAUX

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PATLOTCH / NOUVELLE THÉORIE du COMMUNISME et de la RÉVOLUTION :: ENTRÉES THÉMATIQUES : CAPITALISME, MONDE, COLONIALITÉS... LUTTES :: RÉVOLUTION de la POÉTIQUE et POÉTIQUE de la RÉVOLUTION : Debord -> Patlotch :: LITTÉRATURE, PENSÉES, PEINTURES, PHOTOS, etc.-
Sauter vers: