PATLOTCH / CIVILISATION CHANGE / COMMUNISME, SEXE, et POÉSIE

dans la DOUBLE CRISE du CAPITAL et de l'OCCIDENT, LUTTES COMMUNISTES, FÉMINISTES, DÉCOLONIALES et ÉCOLOGIQUES
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» COMMUNISME : chemins de traverse
Hier à 22:55 par Patlotch

» ÉCONOMIE POLITIQUE, quand tu nous tiens : et la CRISE ? NOUVELLE RESTRUCTURATION du CAPITALISME ?
Hier à 21:58 par Patlotch

» ALIÉNATION des INDIVIDUS, et CAPITALISME
Hier à 21:33 par Tristan Vacances

» sur l'OCCIDENT, son histoire, son concept, et sa CRISE
Hier à 20:01 par Admin

» 'PROGRÈS', SCIENCES, HUMAIN, SANTÉ et capital... TRANSHUMANISME et dés-humanité
Hier à 19:11 par Patlotch

» VA-SAVOIR : chronique à la com, la dialectique du quotidien en propotion magique
Hier à 16:07 par Patlotch

» MACRONISME, ÉTAT (français) et RESTRUCTURATION (mondiale) du CAPITALISME
Hier à 15:32 par Patlotch

» PROLÉTARIAT : je t'aime, un peu, beaucoup... à la folie... pas du tout ?
Hier à 15:18 par Patlotch

» Vers un MARXISME DÉCOLONIAL / des marxistes s'emparent de la pensée décoloniale
Hier à 13:48 par Patlotch

» DÉCOLONISER le MARXISME, l'ANARCHISME, l'ULTRAGAUCHE et la "COMMUNISATION"... Histoire et nécessité actuelle d'un clivage, pour en finir avec les dogmes universels eurocentrés
Hier à 13:29 par Patlotch

» DÉCOLONISER les ESPRITS, les SAVOIRS, les THÉORIES et les 'FAIRE' : CRITIQUE DE L'EUROCENTRISME y compris 'POST-COLONIAL'
Hier à 12:38 par Patlotch

» les "BLANCS" forment-il une 'race' à part ? Whiteness ? BLANCHITÉ ?... le COLORISME... le 'RACISME ANTI-BLANCS'
Lun 21 Aoû - 11:22 par Patlotch

» 9 - QUE SE PASSE-T-IL ? hypothèses et validations empiriques... Quelles contradictions, quelle dynamique historique ?
Lun 21 Aoû - 11:11 par Patlotch

» POPULISME de GAUCHE : CHANTAL MOUFFE et ERNESTO LACLAU théoriciens transclassistes, PÉRONISME... TONI NEGRI, ses ambiguïtés et les limites de l'OPÉRAÏSM
Lun 21 Aoû - 10:06 par Patlotch

» des MOTS que j'aime et d'autres pas
Lun 21 Aoû - 9:45 par Patlotch

» RACISMES : DES CHIFFRES
Dim 20 Aoû - 19:22 par Patlotch

» BIDONVILLES : SLUMS : BARRIOS DE TUGURIOS
Ven 18 Aoû - 11:27 par Patlotch

» DIALECTIQUE COMPLEXE et MÉTHODOLOGIE : DÉPASSEMENTS À PRODUIRE
Jeu 17 Aoû - 18:27 par Patlotch

» LA RÉVOLUTION vers LA COMMUNAUTÉ HUMAINE
Jeu 17 Aoû - 17:02 par Admin

» COMMUNISME(S), RELIGION(S), FOI, et RÉVOLUTION (étude)
Jeu 17 Aoû - 16:59 par Admin


Partagez | 
 

 SEXE, DÉSIR, PLAISIR, RÉVOLUTION et COMMUNISME, essai théorique et poétique + théâtre-roman de marionnettes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 16 ... 31  Suivant
AuteurMessage
Tristan Vacances



Messages : 353
Date d'inscription : 21/12/2016

MessageSujet: Re: SEXE, DÉSIR, PLAISIR, RÉVOLUTION et COMMUNISME, essai théorique et poétique + théâtre-roman de marionnettes   Dim 15 Jan - 14:24

Florage a écrit:
Le texte de Kollontaï montre que dès le début du 20è siècle, les luttes étaient pleines de ces questions croisées, et ceci à un niveau théorique somme toute surprenant avec le recul. Paola Tabet n'est pas si loin...

La banalité de l'échange. Entretien avec Paola Tabet, Mathieu Trachman, Genre, sexualité & société 2009, texte intégral

Citation :
Dans cet entretien, l’anthropologue revient sur le parcours théorique et personnel qui l’a amenée à forger le concept d’échange économico-sexuel. Elle insère cette notion dans l’ensemble de ses travaux sur la division sexuelle du travail, la gestion de la reproduction, les interventions sur la sexualité des femmes. Elle revient également sur les usages de la notion d’échange économico-sexuels, les limites qu’il y a à l’utiliser principalement en ce qui concerne ce qu’on appelle le travail sexuel, et la difficulté à penser les échanges économico-sexuels comme un continuum. Le travail de Paola Tabet apparaît ainsi comme un ensemble d’outils théoriques et politiques dont l’objectif est de comprendre et de déconstruire les rapports sociaux de sexe et les fondements de la domination masculine.

Plan
- Le concept d’échange économico sexuel
- Rapports sociaux de sexe et hétérosexualité
- Rapports sociaux de sexe et rapports de pouvoir
- Ruptures et résistances
- Engagement intellectuel, engagement politique





Citation :
Si les inégalités sont à la base, on pourrait se demander ce que c’est qu’une sexualité égalitaire : pas simplement en remettant en cause la division sexuelle du travail, ce qui permettrait d’élargir les choix des femmes ; mais aussi les manières dont on peut penser une sexualité qui ne soit pas l’objet d’un échange.

Ce n’est pas facile de répondre. Et c’est une question trop complexe pour ce qui concerne la sexualité comme relation entre deux personnes. Une sexualité égalitaire quand même c’est aussi une sexualité hors de toute condition de domination, d’oppression, où il n’y aurait pas de contraintes, une sexualité libre de s’exprimer de n’importe quelle manière, d’expérimenter, qui ne serait pas liée à la division entre les sexes et aux relations de pouvoir. On peut essayer de l’imaginer. Bien sûr, dans les relations individuelles, il est parfois difficile de dire ce que c’est que l’égalité. Actuellement on a une structure fondamentale de domination qui impose même violemment une différence sociale des sujets et des sexualités et qui se base en fait sur l’hétérosexualité.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Messages : 6317
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: SEXE, DÉSIR, PLAISIR, RÉVOLUTION et COMMUNISME, essai théorique et poétique + théâtre-roman de marionnettes   Dim 15 Jan - 15:46

la sexualité de plaisir plus que de reproduction

sans commentaire à ce stade. Finalement, je reconnais que manquait un fil où l'on aborde la sexualité de plaisir plus que de reproduction. Cela n'épargne pas, pour éviter un excès de sexe, de consulter les sujets concrets et théoriques de la rubrique

'FEMMES' & 'hommes'... Domination masculine -> machisme structurel et sociétal

je vois qu'en mon absence, l'auto-organisation du forum s'auto-organise plutôt bien. Je vais donc pouvoir prendre plus souvent des vacances. C'est pas triste

je procéderai comme d'hab' à quelques synthèses pour qu'on retrouve les choses, mais j'interviendrai avec parcimonie dans les débats, pour consacrer le temps gagné à d'autres activités

bonne continuation

Patlotch

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6317
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: SEXE, DÉSIR, PLAISIR, RÉVOLUTION et COMMUNISME, essai théorique et poétique + théâtre-roman de marionnettes   Dim 15 Jan - 15:52



AliBlabla a synthétisé la discussion d'à côté d'où a surgi ce sujet, mais pas rendu à César Dauvé ce qui lui appartient, les liens vers ses textes

Tristan Vacances a écrit:
Florage a écrit:
la perspective communiste par ses bords, l'individu, l'art, le sexe... on révèle tout ce qui n'a pas été approfondi, et qui bloque la pensée du reste, confiné à ce qui est prétendu essentiel, le rapport d'exploitation et l'État.

C'est flagrant chez TC, puisque son structuralisme le pousse à tout rapporter à l'exploitation. C'est l'entonnoir plus le pressoir. Mais Dauvé est bien plus ouvert, comme en témoignent nombre de textes depuis La Banquise en 1983, Pour un monde sans morale jusqu'aux récents dans DDT21, Sur la « question » des « femmes », 2016, et la série Homo dans DDT21.

Ne lisez pas TC, lisez Dauvé, c'est plein d'histoires de cul.




dans le même ordre d'idées voir REDÉFINIR LE 'GENRE' ? pour la théorisation communiste, féministe et décoloniale, et la communisation. Conversations croisées et digressions sur TRANS et INTERSEXES

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
AliBlabla



Messages : 293
Date d'inscription : 23/12/2016

MessageSujet: Re: SEXE, DÉSIR, PLAISIR, RÉVOLUTION et COMMUNISME, essai théorique et poétique + théâtre-roman de marionnettes   Dim 15 Jan - 15:57

Admin a écrit:
AliBlabla a synthétisé la discussion d'à côté d'où a surgi ce sujet, mais pas...

Tout le monde ne peut pas être Patlotch à la place du Patlotch.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tristan Vacances



Messages : 353
Date d'inscription : 21/12/2016

MessageSujet: Re: SEXE, DÉSIR, PLAISIR, RÉVOLUTION et COMMUNISME, essai théorique et poétique + théâtre-roman de marionnettes   Dim 15 Jan - 21:15

Dans l'esprit du sujet, selon le Califorum.


Wilhelm Reich : une politique du plaisir

Zones subversives, 27 Janvier 2014



1969 réd. 2013

Wilhelm Reich propose une réflexion politique sur le plaisir sexuel. La révolution sociale doit permettre un épanouissement humain et sensuel.


Citation :
Face au désert existentiel de la modernité marchande, la révolution sexuelle demeure un projet politique qui peut ébranler les bases de l’ordre social. Dans les années 1968, Wilhelm Reich incarne la figure sulfureuse du théoricien de la révolution sexuelle. Sa pensée est redécouverte par les jeunes révolutionnaires qui veulent en découdre avec une société autoritaire et patriarcale. Le mouvement du 22 mars, mais aussi le groupe Vive la révolution ! puisent leur révolte dans la pensée de Wilhelm Reich. Mais son influence s’étend surtout en Europe et aux États-Unis. Le mouvement de Mai 68 éclate avec une lutte contre la répression sexuelle à Nanterre.

Dans le sillage de cet esprit 68, Jean-Michel Palmier écrit en 1969 un livre intitulé Wilhelm Reich. Essai sur la naissance du Freudo-marxisme. Cet ouvrage est récemment réédité. Aujourd’hui, seule une sexualité normalisé et conformiste triomphe, incarnée par l’ignoble « mariage pour tous ». Surtout, la misère affective et sexuelle semble toujours aussi présente. « Le seul problème des étudiants français est de coucher avec les filles », ironise M.Gorce, Ministre de l’Information, en Mai 68. Ce problème, toujours minimisé et moqué par les ministres comme par les gauchistes, demeure central.

La pensée de Wilhelm Reich insiste sur l’épanouissement sexuel et sur l’aspiration au bonheur. Sa réflexion vise à transformer le monde pour changer la vie. Le renouveau des luttes nourrit une pensée critique qui doit également prendre en compte une réflexion sur la révolution sexuelle. Les problèmes économiques et sociaux demeurent majeurs. Mais les luttes sociales doivent s’accompagner par une réflexion sur la vie quotidienne, et notamment sur la misère sexuelle. « L’émergence des nouveaux mouvements de contestation à travers le monde et le renouveau de la pensée critique ne remettent-ils pas à l’ordre du jour la pensée de Wilhelm Reich, l’insubmersible ? », introduit Patrick Baradeau.

Un psychanalyste original

Wilhelm Reich incarne l’opposition à l’idéologie bourgeoise et capitaliste. C’est un psychanalyste qui lutte contre Freud et un communiste qui s’oppose au stalinisme.

Né en 1897 dans une famille très pauvre, il poursuit des études de médecine. Pour lui la sexualité demeure le centre de la vie sociale mais aussi de la vie de chaque individu. Sa lecture de Freud, Trois essais sur la théorie de la sexualité et Introduction à la psychanalyse, détermine le choix de sa profession. Mais Freud s’attache à la méthode scientifique la plus froide. Au contraire, Wilhelm Reich penche vers la passion du débat et la spéculation intellectuelle qui tend parfois vers le délire. Mais les découvertes du jeune Freud ébranlent l’ordre moral. Pour lui, la pulsion sexuelle est présente chez les enfants dès le plus jeune âge, avant la puberté. Cette pulsion sexuelle ne recherche pas forcément l’union génitale. Ensuite, la notion de libido évoque ce « besoin sexuel ». Ses découvertes vont à l’encontre de la sexologie traditionnelle.

Wilhelm Reich comprend la dimension subversive de cette réflexion. Il devient psychanalyste et rencontre Freud. Il demeure fidèle aux écrits du jeune Freud et dénonce toute déviance par rapport à cette pensée originelle.

Wilhelm Reich apparaît comme un disciple de Freud. Au début des années 1920, il travaille à la Clinique psychanalytique de Vienne. Mais des divergences se dessinent. Wilhelm Reich conteste l’existence d’un instinct de mort. Cette hypothèse s’oppose selon lui aux premières découvertes freudiennes. Surtout, il insiste sur la « puissance orgastique » : seul l’orgasme sexuel permet d’éviter les névroses. Freud ne cesse de remanier ses premiers essais tandis que Wilhelm Reich en radicalise les découvertes. Il observe une « cuirasse caractérielle ». Ce concept désigne tous les mécanismes qui répriment le désir sexuel. « Le seul but de l’analyse est de dissoudre ces boucliers de mécanismes de défense afin de libérer l’énergie sexuelle », décrit Jean-Michel Palmier. Le capitalisme, l’éducation et la morale expliquent cette répression sexuelle et deviennent la cause de la misère psychique.

Mais Jean-Michel Palmier propose un regard critique sur les premières réflexions de Wilhelm Reich. Les découvertes de Freud sont simplifiées. Surtout, le disciple biologise la libido qui devient énergie sexuelle puis énergie biologique. Mais sa réflexion politique semble beaucoup plus intéressante que sa théorie de la psychanalyse. Sa critique radicale de la société répressive demeure toujours pertinente.




Une critique de la répression sexuelle et du capitalisme

Wilhelm Reich s’intéresse aux problèmes sociaux. En 1927, il assiste à des émeutes ouvrières. Il voit surtout la répression brutale de la police qui n’hésite pas à tirer sur les manifestants qui s’enfuient et à faire plusieurs morts. Il décide donc d’adhérer au Parti communiste.

Il donne des conférences sur la théorie psychanalytique qui n’intéressent personne. Ensuite, il évoque les conditions de vie des travailleurs et les conséquences sur leur sexualité. Ses conférences obtiennent davantage de succès. Il évoque surtout la vie quotidienne et la misère sexuelle du prolétariat. Les méthodes de contraceptions sont alors mal connues et l’avortement peut se révéler fatal.

Wilhelm Reich demeure le seul psychanalyste qui se retrouve confronté aux problèmes de la classe ouvrière. Il ouvre même une clinique gratuite. Dès lors, « il comprend brusquement qu’il est impossible de guérir les névroses, d’améliorer, de transformer la vie affective et même la vie tout court de tous ces hommes sans transformer leur situation matérielle », décrit Jean-Michel Palmier. La misère psychique s’explique souvent par la misère sociale. Cette découverte donne aux recherches de Wilhelm Reich une dimension révolutionnaire. Seule une transformation radicale de la société peut mettre un terme aux névroses.

Wilhelm Reich décide de lutter avec la classe ouvrière. Il organise des « consultations d’hygiène sexuelle » dans les dispensaires de la « banlieue rouge » de Vienne. Ensuite, il commence des conférences dans les usines pour attaquer l’idéologie bourgeoise et proposer une politique sexuelle. Il ouvre des centres qui évoquent l’avortement et informent les ouvriers sur les mécanismes de leur vie sexuelle. Il justifie les grèves et les révoltes ouvrières. Ces conférences ont beaucoup de succès. Wilhelm Reich attaque les institutions et les « valeurs » de la bourgeoisie. Surtout, au cours de ses conférences, le public ouvrier pose des questions concrètes qui révèlent l’importance de la sexualité et de sa répression dans la vie quotidienne.

Wilhelm Reich n’est pas pour autant un intellectuel qui prétend éclairer les masses. Au contraire il participe activement aux luttes sociales aux côtés des ouvriers. Il distribue des tracts et participe à toutes les grèves, à toutes les manifestations communistes et aux luttes des ouvriers et des chômeurs. « C’est au niveau de la société, de l’éducation, de la famille, qu’il faut combattre les interdits et les préjugés. C’est tout un système politique, économique qu’il faut remettre en cause », décrit Jean-Michel Palmier.




Une critique de l’idéologie et de la morale bourgeoise

Freud publie Malaise dans la civilisation. Cet ouvrage propose une réflexion politique sur la psychanalyse, la culture et la civilisation. Il influence notamment les réflexions du philosophe Herbert Marcuse dans Eros et civilisation. Ce livre estime que l’aspiration à une vie plus libre et plus heureuse doit fonder un nouveau projet révolutionnaire. Mais le livre de Freud présente une vision plus pessimiste. L’homme doit renoncer à ses désirs et diminuer ses exigences pour retrouver des possibilités de bonheur, estime le psychanalyste. « Aussi la civilisation est-elle nécessairement répressive, et la restriction de la vie sexuelle est indispensable », résume Jean-Michel Palmier. Freud insiste également sur l’angoisse lié au sentiment de culpabilité comme produit de la civilisation. Pour Freud, il est possible d’organiser la société en fonction du bonheur de chacun.

Wilhelm Reich critique le pessimisme et la résignation de Freud. Surtout, son livre occulte l’histoire humaine et les conflits sociaux. Les deux psychanalystes s’opposent également sur leur vision du bonheur. Freud conserve une conception pauvre du bonheur, proche de l’ascétisme. Il accepte l’ordre social et refuse la possibilité d’une transformation réelle du monde par la politique. En revanche, Wilhelm Reich s’intéresse davantage aux problèmes concrets dans la vie quotidienne. Il axe sa réflexion vers une critique radicale de la société capitaliste. Il politise l’aspiration au bonheur, notamment amoureux et sexuel.

La vie misérable et aliénée s’explique par l’idéologie et la répression sexuelle. « Défendre la vie, c’était, pour Reich, reconnaître à la sexualité ses droits et combattre toutes les idéologies répressives », souligne Jean-Michel Palmier.

La famille impose l’idéologie répressive dès le plus jeune âge. Les parents transmettent à leurs enfants tous leurs refoulements et inhibitions à leurs enfants, qui les transmettent à leur tour. La famille transmet les valeurs qui façonnent l’individu. Cette structure autoritaire de la famille ne se limite pas à la bourgeoisie et demeure la cause principale de la répression sexuelle. L’éducation impose ce petit bonheur conforme du mariage et de la famille qui nie et rejette le plaisir sexuel. Ce système repose sur l’hypocrisie. Malgré les évolutions modernes, « la famille est toujours l’une des plus importantes fabriques d’idéologies, et l’une des plus violentes structures répressives », estime Jean-Michel Palmier. Les pulsions des enfants doivent être refoulées car la liberté sexuelle ébranle la puissance patriarcale autoritaire. Lorsque la sexualité de l’adolescent est réprimée et culpabilisée, la révolte prend la forme de la névrose. Wilhelm Reich s’attache à transformer cette névrose en véritable révolte politique.

La critique marxiste de l’idéologie s’attaque peut souvent à la morale bourgeoise. Wilhelm Reich dénonce la dimension hypocrite et répressive de la morale sexuelle. Cette idéologie estime que la procréation demeure l’unique objectif de la sexualité. Ce dogme impose la glorification de la famille et du couple. Dès leur plus jeune âge, les enfants doivent intérioriser un sentiment de crainte et de culpabilité à l’égard du plaisir sexuel. La soumission au système autoritaire s’explique par ce sentiment de crainte. Les filles sont maintenues dans l’ignorance de la sexualité, toujours associée au mariage, pour mieux les soumettre à leur mari. Le couple et le mariage demeurent le seul cadre de la vie sexuelle des femmes qui devient rapidement monotone.




Sexpol : une politique sexuelle

A Berlin, l’action politique de Wilhelm Reich se radicalise. Il tente de construire un mouvement révolutionnaire de masse. Il organise une conférence intitulée La Misère sexuelle des travailleurs, considérée comme communiste par le milieu de la psychanalyse. En 1930, il crée une organisation de masse de politique sexuelle sous le contrôle du Parti communiste (PC) : Sexpol. En Allemagne le PC, le plus important d’Europe, tente de s’opposer à la montée du nazisme dans un climat de violence et d’affrontements de rue. Wilhelm Reich gagne la sympathie de la jeunesse ouvrière qui tente de lutter contre sa misère autant matérielle que psychique. Il insiste sur l’importance de « politiser la question sexuelle » pour abattre l’idéologie bourgeoise. « La sexualité ne peut être reconnue dans ses droits qu’avec l’abolition des structures de la bourgeoisie capitaliste : son affirmation entraîne la critique de la répression et de l’aliénation collectives », rappelle Jean-Michel Palmier. L’éducation et la structure répressive de la famille expliquent les névroses. Mais cette famille reflète un ordre social, politique, économique existant : l’ordre capitaliste. Pour s’attaquer à la famille, il faut transformer la société. La critique de la morale sexuelle permet de diffuser les idées révolutionnaires dans la jeunesse.

Wilhelm Reich rédige une brochure destinée aux jeunes ouvriers : La lutte sexuelle de la jeunesse. Cette brochure semble un peu datée. A l’époque, le psychanalyste ne critique pas encore l’URSS. Il évoque également l’avortement et la contraception qui sont aujourd’hui banalisés. Pourtant, ce texte demeure particulièrement radical. Wilhelm Reich critique le travail aliéné. Pour lui, le travail ne permet pas de se réaliser mais repose sur une mystification. « Des millions d’hommes ne pourront jamais accéder à une vie heureuse et libre, car ils doivent se vendre pour vivre », résume Jean-Michel Palmier. L’accession au bonheur demeure la question centrale. La sexualité demeure un élément essentiel de ce bonheur. Mais la société capitaliste, avec son idéologie et ses lois, rend impossible l’accession au bonheur pour une grande majorité de la population. Après la critique du travail, Wilhelm Reich évoque la misère sexuelle. Il attaque la morale bourgeoise et la pornographie qui empêchent à la jeunesse de satisfaire une vie sexuelle épanouissante. Avec la critique et la lutte politique, le psychanalyste délivre des conseils pratiques avec des informations essentielles. Il reprend également la critique de la famille et de la morale. La sexualité ne doit pas permettre la procréation, mais seulement le plaisir. Les sexologues, les moralistes et les éducateurs reprochent au psychanalyste de corrompre la jeunesse. Mais même les cadres du PC s’inquiètent de ce désir de politiser la sexualité pour accéder au bonheur.

Les communistes demeurent puritains et n’acceptent cette critique radicale de la famille et de la morale sexuelle. Surtout, Wilhelm Reich dénonce également les bureaucrates du PC qui refusent de s’allier avec les sociaux-démocrates pour combattre le nazisme. Il critique également leur réformisme et leur parlementarisme. Il attaque ensuite l’URSS et le stalinisme. Mais il demeure attaché à la révolution de 1917 avec sa libération sexuelle. Il se retrouve donc exclu du PC. Pour Wilhelm Reich, comme pour Marx, la destruction de la famille doit permettre de réinventer de nouvelles relations humaines, amoureuses, sexuelles. Marx esquisse cette critique de l’institution bourgeoise du mariage et de l’ennui de la famille. Pour lui, l’amour n’est pas une simple idée mais demeure une passion. Mais la famille ne se réduit pas une institution car elle repose aussi sur des inhibitions psychiques.

Après 1935, exclu du communisme et de la psychanalyse, Wilhelm Reich sombre dans un délire paranoïaque. Il délaisse la lutte des classes et la révolution. Ses écrits n’ont alors plus le moindre intérêt.

Wilhelm Reich reste très conservateur sur certains points, notamment dans sa défense du couple et de l’amour traditionnel. La révolution sexuelle et libération des désirs doivent évidemment briser toutes les normes et les contraintes sociales, ou du moins éviter de les considérer comme centrales et uniques. Les normes hétérosexuelle, masculine, mais aussi du couple, de la famille, de l’éducation doivent être abolies. Le freudo-marxisme permet d’insister sur une transformation qualitative de la vie quotidienne, et pas uniquement de l’organisation sociale.

La pensée de Wilhelm Reich demeure indispensable pour penser la société d’aujourd’hui. Si la répression sexuelle ne s’affirme plus aussi brutalement, les désirs restent contrôlés et orientés. A travers une politique sexuelle, la lutte des classes doit permettre l’accès de tous au plaisir et à la jouissance.


en relation chez Zones subversives (liens en bas d'article)

- Le freudo-marxisme de Wilhelm Reich
- Wilhelm Reich et la révolution sexuelle
- La psychanalyse contre l'ordre moral
- Le mouvement du 22 mars entre théorie et pratique
- La presse du plaisir
- Contrôle des corps et misère sexuelle

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Florage



Messages : 162
Date d'inscription : 13/01/2017

MessageSujet: Re: SEXE, DÉSIR, PLAISIR, RÉVOLUTION et COMMUNISME, essai théorique et poétique + théâtre-roman de marionnettes   Lun 16 Jan - 16:28


Très franchement, j'ai bien du mal à faire le lien entre les débats théoriques récents, dans les autres sujets, sur les rapports classe-genre-(race), et les textes sur le plaisir sexuel comme libérateur des années d'après 68.

Soit que les premiers manquent de cette dimension, du moins exprimée concrètement, soit que ces textes seraient décalés aujourd'hui, quelque chose n'est pas tissé entre les deux.

Mon affirmation, que « de Fourier et Proudhon au féminisme des années 60, en passant par Reich dès l'avant-guerre, on a clairement un clivage entre les "prudes" et puritains et les "libertaires", sur la question sexuelle en relation avec la lutte des classes », est sûrement un peu courte, mais le problème me semble que l'expression abstraite de la question du désir et du plaisir sexuels dans les textes théoriques ne permet pas de voir ce qu'ils en font.

On peut sans doute généraliser cette remarque à tout ce qui concerne le principe de plaisir, en relation au principe de réalité. A cet égard, il y a des désaccords importants au sein de la théorie de la communisation. Le plaisir est quasi absent chez Théorie communiste, plus présent chez Dauvé, plus théorisé chez Astarian de longue date :

Bruno Astarian a écrit:
Aucune activité ne sera jugée suffisamment nécessaire pour être entreprise si son déroulement ne donne pas pleine et entière satisfaction à tout instant aux individus qui s'y livrent. Les critères de cette satisfaction sont de l'ordre du plaisir, mais plaisir d'homme libre : être soi et se produire comme un autre, repousser toute limite, construire son rapport à l'autre comme universalisation de soi, prendre et donner sans comptabilité matérielle ou morale. Seule cette satisfaction, et non pas l'accomplissement de quelconques tâches nécessaires et/ou préalables, donne sa cohérence d'ensemble, de proche en proche, à la société communiste.

LE COMMUNISME, TENTATIVE DE DEFINITION
Bruno Astarian, avril 1996


Cela reste abstrait et général, mais central, ce qui en fait le moins incompatible avec Wilhelm Reich, et par ailleurs avec les thèses de Patlotch sur la transformation des uns par les autres > L'INDIVIDU au-delà de L'INDIVIDUALISME => "Je est des autres" : COMMUNISATION

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tristan Vacances



Messages : 353
Date d'inscription : 21/12/2016

MessageSujet: Re: SEXE, DÉSIR, PLAISIR, RÉVOLUTION et COMMUNISME, essai théorique et poétique + théâtre-roman de marionnettes   Lun 16 Jan - 16:51

Florage a écrit:
Le plaisir est quasi absent chez Théorie communiste [...]

[chez Astarian]Cela [le plaisir] reste abstrait et général, mais central, ce qui en fait le moins incompatible avec Wilhelm Reich, et par ailleurs avec les thèses de Patlotch sur la transformation des uns par les autres > L'INDIVIDU au-delà de L'INDIVIDUALISME => "Je est des autres" : COMMUNISATION


Le lien passe par là effectivement, de la singularité individuelle à la communauté pour le plaisir comme un objectif communiste. Il est plus difficile de voir le rôle que cela joue dans le processus de luttes et la subjectivation révolutionnaire, mais l'utopie n'est-elle pas concrète quand portée par un désir qui prends corps ?

Théorie communiste, par sa critique de Patlotch dans "Le sexe sans excès", 2014, ne nous aide pas, compte tenu de son abstraction, de ses incompréhensions et déformations cherchant à prouver que Patlotch, "Collection Arlequin", est "alternativiste" et soutient peu ou prou l'idéologie capitaliste de l'individu. Le déplaisir de lecture est garanti !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Florage



Messages : 162
Date d'inscription : 13/01/2017

MessageSujet: Re: SEXE, DÉSIR, PLAISIR, RÉVOLUTION et COMMUNISME, essai théorique et poétique + théâtre-roman de marionnettes   Lun 16 Jan - 17:07


Du texte d'Astarian LE COMMUNISME, TENTATIVE DE DEFINITION, ceci encore, dans IV :

Astarian a écrit:
Dans le communisme, la catégorie de la production matérielle disparait donc au profit de celle d'activité inter-individuelle totalisante trouvant en elle-même sa raison d'être. On parvient au même résultat en imaginant ce que deviendront les activités actuelles non-productives séparées: le communisme fera, par exemple, de ce qui est actuellement l'activité poétique un rapport reproductif à la nature.

Ici, forte résonance avec l'approche poétique de Patlotch dans RÉVOLUTION de la POÉTIQUE et POÉTIQUE de la RÉVOLUTION

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AliBlabla



Messages : 293
Date d'inscription : 23/12/2016

MessageSujet: Re: SEXE, DÉSIR, PLAISIR, RÉVOLUTION et COMMUNISME, essai théorique et poétique + théâtre-roman de marionnettes   Lun 16 Jan - 18:22

Florage a écrit:
Ici, forte résonance avec l'approche poétique de Patlotch dans RÉVOLUTION de la POÉTIQUE et POÉTIQUE de la RÉVOLUTION

Salut ma Flor de l'âge, phare du phosphorage, flot de rage au forum, Ô mama déflorant les hommes du comptoir, ne trouves-tu pas que tu sors du sujet ? Tu devrais ouvrir le prochain : LA POÉSIE, LE CUL, et LA RÉVOLUTION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Florage



Messages : 162
Date d'inscription : 13/01/2017

MessageSujet: Re: SEXE, DÉSIR, PLAISIR, RÉVOLUTION et COMMUNISME, essai théorique et poétique + théâtre-roman de marionnettes   Lun 16 Jan - 18:28


Une poussée d'acnée, AliBlavard ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tristan Vacances



Messages : 353
Date d'inscription : 21/12/2016

MessageSujet: Re: SEXE, DÉSIR, PLAISIR, RÉVOLUTION et COMMUNISME, essai théorique et poétique + théâtre-roman de marionnettes   Lun 16 Jan - 18:37


Si vous voulez mon avis, le forum se barre en couilles, et le Calife nous fera porter la responsabilité. Je ne suis pas anti-érotiste, mais je me désolidarise de votre activité anti-lectorate.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AliBlabla



Messages : 293
Date d'inscription : 23/12/2016

MessageSujet: Re: SEXE, DÉSIR, PLAISIR, RÉVOLUTION et COMMUNISME, essai théorique et poétique + théâtre-roman de marionnettes   Lun 16 Jan - 18:38



Lèche-cul !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Florage



Messages : 162
Date d'inscription : 13/01/2017

MessageSujet: Re: SEXE, DÉSIR, PLAISIR, RÉVOLUTION et COMMUNISME, essai théorique et poétique + théâtre-roman de marionnettes   Lun 16 Jan - 18:48

Tristan Vacances a écrit:
Si vous voulez mon avis, le forum se barre en couilles, et le Calife nous fera porter la responsabilité.

En tant que je suis militante féministe désorganisée et que ma souche est dans ma culotte, je suis pour une vie pas privée de public, et l'auto-orgasmisation du rentre dedans dehors.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AliBlabla



Messages : 293
Date d'inscription : 23/12/2016

MessageSujet: Re: SEXE, DÉSIR, PLAISIR, RÉVOLUTION et COMMUNISME, essai théorique et poétique + théâtre-roman de marionnettes   Lun 16 Jan - 18:52



Un forum, trois inscrits, deux scissions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tristan Vacances



Messages : 353
Date d'inscription : 21/12/2016

MessageSujet: Re: SEXE, DÉSIR, PLAISIR, RÉVOLUTION et COMMUNISME, essai théorique et poétique + théâtre-roman de marionnettes   Lun 16 Jan - 19:06

Florage a écrit:
je suis pour une vie pas privée de public, et l'auto-orgasmisation du rentre dedans dehors

L'atmosphère privé/public relève d'un jargon athéoristique qui veut tout dire et son contraire, de l'hétéraclitisme primaire. On ne met pas deux fois le nez dans le même forum.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AliBlabla



Messages : 293
Date d'inscription : 23/12/2016

MessageSujet: Re: SEXE, DÉSIR, PLAISIR, RÉVOLUTION et COMMUNISME, essai théorique et poétique + théâtre-roman de marionnettes   Lun 16 Jan - 19:11

Tristan Vacances a écrit:
L'atmosphère privé/public...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tristan Vacances



Messages : 353
Date d'inscription : 21/12/2016

MessageSujet: Re: SEXE, DÉSIR, PLAISIR, RÉVOLUTION et COMMUNISME, essai théorique et poétique + théâtre-roman de marionnettes   Lun 16 Jan - 19:27


Du blabla incarné, le verbe se fait chair, le jour se lève...


Arletty chez Carné en 1929, avant d'être accusée de "collaboration horizontale" en 1944, qui répondra : « Mon cœur est français, mais mon cul est international »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Florage



Messages : 162
Date d'inscription : 13/01/2017

MessageSujet: Re: SEXE, DÉSIR, PLAISIR, RÉVOLUTION et COMMUNISME, essai théorique et poétique + théâtre-roman de marionnettes   Lun 16 Jan - 19:50

Tristan Vacances a écrit:
Arletty... accusée de "collaboration horizontale"

La formule fait d'une pierre deux coups : pute et soumise... à l'ennemi. Relis, dans le texte que tu as cité plus haut, La banalité de l'échange. Entretien avec Paola Tabet, Le concept d’échange économico sexuel

Paola Tabet a écrit:
j’ai commencé à poser la question différemment et à trouver, au lieu de l’opposition classique entre mariage et prostitution, une série de relations impliquant une compensation avec des variations entre elles à l’égard de plusieurs éléments. Il en est surtout ressorti qu’il n’y avait même pas un consensus entre les différentes cultures sur ce que c’est ou ce n’est pas une putain, une prostituée, qu’il n’y avait même pas un petit dénominateur commun pour ainsi dire, un seul élément concret et universel qui puisse permettre de dire « c’est ça ».

Ce n’est pas par exemple « the many and the money » qui est la base de la définition des relations dites de prostitution et qui permet de définir et de distinguer universellement la pute. L’échange économique peut marquer explicitement toutes les relations, donc y compris le mariage, et donc il ne permet pas de les distinguer. Tout comme par ailleurs une femme peut se trouver dans l’obligation (sous peine de divorce) d’avoir des rapports sexuels avec tout homme qui lui est désigné par son mari et, par contre, être considérée comme une pute si elle a un seul rapport, mais choisi par elle-même et en dehors de la juridiction du mari. Donc ce n’est pas non plus le nombre des partenaires qui est l’élément utile, si on cherche une définition universelle, c’est-à-dire valable pour toutes les sociétés.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tristan Vacances



Messages : 353
Date d'inscription : 21/12/2016

MessageSujet: Re: SEXE, DÉSIR, PLAISIR, RÉVOLUTION et COMMUNISME, essai théorique et poétique + théâtre-roman de marionnettes   Lun 16 Jan - 20:06


Là, tu pousses un peu la comparaison. Arletty n'était plus une pauvre starlette, et rien ne la contraignait à un tel échange économico-sexuel avec l'occupant. D'accord sur la prostitution, pas de « définition universelle, c’est-à-dire valable pour toutes les sociétés. », mais pour la société française de l'occupation, condamner cette forme de collaboration est à mon sens valable.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Florage



Messages : 162
Date d'inscription : 13/01/2017

MessageSujet: Re: SEXE, DÉSIR, PLAISIR, RÉVOLUTION et COMMUNISME, essai théorique et poétique + théâtre-roman de marionnettes   Lun 16 Jan - 20:17


T'es tu demandé pourquoi il apparaît relever de "l'art de la guerre" que les officiers des armées d'occupation prennent maîtresses indigènes, signifiant à consommer sur place, sans connotation raciale ici, puisque dans les colonies, le viol était pratiquement légal ?

Je suppose qu'il y avait trop peu de femmes dans l'armée allemande en France pour qu'on puisse apprécier la réciproque, un artiste français couchant avec une "ennemie".

Donc je persiste et signe, la formule "collaboration horizontale" signifie doublement pute et soumise à l'ennemi, et relève d'un machisme qui fait la morale, planqué derrière la politique.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tristan Vacances



Messages : 353
Date d'inscription : 21/12/2016

MessageSujet: Re: SEXE, DÉSIR, PLAISIR, RÉVOLUTION et COMMUNISME, essai théorique et poétique + théâtre-roman de marionnettes   Lun 16 Jan - 20:22


Sans faire mon AliBlabla, je ne vois pas le rapport avec le sujet SEXE et COMMUNISME.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Florage



Messages : 162
Date d'inscription : 13/01/2017

MessageSujet: Re: SEXE, DÉSIR, PLAISIR, RÉVOLUTION et COMMUNISME, essai théorique et poétique + théâtre-roman de marionnettes   Lun 16 Jan - 20:25


Le rapport n'est certes pas direct, mais c'est toi qui bottes en touche, Tristan. Au demeurant, le PCF ne fut pas le dernier à raser les femmes, ni les camarades qui avant rasaient les murs, "les résistants de la dernière heure". Bon, tu me diras, le PCF n'était pas communiste comme on l'entend nous, mais désolé, le communisme réel, c'était ça, c'était eux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AliBlabla



Messages : 293
Date d'inscription : 23/12/2016

MessageSujet: Re: SEXE, DÉSIR, PLAISIR, RÉVOLUTION et COMMUNISME, essai théorique et poétique + théâtre-roman de marionnettes   Lun 16 Jan - 20:33

Florage a écrit:
Les camarades qui rasaient les femmes... le communisme réel...

Et alors, dans la communisation, le prolétariat rasera les bourgeoises mais ne couchera pas avec elles ? Ouah, quel progrès, c'est la négation de la négation du machisme programmatiste !

Florage a écrit:
14 janvier

Commençons par un petit rappel des classiques



- Et quand le Grand Soir sera venu...
- Ta bouche, mimi ! Quand le grand soir sera venu, je te connais... tu iras coucher avec un bourgeois !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tristan Vacances



Messages : 353
Date d'inscription : 21/12/2016

MessageSujet: Re: SEXE, DÉSIR, PLAISIR, RÉVOLUTION et COMMUNISME, essai théorique et poétique + théâtre-roman de marionnettes   Lun 16 Jan - 20:41


AliBlabla a écrit:
le prolétariat rasera les bourgeoises mais ne couchera pas avec elles ?

En attendant la fin, tu rases les pâquerettes gratuit.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AliBlabla



Messages : 293
Date d'inscription : 23/12/2016

MessageSujet: Re: SEXE, DÉSIR, PLAISIR, RÉVOLUTION et COMMUNISME, essai théorique et poétique + théâtre-roman de marionnettes   Lun 16 Jan - 20:50


Tristan Vacances a écrit:
de l'hétéraclitisme primaire. On ne met pas deux fois le nez dans le même forum.

Et l'hétéroclitoricisme, tu le rases en mettant le nez dans les effluves du genre ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
SEXE, DÉSIR, PLAISIR, RÉVOLUTION et COMMUNISME, essai théorique et poétique + théâtre-roman de marionnettes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 31Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 16 ... 31  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les OGM, une seconde Révolution Verte. Sera-t-elle aussi meurtrière ?
» essai mu mariage
» Documentaire: Darwin (R)évolution.
» Nouveautés/évolution sièges auto
» Révolution pacifiste en Islande ??

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PATLOTCH / CIVILISATION CHANGE / COMMUNISME, SEXE, et POÉSIE :: ENTRÉES THÉMATIQUES : CAPITALISME, MONDE, COLONIALITÉS... LUTTES :: ET LE SEXE DANS TOUT ÇA ?-
Sauter vers: