PATLOTCH / NOUVELLE THÉORIE du COMMUNISME et de la RÉVOLUTION

LA CONSTITUTION EN CLASSE CONTRE LE CAPITAL DES LUTTES PROLÉTARIENNES, FÉMINISTES, DÉCOLONIALES et ÉCOLOGISTES
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» 7. LE LIVRE : du capitalisme à la communauté humaine, UNE CLASSE pour LA RÉVOLUTION (sommaire, texte complet et renvoi aux compléments)
Aujourd'hui à 18:31 par Patlotch

» 5. LA CONSTITUTION EN CLASSE POUR LE COMMUNISME : quel sujet révolutionnaire ?
Aujourd'hui à 18:26 par Tristan Vacances

» la DOMINATION MASCULINE en FRANCE : machisme, travail, domesticité, violences...
Aujourd'hui à 11:39 par Patlotch

» vous avez dit "OUVRIER" ?
Aujourd'hui à 11:09 par Patlotch

» sur l'OCCIDENT, son histoire, son concept, et sa CRISE dans celle du capitalisme
Aujourd'hui à 10:41 par Patlotch

» 8. poèmes, fables et contes pour en causer
Hier à 19:45 par Patlotch

» VA-SAVOIR : chronique à la com, la dialectique du quotidien en propotion magique
Hier à 19:22 par Patlotch

» JAZZ, BLUES, R'n'B, SOUL, RAP... pour "double paire d'oreilles"
Hier à 17:58 par Patlotch

» EXTIMITÉ, les confessions de Patlotch : un rapport aux autres et au monde
Hier à 17:45 par Patlotch

» 9. l'apparition plurielle d'une nouvelle théorie communiste ? questions parentes
Hier à 16:31 par Patlotch

» 4. COMMUNISME : chemins de traverse, de la chose au mot à la chose
Hier à 15:03 par Patlotch

» 0. un livre ? Une théorie est apparue... Diffusion, réception... débats ?
Ven 20 Oct - 16:44 par Tristan Vacances

» FÉMINISME et MARXISME : SEXES, GENRE, CLASSES, et CAPITALISME, avec Cinzia Arruzza... Silvia Federici, Selma James, Sara Farris, Elsa Dorlin...
Ven 20 Oct - 16:24 par Patlotch

» LA NOUVELLE GAZETTE DES VANNES (Franzoseur Zeitung)
Ven 20 Oct - 15:36 par Patlotch

» CLASSES SOCIALES et AUTRES RAPPORTS SOCIAUX, de sexes, races, nations, générations... Documents
Ven 20 Oct - 13:01 par Patlotch

» CATASTROPHES INDUSTRIELLES et POLLUTIONS
Ven 20 Oct - 9:35 par Admin

» ÉMEUTES, typologie formes/contenus : des réalités à l'idéologie
Ven 20 Oct - 9:19 par Admin

» au-delà du vrai et du faux, tragique comédie
Jeu 19 Oct - 14:02 par Patlotch

» l’écosocialisme entre théories révolutionnaires et alternative capitalisme verte
Jeu 19 Oct - 12:57 par Patlotch

» OUTRE-MER : outre frontière de races, classes et sexes ?
Jeu 19 Oct - 12:43 par Patlotch


Partagez | 
 

 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Jeu 29 Déc - 20:35


triste vacance... de la conversation

ici, je suppose que Tristan Vacances met à profit ses vacances de Noël pour élaborer quelque chose de plus substantiel à proposer à la conversation

au sujet de la conversation, dans l'esprit où nous en avions Corinne Cerise et moi, voir : Ali Benmakhlouf, La Conversation comme manière de vivre. Les considérations faisant appel à la philosophie analytique me paraissent tirées par les cheveux, mais dans l'ensemble, elles rejoignent ce dont j'ai parlé en termes de poétique et de théorie, l'introduction de divers langages ou modalités d'expression pour des approches croisées conceptuelles et subjectives

quant à l'approche théorique, cet épisode nous aura permis de revenir sur la méthodologie dialectique et complexe, en repassant par Bertell Ollman. Voir DIALECTIQUE COMPLEXE et MÉTHODOLOGIE : DÉPASSEMENTS À PRODUIRE depuis le 23 décembre

ce détour correspond à un nouveau moment dans la reformulation de mes cogitations, qui permet d'approfondir et préciser mes critiques des marxismes prolétaristes en général et de la Théorie de la communisation dans ses variantes en particulier. En les cernant du point de vue de la dialectique des niveaux de généralité et points de vue dans la méthode d'abstraction de Marx, nous voyons mieux leurs erreurs méthodologiques et les moyens d'avancer nous-mêmes dans la description du moment présent du capital et des perspectives du communisme comme mouvement, de leur absence ou de leur nécessaire reformulation à laquelle nous pousse le capitalisme actuel

là où nous en restions à considérer comme globalement faux tous les marxismes relevant de l'universalisme prolétarien, dont  la théorie de la communisation, nous entrevoyons la possibilité de les doubler (dépasser) par une élaboration partant des niveaux de généralité décrits par Bertell Ollman, en particulier contre l'anthropocentrisme et la vision de "rapports" entre humanité et nature que l'on trouve aussi chez Temps Critiques, cad de la séparation propre à l'eurocentrisme critiqué par la pensée décoloniale


...Noël : Jésus Coco va arriver ?

un point avec lequel nous avons rompu est l'idée d'une révolution communiste immédiate d'un seul tenant, ouvrant une période de communisation réglant d'un même mouvement tous les problèmes : exploitation capitaliste, dominations étatiques et masculine, oppressions de race et autres...

si "être communiste" c'est croire à cette utopie abstraite proche du jugement dernier dans la foi chrétienne, je ne le suis pas, et tant pis. S'il faut l'attendre, je le suis encore moins

Twisted Evil

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Ven 30 Déc - 14:31


communismeS, espace et temps... révolutionS

l'idée de communismes pluriels, cad de voix plurielles vers la sortie du capitalisme, ou d'un communisme pluriversel pour le dire en langage décolonial contre l'universalisme unitaire depuis un centre prétendant éclairer le monde; cette idée peut se décliner dans l'espace et le temps, cad à un moment donné spatialement autant que temporellement dans la succession des moments, et donc surtout conduire à briser l'idée d'UNE révolution unique ou d'un processus révolutionnaire unitaire réglant tous les problèmes, comme dit ci-dessus

c'est le pendant du fait que le capitalisme se déploie à la fois historiquement et organiquement toujours dans un espace, des espaces situés, à des rythmes et des polyrythmes différents et décalés (cf par exemple la théorie du développement inégal et combiné dans Retour vers le futur : les origines du capitalisme, Benjamin Bürbaumer, revue Période, novembre 2016)

parler de LA révolution au singulier du monde n'a plus, pour nous, de sens que religieux, et vouloir la théoriser relève du théologico-théorique (cf chronique en vrac, avec Meschonnic et Balibar, 8 décembre)

c'est encore ce qui ressort, pour moi, du texte grec introductif à LA Theses de Endnotes, cf subjectivisme et esthétisme en lieu et place de la théorie


subjectif, poétique et matérialisme

cela peut surprendre que soutenant l'idée d'une poétique de la révolution, je puisse être si critique du subjectivisme et de l'objectivisme idéalistes que je vois à l'œuvre chez les partisans de LA communisation, dont la conception unitaire fait le déterminisme donc l'attente, voire l'annonce. C'est que je ne confonds pas le subjectif, comme perception par les sens, ni la subjectivation révolutionnaire, avec une foi venant combler un manque, une utopie abstraite avec une utopie concrète. La poésie, du moins telle que je la conçois comme quête d'une vérité de la réalité, est foncièrement matérialiste !


« Matérialisme, il y a dans cette matière-là assez d'infini pour supplanter toutes les religions »

André du Boucher



l'histoire donc, en tant qu'elle enchaîne des continuités et des ruptures, est scandée par des révolutions, ou plutôt des moments révolutionnaires, cad des changements qualitatifs produits par l'accroissement de changements quantitatifs, et il n'y a aucune raison pour que cela change à l'avenir. C'est donc de ces processus révolutionnaires polyrythmiques spatio-temporels que la théorie communiste, pensée critique pour les émancipations, doit s'efforcer de rendre compte pour y intervenir de façon pertinente... et multiple


« Les hommes font leur propre histoire,
mais ils ne la font pas arbitrairement, dans les conditions choisies par eux,
mais dans des conditions directement données et héritées du passé.»


Karl Marx
Le 18 brumaire de L. Bonaparte, 1851


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Ven 30 Déc - 17:41


vous avez dit mondialisme ?

CNRTL a écrit:
Mondialisme : Attitude qui consiste à considérer tous les peuples comme dépendants les uns des autres ou constituant une seule communauté humaine.
« Le mondialisme et l'économie planétaire ont bien été moqués mais c'est à la façon de ces utopies irrésistibles que l'histoire prend en charge et met en œuvre. » (Perroux,Écon. XXes.,1964, p. 276)


j'ignore depuis quand ce terme est utilisé par les anarchistes et/ou communistes, dans le sens d'un internationalisme voulant abolir les frontières, celui qu'on trouve dans le nom du blog mondialisme.org. Il s'oppose donc diamétralement autant à l'État-nation qu'à la mondialisation capitaliste

poursuivant sur la lancée de communismes pluriels, je ne suis pas mondialiste, car comme je l'ai indiqué au début de ce sujet, l'unicité des formes du communisme me paraît contraire à l'idée qu'il repose sur l'émancipation des individus, le « libre épanouissement de chacun » selon les termes du Manifeste de 1847


négation de la négation

c'est un peu comme si le terme mondialisme, dans son sens anarchiste/communiste, prolongeait le programmatisme de l'universalisme prolétarien, en miroir de ce qui ferait l'unité en face, la mondialisation/globalisation du capital. Dans ce cas, c'est encore une rupture qu'il va falloir assumer, une révolution dans la révolution de plus, pour le coup dialectique : négation de la négation

ce tournant revient-il à approuver l'esprit communautariste, ou à rejoindre la critique nationaliste d'extrême-droite du mondialisme, pour elle idéologie de la mondialisation ? Je laisse mon avisée lectorate en juger



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Sam 31 Déc - 13:55


positivons !

santa



‏@joaquimjuky  Tweeter RT A.C. Dinerstein

ce vœu est-il irréaliste ? Oui et non, si « le communisme est le mouvement réel qui abolit l'état actuel.» (Marx-Engels, IE, 1845), car tout dépend de ce qu'on nomme « l'état actuel ». Certes aucun mouvement n'abolit de nos jours le capitalisme, mais si « l'abolition du capitalisme ne nous débarrassera pas de ces oppressions (racisme, au sexisme, au nationalisme, etc., ) mais seulement de leurs formes capitalistes, on ne pourra complètement [y] mettre fin dans toutes leurs formes qu'avec l'abolition de la société de classe elle-même... » (Bertell Ollman)

que les sociétés de classe aient produit au passé et produisent au présent de la barbarie n'exige pas de faire un dessin. Les luttes contre ces oppressions contiennent déjà l'objectif de leur abolition au-delà de ce qu'elles procèdent du capitalisme, y compris les ayant reformulées (subsomption réelle de tous les rapports sociaux). Dit autrement, elles se portent au niveau de l'abolition de la société de classe... contre la barbarie. Et j'ajouterais, de mon pessimisme impénitent, la barbarie... qui vient (expulsion : Sassen)

il en ressort une définition positive du communisme comme mouvement de toutes les émancipations et qu'il ne peut être défini strictement comme négation dans l'implication réciproque avec le capital comme mode de production économique

dans l'esprit de ce forum et de son titre, COMMUNISMES, FÉMINISME, DÉCOLONIAL et ÉCOLOGIE, c'est une autre manière de dire que toutes ces luttes sont, quelque part, communistes, en tant qu'ainsi redéfini, le communisme les contient

je souhaite donc à ma lectorate une bonne année 2017, communiste, contre la barbarie !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Sam 31 Déc - 14:25


secouer le langage des concepts

il entre naturellement une grande part de subjectivité dans ce qui précède. C'est une manière de secouer le langage des concepts - prolétariat, communisme, révolution...- que nous employons de façon excessivement absolue dans le sens transmis par des générations de militantisme les essentialisant

ce langage eut longtemps, à l'époque du mouvement communiste international, le programmatisme ouvrier universel, une puissance performatrice : les prolétaires en luttes ont construit le socialisme comme les chrétiens des cathédrales, et l'on peut dire, rétrospectivement, sur le sable idéologique de la religion. Il n'y a pas que le vrai qui produit du vrai, le faux est un moment du vrai (Hegel) et réciproquement (Debord)

Citation :
La performativité est le fait pour un signe linguistique (énoncé, phrase, verbe, etc.) d'être performatif, c'est-à-dire de réaliser lui-même ce qu'il énonce...

Quand dire c'est faire, John Langshaw Austin, 1962



penser à nouveau frais, pluriellement, communismes et révolutions, pourrait ainsi produire, par le langage, une telle puissance performatrice, dans le sens d'une utopie concrète pour une subjectivation révolutionnaire

mais suffit-il de le dire ?

PS : voir pages précédentes ma critique de la convergence des luttes pour une unité si introuvable qu'elles ne produisent, en 'théories' comme en 'pratiques', que de la division

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Tristan Vacances



Messages : 374
Date d'inscription : 21/12/2016

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Sam 31 Déc - 15:52

Les oreilles m'ayant sifflé avant la fin des temps d'année, me revoici donc, fin de vacance.

Patlotch a écrit:
ici, je suppose que Tristan Vacances met à profit ses vacances de Noël pour élaborer quelque chose de plus substantiel à proposer à la conversation

Et c'est vous, cher Patlotch, qui reprochez à d'autres leur «idéalisme creux» ! Ne voyez-vous donc pas qu'en refusant l'unité du communisme face au capital, vous le videz de toute substance révolutionnaire, de toute puissance à l'abolir ?

Performatif ? Allons donc, vous vous gargarisez de mots de façon compulsive, parce qu'il vous faut surtout parler, et ici dire n'importe quoi. Car oui, le capital est conceptuellement un tout, la société capitaliste comme totalité dominante, et il n'y a en face que l'unité conceptuelle d'un pôle antagonique pour concevoir son abolition, qu'on la nomme ou non prolétariat. Que cette unité ne soit pas en voie de constitution n'échappe à personne, mais ce qui vous échappe, c'est qu'à en nier la nécessité, et en avançant l'idée de « révolutions plurielles et polyryhtmiques », vous ne faites que promouvoir la division que vous dénoncez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Sam 31 Déc - 16:08


Patlotch brûle-t-il ?

la fin de l'unitarisme prolétariat-communisme-révolution

Wikipédia a écrit:
L'unitarisme est une doctrine qui affirme que Dieu est un seul et même esprit, et non pas une seule nature ou "ousie" en trois hypostases comme l'affirme le dogme de la Trinité : Père, Fils et Esprit.

Unitarisme (théologie)


heureux de vous relire, cher Tristan, et désolé de vous gâcher ce dernier jour damné. Car il faudra vous y faire, l'unité, c'est fini, et ça n'a d'ailleurs jamais commencé

mais après tout, concevez-là et allumez des cierges, on n'a jamais prouvé que ça ne servait à rien, pour qui les fabrique et les vend, en gros ou à l'unité



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Tristan Vacances



Messages : 374
Date d'inscription : 21/12/2016

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Sam 31 Déc - 16:30

Cela vous va bien de renvoyer toutes conceptions communistes, sauf la vôtre, à une foi religieuse. Vous ne m'apparaissez certes pas comme un curé, et d'aucune chapelle, mais la manière dont vous soutenez vos idées, et tenez votre propre fil rouge au nom du communisme depuis à vous entendre des décennies, n'implique-t-elle pas que vous le fassiez ni plus ni moins en croyant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Sam 31 Déc - 17:05


le communisme implique-t-il une foi ?

c'est une question. Est-elle bonne ? Il y a longtemps que je me la pose mais pas comme vous. Quelques notes de février 2012

Toute théorie communiste (y compris la plus antihumaniste) repose sur une foi (en l'homme ?) Impro
Patlotch a écrit:

« La morale du livre me semble contenue dans la phrase de Bouvard : « La science est faite suivant les données fournies par un coin de l'étendue. Peut-être ne convient-elle pas à tout le reste qu'on ignore, qui est beaucoup plus grand et qu'on ne peut découvrir. » Bouvard et Pécuchet (Flaubert) vus par Guy de Maupassant, Le Gaulois, 6 avril 1881

Si le communisme est défini comme mouvement d'abolition de l'état présent *, il n'existe rien sur quoi s'appuyer pour en déduire la production d'un dépassement positif. Parler d'abolition du capital, des classes, etc. se résoud logiquement aussi bien en destruction totale**, qu'en franchissement d'un pas vers autre chose, la positivité d'un monde post-capitaliste. Dit autrement, la théorie communiste ne prouve pas qu'autre chose n'est pas rien. Rien de positif. C'est pourquoi la théorie de la communisation est assise, au départ, sur une foi première, le communisme comme état, dont la théorisation devient produit d'un dépassement, et même s'il se refuse à l'être car refoulant son idéalisme, objectif (état) au bout d'un chemin (mouvement). L'idée de la contradiction (le communisme comme lutte de classes) ne prend de sens, n'arme une volonté voire une foi - des idéologies théoriques comme besoin pour agir des masses - que par sa résolution (un dépassement en autre chose), et qu'elle ne soit pas la négation de la négation hégelienne, qu'on sorte d'Hegel prétendu remis sur ses pieds par Marx, cela n'y change rien. Cela n'en fait pas pour autant un déterminisme, car ce n'est pas au bout qu'est le problème, dans sa visée comme projet, programme, c'est au départ qu'est le ver dans le fruit. À voir quel ver, mais ver à foi, voire si c'est un ver, si c'est une foi. La posture théorique du théoricien communiste présuppose à mon avis sa foi communiste, dont on peut dire, comme un mien professeur de math : « La veille du concours, priez, on n'a jamais démontré que ça ne servait à rien ». Le communisme théorique relève d'un pari pascalien en boulot de Sysiphe.

[...]

Une théorie, par définition, ne peut produire le dépassement qu'en abstraction. Une théorie communiste ne peut dépasser le mouvement de la contradiction qu'elle décrit, c'est pourquoi elle a raison de se reconnaître comme théorie du communisme en tant que mouvement, et non théorie du communisme en tant que produit de ce mouvement. Pourtant, si l'on veut bien lui accorder de ne pas se réduire à sa dimension esthétique, voire ludique (théorie du jeu du capital, comme Axelos parlait de "jeu du monde"), [une théorie du communisme] n'existe que portée par une foi, ou, à tout le moins, pour autant qu'elle ne sombre pas dans le moralisme propre aux militants, une éthique. Sinon comment expliquer que les communistes de toutes chapelles, qui les largue, le considèrent comme hérétique, pauvre hère étique ? Quelle que soit leur ardeur théoricienne, ils n'ont aucune possibilité de rester sur un terrain strictement théorique, du moins si l'on entend par là a minima matérialiste, car leur fondement est religieux, et le regroupement leur vaut église. C'est leur croix. Chacun la sienne, mais qu'ils la portent.

à cette époque, je n'avais pas conduit jusqu'au bout ma critique de la théorie communiste existante, ni montré qu'à la manière de celle de la communisation, elle était intrinsèquement une théologie théorique, dont la pratique théorique s'apparente à celles de membres d'une secte. Ce qu'il fallait changer, c'est la manière de produire de la théorie, le rapport au réel et aux luttes. La seule chose à laquelle je crois, c'est le réel, et je ne le charge pas d'être ou non communiste. S'en charge qui pour le changer se bat, point barre

s'il est une foi, mais ce mot est trop connoté de religion, c'est de croire en ce qu'on fait, sans quoi on le fait mal. Il convient donc de distinguer religion et divin, comme le fait Meschonnic. Cf ma chronique en vrac , le 8 décembre

Patlotch a écrit:
il est aisé de voir comment les partis, groupuscules et sectes communistes ont érigé la fidélité à leur identité crépusculaire au-dessus de leur supposée foi en un divin, et tenté de le maîtriser de façon gestionnaire, totalitaire (je le notais dans les années 90 à propos du PCF et de l'identité communiste). Leur posture est celle du religieux contre le divin, de l'église contre la foi. Meschonnic : « Le religieux n'est pas le divin. Le religieux - ou la religion - est la socialisation, l'institutionnalisation, l'appropriation, la captation, la gestion du divin. Le gestionnaire du divin. Le cultuel et le culturel du divin. / Mais le gestionnaire du divin s'identifie au divin, à force de se l'approprier, et de le gérer. Et comme sa gestion est sociale, elle est politique. Le religieux est le théologico-politique.»

le théologico-théorique de la communisation

on reconnaît sans peine la posture théologico-théorique, militante bien qu'anti-politique, de Théorie communiste, dont le nom indique et revendique depuis 1979 cette "captation gestionnaire" de la théorie communiste jusqu'à « s'identifier au [verbe du] divin », la révolution prolétarienne universelle. On la retrouve chez Bruno Astarian dans son dernier texte : La solitude de la théorie communiste, la seule possible, la théorie de la communisation, silence étant fait sur toute autre possible, évitant même toute polémique, pour lui préférer le silence, comme dit Meschonnic ci-dessous : « la polémique, je la définis comme la recherche par tous les moyens du pouvoir sur l'opinion. Et plus par le silence sur l'adversaire que par la discussion, le débat. »

Meschonnic ajoute (p.25 et 29) : « Le théologico-politique finit par tuer la religion même [c'est la balle dans le pied], après avoir tué en lui et autour de lui le divin. [...] Mais le théologico-politique, comme il se préfère, s'aime seul, il s'aime pur. Théologiquement, c'est un fils unique. »

la question se déplace donc, de la religion vs la foi vers : le communisme est-il divin ?, autrement dit, ma conception du communisme est-elle de l'ordre du divin ? Pourquoi pas, mais un divin sans dieu, ou autant de dieux en tant que de besoin. L'essentiel est qu'ils ne manquent pas de bras, pour "monter à l'assaut du ciel", comme le firent les Communard.e.s. A titre personnel, je choisirais une déesse (le communisme étant devenu pluriel, pourquoi pas aussi féminin ?)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Tristan Vacances



Messages : 374
Date d'inscription : 21/12/2016

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Sam 31 Déc - 17:12

Ah ah ah, après nous avoir pondu tout un laïus sur votre prétendu matérialisme radical, vous en venez à plus que des métaphores du divin. Prenez garde qu'à force de pirouettes, et tout à votre jeu de funambule verbeux et de fantaisiste au trapèze, vous ne tombiez de haut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Sam 31 Déc - 17:29

Tristan Vacances a écrit:
Prenez garde qu'à force de pirouettes... fantaisiste au trapèze, vous ne tombiez de haut.

ce n'est pas que je veuille vous "rabaisser", cher Tristan, mais tomber de bas n'arrive qu'à qui ne vole pas haut



Trapézistes. Lithographie américaine de 1890.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Tristan Vacances



Messages : 374
Date d'inscription : 21/12/2016

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Sam 31 Déc - 17:34

Quand ça vous arrange, vous faites mine de plaisanter, ce qui vous permet de sortir du sujet en catimini. Et notre "conversation" n'a plus ni queue ni tête. Pensez-vous que votre "lectorate" en soit dupe ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Sam 31 Déc - 17:55


« de bric et de broc »
ne casse ni la dialectique, ni la conversation

Tristan Vacances a écrit:
notre "conversation" n'a plus ni queue ni tête.

tsss... « La conversation s'oppose au besoin de théoriser. » écrit Ali Benmakhlouf à la page 41 du livre que j'ai conseillé, La conversation comme manière de vivre, chapitre À bâtons rompus

il poursuit : « Mais elle n'est pas pourtant une pure oisiveté ou une errance sans but. Au contraire, elle peut être de cette façon très subversive.»

le chapitre débute ainsi :

Citation :
« Roland Barthes avait un rapport de conversation avec ses lectures. Il s'arrêtait au milieu d'un paragraphe, notait quelque chose, réfléchissait, reprenait, et se laissait aller au cours discontinu de la conversation. C'est ce même discontinu que Montaigne appelle le « décousu » ou le « parler coupé », et que sa lecture de Senèque ou Plutarque lui a permis de mettre au jour. [Ils] entrent dans la « marqueterie » de Montaigne, un mot dont il se sert pour qualifier ses 'Essais', faits, dirions-nous aujourd'hui, apparemment de bric et de broc. »

dans le suivant, Les topiques de la conversation, il écrit :

Ali Benmakhlouf a écrit:
Le décousu n'empêche pas de mettre de l'esprit dans la conversation. Exercer l'esprit par la conversation : là réside l'art de conférer auquel Montaigne consacre un essai. C'est ce qui rend vivante une conversation, contrairement au caractère « languissant et faible » de l'étude des livres qui « n'échauffe point ». Car dans un livre, si l'on apprend beaucoup, c'est selon le temps long. Tandis que la conversation « exerce en un coup » et se défait dès qu'elle s'allonge. C'est pourquoi ce « fructueux et naturel exercice » est orienté, comme ce fut le cas pour Socrate, vers les « disputants » et non « en faveur des disputes ».

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Sam 31 Déc - 18:19


subjectivité ou subjectivisme ?

maintenant, cher Tristan, je vous invite à méditer ce que j'écrivais plus haut

Patlotch a écrit:
il entre naturellement une grande part de subjectivité dans ce qui précède. C'est une manière de secouer le langage des concepts - prolétariat, communisme, révolution...- que nous employons de façon excessivement absolue dans le sens transmis par des générations de militantisme les essentialisant

montrez-moi que mes approches, plurielles dans la forme et le contenu, seraient plus subjectivistes que celles que je mets en cause, et en quoi le singulier de communisme et révolution s'imposerait comme plus objectif ? Sur la base de quoi sinon l'usage qu'on en a fait jusqu'ici, et qui a produit ce qu'on sait, risquant de le reproduire, un collectivisme mondialiste ?

je critique l'impensé de l'individu, des individus et de leur auto-transformation, dans la production du communisme pourtant censé, selon Marx même, s'appuyer sur leur émancipation. Ironie de la chose théorique, elle se croit, par son expression impersonnelle, plus objective, en déniant une place révolutionnaire à la subjectivité individuelle, pourtant faite des autres, ceci jusque dans les rapports de classes. C'est la classe même de la communisation, le prolétariat, qui est objectivée, essentialisée, au moment même où, en tant qu'exprimant par son activité une attendue négation d'elle-même comme classe du capital, elle est introuvable !

je cite un irréductible adversaire, le supra-gauchiste Dauvé, qui est bien parfois obligé de partir du réel

Gilles Dauvé a écrit:
Il est vrai que, des Etats-Unis à la Grèce, l’action revendicative n’obtient plus grand-chose, et même échoue souvent à préserver les acquis que les bourgeois avaient dû autrefois concéder. Mais de ce fait incontestable, il est faux de conclure que nous approcherions (enfin) du seuil historique où les prolétaires n’ayant plus rien à défendre seraient voués à attaquer un système qui les nie.

L’expérience passée et présente atteste que, coincés le dos au mur, les prolétaires ont plus d’une façon de réagir : éventuellement tenter de révolutionner le monde, mais surtout résister quand c’est possible, ou se résigner, espérer en un parti qui promet des changements (il en existe), rejoindre un syndicat (il en reste), se replier sur une base régionale, ethnique ou religieuse, voter pour un candidat qui s’engage à défendre le « travail blanc », et si aujourd’hui les capacités de communauté de lutte ne manquent pas, les occasions d’auto-destruction molle ou dure non plus.

Working class zero ? Sur la prétendue disparition des ouvriers étasuniens


certes, Dauvé ne va pas jusqu'à remettre en question son dogme prolétariste universel, mais pour le faire Troploin est trop vieux

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Tristan Vacances



Messages : 374
Date d'inscription : 21/12/2016

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Sam 31 Déc - 18:40

Patlotch a écrit:
montrez-moi que mes approches, plurielles dans la forme et le contenu, seraient plus subjectivistes que celles que je mets en cause, et en quoi le singulier de communisme et révolution s'imposerait comme plus objectif ?

C'est bien facile, vous écriviez plus haut :

Patlotch a écrit:
dans l'esprit de ce forum et de son titre, COMMUNISMES, FÉMINISME, DÉCOLONIAL et ÉCOLOGIE, c'est une autre manière de dire que toutes ces luttes [féministes, écologistes, décoloniales...] sont, quelque part, communistes, en tant qu'ainsi redéfini, le communisme les contient

C'est le même genre de "tautologie" que vous reprochez à d'autres dans la définition des concepts "sur mesure". Mettant dans le mouvement communiste tout ce qui vous arrange, vous n'avez pas démontré le caractère communiste de ces luttes, mais simplement déplacé le problème par une astuce de langage, une redéfinition du concept, c'est-à-dire un procédé on ne peut plus subjectiviste.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Sam 31 Déc - 19:01


les concepts sont des outils historiques de pensée, à faire vivre

aucun concept ne doit être figé dans la définition qu'il a de naissance par la grâce de tel philosophe. Marx lui-même ne le faisait pas avec les siens propres, et les utilisait dans un contexte donné avec un sens donné pour traiter d'un problème donné. Voir à cet égard sur la définition des classes

il en va ainsi pour le concept de "communisme" au fil de son existence aussi bien théorique que de son usage politique et révolutionnaire, son double sens de mouvement et de perspective d'un état post-capitaliste du monde*, de même pour la conception de la révolution communiste. Ce point n'est pas mis en cause par mes adversaires théoriques mêmes, sauf les plus fossilisés dans leurs définitions canoniques : stal'actites mythes !

* d'autant que dans la pensée de Marx, un "état" des choses est lui-même fait de leurs rapports en double mouvement historique et organique, temporel et structurel

la mise au pluriel de communismes propose un saut qualitatif de la conception du concept, c'est vrai, mais ne sort pas de plusieurs de ses sens marxiens, en rapport avec l'émancipation humaine, et je devrais ici écrire LES émancipations humaines, puisqu'elles ne sont pas les mêmes pour tous et toutes, selon qu'on est objectivement ceci ou cela, qui ne tient pas qu'au langage. Celui-ci, en tant que système de représentation et de communication, relève effectivement de la subjectivité humaine

très concrètement, en quoi la fin de la domination masculine, ou celle du racisme, seraient-elles moins communistes que celle de l'exploitation capitaliste, et où serait-il démontré que celle-ci contient celles-là ?

vous prenez ici toute pensée pour du subjectivisme. Ce qui vous porte à le faire est que la mienne est ici nouvelle et inédite, et c'est pourquoi ce sujet est intitulé LES COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LE MONDE

l'unité des communismes s'exprime par le mot, les voix et voies de son mouvement par son pluriel

les communismes au pluriel, c'est encore le communisme

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Tristan Vacances



Messages : 374
Date d'inscription : 21/12/2016

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Sam 31 Déc - 19:56

Qu'est-ce qui vous donne à penser que vos idées ne sont pas que jeux de mots ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Sam 31 Déc - 20:05


« Les choses non les mots » ?
*

Rien. Ce sont des jeux de mots, mais dans le sens où constituant le langage humain, ils entrent en rapport avec les choses, et ceci à double sens : pour se les représenter, et pour agir sur elles puisque sans le langage, les humains ne peuvent communiquer, s'assembler, lutter ensemble

le pluriel à communismes n'est qu'un léger déplacement de perspective par la pensée, mais qui peut immédiatement avoir des effets performatifs dans la façon dont on conçoit son combat quel qu'il soit

je suppose en effet qu'il n'est pas indifférent, pour une militante féministe, de se sentir communiste par son action même limitée à l'émancipation des femmes, pour un militant décolonial de se sentir communiste en agissant de façon conséquente contre le racisme qui le frappe, etc.

après, que le mot même de communisme les fasse fuir, c'est une autre question, relativement accessoire même pour moi. Si, en 2017, quelqu'un.e en trouve un meilleur, que nos déesses le/la bénisse !

il est en un sens un sens du mot communisme dont je n'ai rien à foutre

Twisted Evil

* Jean-Luc Godard

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Sam 31 Déc - 20:32


les luttes, communistes dans leur diversité, sont l'avenir du monde

pour le dire clairement, je cherche aussi à boucler cette année 2016, plutôt maudite à plus d'un titre, en ré-interrogeant de façon positive et optimiste, sans l'avoir dit jusque-là, cette question lancinante des articulations classe-genre-race, qui provoque tant d'oppositions à vrai dire stériles du fait même qu'elles ne sont posées que par des militants se renvoyant à la figure leurs communautarismes identitaires particuliers, chacun ne voyant pas le sien

non seulement ces oppositions ont fort peu de réalités dans les luttes dès qu'elles prennent une certaine ampleur contre le capital justement, sauf si une partie du prolétariat se met à la jouer à ses côtés (populisme raciste de droite voire de gauche), mais surtout, personne ne veut y voir une formidable potentialité de positivité pour le mouvement des communismes

en effet, qu'en serait-il de la perspective, communiste, de libération des femmes si elles ne se battaient pas, en non-mixité, contre la domination masculine ? Qu'en serait-il de celle d'abolir le racialisme si ceux qui sont au premier degré concernés ne se battaient pas en s'auto-organisant pour en finir avec cette oppression ? Qu'en serait-il de l'avenir de la terre si personne ne mettait en avant, par la lutte, la nécessité de sauver la possibilité du vivant, donc de la vie humaine, par des luttes écologistes, donc communistes ?

bien sûr cela comporte, au-delà de débats théoriques et militants, des fragmentations inhérentes (de situation...) à leurs objectifs légitimement particuliers, mais s'arrêter à ça, que ma déesse me pardonne, c'est la plus grosse bêtise anti-dialectique des temps nouveaux, en version Temps Critiques connerie par excellence



Dernière édition par Admin le Sam 31 Déc - 22:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Sam 31 Déc - 22:13





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Tristan Vacances



Messages : 374
Date d'inscription : 21/12/2016

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Sam 31 Déc - 23:03

Et maintenant la musique pour séduire le passant, la récupération de chefs-d'œuvre incontestables pour les mettre au service d'une cause, bonne ou mauvaise. Armstrong communiste, laissez-moi rire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Sam 31 Déc - 23:14

je t'emmerde, connard !



Japanese Ratchet Racist Blackface Rendition of Louis Armstrong


pour s'en faire une idée : Louis Armstrong interview racism




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Tristan Vacances



Messages : 374
Date d'inscription : 21/12/2016

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Sam 31 Déc - 23:38

Mieux vaut entendre ça qu'être sourd !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Sam 31 Déc - 23:39

à qui le dites-vous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Tristan Vacances



Messages : 374
Date d'inscription : 21/12/2016

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Sam 31 Déc - 23:40

Vous n'êtes à mes yeux, et oreilles, qu'un jobard de vous-même !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 11, 12, 13  Suivant
 Sujets similaires
-
» Maison neuve insalubre après le passage d’un locataire
» Comment nettoyer un vomito qui pue dans la voiture ?
» Investir dans l'agriculture bio.
» mort tragique d'un pompier talantais dans le var
» Vocabulaire dans la Marine (code international des signaux )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PATLOTCH / NOUVELLE THÉORIE du COMMUNISME et de la RÉVOLUTION :: MONDE ACTUEL, LUTTES, ANALYSES et THÉORISATIONS :: PENSER le MONDE et les LUTTES : refondation d'ensemble-
Sauter vers: