PATLOTCH / NOUVELLE THÉORIE du COMMUNISME et de la RÉVOLUTION

LA CONSTITUTION EN CLASSE CONTRE LE CAPITAL DES LUTTES PROLÉTARIENNES, FÉMINISTES, DÉCOLONIALES et ÉCOLOGISTES
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» 7. LE LIVRE : du capitalisme à la communauté humaine, UNE CLASSE pour LA RÉVOLUTION (sommaire, texte complet et renvoi aux compléments)
Aujourd'hui à 18:31 par Patlotch

» 5. LA CONSTITUTION EN CLASSE POUR LE COMMUNISME : quel sujet révolutionnaire ?
Aujourd'hui à 18:26 par Tristan Vacances

» la DOMINATION MASCULINE en FRANCE : machisme, travail, domesticité, violences...
Aujourd'hui à 11:39 par Patlotch

» vous avez dit "OUVRIER" ?
Aujourd'hui à 11:09 par Patlotch

» sur l'OCCIDENT, son histoire, son concept, et sa CRISE dans celle du capitalisme
Aujourd'hui à 10:41 par Patlotch

» 8. poèmes, fables et contes pour en causer
Hier à 19:45 par Patlotch

» VA-SAVOIR : chronique à la com, la dialectique du quotidien en propotion magique
Hier à 19:22 par Patlotch

» JAZZ, BLUES, R'n'B, SOUL, RAP... pour "double paire d'oreilles"
Hier à 17:58 par Patlotch

» EXTIMITÉ, les confessions de Patlotch : un rapport aux autres et au monde
Hier à 17:45 par Patlotch

» 9. l'apparition plurielle d'une nouvelle théorie communiste ? questions parentes
Hier à 16:31 par Patlotch

» 4. COMMUNISME : chemins de traverse, de la chose au mot à la chose
Hier à 15:03 par Patlotch

» 0. un livre ? Une théorie est apparue... Diffusion, réception... débats ?
Ven 20 Oct - 16:44 par Tristan Vacances

» FÉMINISME et MARXISME : SEXES, GENRE, CLASSES, et CAPITALISME, avec Cinzia Arruzza... Silvia Federici, Selma James, Sara Farris, Elsa Dorlin...
Ven 20 Oct - 16:24 par Patlotch

» LA NOUVELLE GAZETTE DES VANNES (Franzoseur Zeitung)
Ven 20 Oct - 15:36 par Patlotch

» CLASSES SOCIALES et AUTRES RAPPORTS SOCIAUX, de sexes, races, nations, générations... Documents
Ven 20 Oct - 13:01 par Patlotch

» CATASTROPHES INDUSTRIELLES et POLLUTIONS
Ven 20 Oct - 9:35 par Admin

» ÉMEUTES, typologie formes/contenus : des réalités à l'idéologie
Ven 20 Oct - 9:19 par Admin

» au-delà du vrai et du faux, tragique comédie
Jeu 19 Oct - 14:02 par Patlotch

» l’écosocialisme entre théories révolutionnaires et alternative capitalisme verte
Jeu 19 Oct - 12:57 par Patlotch

» OUTRE-MER : outre frontière de races, classes et sexes ?
Jeu 19 Oct - 12:43 par Patlotch


Partagez | 
 

 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage
Tristan Vacances



Messages : 374
Date d'inscription : 21/12/2016

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Mar 3 Jan - 11:04

C'est pas mal vu, Blabla, de rapproche humanisme et désir, un désir d'humanisme qui se mord la queue, impuissant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AliBlabla



Messages : 293
Date d'inscription : 23/12/2016

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Mar 3 Jan - 15:19

Salut,

Merci, mais fais gaffe, Patlotch couche avec un désir communiste  study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Mar 3 Jan - 15:47

c'est vrai, mais pas avec n'importe qui Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Mar 3 Jan - 16:23


et soyez prudents, tous les deux, il y a des précédents...

« La vie sexuelle révolutionnaire » !

Wilhelm Reich à Léon Trotsky, Octobre 1933, extrait
Citation :
La bureaucratie répliquait en opposant la question sociale à la question sexuelle au lieu de l'y integrer, et en visant à «mobiliser les masses» par des mots d'ordre économiques excluant la politique sexuelle, ce qui aboutit à mener le mouvement à la stagnation. Je fus limogé de la direction nationale, et le mouvement déclina.[...]

Je crois que, mieux que d'autres, vous serez à même de saisir l'importance de la politique sexuelle pour la lutte de classes.[...]

Je suis encore membre du KPD, mais en très forte opposition à la direction. Si je n'ai pas encore été exclu, c'est d'abord parce qu'on n'a trouve personne de compétent qui soit capable de critiquer une théorie de politique sexuelle, et ensuite parce que mon influence est trop grande.[...]

Étant donné que mon travail concerne, tant du point de vue théorique que pratique, un domaine nouveau et jusqu'alors inexploré du front révolutionnaire, je dois me garder une certaine autonomie, sans vouloir jouer les francs-tireurs, jusqu'à ce que le parti révolutionnaire soit d'accord sur les principes développés
.

source Wilhelm Reich et Léon Trotsky, Lettres inédites (1933-1936), Cahiers Léon Trotsky 45, mars 1991, p. 79-91


note p. 85
Citation :
23. La Revue de Psychologie Politigue et d'économie Sexuelle (Zeitschriftfir politische Psychologie und Se:xualOkonomie) parut de 1934 a 1938; elle contenait de nombreux articles de Wilhelm Reich, généralement signés de l'un de ses divers pseudonymes : Ernst Parell, Karl Teschitz, Julius Epstein ou Walter Roner. Quant à l'Organisation Internationale de Politique Sexuelle (Internationale Sexualpolitische Organisation), il semble qu'elle n'ait jamais eu d'existence bien réelle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
AliBlabla



Messages : 293
Date d'inscription : 23/12/2016

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Mar 3 Jan - 18:57

Salut,

Ouah ! Ils étaient chauds les trostkos, en 33. Enfin, pas tous, apparemment. Mais la réponse du Vieux est plutôt ouverte.

L. Trotsky a W. Reich 7 novembre. 1933
Citation :
Si je reponds avec tant de retard a votre lettre d'octobre 1933, c'est que durant un mois j'ai ete «en conge »pour des raisons de sante. En outre, je n'ai toujours pas eu le loisir d'etudier votre ouvrage «Psychologie de masse du fascisme», que vous n'avez si gentiment fait parvenir. Quant aux deux travaux sur la question de la jeunesse et l 'histoire de I' economie sexuelle, je ne les ai jamais r~us.

Je dois avouer franchement que, de fa~on generale, je suis plutot ignorant dans votre domaine, et ne me suis jamais interesse de pres au point de vue que vous mettez en avant. Ceci ne correspond en aucun cas a une caracterisation du domaine sur lequel vous travaillez. Je ne meconnais evidemment pas la signification generate des problemes sexuels pour l' education de la jeunesse ouvriere et serais heureux de m'informer plus en details sur vos conceptions, vos experiences et vos plans dans ce domaine.

IL va sans dire que le contact etroit que vous proposez me parait tres souhaitable, et j'espere qu'il ne restera pas au niveau personnel.

A vec mes remerciements et salutations cordiales

L.T.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Mar 3 Jan - 19:13

AliBlabla a écrit:
Ouah ! Ils étaient chauds les trostkos, en 33.

euh, juste là-dessus : W. Reich écrit qu'il était au KPD et peu après il s'exile à travers divers pays d'Europe puis aux États-Unis. Le KPD était on ne peut plus dans la ligne stalinienne de l'Internationale, Classe contre classe, et opposé à la tactique de Front unique, donc l'alliance avec le SPD, prônée par Trotsky...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Tristan Vacances



Messages : 374
Date d'inscription : 21/12/2016

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Mar 3 Jan - 23:22

Le sexe n'étant pas une idée neuve dans le monde, nous voilà un peu hors sujet, mais en ouvrir un sur SEXE(S) ET COMMUNISME(S), ce serait intéressant, vous ne trouvez pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Mar 3 Jan - 23:24


pourquoi non ? Je vous laisse l'ouvrir, mais sans femme, j'y vois mâle intérêt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Mer 4 Jan - 18:04


le communisme, les femmes, et moi

si vous ne le faites pas, Tristan, je n'ouvrirai pas un tel sujet, SEXE(S) ET COMMUNISME(S). Non qu'il soit dépourvu d'intérêt, mais parce que sans précautions, c'est une pente savonnée

tout ce qui concerne dans ce forum les luttes des femmes, et l'expression des féministes de tous bords, je l'ai traité avec le soin de leur laisser la parole, en les citant, sans espoir de potlatch

dans la mesure où, à l'exception de ma regrettée Corinne Cerise, aucune n'a souhaité s'exprimer, je n'ai plus envie de faire le boulot à leur place, et je conçois parfaitement qu'elles préfèrent d'autres lieux

mais libre à vous de vous sentir à la hauteur de l'aventure...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Ven 6 Jan - 17:54


quel rapport théorique aux réalités ?

suite au rapport poétique à la réalité, creusé dans LE ROMAN D'ILYA, allégorie de la réalité, il me semble nécessaire de creuser le rapport théorique aux réalités d'aujourd'hui, de sorte que la théorisation permanente repose sur autre chose qu'une théorie qui a déjà le résultat, quasi indépendamment de ces réalités, dans une boucle syllogistique jouant sur le sens des mots prolétariat, communisme, révolution...

prenons le texte publié par Période, Réification et antagonisme. L’opéraïsme, la Théorie critique et les apories du « marxisme autonome », Frédéric Monferrand et Vincent Chanson
chapeau introductif
Citation :
L’opéraïsme et la Théorie critique francfortoise ne représentent pas seulement deux des tentatives les plus stimulantes de relance du projet marxien de « critique de l’économie politique » dans les années 1960, ils constituent également les deux sources d’inspiration principales du « marxisme autonome ». Pourtant, les divergences comme les points de rencontre de ces deux traditions sont rarement étudiés pour eux-mêmes. Pour Vincent Chanson et Frédéric Monferrand, c’est du point de vue d’une théorie du capitalisme qu’une telle étude peut être menée. De Panzieri à Adorno et de Pollock à Tronti se dessine en effet un même diagnostic sur le devenir-totalitaire du capital. Mais la question de savoir quelles pratiques opposer à ce processus dessine quant à elle une alternative au sein de cette constellation : là où chez Negri et les théoriciens post-opéraïstes, la subsomption du social sous le capital produit d’elle-même une subjectivité antagoniste (« l’ouvrier social » ou « la multitude »), elle implique au contraire pour Krahl une fragmentation accrue de la force de travail. Et pour Chanson et Monferrand, la reconnaissance de cette fragmentation constitue la condition de toute recomposition politique du prolétariat.

je me m'arrête pas ici sur les limites de l'autonomie ouvrière face au capital. Ce qui m'intéresse est de constater que le prolétariat comme pôle antagoniste au capital est posé comme un tout existant par son unité conceptuelle (perdue dans la décomposition du programmatisme). Il en découle que tout ce qui le divise ne peut être que fragmentation... d'un sujet qui n'existe que dans la croyance théorique en son devenir sujet révolutionnaire. Là comme dans la théorie de la communisation et tous les marxismes, la boucle est bouclée : déterminisme !

qu'est-ce qui montre que ces fragmentations contiennent une possibilité de dépassement ? Rien dans la réalité actuelle, et un jeu de trapèze dialectique n'y change rien, sauf, à la limite, si l'on théorise comme je l'ai fait un dépassement à produire sur la base même de ce qui produit les fragmentations

la piste ouverte par le permet-elle ? Voire, il y est encore question de "convergence" et d'unicité du sujet, même s'il n'est pas "univoque"...

Citation :
Si Krahl s’accorde donc avec les théoriciens post-opéraïstes à diagnostiquer une subsomption croissante de la connaissance sous le capital, il s’en distingue cependant en ce que ce processus ne renvoie chez lui ni à une logique d’homogénéisation de toutes les sphères de la totalité sociale, ni à une universalisation de l’expérience et de la subjectivité prolétarienne, mais bien plutôt à une diversification des formes sous lesquelles se manifeste la contradiction capital/travail. Pour l’auteur de Konstitution und Klassenkampf, en effet, cette contradiction n’existe nulle part ailleurs que dans les différents conflits auxquels elle donne lieu, et dont les luttes ouvrières ne sont qu’une expression, et nullement privilégiée, au côté des luttes estudiantines ou féministes. Dans la mesure, donc, où le « travailleur collectif » n’est pas un Sujet univoque, mais un ensemble contradictoire de subjectivités, les élaborations krahliennes ouvrent sur la position d’un problème stratégique, qui est encore le nôtre : comment faire converger les différentes luttes sociales sur la base de leur autonomie respective ? La prise en charge collective de ce problème est sans doute une tâche qui incombe à toutes celles et ceux qui entendent maintenir vivantes ces deux traditions que sont l’opéraïsme et la Théorie critique.

pour le reste, tourner en rond avec l'Opéraïsme et la Théorie Critique, c'est aussi ce que fait depuis quelques temps la revue Viewpoint... théoriciens de théories en théories : quel rapport aux réalités actuelles ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Tristan Vacances



Messages : 374
Date d'inscription : 21/12/2016

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Sam 7 Jan - 11:37

Vous avez cité Camatte plus haut :

Jacques Camatte a écrit:
En revanche en s’affirmant dans son rôle révolutionnaire et en communiquant avec personne, par prise de position en fonction du rôle, cela permet de justifier son propre caractère révolutionnaire. On ne peut pas communiquer parce qu’on est autre et l’altérité est le caractère révolutionnaire.

Tout ce qui a été discuté jusque-là reste suspendu à la réception dans les milieux marxistes, comme si l'enjeu était de convaincre ceux dont vous critiquez les dogmes et croyances, dans une concurrence entre lignes révolutionnaires. C'est à celui qui aura la plus grosse, et l'on s'étonne qu'il y ait si peu de femmes théoriciennes sur cette ligne marxiste ?

Vous avez ouvert de nombreuses pistes mais sans en tirer encore toutes les conséquences. Voici un texte de Jean-Luc Nancy, diffusé par lundimatin:

« LE VOTE N’EST PAS UNE PAROLE. EN AUCUN SENS. »
Entretien avec le philosophe Jean-Luc Nancy
paru dans lundimatin#87, le 4 janvier 2017

Citation :
L’élection présidentielle de 2017 s’annonçant particulièrement pathétique, nous tenterons tout au long de ces prochaines semaines de donner la parole à ceux qui situent le politique sur un tout autre plan. À l’occasion de la parution de son dernier livre « Que Faire ? », nous avons décidé d’interviewer Jean-Luc Nancy.

Je relève quelques passages en écho à vos considérations.

A propos d'unicité:

Jean-Luc Nancy a écrit:
Et quand on dit « séparé », comme vous le faites, on repend la critique marxienne de l’aliénation politique. Mais qu’est-ce que le non-séparé ? le tout-en-un ? où y en a-t-il ? c’est une hantise de l’Un qui nous fourvoie… Il faut du séparé, la tête n’est pas le pied et on peut couper le pied s’il le faut. La peinture n’est pas la musique. L’un n’est pas l’autre…

Sur La vraie révolution:

Citation :
Je suis de plus en plus tenté de voir dans les révolutions – toutes – des phénomènes du développement technique au sens le plus large du mot : technique bancaire, commerce, bourgeoisie (avec autres techniques, maritimes, manufacturières, militaires) – technique industrielle, démocratie, lutte des classes – enfin, électricité (retard de la Russie) + soviets (avancée politique théorique immédiatement contournée…c’est un des « bons choix » de Lénine…) – et on peut poursuivre avec la Chine et une part non négligeable des libérations coloniales. Il n’y a pas eu de « révolution » authentique (nous y revoilà !) mais il y a eu de puissantes mutations socio-techniques. Qu’est-ce qui a créé puis développé les « bourgs » ? voilà la seule vraie question, sur la vraie révolution…
[...]
Mais le devenir mondial de la révolte (communismes, socialismes, libérations coloniales) semble avoir détourné le mouvement : il y a bien ici et là des révoltes, mais il semble y avoir surtout des formes diverses de contournement plutôt que d’affrontement – des mafias, des circuits parallèles, des mélanges entre désir d’identité et manipulation de ce désir lui-même mêlé à la révolte de la pauvreté et du malheur. On est très loin de pouvoir clamer « Proletarier aller Länder, vereinigt euch ! ». L’injustice la plus flagrante est dénoncée inlassablement par des cohortes d’intellectuels, de religieux, mais ils ne font pas résonner des voix de peuples… Au contraire, on a ce qu’on nomme des « populismes ».


Sur le rapport individu et communauté, particulier et général:

Citation :
L’important pour moi est que le commun est ontologiquement présent dans l’individuel. Il n’y a pas d’individuation sans communication, communisation, comme on voudra. C’est un axiome indispensable. Parler de « la commune » (j’oublie où je l’ai fait) a dû être un moyen 1) de garder le « com-« 2) de rendre hommage à celle de Paris (qui cependant ne fait pas un modèle politique, mais raconte une très belle histoire) – 3) de désigner un lieu institué, le réseau des communications entre tous les esprits, les désirs, les attentes de notre monde qui se sait tellement dépourvu de « bien commun »… c’est-à-dire aussi de « bien particulier »…

Sur la nécessité de construire:

Citation :
Non justement on ne peut pas car avec tout ce qui nous semble perdu est aussi perdu le « destin », la « nécessité » ou la « nature » - si ces trois mots disent la même chose. Justement ! Nous voici dans la contingence (on pourrait montrer comment elle travaille depuis longtemps dans la philosophie, depuis Kant au moins), dans la non-téléologie, dans la « destinerrance » (Derrida) ou dans « la nécessité du hasard »(Deleuze), en même temps que dans un monde sans outre-monde et plus capable de se détruire que de se construire. N’y a-t-il pas de quoi nous fouetter les sangs et nous faire travailler

Sur le vrai et le vitalisme:

Citation :
Je ne veux pas dire le vrai : mais le vrai sur ce que nous disons « véritable ». Il y a une action qui certes est toujours « véritable » et que nous méprisons souvent : c’est l’action d’exister, simplement de sortir de l’eau, de la terre ou du ventre, simplement de vivre d’une vie disons plus que végétative (mais le végétal lui-même vit en sortant de sa propre immédiateté, de sa graine ou de son spore). Tous les humains le savent et le désirent. Tous veulent trouver pour chacun et tous non pas la signification mais la saveur (le « sens ») d’exister. Qui comporte essentiellement un élan, une tension, une avancée – bien sûr vers des saveurs, senteurs, sentiments qui peuvent être d’une extraordinaire complexité et dont toujours s’éloigne ce qui serait un état, une satisfaction (« assez », c’est fini, c’est fait). Nous savons très bien cela, sans quoi nous ne vivrions même pas. Nous ne dépasserions pas quelques mois, une année au plus. Car déjà pour marcher, puis pour parler – et je ne prends que des manifestations très visibles – il faut un désir et un effort, il faut s’ex-poser, exister.

Sur l'éthique, les mots, le langage:

Citation :
je ne propose pas de se rabattre sur l’éthique. Ou plutôt je dirais que l’éthique est forcément bien plus ample que la politique et que celle-ci ne peut être totalement détachée de celle-là. Car l’ethos, c’est la conduite et le séjour du familier-vivable-doué de sens ; et la cité devrait au moins rendre possible un tel séjour, empêcher qu’il soit dévasté… Si j’ai dit « résolution » c’était pour jouer avec « révolution », d’abord, et ensuite pour sortir du projet et de la vision/visée au profit d’une décision, toujours prise dans l’indécidable comme dit Derrida. Que faire ? dire bonjour ou non ? casser ou non ? employer ce mot ou un autre ? Par exemple « sens » ou « signification » ? et à qui je parle ? à qui je veux parler, ou non ? à qui je peux ? Au fond, je dirais : ni éthique, ni politique, laissons ces mots. Occupons-nous de tous les mots, du langage. Que disons-nous avec tels et tels mots ? que taisons-nous ? Le langage est en difficulté aujourd’hui, pourquoi ? On bute sur le moindre mot : homme, femme, valeur, travail, sens, sexe, idée, animal, nature, technique, etc. On ne peut presque pas parler. Il faut travailler à ça – c’est la philosophie, voilà au moins le sens minimal de ce mot. Ça se voit chez chaque philosophe, il se fait une langue…

sur l'autonomie et le sujet individuel

Citation :
Être alors, le verbe, le verbe seul, être revient à exister et exister est d’emblée hors de soi : « soi » veut dire hors de soi ; car « soi » est un cas-régime (comme « toi » , « autrui », « lui »). Le cas-sujet c’est « je » et « je » n’a lieu que dans et comme une parole – adressée, forcément. Pas d’ »autonomie » possible, Spinoza l’a bien vu. Le seul « auto » c’est le tout, sa " substance", tout et rien… le tout et l’infini… Mais une hétéronomie (il serait plus cohérent de dire " allonomie ") : non pas une dépendance mais une essentielle relation à du non-soi, du dehors, de l’incommensurable, de l’intouchable…
Notre problème, c’est que Dieu n’est pas assez mort. Nietzsche l’a dit : l’ombre de Bouddha reste mille ans devant sa caverne après sa mort. Il y a encore trop d’ombre ou d’ombres de Dieu : savoir, pouvoir, homme, autonomie…


Etc. Comme dit Nancy : « Si on travaillait un peu à partir de là ?... Il y a des milliers de chantiers comme ceux-là. Et ils demandent des énergies de toutes sortes…»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Sam 7 Jan - 12:07


Que faire pour une rupture de civilisation ?

votre remarque est assez juste. C'est un peu comme si j'écrivais avec un sur-moi marxiste qui me lirait par-dessus l'épaule, quelque chose comme « Que vont en penser les camarades ? ». J'ignore ce qu'ils en pensent et quoi qu'il en soit ils ne le disent pas, donc rien à en attendre

avant votre intervention, je me disais que d'ici quelque dix à vingts ans, vu l'âge de ces théoriciens marxistes, tout ça serait aussi loin des préoccupations dans les luttes que le sont aujourd'hui celles du mouvement ouvrier. Si le concept de "communisme" n'a plus de sens que dans cette sphère, il y a du souci à se faire

alors c'est vrai, j'ai conscience d'avoir "ouvert des pistes" dont je n'ai pas "tiré toutes les conséquences", d'avoir rompu avec une manière de voir et de penser, mais je n'ai pas encore franchi les seuils qualitatifs vers autre chose. J'ai compris que même en passant de la logique du forum à celle du livre électronique le CAPITAL contre le vivant, la REVOLUTION pour la VIE, j'étais seulement au milieu du gué

merci pour les citations de Jean-Luc Nancy, qui font effectivement écho à plusieurs de mes propositions. J'en étais resté à une interview de lui publiée par Médiapart, Jean-Luc Nancy, entretien avec Shoichi Matsuba sur les attentats de Paris, où il évoque Le Comité invisible - « Leur réflexion est peut-être la plus intelligente, c’est aussi une position de retrait par rapport à la scène politique. », et se pose encore le Que faire ? dans les termes de rupture avec cette civilisation

Citation :
La question « que faire » est elle-même devenue problématique. « Faire » veut toujours dire produire. Alors faut-il produire plus d’armes ? Ou faut-il produire des moyens juridiques et économiques pour que les entreprises se mettent au service… mais de quoi ? De la bonne démocratie, mais que serait cette « bonne » démocratie, qui éradiquerait le terrorisme, et qui ne serait pas cette souveraineté partagée avec les entreprises ? Pour nous, qui ne sommes pas au pouvoir des entreprises ou des Etats, ce qu’il faut faire, c’est peut-être essayer de penser cet état explosif du monde entier, qui montre la fin d’une civilisation. Mais il faut penser sans prévoir. Si on est dans la prévoyance ou la prévision, c’est difficile de renoncer à l’énergie atomique ; alors dans ce cas on peut justifier le gouvernement japonais. Je suis persuadé que le choix de l’Allemagne d’arrêter l’énergie nucléaire  est provisoire, à moins de tout changer dans la manière actuelle d’utiliser l’énergie. J’ai le sentiment que tout le monde sent l’état limite de notre civilisation capitaliste. Ceux qui en souffrent le plus, les plus pauvres, ne le sentent sans doute pas.

Mais nous qui avons fait cette civilisation technique et complètement économique, calculable, on peut se demander quelle rupture nous attend, quelle rupture on peut faire
.


tout cela va dans le sens d'une exigence de plus grande ampleur que la théorie du prolétariat comme sujet révolutionnaire, c'est évident...

en lien pour une RÉVOLUTION de CIVILISATION : éléments... et conversation

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Tristan Vacances



Messages : 374
Date d'inscription : 21/12/2016

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Sam 7 Jan - 12:46

Ce qu'il y a de commun entre Nancy et vous, c'est de poser quelque chose à faire au présent, qui ne soit pas dans la visée d'une unité du prolétariat pour LA révolution finale, ni convergence des luttes d'émancipations particulières, ni unité réalisée à terme dans le processus de communisation. C'est une renversement total de perspective, parce que l'on part des réalités actuelles dans une problématique de changement de civilisation qui ne se gargarise pas de surenchères gauchistes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Sam 7 Jan - 13:17

il me faudrait lire ce livre de Nancy


Citation :
Les récents attentats de Paris et ceux qui les ont suivis de près en Afrique, venant après tant d’autres, depuis si longtemps et dans un contexte international particulièrement instable, portent à l’incandescence deux séries de questions : d’une part on se demande comment agir, jusqu’où la riposte belliqueuse est opportune ou du moins suffisante, d’autre part, puisque les pouvoirs politiques sont particulièrement mis en jeu, on se demande quelles sont au juste leurs marges de manœuvre et leurs responsabilités précises (car on se retourne soudain vers eux alors qu’on était prêt la veille à les considérer comme les figurants d’un théâtre économique).

« Que faire ? » et « Quoi du politique ? » sont les deux faces d’une même inquiétude.

Peut-être le « faire », considéré comme production d’une action effective, est-il mis en suspens dès lors que l’idée même de la politique est brouillée. Aujourd’hui ce mot englobe tantôt l’ensemble des conditions d’existence et de sens, tantôt seulement une sphère limitée mais dont l’autonomie paraît douteuse.

Une seule chose est sûre, c’est la condamnation toujours recommencée de la « politique politicienne », singulière tautologie. Elle révèle le sentiment qu’il y a dans la politique elle-même la possibilité de son mésusage ou de sa caricature.

Une autre façon de contourner le problème est de distinguer « le » politique » de « la » politique (ou bien « the political » et « politics ». Cette différence de genre sert à magnifier une essence, un en-soi d’une pratique et tendanciellement une conception élevée d’une tâche besogneuse (même si non indigne…).

On ne peut y voir plus clair quant au « faire » que si on clarifie le sens de « politique ». C’est ce qu’on voudrait entreprendre ici.


cette distinction entre LE et LA politique n'est pas nouvelle, et je m'y suis référé depuis CARREFOUR DES ÉMANCIPATIONS, oct-déc 2004, sans voir le piège que dit Nancy, mais à partir du moment où l'on a un sens univoque, on ne peut plus "clarifier le sens"

BL/TC a écrit:
On fait pas de politique, il ne peut y avoir de stratégie... évidemment la communisation sera à faire sera une lutte acharnée , multiple et incertaine mais pas politique, mais contre la politique et déjà maintenant

on bloque la pensée en figeant les concepts dans le sens critique négatif, c'est encore la phrase gauchiste, la surenchère à prétention révolutionnaire qui dénie le débat : "Mort à la démocratie !" de Léon de Mattis. Un désir morbide de détruire, ce pour quoi le capital n'a pourtant pas besoin qu'on l'aide !

Jean-Luc Nancy a écrit:
[Nous voici]dans un monde sans outre-monde et plus capable de se détruire que de se construire. N’y a-t-il pas de quoi nous fouetter les sangs et nous faire travailler ?

on en revient à la nécessité de positiver de communisme non pas seulement comme but de communauté à atteindre, mais comme activités ici et maintenant. Le faire suppose de le poser, comme je disais, au-delà de la négation du capital. C'est tout autre chose que de considérer qu'on pourrait créer un autre monde au sein de celui-ci, en "communisant nos vies", ou plutôt cela suppose la critique de cette position immédiatiste, mais de façon ouverte à ce qu'elle porte

il n'est pas étonnant que Nancy ait été interviewé par lundimatin, un des blogs de l'activisme, pour simplifier

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Tristan Vacances



Messages : 374
Date d'inscription : 21/12/2016

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Sam 7 Jan - 13:32

Il apparaît que le gauchisme que vous voyez chez les héritiers de l'ultragauche ouvrière antiléniniste n'est pas celui que Lénine leur reprochait dans La maladie infantile. Si Dauvé et les communisateurs sont en ce sens plus gauchistes que le conseilliste Henri Simon, c'est bien parce qu'ils n'appuient plus leurs théories sur aucune activité, et qu'ils en sont orphelins au point de voir comme une suspension de la lutte des classes.

Mais de grâce, laissez ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Sam 7 Jan - 14:11


qu'est faire ?


9:11
Citation :
Nous sommes en train d'apprendre qu'on ne programme pas la vie, - de ce point de vue Derrida faisant la distinction [...] entre un futur comme présent-futur qu'on se représente et qu'on peut se donner comme but, et un avenir qui n'est, justement, que dans le fait de venir, qui n'est pas là [...] il faut faire avec...

il faut faire avec ça, qui ne veut pas dire "on ne peut pas prévoir l'avenir, on est bien embêté, on va en rester là et puis c'est tout"... Non, il faut travailler à penser à côté de, en dehors du schéma de la projection d'un futur...


c'est, pratiquement dans les mêmes termes, ma critique d'une théorie prévisant un schéma de la révolution et en rétro-projetant sur aujourd'hui la recherche de luttes annonçant sa venue, où l'on voit que Nancy est moins philosophe de la spéculation, moins idéaliste pré-marxien, que les théoriciens de la communisation

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Tristan Vacances



Messages : 374
Date d'inscription : 21/12/2016

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Sam 7 Jan - 14:55

Je reviens sur le concept de révolution. Vous écriviez dans le sujet parallèle,

Patlotch a écrit:
incidemment, dndf met en exergue depuis quelques jours cette citation de Marx dans la « Préface à la critique de l’économie politique » de 1859


Citation :
Alors s’ouvre une époque de révolution sociale. Le changement dans la base économique bouleverse plus ou moins rapidement toute l’énorme superstructure. Lorsqu’on considère de tels bouleversements, il faut toujours distinguer entre le bouleversement matériel – qu’on peut constater d’une manière scientifiquement rigoureuse – des conditions de production économiques et les formes juridiques, politiques, religieuses, artistiques ou philosophiques, bref, les formes idéologiques sous lesquelles les hommes prennent conscience de ce conflit et le mènent jusqu’au bout.


ce qui est intéressant, c'est la notion de « révolution sociale », dans le sens où elle ne signifie pas nécessairement révolution communiste.[...]


Je trouve que cela entre particulièrement en résonance avec ce passage de l'interview de Nancy par lundimatin, hormis le fait qu'il limite sa remarque à la "technique":

Citation :
Je suis de plus en plus tenté de voir dans les révolutions – toutes – des phénomènes du développement technique au sens le plus large du mot : technique bancaire, commerce, bourgeoisie (avec autres techniques, maritimes, manufacturières, militaires) – technique industrielle, démocratie, lutte des classes [...]

Il n’y a pas eu de « révolution » authentique (nous y revoilà !) mais il y a eu de puissantes mutations socio-techniques.[...]

Mais le devenir mondial de la révolte (communismes, socialismes, libérations coloniales) semble avoir détourné le mouvement : il y a bien ici et là des révoltes, mais il semble y avoir surtout des formes diverses de contournement plutôt que d’affrontement [...] On est très loin de pouvoir clamer « Proletarier aller Länder, vereinigt euch ! ». L’injustice la plus flagrante est dénoncée inlassablement par des cohortes d’intellectuels, de religieux, mais ils ne font pas résonner des voix de peuples… Au contraire, on a ce qu’on nomme des « populismes ». L’injustice la plus flagrante est dénoncée inlassablement par des cohortes d’intellectuels, de religieux, mais ils ne font pas résonner des voix de peuples… Au contraire, on a ce qu’on nomme des « populismes ». Qu’est-ce qui a créé puis développé les « bourgs » ? voilà la seule vraie question, sur la vraie révolution…


On est confronté à ce que vous appelez "l'activité antirévolutionnaire du prolétariat" qui est pourtant le sujet révolutionnaire par excellence des marxistes, au sens étroit du rapport d'exploitation. On peut dire que l'implication réciproque capital-prolétariat est ici à son comble, à ceci prêt qu'elle ne semble plus constituer une contradiction antagonique. Celle-ci serait-elle "englobée" comme le prétend Temps Critiques ?

Mais il n'empêche, toujours à l'inverse des Dauvé & Cie qui considèrent que nous ne sommes pas dans une période révolutionnaire, que quelque chose est révolutionné au sein même de la civilisation capitaliste, comme vous le pointiez avec le concept d'expulsion de Saskia Sassen, qui évoque une possible rupture systémique, autrement dit structurelle.

Le faire auquel invite JL Nancy me semble se situer au niveau d'exigence, et de généralités comme de particularités, qu'appelle cette révolution au sens du changement historique auquel nous assistons impuissants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Sam 7 Jan - 15:09


incidemment, cette discussion sur ce qu'est faire me rappelle que j'avais intitulé une douzaine de poèmes de 2003 et 2004 POÉSIE POUR LE FAIRE

je serais assez tenté, dans le Post coïtum triste succédant au ROMAN D'ILYA allégorie de la réalité, de tenter un POÈME du FAIRE

Shocked

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Sam 7 Jan - 15:56

vous avez bien synthétisé, Tristan, le point où j'en suis avec cette mise en cause du sujet révolutionnaire prolétarien, l'ouverture du capital (sic) à d'autres sorties de crise possibles sur une base élargie, sans qu'on puisse la formaliser dans les termes de la "subsomption réelle" sur tous les rapports sociaux. Quant au livre de Temps Critiques, il me faut le lire également

toujours est-il que nous avons maintenant laissé loin derrière nos échanges les sempiternelles discussions sur les "articulations classe-genre-race" avec chacun sa dominante et les polémiques sans fin dans lesquelles elles ne peuvent que s'enfermer dogmatiquement, ici encore, à rebours de la dialectique complexe mise en œuvre par Marx

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
AliBlabla



Messages : 293
Date d'inscription : 23/12/2016

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Lun 9 Jan - 12:25

Salut,

Quitter le marxisme n'est pas un long fleuve tranquille, visiblement. C'est un peu décousu, je ne vois plus d'unité entre les différentes remarques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Lun 9 Jan - 12:30

possible, mais on ne fait pas d'omelette sans casser des œufs. Chaque fois que l'on avance une hypothèse de recherche à des niveaux de généralités supérieurs, on met en cause l'édifice théorique qui nous permettait de tisser une cohérence, plutôt rassurante

ce que je vois dans les marxismes actuels - cf encore mes remarques sur Clover - c'est cette tendance à se rassurer en écartant des dimensions entières du moment actuel, ce qui leur permet de conserver une cohérence abstraite, dont je pense qu'elle est largement tautologique

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Tristan Vacances



Messages : 374
Date d'inscription : 21/12/2016

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Lun 9 Jan - 12:51

Effectivement, AliBlabla met le doigt où ça fait mal. On ne sait plus si vous savez où vous allez depuis que vous avez tourné la page de l'universalisme prolétarien pour ouvrir des pistes au-delà d'une domination totale par le capital même et lui-même comme perdu sur ses bases.

Il reste que ces réflexions, qui "secouent les concepts", sont intéressantes, même si elles ne construisent rien de très optimiste en terme de révolution.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Lun 9 Jan - 13:03


refus d'une causalité systémique simple construisant un modèle théorique

il faut savoir ce que l'on veut, et ce que l'on peut. J'ai choisi plus que d'abandonner l'universalisme prolétarien, mais la possibilité même de produire un corpus systémique abstrait fermé sur lui-même, un modèle à partir duquel penser le monde. Par conséquent, chaque fois qu'on prend un aspect de la réalité comme point de vue sur ce qui se passe, on introduit une dimension d'incertitude théorique, qui est la condition même d'une pensée critique vivante, et je dirais d'une pensée concrète, pour peu que l'on ne vise pas une grande conceptualisation

je reconnais que c'est un tournant complet relativement à ce qu'était ce forum à l'origine, et même le projet de livre électronique il y a deux mois. Disons que l'ambition est à la fois plus modeste et plus inventive, plus prospective, plus aléatoire aussi. Rien pour satisfaire les amateurs de causalité qui veulent (se) construire des modèles

Joshua Clover a écrit:
Or je crois, comme Marx, aux lois du mouvement de l’histoire : on construit des modèles précisément pour montrer qu’une causalité est à l’œuvre. Ceux qui ne recherchent pas des causes ne m’intéressent pas : je trouve que cela n’a aucun intérêt de regarder les étoiles en se contentant d’énumérer leurs noms et que l’on doit s’efforcer de comprendre les causes de leurs mouvements et de les prédire, même si cela ne reste qu’une approximation. Je tiens donc à l’approche causale.

un modèle théorique est toujours, sans exception, pris pour base d'analyse, et de plus il n'évite jamais le risque d'être simplifié ou compris de travers, pour servir la bonne cause par une, et une seule, pratique révolutionnaire

j'essaye de penser par moi-même et de donner à penser par soi-même, sans nuire je pense à la possibilité d'en faire quelque chose

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
AliBlabla



Messages : 293
Date d'inscription : 23/12/2016

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Lun 9 Jan - 13:35

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: 'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION   Lun 9 Jan - 13:41

AliBlabla a écrit:
aqni-n-3.pdf

hé bé, tu pouvais toujours parler de "décousu", car là tu nous emmènes un peu loin de Que faire à Nancy ?

côté négatif on est gâté, mais bon, c'est assez juste, et drôle

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
 
'LES' COMMUNISMES, UNE IDÉE NEUVE DANS LA CIVILISATION
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 11, 12, 13  Suivant
 Sujets similaires
-
» Maison neuve insalubre après le passage d’un locataire
» Comment nettoyer un vomito qui pue dans la voiture ?
» Investir dans l'agriculture bio.
» mort tragique d'un pompier talantais dans le var
» Vocabulaire dans la Marine (code international des signaux )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PATLOTCH / NOUVELLE THÉORIE du COMMUNISME et de la RÉVOLUTION :: MONDE ACTUEL, LUTTES, ANALYSES et THÉORISATIONS :: PENSER le MONDE et les LUTTES : refondation d'ensemble-
Sauter vers: