PATLOTCH / COMMUNISME et CIVILISATIONS

CONTRE LE CAPITAL, LES LUTTES PROLÉTARIENNES, FÉMINISTES, DÉCOLONIALES, ÉCOLOGISTES... et POÉTIQUES !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» DES RIENS DU TOUT
Hier à 19:52 par PEUTÊTRE

» la DOMINATION MASCULINE en FRANCE : machisme, travail, domesticité, violences...
Hier à 18:59 par PEUTÊTRE

» VERS D'ÉTÉ, puis d'AUTOMNE
Hier à 17:12 par Patlotch

» LE MONDE DES VIEUX
Hier à 16:28 par Patlotch

» LE CONCEPT DE RÉVOLUTION en questions
Hier à 14:58 par Patlotch

» ÉMEUTES, typologie formes/contenus : des réalités à l'idéologie
Hier à 13:16 par PEUTÊTRE

» PAUVRETÉS et RICHESSES : produit de l'exploitation et des dominations capitalistes
Lun 24 Sep - 20:31 par PEUTÊTRE

» LA HAINE DES PELOUSES ET AUTRES AVERSIONS
Lun 24 Sep - 12:46 par Patlotch

» PERMACULTURE : MODE ou 'RÉVOLUTION' ? Expériences et réflexions
Dim 23 Sep - 15:13 par Patlotch

» L'EMPIRE EXTRACTIVISTE. Vols, dette, malnutrition, accaparement de terres et ressources...
Dim 23 Sep - 13:26 par PEUTÊTRE

» LA RÉVOLUTION COMMUNISTE SERA ÉCOLOGISTE OU NE SERA PAS (écologie et marxisme)
Dim 23 Sep - 9:38 par Patlotch

» 9. l'apparition plurielle d'une nouvelle théorie communiste ? questions parentes
Sam 22 Sep - 18:41 par Patlotch

» PENSÉES diverses à marier sans modération
Sam 22 Sep - 17:31 par PEUTÊTRE

» 0. un livre ? Une théorie est apparue... Diffusion, réception... débats ?
Sam 22 Sep - 14:44 par Patlotch

» LA LOGIQUE COLONIALE, histoire et actualité, du COLONIALISME aux COLONIALITÉS sans oublier le CAPITAL
Sam 22 Sep - 13:44 par Patlotch

» LECTURES de TRAVERSES
Sam 22 Sep - 13:42 par Patlotch

» MACRONISME, ÉTAT français et RESTRUCTURATION de la géoéconomie du CAPITAL
Sam 22 Sep - 12:32 par PEUTÊTRE

» sur l'OCCIDENT, son histoire, son concept, et sa CRISE dans celle du capitalisme
Sam 22 Sep - 12:14 par PEUTÊTRE

» "GUERRE AU TERRORISME" : la grande imposture / CALIFAT et CAPITALISME
Mer 19 Sep - 18:54 par PEUTÊTRE

» actualités des LUTTES et de la PENSÉE DÉCOLONIALE
Lun 17 Sep - 19:37 par PEUTÊTRE


Partagez | 
 

 REDÉFINIR LE 'GENRE' ? pour la théorisation communiste, féministe et décoloniale, et la communisation. Conversations croisées et digressions sur TRANS, QUEER, et INTERSEXES

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 6337
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: REDÉFINIR LE 'GENRE' ? pour la théorisation communiste, féministe et décoloniale, et la communisation. Conversations croisées et digressions sur TRANS, QUEER, et INTERSEXES   Sam 10 Sep - 11:58


pour mémoire


'théorie du genre ?'

transferts sur toile, Patlotch 1993



sans titre 25 octobre 1993, transfert sur toile, 22 x 27 cm

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6337
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: REDÉFINIR LE 'GENRE' ? pour la théorisation communiste, féministe et décoloniale, et la communisation. Conversations croisées et digressions sur TRANS, QUEER, et INTERSEXES   Dim 11 Sep - 20:50


lu quelque part


Thijs a écrit:
I think Dauvé is right that Federici makes statements which do not hold up, but he doesn't give much credit for what she does contribute.

Je pense que Dauvé dit avec justesse que Federici affirme des choses qui ne se soutiennent pas, mais il ne donne pas beaucoup de crédit à ses contrubutions

Thijs @notmobydick 28 août


bof... il me semble que c'est plutôt habituel chez Dauvé : nonobstant son élégance légendaire, il ne fait pas dans la dentelle dialectique

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Invité
Invité



MessageSujet: Re: REDÉFINIR LE 'GENRE' ? pour la théorisation communiste, féministe et décoloniale, et la communisation. Conversations croisées et digressions sur TRANS, QUEER, et INTERSEXES   Jeu 15 Sep - 22:54


reçu via SocioSauvage @sociosauvage de Savoirs intersexes @TSI_leblog
Témoignages et production de savoirs / Testimonies and knowledge production






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: REDÉFINIR LE 'GENRE' ? pour la théorisation communiste, féministe et décoloniale, et la communisation. Conversations croisées et digressions sur TRANS, QUEER, et INTERSEXES   Ven 16 Sep - 0:35


reçu de Philip N Cohen ‏@familyunequal via @SocioSauvage, pas encore lu, mais en plein dans la discussion de départ mais posant la question de la définition du genre. Perso, plutôt je le poserais plus concrètement : que s'agit-il d'abolir ou dépasser, sans ajuster à géométrie variable le sens des mots-concepts, parce que ça déboucherait sur un problème de mots



Family Inequality

Why I don’t defend the sex-versus-gender distinction

Or, the sex/gender distinction which is not one?


(This post includes research from my excellent graduate assistant, Lucia Lykke.)

lien dans l'original vers les références de texte
Citation :
Recently I was corrected by another sociologist: “Phil – ‘female’ and ‘male’ refer to one’s sex, not gender.”

Feminists — including feminist sociologists — have made important progress by drawing the conceptual distinction between sex and gender, with sex the biological and gender the social categories. From this, maybe, we could recognize that gendered behavior was not simply an expression of sex categories — related to the term “sex roles” — but a socially-constructed set of practices layered on top of a crude biological base.

Lucia informs me we can date this to Simone de Beauvoir in The Second Sex. In 1949 she wrote:


Citation :
It would appear, then, that every female human being is not necessarily a woman; to be so considered she must share in that mysterious and threatened reality known as femininity.


Later, she added, “One is not born, but rather becomes, a woman.” And this is what Judith Butler put down as the root of the gender/sex distinction, calling it “the distinguished contribution of Simone de Beauvoir’s formulation”:


Citation :
The distinction between sex and gender has been crucial to the long-standing feminist effort to debunk the claim that anatomy is destiny… At its limit, then, the sex/gender distinction implies a radical heteronomy of natural bodies and constructed genders with the consequence that ‘being’ female and ‘being’ a woman are two very different sort of being.


In their famous article, “Doing Gender,” West and Zimmerman report making the sex/gender distinction in their sociology classes starting in the late 1960s. I’m guessing this really started to catch on among sociologists in the 1970s, based on this ngram of “social construction of gender” and “social construction of sex” as percentages of all uses of “social construction” in American English:




The spread of this distinction in the popular understanding — and I don’t know how far it has spread — seems to be credited to sociologists, maybe because people learn it in an introductory sociology course. As of today, Wikipedia says this under Introduction to Sex/Gender:

Citation :

Sociologists make a distinction between gender and sex. Gender is the perceived or projected component of human sexuality while sex is the biological or genetic component. Why do sociologists differentiate between gender and sex? Differentiating gender from sex allows social scientists to study influences on sexuality without confusing the social and psychological aspects with the biological and genetic aspects. As discussed below, gender is a social construction. If a social scientist were to continually talk about the social construction of sex, which biologists understand to be a genetic trait, this could lead to confusion.


Lots of people devote energy to defending the sex-versus-gender distinction, but I’m not one of them. It’s that dichotomy, nature versus culture. I got turned on to turning off this distinction by Catharine MacKinnon, whose book Toward a Feminist Theory of the State I have used to teach social theory as well as gender. In her introduction, she wrote (p. xiii):


Citation :
Much has been made of the supposed distinction between sex and gender. Sex is thought to be the more biological, gender the more social; the relation of each to sexuality varies. I see sexuality as fundamental to gender and as fundamentally social. Biology becomes the social meaning of biology within the system of sex inequality much as race becomes ethnicity within a system of racial inequality. Both are social and political in a system that does not rest independently on biological differences in any respect. In this light, the sex/gender distinction looks like a nature/culture distinction in the sense criticized by Sherry Ortner in ‘Is Female to Male as Nature Is to Culture?’ I use sex and gender relatively interchangeably.


From another perspective, Joan Fujimura argued for mixing more social into that biological scheme:


Citation :
My investigation is an argument for broadening our social imaginaries—our definitions and understandings—of the material, the natural. A critical sociomaterial view of sex integrates sociocultural and historical investigations of the production of the material (e.g., the complexities and variations of sex physiologies and genetics) with diverse social imaginaries about sex and bodies proposed by feminists, queer theorists, intersexuals, and others. In this approach, we study and juxtapose the actions and interactions of social activist groups, social theorists, biologists, bodies, and genes in order to understand the collective, contentious, contradictory, and interactive crafting of sex in humans.

… [D]emonstrations of the sociomaterial production of sex, the Möbius strip production of sex, are useful for maintaining our awareness that natural categories are also social categories. Further, even as our current language of analysis maintains the division between the natural and the social, the point of a critical sociomaterial approach is to move in the direction of a language where there is no division, where we are always conscious that the natural and the social are not separated.

For example, we need to think of the categories male and female not as representing stable, fundamental differences but as already and always social categories. They form a set of concepts, a set of social categories of difference to be deployed for particular purposes. Ergo, what counts as male and female must be evaluated in their context of use. The categories male and female, like the categories men and women, may be useful for organizing particular kinds of social investigation or action, but they may also inhibit actions.


In that West and Zimmerman article, you may remember, they argue that “since about 1975 … we learned that the relationship between biological and cultural processes was far more complex — and reflexive — than we previously had supposed.” To help smooth the relationship between sex and gender, they use “sex category,” which “stands as a proxy” for sex but actually is created by identificatory displays, which in turn lead to gender. As I see it, the sex category concept makes the story about the social construction of sex as well as gender. For example, their use of the bathroom “equipment” discussion from Goffman’s 1977 essay is also about the social process of hardening sex, not just gender.

The U.S. Census Bureau says, “For the purpose of Census Bureau surveys and the decennial census, sex refers to a person’s biological sex,” and their form asks, “What is Person X’s Sex: Male/Female.”

But that explanation is not on the form, and there’s no (longer) policing of people filling it out — like race, it’s based on self-identification. (Everything on the form is self-identification, but some things are edited out, like married people under age 15.) So for any reason anyone can choose either “male” or “female.” What they can’t do is write in an alternative (there is no space for a write-in) or leave it blank (it will be made up for you if you do).

So its words are asking for something “biological,” but people are social animals, and they check the box they want. I think its eliciting sex category identification, which is socially produced, which is gender.

This all means that, to me, it would be OK if the form said, “Gender: Male/Female” (and that’s not a recommendation for how forms should be made, which is beyond my expertise, or an argument for how anyone should fill it out). I’m just not sure the benefits of defending the theoretical sex/gender distinction outweigh the costs of treating biological sex as outside the realm of the social.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: REDÉFINIR LE 'GENRE' ? pour la théorisation communiste, féministe et décoloniale, et la communisation. Conversations croisées et digressions sur TRANS, QUEER, et INTERSEXES   Sam 17 Sep - 13:58


via Isis Giraldo @isisgiraldoa, une approche théorique concrète


"colonialité au travail" / une refonte du concept de la « colonialité du genre »

Coloniality at work:
Decolonial critique and the postfeminist regime


Isis Giraldo, Universite de Lausanne, September 17, 2016
PDF texte intégral

Abstract
Citation :
In this article I address the imbalance in the production and circulation of knowledge in the dominant Anglo-American academic circuit, aiming to make visible feminist work in a decolonial vein carried out in Latin America, to recentre the decolonial option with regard to established postcolonial studies and to propose a way of understanding global postfeminist female subjectivity as mediated in mass media. The decolonial option offers a rich theoretical toolbox for exploring contemporary junctions of gender, race and the question of representation. I propose a reworking of the concept of the ‘coloniality of gender’, and briefly discuss how Femen and the figure of the exoticised female pop icon exemplify coloniality at work.

Dans cet article je pointe le déséquilibre dans la production et la diffusion des connaissances au sein du circuit scolaire anglo-américaine dominant, visant à rendre le travail féministe visible dans l'option décoloniale d'Amérique latine, pour recentrer l’option décoloniale concernant les études postcoloniales, et pour proposer un moyen de compréhension globale de la subjectivité féminine post-féministe véhiculée dans les médias de masse. L’option décoloniale propose une riche boîte à outil théorique pour explorer des jonctions contemporaines de sexe, de race et la question de la représentation. Je propose une refonte du concept de la « colonialité du genre » et discute brièvement comment les Femen et la figure exotisée de l’icône pop féminine illustrent la colonialité au travail.

Keywords
Coloniality, decolonial, Femen, gender, knowledge, popular music, postfeminism


Feminist Theory
2016, Vol. 17(2) 157–173 ! The Author(s) 2016
Reprints and permissions: sagepub.co.uk/journalsPermissions.nav
DOI: 10.1177/1464700116652835 fty.sagepub.com

Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin


Messages : 6337
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: REDÉFINIR LE 'GENRE' ? pour la théorisation communiste, féministe et décoloniale, et la communisation. Conversations croisées et digressions sur TRANS, QUEER, et INTERSEXES   Lun 19 Sep - 16:12


on me signale ce livre de 2016






extrait de l'introduction



Citation :
In the summer of 2015, shortly after Caitlyn Jenner came out as transgender, the NAACP official and political activist Rachel Dolezal was “outed” by her parents as white, touching off a heated debate in the media about the fluidity of gender and race. If Jenner could legitimately identify as a woman, could Dolezal legitimately identify as black?

Taking the controversial pairing of “transgender” and “transracial” as his starting point, Rogers Brubaker shows how gender and race, long understood as stable, inborn, and unambiguous, have in the past few decades opened up—in different ways and to different degrees—to the forces of change and choice. Transgender identities have moved from the margins to the mainstream with dizzying speed, and ethnoracial boundaries have blurred. Paradoxically, while sex has a much deeper biological basis than race, choosing or changing one’s sex or gender is more widely accepted than choosing or changing one’s race. Yet while few accepted Dolezal’s claim to be black, racial identities are becoming more fluid as ancestry—increasingly understood as mixed—loses its authority over identity, and as race and ethnicity, like gender, come to be understood as something we do, not just something we have. By rethinking race and ethnicity through the multifaceted lens of the transgender experience—encompassing not just a movement from one category to another but positions between and beyond existing categories—Brubaker underscores the malleability, contingency, and arbitrariness of racial categories.

At a critical time when gender and race are being reimagined and reconstructed, Trans explores fruitful new paths for thinking about identity.

Rogers Brubaker is professor of sociology and UCLA Foundation Chair at the University of California, Los Angeles. His recent books include Ethnicity without Groups, Nationalist Politics and Everyday Ethnicity in a Transylvanian Town, and Grounds for Difference.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6337
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: REDÉFINIR LE 'GENRE' ? pour la théorisation communiste, féministe et décoloniale, et la communisation. Conversations croisées et digressions sur TRANS, QUEER, et INTERSEXES   Lun 19 Sep - 16:37


on ne naît pas trans, on le devient

pour simplifier mes remarques plus haut, on peut considérer qu'être 'trans' ne concerne pas que des 'intersexes' de naissance, puisqu'il peut s'agir d'un choix d'adaptation à son physiologie ou à son apparence physique (plutôt "féminine" ou "masculine" dans le regard des autres), et/ou à ses attirances sexuelles. Un.e homsexuel.le peut en principe choisir de "changer de sexe", de traverser le genre : trans

l'allusion à « On ne naît pas femme on le devient », de Beauvoir, en souligne le caractère de construit historique, social et idéologique

questionner ce choix n'est pas être transphobe, mais le comprendre comme une assignation sociétale à être soit homme, soit femme... et retour à l'idée révolutionnaire d'en finir avec cette assignation

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6337
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: REDÉFINIR LE 'GENRE' ? pour la théorisation communiste, féministe et décoloniale, et la communisation. Conversations croisées et digressions sur TRANS, QUEER, et INTERSEXES   Sam 15 Oct - 11:17




Existrans a écrit:
@existrans

Ce samedi 15 octobre à Paris, nous marchons pour rester visibles, et que soient entendues nos revendications !
20ème Marche

j'avoue n'avoir pas bien saisie cette question de l'invisibilité, thématique que l'on retrouve dans les revendications des racisé.e.s

pas compris ce qui serait invisible, pas compris pourquoi l'on veut être visible pour ces identités particulières, en rapport avec la lutte pour être considéré ni plus ni moins que les autres, c'est-à-dire ni plus ni moins en raison de telle particularité

sans jeu de mot, cela me semble rester au milieu du gué des luttes pour dépasser l'assignation à être, ou n'être, que cette particularité

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6337
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: REDÉFINIR LE 'GENRE' ? pour la théorisation communiste, féministe et décoloniale, et la communisation. Conversations croisées et digressions sur TRANS, QUEER, et INTERSEXES   Ven 4 Nov - 20:26

à toutes fins utiles

pour celleux et ceuxelles qui auraient du mal à suivre

Citation :
Lexique

Transidentité-S
: Contrairement aux termes de transexualisme ou transexualité, empruntés à la classification des maladies mentales des manuels de psychiatrie, nous préférerons le terme de transidentité-s. Il s’agit pour nous de mettre aussi en évidence qu’il peut y avoir plusieurs parcours de transition, avec ou sans hormones, avec ou sans chirurgie et une « constellation » d’identités trans hors des schémas sexistes qui nous classeraient dans deux seules catégories de genre stéréotypées.

Transsexualisme
: Terme désuet et pathologisant vécu comme péjoratif par la plupart des personnes trans. Les dictionnaires médicaux parlent de « syndrome de transsexualisme », de personnes « atteintes de transsexualisme »

Transsexualité
: Terme problématique car il induit une confusion et un amalgame avec les questions de sexualité alors que la transidentité est une identité. De la même manière, on préfère employer le mot « trans » plutôt que « transsexuel ».

Transphobie : La transphobie est le rejet des personnes Trans et des transidentités. Elle peut prendre plusieurs formes : exclusion familiale, amicale, professionnelle, refus de soin de la part du corps médical, stérilisation forcée réclamée par les tribunaux pour obtenir le changement d’état civil. Elle peut aller jusqu’à l’agression, voire le meurtre. Il est très difficile de porter plainte en cas d’acte ou de comportement transphobe puisque ni la loi, ni le Défenseur des droits ne reconnaissent officiellement la transphobie comme une discrimination au même titre que le racisme ou l’homophobie (même si le critère – flou et confus – d’identité sexuelle à été ajouté en 2012).

La question des pronoms : On parle d’une personne trans en utilisant les accords et les pronoms en adéquation avec l’identité qu’elle revendique, peu importe ses choix de transition. Par exemple : pour une MtF on dira « elle », et pour un FtM on dira « il ».

MT*- MTF – MTX – MTU – Male to something : Personne assignée au regard des sciences biomédicales comme appartenant à la catégorie mâle et pour l’état civil au genre masculin, qui transitionne vers un genre féminin et/ou fluide. On dit « une MTF »

FT*- FTM – FTX – FTU – Female to something : Personne assignée au regard des sciences biomédicales comme appartenant à la catégorie femelle et pour l’état civil au genre féminin, qui transitionne vers un genre masculin et/ou fluide. On dit « un FTM »

CISGENRE – BIO – Personne non trans : Il peut aussi impliquer pour les personnes cisgenres qui l’emploient pour parler d’eux mêmes, une réelle réflexion sur leur propre identité de genre. Ce ne sont pas des termes inévitablement mis en concurrence mais au contraire deux définitions de soi qui se font écho dans une réflexion sur le genre.

Equipes hospitalières/protocolaires
: Equipes médicales pluridisciplinaires composées généralement d’un ou plusieurs psychiatres, endocrinologues et chirurgiens s’autoproclamant spécialistes de la question trans mais n’ayant aucune réelle légitimité. Ces équipes sont reconnues par la Sécurité Sociale même si le parcours de soin qu’elles proposent est totalement inadapté à la situation et aux besoins des personnes trans. Elles sont aussi appelées de manière erronée « équipes officielles » en opposition au parcours privé mais n’ont absolument rien d’officiel en réalité.

source

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6337
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: REDÉFINIR LE 'GENRE' ? pour la théorisation communiste, féministe et décoloniale, et la communisation. Conversations croisées et digressions sur TRANS, QUEER, et INTERSEXES   Dim 20 Nov - 2:03

livraison de la série de Gilles Dauvé


introduction et conclusion (provisoire)
G.D. a écrit:
Nous aurions une sexualité, déterminée par la distinction hétéro/homo.

Telle est l’idée dominante dans les sociétés occidentales depuis la fin du 20e siècle. L’ajout à ce tableau d’une palette aux nuances de plus en plus fines (bi, queer, trans, etc.) n’en modifie pas l’axe central de la sexualité : être homo ou hétéro. Quoi qu’on en pense, qu’on considère le fait bon ou mauvais, choisi ou contraint, il passe pour un trait fondamental de l’espèce humaine, longtemps nié, marginalisé et réprimé, mais qui heureusement a fini par être accepté dans les pays les plus « éclairés ».

Or, ce qui semble aujourd’hui une réalité (pas « banale » puisqu’il a fallu se battre pour l’imposer) a été historiquement « construit » : pour mieux le comprendre, nous partirons de ce qu’il en était aux Etats-Unis dans la première moitié du 20e siècle, surtout à New York, un peu aussi au Sud profond.

[...]

Aujourd’hui, la sexualité se répartit sur un axe homo/hétéro, chacun étant l’un ou l’autre, ou les deux, voire davantage, le ou la bi se contentant d’aller d’un pôle à l’autre, le ou la queer combinant ad lib les variations réalisables, le ou la trans franchissant les limites biologiques entre les deux pôles. Restera à comprendre ce que signifie la multiplicité incessante de ces (sous-)catégories, comme si, aussitôt passée dans les esprits et les mœurs vers la fin du 20e siècle, cette binarité homo/hétéro n’avait pu s’affirmer qu’en se divisant à l’infini. Il est permis d’y voir un progrès. Il est possible aussi d’y voir une identité en crise, – crise au cœur de notre sujet, et qui sera traitée à la fin de cette série.


grosso modo d'accord. Il s'agirait encore de distinguer entre identité pour soi selon conformations non choisies et goûts sexuels plus ou moins dans les conditions et contraintes sociétales actuelles, et perspectives de dépassement de ces catégories dans lesquelles les individus se perdent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6337
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: REDÉFINIR LE 'GENRE' ? pour la théorisation communiste, féministe et décoloniale, et la communisation. Conversations croisées et digressions sur TRANS, QUEER, et INTERSEXES   Mar 21 Mar - 10:23


Une personne intersexe de 66 ans réclame l'inscription, sur son état-civil, de la mention "sexe neutre". Elle avait obtenu gain de cause en première instance, avant d'être déboutée en appel. Le point.

Citation :
Gaëtan Schmitt*, 66 ans, ne demande qu'une chose: "être reconnu comme ce qu'il est, ni homme ni femme", nous explique son avocate, Mila Petkova. Du fait d'une malformation génétique, il est né, selon son médecin, avec un "vagin rudimentaire", un "micropénis", mais pas de testicules.  

A la naissance, Gaëtan Schmitt a été déclaré comme un petit garçon, mais "tous les matins, tous les soirs quand je me déshabille, et que je me vois nu, je m'administre la preuve que je suis un intersexe", a-t-il récemment confié à Libération. Ce mardi à partir de 9h30, la Cour de cassation examine sa demande de voir apposer sur son état-civil la mention "sexe neutre". L'Express fait le point sur cette audience.

Qu'est-ce que l'intersexuation ?

Classée parmi les Disorders of sex development (DSD, l'intersexuation, parfois appelée "ambiguïté sexuelle" ou "hermaphrodisme", regroupe toutes les personnes dont les organes génitaux sont difficiles ou impossibles à définir comme mâles ou femelles. Les intersexes représenteraient 1,7% de la population mondiale, selon l'étude de référence sur la question, menée par Anne Fausto-Sterling, professeure de biologie à l'université Brown (Rhode Island, Etats-Unis). En France, naîtraient ainsi environ 200 bébés intersexes chaque année. Dès leur naissance, ces enfants subissent des interventions chirurgicales pour leur assigner, arbitrairement, un sexe masculin ou féminin, dans lequel ils ne se reconnaissent pas forcément à l'âge adulte.

Des opérations dénoncées comme "des mutilations", voire des "tortures", et qui peuvent avoir des "conséquences dramatiques et douloureuses" sur le plan physique, comme psychologique, pointe un récent rapport des sénatrices Maryvonne Blondin (PS, Finistère) et Corinne Bouchoux (EELV, Maine-et- Loire). "Ce sont des opérations mutilantes qui nécessitent, ensuite, de lourds traitements hormonaux", dénonce Gaëtan Schmitt dans 20minutes. "Alors que je suis la preuve indubitable que l'on peut vivre très bien avec les deux sexes." L'année dernière, la France a été épinglée par le Comité des droits de l'enfant et le Comité contre la torture de l'ONU, pour ces atteintes au droit à l'autodétermination des personnes.  

Qui est Gaëtan Schmitt ?

Marié, ce sexagénaire est le père d'un enfant, qu'il a adopté, et vit dans l'Est de la France. Reconnu comme un petit garçon à sa naissance, il assure avoir pris conscience dès l'âge de 12 ans qu'il était en réalité intersexué. Jusqu'à l'âge de 35 ans, il avait une morphologie plutôt gynoïde, jusqu'à ce qu'il suive un traitement hormonal à base de testostérone afin notamment de prévenir l'ostéoporose. "C'était très violent", témoigne-t-il auprès de 20minutes. "Mais j'ai fini par jouer le rôle d'un homme".

Le 20 août 2015, Gaëtan Schmitt a obtenu gain de cause devant la justice: le tribunal de grande instance (TGI) de Tours (Indre-et-Loire) lui a donné le droit de modifier son acte de naissance, pour faire apposer la mention "sexe: neutre" sur son état civil. Mais la cour d'appel d'Orléans (Loiret), a infirmé cette décision six mois plus tard, redoutant de "reconnaître [dans le cas contraire] l'existence d'une autre catégorie sexuelle".

Quels sont le enjeux de la décision de la Cour de cassation ?

C'est donc la première que la Cour de cassation est saisie de la question des personnes intersexes. "Si demain la Cour de cassation reconnaît Gaëtan comme une personne de sexe neutre", explique son avocate à L'Express, "cela va changer sa vie, puisqu'il sera enfin reconnu juridiquement, dans la société, comme ce qu'il est réellement. Il sera enfin en paix avec lui-même".  

Dans une société où "la binarité sexuée est la règle", poursuit Mila Petkova, "les personnes intersexes sont très exposées à la stigmatisation, à une forme de violence quotidienne, latente". Si la Cour de cassation donne raison à son client, estime-t-elle, cela "va donner un peu d'espoir aux autres de se faire reconnaître, à leur tour socialement".  

Sur cette question de la reconnaissance d'un sexe neutre, le rapport sénatorial se garde, de son côté, de prendre parti: elle poserait, développe-t-il, de vrais défis juridiques et de nombreuses questions -comme faudrait-il, par exemple, instaurer des quotas d'intersexes dans certains secteurs?- qui demandent, conclut ce texte, "une réflexion approfondie". Réflexion qui a déjà été menée aux Etats-Unis, où l'Etat de New York a délivré, en septembre dernier, le tout premier certificat de sexe neutre à une Américaine de 55 ans.

on est ici à l'opposé de la démarche "trans" visant à adopter l'autre sexe que celui auquel on a été assigné. Celle-ci ne remet pas en cause cette assignation de genre, être soit homme soit femme, mais l'entérine

il s'agit donc d'un cas limite (quand même 1,7% de la population) qui pose la binarité homme-femme comme fausse du point de vue physiologique même (évitons ici le mot "nature". On en voit l'intérêt pour une théorie de l'abolition du genre qui n'aboutisse pas à l'indifférenciation

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Patlotch



Messages : 1645
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: REDÉFINIR LE 'GENRE' ? pour la théorisation communiste, féministe et décoloniale, et la communisation. Conversations croisées et digressions sur TRANS, QUEER, et INTERSEXES   Jeu 4 Mai - 10:09


Cinq questions sur la reconnaissance d'un "sexe neutre" à l'état civil

Camille Caldini France Télévisions 04/05/2017

La Cour de cassation se prononce, jeudi, sur la demande d'une personne intersexe, née sans pénis ni vagin fonctionnel, qui souhaite que la mention "sexe neutre" figure sur son état civil.


Un panneau indiquant des toilettes "neutres" lors de la conférence annuelle sur la santé des personnes trans,
à Philadephie (Pennsylvanie, Etats-Unis), le 9 juin 2016. (SHANNON STAPLETON / REUTERS)

Citation :
Cocher la case "M" ou "F" n'est pas une évidence pour tout le monde. Gaëtan (prénom d'emprunt) est né ni homme, ni femme, et souhaite être reconnu comme tel. La Cour de cassation se prononce, jeudi 4 mai, sur sa demande : il réclame que son état civil porte la mention "sexe neutre". Gaëtan est un psychothérapeute de 65 ans qui vit dans l'est de la France. "Affublé" d'un prénom masculin "car sa mère voulait un garçon", il vit "avec un état civil qui n'est pas le sien", explique son avocat, Bertrand Périer, à l'AFP. Acceptée par un juge des affaires familiales de Tours, puis rejetée par la cour d'appel d'Orléans, sa demande, arrivée jusqu'à la Cour de cassation, est emblématique de la situation dans laquelle se trouvent les personnes intersexuées.

Qu'est-ce que l'intersexuation ?

Intersexuation et non intersexualité. Mieux vaut parler d'intersexuation, plutôt que d'intersexualité, car cette caractéristique biologique n'est pas liée à l'orientation sexuelle. En outre, dans le jargon médical, les termes "ambiguïté", "trouble", "désordre", "anomalie", "malformation", sont courants, mais pas forcément adaptés, car l'intersexuation n'entraîne pas forcément de problèmes de santé et n'est "pas une pathologie", comme l'explique l'urologue Antoine Faix à franceinfo. Les personnes intersexuées (et le Sénat) préfèrent ainsi parler de "variations du développement sexuel", moins stigmatisant.

Des statistiques impossibles. Mais il est particulièrement difficile de savoir combien de personnes sont réellement concernées, en l'absence de statistiques précises. "Environ 200 bébés naissent chaque année en France atteints d'une malformation génétique du développement sexuel", écrit l'AFP, soit une naissance sur 4 000, mais la réalité est plus compliquée, car tout dépend du périmètre retenu pour établir ces données. "Il n'existe aucune statistique complète et fiable sur le nombre exact de naissances de personnes présentant une variation du développement sexuel", selon un rapport d'information du Sénat (en PDF), publié en février 2017.

Une variation à la naissance. Certaines personnes naissent avec ce que les médecins appellent donc une "ambiguïté sexuelle" visible. Leurs organes génitaux sont difficiles à identifier ou sont atrophiés. Il est donc impossible de se référer aux standards habituels pour attribuer à ces enfants le genre masculin ou féminin. Les médecins peuvent avoir recours à la classification de Prader pour déterminer le sexe anatomique de l'enfant à sa naissance. Elle aide à définir si les organes génitaux sont plutôt mâles ou plutôt femelles, en les classant de 1 à 5 : 1 correspond à des organes génitaux externes clairement féminins, 5 à des organes génitaux externes clairement masculins.

Hormones et chromosomes. Il arrive aussi que l'intersexuation se révèle au moment de la puberté. Les personnes intersexes peuvent posséder des organes génitaux typiquement masculins ou féminins, mais leur corps n'évolue pas comme la grande majorité des garçons et filles. L’intersexuation peut également avoir des origines chromosomiques : c’est le cas des personnes atteintes du syndrome de Klinefelter, qui possèdent un chromosome sexuel supplémentaire.

Ni hermaphrodites, ni transsexuels. Les personnes intersexuées ont longtemps été appelées "hermaphrodites", comme le fils d’Hermès et d’Aphrodite, puni pour avoir résisté aux avances d'une naïade et doté par conséquent d'attributs sexuels féminins, en plus de ses organes masculins. Si l'hermaphrodisme existe chez certaines espèces animales, il est très éloigné de la réalité des personnes intersexes, dont les organes génitaux, la plupart du temps, ne sont pas fonctionnels. Les intersexes se différencient également des personnes trans, dont le sexe biologique est identifié, mais qui ressentent une appartenance au sexe opposé et peuvent demander de passer légalement d'un sexe à l'autre, une démarche toujours compliquée.

Que peut changer la décision de la Cour de cassation pour les intersexes ?

Si la décision de la Cour de cassation devait être négative, "je n'arrêterai pas mon combat", assure Gaëtan à l'AFP. Pour lui, cette procédure "n'est qu'une rectification de ce qui ne devrait pas être". Mais si elle casse la décision de la cour d'appel d'Orléans, la Cour de cassation reconnaît à Gaëtan le droit d'afficher un sexe neutre à l'état civil et aux autres personnes intersexes de porter leur propre dossier devant les tribunaux.

La reconnaissance. "La nature n'est pas binaire. Je ne vois pas pourquoi, là où la nature n'est pas binaire, le droit le serait", a estimé Bertrand Périer, avocat de Gaëtan, devant la Cour de cassation. "Le seul objectif juridique et social" de l'état civil est de "refléter l'identité réelle" d'une personne, assure-t-il, considérant que rien, dans le droit, ne dit ainsi d'apposer "homme ou femme" après la mention sexe, "neutre" pouvant tout aussi bien être accepté.

Un "X", un "O" ou un "N" à l'état civil. Dans son jugement, le TGI de Tours constate que Gaëtan ne peut pas être classé d'un côté ou de l'autre de la division masculin-féminin et que "la mention qui figure sur son acte de naissance" est donc erronée et à corriger. "Quand je me regarde nu dans un miroir, le matin ou le soir, je vois bien que je n'appartiens pas au monde des hommes ni à celui des femmes", explique Gaëtan à l'AFP. S'il est autorisé à inscrire "sexe neutre" sur ses papiers d'identité, cela pourra prendre la forme d'une lettre comme le X, le O, ou le N. Le droit français ne le prévoit pas encore et les pratiques varient, dans les quelques pays qui reconnaissent ce type de cas.

L'arrêt des actes chirurgicaux pratiqués sur les enfants intersexes
. Depuis la deuxième moitié du XXe siècle, les personnes nées intersexes sont massivement opérées, afin de correspondre à l'un ou l'autre des genres reconnus par le droit. Dès l'enfance et tout au long de leur vie, elles subissent des traitements chirurgicaux et médicaux irréversibles, souvent douloureux et vécus comme des "mutilations", comme le raconte Gabriel à franceinfo. La France a d'ailleurs été condamnée à trois reprises en 2016 par l'ONU pour ces opérations : par le Comité des droits de l'enfant, le Comité contre la torture et le Comité pour l'élimination de la discrimination à l'égard des femmes. En cas de reconnaissance d'un "sexe neutre", la justification légale de ces opérations s'effondre. Le Sénat, sans se prononcer sur leur état civil, préconise par ailleurs l'indemnisation des personnes mutilées.

Quels arguments leur sont opposés ?

La création d'un "troisième sexe". La cour d'appel d'Orléans, qui a rejeté la demande de Gaëtan, s'est justifiée par la crainte de "reconnaître, sous couvert d'une simple rectification d'état civil, l'existence d'une autre catégorie sexuelle". Il s'agit donc, selon la cour d'appel, de modifier profondément le système d’état civil français, ce qui "excède l'office du juge".

L'incertitude
. "L'indisponibilité et l’immutabilité de l’état civil existent pour des raisons de sécurité, afin de permettre l’identification fiable des personnes", estime le premier avocat général de la Cour de cassation, Philippe Ingall-Montagnier, qui demande le rejet du pourvoi. La "dualité sexuelle, bien que ne faisant pas l'objet d'une définition légale spécifique, fait bien l'objet d'une prise en compte juridique généralisée", poursuit-il. Pour le magistrat, il y a ainsi "une position de la loi" sur cette question, "parce que c'est un état de fait, un état de nature". Il réclame le règlement de cette question "fondamentale" par le pouvoir législatif et non une décision de justice.

D'autres pays reconnaissent-ils déjà une identité non-binaire ?

Nombre de pays et de cultures considèrent certains citoyens comme appartenant à un troisième genre, plus ou moins bien perçu et valorisé dans la société. Ceux-ci n'ont pas pour autant d'existence légale. Toutefois, la législation a évolué ces dernières années, dans plusieurs pays occidentaux.

L'Allemagne. L'Allemagne accorde depuis 2013 aux parents le droit de ne pas indiquer le sexe de leur nouveau-né intersexué et aux adultes de faire supprimer la mention du sexe à l'état civil. Précisément, ils peuvent choisir la mention "sexe indéterminé" qui peut être modifiée plus tard. Mais "très peu de parents optent finalement pour ce choix", explique La Croix.

L'Inde. La Cour suprême indienne a reconnu, en 2014, l'existence d'un "troisième genre", ni masculin, ni féminin. Mais il s'agit pour le pays de donner un statut légal aux personnes transgenres et aux eunuques, nommés "hijras", qui vivent en marge de la société.

L'Australie. En 2014, la plus haute juridiction d'Australie a décidé qu'une personne pouvait être reconnue légalement comme étant de "genre non spécifique", se voyant apposer un "X" sur ses papiers d'identité. C'est aussi le cas en Nouvelle-Zélande et au Népal, où le "O" de "other" (ou "autre") remplace le "X".

L'Ontario (Canada). Sur leur carte de Sécurité sociale, les Canadiens de la province de l'Ontario ont le droit de ne pas indiquer leur sexe. Sur leur permis, ils peuvent apposer un "X" au lieu du traditionnel "M" ou "F", s'ils ne "s'identifient pas exclusivement comme homme ou femme". Le permis reste tout de même une pièce d'identité valable, précise le gouvernement local.

Quelques cas aux Etats-Unis. Il n'y a pas eu de décision fédérale, mais au moins deux personnes, Jamie Shupe dans l'Oregon et Sara Kelly Keenan en Californie, ont obtenu le droit d'inscrire la mention "non-binaire" sur leur état civil.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patlotch



Messages : 1645
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: REDÉFINIR LE 'GENRE' ? pour la théorisation communiste, féministe et décoloniale, et la communisation. Conversations croisées et digressions sur TRANS, QUEER, et INTERSEXES   Jeu 21 Sep - 0:29


Brooklin's Girls and Bridge Dilemna ?

à titre documentaire, je reviendrai sur ce bel exemple d'identité de lutte à dépasser, et je laisserai Roland Simon (Théorie communiste) envoyer, avec élégance, Judith Butler « se faire queer un œuf sous le pont de Brooklin »

A quoi peut nous servir une approche matérialiste des questions queer et trans (non blanches) ?

QTR Queer & Trans Révolutionnaires contre le racisme et le néocolonialisme


Citation :
Pour aller dans le sens d’un mouvement queer et trans révolutionnaire, que nous, non blanc.he.s en France, souhaitons construire, nous avons besoin de rompre avec une approche purement identitaire qui menace tous les mouvements d’émancipation sous des formes différentes (« déconstructivisme » pour le féminisme, culturalisme pour l’antiracisme, etc), pour nous tourner vers une approche matérialiste. Nous allons proposer ici quelques pistes de réflexions qu’il faudra ensuite enrichir collectivement à mesure que ce mouvement queer et trans non blanc, pour l’instant encore diffus, avancera vers une forme plus organisée.

D’une réflexion par l’identité à une réflexion par les structures

Qu’entendons-nous par « approche purement identitaire » ? Il s’agit de penser nos positions de non blanc.he.s, queer, trans, sans lien avec les structures sociales et la question économique. La conséquence politique de cela est de se focaliser par exemple sur les relations inter individuelles (ex : comment les gens se comportent avec nous) et de donner plus d’importance aux questions de représentation qu’à celles de redistribution.

Les enjeux de représentation impliquent ceux de notre visibilité, aussi bien politique que médiatique par exemple. Les enjeux de redistribution renvoient quant à eux à l’urgence d’affronter la répartition inégale des richesses à la base du capitalisme et que l’Etat garantit.

On pourrait dire que les deux dimensions, représentation et redistribution, sont liées. Par exemple être représenté dans les médias, au cinéma suppose des moyens, or ces moyens sont appropriés par des classes blanches bourgeoises et largement hétérosexuelles cisgenres. On comprend donc ainsi que même la question de notre visibilité implique celle de l’appropriation des moyens de production, et donc un remède politique radical qui serait la redistribution.

Si nous ne nions pas l’importance de la représentation, il nous semble qu’une approche révolutionnaire implique de se pencher particulièrement sur l’objectif de redistribution et de le penser spécifiquement, voire même comme prioritaire pour les besoins de la réflexion, même si comme nous l’avons vu il est lié à la représentation.

Qu’est-ce qu’une approche matérialiste ?


Marx a écrit:
Dans la pratique sociale de leur vie, les hommes entrent en rapports déterminés, nécessaires, indépendants de leur volonté, rapports de production qui correspondent à un certain degré de développement de leurs forces productives matérielles. L’ensemble de ces rapports de production constitue la structure économique de la société, la base réelle sur laquelle s’élève une superstructure juridique et politique et à laquelle répondent des formes sociales et déterminées de conscience.

Comment comprendre cette citation de Marx ?  Disons que les idées que l’on se fait du monde, de la société, de ce que doit être l’ordre social, sont produites par une structure économique. Pour être concret cela veut dire par exemple que la représentation que l’on a en France des non blanc.he.s n’est pas tombée du ciel, n’est pas une idée qui se serait formée juste comme ça, mais est produite par une hiérarchisation raciale, plaçant les blancs en haut et les non blancs en bas ; hiérarchisation qui est une hiérarchisation économique. Les non blancs sont dans leur très grande majorité de classe populaire. Ainsi, une approche matérialiste du racisme implique de penser la façon dont la colonisation, l’esclavage ont été des phénomènes d’exploitation massifs qui ont organisé le monde et la répartition des richesses sur une ligne raciale. Cette position matérialiste est l’inverse d’une pensée idéaliste.

Les conditions queer et trans au prisme du matérialisme


En quoi cette approche matérialiste qui nous oblige à penser la structure économique de la société comme la base sur laquelle se construisent les formes sociales que nous expérimentons, peut-elle se traduire pour penser les conditions queer et trans ? Une approche matérialiste nous invite à nous interroger sur la place des queer et des trans dans les rapports de production par exemple. Sommes-nous des classes sociales à part entière en tant que queer ou trans ? La réponse serait a priori non, puisque le rapport social qui nous oppose aux hétérosexuels ou aux cisgenres n’est pas à proprement parlé un rapport d’exploitation direct au même titre qu’un patron qui exploite un ouvrier, mais prend plus la forme d’une oppression : stigmatisation, agressions, discriminations, etc. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de conséquences économiques aux oppressions de genre et de sexualité (au contraire, comme nous allons le voir), mais qu’on ne peut pas parler d’une « classe hétérosexuelle » face à une « classe non hétérosexuelle », ou d’une « classe cisgenre » face à une « classe trans ».

Ce qui fait qu’on parle de rapports de classe entre le patron et l’ouvrier, c’est que le patron tire profit du vol du travail de l’ouvrier, il se fait de l’argent sur son dos et c’est la dimension principale qui les lie : l’exploitation de l’un sur l’autre. Or dans le cas de l’homophobie et de la transphobie quand nous y sommes confronté.e.s, c’est dans plein de contextes très différents qui n’ont bien souvent pas grand-chose à voir avec de l’exploitation : insultes, coups, viols, mais aussi violences institutionnelles médicales, administratives, puis des discriminations dans l’accès à l’emploi, ou à l’intérieur même de l’emploi (inégalités salariales par exemple). Il y a donc bien une dimension économique mais qui ne prend pas la forme d’une exploitation directe de l’hétéro sur le queer, ou du cisgenre sur le trans.

L’exemple de la transphobie

Peut-on au vu de ce qui vient d’être dit dans le paragraphe précédent conclure qu’il n’y a aucune dimension qui relève de l’exploitation dans les oppressions que subissent les queer et les trans, et en particulier les non blanc.he.s ?

Non. Par exemple, quand on voit la discriminations massives à l’emploi qui affectent les trans, en particulier non blanc.he.s, on peut se dire que les trans qui plus est pas blanc.he.s, sont une sorte de « main d’œuvre en trop », qui ne trouve que très peu ou jamais d’emploi. Là encore une analyse matérialiste peut nous aider à voir plus clair :


Citation :
Très simplement, la surpopulation relative [1] désigne la fraction du prolétariat qui n’occupe pas effectivement un emploi à un moment donné.

On l’appelle surpopulation parce qu’elle apparaît comme étant en trop, et relative parce qu’elle apparaît en trop relativement aux besoins de force de travail par le capitalisme à un moment donné, et non pas dans l’absolu comme effet inévitable du progrès.

On divise la surpopulation relative en plusieurs sous- catégories.

L’armée industrielle de réserve : elle est formée de l’ensemble des travailleurs qui constituent une réserve de force de travail qu’il est nécessaire de maintenir à disposition pour permettre une flexibilité dans l’organisation globale de la force de travail.

[…] précaires, chômeurs de courte durée et chômeurs de longue durée sont donc les trois sous catégories (flottante, latente et stagnante) de l’armée industrielle de réserve.

Reste encore une dernière catégorie aux marges de l’armée industrielle de réserve que l’on appelle les lumpen ou encore les exclus de nos jours, et qui ne font presque même plus partie de l’armée industrielle de réserve, et sont donc quasiment exclus de l’emploi salarié.

Il s’agit des malades chroniques, infirmes et estropiés graves, trop déqualifiés, trop âges, casier judiciaire trop chargé, psychiatrisés graves, marginaux condamnés à l’économie parallèle etc.


(source : mignonchatonmarxiste)

On peut émettre l’hypothèse que les trans constituent une bonne partie de ces lumpens, ces exclus, et notamment les femmes trans qui sont souvent dans le travail du sexe. On peut aussi formuler des hypothèses également sur le fait que puisque le capitalisme fonctionne sur une division sexuée, les personnes qui transitionnent sont en transgression pas seulement sur le plan de la morale sexuelle, mais aussi sur le plan économique, voilà pourquoi c’est l’impossibilité de trouver du travail salarié qui guettent la plupart d’entre elles.

L’intérêt de la pensée matérialiste, au contraire d’une approche purement identitaire, c’est de comprendre que cette situation-là répond aux besoins du capitalisme et n’est pas le simple résultat d’une idéologie anti trans qui se corrige par des discours, voire même des actions coups de poings contre la transphobie. En clair, tant que dans son fonctionnement le capitalisme aura besoin de se reposer sur ce principe sexuée, binaire et hierarchisé, les trans poseront problème. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas lutter contre la transphobie en particulier, mais qu’il faut réussir à comprendre les bases économiques de l’oppression transphobe. Et à partir de là, ça orientera différemment la façon dont on s’y prendra.

Pour nous, cette réalité des conséquences économiques de la transphobie se combine avec celles du racisme, voilà pourquoi ce sont les trans non blanc.he.s (hommes compris) qui sont très représentés dans la catégorie des « marginaux condamnés à l’économie parallèle » qu’il s’agisse de la prostitution (surtout pour les femmes), de la vente de drogue, ou d’autres formes de travail illégal et criminalisé.

Une réflexion que nous ne sommes pas encore en mesure de mener de façon satisfaisante, car c’est moins flagrant que dans le cas de la transphobie, doit être aussi faite pour ce qui est des queers. Et là, cela se compliquera sûrement puisque tous les queers ne sont pas frappés de la même façon par l’oppression queerphobe (différence entre ceux qui sont identifiés comme tels ou non par exemple).

Conclusion

On peut alors en conclure que l’approche matérialiste nous permet d’identifier les dimensions qui relèvent de l’exploitation dans les oppressions queerphobes et transphobes. Elle nous permet de le faire en comprenant la spécificité de ces oppressions qui selon nous ne mettent pas en jeu deux classes l’une face à l’autre, mais nous créent comme des groupes sociaux opprimés par une structure sociale où – on peut en faire l’hypothèse – l’hétérosexuel et le cisgenre fonctionnent comme des médiateurs de ces violences que les institutions et le capitalisme nous font. Il ne s’agit pas de dédouaner les hétéros et les cis, mais de comprendre que même s’ils mettent en œuvre la violence contre nous, ils la mettent en œuvre pour les besoins et selon les règles d’un système qui est la racine de tous nos problèmes.

Comment traduire politiquement toutes ces idées ?

A partir de cette approche matérialiste, les luttes queer et trans qui souhaitent avoir une perspective révolutionnaire peuvent être redigérées vers des cibles, toutes liées au système qui est le fondement de ce qui nous opprime :

–          Donner une place importante aux luttes des travailleurs (actuellement le mouvement contre la loi travail en France ne manquerait pas d’être enrichi par des analyses féministes, queer et trans…). C’est-à-dire penser dans le cas de la transphobie nos identités de trans dans leur lien avec la force de travail, et donc penser nos exclusions du travail salarié comme une dimension centrale de ce qui fait de nous des trans. Cette exclusion ne signifie pas que nous ne sommes pas exploité.e.s, au contraire elle signifie que nous le sommes dans des économies parallèles. Comment faire du non travail, de l’exclusion du salariat un point de départ pour une lutte aux côtés des travailleurs ? Par exemple en pensant que tous les moyens que nous mettons en œuvre pour notre survie relève du travail, comme pour les grands chômeurs et exclus cisgenres, et qu’en plus dans notre cas, nous avons un travail supplémentaire : la survie spécifiquement comme trans. A creuser !

–          Défocaliser sur l’hétérosexuel et le cisgenre comme individus – même si on en a marre d’eux et qu’on se garde le droit de continuer à crier sur tous les toits qu’ils nous emmerdent – pour se focaliser sur les institutions qui leur donnent du pouvoir sur nous. On gagnerait à penser ces institutions comme des moyens par lequel le capitalisme, système racialisé et genré, se maintient. La hiérarchie sur laquelle le capitalisme se maintient se construit avec des groupes sociaux qui sont des médiateurs de la violence que ce système fait à d’autres. Donc ça veut dire qu’à la fois ils ont intérêts à ce que cette violence continue (puisque c’est par elle qu’ils obtiennent leur statut de « normaux » avec les avantages matériels et symboliques qui vont avec) mais qu’ils sont dans le même temps des exécutants des mécanismes d’un système duquel ils ne peuvent eux non plus individuellement se sortir. Comprendre ce système, l’identifier comme la racine du problème, et lutter pour s’affranchir de l’emprise des exécutants qu’il désigne contre nous est le chemin pour parvenir à son abolition.

Ce travail sera sûrement long et ne peut être que collectif. Espérons que les mobilisations contre la loi travail dans lesquelles beaucoup de queer et trans non blanc.he.s s’impliquent déjà, un peu partout, et sans forcément être lien, puissent être l’occasion de construire des espaces de réflexion entre nous qui aboutiront ensemble à déboucher sur des pistes de luttes radicales.

Pour aller plus loin : « Pour un féminisme matérialiste et queer » https://www.contretemps.eu/pour-un-feminisme-materialiste-e
t-queer/


Sonny Rollins The Bridge 1962

Sonny Rollins : "Tout ce que j'ai appris, je le dois à Harlem"

L'Express, propos recueillis par Paola Genone 04/07/2005

Citation :
Cette histoire incroyable de votre exil sur le Williamsburg Bridge n'est donc pas une légende ?

Elle est tellement vraie qu'elle a changé ma vie. J'habitais, à l'époque, dans un petit appartement de l'East Village et j'avais tout ce qu'un musicien de 29 ans pouvait désirer: la célébrité, le talent, la chance d'avoir joué avec les plus grands jazzmen, comme Charlie Parker. J'avais participé à la création du hard bop, composé des tubes comme Airegin ou Oleo, enregistré mes disques en tant que leader, avec Coltrane. Pourtant, j'avais l'impression de marcher à côté de moi. Je cherchais quelque chose, sans savoir quoi. Puis, un jour d'août, en traversant ce pont qui relie Brooklyn à Manhattan, j'ai été captivé par la lumière qui se propageait le long de cette voie déserte. New York resplendissait devant moi: les gratte-ciel se reflétaient sur l'eau; les sons des bateaux et du trafic se répondaient en écho. J'ai brandi mon saxo et j'ai joué, m'unissant à cette symphonie, comme je l'aurais fait avec des musiciens, mais sans limites. Je pouvais hurler, plus fort que jamais, et accroître la puissance de mon son. Profiter de l'absence de barrières, de murs. Mes notes voyageaient vers l'horizon; je les voyais voltiger dans l'air, suivre les circonvolutions des oiseaux, puis se fracasser sur les rives du port. Jamais je ne m'étais senti aussi libre et puissant. J'avais enfin trouvé mon lieu et donné un sens à ma quête. J'y ai passé des nuits entières. J'y ai vu des aubes et des couchers de soleil que je n'oublierai jamais.
[...]
Avez-vous trouvé un autre pont ?

Peut-être. A vous de découvrir l'adresse.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patlotch



Messages : 1645
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: REDÉFINIR LE 'GENRE' ? pour la théorisation communiste, féministe et décoloniale, et la communisation. Conversations croisées et digressions sur TRANS, QUEER, et INTERSEXES   Ven 13 Oct - 12:11


on ne naît pas homme, on le devient

Le mythe de la virilité

France Culture 13/10/2017 58mn

La virilité est-elle un mythe ? Naît-on homme, ou le devient-on ? La crise de la masculinité est-elle la conséquence des luttes féministes ?


Statues grecques • Crédits : François Guillot - AFP

Olivia Gazalé vient nous expliquer pourquoi elle aspire à une refondation de l'identité masculine, à l'occasion de la parution de son livre Le mythe de la virilité. Un piège pour les deux sexes.

Ovide, Amours, Livre 3, Elégie VII, in Œuvres Complètes, Trad. M. Nisard, Firmin Didot Frères et Fils, 1869, par Georges Claisse
Citation :
Je l'ai tenue dans mes bras, et je suis resté impuissant ; honte à moi ! qui ne fus qu'une masse inerte sur son lit paresseux. Pleins des désirs qui l'enflammaient elle-même, je n'ai pu réveiller chez moi l'organe du plaisir, hélas ! épuisé. Elle eut beau passer autour de mon cou ses bras d'ivoire, plus blancs que la neige de Sithonie ; elle eut beau, de sa langue voluptueuse, prodiguer des baisers à la mienne, glisser sous ma cuisse sa cuisse lascive, me donner les noms les plus tendres, m'appeler son vainqueur, me dire tout ce qui peut exciter la passion ; mes membres engourdis, comme s'ils eussent été frottés de la froide ciguë, ne me rendirent aucun office. Je suis demeuré comme un tronc sans vigueur, comme une statue, comme une masse inutile, et je pouvais douter si j'étais un corps ou bien une ombre.

Quelle sera donc ma vieillesse, si j'y parviens jamais, quand ma jeunesse me fait ainsi défaut ? Hélas ! je rougis de mon âge ! Je suis jeune, je suis homme, et ma maîtresse n'a trouvé en moi ni la jeunesse ni la virilité ! (…) Quelque sorcière a-t-elle écrit contre moi, sur la cire de Phénicie, de redoutables noms ; ou bien m'a-t-elle enfoncé dans le foie ses aiguilles acérées ? Les trésors de Cérès, frappés par un enchantement, ne sont bientôt plus qu'une herbe stérile : soumises à un enchantement, les eaux d'une fontaine se tarissent ; alors, on voit aussi le gland se détacher du chêne, la grappe tomber de la vigne, et les fruits s'échapper de l'arbre, sans qu'il soit agité ; qui empêche que la magie ne puisse aussi engourdir le corps ? Peut-être a-t-elle ôté au mien sa sensibilité ? A cela joignez la honte ; oui, la honte me devint aussi fatale, et elle fut la seconde cause de mon impuissance.


2017

Citation :
Face à l'évolution de la place de la femme et au féminisme post-moderne, une réflexion sur la généalogie du concept de virilité, son histoire depuis l'Antiquité grecque et ses limites dans la société contemporaine. L'auteure invite à repenser une masculinité plus équilibrée, qui dépasserait les valeurs de force, de combat et de puissance.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patlotch



Messages : 1645
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: REDÉFINIR LE 'GENRE' ? pour la théorisation communiste, féministe et décoloniale, et la communisation. Conversations croisées et digressions sur TRANS, QUEER, et INTERSEXES   Mer 1 Nov - 9:58


pour info, document

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patlotch



Messages : 1645
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: REDÉFINIR LE 'GENRE' ? pour la théorisation communiste, féministe et décoloniale, et la communisation. Conversations croisées et digressions sur TRANS, QUEER, et INTERSEXES   Ven 22 Déc - 13:04


« Je prévois un homme soleil et une femme lune,
lui libre de son pouvoir, elle libre de son esclavage

Octavio Paz

à propos d'écriture inclusive, je me demandais quand était historiquement intervenue la distinction de genres grammaticaux féminin et masculin. Voici ce que j'ai trouvé

Wikipédia a écrit:
En linguistique, le genre grammatical est une caractéristique intrinsèque des noms, qui influe sur la forme de certains éléments satellites. Il divise les noms en catégories, limitées à deux ou trois pour les langues indo-européennes (généralement le masculin et le féminin avec parfois le neutre).

Selon les langues, le genre grammatical se distingue du genre lexical, appelé aussi classe sémantique, qui désigne un référent animé sexué. En français, cette distinction n'existe pas[réf. nécessaire], mais en allemand, das Mädchen (en français, la fille) a un genre grammatical neutre et un genre lexical féminin.

Selon Florencia Franceschina, sur un échantillon de 174 langues étudiées, environ un quart d'entre elles possédaient un genre ou une autre forme de classification nominale.

[...]

Histoire

À la suite d'Aristote, Protagoras est considéré comme le premier à avoir identifié le genre grammatical comme catégorie et à avoir classé les noms en masculins (ἄρρενα), féminins (θήλεα) et objets inanimés (σκεύη) selon que le référent possède ou non un certain sexe.

La Téchnē grammatikḗ, un bref traité didactique de grammaire grecque que la tradition manuscrite attribue à Denys le Thrace (c. 170 – c. 90 av. J.-C.), disciple d'Aristarque de Samothrace (c. 215 – c. 143 av. J.-C.), contient l'exposé devenu classique :

« Il y a trois genres : le masculin (ἀρσενικόν), le féminin (θηλυκόν) et le neutre (οὐδέτερον). Certains en ajoutent deux autres : le commun (κοινόν) et l'épicène (ἐπίκοινον). »

[...]

Langues sans genre

De nombreuses langues non indo-européennes, comme le basque, le finnois, l'estonien, le turc ou le hongrois, ne connaissent pas la catégorie du genre, bien que des oppositions puissent être marquées par les pronoms. En mandarin, elle est indiquée, à l'écrit seulement, par le pronom personnel de 3e personne (masculin : 他/féminin : 她) et, rarement, à la 2e (on distingue le masculin, le féminin, les animaux et le reste ; seule l'opposition masculin/féminin/autres est réellement productive ; à la 2e personne, l'opposition ne concerne que le masculin/féminin). La langue parlée ne fait cependant aucune distinction.

[...]

Nombre de genres

Genre masculin (vert) ou féminin (mauve) de chaque pays dans la langue française. Les noms de pays terminés par la voyelle « E » sont féminins, à l'exception du Cambodge, du Mexique, du Mozambique et du Zimbabwe.
Certaines langues, comme le danois, sont à quatre genres : le masculin ; le féminin ; le neutre, genre ni masculin ni féminin ; et le commun, genre « utilisé pour le masculin et féminin ensemble ».

D'autres, comme le russe, le grec moderne, l'allemand ou le slovène, sont à trois genres : le masculin, le féminin et le neutre.

Le protoroman avait trois genres, comme le latin ; mais toutes les langues romanes, sauf le roumain, n'en ont que deux : elles ont assimilé le neutre avec le masculin, même au pluriel. Certaines langues romanes connaissent quelques substantifs qui ont un genre au singulier et un autre au pluriel : le plus souvent, il s'agit de substantifs masculins au singulier mais féminins au pluriel, comme l'italien braccio (« bras ») dont le pluriel est braccia. En roumain, ces substantifs sont relativement nombreux et sont considérés comme d'un troisième genre souvent appelé ambigène.

En anglais, langue à deux genres, le genre tend à disparaître du lexique : le masculin et le féminin ne concernent que le pronom personnel singulier de la troisième personne et les possessifs.

D'anciennes langues indo-européennes tels le latin ou le grec ancien laissent comprendre qu'en indo-européen commun, l'opposition de genre concernait surtout une opposition du type animé (ce qui vit) ~ inanimé (ce qui ne vit pas) : en effet, dans de nombreux cas, le masculin et le féminin sont identiques et s'opposent ensemble au neutre. C'est d'ailleurs la seule opposition en hittite.

Des langues africaines, enfin, comportent un nombre beaucoup plus important de classes sémantiques pouvant être considérées comme des sortes de genres. Elles sont le plus souvent indiquées par les préfixes de classe.

[...]

Genre et égalité des sexes

Comme on l'a vu le genre n'est pas strictement lié au sexe. Il n'en reste pas moins que dans les langues qui possèdent un genre, ce genre recoupe l'opposition de sens mâle-femelle quand il s'agit d'être animés sexués (dont les êtres humains). De là, la représentation de l'opposition masculin-féminin comme renvoyant à la répartition des sexes, une représentation qui est lourde de conséquences sur le plan social (occultation du rôle joué par les femmes sur la scène publique, résistances psychologiques à la candidature à des postes offerts au masculin, etc.)

le cas particulier du japonais (et de la japonaise) :

Citation :
Les guides de voyage et les livres d'apprentissage annoncent souvent fièrement que le japonais n'ayant ni masculin ni féminin il n'est pas si difficile. C'est vrai qu'il n'existe pas de forme masculine ou féminine des noms, pronoms et adjectifs comme en français. Mais il y a une manière de parler masculine et féminine. C'est particulièrement vrai dans le japonais familier. Le japonais poli tendant à gommer les différences.

les facons de parler (masculin-feminin)

Citation :
Sexe du locuteur en japonais parlé
Le japonais a ceci de particulier par rapport aux autres langues qu'il distingue hautement le langage parlé des hommes et des femmes. Ces différences sont visibles chez les enfants dès le plus jeune âge.

En japonais, la façon de parler qui est spécifique aux femmes est parfois appelée onna kotoba (女言葉) ou joseigo (女性語). Les différences d'utilisation du langage reflètent les normes sociales et les attentes des hommes et des femmes. Selon Edward Sapir par exemple, "l'une des fonctions essentielles du langage est de constamment déclarer à la société... la place tenue par chacun de ses membres".

En japonais, le sexe du locuteur joue un rôle important dans le choix des mots et des structures de phrase. Des mots différents sont utilisés par les hommes et les femmes selon leur statut, leur âge et d'autres facteurs. Il existe un système complexe de politesse pour tous les locuteurs mais les femmes utilisent généralement des formes plus polies que les hommes. Par exemple, certaines femmes peuvent utiliser la forme honorifique des noms pour montrer leur culture ou leur féminité.

Les différences de langage entre les hommes et les femmes sont une partie importante, bien connue et particulièrement étudiée de la langue japonaise. Elles sont à vrai dire si importantes qu'on les enseigne aux étudiants en japonais. Selon le magazine Mangajin "cela sonne particulièrement non naturel et même ridicule pour un homme d'adopter la façon de parler des femmes". De plus, une femme ne peut pas paraître "totalement naturelle" si elle évite les formes spécifiques aux femmes.

source

mon fils a appris le japonais avec sa mère. Quand il allait au Japon, ses cousines se moquaient de lui parce qu'il parlait "comme une fille"...

mais pourquoi Octavio Paz n'a-t-il pas écrit : « Je prévois un homme lune et une femme soleil... » ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patlotch



Messages : 1645
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: REDÉFINIR LE 'GENRE' ? pour la théorisation communiste, féministe et décoloniale, et la communisation. Conversations croisées et digressions sur TRANS, QUEER, et INTERSEXES   Jeu 4 Jan - 12:00


Les hommes - et les femmes - victimes du mythe de la virilité ?

Léa Baron TV5Monde 04.01.2018

Le mythe de la virilité nuirait-il finalement aux deux sexes ?


©️sturti/IStock

Olivia Gazalé questionne la hiérarchie des sexes en retraçant l'histoire du féminin et du masculin. Dans son ouvrage, l'auteure montre que si ce mythe de la virilité a permis aux hommes d'asseoir leur hégémonie sur les autres (femmes et hommes), il est aujourd'hui devenu pour eux un fardeau. Il existe bien un malaise masculin dont l'émancipation des femmes n'est pas la cause. Dans le livre de la professeure de philosophie Olivia Gazalé "Le Mythe de la virilité, un piège pour les deux sexes" (Edition Robert Laffont), on se rend compte qu'à travers les millénaires, il est difficile d'être une femme mais aussi un homme, asservi.e et pressé.e d'obligations sociales et culturelles. Même si les unes ont, en plus, vécu, et vivent toujours, asujetties à la domination masculine.


Citation :
La virilité repose depuis le début de l'humanité sur des critères physiques importants. Dès l'Antiquité, les canons de la virilité occidentale sont établis : "force, vigueur, combativité, courage et maîtrise" qui doit différencier l'homme "de l'espèce inférieure des femmes", explique Olivia Gazalé dans son essai. Education militaire, violente parfois, modèle du guerrier, injonction de la puissance sexuelle,... Tout y passe.

Ce modèle qui a évolué au travers des siècles n'est-il pas remis en cause aujourd'hui au même titre que la féminité ? La virilité et la masculinité sont questionnées. Certains hommes participent à des camps de virilisation quand d'autres suivent des cours de séduction. Comment en est-on arrivé là ? Pourquoi ? Olivia Gazalé a répondu aux questions de Terriennes sur ce sujet, et nous rend compte du malaise masculin qui existe.

Nos représentations du féminin et du masculin sont encore très imprégnées d’une construction culturelle des sexes venue du fond des âges.

Terriennes : Après l'affaire Harvey Weinstein aux Etats-Unis et le mouvement des #balancetonporc ou #metoo contre le harcèlement sexuel sur les réseaux sociaux dans le monde entier, qu'est-ce que cela dit de l'image de certains hommes aujourd'hui ?

Olivia Gazalé : Il faut d’abord rappeler que tous les hommes ne sont pas des prédateurs, loin s’en faut. N'oublions pas que toutes ces femmes agressées et souillées, ce sont leur femme, leur sœur, leur épouse ou leur fille et que la plupart d’entre eux sont indignés. En outre, cet événement historique majeur que nous vivons aujourd’hui ne nous renseigne pas seulement sur l’image de l’homme, mais aussi sur celle de la femme. Comment expliquer la perpétuation -massive- du sexisme, du harcèlement et du viol, dans des sociétés qui les condamnent pénalement depuis déjà plusieurs dizaines d’années et qui se disent égalitaristes ?

C’est le signe que, malgré des avancées très importantes, nos représentations du féminin et du masculin sont encore très imprégnées d’une construction culturelle des sexes venue du fond des âges. D’un côté, une femme, arrière-petite fille de Lilith, Pandore et Eve, par nature tentatrice, coupable du désir qu’elle suscite, vouée au silence et dont le corps est librement appropriable ; de l’autre, un homme dominant, qui lui est, par essence, supérieur, et qui assimile la toute-puissance politique, guerrière et financière à la toute-puissance sexuelle.

Ce que révèlent l’affaire Weinstein et ses suites, c’est que ces deux archétypes, nés dans l’antiquité gréco-romaine, et qu’on croyait enterrés, n’ont toujours pas été dépassés par certains hommes.

Peut-on parler dans ce cas d'homme viril ? Et qu'est-ce que la "virilité" ?

Olivia Gazalé : La virilité est une norme, un idéal, celui de la supériorité du masculin sur le féminin. Le mythe de la virilité, c’est le postulat d’une hiérarchie des sexes. Historiquement, le sexe « fort » ne serait pas parvenu à imposer sa domination au sexe « faible » s’il n’avait réussi à l’enfermer dans une idéologie, le virilisme, qui allait servir de socle conceptuel à la construction d’un système politique, social et économique dont elle était, par nature, exclue : le système viriarical.

Historiquement, cette idéologie s’est construite en mobilisant tous les arguments d’autorité et les représentations symboliques. Toutes les disciplines furent successivement convoquées pour justifier l’infériorisation et la minoration de la femme : la mythologie - maudite Pandore ! (première femme, créée par Zeus par qui le malheur arriverait pour punir les hommes indélicats selon le mythe, ndlr ) ; les religions monothéistes (un dieu mâle et tout-puissant détrône la grande Déesse mère, adorée pendant près de 10000 ans) ; la philosophie (Aristote fonde métaphysiquement l’infériorité de la femme, être « manqué », « raté ») ; le droit (l’inégalité des sexes est inscrite dans la loi) ; la biologie (la femme perd son sang, elle se subit, elle est donc destinée à subir, tandis que l’homme, lui, verse le sang, il se gouverne, il est donc destiné à gouverner) ; et enfin les arts, qui reflètent, en peinture et en sculpture, la suprématie masculine. Si bien que la hiérarchie des sexes et la suréminence masculine ont fini par passer pour des évidences « naturelles », alors qu’elles sont entièrement construites.

Le mot testicule vient de « testis » qui veut dire « prouver » comme si la virilité était toujours un peu menacée et qu’il fallait sans arrêt en donner des gages, l’authentifier, la valider : « sois un homme » « moi je suis un homme, un vrai ».

Quelle différence existe-t-il entre virilité et masculinité ?

Olivia Gazalé : A la différence de la virilité, modèle unique et monolithique de domination, les masculinités, elles, sont multiples, comme le sont aussi les féminités, et toutes devraient avoir la même légitimité sociale. De même que les femmes ne se « masculinisent » pas lorsqu’elles s’emparent des postes de pouvoir, les hommes ne se « féminisent » pas lorsqu’ils se montrent doux, empathiques et sensibles. Ils ne se dénaturent pas lorsqu’ils pouponnent, repassent et font le ménage.

"Très pesante et normative injonction à la performance sexuelle masculine"


Ils se réapproprient simplement le fait d’être un homme, en se souvenant que tout homme comporte une part de féminin (plus ou moins importante selon les individus) et toute femme une part de masculin, les polarités absolues et incommensurables n’existant pas dans le monde, mais uniquement comme fictions créées par l’histoire de la pensée.

Mais trop peu d’hommes comprennent que la société, dans son ensemble, souffre autant des stéréotypes sexués féminins que des stéréotypes sexués masculins, en particulier l’injonction à la performance sexuelle (très pesante et très normative), l’obsession de la conquête (du pouvoir, du succès, des femmes…) et la culture de la violence, qui sont au cœur du mythe de la virilité.

La culture de la violence fait partie intrinsèque de l’éducation du petit homme sauf qu’aujourd’hui il n’y a plus d’exutoire licite.

Autrefois, il y avait le service militaire, l’armée, et tous ces rites de passages. La violence était ritualisée et valorisée socialement par le duel, la rixe, la bagarre dans les rues. Aujourd’hui, ces conduites sont stigmatisées, pénalement réprimées et dévalorisées. Il n’y a plus d’exutoire licite ou une valorisation de l’expression de la violence. Elle s’exprime dans les stades, partout, et notamment à travers la violence sexuelle. Je me demande si ce n’est pas également une grille de lecture possible pour les Français qui partent au djihad. Pour moi, cela pourrait être aussi le signe d’une violence qui ne trouve pas à s’exprimer autrement.

Simone de Beauvoir écrivait « On ne naît pas femme, on le devient ». Vous considérez que cela vaut aussi pour les hommes. Et pour certains, vous expliquez que le devoir de virilité peut devenir un fardeau ?  

Olivia Gazalé : Oui, un fardeau, car si, historiquement, le virilisme a conduit à l’infériorisation et à la domestication des femmes, il a aussi conduit à l’exclusion de tous les hommes qui ne correspondaient pas au canon viril : être grand, fort, puissant, conquérant, héroïque et hétérosexuel. À certaines époques, le jeune homme viril était celui qui désirait ardemment mourir au combat, donner son sang et verser le sang. Fabriquer ce désir de la « belle mort », la mort héroïque, exige une éducation qui s’est souvent apparentée à du dressage, de l'éducation spartiate au service militaire, en passant par les châtiments corporels ou les bizutages...

Qui plus est, ce mythe du guerrier n’est pas seulement coercitif, il est également discriminatoire : il a nourri des politiques violemment homophobes, il est à l’origine de la xénophobie, du racisme, du fascisme, de l’impérialisme, du mépris de classe et de toutes les formes d’exploitation et d’anéantissement de l’homme par l’homme.

Tant et si bien qu’on ne devrait pas dire « les hommes ont toujours opprimé les femmes », mais « une partie des hommes a toujours opprimé les femmes et une autre partie des hommes ». Pour qu’il y ait de « vrais » hommes, il faut désigner des « sous-hommes ». La virilité, c’est la domination, qu’elle s’exerce sur la femme, ou sur l’autre homme. C’est en ce sens que le mythe viriliste est un piège pour les deux sexes : il sert à théoriser et à justifier la domination de l’homme sur la femme, mais aussi l’oppression de l’homme par l’homme.

La féminité est aujourd'hui mise en question. Qu'en est-il de la virilité ? Existe-t-il une crise de la virilité ?

Olivia Gazalé : Tout dépend de ce que l’ont entend par « crise ». Le discours de la « crise » de la virilité vient souvent nourrir une rhétorique réactionnaire et nostalgique du patriarcat. D’après ce courant, dit « masculiniste », peu actif en France mais très influent aux Etats-Unis et au Canada, les femmes auraient dépossédé l’homme de sa souveraineté naturelle et porteraient la lourde responsabilité d’avoir émasculé les hommes.

Ce thème de la crise de la virilité appelle d’abord une remarque : il faut rappeler qu’il est aussi ancien que la virilité elle-même.

Comme tous les mythes, le discours de la virilité a toujours fait référence à un âge d’or perdu, celui d’une virilité primitive qui n’aurait pas encore été dénaturée ni pervertie, où l’homme aurait été pleinement et absolument « viril ». Cela traduit une peur, une vulnérabilité.

Au fond, l’idéal viril ne se définit pas tant par l’exercice de la puissance que par la haine de l’impuissance.

Il se pourrait même qu’au fond des conduites les plus agressivement viriles, il y ait, davantage que la passion de la victoire, la hantise primordiale de la défaite – guerrière, sportive, professionnelle ou sexuelle. C’est ce qui expliquerait que la virilité, vertu vulnérable et fragile, ait toujours besoin de se « régénérer », en ressuscitant les modèles du chasseur, du chevalier et du guerrier, parfois de manière caricaturale, en confondant virilité et violence sadique, à l’instar du fascisme, qui verra dans l’hyperbole virile du « surhomme » la seule réponse possible à la « dégénérescence ».

Mais il est vrai que depuis environ un siècle, ce modèle de la toute-puissance guerrière, politique et sexuelle est en pleine déconstruction et qu’il existe bel et bien un malaise masculin.

Les hommes sont, beaucoup plus souvent que les femmes, sujet aux addictions, au burnout, au suicide et aux conduites à risques… autant de symptômes d’un trouble profond.

Mais on se trompe lorsqu’on en impute la responsabilité aux femmes : la virilité est tombée dans son propre piège. La déconstruction du virilisme à laquelle on assiste depuis un siècle est surtout liée à l’effondrement du mythe guerrier, à la précarisation du travailleur et au chômage de masse. L’idéal normatif de la virilité conquérante, victorieuse et dominatrice est de plus en plus difficile à atteindre.

Pourquoi est-ce plus difficile aujourd'hui, pour les hommes de faire face à ce modèle de virilité imposé ?

Olivia Gazalé : On l’a dit : la suréminence masculine est lourde à porter et « devenir un homme » est un processus long, difficile et douloureux. La libre réappropriation par chacun de son identité, de ses aspirations, de son corps et de son allure, hors des injonctions normatives, n’est pas une revendication exclusivement homosexuelle.

Le devoir d’obéissance à la mythologie virile exerce aussi une « violence symbolique » (selon le vocabulaire du sociologue Pierre Bourdieu) sur les hétérosexuels, sommés de satisfaire aux réquisits sociaux, en termes de performance - professionnelle, sexuelle, sportive, de surface financière (car « sans pognon, on n’est rien ») et d’allure (taille, gabarit et « look »).

Dès leur jeune âge, ils continuent à se laisser prescrire leur idéal par un conformisme de genre qui les enjoint à faire la démonstration de leur puissance et avoir honte de leurs faiblesses.

Mais beaucoup d’hommes détestent se battre, et se sentent exclus, ou « ratés », ils souffrent de ne pas être perçus comme pleinement « hommes », quelle que soit leur orientation sexuelle, simplement  du fait qu’ils ne possèdent aucun des attributs et des marqueurs qui font l’homme.

L'émancipation des femmes, une chance pour les hommes

Le rapport entre les sexes change avec, comme vous l'indiquez, le passage de la femme-objet à la femme-sujet. Contrairement à ce que soutiennent les masculinistes, vous défendez que l'émancipation des femmes représente aussi une libération pour les hommes ?

Olivia Gazalé : Pour quelle raison les victoires féministes devraient-elles nécessairement être interprétées comme des défaites pour les hommes ? Avoir une mère éduquée et cultivée, n’est-ce pas une chance pour un petit garçon ? Et avoir une épouse ou une compagne diplômée, pouvant subvenir à ses propres besoins et contribuer aux frais du couple et des enfants, n’est-ce pas aussi, pour un homme, une évolution positive, un allègement de son fardeau de « pourvoyeur de ressources » ?

Ce n’est pas à une « fin des hommes » que l’on assiste, mais à l’effondrement progressif d’une certaine idée de la virilité : celle qui proclame la supériorité de l’homme sur la femme et ne veut lui céder aucune part.


Mais cette déconstruction actuelle du mythe viriliste s’accompagne aussi d’une reconstruction très prometteuse des masculinités. L’investissement masculin de la sphère privée, l’expression de la sensibilité et de l’émotion (pensons aux larmes de Barack Obama face à la folie meurtrière), la réinvention de la paternité, et toutes les mutations déjà opérées par les hommes modernistes, ne constituent pas un « déclin » mais une chance pour l’humanité, peut-être sa plus grande chance : celle d’annoncer l’enthousiasmante naissance de nouvelles masculinités - libérées des injonctions à la domination et à la puissance - condition indispensable d’un meilleur équilibre des relations entre les deux sexes.  

Comment les hommes peuvent-ils aujourd'hui faire pour sortir de ce "piège du virilisme" ?

Olivia Gazalé : Il faut que les jeunes générations comprennent que tant que les hommes ne s’émanciperont pas des schémas aliénants qui les amputent d’une grande partie de leur vérité psychique, ils s’interdiront des relations équilibrées avec l’autre sexe et les femmes continueront à subir discriminations et violences.

Les hommes, eux aussi, sont aliénés par les stéréotypes masculins et, eux aussi, ont intérêt à les remettre en question. Et cela ne pourra que se faire collectivement.

La révolution du féminin sera pleinement accomplie quand aura eu lieu la révolution du masculin, quand les hommes se seront libérés des assignations sexuées qui entretiennent, souvent de manière parfaitement inconsciente, la misogynie et l’homophobie, lesquelles procèdent toutes deux d’une répulsion envers le féminin venue du fond des âges.

Pour que les hommes changent le regard qu’ils portent sur les femmes, il faut qu’ils changent le regard qu’ils portent sur eux-mêmes. Et vice versa. Pour qu’ils modifient l’image qu’ils ont d’eux-mêmes, il faut qu’ils modifient l’image qu’ils ont des femmes. Il y a un énorme travail éducatif à mener pour faire comprendre aux enfants et aux adolescents que le sexisme est un fléau pour les deux sexes.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patlotch



Messages : 1645
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: REDÉFINIR LE 'GENRE' ? pour la théorisation communiste, féministe et décoloniale, et la communisation. Conversations croisées et digressions sur TRANS, QUEER, et INTERSEXES   Lun 5 Fév - 12:43


quand des humanistes révolutionnaires colmatent leur barque
par la critique de communisateurs

confrontés à la stérilité du concept de Révolution à titre humain, Temps Critiques n'a rien de mieux à faire que chercher des poux dans la théorie de la communisation. En novembre à un communisateur qui signe RS, ici à Gilles Dauvé, dont j'ai épinglé certains points de vue sur le féminisme du texte « Sur la « question » des «  femmes » » dans LA RÉVOLUTION COMMUNISTE SERA FÉMINISTE OU NE SERA PAS (féminisme et marxisme), mais lu avec intérêt la série Homo ici mise en cause. Je ne l'ai pas comprise comme Jacques Guigou mais plutôt comme une critique différente des particularismes produits dans le capitalisme

Critique d’un particularisme communisateur
Jacques Guigou tempscritiques 4 février 2018

JG a écrit:
La critique de toutes les sortes et de toutes les modalités des particularismes a été développée par la revue Temps critiques depuis la fin des années 1990. Le numéro 11 (hiver 1999) met en question « L’aliénation et le cours présent des particularismes ». Ont suivi deux livres de Jacques Wajnsztejn « Capitalisme et nouvelles morales de l’intérêt et du goût » en 2002 puis « Rapports à la nature, sexe, genre et capitalisme » en 2014.

À l’automne 2017, dans un texte placé sur ce blog et intitulé « Quand les communisateurs colmatent leur barque avec du racialisme« , Jacques Guigou critique l’errance de Théorie communiste dans les impasses du genrisme. Ici, il montre comment un communisateur qui signe GD se satisfait de la combinatoire sexuelle actuelle sans dire un mot sur son opérationalité dans la dynamique actuelle du capital.

À propos d’un article de GD sur l’homosexualité

Cette critique de l’homosexualité par GD n’en est pas une (Cf. https://ddt21.noblogs.org/?page_id=1935). Il décrit l’englobement des anciennes minorités sexuelles et leurs luttes dans la société capitalisée. Il avance que malgré cela des disparités et des inégalités subsistent car elle(s) ne sont pas sexuelles mais de classe. En déconstructiviste fraîchement converti, il surenchérit sur les signes et les effets de l’homosexualité comme une production sociale de la bourgeoisie. Mais comme la majorité des déconstructivistes il se réfère à l’ancienne critique de l’oppression des minorités sexuelles. Le particulariste Foucault, encore une fois, est appelé à la rescousse… Et la description continue avec l’histoire des luttes homosexuelles aux USA pour montrer… des évidences sur les « intersectionnalités » .

Dans ce domaine, les références ultimes de GD sont le FHAR et le « communisme gay » de Mario Mieli. Autant dire deux échecs politiques et deux impasses théoriques. Par exemple, Mieli croyait fermement que « l’hétérosexualité est la condition de la production capitaliste » ! Toujours partisan de la valeur-travail, GD rabâche les anciennes litanies situationnistes sur la séparation du travail et des autres activités humaines à une époque où ces deux dimensions sont largement combinées, indissociables. En définitive, GD se satisfait de la combinatoire sexuelle actuelle sans dire un mot sur l’intervention de cette combinatoire dans l’opérationalité capitaliste. Or, l’homosexualité et la combinatoire sexuelle sont devenus des opérateurs majeurs de la capitalisation des activités humaines.

Dans ses dernières phrases, en référence-réflexe à Rimbaud, il réaffirme que c’est l’amour qui est à réinventer, mais il semble le faire comme par défaut sans opposer résolument amour et combinatoire sexuelle. C’est pourtant, avec raison, ce que faisait Jacques Camatte dès 1978, dans un article anticipateur intitulé « Amour ou combinatoire sexuelle »1 ; article qui trouve son origine dans le livre de Mieli Elementi di critica omosessuale (Einaudi, 1977). Camatte accepte avec Mieli l’exaltation du polymorphisme profond inné chez l’espèce humaine (« Qui n’a pas rêvé d’être arbre ou fleur ? Qui ne s’est pas extasié devant la puissance de vie d’un arbre ? ») mais il rejette fermement « la réduction des hommes et des femmes à des particules asexuées, à des particules neutres qui ne se sexualisent qu’en prenant à l’extérieur un sexe… avec l’avantage qui fascine les gens immédiats, de la combinatoire réalisable ». C’est aussi ce que faisait Cesarano qui, quelques années auparavant, critiquait « l’Utopie-capital » ; Mieli, lui, s’en fait l’apôtre zélé.

Bref, ce « dernier épisode de la série Homo » n’est rien d’autre qu’un épisode de plus des particularismes contagieux qui sévissent chez les communisateurs.

Invariance série III n°5-6, p.106-12

si la thèse de la Révolution à titre humain est théoriquement devenue stérile, ce n'est pas tant qu'elle soit fausse, car on ne voit pas qui d'autre que les êtres humains feraient la révolution, mais par sa généralité reposant sur « la tension individu-communauté humaine » sans pouvoir la remplir d'aucune concrétude, cad in fine d'aucune particularités caractérisant toujours telle ou telle lutte sur la base d'identités porteuses de contradictions dans le capital. Car il n'y a pas de dialectique possible des dépassements à produire sans contradictions situées, telles qu'elles se présentent. C'est précisément ce à quoi les théoriciens de la communisation - TC et Dauvé - se sont attachés ces dernières années, après avoir longtemps soutenu la révolution à titre strictement prolétarien. Autrement dit, ils participent à leur manière à un débat théorique incontournable que d'autres s'évertuent à évacuer, y voyant la main du diable "post-moderniste", ce qui ne saurait aller sans amalgames

m'est avis toutefois qu'aujourd'hui l'essentiel de la théorie communiste n'est plus à trouver dans les joutes cinquantenaires entre papys d'une radicalité française marginale

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PEUTÊTRE



Messages : 471
Date d'inscription : 21/12/2017

MessageSujet: Re: REDÉFINIR LE 'GENRE' ? pour la théorisation communiste, féministe et décoloniale, et la communisation. Conversations croisées et digressions sur TRANS, QUEER, et INTERSEXES   Lun 26 Fév - 10:36


d'une secte à l'autre

dans le très beau roman de Mitsuyo Kakuta, La Cigale du huitième jour (2007, fr 2015), est abordée sous un angle original ce qu'on appelle ici ou là l'abolition du genre, autrement dit la destruction de la différence entre hommes et femmes, au-delà de la seule abolition de la domination masculine, un pas que n'ont pas hésité à franchir certains adeptes de Théorie Communiste et autre Incendo Genre&Classe :
L’insurrection généralisée qui détruira les hommes et les femmes

à ceci près que dans le roman, cette idée est mise en œuvre par une secte...

j'y reviens sous la quatrième de couverture par des extraits



Citation :
Une jeune femme court dans les rues de Tokyo, un bébé dans les bras. Cette enfant n’est pas la sienne ; sans préméditation, elle vient de la voler.

Dès lors, la vie de Kiwako n’est plus qu’une longue cavale à travers l’Archipel. Paniquée à l’idée de se faire repérer, elle change toujours plus vite d’endroit et d’identité, emportant l’enfant dans l’instant, la déracinant chaque fois plus violemment.

Et pourtant, tout demeure absolument doux entre la jeune femme et la petite. Étrangement, la complicité qui s’installe entre elles ne cesse de s’intensifier, la peur et l’insécurité n’entament pas ce bloc de tendresse, cette harmonie dans laquelle nul témoin ne peut déceler la moindre faille.

D’une efficacité au suspens remarquable, ce livre a immédiatement été adapté au cinéma tant l’intrigue et la force de ses personnages semblaient faites pour l’image. Mais au-delà de la tension et de l’angoisse, derrière ce road-movie d’une jeune femme en quête de bonheur filial s’éploie une indéniable poésie.

ajoutons pour situer que Kiwako, pour échapper aux poursuites, se réfugie avec "sa" fille Kaoru se réfugie dans un lieu d'accueil, Angel Home, tenu par des femmes et où ne sont reçues que des femmes et leurs enfants si ce sont des filles. On peut y rester sous condition d'abandonner tous ses biens, son identité, et de travailler à produire des légumes bio qui sont vendus contre un salaire de subsistance

extraits concernant notre sujet


Citation :
p. 91
Le tout premier jour du stage, celle qui nous encadrait a commencé par nous dire qu'Angel Home n'était en aucun cas une communauté religieuse mais un groupe de bénévoles. Angel Home était à la disposition ici-bas du paradis et son devoir était de transmettre la réalité de ce paradis à la société.
Sarah Morohashi [une des responsables] nous a regardées et nous a demandé si nous étions des hommes ou des femmes. Ne comprenant pas le sens de la question, nous nous sommes toutes regardées.
- Ben, des femmes c'est clair, non, a répondu la jeune Sae.
- Pourquoi ? Sur quoi est fondée cette affirmation ? lui a-t-on demandé.
- On a des seins, pas de zizi, a ajouté Sae.
- C'est tout ? Et qu'en pensent les autres ?
_ On a des règles, on peut avoir des enfants, ont répondu doucement Kumi et Tokuda.
Sarah Morohashi n'a pas réfuté l'affirmation.
- Je pose à nouveau ma question. Vous avez des seins, vous avez des règles, donc vous êtes des femmes ? Vous n'êtes pas des hommes ? A-t-elle répété.
- On serait pas des femmes ? a demandé Sae, moins sûre d'elle.
- Expliquez-moi le fondement de votre pensée, alors, a questionné Sarah encore une fois. Ces échanges ont duré deux ou trois heures.

p.92
À treize heures, les responsables sont revenues et ont posé les mêmes questions.
À quatorze passée, Sarah a enfin formulé une autre question.
- Alors, je vous le demande, une enfant de dix ans qui n'a pas de seins et pas de règles, est-elle un garçon ?
- Mais u enfant qui n'a pas de zizi, c'est une fille, non ? a
répondu Sae du tac au tac.
- D'où tenez-vous que seules les particularités physiques font la différence entre un homme et une femme ? a répliqué Elemiah.
Je ne m'étais pratiquement pas exprimée, j'écoutais les échanges, sans bouger, sans saisir où voulait nous mener la responsable du stage, ni ce qu'elle voulait nous faire comprendre. J'avais aussi l'impression que nous perdions notre temps. Finalement, ce jour-là, Elemiah et Sarah avaient posé leurs questions afin que nous nous exprimions et le stage a pris fin sans que nous sachions quelle était la réponse.

p.98-99
[quelques jours plus tard]
Aujourd'hui, comme si rien ne s'était passé la veille, les questions du début du stage sont revenues. Êtes-vous un home ou une femme ?
- Je pensais être une femme mais finalement je ne suis peut-être ni l'un ni l'autre, a déclaré Kumi, on lui a alors demandé d'expliciter le fond de sa pensée. Elle n'a pas été capable de répondre correctement.
Alors que presque personne ne prenait la parole, ma pensée divaguait. Si je n'avais pas été une femme, si Akiyama n'avait pas été un homme, toute cette souffrance qui me hantait depuis toujours, qui me hantait encore, tout cela n'aurait probablement pas existé.
- Nonomiya-san, qu'en pensez-vous ? m'a demandé Sarah.
- C'est peut-être un peu puéril... ai-je commencé avant d'exprimer ma pensée. S'il n'y avait pas d'homme ni de femme, la vie aurait été plus facile pour moi...
- Ce n'est pas du tout puéril ! a répondu Sarah. S'il nous était donné de rencontré l'âme des gens, toutes souffrance serait inutile, n'est-ce pas. Être une femme, ne plus être jeune, se trouver laide, vous ne trouvez pas que ces préjugés ne sont que fardeaux inutiles ? Si vous lâchez prise, cela vous allégera, vous ne pensez pas ?
Toutes les femmes l'ont regardée semblant convaincues et apaisées.  J'ai eu le sentiment d'avoir compris la philosophie d'Angel Home et la signification du stage. L'essentiel n'était pas le corps, mais l'âme.

p.113
Angel Home fonctionnait probablement sur la base de doctrines dont on entendait souvent parler, les gens sont entravés par les idées, ou encore l'âme est plus importante que le corps. [...] Mais en vérité Angel Home n'était-il pas surtout un refuge pour celles qui se trouvaient dans l'incapacité de continuer à mener une vie normale, sans vraiment se soucier de leur âme ou du paradis ?

[...]

p.301
- L'institution voulait créer sa propre race d'enfants. Elle n'acceptait pas les femmes qui n'avaient jamais avorté ou celles qui avaient encore la possibilité d'être enceinte. C'est pourquoi les femmes qui avaient accouché avec une aide financière d'Angel Home et les mères célibataires devaient aller travailler à l'extérieur. L'institution ne voulait pas les mères, mais les enfants. Pendant que les mères étaient au travail, les enfants étaient à l'école. Quand les enfants atteignaient l'âge de raison, on les séparait de leur mère et ils dormaient à Angel Home, ils appelaient ça des camps d'entraînement. On y apprenait qu'il n'y avait pas de genre, ni fille ni garçon. Le nombre d'enfants nés dans l'institution et immergés dans leurs préceptes avait augmenté peu à peu. L'institution avait des projets à long terme, ce qui était rare.

que ne voilà-t-il pas un beau projet radical d'abolition du genre et sa mise en œuvre pratique immédiate ?

on s'amusera encore du fait que la thèse « l'âme est plus importante que le corps » rejoigne en quelque sorte le désir et le délire militants de certains hommes de ne plus vouloir en être, parce qu'ils sont le genre de la domination. C'est effectivement une solution élégante que se les couper, du moins en théorie, mais on ne voit pas trop le rapport avec ce refus de l'essentialisme (genre=sexe) avec le matérialisme dialectique


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tristan Vacances



Messages : 463
Date d'inscription : 21/12/2016

MessageSujet: Re: REDÉFINIR LE 'GENRE' ? pour la théorisation communiste, féministe et décoloniale, et la communisation. Conversations croisées et digressions sur TRANS, QUEER, et INTERSEXES   Dim 18 Mar - 8:59


Dès mai 1968, elle pense le mouvement féministe qui vient. Lesbienne matérialiste, elle veut rompre le contrat social hétérosexuel, théoricienne littéraire, elle travaille le genre grammatical. Visionnaires, les combats de Monique Wittig restent brûlants d'actualité.


Monique Wittig (Paris, 1985)• Crédits : Colette Geoffrey

Citation :
"Héroïne de notre histoire", ce sont les mots de Christine Bard, historienne du féminisme, à propos de Monique Wittig.

Théoricienne littéraire, traductrice, écrivaine, pionnière du Mouvement de Libération des Femmes, si la pensée de Monique Wittig irrigue encore les combats féministes d’aujourd’hui : une langue patriarcale, les carcans de genre qui "assignent" à des rôles dans la société comme dans l’intimité, elle n’est que rarement nommée.

Dès son premier roman L’Opoponax, qui reçoit le prix Médicis en 1964, elle travaillera sur la langue, sur les pronoms. La révolution, pour elle, passe par l’épistémè : il faut "dérober au masculin l’universalité".

Politique et littéraire sont, chez Wittig, intimement liés. Elle abhorrera un certain féminisme qui mythifie "la femme" et déclarera, en 1978 : "les lesbiennes ne sont pas des femmes", la différence des sexes n’étant, pour elle, qu'une fiction politique dans un schème hétérosexuel.

Cette déclaration est une onde de choc, controversée, incomprise, elle participe de l’ostracisation de Monique Wittig en France. Aux Etats-Unis, où elle s’exilera, enseignera le français et les études féministes, et décédera, cette phrase et sa pensée, à la faveur de la popularisation des études de genre dès les années 90, feront d’elle une icône.

Un documentaire de Clémence Allezard réalisé par Guillaume Baldy. Mixage : Alain Joubert. Liens internet : Annelise Signoret. Archives Ina : Linda Simhon.

Archives

Entretien de Monique Wittig par Josy Thibaud (1971), grâce à Suzette Robichon.
Extait entretien filmé de Monique Wittig par Louise Turcotte (1973).
J/E, atelier de création radiophonique sur France Culture par Syn Guérin et Eugénie Kuffler (1983), adapté du Corps Lesbien de Monique Wittig.
Captation Sonore de la pièce L’Opoponax, dans le cadre du triptyque Les Insoumises d’Isabelle Lafon au Théâtre de la Colline en 2016.

Captation sonore de la pièce de théâtre Le Voyage Sans Fin au théâtre du Rond-Point en 1985, grâce au Centre Simone de Beauvoir.

Lectures


L’Opoponax
, Editions de Minuit, par Isabelle Lafon.
Les Guerrillères, Editions de Minuit, par Agathe Chouchan.

Bibliographie

L’Opoponax, Editions de Minuit.
Les Guerrillères, Editions de Minuit.
Le Corps lesbien, Editions de Minuit.
Brouillon pour un dictionnaire des amantes, co-écrit avec Sande Zeig, Grasset.
Virgile, non, Editions de Minuit.
Paris-la-politique, POL.
La Pensée straight, Editions Amsterdam.
L’écriture de Monique Wittig à la couleur de Sappho, Catherine Ecarnot, L’Harmattan.
Dictionnaire des féministes, sous la direction de Christine Bard, La découverte.
Parce que les lesbiennes ne sont pas des femmes : autour de l'oeuvre politique, théorique et littéraire de Monique Wittig (actes du colloque des 16-17 juin 2001, Columbia University, Paris,) Sam Bourcier et suzette Robichon, paru aux Editions gaies et lesbiennes.
Lire Monique Wittig aujourd’hui, dirigé par Benoit Auclerc et Yannick Chevalier, PUL

Liens

La version française de son site officiel.

Entretien avec Monique Wittig (page 63) dans le numéro 46 de la revue Prochoix, consacré au MLF : Le mythe des origines.

Au-delà du sexe : le projet utopique de Monique Wittig : article de Kate Robin, paru dans le Journal des Anthropologues en 2011.

L'écriture de Monique Wittig, conférence de Catherine Ecarnot, agrégée de Lettres Modernes et auteure de la première thèse sur Monique Wittig. A écouter sur le site de la Bibliothèque municipale de Lyon.

Le déchaînement littéraire : Sphinx d’Anne Garréta et Le corps lesbien de Monique Wittig - Analyse d’Eva Feole paru dans la Revue critique de fixxion française contemporaine.

INTERVENANTS
Catherine Ecarnot
agrégée de lettres, auteure de la première thèse sur Monique Wittig en France.
Isabelle Lafon
comédienne, metteur en scène
Louise Turcotte
militante lesbienne radicale, fondatrice de la revue québécoise Amazones d’hier, lesbiennes d’aujourd’hui.
Suzette Robichon
éditrice (Vlasta), co-organisatrice du premier colloque en France sur Monique Wittig.
Sande Zeig
comédienne et ancienne compagne de Monique Wittig.
Anne Garreta
écrivain, membre du jury Médicis.
Sam Bourcier
sociologue, théoricien queer, co-organisateur du premier colloque en France sur Monique Wittig, traducteur de la Pensée straight.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PEUTÊTRE



Messages : 471
Date d'inscription : 21/12/2017

MessageSujet: Re: REDÉFINIR LE 'GENRE' ? pour la théorisation communiste, féministe et décoloniale, et la communisation. Conversations croisées et digressions sur TRANS, QUEER, et INTERSEXES   Jeu 16 Aoû - 9:15


L'Allemagne devient le précurseur européen de la reconnaissance des personnes intersexes.


image ajoutée

Citation :
Le gouvernement allemand a adopté ce mercredi un texte légalisant un "troisième genre" sur les certificats de naissance, faisant du pays un précurseur en Europe dans la reconnaissance des personnes intersexes. A côté de "féminin" ou "masculin" pourra être mentionné la mention "divers" pour les personnes concernées, selon ce texte de loi qui doit encore être approuvé par la chambre des députés.

"Personne ne doit être discriminé en raison de son identité sexuelle"
, a déclaré la ministre de la Justice social-démocrate Katarina Barley (SPD), jugeant que cette modernisation de l'état civil aurait dû avoir eu lieu depuis longtemps déjà.

Le gouvernement de grande coalition entre les conservateurs d'Angela Merkel et les sociaux-démocrates applique ainsi une décision de la Cour constitutionnelle de 2017.

Jusqu'à présent une mention laissée vide

La plus haute juridiction allemande avait donné aux députés jusqu'à "fin 2018" pour voter la légalisation d'un "troisième sexe". Jusqu'à présent, il était possible en Allemagne depuis mai 2013 de ne pas renseigner le champ relatif au sexe en le laissant vide, les intéressés pouvant ensuite, au cours de leur vie, soit faire le choix d'un sexe masculin ou féminin, soit garder la mention du sexe non renseignée.

D'autres pays en Europe se sont aussi engagés sur la voie d'une reconnaissance d'un troisième genre comme les Pays-Bas ou l'Autriche. En France, tout individu doit être rattaché dans les cinq jours suivants la naissance à l'un des deux sexes masculin ou féminin. La Cour de cassation avait rejeté l'an passé la reconnaissance d'un "sexe neutre", écartant la demande d'une personne née sans pénis ni vagin. Selon les statistiques des Nations Unies, entre 0,05% et 1,7% de la population mondiale est intersexe.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: REDÉFINIR LE 'GENRE' ? pour la théorisation communiste, féministe et décoloniale, et la communisation. Conversations croisées et digressions sur TRANS, QUEER, et INTERSEXES   

Revenir en haut Aller en bas
 
REDÉFINIR LE 'GENRE' ? pour la théorisation communiste, féministe et décoloniale, et la communisation. Conversations croisées et digressions sur TRANS, QUEER, et INTERSEXES
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Produits pour redéfinir les boucles des cheveux naturels
» loi d'identité de genre pour les trans
» Et pour que et au nom de dieu vive la coloniale
» Quel genre de poudre pour ce genre de make up?
» Trucs et astuces pour en finir avec la poussière !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PATLOTCH / COMMUNISME et CIVILISATIONS :: ENTRÉES THÉMATIQUES : POÉTIQUE, CAPITALISME, MONDE, COLONIALITÉS... LUTTES :: 'FEMMES' & 'hommes'... Domination masculine -> machisme structurel et sociétal-
Sauter vers: