PATLOTCH / CHANGER DE CIVILISATION / LUTTES, THÉORIE, SEXE, et POÉSIE

dans la DOUBLE CRISE du CAPITAL et de l'OCCIDENT, LUTTES COMMUNISTES, FÉMINISTES, DÉCOLONIALES et ÉCOLOGIQUES
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» MIGRATIONS & RÉFUGIÉS, TRANSNATIONALITÉS : analyses
Hier à 22:00 par Patlotch

» COMMUNISME, FOI, et RÉVOLUTION
Hier à 20:35 par Admin

» VA-SAVOIR : chronique à la com, la dialectique du quotidien en propotion magique
Hier à 17:03 par Patlotch

» OPIUMS DU PROLÉTARIAT : RELIGIONS, ATHÉISMES, LAÏCITÉ... IDÉOLOGIES et RÉALITÉS
Dim 23 Juil - 19:10 par Tristan Vacances

» AFRIQUE en mutations : du néo-colonialisme au capitalisme "africain" ?
Sam 22 Juil - 15:19 par Patlotch

» ANTISÉMITISME, SIONISME, antisionisme... Identité juive... UJFP, JJR...
Sam 22 Juil - 10:47 par Admin

» "CLASSES MOYENNES" : encadrement, prolétarisation, transclassisme, prolophobie
Sam 22 Juil - 10:12 par Patlotch

» AVRIL-JUILLET... SEPTEMBRE 2016 : UN MOMENT de la LUTTE DES CLASSES EN FRANCE. Traces d'une pratique théorique embarquée
Sam 22 Juil - 10:12 par Patlotch

» L'ARMÉE DES FEMMES : le mélange des genres ne tue pas ?
Ven 21 Juil - 9:57 par Patlotch

» COMMUNISME, FEMINISME & DECOLONIAL : définition et ligne générale
Jeu 20 Juil - 20:51 par Patlotch

» MARX, le MARXISME et l'ÉCOLOGIE
Mar 18 Juil - 17:53 par Tristan Vacances

» avec et contre HOURIA BOUTELDJA et le PIR, "RACE, CLASSE et GENRE" ? et autres questions communistes et décoloniales : conversations
Lun 17 Juil - 15:34 par Patlotch

» MACRONISME, ÉTAT (français) et RESTRUCTURATION (mondiale) du CAPITALISME
Dim 16 Juil - 22:01 par Patlotch

» FEMMES au TRAVAIL dans le MONDE, histoire et actualités en photos et documents : des IMAGES à une THÉORIE de la RÉVOLUTION FÉMINISTE COMMUNISTE ?
Dim 16 Juil - 20:49 par Patlotch

» IDÉOLOGIES et CROYANCES : RÉEL, IDÉEL, IMAGINAIRE, SYMBOLIQUE... (avec Maurice Godelier) / ouverture à 'COMMUNISME, FOI, et RÉVOLUTION'
Dim 16 Juil - 19:37 par Patlotch

» FEMMES : CORPS à prendre ? CORPS à vendre ? CORPS à ventres ? CORPS à aimer ? CORPS à danser ? CORPS à jouer... de quoi de quoi ?
Mer 12 Juil - 15:51 par Patlotch

» "Vers un MARXISME DÉCOLONIAL" / des marxistes s'emparent de la pensée décoloniale / citations, recensions, contradictions, réflexions, conversations
Mer 12 Juil - 14:32 par Patlotch

» LITTÉRATURE INDISCUTABLE : bonnes pages et mauvais esprits
Mar 11 Juil - 10:47 par Patlotch

» JAZZ pour "double paire d'oreilles"
Sam 1 Juil - 12:29 par Patlotch

» PENSÉES diverses à marier sans modération
Jeu 29 Juin - 23:43 par Patlotch


Partagez | 
 

 L'ORPHÉE NÈGRE : Orfeu Negro, Manhã de Carnaval, Black Orpheus... D'une chanson populaire afro-latine à des réflexions poétiques "révolutionnaires"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'ORPHÉE NÈGRE : Orfeu Negro, Manhã de Carnaval, Black Orpheus... D'une chanson populaire afro-latine à des réflexions poétiques "révolutionnaires"   Ven 13 Mai - 15:37


Oscar Castro-Neves 1973


ICI

Special Guests: Airto Moreira and Leila Pinheiro,
Featuring: Marco Bosco, Paulo Calasans and Marcelo Mariano

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'ORPHÉE NÈGRE : Orfeu Negro, Manhã de Carnaval, Black Orpheus... D'une chanson populaire afro-latine à des réflexions poétiques "révolutionnaires"   Ven 13 Mai - 15:47

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'ORPHÉE NÈGRE : Orfeu Negro, Manhã de Carnaval, Black Orpheus... D'une chanson populaire afro-latine à des réflexions poétiques "révolutionnaires"   Ven 13 Mai - 15:52


pour les aspects techniques de la guitare chez Tuck Andress, et d'autres assurant simultanément basses, accords et mélodie, voir mon feuilleton de 2013 la guitare jazz comme un piano, histoire et techniques

.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'ORPHÉE NÈGRE : Orfeu Negro, Manhã de Carnaval, Black Orpheus... D'une chanson populaire afro-latine à des réflexions poétiques "révolutionnaires"   Ven 13 Mai - 16:09

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'ORPHÉE NÈGRE : Orfeu Negro, Manhã de Carnaval, Black Orpheus... D'une chanson populaire afro-latine à des réflexions poétiques "révolutionnaires"   Ven 13 Mai - 16:14


il ne vous reste plus qu'à revenir au film

peu de dire un chef-d'œuvre absolu
à voir absolument sur grand écran au cinéma
et la musique y reste à son meilleur, inégalée






chez moi les vidéos ne s'affichent pas toujours :
il vous reste aussi à les chercher vous-mêmes

Twisted Evil

Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin


Messages : 6309
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: L'ORPHÉE NÈGRE : Orfeu Negro, Manhã de Carnaval, Black Orpheus... D'une chanson populaire afro-latine à des réflexions poétiques "révolutionnaires"   Sam 14 Mai - 14:11


« à quoi ça peut servir ? »

Corinne Cerise a écrit:
Je voulais savoir à quoi va pouvoir servir le sujet "L'ORPHÉE NÈGRE : Orfeu Negro, Manhã de Carnaval, Black Orpheus".

Sinon c'est vraiment génial de découvrir toutes les variations autour d'un même thème Smile (bien que des tas d'artistes me soient peu ou pas du tout connu-e-s)


Patlotch a écrit:
je n'en sais rien : faut-il que ça serve à quelque chose ? En fait ce genre de série aurait plutôt sa place sur mon site Patlotch, mais c'est plus long à mettre en œuvre et je ne sais pas y importer des Youtube

résultat, ça peut noyer aussi les autres sujets de cette rubrique, et en faire perdre le sens, d'autant que cette rengaine n'a pas a priori des vertus révolutionnaires, ni même sur le plan musical. Le film est simplement génial. Je l'avais vu au Grand Rex, à Paris, en face de l'ancien immeuble de l'Humanité...

ça a servi, donc, à me faire plaisir en découvrant moi-même des choses, pas tant du côté du jazz que de certaines versions latines, brésiliennes... Je pourrais faire la même chose avec "Les feuilles mortes" = "Autumn's Leaves", ou "Mack the Knife" de l'Opéra de 4' sousde Brecht/Weill, mais ce serait moins "nègre"

quand je fais ça, un peu comme le feuilleton sur "les femmes au travail", je cherche et découvre des choses, et de fait ça ne prend pas beaucoup plus de temps à mettre en page qu'à les lire/écouter dans mon coin, pour autant que j'en aurais la patience

j'ai beaucoup joué ce vieux standard, pas si facile que ça à faire danser, le rythme c'est vraiment un problème à plusieurs quand on ne le sent pas vraiment ensemble. Ce qui est frappant dans le choix que j'ai fait, c'est que les versions françaises ou européennes sont plates sur le plan rythmique. J'en ai laissées de côté, y compris de grands interprètes classiques, pour moi des catastrophes

voilà, vous savez tout  ;-)

Corinne Cerise a écrit:
Non bien sûr, il ne faut pas forcément que cela serve à quelque chose Smile Je trouve ça beau comme ça. Au début, je me suis aussi dit - comme vous le mentionnez - que ce serait mieux sur votre site que sur le forum... puis au final, non.

comme je n'ai sans doute pas choisi cette simple chanson par hasard, tentative d'explication...

sur le plan poétique et théorique dans le cadre de ce forum

quelques réflexions...

quand on écoute la version originale du film Orfeu Negro, une chose est frappante, c'est le caractère à la fois brésilien et nègre, qui disparaît dans la "Bossa Nova" notamment dès qu'elle devient labellisée et commercialisée sous ce nom, alors que les formes musicales en existent depuis des années. Au-delà, la musique et les voix parlées "disent" exactement la même chose

ce sont des caractères qui se perdent y compris dans les meilleures versions chantées ou musicales antérieures, sans parler des soupes commerciales, mais aussi de jazz par les plus grands musiciens des années 60 et depuis qui le transcendent à leur manière habituelle : je ne mets pas en cause la principe de ces reprises et moins encore l'improvisation sur ces grilles et mélodies harmoniques parfois très simples, toute l'histoire du jazz fonctionne comme ça avec les "standards" (voire plus bas)

et je ne parle pas des images, des visages (voir le casting, les acteurs amateurs, les enfants, les conditions du tournage...), mais là, je ne sais que dire, je n'ai aucune culture cinéphile, et moins encore du cinéma latino-américain, mis à part quelques films mexicains et cubains vus il y a longtemps à la Cinémathèque

je pense qu'on pourrait pousser la réflexion "poétique", au sens où je l'ai définie d'une poétique dépassant la posture "artiste" pour promouvoir sa production par tous. Alors on prend conscience que les apports à cette possibilité des populations afro-américaine des deux continents marquent une rupture dans l'histoire des arts depuis le début du 20e siècles, et notamment dans la musique, la peinture, la danse... dans leur fonction oragnique sociale même en rapport avec les conditions sociales, l'exploitation, la domination raciale, la misère, et les luttes... ce dont en quelque sorte rend un peu compte ce film

on pourrait prolonger sur la notion de "structure of feeling" (Raymond Williams, Culture et société) ou de "lien organique" entre production artistiques tirées de la culture populaire et son usage à des fins révolutionnaires : là encore, le théorisant vient d'en-bas...



sur le plan musical

à propos de l'improvisation sur le thème de "Black Orpheus", voici ce que font les musiciens de jazz avant de se lancer dans l'improvisation, du moins depuis qu'on ne se contente pas de jouer à l'oreille, ce qui est parfaitement possible sur ce thème très simple

Citation :
Pour pouvoir improviser sur la grille sans trop se tromper, on va l'analyser. Cela nous permettra de savoir quelles gammes nous pourrons jouer et à quelle moment, c'est à dire sous quels accords.


MESURE 1 à 5 : Plusieurs cadences II-V-I en La mineur. Jouer la gamme de La mineure harmonique par dessus ces cadences conviendra parfaitement.

MESURE 6 et 7 : Cadence II-V-I en Do majeur. La gamme de Do majeur sera la plus appropriée.

MESURE 8 : L'accord C#° est aussi intéressant que surprenant. Cet accord est un accord déguisé, il peut être chiffré A7b9/C#. Autrement dit, on peut le traiter comme l'accord V de la gamme de Ré mineure harmonique. Lorsque cet accord est joué, on pensera donc à l'accord A7 en utilisant la gamme de Ré mineure harmonique.

MESURE 9 à 12 : Cadence II-V-I-IV en Do majeur. C'est un enchainement d'accords qu'on retrouvera souvent. Remarquez que les fondamentales de ces accords décrivent des quintes descendantes (on parle de "cycle de quintes").

MESURE 13 à 20 : On reste en La mineur harmonique, avec seulement des cadences II-V-I. Franchement, trop simple... Notons simplement que la mesure 17 est le début du thème B.

MESURE 21 à 24 : Cadence II-V-I en Ré mineur harmonique.

MESURE 25 à 28 : Les accords se mettent à bouger plus vite. Ce passage est presque exclusivement en La mineur naturel, malgré la cadence II-V-I qui implique La mineur harmonique.

MESURE 29 à 32 : La mineur harmonique pour des cadences II-V-I.


source Analyse de standards de Jazz, guitare

un autre procédé consiste à enrichir/moderniser les accords dans les superstructures, voire à changer l'harmonie, ce dont ne se privent pas certains dans les versions importées plus haut (Anthony Braxton, Jim Hall, Ahmad Jamal, Lee Konitz, Brad Meldhau, Wayne Shorter...), et naturellement à écrire des "arrangements" pour orchestre plus ou moins sophistiqués (la version Getz par Gary MacFarland, Quincy Jones, Gerry Mulligan, Percy Faith...). Voir mon feuilleton l'arrangement de jazz, avec l'oubli ?

en somme, j'essaye de mettre en œuvre en "pratique" ce que j'élabore de façon plus "théorique", dans tous les domaines, en supposant que c'est plus abordable en partant des choses mêmes, pour des personnes qui n'ont pas les connaissances et bases nécessaires en théorie, et ne sont pas censées penser et faire à partir de concepts, mais (aussi) par le vécu sensible, les affects : une poétique et une praxis

je suis indécrottablement dans une démarche matérialiste, historique et dialectique et si le terme n'était pas si péjorativement connoté, je le préfèrerais de loin à "marxisme"

voilà, j'avoue une ambition sinon pédagogique, propédeutique, mettant le pied à l'étrier en espérant en faire hériter quelqu'un.e.s et que ce type de démarche se démultiplie

bounce

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
 
L'ORPHÉE NÈGRE : Orfeu Negro, Manhã de Carnaval, Black Orpheus... D'une chanson populaire afro-latine à des réflexions poétiques "révolutionnaires"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» [Année 0002] Partie à 3 [Orphée ; Bella ; Vasile]
» ORPHÉE (SM)
» Dans un fauteuil au coin du feu [Orphée]
» VENDREDI 04 ET SAMEDI 05 JUIN 2010 / Villars - Colmars
» Starflash

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PATLOTCH / CHANGER DE CIVILISATION / LUTTES, THÉORIE, SEXE, et POÉSIE :: ENTRÉES THÉMATIQUES : CAPITALISME, MONDE, COLONIALITÉS... LUTTES :: RÉVOLUTION de la POÉTIQUE et POÉTIQUE de la RÉVOLUTION : Debord -> Patlotch :: JAZZ, RAP...-
Sauter vers: