PATLOTCH / CIVILISATION CHANGE / COMMUNISME, SEXE, et POÉSIE

dans la DOUBLE CRISE du CAPITAL et de l'OCCIDENT, LUTTES COMMUNISTES, FÉMINISTES, DÉCOLONIALES et ÉCOLOGIQUES
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» PROLÉTARIAT : je t'aime, un peu, beaucoup... à la folie... pas du tout ?
Aujourd'hui à 17:47 par Patlotch

» COMMUNISME : pensées de traverse
Aujourd'hui à 15:49 par Patlotch

» ÉCONOMIE POLITIQUE, quand tu nous tiens : et la CRISE ? NOUVELLE RESTRUCTURATION du CAPITALISME ?
Aujourd'hui à 12:32 par Patlotch

» les "BLANCS" forment-il une 'race' à part ? Whiteness ? BLANCHITÉ ?... le COLORISME... le 'RACISME ANTI-BLANCS'
Aujourd'hui à 11:22 par Patlotch

» 9 - QUE SE PASSE-T-IL ? hypothèses et validations empiriques... Quelles contradictions, quelle dynamique historique ?
Aujourd'hui à 11:11 par Patlotch

» POPULISME de GAUCHE : CHANTAL MOUFFE et ERNESTO LACLAU théoriciens transclassistes, PÉRONISME... TONI NEGRI, ses ambiguïtés et les limites de l'OPÉRAÏSM
Aujourd'hui à 10:06 par Patlotch

» des MOTS que j'aime et d'autres pas
Aujourd'hui à 9:45 par Patlotch

» DÉCOLONISER le MARXISME, l'ANARCHISME, l'ULTRAGAUCHE et la "COMMUNISATION"... Histoire et nécessité actuelle d'un clivage, pour en finir avec les dogmes universels eurocentrés
Hier à 21:08 par Patlotch

» RACISMES : DES CHIFFRES
Hier à 19:22 par Patlotch

» 'PROGRÈS', SCIENCES, HUMAIN, SANTÉ et capital... TRANSHUMANISME et dés-humanité
Hier à 16:45 par Patlotch

» BIDONVILLES : SLUMS : BARRIOS DE TUGURIOS
Ven 18 Aoû - 11:27 par Patlotch

» DIALECTIQUE COMPLEXE et MÉTHODOLOGIE : DÉPASSEMENTS À PRODUIRE
Jeu 17 Aoû - 18:27 par Patlotch

» LA RÉVOLUTION vers LA COMMUNAUTÉ HUMAINE
Jeu 17 Aoû - 17:02 par Admin

» COMMUNISME(S), RELIGION(S), FOI, et RÉVOLUTION (étude)
Jeu 17 Aoû - 16:59 par Admin

» AUTO-ORGANISATION RÉVOLUTIONNAIRE, contre l'autonomie, une vision renouvelée
Jeu 17 Aoû - 16:37 par Tristan Vacances

» ÉTATS-UNIS, CANADA, QUÉBEC LIBRE
Jeu 17 Aoû - 8:56 par Admin

» ÉMEUTES/RIOTS... IDÉOLOGIE de l'ÉMEUTE ? un débat important
Jeu 17 Aoû - 8:10 par Patlotch

» VA-SAVOIR : chronique à la com, la dialectique du quotidien en propotion magique
Jeu 17 Aoû - 7:47 par Patlotch

» SEXE, GENRE, CLASSES, et CAPITALISME / FÉMINISME, INTERSECTIONNALITÉ et MARXISME, avec Cinzia Arruzza... Silvia Federici, Selma James, etc.
Mer 16 Aoû - 13:33 par Admin

» FEMMES & hommes, REPRODUCTION du CAPITAL, LUTTES et DÉCOLONIALITÉS... Quid du concept de GENRE ? AUTO-ORGANISATION !
Mar 15 Aoû - 7:55 par Patlotch


Partagez | 
 

 FEMMES au TRAVAIL dans le MONDE, histoire et actualités en photos et documents : des IMAGES à une THÉORIE de la RÉVOLUTION FÉMINISTE COMMUNISTE ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 6316
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: FEMMES au TRAVAIL dans le MONDE, histoire et actualités en photos et documents : des IMAGES à une THÉORIE de la RÉVOLUTION FÉMINISTE COMMUNISTE ?   Sam 3 Sep - 16:46


Jeremy Brecher's history of the largely unsuccessful nationwide strike of textile workers during the great depression, which the union nevertheless declared a victory.


Striking textile workers come up against state troopers in 1934

Citation :
The most extensive conflict of the National Recovery Administration (NRA) period during the Great Depression was the national textile strike of 1934. The Depression hit the textile industry long before the rest of society and by early 1929 the mill towns, especially in the South, were seething with discontent. The great grievance was the "stretch-out"; at one mill at Monroe, North Carolina, for example, spinners were required to work twelve rather than eight spindles, four doffers did the work of five, and crews of four carders were cut to three. The result, as Herbert J. Lahne wrote in The Cotton Mill Worker, was that, "a powder train of strikes flashed through an astonished South," many of them "without unionism at all and . . . under purely local leadership whose main concern was . . . the stretch-out."1 We have described above one such explosion at High Point, North Carolina.

With the coming of NRA, which promised the right of workers to form unions, textile workers flooded into the United Textile Workers union; its paper membership went from 27,500 in 1932 to 270,000 in 1934. The NRA Cotton Textile Industry Committee was headed by George Sloan, who happened to be the chief industry spokesman as well. The code set a minimum wage of twelve dollars per week in the South and thirteen dollars in the North. It utterly failed to prevent more stretch-out, or to stop employers from firing workers who joined the union.2 Further, in order to restrict over-production, the NRA ordered a cut-back to thirty hours a week per shift, cutting wages by twenty-five percent.

The U.T.W. threatened to strike the industry, but withdrew the threat in exchange for a seat on the Cotton Textile Industrial Relations Board and a government "study" of the industry.

Textile workers were furious at the union's backdown. For the Southern cotton mill workers, as Irving Bernstein put it, "NRA had become a gigantic fraud."3 In Alabama, forty of forty-two U.T. W. locals voted to strike, and 20,000 workers walked out on July 16th, 1934. The president of the U.T.W. advised workers in other states not to join the strike, adding to resentment at the cancellation of the previous strike; "He killed the other strike," a worker in Birmingham remarked, "we're not going to let him kill this one."4

The strike held solidly, revealing an unexpected commitment and solidarity, and a month later a U.T. W. national convention, with the militant Southern rank and file in control, voted without opposition for a general strike in the industry, and required the officers to call it within two weeks. The workers condemned NRA bitterly and were only kept from boycotting it by a special appeal from union officers and prominent outsiders.

The strike began in North Carolina on Labor Day, September 3rd, 1934, when 65,000 workers walked out. That day National Guardsmen were ordered to guard three mills in South Carolina where the strike was expected next day. The workers not only quit work, but immediately formed "flying squadrons," which moved through the area, closing non-striking mills. A reporter described a typical example:

Citation :
Workers in the Shelby, N.C., mills, thoroughly organized, refused to permit the opening of their plants early today, formed a motorcade which swept into King's Mountain, a dozen miles away, and succeeded in closing eleven plants. They met with no resistance and persuaded 2,800 non-union workers to quit their posts. 5

The strikers' tactics showed great creativity in other ways; for example, at Macon, Georgia (and later at various other points), a group of pickets, many of them women, sat down on a plant railroad track and prevented the movement of trains carrying finished goods. Before and at the start of the strike, mass demonstrations were held throughout the South, such as a meeting of 1,000 at Charlotte, North Carolina, and a parade of 5,000 in Gastonia, North Carolina, designed to show the workers' strength.

The strike spread rapidly throughout the eastern seaboard; newspaper surveys reported 200,000 out on September 4th and 325,000 out the next day.6 The flying squadrons were largely responsible for the spread:

Citation :
Moving with the speed and force of a mechanized army, thousands of pickets in trucks and automobiles scurried about the countryside in the Carolinas, visiting mill towns and villages and compelling the closing of the plants. . . strikers in groups ranging from 200 to 1,000 assembled about mills and demanded that they be closed. . . .

The speed of the pickets in their motor cavalcades and their surprise descent on point after point makes it difficult to follow their movements and makes impossible any adequate preparation by mill owners or local authorities to meet them.7



What happened when the flying squadrons arrived depended on conditions of the moment, the mood of the crowd, the degree of resistance and similar factors. Sometimes they simply picketed peacefully, at others they battled guards, and at times they entered mills, unbelted machinery, broke threads, and fought non-strikers.

Although the flying squadrons created a sensation throughout the country, they were a natural form of action in isolated mill towns. They were at first tolerated and perhaps encouraged by union officials, but as the squadrons led to confrontations, union officials tried to bring them to a halt. Francis Gorman, chairman of the U.T.W. strike committee, repudiated their use and denied that they were ever sanctioned by the national leadership.8

Practically from the beginning of the strike, confrontations and small-scale violence developed in numerous places. In Fall River a crowd of 10,000 imprisoned 300 strikebreakers in a mill, and in North Carolina pickets stormed a mill in which strikebreakers were working. The flying squadrons and other mass actions developed a momentum of their own, and as early as September 5th the New York Times warned on page one that "The grave danger of the situation is that it will get completely out of the hands of the leaders. Indications of that were in evidence today." Women were reported "taking an increasingly active part in the picketing, egging on the men," with "the pickets apparently prepared to stop at nothing to obtain their objectives."9 The Times added ominously,

Citation :
The growing mass character of the picketing operations is rapidly assuming the appearance of military efficiency and precision and is something entirely new in the history of American labor struggles.

Observers . . . declared that if the mass drive continued to gain momentum at the speed at which it was moving today it will be well nigh impossible to stop it without a similarly organized opposition with all the implications such an attempt would entail.10



The opposition was not long in starting. On September 5th, the Governor of North Carolina called out the National Guard to aid local authorities, declaring, "The power of the State has been definitely challenged," and "local authorities have proven unequal to the test." More Guardsmen were ordered out in South Carolina, and on September 9th partial martial law was established in that state.11 The Governor declared that a "state of insurrection" existed.12 Mills in the Carolinas were reported "feverishly preparing to resist. . . by mobilizing special guards equipped with shotguns and teargas bombs and by arming workers who remained at the looms."13 But as a reporter wrote from the storm-center in North Carolina, "Despite efforts of strike leaders to prevail upon the strike pickets 'to put on the brakes,' . . . picketing activity showed no abatement. . . "14

More than fifty strike squadrons were in action in the Carolinas, in detachments of 200 to 650. They moved south on a 110-mile front between Gastonia, North Carolina, and Greenville, South Carolina, garrisoning the towns along the line of battle to ensure that the mills would stay closed. As they approached Greenville they were met by National Guardsmen who informed them they had orders to "shoot to kill," but "the strikers, apparently undeterred by the presence of the troops, were determined to capture Greenville . . . "15 where the strike had not yet spread. The conflict naturally became more violent, for "the situation was rapidly assuming the character of industrial civil war. . . "16

On September 5th, a striker and a special deputy were killed in a two-hour battle at a mill in Trion, Georgia (pop. 2,000); a policeman shot three pickets, one fatally, in Augusta; 2,500 textile workers rioted in Lowell, Massachusetts; at Danielson, Connecticut, Macon, Georgia, and other points, mill officials' cars were attacked.17 On September 6th at Honea Path, South Carolina, sheriffs deputies and armed strikebreakers fired on pickets:

Citation :
Without warning came the first shots, followed by many others, and for a few minutes there was bedlam. Striker after striker fell to the ground, with the cries of wounded men sounding over the field and men and women running shrieking from the scene.18

Seven pickets were killed and a score wounded in the attack. The killings were seen as marking "the beginning of the second bloody phase of the strike," as "one town after another reported completion of preparations to resist the flying squads and the picketing activity of the strikers."19


Commissaries were set up in various textile centers, and hundreds of strikers canvassed for contributions of food and money. At Hazleton, Pennsylvania, 25,000 workers shut down the town in a one-day general strike on September 11th in support of the textile workers. George Googe, chief A.F.L. representative in the South, urged other workers to give support "without joining the strike," emphasizing that his appeal was not to be interpreted as "a move toward extending the strike to other industries. . . "20 Workers from other industries joined in many of the confrontations that occurred at mills throughout the country, turning them into community struggles.

Meanwhile, violent conflict spread through New England. The first strike shooting there occurred in Saylesville, Rhode Island, on September 10th. A crowd of 600 pickets attempting to close a mill (particularly hated for having broken previous strikes) was driven back by state troopers with machine guns (pictured, below). A smaller group of pickets then tried to outflank the troopers and attack the rear of the plant; deputy sheriffs opened fire on them with buckshot. Next afternoon a much larger crowd, estimated at 3,000 to 4,000, imprisoned strikebreaking employees in the mill. As the shift was due to end, the crowd surged forward, captured the mill gate, ripped up a fire hydrant, overturned a gate house, and appeared about to take possession of the plant. In reply, deputy sheriffs began firing buckshot with automatic weapons into the crowd, hitting five. Some 280 National Guardsmen then rode into the scene on caissons. They were pelted with paving stones torn up by the pickets as they clubbed their way to the mill. The crowd tried unsuccessfully to capture the pumping station and set fire to the mill.


That night the pickets deployed themselves behind the tombstones of a nearby cemetery, and shouting "Let's get the militia!" 2,000 of them broke through police lines and battled the troops.21

By the next afternoon, the crowd had grown to 5,000. Hurling pieces of gravestones from the cemetery, they charged the troops and drove them back behind the barbed wire enclosure surrounding the plant. The Guardsmen fired into the crowd, critically wounding three. That night another crowd stoned the Guard, which again fired on them. In the face of such serious disorder, the Sayles plant finally decided to shut down, giving the signal for many other plants in the area to do the same.

By September 12th, National Guardsmen were on duty in every New England state except Vermont and New Hampshire. At Danielson, Connecticut, 1,500 pickets battled state troopers. A flying squadron of 200 from Fall River, Massachusetts, was turned back from a factory in Dighton, Massachusetts, when they found every approach barricaded with sandbags manned by police and seventy-five special deputies armed with shotguns. Other confrontations occurred at Lawrence and Lowell, Massachusetts, and Lewiston, Maine, but the New England violence reached its peak at Woonsocket, Rhode Island.

The mill which was the original scene of rioting there had been organized six months before, whereupon the union members were fired, leaving much bitterness behind. The evening of September 12th, Governor Green of Rhode Island read a proclamation over the radio urging rioters to return to their homes. Instead, ever-increasing masses began to pour down on the Woonsocket Rayon Plant in a "sullen and rebellious mood." At midnight a crowd of about 500 let fly a barrage of bricks at the police guards at the plant, then attacked. The police replied with tear gas grenades, many of which were caught and thrown back "with telling effect" by the crowd. Word of the conflict spread, and the crowd grew quickly to 2,000. At this point, National Guardsmen took a hand, firing 30 shots into the front ranks of the crowd, hitting four, one fatally. At the shooting, a correspondent reported, "The crowd went completely wild with rage."

News of the shooting, carried back into the heart of the city, brought recruits to the strikers' forces. . . . Men and women and boys too, pounded up and down the business district, and where they ran the crash of broken plate glass and tearing splintering wood was heard.22

The crowd grew to 8,000 and was only quelled by the arrival of two more companies of National Guardsmen, who put the city under military rule. The Woonsocket Rayon Mill, source of the conflict, was closed.

Declaring that "there is a Communist uprising and not a textile strike in Rhode Island," Democratic Governor Green called the legislature into special session to declare a state of insurrection and request Federal troops. Acting under secret orders from Washington, detachments of regular Army troops began mobilizing at strategic points, prepared to leave for Rhode Island "at a moment's notice."23 The union leadership agreed with the Governor's assessment of the riots:

Citation :
. . . Communists. . . were solely responsible for the serious uprisings that took place in both Saylesville and Woonsocket.

. . . the [Rhode Island] strike committee has instructed each union to place trustworthy men and women of their unions at strategic points in strike areas for the sole purpose of cooperating with police and all other law enforcement agencies in driving Communists not only from strike areas but from the state."24



The strike - like the industry - was centered in New England and the South, but it spread through the rest of the eastern seaboard as well. In Pennsylvania, for example, 47,000 struck, eleven cars filled with special guards were attacked and some of them overturned, and in Lancaster, police charged that women strikers were using "old-fashioned hat pins" to attack non-strikers.

Meanwhile, the struggle in the South reflected "a grim determination on both sides to hold on at any cost."25 A road approaching the Cherryville mill in Gaston County, North Carolina, was dynamited September 10th, as was a mill generator at Fayetteville, North Carolina, a few days later. Five pickets in a crowd of 400 wearing "peaceful picket" badges were bayoneted by soldiers as they yelled "scab" at strikebreakers entering a mill at Burlington, North Carolina. Non-striking workers in Aragon, Georgia, armed by their employer and led by a deputy sheriff, dispersed a flying squadron by threat of force.

By September 17th, the Southern employers were ready for their big counter-offensive. They met in advance in Greenville, North Carolina, and planned "a gigantic effort. . . to break through the strike lines and start the movement back to the mills."26 An army of 10,000 National Guardsmen was mobilized in Georgia, South Carolina, North Carolina, Alabama and Mississippi, supplemented by 15,000 armed deputies. Numerous Southern mills tried to reopen under heavy armed guard. The New York Times described as typical the response of 1,000 pickets at the Hatch Hosiery Company in North Carolina:

Citation :
Refusing to budge even when a wedge of troops with bayonets tried to cross the road to break their lines, the pickets shouted "Boy Scouts!" and "Tin Soldiers!" . . . A committee of four pickets was assured that the mill would not resume operations during the day and the picket line dispersed until tomorrow.27

Such confrontations continued all week throughout the South. The employers' effort to stampede the strikers back to work failed overwhelmingly: on September 18th, the AP reported 421,000 on strike, 20,000 more than the week before.

In Georgia, Governor Talmadge declared martial law. National Guardsmen started mass arrests of flying squadrons and incarcerated them without charges in what was described as a concentration camp near the spot where Germans had been interned during World War 1. Thirty-four key strike leaders in whose names strike funds were held were arrested and held incommunicado, thus crippling the strike relief system in the state. Organizers were beaten and arrested throughout the South. By September 19th, the death toll in the South reached thirteen. Union officials stated September 20th that "force and hunger" were sending strikers back to the mills, but only 20,000 of 170,000 on strike in the South had returned to work in the previous six days, many of them to mills still too understaffed to operate, and they were offset by many thousands of additional workers who had joined the strike.28

On September 20th, the Board of Inquiry for the Cotton Textile Industry, which President Roosevelt had appointed toward the start of the strike, issued its report. A new Textile Labor Relations Board of "neutral" members should be established; it would set up a subcommittee to "study" workloads; the Federal Trade Commission should study the capacity of the industry to raise hours and employment; the Department of Labor should survey wages to see whether differentials had been maintained. As Irving Bernstein noted, "There was little of tangible benefit to either the textile workers or U.T.W. . . . In fact, the only recommendation that was immediate and tangible in effect was imposed on the union: to terminate the strike."29 Nonetheless, the U.T.W. strike committee hailed the Board's recommendation as "an overwhelming victory" and on September 22nd ordered the strikers back to work.30 Thus ended what Robert R.R. Brooks described as "unquestionably the greatest single industrial conflict in the history of American organized labor."31

President Roosevelt urged textile firms to rehire strikers without discrimination, but by October 23rd, the U.T. W. reported, 339 mills had refused to do so, leaving thousands of workers unemployed. Martha Gellhorn wrote from North Carolina that textile workers "live in terror of being penalized for joining unions; and the employers live in a state of mingled rage and fear. . . "32

The textile workers felt an extreme disillusionment with both the government and the union. As Robert R.R. Brooks concluded,

The thousands of militiamen, sheriffs, and armed strikebreakers which were thrown into strike territories and the numerous deaths at the hands of drunken deputies and nervous guardsmen linked the forces of law and order so clearly with the interests of the textile employers that northern newspaper reporters repeatedly referred to the situation as "the employers' offensive." The significance of this was not lost upon the strikers. In the space of a few weeks thousands of workers received a practical education in the philosophy of class relations which was clearly reflected in conversation, tactics, and general attitude.33

Mill workers were likewise extremely bitter at the union and its officials for claiming a victory, calling off the strike, and putting their faith in government boards, when the employers had conceded nothing. Herbert Lahne reported he found that "in many interviews . . . with Southern cotton mill workers in 1938 this resentment was clearly expressed."34

Excepted and very slightly edited to make sense as a stand-alone article from  Strike! - Jeremy Brecher.
1. Herbert J. Lahne, The Collon Mill Worker (N.Y.: Farrar & Rinehart, 1944), p.216.
2. Bernstein, Turbulent Years, pp. 302-4.
3. Ibid., p. 306.
4. Alexander Kendrick, "Alabama Goes on Strike," in The Nation, Aug. 29, 1934, p. 233.
5. New York Times, Sept. 4, 1934.
6. New York Times, Sept. 5 & 6, 1934.
7. New York Times, Sept. 5, 1934.
8. New York Times, Sept. 16, 1934.
9. New York Times, Sept. 5, 1934.
10. Ibid.
11. Robert R.R. Brooks, "The United Textile Workers of America" (unpublished Ph.D. dissertation, Yale University, 1935), p. 376.
12. New York Times, Sept. 10, 1934.
13. New York Times, Sept. 6, 1934.
14. Ibid.
15. Ibid.
16. Ibid.
17. Ibid.
18. New York Times, Sept. 7, 1934.
19. Ibid.
20. New York Times, Sept. 10, 1934.
21. New York Times, Sept. 12, 1934.
22. New York Times, Sept. 13, 1934.
23. New York Times, Sept. 14, 1934.
24. Ibid.
25. New York Times, Sept. 12, 1934.
26. New York Times, Sept. 16, 1934.
27. New York Times, Sept. 18, 1934.
28. Brooks, p. 378; New York Times, Sept. 19, 1934.
29. Bernstein, Turbulent Years, p. 314.
30. Ibid.
31. Brooks, p. 379.
32. Cited in Bernstein, Turbulent Years, p. 315.
33. Brooks, pp. 384-5.
34. Lahne, p. 231.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html En ligne
Admin
Admin


Messages : 6316
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: FEMMES au TRAVAIL dans le MONDE, histoire et actualités en photos et documents : des IMAGES à une THÉORIE de la RÉVOLUTION FÉMINISTE COMMUNISTE ?   Lun 12 Sep - 14:42



Washerwomen at work in 1910

A short account of the first trade union in Mississippi, which was created in 1866 by African-American washerwomen.

Citation :
The first labor union in Mississippi was formed by black women on June 20, 1866. On that day their organization, called The Washerwomen of Jackson, sent a resolution to Jackson's Mayor Barrows which said in Part:

That on and after the foregoing date, we join in charging a uniform rate for our labor...the statement of said price to be made public by printing the same, and any one, belonging to the class of washerwomen, violating this, shall be liable to a fine regulated by the class.1

We don't know what became of this organization or its demands, but their example did inspire others to organize. A few days after the women met and passed their resolution, the Jackson Daily Clarion and Standard reported that

a number of freedmen of Jackson held a meeting the other day in the Baptist Church for the purpose of regulating the price of wages, and if possible, to get up a strike on the part of those employed for higher wages.2


According to the same article, the meeting was chaired by a black ice cream vender. Just as we see so often today, the editor reports this "agitation" as the work of "one or two Northern adventurers." 3 An Alabama paper called the washerwomen's demands "exorbitant."4

In reality these forms of struggle were not the creations of outside agitators. They were a new development in a long tradition of struggle waged by black people as plantation slaves.

The racist historian Ulrich B. Phillips wrote that occasionally a squad of slaves

would strike in a body as a protest against severities... Such a case is analogous to that of wage-earning laborers on strike for better conditions of work. The slaves could not negotiate directly at such a time, but while 'they lay in the woods they might make overtures to the overseer through slaves on a neighboring plantation as to terms upon which they would return to work, or they might await their master's post-haste arrival and appeal to him for a redress of grievances. Humble as their demeanor might be, their power of renewing the pressure by repeating their flight could not be ignored.5

Mark Oliver told how the slaves would strike on the plantation where he had been a slave in Washington Mississippi:

Some of the slaves had a way of running off to the woods when Master left, 'cause the overseer, who wasn't nothing nohow, but poor white trash, would get a little hard on them. When Master got back, they always got back. When the overseer tell on the ones that been gone, Master say "Well, well, I have to see about that.” He ain’t going to see ‘bout nothing of that kind, so it drops right there.6

Oliver's father later ran off and joined the Union army,7 "freeing himself," as W.E.B. DuBois would say.8

Phillips noted that plantation owners often found that the slave women were "all harder to manage than the men." men." 9 Annie Coley, another ex-slave, described a plantation struggle fought entirely by the slave women.

But ole Boss Jones had a mean overseer who tuk 'vantage of the womens in the fiel's. One time he slammed a niggah woman down that was heavy, and cause her to hav her baby dead. The niggah womens in the quarters jumped on 'im and say they gwine take him to a brush pile and burn him up. But their mens hollered for 'em to turn him loose. The big Boss Jones came en made the womens go back to the Quarters. He said, "I ain' whipped these wretches for a long time, en I low to whip 'em dis evenin'." But all the womens hid in the woods dat evenin', en Boss never say no more about it. He sent the overseer away en never did hev no more overseers.10

With traditions like these to draw on, it is not surprising that black women organized Mississippi's first labor union, even at the time when white planters and politicians were trying to re-enslave them with the notorious Black Codes.

It was another three years before white workers organized their first local union in Mississippi, the Brotherhood of Locomotive Engineers in Water Valley.11 And twenty years later the first interracial labor movement was organized in the state,12 with some (perhaps most) of the local unions under black leadership.13

The labor movement in Mississippi has had many ups and downs in the past century. During that time, many organizations have come and gone; many great workers' struggles have been waged, some ending in victory, others in defeat; and many lessons have been learned. But the tradition of organizing begun by the Washerwomen of Jackson is very much alive today.
Research for this article was made possible by a grant from the Louis M. Rabinowitz Foundation.


FOOTNOTES

1. Jackson, Mississippi, Daily Clarion and Standard, Sunday, June 24, 1866. Emphasis in original.[return to text]

2. ibid. This event is placed into its historical context in Herbert Aptheker, To Be Free, Studies in American Negro History (New York, 1948; second edition, p. 168. Aptheker's source is John H. Moore, "Social and Economic Conditions in Mississippi during Reconstruction" (unpublished Ph.D. dissertation, Duke University, 1937), p. 357. The strike threat is incorrectly attributed to the meeting of washerwomen.

3. ibid.[return to text]

4. Athens Post, Saturday, July 7, 1866. The event and the citation are incorrectly given as 1865 in James S. Allen, Reconstruction, The Battle for Democracy (1865-1876) (New York, 1937), pp. 166 and 221.

5. Ulrich B. Phillips, American Negro Slavery, A survey of the Supply, Employment and Control of Negro Labor as Determined by the Plantation Regime (New York, 1918)pp. 303-304. See also John S. Bassett, The Southern Plantation Overseer As Revealed in His Letters (Northampton, Massachusetts, 1925), pp. 63-4. For a discussion of the significance of slave strikes see George P. Rawick, From Sundown to Sunup, The flaking of the Black Community (Westport, Connecticut, 1972), pp. 105-7.

6. Narrative of Mark Oliver, ex-slave, collected by the Federal Writers Project of the Works Projects Administration in 1937, deposited in the WPA collection, Mississippi Department of Archives and History, Box 227Z. For a discussion of the importance of this collection see Ken Lawrence, "Oral History of Slavery" in Southern Exposure, Volume I, Number 3/4, Winter 1974, pp. 84-86. This article discusses how, in some narratives, dialect was imposed and text altered by WPA interviewers and editors.

7. ibid,

8. W.E.B. DuBois, Black Reconstruction in America 1860-1880 (New York, 1935), chapters I and IV.

9. Phillips, op. cit., pages ,276, 280-1, and 285. See also Bassett, op. cit., pages 19-20.

10. Narrative of Annie Coley, ex-slave, WPA collection, Mississippi Department of Archives and History, Box 226Z.

11. Donald C. Mosley, "A History of Labor Unions in Mississippi" (unpublished Ph. D. dissertation, University of Alabama, 1965), p. 58, and "The Labor Union Movement" in R.A. McLemore (ed.), A History of Mississippi (Hattiesburg, Mississippi, 1973), Volume II, pp. 251, 253. Mosley refers to this as "apparently the first local union established in Mississippi."

12. Federick Meyers, "The Knights of Labor in the South" in Southern Economic JournalMississippi Harvest, Lumbering in the Longleaf Pine Belt 1840-1915 (University of Mississippi, 1962), pp. 235-8.

13. For a discussion of sources concerning black leadership of interracial unions, see Ken Lawrence, The Roots of Class Struggle in the South (Jackson, Mississippi, pp.3, 7-8.

Written in 1975. Taken from http://www.sojournertruth.net/mississippisfirst.html
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html En ligne
Florage



Messages : 162
Date d'inscription : 13/01/2017

MessageSujet: Re: FEMMES au TRAVAIL dans le MONDE, histoire et actualités en photos et documents : des IMAGES à une THÉORIE de la RÉVOLUTION FÉMINISTE COMMUNISTE ?   Mar 24 Jan - 11:08


Des ouvrières en Espagne détournent les pubs de Noël Coca-Cola
pour dénoncer leurs conditions de travail

HuffPost 28/12/2016

Citation :
ESPAGNE - La vidéo est rapidement devenue virale en Espagne pendant les Fêtes. Des ouvrières de l'usine Coca-Cola de Fuenlabrada au sud de Madrid, surnommées "spartiates", ont mis en ligne une vidéo d'une minute dans laquelle elles énumèrent leurs conditions de travail précaires: pas de chauffage en hiver, pas de climatisation en été, changements de poste annoncés par simple mail, menaces diverses de la direction...

Intitulée "#NoëlSansCocaCola" et repérée par Libération, la vidéo (à regarder ci-dessous), vue 255.000 fois depuis le 23 décembre, présente cette énumération en utilisant comme images des extraits publicitaires de la marque de soda, s'accordant à chaque fois avec le texte revendicatif.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Florage



Messages : 162
Date d'inscription : 13/01/2017

MessageSujet: Re: FEMMES au TRAVAIL dans le MONDE, histoire et actualités en photos et documents : des IMAGES à une THÉORIE de la RÉVOLUTION FÉMINISTE COMMUNISTE ?   Mar 7 Fév - 13:28


Les usines couvents au XIXe siècle

L'éveil de la Haute-Loire 30/01/2017

Les usines couvents font l’objet d’une passionnante recherche de Raymond Vacheron qui met en lumière le rôle majeur des femmes dans l’industrialisation du département.


L’usine Colcombet est la première usine couvent en Haute-Loire.
Photo collection privée © eveil

Nathalie Courtial a écrit:
Raymond Vacheron signe un passionnant article sur « Les usines couvents et les femmes au travail en Haute-Loire au XIXe siècle » dans le numéro 7 de la revue Histoire Sociale. Voici quelques extraits de sa conférence donnée dernièrement.

« Comme partout en France et en Europe, le XIXe siècle voit un développement conséquent des usines et des manufactures en Haute-Loire. » L’usine-couvent est une méthode de gestion crée aux USA dans les années 1830. En France, ce sont des industriels profondément catholiques « estimant que la religion est le meilleur auxiliaire du travail », selon Colcombet lui-même, qui en furent les promoteurs.



Usines couvent à la La Séauve

C’est sur la Semène que l’industriel collecteur de passementerie à domicile, Colcombet, a choisi d’implanter sa fabrique de rubans au village de la Séauve. Là, les ouvrières fabriquent des rubans sur de grands métiers Jacquard ; elles sont pensionnaires, dorment et mangent à l’usine.

Ce qui est nouveau chez Colcombet et dans les autres usines couvents, c’est l’encadrement religieux. L’économiste Paul Leroy-Beaullieu, en 1873, les définit ainsi : « à la fois usine et pensionnat où les jeunes filles sont soumises à un régime claustral, travaillant comme des ouvrières, logées et nourries comme des pensionnaires, gagées comme des servantes, vivant d’ailleurs comme des religieuses ». Tout est dit.

Le site est acquis en 1853. Commencent alors les travaux de construction et l’activité industrielle démarre à l’automne 1854.
Deux ans après son démarrage, on compte 9 religieuses de Saint-Joseph, 166 ouvrières dont 64 entre 13 et 16 ans. 40 ans plus tard l’usine emploie 64 hommes adultes, 8 garçons mineurs, 286 femmes adultes et 182 filles mineures, soit un total de 540 salariés. C’est une très grande manufacture.

L’usine Colcombet n’est pas la seule usine couvent dans notre département, qui en a compté jusqu’à une dizaine : à Riotord, Aurec, Retournac, Saint-Just-Malmont, Bas-en-Basset, Le Monastier ou Lapte. Les usines couvents ont donc largement participé à l’industrialisation du département. La crise de 1929, la Deuxième Guerre mondiale et les restructurations dans le textile ont conduit aux fermetures de ces entreprises et aux délocalisations des productions.


L’usine Colcombet de la Séauve ferme en 1952, après 99 ans de fonctionnement. Pour conclure, retenons ces chiffres. Alors qu’en France, en 1900, 2 salariés sur 3 sont des hommes, en Haute-Loire, à la même époque, 2 salariés sur 3 sont des femmes.

« Ce sont donc les femmes qui ont majoritairement industrialisé la Haute-Loire ».


Les « usines couvents »

Conférence de Raymond Vacheron


Citation :
Raymond Vacheron contribue depuis le début à « l'histoire sociale de la Haute-Loire » publiée aux Editions du Roure, dont on a découvert le n°7 en ce début d'année. Dans l'équipe constituée autour de René Dupuy, Raymond s'intéresse plus spécifiquement aux questions économiques. Il a ainsi publié des articles sur les tanneries et les papeteries. Il nous livre cette fois une étude sur les industries textiles en se focalisant sur les « usines couvents » du XIXème siècle et début du XXème.

Dentelle et passementerie étaient des activités traditionnelles des femmes de notre département, qu'elles exerçaient à domicile. Ainsi la Haute-Loire a compté 100 000 dentelières au début du siècle dernier.

La mécanisation et le désir de ne pas s'installer dans les grandes villes ont poussé les patrons à créer des usines dans les campagnes. Une condition cependant : avoir des sources énergétiques proches, d'où les installations proches de rivières, comme l’usine de rubanerie Colcombet à La Séauve-sur-Semène, à laquelle Raymond a consacré l'essentiel de son étude.


Les moyens de transport ne permettant pas aux employées de rentrer quotidiennement chez elles ainsi que le désir des patrons d'avoir des ouvrières totalement soumises, a conduit à la création de ces usines-couvents, où les ouvrières à partir de 12 ans travaillaient, mangeaient et couchaient, surveillées par des religieuses, en général de Saint Joseph.

Le règlement intérieur était drastique : levées à 5h (6h le dimanche!), elles effectuaient 13h de travail par jour du lundi au samedi, soit 78h hebdomadaires, les apprenties (moins de seize ans) n'étant pas payées et ne rentrant dans leurs foyers qu'une fois par mois. Le dimanche passé à l'usine était essentiellement consacré aux devoirs religieux.

Les parents étaient d'autant plus ravis de mettre leurs filles dans ces établissements que le peu qu'elles gagnaient leur revenait.




Mais paradoxalement, tel le Sisyphe d'Albert Camus, ces filles étaient relativement contentes de leur sort. Aller à l'usine-couvent permettait de connaître d'autres filles, de discuter, de travailler, d'apprendre à lire,… et surtout de sortir de la ferme des parents et des dures travaux ruraux. Adultes, elles arrivaient à se marier,… ou entraient au couvent ! La boucle était alors bouclée !

Les usines-couvent disparurent au lendemain de la dernière guerre, en même temps que le déclin de l'industrie textile dans la région.

Une des dernières fut celle de Retournac qui ferma en 1975 ; dont des anciennes ouvrières étaient venues assister à la conférence, ce qui a conduit à un dialogue vivant où elles ajoutèrent leurs propres souvenirs à ceux recueillis par Raymond.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Florage



Messages : 162
Date d'inscription : 13/01/2017

MessageSujet: Re: FEMMES au TRAVAIL dans le MONDE, histoire et actualités en photos et documents : des IMAGES à une THÉORIE de la RÉVOLUTION FÉMINISTE COMMUNISTE ?   Mar 7 Fév - 13:40


Qu’il semble loin le temps où Tante Nini et son amie Lucie partaient dans le froid et le brouillard à la pêche à la crevette. C’était une histoire de femmes et de courage


Tante Nini (dr.) et Lucie Devos (g.), parées pour la pêche à crevette,
la longue « guernadière » coincée dans le dos.

Louis Ruyant a écrit:
Où sont ces mères de famille qui se rendaient à pied jusqu’à la plage, pour pêcher la crevette ? Où sont ces femmes qui bravaient le froid et le brouillard, l’eau et la vase, qui risquaient leur vie, pour nourrir la famille ? Éric Carru, friand d’histoire locale et pêcheur à pied inconditionnel, les fait revivre, à travers ses souvenirs.

Un travail féminin courant

Après son livre P’tit capitaine, sur les pêcheurs à Islande, le Dunkerquois s’attaque aux guernades (crevettes). Sur sa grande table trônent quelques vestiges d’une époque pas si lointaine, où les pêcheurs à crevette n’étaient que des pêcheuses. Sur l’une des photos, des années 1960, on distingue deux femmes. « C’est ma tante Nini, avec son amie Lucie Devos : elles vivaient au hameau des pêcheurs du fort de Mardyck, charmant village avant d’être étouffé par les industries, raconte l’historien autodidacte. Comme beaucoup de femmes de la Côte d’Opale, c’était leur travail pour gagner un peu d’argent. Les hommes, eux, étaient partis pour l’Islande ou s’adonnaient à des travaux tout aussi pénibles ». La pêche à crevette semble pourtant bien rude : « Elles enfilaient un caleçon d’homme et une longue robe par-dessus, portaient un fichu pour se protéger des embruns. » Il faut les imaginer, pieds nus dans l’eau froide, jusqu’à la taille, le tamis en bandoulière, un panier au dos, armées de leur filet de deux mètres, à racler le fond. Elles ne risquaient pas non plus d’être gâtées par la météo : « La crevette se pêche en automne, et un peu en hiver », rappelle Éric.




Ne pas oublier leur courage

Aujourd’hui, rien n’a vraiment changé, sauf que les hommes ont remplacé les femmes, qu’ils sont habillés autrement, qu’ils pêchent pour le loisir et que la mer était plus loin avant. Éric fait partie de ceux-là, mais garde une certaine humilité par rapport à son ancêtre : « Je veux mettre les pendules à l’heure et mettre les femmes à l’honneur ! » Quand il entend les pêcheurs à pied qui se vantent sur les quantités amassées, qui évoquent une saison pauvre en crevettes ou qui vendent leur récolte, son sang ne fait qu’un tour : « Il faut se rappeler ces femmes téméraires qui pêchaient pour nourrir leur famille, et non pas pour payer leurs loisirs ! »

Après P’tit capitaine, qui conte le récit de son ancêtre marin-pêcheur, le Saint-Polois d’origine pourrait envisager un tome 2. Tante Nini, courageuse pêcheuse à crevette, en serait l’héroïne.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Florage



Messages : 162
Date d'inscription : 13/01/2017

MessageSujet: Re: FEMMES au TRAVAIL dans le MONDE, histoire et actualités en photos et documents : des IMAGES à une THÉORIE de la RÉVOLUTION FÉMINISTE COMMUNISTE ?   Mar 7 Fév - 13:52



Qui sont les sardinières de Douarnenez ? Les références littéraires ou politiques qui désignent ces femmes et la grande grève de 1924 sont nombreuses. Elles sont devenues des symboles dans la mémoire collective. Unidivers vous propose un retour sur ces femmes qui ont tant marqué l’histoire de la Bretagne.


Citation :
Au XIXe siècle, Douarnenez, ville du Finistère, s’industrialise et prospère grâce au commerce de la sardine. L’essor de la pêche était auparavant limité : malgré un riche vivier de sardines dans la baie et les fonds voisins, les marchés se trouvaient trop loin pour pouvoir les vendre. De ce fait, quand la technique de conservation des aliments fut inventée par Monsieur Appert (l’appertisation) et ensuite développée (les boîtes en fer-blanc remplacèrent les bocaux de verre), le Nantais Joseph Colin, confiseur de son métier, créa et développa des usines sur les côtes bretonnes dès le début du XIXe siècle. Douarnenez passe de trois usines en 1860, à près de trente en 1880. En Bretagne, l’activité de pêche et les conserveries se sont donc rapidement développées avec, durant l’entre-deux-guerres, 132 usines de sardines sur 160 en France. Le port de Douarnenez quant à lui s’affirme comme principal centre sardinier de la côte et capitale de l’industrie de la conserve.

Les « Penn Sardin »





Sardinières DouarnenezDans les années 1920, ce sont plus de 2000 femmes qui travaillent dans les conserveries. Les hommes partent à la pêche, tandis que leur mère, leur femme ou leurs filles vont travailler à l’usine. On les appelle, en breton, les « Penn Sardin » : « tête de sardine » à cause de la coiffe qu’elles sont obligées de porter lorsqu’elles travaillent (cette coiffe douarneniste serait issue d’une coiffe paysanne du cap Sizun, « importée » en somme lors de la forte vague d’émigration rurale dans les années 1860-1870). Les conserveries, aussi appelées « fritures », puisqu’il faut faire frire les sardines dans l’huile avant la mise en boîte, développent l’emploi des femmes de la région. On entend dans les conserveries les sardinières chanter pour oublier leurs conditions de travail. Ces chants font aujourd’hui partie du patrimoine historique et culturel de Douarnenez.

Les difficiles conditions de travail




Sardinières DouarnenezPour les patrons de conserverie, cette main-d’œuvre féminine, abondante et peu exigeante, constitue une aubaine. Ils en profitent pour exploiter les ouvrières. Les conditions de travail sont très difficiles. La législation non plus n’est pas respectée (concernant le travail de nuit, les enfants ou les heures). Les sardinières œuvrent dans l’urgence, car les glacières et les chambres froides n’existent pas. Elles gagnent 0,80 franc de l’heure en 1924 alors que le kilo de beurre coûte 15 francs et le café 17. Les ouvrières travaillent alors le plus possible pour compenser leur faible salaire.

La grande grève de 1924




Déjà en 1905, une première grève avait éclaté parmi les sardinières qui réclamaient le paiement des salaires à l’heure et non pas au mille de sardines. Pour autant, la grève qui marque le plus les esprits, de par son ampleur qui dépasse vite le cadre local, est celle de 1924. Du 21 novembre 1924 au 6 janvier 1925, les sardinières luttent pour la revalorisation de leur salaire. Elles demandent un franc de l’heure. Pendant 6 semaines, elles déambulent dans la ville, s’arrêtant devant chaque usine pour entonner leur mélodie favorite. Chaque jour, les grévistes se rassemblent sous les Halles de la ville afin de discuter de la suite des événements. Un comité de grève est élu avec 6 femmes sur 15 membres, afin de négocier avec les représentants du patronat. Les sardinières, qui ont été rejointes par des soutiens locaux et nationaux, représentent 73 % des grévistes. La parole politique se libère chez les femmes. Alors que le patronat refuse de céder aux demandes des sardinières, de nombreux affrontements ont lieu. La tension est à son apogée lorsqu’ils font venir des briseurs de grève. Ces derniers provoquent un affrontement avec le maire de Douarnenez qui luttait aux côtés des sardinières. Finalement, le patronat doit céder et les sardinières obtiennent une hausse de salaire, le paiement des heures supplémentaires ainsi que celui des heures effectuées la nuit. Leur syndicat est aussi reconnu. Les sardinières se réjouissent alors d’avoir installé un nouveau rapport de force avec le patronat.

Les solidarités locales




Sardinières DouarnenezEn 1921, Sébastien Velly est élu maire de Douarnenez qui devient la première ville communiste en France. C’est, entre autres, ce fait majeur qui a permis aux femmes de lutter pendant six semaines. En effet, la mairie devient un appui politique de première importance, ce qui n’est pas négligeable lorsqu’on sait que les sardinières vont entamer un rapport de force avec le patronat. En 1924, Daniel Le Flanchec, une forte personnalité, est à la tête de la mairie de Douarnenez. Ce dernier soutient les travailleuses en s’engageant à leur côté pendant la grève. Il est même blessé lors de l’altercation avec les briseurs de grève. Les sardinières bénéficient d’une autre solidarité : les marins-pêcheurs qui les rejoignent dès le début de la grève. De plus elles occupent un poste clé dans la chaîne de la vente du poisson. Sans elles, les pêcheurs ne peuvent plus travailler, car le poisson ne sera pas conservé. Et, sans elles, ce dernier ne peut pas être vendu. Elles ont très bien compris leur rôle et pendant six semaines la grève paralyse l’économie de la ville qui ne vit que des ressources halieutiques.

Les solidarités nationales




Sardinières DouarnenezLa grève à Douarnenez prend très vite des proportions qui dépassent le cadre de la commune puisque des grèves de soutien ont lieu sur tout le littoral breton. Les sardinières reçoivent le soutien d’ouvriers, de syndicalistes, de politiques ou de simples citoyens touchés par leur lutte. Des dons et des aides, comme de la nourriture, sont envoyés d’un peu partout en France. Des responsables syndicaux nationaux ou encore des membres du Parti communiste rejoignent Douarnenez pour soutenir les grévistes et leur apporter leur expérience. Le député et directeur de l’Humanité Marcel Cachin vient soutenir le mouvement sur place, à l’Assemblée ou encore à travers des articles dans son journal.

Les sardinières de Douarnenez : un symbole



Les sardinières sont passées à la postérité comme un symbole de lutte et de modernité. Au lendemain de la grève, une sardinière se démarque de la foule des grévistes, car elle est veuve et n’a donc pas de mari qui pourrait l’empêcher de se présenter aux élections : Joséphine Pencalet. Cette dernière figure alors sur la liste du maire sortant, Daniel Le Flanchec, lors des élections municipales. Malgré une victoire au premier tour, elle ne pourra participer aux délibérations du conseil municipal que quelques mois : son élection sera invalidée par le Conseil d’État au motif qu’elle est une femme (les femmes n’obtiendront le droit de vote en France qu’en 1945 soit 20 ans plus tard). Sans aucun soutien de son parti, elle retourne alors à sa condition de simple ouvrière avec amertume et le sentiment d’avoir été manipulée : pourtant, on se souviendra d’elle comme de la première femme élue en Bretagne. Les sardinières de Douarnenez deviennent un symbole des luttes pour les droits de la femme et contre le patronat. Elles font partie intégrante de l’identité de Douarnenez, ville longtemps marquée par les luttes de classes et les élections successives de maires communistes, ce qui lui vaudra, un temps, son surnom de « ville rouge ».

Les sardinières de Douarnenez, Joséphine Pencalet (1886-1972), Penn Sardin, Douarnenez, Finistère, luttes sociales


Joséphine Pencalet


« Merc’hed Douarnenez a gane brav. Mouechou skiltr a n’eus, mouechou uhel. Glebor ar mour na rouilh ket o mouezh. » (Hor yezh, 1979.)

« Les femmes de Douarnenez chantent bien. Elles ont la voix aiguë, la voix haute. L’humidité de la mer ne rouille par leur voix. » (Tud ha bro, 1982.)

La chanteuse locale Claude Michel a consacré plusieurs albums à la reprise des chansons des sardinières de Douarnenez




Sources :

Témoignages et portraits des sardinières de Douarnenez dans : MARTIN, Anne-Denes, Les ouvrières de la mer. Histoire des sardinières du littoral breton, Paris, L’Harmattan, 1994.

Documentaire sur Joséphine Pencalet, sardinière et première femme élue en Bretagne en 1925 : Joséphine Pencalet, une pionnière, réalisé par Anne Gourou, 2015.

Sur l’histoire de Douarnenez : BOULANGER, Jean-Michel, Douarnenez de 1800 à nos jours : Essai de géographie historique sur l’identité d’une ville, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2000.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Florage



Messages : 162
Date d'inscription : 13/01/2017

MessageSujet: Re: FEMMES au TRAVAIL dans le MONDE, histoire et actualités en photos et documents : des IMAGES à une THÉORIE de la RÉVOLUTION FÉMINISTE COMMUNISTE ?   Mar 7 Fév - 14:07



2017

Citation :
Pour lutter contre les inégalités entre les femmes et les hommes dans les postes de responsabilité, un décret de juillet 2011 contraint les grandes entreprises à nommer au moins 30% de femmes dans leurs conseils d'administration : ceux-ci n'en comptent alors que 7%. Quelques mois plus tard, la loi Sauvadet promeut le même objectif pour les cadres dirigeant.e.s de la fonction publique : on dénombre alors 10% de préfètes et ambassadeures ou encore 5% des procureures générales. Le moins que l'on puisse dire est que l'Etat ne donne pas l'exemple. Pas plus d'ailleurs que le ministère du Travail et des Affaires sociales : à l'inspection du Travail - chargée de faire appliquer les lois protégeant les salarié.e.s - on ne recense alors qu'une seule directrice régionale, soit 5% du corps, et aucune inspectrice générale.

Mais comment en sommes-nous arrivé.e.s là ?

L'histoire de la place des femmes à l'inspection du Travail permet de comprendre comment, sur le long terme, les professions ont été organisées en y distinguant des tâches masculines et des tâches féminines. Autrement dit, comment se sont articulées des hiérarchies genrées où, toujours, le masculin est supérieur au féminin, où, très longtemps, il a semblé impossible qu'une femme domine des hommes en les dirigeant. Les femmes actives reviennent de loin, tant il est vrai qu'une femme en plus, c'est bien un homme en moins.



Cet ouvrage est la suite de L'Inspection du Travail au féminin, 1878-1974. Itinéraires et statuts
Sylvie Schweitzer 1 Anne-Sophie Beau 1 Florent Montagnon 1 Fabrice Flore-Thébaut 1 Mathieu Perrin 1 Sophie Lagnier 1  

Citation :
La loi de 1892 qui scelle la professionnalisation de l'Inspection du travail — avec un concours de recrutement national, la rémunération des inspecteurs et inspectrices par le Ministère — n'organise pas exactement le même métier pour les Inspecteurs que pour les Inspectrices. Si la rémunération est convenue identique (ce qui n'est pas le cas dans l'enseignement), par contre les lieux d'exercice diffèrent ; ainsi seuls les Inspecteurs peuvent visiter des ateliers comprenant une majorité d'hommes et/ou des machines et ce n'est qu'en 1932 qu'une épreuve technique est incluse dans leur concours. Lors des conflits et des arbitrages du Front populaire, l'activité des inspectrices montre qu'elles sont confinées dans des secteurs à main-d'œuvre très féminine et où dominent les petites entreprises.

Par ailleurs, les femmes sont, par le texte de la loi de 1892, exclues de la promotion, puisque seuls les Inspecteurs peuvent accéder au grade d'Inspecteur divisionnaire, c'est-à-dire celui de la responsabilité et du commandement sur les autres.

Jusqu'à la Seconde guerre mondiale, pour ces quelques dizaines d'inspectrices, les recrutements sont rares, les concours féminins s'ouvrent rarement (tous les six ou sept ans) et la concurrence y est rude. De fait, le recrutement est plus compétitif aux inspectrices qu'aux inspecteurs ; les centaines de candidates qui se présentent pour sont bien plus diplômées que leurs confrères et font même partie des « pionnières » pour l'acquisition des diplômes de l'enseignement supérieur. La hauteur de leurs diplômes correspond à celle des maris et des pères: une moitié de ces femmes sont filles et épouses d'industriels, de négociants, d'hommes des professions libérales où dominent les médecins. Si ces Inspectrices sont des femmes actives, elle ne travaillent donc pas par nécessité financière, ni par désœuvrement familial (elles sont mères de famille pour les deux tiers d'entre elles), mais bien par souci d'équité sociale et/ou de réalisation individuelle.

À partir de 1946, avec la mise en place du Statut de la fonction publique et surtout de 1974, avec la mixité des concours de recrutements des fonctionnaires, des mutations égalitaires s'organisent. À partir de 1946, les circonscriptions deviennent mixtes, les Inspectrices peuvent organiser la mobilité géographique qui permet la promotion. Pourtant, même si les textes du Statut énoncent l'égalité, les Inspectrices n'accèdent toujours pas aux grades qui autorisent la prise décision et l'autorité sur les autres, en particulier comme directeur régional du travail : il faut attendre 1974 pour que leurs carrières commencent à être comparables à celles de leurs collègues masculins. 1974 est aussi la date de la fusion des corps de l'Inspection, avec l'intégration des Inspecteurs de l'Agriculture et des Transports, où les femmes étaient toujours interdites de concours de recrutement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patlotch



Messages : 359
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: FEMMES au TRAVAIL dans le MONDE, histoire et actualités en photos et documents : des IMAGES à une THÉORIE de la RÉVOLUTION FÉMINISTE COMMUNISTE ?   Dim 16 Juil - 20:49


Ford et Kollontaï

Dolores Hayden, 1981, Revue Période 2017

Au XXe siècle, l’oppression des femmes a trouvé dans la banlieue pavillonnaire son allégorie et son espace de prédilection. Alors qu’en Union Soviétique, Kollontaï lutte pour libérer les femmes du travail domestique, aux États-Unis, Ford invente le modèle économique qui les enferme dans le statut de consommatrice et de gestionnaire avisée du foyer. À travers la généalogie de cet enfermement, c’est l’histoire longue des luttes pour la socialisation du travail domestique que met au jour Dolores Hayden.


Citation :
La peur des rouges et les femmes

Quoiqu’elle fut experte dans la construction de coalition, Ethel Puffer Howes ne su jamais vraiment reconnaître ses ennemis ni comprendre qu’eux aussi formaient des alliances. Convaincue que de nombreux pans de la société étaient favorables à une réforme domestique, elle luttait pour rendre l’ensemble du réseau de soutien plus large que la somme des spécialités individuelles telles que la gestion efficace de la maison, l’amélioration du logement, les services adéquats de garde d’enfants ou l’orientation professionnelle spécialisée pour les femmes. Parmi les groupes qu’elle avait atteint, les conseillers en économie, les experts du logement, de la garde d’enfant ou de l’orientation professionnelle, il y avait un réel engagement pour aider les travailleuses à satisfaire leurs besoins. Mais, dans le contexte américain des années 1919-1920 marqué par la Peur des rouges, les groupes de femmes firent l’objet de virulentes attaques qui persistèrent jusqu’aux années 1980.

Le tristement célèbre réseau en toile d’araignée, une liste d’activistes et d’organisations féministes, se diffusait comme de la propagande par le biais du Département de la Guerre, discréditait des groupes de femmes modérés comme la General Federation of Women’s Club, la Woman’s Christian Temperance Union, la Young Women’s Christian Temperance Union, la American Home Economics Association, la American Association of University Women, la League of Women Voters, et d’autres organisations civiques, religieuse et politique de femmes. Cela représentait pour eux une partie du « réseau rouge » visant à détruire l’Amérique à travers le pacifisme et le socialisme.

Le Women’s Joint Congressional Commitee (WJCC), un groupe inter-organisationnel de lobbying de femmes à Capitol Hill, avait été très menacé par ces attaques, qui accusaient les membres de l’organisation d’être des sympathisants de la victoire des Bolcheviks de 1917 en Union Soviétique, et laissaient penser que le WJCC avait été infiltré par les « Rouges ». La coopération non partisane entre les femmes Démocratiques et Républicaines, dirigé par le vice-président du National Party Hariet Taylor Upton of Warren, Ohio et Emily Newell Blair of Carthage, Missouri, a été accusée d’une habile tentative d’exploitation de la trésorerie du parti afin de faire chuter l’appareil du parti en faveur de l’influence soviétique.

Le Dearborn Independant, publié par Henry Ford, dirigeait l’organigramme de la toile d’araignée et fit paraître des articles affirmant que les femmes américaines qui s’étaient organisées entre femmes actives et avaient exigées des allocations de maternité pour les mères et les enfants, étaient sous les ordres d’Alexandra Kollontaï à Moscou. Alexandra Kollontaï, première Commissaire du peuple pour le Bien-être Public et dirigeante du Zhenotdel (section des femmes au Comité Général Central) en URSS, était une militante expérimentée et une des figures féministes du bolchevisme. Le Président de l’Association Nationale des Manufacturiers réaffirma cette crainte dans un discours donné à la conférence du Département du Travail sur les femmes actives en 1926, où il déclarait que « Madame Kollontaï, dont le quartier général est à Moscou mais dont la paroisse est le monde, exerce une très grande influence, si ce n’est une influence majeure » sur certaines activités des organisations de femmes américaines. (Il ajouta, de façon calomnieuse, que Kollontaï vivait avec son huitième époux !). Des attaques similaires furent menées par les membres des Woman Patriots, une organisation active dans la « Peur des Rouges » dont le journal, The Woman Patriot, était « dédié à la défense de la Famille et de l’État contre le Féminisme et le Socialisme ».

L’influence de Kollontaï aux États-Unis étaient largement surestimée, mais les dirigeants de l’Union Soviétique n’affichaient pas moins leur intention de développer des politiques de maternité et d’assurance pour lestravailleuses afin de socialiser le travail domestique, et annonçaient qu’un tiers des nouveaux logements qui devaient être construits en Union Soviétique dans les années 1920 serait équipé de nurseries et de cuisines communes ; ceci suscitait une crainte réelle parmi ceux qui pensaient que la place de la femme était à la maison. Lénine, en 1919, soutenait que « en raison de son travail à la maison, la femme reste dans une position difficile. Pour rendre son émancipation complètement effective et faire d’elle une égale de l’homme, il est nécessaire de socialiser le travail domestique et que les femmes participent au travail commun productif. Ensuite, les femmes pourront avoir la même place que les hommes ».

Les nouvelles institutions développées après la Révolution Bolchevik, comme les cuisines et les crèches d’usine, avaient permis aux femmes soviétiques d’entrer dans la force de travail rémunérée en nombre croissant, mais la valeur des compétences que possédaient les femmes et l’importance de ces compétences pour la qualité de vie de l’ensemble des travailleurs étaient ignorées. Lénine croyait que « le plus souvent, les tâches ménagères sont le travail le plus improductif, le plus barbare et le plus ardu que puisse faire une femme. Il est très insignifiant et ne comprend pas, en aucune manière, ce qui devrait favoriser le développement de la femme …». S’il était prêt à transformer les femmes en ouvrières d’usine payées, il n’avait cependant pas l’intention de donner aux hommes la responsabilité de la garde des enfants. Il a déclaré : « Nous mettons en place des établissements modèles, des salles à manger et des crèches, qui émanciperont les femmes des tâches ménagères. Et le travail d’organisation de toutes ces institutions reposera principalement sur les femmes. »

Enflammés par l’idée d’un soutien gouvernemental en faveur de l’intégration des femmes à la main-d’œuvre rémunérée, les pourfendeurs des Rouges qui s’en prenaient aux féministes américaines ne voyaient pas que leur mouvement avait peu de liens avec Lénine, Kollontaï et l’URSS. Même les hommes et les femmes communistes de la Worker’s Cooperative Colony dans le Bronx n’étaient pas particulièrement bien informés sur le développement de logements soviétiques. La tradition féministe matérialiste américaine, défendant l’indépendance économique des femmes et le travail domestique socialisé, était de tradition indigène et radicale et s’appuyait sur le socialisme communautaire, l’anarchisme, l’amour libre et le féminisme. Ceci accentua la coopération locale, volontaire et l’organisation de coopératives de consommateurs et de producteurs. Bien que quelques conseillers en économie domestique proposèrent des services municipaux pour les travailleuses, la mise en place de services nationaux centralisés ne fut jamais envisagée, sauf dans les romans utopiques d’Anna Bowman Dodd et de Edward Bellamy.

Néanmoins, en 1919 et 1920, l’argument soviétique selon lequel les femmes devaient être considérées d’abord comme des travailleuses et ensuite comme des ménagères déclencha la crainte des industriels et des hommes d’affaires américains, qui croyaient que l’inclusion permanente d’un plus grand nombre de femmes dans la main-d’œuvre rémunérée détruirait l’économie américaine. Ils avaient vu des travailleuses et des travailleurs noirs dans de nouveaux emplois en période de guerre (remplaçant les soldats) ; ils croyaient que les femmes utiliseraient le bulletin de vote pour changer l’équilibre économique et politique du pouvoir en Amérique. A la même époque, l’agitation sociale grandissait parmi les travailleurs blancs. En 1919-1920, une vague de grèves et de manifestations impliquant plus de quatre millions de travailleurs et un certain nombre de manifestations d’anciens combattants au chômage convainquirent de nombreux politiciens et hommes d’affaires que la croissance et la prospérité des États-Unis reposaient sur l’exclusion des femmes de la population active et sur la construction de logements qui n’avaient pas grand chose à voir avec les alternatives collectives prônées par les Bolcheviks et les féministes matérialistes.

Les industriels commencèrent alors à élaborer la stratégie consistant à offrir, moyennant des prêts hypothécaires, aux travailleurs qualifiés blancs de petites maisons de banlieue, de manière à consolider l’ordre industriel. L’Industrial Housing Associates, la firme planificatrice qui publia Good Homes Make Contented Workers en 1919, expliquait aux clients industriels que « La constance du bonheur des travailleurs signifie de plus gros profits, alors que des travailleurs malheureux ne sont jamais de bons investissements ». Et de continuer: « Une large diffusion de la propriété favorise des habitudes stables et conservatrices. […] L’homme possède sa maison mais dans une certain sens la maisons le possède, contrôlant ses pulsions inconsidérées […]. » Ou, comme un autre officiel le formula: « Faites-leur investir leur épargne dans l’achat de maisons. C’est le meilleur moyen de les empêcher de partir ou de faire grève. Cela les implique dans notre prospérité ». L’ensemble de ces déclarations reflète les attitudes affichées par le National Civic Federation of America, une association dédiée à la résolution à l’amiable des conflits entre capital et travail.

Si l’idée de considérer les hommes comme des « propriétaires de maison » semblaient bonne aux yeux des employeurs, les femmes avaient aussi besoin d’une identité – pourquoi pas celle de « gestionnaire de maison » promue par Lillian Gilbreth (très proche de celle de femme au foyer « professionnelle » ou de « ministre de maison » mise en avant par Catharine Beecher en 1869). Les femmes en tant que « gestionnaires de maison » pourront mettre en œuvre les meilleurs moyens pour que « les propriétaires de la maison » continuent de fonctionner comme des travailleurs consciencieux, des époux, et des frères. Mais Christine Frederick proposa un bien meilleur terme à la fin des années 1920. Monsieur le Propriétaire de la Maison pourrait se marier à « Madame la Consommatrice ». (Là aussi, Catharine Beecher avait ouvert la voie, en suggérant que les « dépenses superflues » feraient tourner l’économie américaine dans les années 1870.) C’était un petit pas vers la définition de la consommation comme « devoir patriotique », mieux : comme devoir patriotique féminin.

La Peur des Rouges fut une période pendant laquelle les conservateurs soulignèrent l’importance politique du rôle des femmes. La tentative de Lénine et de Kolontai de promouvoir la production industrielle comme un acte patriotique pour les femmes était analogue à la tentative de Henry Ford et de Christine Frederick de promouvoir l’acte patriotique de la consommation. La « maison commune » soviétique et les maisons de banlieue américaines s’opposaient sur la scène qui devaient accueillir ces rôles. (En ce qui concerne la technologie et la conception du logement, l’Union soviétique en était au même stade que les États-Unis au milieu du 19è siècle, ce qui explique peut-être la notion simplificatrice de la vie sociale domestique socialisée que Lénine et beaucoup d’architectes soviétiques ont avancé.)

Aux États-Unis, deux spécialistes en économie domestique, Lilian Gilberth et Christine Frederick, devinrent les idéologues du pavillon de banlieue anti-féministe et pro-consommation. Dans son ouvrage, Household Scientific Management in the Home, publié en 1920, Frederick essayait d’appliquer les idées de Frederick Taylor sur l’organisation scientifique du travail à la vie domestique. Bien que cela fut impossible, puisque l’organisation scientifique du travail repose sur la spécialisation et la division des tâches alors que le travail domestique présente un caractère essentiellement isolé et non spécialisé, Frederick et Gilberth élaborèrent tous deux un ensemble surréaliste de procédures grâce auxquelles la femme pourrait « gérer » son propre travail « scientifiquement », à la fois comme dirigeante et exécutante. Entreprises et agences de publicité engagèrent alors Frederick et Gilberth comme consultants, afin qu’ils mettent ces schémas de gestion pseudo-scientifique au service de la promotion de leurs produits, et finalement Frederick fit de la vente auprès de la clientèle féminine une spécialité.

En 1928, dans Selling Mrs. Consumer, dédié à Herbert Hoover et adressé aux dirigeants commerciaux et aux publicitaires, Frederick développa des techniques publicitaires visant ce qu’elle appelait la suggestibilité, la passivité des femmes et leurs « complexes d’infériorité ». Elle soutenait l’objectif industriel « d’obsolescence programmée » et proposa la création de crédit à la consommation et de prêt immobilier pour les jeunes couples. Les unités de logement ne représentaient pas pour elle des refuges, mais plutôt des possibilités de vente infinies. Elle décrivit pudiquement les 5000 « nids » construits quotidiennement et encouragea les publicitaires à se tourner vers les jeunes mariés.

Les jeunes couples et le mariage sont d’un intérêt direct et vital pour les affaires. Chaque jour ouvrable, on construit environ 5000 nouvelles maisons; de nouveaux « nids » apparaissent et de nouvelles familles s’y installent […] La fondation d’un foyer et son aménagement représentent un atout industriel majeur aux États-Unis […].


Ces phrases portent témoignage de la corruption finale des spécialistes en économie domestique, qui ne représentaient pas les intérêt des femmes mais ceux des dirigeants d’entreprises en manipulant les femmes, leurs maisons et leurs familles.

Comme Frederick le dit, « Je n’ai jamais été capable, en tant que spécialiste en économie domestique, de me détacher du besoin de comprendre l’économie des entreprises. De même que la relation capital-travail a été grandement améliorée en Amérique par la reconnaissance de leur unité, la relation commateur-distributeur-producteur sera améliorée par leur étude mutuelle. » Elle appela « consumérisme » la « brillante idée que l’Amérique doit donner au monde, l’idée que les hommes actifs et les masses ne doivent plus être simplement vus comme des travailleurs et des producteurs, mais aussi comme des consommateurs. Plus vous les paierez, plus vous vendrez, plus l’équation sera prospère. »

Sous l’administration Hoover, l’épouse de l’homme actif acquis une nouvelle identité, celle de Madame la Consommatrice. La conférence de Hoover sur la Construction de Logement et la Propriété Immobilière en 1931 plaça le soutien du gouvernement au service d’une stratégie nationale d’accession à la propriété pour les hommes « de caractère et aux habitudes laborieuses ». Ce projet réussit à mobiliser ceux qui s’opposaient auparavant aux bidonvilles et même certaines féministes comme Ethel Puffer Howes, qui écrivit un « rapport minoritaire » sur les services communautaires. Mais il fut principalement soutenu par les entreprises soucieuses de vendre des voitures et des biens de consommation, les spéculateurs et les promoteurs immobilier. C’est à leur côté que Lilian Gilberth et Madame Henry Ford prirent siégèrent au comité de planification.

Cinquante dollars pour la meilleure réponse

Malgré leur volonté de servir le commerce et le gouvernement, qui les conduisait à l’anti-féminisme, Christine Frederick et Lilian Gilberth ne furent pas été repoussées par le mouvement des femmes. C’est ainsi qu’en 1923, Carrie Chapman Catt demanda à Frederick d’organiser et d’évaluer un concours de rédaction sur le thème de « l’avenir du foyer américain ». Catt, suffragette de longue date, avait dirigé la National American Women Suffrage Association jusqu’à la victoire de 1919 et de 1920.  Elle transforma l’organisation en League of Women Voters, et son journal, The Woman’s Journal lancé en 1870 par Mary Livermore et Lucy Stone devint sous sa direction le Woman Citizen. Pendant un demi-siècle  The Woman’s Journal avait couvert diverses expérimentations dans des ménages coopératifs de toutes sortes, de la société de Mélusina Peirce au quadrilatère de Letchworth Garden City. Ses éditeurs avaient souligné l’importance de la réorganisation du foyer pour améliorer le travail des femmes. Cependant, Catt et la ligue avaient été mises à l’index comme « organisation de propagande » par la Peur des Rouges, et, subissant les mensonges diffusés par les Woman Patriots, elle ne parvint pas à réduire les conséquences que ces tactiques de dénigrement eurent sur le mouvement des femmes organisé. Les raisons qui l’ont amené à choisir Frederick pour organiser et juger le concours de Woman Citizen ne sont pas claires.  Il eu lieu la même année où Ethel Puffer Howes dirigeait son concours sur le « Cooperative Home service» dans Woman’s Home Companion, mais transmettait un tout autre message.

Le concours commençait avec un article sur « Woman’s Oldest Job », le 10 Février 1923, qui demandait:

Quel est le futur du foyer américain ? Doit-il être révolutionné à cause du manque d’aide pour les ménages ? L’épouse et la mère des futures générations devront-elles accomplir toutes les tâches domestiques sans l’aide de dispositifs mécaniques ? La coopération ménagère est-elle une réponse ? Ou les repas seront-ils servis dans les maisons individuelles depuis des cuisines centralisées ? La marée de travail qui est sorti de la cuisine devra-t-elle y retourner ?

Les éditeurs avaient inclus quatorze questions, et dédiaient sept des quatorze questions aux domestiques, sur leur disponibilité, leurs coût et conditions de travail. Ils listaient ensuite les lignes d’attaque du problème : d’abord, la simplification des tâches domestiques, pour « découvrir jusqu’où peut aller une femme pour résoudre tous les problèmes par elle même » ; ensuite, des solutions collectives, qu’ils appelaient « allègement … pour la ville, chambres d’hôtel, avec les repas servis dans la salle à manger ; dans certaines communauté, une salle à manger commune maintenue comme une sorte de club communautaire : développement du système de livraison des repas, déjà cuisinés jusqu’au domicile. » La troisième tactique consistait à changer le statut économique et social du travail domestique, notamment par l’introduction de la journée de huit heures et le développement de stages de formation spécifiques pour les travailleurs domestiques. Le ton des recommandations que Frederick adressait aux participants au concours variait d’une solution à l’autre: la première était prudemment recommandée, la seconde écartée en douceur, et la troisième vigoureusement soutenue.

Pendant six mois, le Women Citizen publia des articles et des appels à concours rédigés par Frederick. Elle y privilégiait le bon service à domicile journalier sur le travail domestique de résidents. « The Eight Hour Day at Home » était accompagné d’un éditorial de soutien, « How Shall We Dignify Housework? », lequel fut suivi par un article intitulé « Help Wanted-Why »  où l’on pouvait lire qu’il fallait « préserver à tout prix l’aide à domicile ». « Le travail domestique – un privilège » soutenait que les jeunes femmes devaient préférer travailler comme servante dans des familles recommandables plutôt qu’être exploitées par une « entreprise sans âme ». Les articles qui reçurent des prix étaient : premièrement, « Idéaux Commerciaux à la Maison » ; deuxièmement, « Travail d’équipe pour le plus vieux métier de la femme » et troisièmement, « Le problème du travail domestique sans aide ». Le lecteur devait conclure qu’une ménagère de bonne condition pouvait résoudre ses problèmes grâce aux « idéaux commerciaux », en payant une aide domestique 16 dollars par semaine de quarante huit heures, avec des congés payés pour les domestiques deux semaines par an, en fournissant un rendez-vous médical et des uniformes aseptisés (blanchis sur le temps libre des employé, cependant). Une ménagère moins favorisée devrait quant à elle compter sur le « le travail d’équipe familial dirigé par la maîtresse de maison  » ou sur le plaisir « sans aide » d’une cuisine conçue pour effectuer des tâches « variée ». Ces compromis étaient complètement liés à la classe sociale : si vous étiez riches, vous pouviez compter sur votre aide à domicile comme un patron sur ses employés ; si vous ne l’étiez pas, il ne vous restait qu’à mobiliser vos enfants ou à compter sur ce « nouveau domestique » qu’est la technologie pour vous tenir compagnie dans la cuisine.

Une « aide » d’origine inattendue

Afin d’atteindre le premier objectif, obtenir dans la mesure du possible des domestiques « qualifiés » ou « professionnels », Women Citizen exerça des pressions pour augmenter les aides gouvernementales à la formation de femmes, oubliant au passage le rôle sexuel stéréotypé auquel on le condamnait ainsi. Les membres du journal  saluèrent « Help for Homemakers, with the Government’s Compliments » en 1924, qui décrivaient les activités éducatives du Bureau d’Économie Domestique du Ministère de l’Agriculture. Ils étaient particulièrement heureux de saluer ce qu’ils appelaient la « prise en charge du problème du travail domestique », de la National Association of Wage Earners à Washington, D.C., où Nannis H. Burroughs mit en place un centre visant à former les travailleuses noires pour en faire des domestiques.

Les éditeurs du Citizen commentèrent, « Jusqu’à présent, en l’état actuel de nos connaissances, il n’y a pas eu d’effort conscient direct de la part des femmes de couleur pour résoudre le problème des tâches domestiques. En prenant en compte, le faible nombre de femmes blanches, qui forment la majorité des employeurs, ce type d’organisation mérite nos compliments ». Le racisme affiché était extraordinaire : les éditeurs croyaient évidemment que seules les femmes blanches de classe moyenne avaient « un problème avec les tâches ménagères », et que les femmes noires pouvaient les aider à les résoudre. Le problème des « tâches ménagères » pour les femmes noires était invisible. Les femmes blanches pouvaient se plaindre des fonctions préoccupantes de leur ménage, mais c’était à leurs employées de les résoudre, en plus des leurs.

Participation masculine ?

Le Citizen a publié trois essais de nature légèrement différente, suggérant quelques solutions et compromis domestiques. L’un était une discussion au sujet des écoles maternelles communautaires. L’autre était le « Fifty-Fifty Wives » de Mary Alden Hopkins, qui décrivait les difficultés du partage des tâches domestiques avec les époux éprouvées par des femmes qui occupaient un emploi, mais qui concluait que mettre les hommes au travail domestique était tellement difficile qu’« une femme subvenant à ses besoins, qui veut garder son travail et tenir sa maison doit aller jusqu’à sacrifier son sens du sacrifice. » L’auteure de « Housekeeping – A Man’s Job » arrivait à des conclusions différentes, décrivant ses discussions avec un homme spécialisé en science domestique qui avançait que de plus en plus de ménages allaient fonctionner comme une entreprise dirigée par des hommes. C’était précisément là la solution que Melusina Fay Peirce, Mary Livermore et Charlotte Perkins Livermore craignaient de voir adoptée par les capitalistes hommes, une fois qu’elle se serait avérée inévitable et rentable. Marie Clotilde Redfern observait quant à elle certains jeunes couples où les membres masculins semblaient prêts à partager les tâches : « Le mari et la femme commencent leur journée en même temps, lui au bureau, elle au gouvernement ou à un autre travail de ce type, et quand ils rentrent chez eux, au environ de cinq heure de l’après midi, ils se mettent ensemble à la préparation du repas et dînent ensemble. Mais pas d’enfant! Aucun de ces jeunes couples n’a d’enfant. » Une autre série de compromis se trouvait ainsi été exposée ; les femmes pouvaient avoir une carrière et une vie de famille si elles refusaient d’avoir des enfants ou si elles effectuaient les tâches domestiques sans se plaindre ; les femmes pouvaient demander aux hommes de pourvoir le ménage en nouveaux biens et service, à condition de laisser les capitalistes en contrôler la qualité et le prix.

En retraçant les débats sur les tâches ménagères et la gestion des enfants à travers les politiques domestiques exprimées dans ce journal, nous pouvons prendre la mesure des pressions auxquelles les féministes matérialistes devaient faire face. Les alliances que les promoteurs du travail domestique socialisé avaient tenté de forger avec les dirigeants des domaines de l’économie des ménages, du logement, de l’éducation des enfants ou de la technologie domestique firent long feu. L’économie des ménages se déplaça vers la formation de domestiques « qualifiés » ou des « épouses sans aide », l’éducation des enfants fut abandonné à la mère comme un fardeau qu’elle devait porter seule, la technologie domestique fut développée à l’échelle privée plutôt que communautaire, les hommes furent exemptés de toute corvée ; et on conseilla à la travailleuse d’accepter deux emplois, l’un au bureau ou à l’usine et l’autre à la maison ; la carrière professionnelle fut promue au détriment de la maternité. Les « gagnants » de ce concours étaient sélectionnés de façon à ce que les femmes ne puissent jamais gagner. La revendication, portée par les féministes matérialistes depuis les années 1840, de l’indépendance économique des femmes et de la socialisation du travail domestique était sur le point de disparaître de l’espace public.

Les grands projets de Frederick et ceux des industriels et des experts en marketing pour lesquels elle travaillait durent attendre une quinze d’années de dépression et la fin de la guerre pour voir leur heure sonner. Mais les régressions sur la question domestique dont l’après seconde Guerre mondiale fut le théâtre renvoyait mot pour mot aux arguments qu’elle avait avancés. Ce que Betty Friedman devait appeler la « mystique féminine » et que Peter Filene décriva plus précisément comme une « mystique domestique » traversa la fin des années 1940, 1950 et 1960: dans des dizaines de millions de logements de banlieue pavillonnaires, financés par des prêts immobiliers et meublés grâce au crédit, les hommes se voyaient comme des « propriétaires » et les femmes comme des « gestionnaires » de maison. Lorsque la nouvelle génération de féministes composée d’enfants issus de ces familles apparu, elle porta une revendication puissante: la fin de la division sexuelle du travail domestique. Mais ces nouvelles féministes, qui essayaient de partager l’éducation des enfants et les tâches ménagères avec les hommes, ne comprenaient pas l’histoire que cachait l’environnement domestique qu’elles habitaient.

Elles prenaient pour acquis les maisons avec trois chambres et les cuisines équipées; elles ignoraient tout des générations précédentes d’opposition féministeau foyer isolé. Elles ne connaissaient rien de la Peur des Rouges, et n’avaient jamais entendu parler d’Alexandra Kollontaï, de Melusina Fay Peirce, ou même de Charlotte Perkins Gilman. Mais dans chaque journaux, chaque émission télévisée, chaque magasine féminin, elles se trouvaient confrontées à Madame la Consommatrice.

Texte originalement paru dans The Grand Domestic Revolution: A History of Feminist Designs For American Homes, Neighborhoods, and Cities, MIT Press, 1981.Traduit de l’anglais par Juliette Baqué
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patlotch



Messages : 359
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: FEMMES au TRAVAIL dans le MONDE, histoire et actualités en photos et documents : des IMAGES à une THÉORIE de la RÉVOLUTION FÉMINISTE COMMUNISTE ?   Sam 29 Juil - 9:34


Une compagnie minière sud-africaine a suspendu vendredi plusieurs dizaines de femmes qui ont “refusé de se déshabiller” dans le cadre d’une fouille menée par des gardes de sécurité de sexe masculin avant leur descente dans une mine d’or, a affirmé un syndicat de mineurs.



Citation :
Leur employeur, le groupe Sibanye Gold, a confirmé à l’AFP que 45 mineurs femmes travaillant dans la mine de Sibanye Gold Cooke à Westonaria (sud-ouest de Johannesburg) avaient été suspendues, mais a rejeté l’argument avancé par le syndicat. Elles ont été suspendues car soupçonnées d’avoir “aidé des mineurs illégaux”, a affirmé Sibanye.

Des fouilles ont révélé que les employées en question étaient en possession de nourriture, probablement destinée à des mineurs illégaux, a expliqué le groupe dans un communiqué.

Le Syndicat national des mineurs (NUM) a, lui, dénoncé l’attitude “inacceptable et déplorable” des gardes de sexe masculin qui obligent des femmes à se déshabiller pour les fouiller.

Cinquante-et-une femmes qui ont refusé de se soumettre à une fouille ont été “agressées et menottées avec des câbles” avant d‘être suspendues, a ajouté le NUM dans un communiqué.

Pour Sibanye, “les allégations de fouilles indiscrètes ne sont pas fondées” dans la mesure où les fouilles sont faites avec un scanner et qu’“aucun contact physique n’a lieu”.

Le groupe minier ajoute que les femmes sont fouillées par des personnes de même sexe, et qu’il en va de même pour les hommes.

En juin, NUM et Sibanye Gold avaient signé un accord interdisant le transport de nourriture dans les mines afin d‘éviter d‘éventuelles collusions entre employés et mineurs illégaux.

Depuis janvier, 123 employés ont été suspendus pour “avoir introduit clandestinement de la nourriture et d’autres produits de contrebande” pour aider des mineurs illégaux dans la mine de Cooke, selon Sibanye.

Un total de 665 mineurs illégaux ont aussi été arrêtés sur la même période, a précisé le groupe.

Des milliers de mineurs illégaux, souvent venus du Mozambique, du Zimbabwe et du Lesotho voisins, travaillent aujourd’hui au péril de leur vie dans des mines en Afrique du Sud, la plupart du temps désaffectées, dans le but de revendre quelques pépites d’or au marché noir.

L’exploitation minière de l’or a été pendant des dizaines d’années le fer de lance de l‘économie sud-africaine mais la production a décliné ces dernières années en raison d’un épuisement des réserves.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
FEMMES au TRAVAIL dans le MONDE, histoire et actualités en photos et documents : des IMAGES à une THÉORIE de la RÉVOLUTION FÉMINISTE COMMUNISTE ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 8 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
 Sujets similaires
-
» Premier mai Fête du travail dans le monde
» Le portage dans le monde
» 91 % des crimes d’honneur dans le monde sont commis par des musulmans
» Dans mon monde à moi, y a que des poneys [LGee G5]
» Les différentes formes d'immatriculation dans le monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PATLOTCH / CIVILISATION CHANGE / COMMUNISME, SEXE, et POÉSIE :: ENTRÉES THÉMATIQUES : CAPITALISME, MONDE, COLONIALITÉS... LUTTES :: 'FEMMES' & 'hommes'... Domination masculine -> machisme structurel et sociétal-
Sauter vers: