PATLOTCH / CIVILISATION CHANGE / COMMUNISME, SEXE, et POÉSIE

dans la DOUBLE CRISE du CAPITAL et de l'OCCIDENT, LUTTES COMMUNISTES, FÉMINISTES, DÉCOLONIALES et ÉCOLOGIQUES
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» COMMUNISME : chemins de traverse
Hier à 22:55 par Patlotch

» ÉCONOMIE POLITIQUE, quand tu nous tiens : et la CRISE ? NOUVELLE RESTRUCTURATION du CAPITALISME ?
Hier à 21:58 par Patlotch

» ALIÉNATION des INDIVIDUS, et CAPITALISME
Hier à 21:33 par Tristan Vacances

» sur l'OCCIDENT, son histoire, son concept, et sa CRISE
Hier à 20:01 par Admin

» 'PROGRÈS', SCIENCES, HUMAIN, SANTÉ et capital... TRANSHUMANISME et dés-humanité
Hier à 19:11 par Patlotch

» VA-SAVOIR : chronique à la com, la dialectique du quotidien en propotion magique
Hier à 16:07 par Patlotch

» MACRONISME, ÉTAT (français) et RESTRUCTURATION (mondiale) du CAPITALISME
Hier à 15:32 par Patlotch

» PROLÉTARIAT : je t'aime, un peu, beaucoup... à la folie... pas du tout ?
Hier à 15:18 par Patlotch

» Vers un MARXISME DÉCOLONIAL / des marxistes s'emparent de la pensée décoloniale
Hier à 13:48 par Patlotch

» DÉCOLONISER le MARXISME, l'ANARCHISME, l'ULTRAGAUCHE et la "COMMUNISATION"... Histoire et nécessité actuelle d'un clivage, pour en finir avec les dogmes universels eurocentrés
Hier à 13:29 par Patlotch

» DÉCOLONISER les ESPRITS, les SAVOIRS, les THÉORIES et les 'FAIRE' : CRITIQUE DE L'EUROCENTRISME y compris 'POST-COLONIAL'
Hier à 12:38 par Patlotch

» les "BLANCS" forment-il une 'race' à part ? Whiteness ? BLANCHITÉ ?... le COLORISME... le 'RACISME ANTI-BLANCS'
Lun 21 Aoû - 11:22 par Patlotch

» 9 - QUE SE PASSE-T-IL ? hypothèses et validations empiriques... Quelles contradictions, quelle dynamique historique ?
Lun 21 Aoû - 11:11 par Patlotch

» POPULISME de GAUCHE : CHANTAL MOUFFE et ERNESTO LACLAU théoriciens transclassistes, PÉRONISME... TONI NEGRI, ses ambiguïtés et les limites de l'OPÉRAÏSM
Lun 21 Aoû - 10:06 par Patlotch

» des MOTS que j'aime et d'autres pas
Lun 21 Aoû - 9:45 par Patlotch

» RACISMES : DES CHIFFRES
Dim 20 Aoû - 19:22 par Patlotch

» BIDONVILLES : SLUMS : BARRIOS DE TUGURIOS
Ven 18 Aoû - 11:27 par Patlotch

» DIALECTIQUE COMPLEXE et MÉTHODOLOGIE : DÉPASSEMENTS À PRODUIRE
Jeu 17 Aoû - 18:27 par Patlotch

» LA RÉVOLUTION vers LA COMMUNAUTÉ HUMAINE
Jeu 17 Aoû - 17:02 par Admin

» COMMUNISME(S), RELIGION(S), FOI, et RÉVOLUTION (étude)
Jeu 17 Aoû - 16:59 par Admin


Partagez | 
 

 COLLECTORS de série B, béate & Cie : à quoi bon la littérature et le 'mentir-vrai' (Aragon), quand 'le vrai est un moment du faux' (Debord) ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 6317
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: COLLECTORS de série B, béate & Cie : à quoi bon la littérature et le 'mentir-vrai' (Aragon), quand 'le vrai est un moment du faux' (Debord) ?    Mer 21 Déc - 23:03

Tristan Vacances a écrit:
Si vous permettez une remarque, vous aurez été, depuis des années que je vous lis, en meilleur ennemi de vous-même, le fossoyeur de vos meilleures idées que vous aurez contribué à ridiculiser.

vous n'êtes pas le premier à me le dire, ni le dernier à prétendre me donner, en la matière, des conseils. Il se trouve que même en toute inconscience, même bourré comme un coin, j'ai rarement dit ou fait quoi que ce soit que j'aurais eu à regretter par la suite. Le problème a toujours été de comprendre après coup pourquoi j'avais dit ou fait ceci ou cela, et j'en ai généralement trouvé une raison qui me convenait, sans qu'elle soit une justification après coup

autrement dit, le poète en moi, le spontané, l'improvisateur, a toujours été en avance sur celui, plus sage et raisonné, plus construit aux yeux de son entourage, qui en tirait ensuite la leçon

je peux dire qu'aucune idée nouvelle ne me sera venue par pur et simple raisonnement logique, mais en dormant, le sommeil étant une activité par laquelle je ne songe pas à m'enrichir autrement que de rêves, création individuelle s'il en est

j'ai trouvé récemment la technique infaillible pour produire des rêves qui me valent mieux que tout roman, film, ou quelconque spectacle produit par d'autres. Le seul problème est qu'ils ne sont plus au réveil accessibles à la mémoire, si bien que je ne peux pas faire bénéficier d'autres du bonheur éprouvé à créer ainsi des mondes parallèles, sans le moindre hallucinogène
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Tristan Vacances



Messages : 353
Date d'inscription : 21/12/2016

MessageSujet: Re: COLLECTORS de série B, béate & Cie : à quoi bon la littérature et le 'mentir-vrai' (Aragon), quand 'le vrai est un moment du faux' (Debord) ?    Mer 21 Déc - 23:33

Si je vous suis, vous n'êtes pas loin de penser avec Freud que le rêve est la voie royale d'accès à l'inconscient, et que les rêves expriment des désirs non réalisés dans la vie ? Mais dans ce cas, pensez-vous que les idées qui vous viennent "en dormant" sont la solution formulée d'un problème que vous n'auriez su résoudre par le raisonnement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Messages : 6317
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: COLLECTORS de série B, béate & Cie : à quoi bon la littérature et le 'mentir-vrai' (Aragon), quand 'le vrai est un moment du faux' (Debord) ?    Mer 21 Déc - 23:42

tout cela est vrai, du moins me concernant et selon mon expérience. Quant aux solutions trouvées à quelque problème qu'on a mis sur le métier de penser, parfois depuis des années, cette expérience est relatée par nombres chercheurs, poètes ou écrivains

c'est le simple fait, pour peu qu'on se soit concentré suffisamment sur quelque question, que le cerveau continue à travailler à notre insu pendant notre sommeil, il pense, il "écrit" même, ce qui pose le problème du relevé, donc de la mémoire immédiatement enregistrée par un quelconque moyen. J'ai toujours à proximité de quoi écrire dans le noir

cet aspect est assez différent des rêves créatifs de situations totalement inimaginables à l'état réveillé, sauf peut-être par quelques individus doués, dont furent rares quelques surréalistes, la plupart étant en matière de "rêve éveillé" de fieffés tricheurs

je dis ça comme quelqu'un qui n'a absolument aucune expérience des drogues, et qui pour ainsi dire n'en a jamais consommées, même de légères, étant par principe contre toute artificialité dans ma quête de la vérité. Le pinard c'est autre chose



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Tristan Vacances



Messages : 353
Date d'inscription : 21/12/2016

MessageSujet: Re: COLLECTORS de série B, béate & Cie : à quoi bon la littérature et le 'mentir-vrai' (Aragon), quand 'le vrai est un moment du faux' (Debord) ?    Jeu 22 Déc - 0:06

Est-ce à dire qu'il vous faut être saoul pour créer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Messages : 6317
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: COLLECTORS de série B, béate & Cie : à quoi bon la littérature et le 'mentir-vrai' (Aragon), quand 'le vrai est un moment du faux' (Debord) ?    Jeu 22 Déc - 0:09

non, pas du tout, c'est même de plus en plus rare. Parfois une légère ébriété peut être déclencheuse, mais ce n'est pas indispensable, je suis à même de recréer cet état sans alcool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Tristan Vacances



Messages : 353
Date d'inscription : 21/12/2016

MessageSujet: Re: COLLECTORS de série B, béate & Cie : à quoi bon la littérature et le 'mentir-vrai' (Aragon), quand 'le vrai est un moment du faux' (Debord) ?    Jeu 22 Déc - 0:11

Quel est pour vous le rapport, ou la proximité de situation, entre des états de création poétique et de résolution d'un problème théorique ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Messages : 6317
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: COLLECTORS de série B, béate & Cie : à quoi bon la littérature et le 'mentir-vrai' (Aragon), quand 'le vrai est un moment du faux' (Debord) ?    Jeu 22 Déc - 0:17

ces états, avec l'habitude, sont devenus très proches et quasi indiscernables car très emmêlés de percepts et d'affects, donc dans une relative unité de l'expression conceptuelle et poétique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Tristan Vacances



Messages : 353
Date d'inscription : 21/12/2016

MessageSujet: Re: COLLECTORS de série B, béate & Cie : à quoi bon la littérature et le 'mentir-vrai' (Aragon), quand 'le vrai est un moment du faux' (Debord) ?    Jeu 22 Déc - 0:21

Pourtant, contrairement à ce que vous avez affirmé sur la poétique devant tout exprimer, vous maintenez deux modes d'expression séparés, deux langages clairement différents...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Messages : 6317
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: COLLECTORS de série B, béate & Cie : à quoi bon la littérature et le 'mentir-vrai' (Aragon), quand 'le vrai est un moment du faux' (Debord) ?    Jeu 22 Déc - 0:25

c'est vrai, mais d'une part le faire, dans une sorte d'expression poétique de la théorie, serait incompréhensible (voyez Nietzsche et Zarathoustra, qui se prête à autant d'interprétations que de lectures), d'autre part tirerait la poésie à la poétisation du théorique, ce à quoi j'avoue ne pas toujours échapper

donc je maintiens deux formes d'expression, mais pour moi, c'est tout un, et dans les deux sens, du poétique vers le conceptuel, et inversement, via la quête du réel comme recherche d'une vérité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Tristan Vacances



Messages : 353
Date d'inscription : 21/12/2016

MessageSujet: Re: COLLECTORS de série B, béate & Cie : à quoi bon la littérature et le 'mentir-vrai' (Aragon), quand 'le vrai est un moment du faux' (Debord) ?    Jeu 22 Déc - 7:14

Je m'aperçois que je vous ai fait sortir complètement de ce sujet, j'en suis désolé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Messages : 6317
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: COLLECTORS de série B, béate & Cie : à quoi bon la littérature et le 'mentir-vrai' (Aragon), quand 'le vrai est un moment du faux' (Debord) ?    Jeu 22 Déc - 7:52

ça n'a pas, ou plus d'importance. Vous me posez des questions, je vous réponds, mais je suppose que vous ne vous êtes pas inscrit pour faire mon interview. Ce lieu n'a plus vocation à devenir le "livre-forum" que je me proposais de construire ici. Cette fonction est reprise par le livre électronique, au demeurant suspendu pour les raisons que j'ai dites

dans un forum, dès qu'une discussion s'engage, elle dérive, et souvent pour le meilleur. Les idées nouvelles ne surgissent pas dans l'ordre et le rangement des idées anciennes. Si plusieurs étaient venus discuter depuis un an, il aurait été impossible de tenir cette arborescence avec un nombre important mais limité de sujets. Chacun.e se serait mis à en ouvrir et le côté "livre" aurait été noyé

maintenant, l'important est de poursuivre dans un esprit de brainstorming une "tempête d'idées". Jusqu'ici, et plus encore depuis la disparition de Corinne Cerise, j'ai été contraint de faire en permanence le travail de distanciation et d'interrogation auto-critique. Il est plus difficile qu'on n'imagine de rompre avec ce à quoi l'on a cru un temps

vous débarquez et c'est très bien, sans avoir à rendre compte de votre passé, ou comme moi d'une cohérence entre les nombreux points que j'aborde. Les rares qui me font des critiques le font en privé, comme si j'en étais encore à attendre d'être suivi sur des bases désormais caduques. Cela n'a aucun intérêt, d'autant qu'ils le font sur des points de détails interprétés de travers et sortis de toute cohérence, au point qu'on peut se demander quelle est la leur, à ces esprits brouillons et confus

toute ma vie, d'anciennes connaissances retrouvées me parlaient comme si j'étais encore celui qu'elles avaient connu en raison de telle activité commune. Ces gens vous scotchent à votre passé, et vous empêcheraient d'être "un autre", au sens de Rimbaud. Il est nécessaire de les considérer comme "morts" en soi, sans quoi l'on n'avance pas. On ne peut pas vivre, être vivant, entouré de fantômes

donc oui, votre arrivée, avec les questions que vous apportez, est une excellente chose, puisque vous avez saisi qu'une page est lue et tournée, et que nous pouvons échanger à partir du point où nous sommes arrivés, conscience réglée avec nos vues anciennes, comme écrit Marx de L'idéologie allemande quinze ans après : « Nous abandonnâmes d'autant plus volontiers le manuscrit à la critique rongeuse des souris que nous avions atteint notre but principal, voir clair en nous-mêmes.»

vous me reprochiez ce côté polémiste, mais ici, dans ce fil, je m'amuse. Quant aux idées du communisme que se font les communisateurs, elles sont maintenant aussi loin de moi que celles du PCF que j'ai partagées, ou critiquées un temps avant de les abandonner, en les rejetant à leurs faces de rats

c'est point par point que nous devons reprendre les thèmes de ce forum ou du livre en cours, et pour cela, rien n'oblige non plus à le faire dans le plus grand désordre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6317
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: COLLECTORS de série B, béate & Cie : à quoi bon la littérature et le 'mentir-vrai' (Aragon), quand 'le vrai est un moment du faux' (Debord) ?    Sam 7 Jan - 18:35


Collector prédicat


le caca est dans le prédicat
et réciproquement

Réforme de l'orthographe: le prédicat fait débat

Le prédicat, c'est quoi?
Citation :
C'est la fonction du groupe verbal dans une phrase. Autrement dit, le prédicat est constitué des mots n'appartenant ni au groupe sujet ni au groupe complément de phrase. Ainsi, dans la phrase : "Sur le sable, les mouettes picorent les miettes laissées par les touristes", le prédicat est "picorent les miettes laissées par les touristes". Formé du verbe et des compléments de ce verbe, il délivre une information sur le sujet de la phrase.

dans le titre, le prédicat est "est dans le prédicat", qui délivre une information sur "le caca", sujet de la phrase

moralité

tous dans la merde
nous sommes tous des prédicateurs


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6317
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: COLLECTORS de série B, béate & Cie : à quoi bon la littérature et le 'mentir-vrai' (Aragon), quand 'le vrai est un moment du faux' (Debord) ?    Mar 24 Jan - 23:41

Collector communisation

dans le milieu, on s'assure de figurer dans les bibliothèques du futur. Libcom a entrepris une recension assez complète des textes sur la communisation, notamment de Meeting, dont le site est mouru


pour les plus récents, ou plutôt les moins vieux, récemment mis en ligne

concernant la critique radicale du concept, et de son milieu, il va falloir attendre...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6317
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: COLLECTORS de série B, béate & Cie : à quoi bon la littérature et le 'mentir-vrai' (Aragon), quand 'le vrai est un moment du faux' (Debord) ?    Mer 1 Mar - 18:15


Collector le filon




Fillon parle pour ne rien dire
non-événement pour non-avènement, que demande le peuple, une mise en examen blanc ?




bon d'accord, rien à voir, c'est justement ça, un non-événement. Il faut bien que ma lectorate sorte de l'ennui

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6317
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: COLLECTORS de série B, béate & Cie : à quoi bon la littérature et le 'mentir-vrai' (Aragon), quand 'le vrai est un moment du faux' (Debord) ?    Jeu 9 Mar - 15:35


Collector Potlatch


oxymore


du texte Potlatch de Mathieu Potte-Bonneville dans la revue Vacarme n°6, 2 janvier 1998, repris par Cairn Info


Potlatch (Guy Debord)

Photo : A. Royo / R. Pechevski

wikipédia a écrit:
Le potlatch (chinook : donner) est un comportement culturel, souvent sous forme de cérémonie plus ou moins formelle, basé sur le don. Plus précisément, c'est un système de dons/contre-dons dans le cadre d'échanges non marchands. Une personne offre à une autre un objet en fonction de l'importance qu'elle accorde à cet objet (importance évaluée personnellement) ; l'autre personne, en échange, offrira en retour un autre objet lui appartenant dont l'importance sera estimée comme équivalente à celle du premier objet offert.

« offrir en retour un autre objet lui appartenant dont l'importance sera estimée comme équivalente à celle du premier objet offert », c'est peu ou prou le sens que Debord donnait à son Potlatch, et celui que j'attends de la critique en retour. Cela suppose dans un premier temps un(e) geste à perte, sans garantie de ce retour, c'est-à-dire un véritable don sans attente, qui est la seule véritable gratuité. Autrement dit tout le contraire de cette image "droits réservés", qui vide le Potlatch de Debord de tout sens, pourquoi j'appelle ça un oxymore

c'est encore le sens de ce don dans mon poème d'hier


n'attends plus rien que de toi-même aimer
et passionner les autres de tes mets
faits et de tes méfaits...

ce n'est pas très éloigné du désir dans la définition de l'amour par Lacan : « Aimer c'est offrir quelque chose qu'on n'a pas à quelqu'un qui n'en veut pas »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6317
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: COLLECTORS de série B, béate & Cie : à quoi bon la littérature et le 'mentir-vrai' (Aragon), quand 'le vrai est un moment du faux' (Debord) ?    Dim 14 Mai - 20:25


Collector "anarchiste"


mieux que la 'table rase'


un nihilisme absolu, reflet d'une désespérance sans fin, qui n'a rien d'anarchiste. Il ne faut pas s'étonner, à Paris et ailleurs, de trouver des fanatiques de la destruction, plus malades que révolutionnaires

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
 
COLLECTORS de série B, béate & Cie : à quoi bon la littérature et le 'mentir-vrai' (Aragon), quand 'le vrai est un moment du faux' (Debord) ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 9 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
 Sujets similaires
-
» Les collectors de chaton ^^
» Vos bonnes adresses internet ou ailleurs
» Les Barbies Collectors de Marmotte96
» helo here some pictures of my majorette collection response in eglisch s.v.p
» Les archives départementales de Seine-Maritime en ligne à partir de 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PATLOTCH / CIVILISATION CHANGE / COMMUNISME, SEXE, et POÉSIE :: ENTRÉES THÉMATIQUES : CAPITALISME, MONDE, COLONIALITÉS... LUTTES :: RÉVOLUTION de la POÉTIQUE et POÉTIQUE de la RÉVOLUTION : Debord -> Patlotch :: LITTÉRATURE, PENSÉES, PEINTURES, PHOTOS, etc.-
Sauter vers: