PATLOTCH / CHANGER DE CIVILISATION / LUTTES, THÉORIE, SEXE et POÉTIQUE

dans la DOUBLE CRISE du CAPITAL et de l'OCCIDENT, LUTTES COMMUNISTES, FÉMINISTES, DÉCOLONIALES et ÉCOLOGIQUES
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» VA-SAVOIR : chronique à la com, ou la dialectique en proportion magique
Hier à 19:19 par Patlotch

» 'PROGRÈS', SCIENCES, HUMAIN, SANTÉ et capital... TRANSHUMANISME et dés-humanité
Hier à 12:23 par Patlotch

» "CLASSES MOYENNES" : encadrement, prolétarisation, transclassisme, prolophobie
Mar 20 Juin - 19:03 par Patlotch

» MACRONISME, ÉTAT et RESTRUCTURATION du CAPITALISME
Lun 19 Juin - 17:52 par Patlotch

» un TOURNANT HISTORIQUE du CAPITALISME et de l'ÉTAT FRANÇAIS, élections 2015-2017, faits et propos, analyses et théorie (antiroman)
Jeu 15 Juin - 20:26 par Patlotch

» THÉORISATIONS COMMUNISTES, FÉMINISTES, et DÉCOLONIALES : remises en perspectives révolutionnaires. Cheminement et bouclages de synthèse
Ven 9 Juin - 10:58 par Patlotch

» PENSÉES diverses à marier sans modération
Lun 5 Juin - 12:26 par Patlotch

» la vie du forum : réception, conseils, mises à jour, etc.
Jeu 1 Juin - 17:45 par Admin

» DÉCOLONISER le FÉMINISME ! Féminisme, voile, race et Islam... "Féministes blanches"... sexisme et racisme... et le burkini ?!
Lun 29 Mai - 18:42 par Patlotch

» AFRODITE CHEZ LES PHALLOCRATES, antiroman sans repentir, suivi de BLACK WOMEN, Love, Sex, Song, Dance... et théorie communiste
Lun 29 Mai - 17:23 par Tristan Vacances

» DOMESTIQUES (travailleuses et travailleurs) / DOMESTICS WORKERS / Servants
Sam 27 Mai - 16:09 par Admin

» DIALECTIQUE COMPLEXE et MÉTHODOLOGIE : DÉPASSEMENTS À PRODUIRE
Sam 27 Mai - 14:54 par Admin

» "GUERRE AU TERRORISME" : la grande imposture / CALIFAT et CAPITALISME
Jeu 25 Mai - 15:02 par Patlotch

» "le PRÉCARIAT définit le SALARIAT" : 25% des travailleurs du monde ont un emploi stable / travail et anti-travail
Jeu 25 Mai - 12:07 par Patlotch

» TRAVAIL, CHÔMAGE, SYNDICALISME... MONDE / chiffres, courbes, cartes...
Mer 24 Mai - 13:25 par Patlotch

» OPIUMS DU PROLÉTARIAT : RELIGIONS, ATHÉISMES, LAÏCITÉ... IDÉOLOGIES et RÉALITÉS
Mer 24 Mai - 9:34 par Admin

» des LUTTES dans la CRISE : GRÈVES, OCCUPATIONS, BLOCAGES, MANIFESTATIONS...
Mar 23 Mai - 13:45 par Admin

» PALESTINE et ISRAËL
Lun 22 Mai - 18:41 par Patlotch

» ÉCONOMIE POLITIQUE, quand tu nous tiens : et la CRISE ? NOUVELLE RESTRUCTURATION du CAPITALISME ?
Dim 21 Mai - 13:41 par Admin

» 0 - INTRODUCTION et SOMMAIRE : GENÈSE et DÉFINITION d'un CONCEPT incontournable
Dim 21 Mai - 13:00 par Admin


Partagez | 
 

 sur l'OCCIDENT, son histoire, son concept, et sa CRISE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Tristan Vacances



Messages : 321
Date d'inscription : 21/12/2016

MessageSujet: Re: sur l'OCCIDENT, son histoire, son concept, et sa CRISE   Lun 6 Fév - 11:32



de la bêtise en Occident


plus amusant qu'inquiétant, vu ce que l'on peut penser du "QI", mais...


Baisse inquiétante du QI en Occident, selon plusieurs études

Lucie Dendooven rtbf.fr 01 février 2017

C'est un phénomène inquiétant. Depuis un siècle, notre quotient intellectuel avait tendance à toujours s’élever dans nos sociétés au fil des générations. Mais voici que plusieurs études récemment réalisées montrent un recul généralisé du QI moyen en Occident. Certains mettent en cause les pollutions chimiques, d'autres, notre monde hyper connecté. Mais ces problèmes sont présents aussi en Asie et n'empêchent pas là-bas le QI moyen de progresser.


Citation :
Notre enquête commence à la Faculté de psychologie de l'ULB. Laurence y réalise ce qu'on appelle un test de QI. Ces tests évaluent notre logique, notre raisonnement, notre rapidité d'action. En gros, nos facultés intellectuelles. Elles ne tiennent pas compte de notre socialisation ou encore de notre intelligence émotionnelle.

"Cerveaux Google"

Depuis la fin de la guerre jusque récemment, les tests de QI montraient que notre cerveau évoluait plutôt bien. Mais au tournant des années 2000, plusieurs études attestent un recul généralisé du QI moyen en Occident. Certains incriminent notre monde hyper connecté. Pour Axel Cleeremans, responsable du centre de recherche cognitive à l’ULB, ces technologies que sont internet et les iPhones ont pris une telle place dans notre environnement que notre mémoire s’externalise.

Nous avons fait un test sur un campus universitaire. Tous les étudiants interrogés étaient bien en peine de nous citer un seul numéro de GSM de leurs proches. Tout est dans leur smartphone. Lorsque nous leur demandons à quoi correspond la date de 1515, ils s’empressent de faire une recherche sur Google pour nous répondre enfin: "Bataille de Marignan ".

Sommes-nous devenus paresseux ? Pour Emmanuel De Becker, chef du service pédiatrie infanto-juvénile à l’hôpital universitaire Saint-Luc, nous sollicitons simplement d'autres zones de notre cerveau. Le fait d’être devant un écran stimule certaines zones cérébrales et pas d’autres.

En fait, la "génération Google" a tellement intégré les nouvelles technologies que son cerveau s'est transformé. Son hippocampe, la zone de la mémoire s'est atrophiée alors que les lobes préfrontaux- les zones de la synthèse se sont développés.

Pour Emmanuel De Becker, les tests de QI devraient prendre en compte désormais ces transformations de notre environnement et mieux intégrer les nouvelles technologies. Mais comment expliquer, dans ce cas, les performances étonnantes réalisées en Asie alors qu'eux aussi sont hyper-connectés. A Hong Kong et Singapour, le QI moyen est de 108, la Corée du Sud 106. Le premier pays européen à se hisser à la 5ème place, c'est l'Italie avec 102.

Pour Laurent Alexandre, prospectiviste également à la tête d’une entreprise de haute technologie : "Les petits Singapouriens nous dépassent dans tous les domaines. Ce n’est pas qu’ils nous dépassent, ils nous écrasent. Probablement avons-nous renoncé à notre leadership technologique, éducatif et scientifique tel que nous l’avions il y a encore 50 ans. A l’inverse, en Asie, des sommes considérables sont investies dans l’enseignement. "

Améliorer notre enseignement, c'est ce que prône ce spécialiste convaincu que c'est la manière d'intégrer le monde de demain. Un monde où nos jeunes devront rivaliser avec l'intelligence artificielle.

autres articles sur la baisse du QI dans les pays occidentaux

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: sur l'OCCIDENT, son histoire, son concept, et sa CRISE   Dim 9 Avr - 12:21


tweet pensée

on ne peut penser l'Occident en l'opposant à l'Orient. Il est mondial, l'Orient non. L'Afrique n'est pas orientale..

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Patlotch



Messages : 210
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: sur l'OCCIDENT, son histoire, son concept, et sa CRISE   Sam 20 Mai - 6:47


crise de l'Occident, une lecture libérale

« La crise occidentale n’a pas été inventée en 2016, et elle ne disparaîtra pas non plus en 2017.
Elle est structurelle et elle devrait encore durer. »




La montée du “précariat” : La démocratie occidentale n’est pas forcément la meilleure

Audrey Duperron L'Express 9 mai 2017

Citation :
Peu avant le second tour des élections françaises, Edward Luce, rédacteur en chef pour les Etats-Unis et commentateur du Financial Times, et qui est aussi l’auteur du livre «The Retreat of Western Liberalism», à paraître en juin, a rédigé une analyse des forces politiques perturbatrices montantes en Occident. Les problèmes sous-jacents ne sont pas apparus en 2016, et ils ne disparaîtront pas en 2017, écrit Luce :

« La réaction de rejet de la classe moyenne occidentale, la plus grande perdante d’une économie mondialisée qui a rapidement changé et le fera encore pendant des décennies, incube depuis des années. En Grande-Bretagne, nous les appelons les « laissés pour compte ». En France, ils sont les « couches moyennes ». En Amérique, ils sont ceux qui sont « pressés au milieu » (Donald Trump parle des « oubliés »)

La montée du « précariat »


Un meilleur terme serait le « précariat » – ceux dont la vie est dominée par l’incertitude économique. Plus de 160 millions d’Occidentaux travaillent aujourd’hui dans ce que l’on appelle l’économie des petits boulots, selon le cabinet de conseil McKinsey, un multiple de ce qu’ils représentaient il y a cinq ans. Sur ce nombre, près d’un tiers le font par nécessité. On prévoit que leur nombre va continuer à augmenter fortement. Leur part dans les richesses américaines va dans l’autre sens. Les 50 % d’Américains les plus pauvres ne détiennent aujourd’hui que 1 % de la richesse du pays.

[…] Depuis le début du millénaire, mais surtout au cours des 10 dernières années, pas moins de 25 démocraties se sont écroulées dans le monde, dont trois en Europe (Russie, Turquie et Hongrie). La Pologne pourrait être la prochaine. A part en Tunisie, le printemps arabe a été englouti par la chaleur de l’été qui a suivi.

La démocratie subit-elle une correction du marché ou une dépression mondiale ?


« La question de savoir si la démocratie connaît une correction du marché, ou une dépression mondiale reste ouverte »,
dit Francis Fukuyama, le sociologue qui se demandait en 1989 si l’histoire était terminée. La réponse viendra des États-Unis et d’autres démocraties occidentales.

[…] Si Marine Le Pen perd les élections françaises et Merkel reste au pouvoir en Allemagne, la crise du libéralisme occidental ne sera pas terminée, bien que je soupçonne que certains le présenteront ainsi.

De même, l’Amérique n’irait pas mieux non plus si Clinton était à la Maison Blanche. La complaisance des élites occidentales détruit leur capacité à saisir l’ampleur de la menace.

Au mois de décembre, Norbert Hofer, un nationaliste de l’ultra-droite, a échoué de peu à remporter la présidence de l’Autriche. Nous avons néanmoins célébré sa défaite comme s’il s’agissait de la fin de la vague populiste. Nous sommes susceptibles de faire de même si une Française néo-fasciste perd avec 40 % des votes dimanche. Mais Le Front National de Le Pen demeure le plus grand parti dans deux bastions régionaux essentiels – le Nord industriel et la Provence.

Au fur et à mesure que des millions de Français, de Britanniques, d’Américains et d’autres Occidentaux remplaceront dans les années à venir leur emploi sécurisé avec une pension par des emplois d’indépendants sans avantages sociaux, leur sentiment d’insécurité s’intensifiera. […] Avant, l’Etat occidental  protégeait les individus contre les vicissitudes du marché, mais il se désiste de plus en plus de ce rôle.

Obama a offert l’espoir et le changement. 8 ans plus tard, l’Amérique a choisi Trump

Si Emmanuel Macron remporte l’élection, les soutiens de la démocratie libérale dont je fais partie prieront pour que lui et les autres dirigeants comme lui réussissent. Mais il devra cette victoire à des promesses passe-partout, vagues et sans majorité pour les réaliser. Obama a offert le même espoir en 2008 lorsque son parti est arrivé au pouvoir. Huit ans plus tard, l’Amérique a élu Trump.

La crise occidentale n’a pas été inventée en 2016, et elle ne disparaîtra pas non plus en 2017. Elle est structurelle et elle devrait encore durer. Ceux qui cherchent à atténuer ce fait ne rendent pas service à la démocratie libérale ».

Citation :
In his widely acclaimed book Time to Start Thinking, Financial Times chief US columnist and commentator Edward Luce charted the course of America’s relative decline, proving to be a prescient voice on our current social and political turmoil.

In The Retreat of Western Liberalism, Luce makes a larger statement about the weakening of western hegemony and the crisis of liberal democracy―of which Donald Trump and his European counterparts are not the cause, but a terrifying symptom. Luce argues that we are on a menacing trajectory brought about by ignorance of what it took to build the West, arrogance towards society’s economic losers, and complacency about our system’s durability―attitudes that have been emerging since the fall of the Berlin Wall. We cannot move forward without a clear diagnosis of what has gone wrong. Unless the West can rekindle an economy that produces gains for the majority of its people, its political liberties may be doomed. The West’s faith in history teaches us to take democracy for granted. Reality tells us something troublingly different.

Combining on-the-ground reporting with intelligent synthesis of the literature and economic analysis, Luce offers a detailed projection of the consequences of the Trump administration, the rise of European populism, and a forward-thinking analysis of what those who believe in enlightenment values must do to defend them from the multiple onslaughts they face in the coming years.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
sur l'OCCIDENT, son histoire, son concept, et sa CRISE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Histoire de la prison Bonne Nouvelle de Rouen
» Histoire des noms de nos navires
» L'histoire du Corps de Marine
» L'histoire de petit Louis
» histoire de paysan normand

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PATLOTCH / CHANGER DE CIVILISATION / LUTTES, THÉORIE, SEXE et POÉTIQUE :: MONDE ACTUEL, LUTTES, ANALYSES et THÉORISATIONS :: ANALYSER-PENSER le MONDE et les LUTTES : une refondation théorique d'ensemble-
Sauter vers: