PATLOTCH / NOUVELLE THÉORIE du COMMUNISME et de la RÉVOLUTION

LA CONSTITUTION EN CLASSE CONTRE LE CAPITAL DES LUTTES PROLÉTARIENNES, FÉMINISTES, DÉCOLONIALES et ÉCOLOGISTES
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» des LUTTES dans la CRISE : GRÈVES, OCCUPATIONS, BLOCAGES, MANIFESTATIONS...
Aujourd'hui à 4:19 par Patlotch

» "CLASSES MOYENNES" : encadrement, prolétarisation, interclassisme, prolophobie... et théorie
Aujourd'hui à 0:45 par Tristan Vacances

» 0. un livre ? Une théorie est apparue... Diffusion, réception... débats ?
Aujourd'hui à 0:20 par Tristan Vacances

» EXTIMITÉ, les confessions de Patlotch : un rapport aux autres et au monde
Hier à 23:58 par Patlotch

» 8. poèmes et contes pour en causer
Hier à 22:46 par Patlotch

» 9. l'apparition plurielle d'une nouvelle théorie communiste ? questions parentes
Hier à 16:43 par Patlotch

» LA NOUVELLE GAZETTE DES VANNES (Franzoseur Zeitung)
Hier à 14:36 par Patlotch

» 5. LA CONSTITUTION EN CLASSE POUR LE COMMUNISME : quel sujet révolutionnaire ?
Hier à 14:05 par Patlotch

» la DOMINATION MASCULINE dans le monde : un MACHISME STRUCTUREL
Hier à 13:47 par Patlotch

» ÉMEUTES, typologie formes/contenus : des réalités à l'idéologie
Mar 17 Oct - 20:26 par Patlotch

» la DOMINATION MASCULINE en FRANCE : machisme, travail, domesticité, violences...
Mar 17 Oct - 14:56 par Patlotch

» la VIOLENCE venue dans la "CONTRE-RÉVOLUTION" CAPITALISTE...
Mar 17 Oct - 13:24 par Patlotch

» MARXISME FÉMINISTE et DÉCOLONIAL avec Ana Cecilia Dinerstein : 'utopies concrètes', 'organiser l'espoir'... auto-subjectivation révolutionnaire
Mar 17 Oct - 11:29 par Patlotch

» JAZZ, BLUES, R'n'B, SOUL, RAP... pour "double paire d'oreilles"
Mar 17 Oct - 10:51 par Patlotch

» des ŒUVRES-SUJETS PERFORMATRICES en ARTS : des usages révolutionnaires ?
Lun 16 Oct - 14:18 par Patlotch

» FÉMINISME et MARXISME : SEXES, GENRE, CLASSES, et CAPITALISME, avec Cinzia Arruzza... Silvia Federici, Selma James, Sara Farris, etc.
Lun 16 Oct - 13:10 par Patlotch

» CLASSES SOCIALES et AUTRES RAPPORTS SOCIAUX, de sexes, races, nations, générations... Documents
Lun 16 Oct - 1:24 par Patlotch

» de LA MARCHANDISE EN SA FABRIQUE, avec ou sans FÉTICHISME, au TRAVAIL LIBÉRÉ par le COMMUNISME
Dim 15 Oct - 13:13 par Tristan Vacances

» EUROPE Centrale, du Nord et de l'Est : RUSSIE, Ukraine, Crimée, Suède...
Dim 15 Oct - 0:22 par Patlotch

» VA-SAVOIR : chronique à la com, la dialectique du quotidien en propotion magique
Sam 14 Oct - 19:56 par Patlotch


Partagez | 
 

 BIDONVILLES : SLUMS : BARRIOS DE TUGURIOS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: BIDONVILLES : SLUMS : BARRIOS DE TUGURIOS    Sam 12 Déc - 16:54

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: BIDONVILLES : SLUMS : BARRIOS DE TUGURIOS    Sam 12 Déc - 17:23










Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: BIDONVILLES : SLUMS : BARRIOS DE TUGURIOS    Sam 12 Déc - 17:27


bidonvilles en France





Citation :
Dans le cadre de sa mission en matière d'anticipation et d'accompagnement des évacuations de campements illicites, la Dihal consacre son 26ème atelier le jeudi 5 décembre 2013 à l'histoire des bidonvilles d'après-guerre en France. Des travaux d'historiens, des témoignages directs et des documents audiovisuels ont permis de revenir sur ce qu'ont été l'installation, les conditions de vie et la trajectoire personnelle de leurs habitants, mais aussi des réponses que les pouvoirs publics y ont apportées. Les « Roms » ont eux aussi une histoire et forment nos bidonvilles contemporains. Ils se sont peu à peu précarisés, à force de déplacements, de migrations, d'errance.

Ce sont 150 personnes qui ont assisté aux échanges de ce 26ème atelier de la Dihal.


images




vu sur le CNIT, à La Défense



Bidonville de Noisy - photos Bloncourt  

source : Années 50 - Des bidonvilles aux portes de Paris



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: BIDONVILLES : SLUMS : BARRIOS DE TUGURIOS    Sam 12 Déc - 17:38






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: BIDONVILLES : SLUMS : BARRIOS DE TUGURIOS    Sam 12 Déc - 18:02















Citation :
15/10/2015 — Le témoignage de Baby, Ethiopienne, leader du mouvement des habitantes de la Jungle.

Baby, 29 ans, avocate et combattante des droits des femmes, s'efforce de rassembler et d'organiser la lutte politique à l'intérieur du bidonville. Tous les jours, toutes et tous essaient de franchir la frontière. Malgré les forces de l'ordre, les blessé-e-s, les mort-e-s "des sœurs et frères qui meurent chaque jour", ils, elles s'acharnent. Passer la frontière et lutter. Impression de tracts, rassemblements, manifestations... autant d'actions que les habitant-e-s de la jungle tentent de filmer, photographier et collecter pour sensibiliser la presse européenne.

"Puisque les journalistes ne viennent plus à notre rencontre, ou en sont empêché-e-s par la police, nous avons pris l'habitude de témoigner de la dureté de notre existence à l'intérieur de la jungle, ainsi que des violences policières que nous subissons."

Dénoncer les discours officiels qui déculpabilisent les acteurs du drame de Calais et pointer du doigt les mécaniques meurtrières de la police française qui pourchasse sans relâche les habitant-e-s de la jungle. Celles qui les poussent à se mettre en danger pour tenter d'échapper aux politiques d'expulsions françaises.


Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin


Messages : 6251
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: BIDONVILLES : SLUMS : BARRIOS DE TUGURIOS    Dim 20 Déc - 12:51


bidonvilles et théorie communiste

Hic Salta – Communisation
Textes de Bruno Astarian et autres


Les bidonvilles forment-ils une planète à part ? Bruno Astarian, février 2010

Citation :
L’article qui suit est essentiellement une critique du livre de Mike Davis Le Pire des Mondes Possibles, consacré aux bidonvilles.


Ce qui désespère Mike Davis et consorts, c’est de ne pas retrouver dans les bidonvilles un prolétariat qui soit conforme à l’image qu’ils en veulent : une masse salariée de façon formelle, consciente et organisée en partis et syndicats. C’est comme cela qu’il faut comprendre leurs lamentations sur la disparition du travail formel, prédominant au cours des trente glorieuses, de même que sur celle de Marx (remplacé par Mahomet!). Il s’agit au contraire de montrer que, loin d’être des laissés pour compte qu’il faudra tirer de leur merde, les bidonvilliens font pleinement partie de la classe qui sera appelée à communiser la société


plan
Citation :
I – Problèmes de définition

I.1 -  Les mots et les chiffres
Part de la population vivant dans des bidonvilles ou slums

I.2 –  Histoire et géographie

II – Comment survivent les bidonvilliens ? Travail, trafic, chômage ?

III – Les luttes de classe dans les bidonvilles

IV – Discussion


IV.1 Classe ouvrière et prolétariat
IV.2 Révolutionnaires par procuration ?
IV.3 – La communisation face aux écarts de développement
Le problème des écarts de développement



Mike Davis
Le pire des mondes possibles
De l'explosion urbaine au bidonville global
Citation :
« Pour mortels et dangereux qu’ils soient, les bidonvilles ont devant eux un avenir resplendissant. » Des taudis de Lima aux collines d’ordures de Manille, des bidonvilles marécageux de Lagos à la Vieille Ville de Pékin, on assiste à l’extension exponentielle des mégalopoles du tiers monde, produits d’un exode rural mal maîtrisé. Le big bang de la pauvreté des années 1970 et 1980 – dopé par les thérapies de choc imposées par le FMI et la Banque mondiale – a ainsi transformé les bidonvilles traditionnels en « mégabidonvilles » tentaculaires, où domine le travail informel, « musée vivant de l’exploitation humaine ».

Un milliard de personnes survivent dans les bidonvilles du monde, lieux de reproduc-tion de la misère, à laquelle les gouvernements n’apportent aucune réponse adaptée. Désormais, les habitants mettent en péril leur vie dans des zones dangereuses, instables ou polluées. Parallèlement, la machine impitoyable de la rénovation urbaine condamne des millions d’habitants pauvres au désespoir des sombres espaces périurbains. Bien loin des villes de lumière imaginées par les urbanistes, le monde urbain du XXIe siècle ressemblera de plus en plus à celui du XIXe, avec ses quartiers sordides dépeints par Dickens, Zola ou Gorki. Le pire des mondes possibles explore cette réalité urbaine méconnue et explosive, laissant entrevoir, à l’échelle planétaire, un avenir cauchemardesque.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Patlotch



Messages : 861
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: BIDONVILLES : SLUMS : BARRIOS DE TUGURIOS    Ven 18 Aoû - 11:27


La catastrophe qui s'est abattue sur Freetown, la capitale de la Sierra-Leone, le 15 août lorsque des pluies diluviennes ont causé des centaines de morts et des milliers de sans-abri et provoqué des inondations ainsi que des glissements de terrains sans précédents, démontre encore une fois la vulnérabilité des grandes villes africaines et de ses populations fragilisées, notamment celles des bidonvilles.


Citation :
A cause de la démographie galopante et du manque de revenus pour les habitants des zones rurales, les capitales africaines explosent sous la pression démographique, avec des bidonvilles qui apparaissent chaque jour. L'état ne parvient pas à suivre la croissance démographique et c'est ainsi que des bidonvilles se crééent. Ce n'est seulement que quand une population importante occupe des endroits non prévus pour des résidences que les autorités se réveillent et prennent des mesures drastiques.

C'est ce qui s'est passé à Conakry, capitale de la Guinée, pays voisin de la Sierra-Leone. Sans aucune planification, la population venue de l'intérieur s'est installée de manière anarchique sur les abords d'une rivière. Le gouvernement avait lancé une opération de démolition  du quartier de Démoudoula surgi à la fin du siècle dernier et au début du 21ème, soulevant un vif débat sur les réseaux sociaux.


Un bulldozer en action à Demoudoula.
Crédit photo: http://guinee28.info, utilisée avec permission

Les utilisateurs des réseaux sociaux avaient réagi de manière contrastée. Alimou Sow, auteur, élu meilleur blogueur francophone en 2013 par le jury des Bobs de la Deutche Welle, a réagi sur sa page Facebook par une longue intervention après avoir visité les lieux:

Citation :
C’est un drame humain qui est en train de se dérouler, presque à huis clos, à Démoudoula.

Depuis quelques jours, dans ce quartier de la commune de Ratoma (Conakry), des bulldozers s’activent à démolir des maisons habitées, jetant dans la rue femmes et enfants ne sachant ni où aller, ni à quel saint se vouer. Des sinistrés de juillet, mois pendant lequel, à Conakry, le ciel est comme troué. Mais on s’en fout non ?

Ces maisons détruites par l’Etat sont autant de rêves brisés, autant de liens familiaux disjoints, autant de corps avilis, autant de cœurs meurtris. Chaque brique brisée représente des mois, voire des années de dur labeur. Toute une vie démolie sous le regard hagard des enfants et impuissant des parents.

En Guinée, l’on vit pour deux choses : la famille et la maison. Chez nous, quand tu détruis la maison de quelqu’un tu auras détruit toute sa vie. Et aucun dédommagement n’est à la hauteur d’une telle tragédie.

Mais quel est le tort de ces sinistrés de juillet ? Occupation illégale du lit de la rivière “Démoudoula” (terre des chimpanzés en langue Poular), dit-on. Et quel est leur sort ? L’abandon dans la rue !

Est-ce que c’est pour protéger ces déguerpis d’une inondation éventuelle et pour préserver ainsi leurs vies et leurs biens ? Pas sûr, puisque comme dit le dicton “mieux vaut prévenir que guérir”. On aurait dû les empêcher de s’installer-là, dans le lit de la rivière. N’est-ce pas des commis de l’Etat vendus qui ont vendu les parcelles de terre à ces malheureux ?

D’ailleurs, en matière de risques à Conakry il y a bien pire ailleurs : la décharge de la Minière qui constitue à la fois une catastrophe humaine et écologique, le dépôt des hydrocarbures à Kaloum tout près de la centrale électrique de Tombo dont une explosion éventuelle pourrait ravager tout Kaloum (je touche du bois), les différentes garnisons installées au cœur de la capitale (on a encore en mémoire l’explosion meurtrière de la poudrière du camp Alpha Yaya au début des années 2000), etc.

Est-ce que c’est pour protéger l’environnement ? Peut-être. Mais Démoudoula est-il un cas isolé à Conakry ? Quid des forêts d’Enta, de Dabompa, de Démoudoula ? Quid de nombreux marigots ensevelis à Conakry ? Quid de l’occupation et de la destruction de notre littoral ?

Qu’en est-il des projets dévastateurs sur nos corniches que des activistes de la société civile dénoncent ? Notre Forêt guinéenne est-elle Forte dans un pays où la principale source d’énergie est tirée du charbon de bois ? Que fait-on pour promouvoir les énergies alternatives ? Combien coûte une bouteille de gaz en Guinée ?

Il y a longtemps qu’on a délogé, chassé et probablement mangé les chimpanzés de Démoudoula. Maintenant on y déloge des humains à coup de pelleteuses.

A supposer que c’était à la fois pour préserver l’environnement et pour protéger les riverains et leurs biens : ce n’est ni le moment, ni la manière. Cela devrait être fait à un moment approprié (pas en pleine saison des pluies), respecter un délai d’avertissement suffisant et un plan clair de relogement et de dédommagement.

Finalement, je pense que notre Etat est atteint de “démolitionite”. Sur les ruines de Kaporo-rails, la haine et la délinquance ont germé. On détruit des habitations pour construire la frustration, l’amertume et la haine.

Alimou Sow fait allusion à Kaporo-rail, un quartier de Conakry qui a été rasé au sol en 1998, mettant à la rue plus de 120 000 personnes avec la destruction de milliers bâtiments pour habitations, mosquées et écoles.

Cette émouvante intervention d'Alimou Sow a provoqué beaucoup de réactions, certaines approuvant l'action de l'état, d'autres se posant les mêmes questions que M. Sow mais diffèrent sur la solution à prendre. Ainsi, Cellou Diallo dénonce le moment choisi pour cette action, mais approuve l'action gouvernementale:


Citation :
Le moment est très mal choisi, j'en conviens. Mais ils doivent être déguerpis par l'état qui doit en contrepartie les soutenir soit en les dédommageant pour se retourner contre ceux qui sont les complices ou cessionnaires…ou soit en soutenant leur action directement contre les personnes qui ont cédé les terrains. Mais ils doivent quitter.

Quant à Sény Touré, il dénonce une série de négligences de l'autorité publique qui font du tort aux plus pauvres, en particulier la dépossession d'un terrain de l'hôpital Ignace Deen pour la construction d'un hôtel de luxe et la vente d'un autre domaine de plus de 3 hectares cédé par l'état à 250 000 GNF, (soit l'équivalent de 25 Euros) selon les dires de Ibrahima Camara, Directeur de l’Aménagement du Territoire et de l’Urbanisme, dans une interview accordée à guineetime.com en février 2014, déguerpissant les occupants originaux.

Ce terrain situé dans une des zones les plus dynamiques de la capitale guinéenne accueille le complexe Résidence 2000 qui comprend une centaine d’appartements de standing avec vue sur la mer (Corniche Sud) pour des loyers à partir de 2000€ par mois. Le projet est très controversé car seulement à cause de l'expulsion de la population autochtone, mais aussi pour son impact environnemental négatif.

Il s'insurge:


Citation :
Trop de paradoxes dans ce bled! On casse des maisons, certes construites dans le lit d'une rivière, mais on a encouragé la construction d'un hôtel dans le jardin de l'hôpital Ignace Deen! Un ex jardin pour malades reconverti en hôtel!
Et les pauvres habitants de Koba qui souffrent des effets de la résidence 2000? A qui doivent ils se plaindre? Je le dis encore une fois: on voit la paille chez l'autre, et non la poutre chez nous!
Alimou Sow, je ne sais pas, mais j'ai l'impression que ce régime affectionne les crises sociales. Et une dernière chose: quel est le concessionnaire qui déloge en pleine saison hivernale? Pfff n'importe quoi.

Un autre utilisateur de Facebook Ousmane Yattara, vivant à Nice, France, a fait plusieurs interventions défendant la légalité tout en demandant que l'état indemnise les victimes et invite la société civile à veiller à ce que personne ne soit au-dessus des lois; voici une synthèse de ce qu'il pense:

Citation :
j'encourage cette action du gouvernement …j'espère que personne ne sera épargnée y compris les hauts cadres qui ont leur maison là-bas …la fin de l'anarchie en Guinée est un reve …que ca sert d'exemple à tous ceux qui achètent dans les zones protégées. .un jour on detruira vos maisons … il faut par contre indemniser tout le monde même ceux qui n'ont pas de titre foncier….

En guinée particulière à Conakry , un jour on passera forcement par détruire plusieurs maisons pour que notre capitale retrouve sa beauté …. au dela des zones protégées conakry n est pas lotis …le jour on commencera ce travail y aura forcement des victimes …c'est pour cela tout ce qu'on fait aujourd hui on le payera un jour , par des douleurs de plusieurs … c'est la violence légitime de l'Etat…
Perso j'aime la force légitime de l'Etat , ce qui me dérangerai c'est si on épargne les maisons des hauts cadres et si on indemnise pas les victimes , il faut que la société civile veille à ce que personne ne soit au dessus des lois …

Ce qui fait mal à Souleymane Barry c'est que tous les citoyens ne sont pas logés à la même enseigne:

Citation :
Ce qui fait plus mal dans cette histoire c'est cette démolition sélective. Kiridi Bangoura a son château en plein lit de la rivière mais il n'est pas inquiété. Quel est ce commis de L'état aujourd'hui qui ne dort pas dans un luxueux palace pieds dans l'eau? Des édifices bâtis à coups de centaines de mètres cubes de terres déversées sur les côtes pour repousser les eaux afin de se faire des parcelles sèches. À ce rythme la mayonnaise est entrain de bien prendre car tous les ingrédients sont déjà réunis et les conséquences risquent d'être très fâcheuses.

Le Ministère de l'Habitat a suspendu les démolitions pour des raisons humanitaires pour une période allant du 15 juin au 15 octobre, suite aux nombreuses protestations des citoyens et des organisations de la société civile. Mais comme pour se moquer des victimes, le communiqué a été publié le 29 juin, alors que les démolitions ont commencé le 13 juillet, soit près d'un mois après le début de la période de grâce.

Le gouvernement promet dans un communiqué en date du 19 juillet 2017 d’indemniser les citoyens dont les titres de propriété sont reconnus réguliers, tout en poursuivant en justice les occupants illégaux des lieux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
BIDONVILLES : SLUMS : BARRIOS DE TUGURIOS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PATLOTCH / NOUVELLE THÉORIE du COMMUNISME et de la RÉVOLUTION :: MONDE ACTUEL, LUTTES, ANALYSES et THÉORISATIONS :: le MONDE du CAPITAL : continents, migrations, 'Nègres du monde'... transnationalisme-
Sauter vers: