PATLOTCH / NOUVELLE THÉORIE du COMMUNISME et de la RÉVOLUTION

LA CONSTITUTION EN CLASSE CONTRE LE CAPITAL DES LUTTES PROLÉTARIENNES, FÉMINISTES, DÉCOLONIALES et ÉCOLOGISTES
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» JOHNNY HALLYDAY, ROCKn'ROLL FRANÇAIS et IDÉOLOGIE POLITIQUE du POPULISME
Hier à 19:17 par Patlotch

» PALESTINE et ISRAËL
Hier à 17:18 par Patlotch

» 9 - QUE SE PASSE-T-IL ? hypothèses et validations empiriques... Quelles contradictions, quelle dynamique historique ?
Sam 9 Déc - 17:00 par Patlotch

»  "GREAT BLACK MUSIC"... pour "double paire d'oreilles"
Sam 9 Déc - 9:47 par Patlotch

» EXTIMITÉ, les confessions de Patlotch : un rapport aux autres et au monde
Jeu 7 Déc - 23:01 par Patlotch

» la VIOLENCE venue dans la "CONTRE-RÉVOLUTION" CAPITALISTE...
Jeu 7 Déc - 21:47 par Patlotch

» ANTISÉMITISME, SIONISME, antisionisme... Identité juive... UJFP, JJR...
Jeu 7 Déc - 21:13 par Patlotch

» au-delà du vrai et du faux, tragique comédie
Jeu 7 Déc - 16:44 par Tristan Vacances

» LA NOUVELLE GAZETTE DES VANNES (Franzoseur Zeitung)
Jeu 7 Déc - 15:55 par Patlotch

» LA RÉVOLUTION COMMUNISTE SERA FÉMINISTE OU NE SERA PAS (féminisme et marxisme)
Jeu 7 Déc - 15:43 par Patlotch

» la classe écologiste du capital
Jeu 7 Déc - 12:54 par Patlotch

» LA FRANCE AIME LES "ARABES", d'ailleurs, et riches : l'émir lave plus blanc
Jeu 7 Déc - 12:04 par Patlotch

» 8. poèmes, fables et contes pour en causer
Mer 6 Déc - 15:02 par Patlotch

» ENFANTS au TRAVAIL dans le monde
Mar 5 Déc - 22:33 par Patlotch

» NOTES de STYLISTIQUE et POÉTIQUE
Mar 5 Déc - 19:04 par Patlotch

» VA-SAVOIR : chronique à la com, la dialectique du quotidien en propotion magique
Mar 5 Déc - 18:17 par Admin

» les "BLANCS" forment-il une 'race' à part ? Whiteness, BLANCHITÉ ?... le COLORISME... le 'RACISME ANTI-BLANCS'... NON-MIXITÉ
Mar 5 Déc - 17:48 par Patlotch

» la DOMINATION MASCULINE en FRANCE : machisme, travail, domesticité, violences...
Mar 5 Déc - 17:20 par Patlotch

» vous avez dit "OUVRIER" ?
Mar 5 Déc - 15:07 par Patlotch

» actualités de la CRITIQUE DÉCOLONIALE
Mar 5 Déc - 14:00 par Patlotch


Partagez | 
 

 un TOURNANT HISTORIQUE du CAPITALISME et de l'ÉTAT FRANÇAIS, élections 2015-2017, faits et propos, analyses et théorie (antiroman)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 6262
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: un TOURNANT HISTORIQUE du CAPITALISME et de l'ÉTAT FRANÇAIS, élections 2015-2017, faits et propos, analyses et théorie (antiroman)    Sam 20 Mai - 19:07


et Fillon, dans tout ça ?

Citation :
« Il prépare sa reconversion dans le privé. Il a envie de faire des choses concrètes, et dans un univers qui n'a rien à voir avec la politique » précise au Parisien Anne Méaux qui l'a conseillé pendant toute la campagne.

il serait aussi tenté par l'alpinisme, croit savoir le quotidien.

on lui conseille aussi de changer de conseillère, et puis, hein, avant d'atteindre le sommet, attention à la chute !


bref, il était devenu indésirable même parmi les siens. Je ne pleurerai pas sur son cas, mais cela donne une idée de leurs mœurs, entre "amis"...


Dernière édition par Admin le Sam 20 Mai - 20:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6262
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: un TOURNANT HISTORIQUE du CAPITALISME et de l'ÉTAT FRANÇAIS, élections 2015-2017, faits et propos, analyses et théorie (antiroman)    Sam 20 Mai - 19:36


contre les (pas trop) riches ?

voici l'exemple d'une martingale telle qu'évoquée page 6, en bas, dans le roman Les initiés, mais celle-ci parfaitement légale


Le programme du président comporte une refonte de la fiscalité sur le patrimoine, l'ISF devant évoluer vers un impôt centré sur la propriété immobilière. Censée favoriser les investissements dans l'économie réelle, cette mesure présente toutefois une faille qui pourrait bien remettre en cause tout l'ISF.


(Crédits : Reuters)

Citation :
C'était, avec François Fillon, un des seuls candidats favoris à l'élection présidentielle qui prévoyait de remettre en cause l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Si le candidat les Républicains souhaitait purement et simplement le supprimer, Emmanuel Macron veut pour sa part le réformer et le recentrer sur l'immobilier. Le nouveau président de la République a en effet inscrit dans son programme une réforme de l'ISF, qui deviendrait un impôt sur la fortune immobilière (IFI). Ce nouvel impôt sera, comme son nom l'indique, « assis sur les seuls actifs immobiliers » des ménages, comme le mentionne le programme d'Emmanuel Macron. Il fonctionnera de la même manière que l'ISF actuel, c'est-à-dire que tout foyer fiscal avec un patrimoine immobilier supérieur à 1,3 million d'euros y sera assujetti. Le barème et l'abattement de 30 % sur la résidence principale seront également maintenus tels quels.

Toutes les valeurs mobilières détenues par les ménages ne seront donc plus intégrées au calcul de ce nouvel impôt sur le patrimoine. Les différents contrats d'assurance vie, les PEA, PEL, comptes à terme et actions échapperont ainsi totalement au remplaçant de l'ISF. Cette refonte de la fiscalité sur le patrimoine permettra, selon Emmanuel Macron, de « soutenir ceux qui prennent des risques, ceux qui permettent de créer et de développer notre économie et d'orienter l'épargne vers le financement de nos entreprises et l'investissement ».

Un geste pour les "moins riches" parmi les riches ?


La mesure serait donc, telle qu'elle était présentée dans le programme du président élu, un moyen de favoriser l'épargne et les placements en actions qui contribuent au financement de l'économie, fidèle ainsi à son idée d'opposer le risque et la rente. Selon Emmanuel Macron, l'ISF encore en vigueur actuellement pénalise l'investissement parce qu'il s'ajoute à tous les autres taxes et impôts déjà existants, pouvant ainsi « aboutir à annuler complètement le rendement des investissements, surtout en période d'inflation faible ». Cette réforme aura donc forcément un impact sur les stratégies d'optimisation fiscale destinées à éviter l'ISF, à l'image de celles qui ont permis aux plus grandes fortunes de France d'y échapper. Elle conduira aussi à un réexamen des dispositifs de pacte d'actionnaires type Dutreil, même si l'ISF n'est pas la seule raison de leur existence. Parfois, l'objectif principal est d'assurer la stabilité d'un actionnariat familial dispersé.

Avec la création de l'IFI, Emmanuel Macron table sur une réduction de la facture fiscale pour 50 % des contribuables actuellement assujettis à l'ISF, en gros tous ceux qui détiennent une part importante de valeurs mobilières dans leur patrimoine. Selon son programme, les « 50 % les moins fortunés ont un patrimoine qui n'est constitué d'immobilier qu'à 55 % environ ». L'IFI serait donc un coup de pouce fiscal pour les très riches certes, mais aussi pour les moins riches parmi les redevables actuels de l'ISF.

Le barème et le seuil de l'ISF n'évoluant pas, la mesure va impacter les finances publiques. Sur le site d'En Marche !, le coût pour le budget de l'État est estimé à 2 milliards d'euros par an. Emmanuel Macron compte combler ce manque à gagner par son nouveau prélèvement forfaitaire sur les revenus du capital, qui fusionnera impôt sur le revenu et prélèvement sociaux. C'est surtout la hausse de la contribution sociale généralisée (CSG) à hauteur de 1,7 point qui va permettre de rapporter davantage au fisc.

Le bémol, pour les finances publiques, c'est que la mesure pourrait présenter une faille... et une aubaine pour les contribuables. L'ISF portant actuellement sur l'ensemble du patrimoine, si l'impôt ne porte plus désormais que sur la partie immobilière du patrimoine, la tentation sera grande pour les contribuables concernés de transférer leurs actifs immobiliers dans une société et ainsi échapper intégralement à l'impôt sur le patrimoine.

Pour éviter une perte beaucoup plus importante de recettes fiscales, le nouveau président de la République devra donc mettre en place des garde-fous solides pour éviter que les biens immobiliers ne soient transférables dans une société et ainsi être considérées comme des valeurs mobilières exonérées. Sinon, le coût de la mesure va augmenter et l'ISF disparaître quasi totalement, en plus de changer de nom...

le nouveau Président "devra", mais bon, il n'est pas obligé... et les subtilités seront concoctées, comme dans le roman, par la Direction du Trésor de Bercy, aux mains de la droite qui plus est, et sans besoin d'en changer les Directeurs rompus à ce genre d'exercice : rien de nouveau ici sous le soleil de Macron


une fois de plus, c'est dans la presse patronale, ici La Tribune, parfois Les Échos, Challenges ou Capital, qu'on trouve ce genre d'infos, pas dans Libé ou L'Obs, ni chez les gauchistes que ces détails de la vie quotidienne n'intéressent pas. La même presse que lisait Marx, et dans laquelle il écrivait...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6262
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: un TOURNANT HISTORIQUE du CAPITALISME et de l'ÉTAT FRANÇAIS, élections 2015-2017, faits et propos, analyses et théorie (antiroman)    Sam 20 Mai - 20:17


un feuilleton historique au présent

je m'attache dans ce sujet à donner une vision relativement complète et des événements et de leur signification, afin que ressortent les caractères historiques du moment présent, entre continuité et ruptures

et qu'on puisse me lire aujourd'hui, dans vingt ou cinquante ans, en y comprenant quelque chose, quelque chose de plus que chez dndf, Paris-Luttes info, Indymédia, Lundi Matin, Incendo, Mondialisme.org, Bad Kids and Cie & scies de la post-ultragauche anarcho-marxiste, pas bien plus avertie que la vulgate médiatique

l'histoire est longue certes, mais elle se produit au présent, et c'est au présent qu'on peut aussi la mieux écrire. Après, elle n'éclaire les générations nouvelles que dans la mesure où elles sont instruites de celles des précédentes de façon située, contextualisée, historisée, ce qui malheureusement n'est jamais le cas

ici nous achoppons sur l'absence de transmission d'une mémoire intelligente des événements passés, alors qu'elle pullule sous la forme du culte des anciens chez les anarchistes et autres dogmatiques

ça n'a sans doute pas d'influence, comme le dit bien Bruno Astarian dans Solitude de la théorie communiste. J'ajoute aucun impact au-delà de la satisfaction personnelle d'essayer de comprendre mon temps et d'être lu par une lectorate fidèle, patiente, et somme toute pas encombrante


Rolling Eyes



Dernière édition par Admin le Sam 20 Mai - 21:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6262
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: un TOURNANT HISTORIQUE du CAPITALISME et de l'ÉTAT FRANÇAIS, élections 2015-2017, faits et propos, analyses et théorie (antiroman)    Sam 20 Mai - 21:42


"misérabilisme mélanchonien"...

conversation avec un ami (sms)

lui a écrit:
Quelle tristesse que l'idéologie française de gauche. Finalement cela me fait plus mal au cœur pour eux qu'autre chose. On n'est pas sorti du misérabilisme mélanchonien

moi a écrit:
Compatissons et mangeons des pâtisseries, en attendant leur faim : des macarons ?

il se trouve que l'épouse de Macron, Brigitte Trogneux est, justement, fille d'un pâtissier célèbre pour ses "macarons d'Amiens". Cela fait bien rire les Japonais.e.s puisque dans leur phonétique approximative du français, Macron et macaron se prononcent quasi identiquement



Trogneux ? Trognon, scrogneugneu !

scro(n)gneugneu
CNRTL a écrit:
[Juron plais. et atténué que l'on prête volontiers aux vieux militaires bougons] Je sympathise, malgré tout, avec le colonel Barbe, scrongnieugnieu ! (Verlaine, Corresp., t. 3, 1886, p. 280).

Apprendre à marcher au pas (ça n'est pourtant pas difficile, scrongneugneu !) demandait beaucoup de temps et de patience (Y. Le Berre, J. Le Dû, Anthologie des expr. de basse Bretagne, 1985, p. 174).

− P. méton., empl. subst. masc. Vieux militaire bougon et, p. ext., vieux bougon. Des voix de vieux scrogneugneux, essayant de rendre importante leur pacotille (H. Michaux, Un Barbare en Asie, 1933, p. 203 ds Rob. 1985).

Prononc. et Orth.: [skʀ ɔ ɳøɳø], [skʀ ɔ ̃-]. Var. scrongnieugnieu, supra. Étymol. et Hist. 1884 scrongnieugnieu (G. Frison, Les Aventures du colonel Ronchonot, p. 253 ds Quem. DDL t. 17). Altér. p. euphém. de sacré nom de Dieu ! cf. sacrégnongnieu, G. Frison, op. cit., p. 34, ibid. Bbg. Quem. DDL t. 17 (et s.v. scrongnieugnieu).

moi, bougon ? Scroignandieu !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6262
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: un TOURNANT HISTORIQUE du CAPITALISME et de l'ÉTAT FRANÇAIS, élections 2015-2017, faits et propos, analyses et théorie (antiroman)    Sam 20 Mai - 22:12


mais 4 mai, Ouest France, le clown suprême :


Citation :
« Après avoir assisté au débat et à la révélation de l'énergie et du courage du futur président, qui peut se présenter devant les Français en disant: « Votez pour nous, pour que nous empêchions cet homme de gouverner »? Qui va suivre une telle absurdité ? », se demande François Bayrou qui « écarte » l'hypothèse d'une cohabitation à l'issue des législatives

depuis notre Père la morale a cohabité avant

moralité : en mai dis ce qu'il te plaît, en juin, tu verras bien...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6262
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: un TOURNANT HISTORIQUE du CAPITALISME et de l'ÉTAT FRANÇAIS, élections 2015-2017, faits et propos, analyses et théorie (antiroman)    Sam 20 Mai - 22:31


nous vivons à n'en point douter un grand moment machiavélien
mais quand le Prince est au pouvoir
tu peux toujours agiter tes dents sur la moquette, ou même "dans la rue"...
le pouvoir c'est le pouvoir de faire, pas de l'ambitionner




« On fait la guerre quand on veut, on la termine quand on peut. »

Machiavel, Le Prince, 1513



Dernière édition par Admin le Dim 21 Mai - 15:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6262
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: un TOURNANT HISTORIQUE du CAPITALISME et de l'ÉTAT FRANÇAIS, élections 2015-2017, faits et propos, analyses et théorie (antiroman)    Dim 21 Mai - 10:14


tous les mêmes !

« This election is about you. It's about what we can achieve together. »

Jeremy Corbyn


achever le Labour ?



« Quand le peuple vote mal, il faut changer le peuple. »

Berthold Brecht


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6262
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: un TOURNANT HISTORIQUE du CAPITALISME et de l'ÉTAT FRANÇAIS, élections 2015-2017, faits et propos, analyses et théorie (antiroman)    Dim 21 Mai - 11:12




« L’adhésion aux « idées » de droite ou de gauche n’a plus aucune importance
pour les classes aisées et les classes moyennes supérieures.
Craignez le jour où il en ira de même pour les classes populaires ! »


Pensée positive et guerre de classes

Tom Personne AgoraVox 12 mai 2017

Notre nouveau président, celui qui veut nous servir par amour, a été élu sur une ligne « ni, ni » (ni droite, ni gauche). A première vue, cela peut paraître étonnant, car les élections présidentielles des dernières décennies ont plutôt montré qu'un positionnement centriste n'était viable qu'en vue d'assurer une force d'appoint à l'un des deux partis dits de gouvernement.

Citation :
Historiquement, les centristes ont été les alliés traditionnels de la droite. Cela s'est encore vu lors du spectacle de cabaret de la primaire « de la droite et du centre ». Néanmoins, un basculement s'était déjà opéré en 2012 lorsque François Bayrou, girouette en chef président du MODEM, avait appelé à voter pour le candidat « socialiste » François Hollande.

Le triomphe de notre nouveau pharaon président semble montrer que, désormais, la positionnement centriste est central (1), et que les forces d’appoint sont plutôt les partis dits de gouvernement. Sommes-nous donc enfin arrivés à cette Arcadie utopique où les affrontements « stériles » sont dépassés une fois pour toutes, et où chacun peut prendre l'autre par la main pour aller de l'avant de façon constructive ? L'aboutissement rêvé de la pensée positive !

Pensée positive

Mes amis, qu'il est doux de penser printemps ©, en sirotant un Latte à la terrasse d'un Starbucks ™, tout en glissant ses doigts manucurés sur la surface stylisée d'un iPad ™, et en feuilletant négligemment des pages de papier glacé, après une séance de fitness ou de yoga (tonifiante ou apaisante, c’est selon), avec pour seul tracas de trouver où passer son prochain week-end ! Londres ? Berlin ? Stockholm ? Rome ? Trouville ? Cherchez l'erreur !

Eh oui, que notre style de vie est beau lorsqu'il nous permet d'ignorer jusqu'à l'existence même de ces ploucs et autres beaufs de Trouville, Pouilley-les-Vignes ou Nogent-le-Rotrou ! Ces ignares mal dégrossis qui regardent le football en buvant de la bière bon marché, ou le JT en buvant du rouge qui tâche, et qui, horreur, ont voté en masse pour Marine Le Pen !

En fait, la seule nouveauté de cette élection, c’est que les masques sont enfin tombés : de droite ou de gauche, peu importe quand il est avant tout question de protéger les intérêts des nobles contres la menace des manants. Et tant pis si le cirque « anti-fasciste » prend de moins en moins, tant qu’on peut encore faire un autre tour de piste.

S’il est malheureux que le premier parti d’opposition soit historiquement d’inspiration vichyste, il n’en demeure pas moins qu’il est objectivement dans l’intérêt des classes populaires de voter pour ses représentants. C’est que derrière le positivisme du président Macron ™, se dissimule une guerre de classes sociales, dont le premier instrument est l’Union Européenne.

Guerre de classes

Limiter la « liberté fondamentale » de circulation du capital dont résultent directement les délocalisations ? Dans l’intérêt des classes populaires. Limiter la « liberté fondamentale » de circulation des personnes dont résulte directement le recours aux travailleurs détachés ? Dans l’intérêt de classes populaires. Etc.

Le problème, c’est que ce qui nuit aux classes populaires est aussi ce qui bénéficie aux classes aisées et aux classes moyennes supérieures. Des sociologues, tels que Christophe Guilluy, ont bien analysé les tenants et les aboutissants de la mondialisation, dont la construction européenne n’est qu’une déclinaison continentale.

Pour les classes supérieures, cela se traduit par la métropolisation : la richesse se concentre dans les grandes capitales qui agissent comme des centres de contrôle de la mondialisation. Pour les classes inférieures, c’est la relégation : dans les zones trop éloignées des grands centres urbains, l’industrie périclite et le chômage explose, puisqu’en régime d’économie ouverte, il est plus profitable de produire dans les pays à bas coûts.

Tristement, cet antagonisme des classes sociales n’est plus tempéré par l’existence d’un consensus quant à ce qu’elles auraient en commun, et qui pourrait les rassembler. Quelque chose comme l’attachement à leur patrie par exemple… La métropolisation induit un semblant d’autonomisation des urbains diplômés et acculturés, qui voient comme des semblables, moins leurs concitoyens que les habitants des autres grandes capitales.

Il en découle que les rapports de force politiques expriment désormais un double clivage :

• conservateurs contre progressistes,

• cosmopolites contre patriotes.

En représentant ces clivages sur quatre quadrants, il n’est pas difficile de voir pourquoi notre nouveau président l’a emporté.



Oui, je vous le dit, mes amis : le printemps des uns est l’automne des autres. L’adhésion aux « idées » de droite ou de gauche n’a plus aucune importance pour les classes aisées et les classes moyennes supérieures. Craignez le jour où il en ira de même pour les classes populaires !

(1) Oui, c’est facile, mais je l’ai fait quand même.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6262
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: un TOURNANT HISTORIQUE du CAPITALISME et de l'ÉTAT FRANÇAIS, élections 2015-2017, faits et propos, analyses et théorie (antiroman)    Dim 21 Mai - 13:54


capitalisme vert

Hulot chez Guillaume Tell


Vote des Suisses sur l'abandon progressif du nucléaire

Les Suisses votaient dimanche lors d'un référendum sur la nouvelle loi sur l'énergie qui vise à remplacer progressivement le nucléaire par des énergies renouvelables.


Citation :
Le projet de révision de la loi sur l'énergie constitue le résultat d'un long processus engagé après l'accident nucléaire de Fukushima, provoqué par un gigantesque tsunami, en mars 2011, au Japon.

La loi vise à promouvoir les énergies renouvelables comme l'hydraulique, le solaire, la géothermie et la biomasse.

D'après le dernier sondage publié le 10 mai par l'institut gfs.bern, 56% des Suisses sont favorables à la nouvelle loi tandis que 37% s'y opposent, alors que 7% des sondés sont indécis. Mais l'écart s'est réduit, car fin mars 61% des sondés se disaient encore pour le projet du gouvernement et 30% contre.

A Zurich, les électeurs pouvaient voter dans certains bureaux de vote depuis 06H45 (04H45 GMT). A Genève ils n'ont ouvert qu'à 10H00 (08H00 GMT). Dans certaines villes, les bureaux de vote étaient ouverts pour quelques heures samedi.

Les bureaux ferment en général dans le pays autour de 12H00 (10H00 GMT).

Les premières tendances sont attendues en début d'après-midi et les résultats finaux en début de soirée.

La très grande majorité des électeurs suisses, appelés à se prononcer plusieurs fois par an lors de multiples référendums, ont voté par correspondance au cours des deux, trois semaines précédant l'élection.

5 réacteurs

Quelques semaines après la catastrophe de Fukushima, la Suisse, qui compte cinq réacteurs nucléaires produisant environ un tiers de l'électricité du pays, avait décidé de sortir du nucléaire vers 2034, tout en indiquant que cette date restait théorique. Les autorités avaient précisé que les centrales devraient vraisemblablement être débranchées après environ 50 ans, voire 60 ans, d'exploitation.

Depuis cette décision, le gouvernement suisse (qui fonctionne sur le principe du consensus et est formé de sept ministres représentant les quatre grands partis) a travaillé à l'élaboration de la stratégie énergétique, dont la mise en oeuvre est prévue par étapes d'ici 2050.

Le premier volet de cette stratégie, sur lequel les Suisses se prononcent dimanche, vise notamment à réduire la consommation d'énergie. Elle fixe entre autres des valeurs indicatives de consommation énergétique moyenne par personne et par année: à savoir, par rapport au niveau de l'an 2000, une réduction de 16% d'ici à 2020 et de 43% d'ici à 2035.

Elle interdit également la construction de nouvelles centrales nucléaires. Les centrales existantes pourront toutefois rester en service aussi longtemps que leur sûreté sera garantie.

Douche froide ?

Le Parlement soutient la nouvelle loi, mais le premier parti suisse, l'UDC, parti populiste anti-européen et anti-immigration, a demandé un référendum, estimant que la mise en oeuvre du texte entraînerait des coûts élevés, menacerait l'approvisionnement énergétique et défigurerait le paysage avec la multiplication des éoliennes et les panneaux solaires.

D'après l'UDC, la transformation de l'ensemble du système énergétique coûterait quelque 200 milliards de francs suisses (183 milliards d'euros) jusqu'en 2050. Pour un ménage de quatre personnes, cela représente, selon ce même parti, 3.200 francs suisses (2.900 euros) par an de frais et d'impôts supplémentaires.

"Payer 3.200 francs de plus ... pour une douche froide?"
ironise l'UDC dans ses affiches électorales que l'on peut voir dans les rues et gares de la Confédération.

Le gouvernement réfute ce calcul et estime qu'un ménage de quatre personnes ayant une consommation électrique moyenne devra payer 40 francs suisses (36,5 euros) par an de plus qu'aujourd'hui. Il souligne par ailleurs que ce surcoût pourra être compensé par une meilleure efficacité énergétique, avec par exemple une réduction des frais de chauffage.

Fin 2016, les électeurs suisses avaient rejeté une initiative populaire des Verts, soutenue par la gauche, qui prévoyait de limiter à 45 ans la durée de vie d'un réacteur.

(©AFP / 21 mai 2017 11h46)


Vue de la centrale nucléaire de Gösgen, près de Däniken dans le nord de la Suisse
© AFP/Archives / FABRICE COFFRINI

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6262
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: un TOURNANT HISTORIQUE du CAPITALISME et de l'ÉTAT FRANÇAIS, élections 2015-2017, faits et propos, analyses et théorie (antiroman)    Dim 21 Mai - 14:25


recyclage sans déchets poétiques

2010-2017


TAMBOURS SUR TEMPÊTES

Aux petits soldats de l'administration du désastre et de la soumission durable,
de l'écologisme d'Etat et du capitalisme vert


12 attendus

Au temps pour tous importe
        peu le vent amer
               à contretemps

Qu'une saine colère
        mette à la porte
               l'ombre d'une chimère

Quand passe sur hier
        la serpillière de l'hiver
               un propre vers printemps

Que sombre dans l'oubli
        le moment des poisons
               pipi sur la moquette

Que s'efface la trace
        de crasse et pollution
               durable de l'esprit

Et leur autorité de la dissolution
        mentale
              à l'environ dément

Que brûle en sa poubelle
        le déchet étatique
               de l'égocitoyen

Qu'on lui décerne en prix
        de sa bioconnerie
               l'écolabel démocratique

Que sa gestion du même
        crève d'indigestion
               managériale

Que gronde la raison
        quand tonne le critère
               de notre exploitation

Qu'un sens impur génial
        de la rébellion générale
               abreuve nos sillons

D'une musique nouvelle
        faites par tous non contre uns  
               avec tambours et tempêtes


Patlotch, 19 février 2010 VOL LIBRE Poèmes


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6262
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: un TOURNANT HISTORIQUE du CAPITALISME et de l'ÉTAT FRANÇAIS, élections 2015-2017, faits et propos, analyses et théorie (antiroman)    Dim 21 Mai - 17:11


la classe des entrepreneurs et cadres dirigeants au pouvoir

dire que Macron est le Président de la Grande bourgeoisie n'oblige pas celle-ci à diriger elle-même l'État,
mais ici l'impression est forte que la catégorie "petite bourgeoisie" n'est pas aussi dépassée qu'on a pu le dire. Comme sous d'autres aspects (surexploitation...), on assiste comme à un retour aux sources du capitalisme : on n'est jamais mieux servi que par soi-même

on a vu les interconnections du pouvoir d'État et du capitalisme banquier au gouvernement et dans la haute administration. Ici, c'est de la "représentation nationale" qu'il s'agit, ceux que choisissent les citoyens...



Avec Emmanuel Macron, le renouvellement social attendra… Aux élections législatives, En Marche a surtout investi des cadres sup' et des entrepreneurs. Des "winners" de la vie professionnelle pour remplacer les pros de la politique, en somme.

voir infographies dans l'original
Citation :
Exit les professionnels de la politique, bienvenue... aux cadors de la vie professionnelle. Après moult rebondissements, une crise de François Bayrou et quelques sérieux ratés, la République en Marche (REM) a finalement publié ce mercredi 17 mai sa liste définitive des candidats aux élections législatives. Le listing de 521 noms, épluché par Marianne, répond incontestablement à la promesse de changement martelée par le nouveau chef de l'Etat. Celui qui clamait que "la politique ne doit plus être un métier", en octobre dernier à Strasbourg, pourra constater, satisfait, que 57% de ses représentants aux prochaines élections n'ont jamais détenu de mandat électoral. Pour beaucoup, comme le pilote de ligne Julien Lemaitte dans le Nord, la rhumatologue Stéphanie Rist dans le Loiret ou l'ingénieure nucléaire Claire Pitollat dans les Bouches-du-Rhône, il s'agit même du premier engagement militant. La parité est aussi parfaitement respectée : 261 hommes et 260 femmes. Quant aux collaborateurs politiques, les fameux "apparatchiks" pourfendus par le chef de l'Etat, ils ne sont plus que onze. Une paille. Pour autant, il n'est pas évident que ce casting corresponde à un véritable renouvellement.

90% de CSP+ et de chefs d'entreprise

En effet, si les noms changent, l'endogamie sociale demeure. On dénombre bien un chômeur, en la personne de Jean-Pierre Morali, investi dans les Ardennes, trois infirmières, un assistant juridique, un fonctionnaire au service de l'état-civil, un gardien de la paix ou un sapeur-pompier parmi les représentants d'Emmanuel Macron dans les territoires, mais cela paraît bien peu face aux 67 cadres supérieurs cooptés par Richard Ferrand et les siens.

Parmi les 298 candidats sélectionnés par la REM qui appartiennent à la société civile, 75% représentent les couches intellectuelles supérieures, les fameux CSP+. Quand on ajoute les chefs d'entreprise, on atteint même 90% des investis de Macron, quand les deux catégories ne représentent respectivement que 9,5% et 3,5% des actifs français, selon l'Insee. C'est encore davantage que dans l'Assemblée nationale sortante, qui comptait 68,5% de cadres supérieurs et 6,2% d'entrepreneurs (selon leur profession d'origine).

Regarder trop longtemps les CV des impétrants laisse même la drôle d'impression d'avoir consulté le tableau d'honneur d'une jeune multinationale en pleine expansion. Dans la "dream team" macroniste, on retrouve pas moins de 67 cadres d'entreprise, comme Amélie de Montchalin, responsable de la prospective chez Axa, dans l'Essonne, ou Philippe Latombe, responsable du contentieux au Crédit Agricole Vendée. 43 d'entre eux sont entrepreneurs, tel David Simmonet, PDG du groupe chimique Axyntis, dans le Loiret ou Adrien Taquet, fondateur de l'agence publicitaire Jésus et Gabriel, dans les Hauts-de-Seine.

incidemment, les mêmes 'Dirigeants/Cadres supérieurs' /'entrepreneurs' sont la clientèle majoritaire du site de l'adultère libéré Gleeden. Voir le reportage AFRODITE CHEZ LES PHALLOCRATES, antiroman sans repentir

en 1967 Debord écrivait La société du spectacle. 50 ans après, La société du bordel ?

on n'oubliera pas d'ajouter que dans cette histoire, les 'baisés' et les "cocus" sont toujours les mêmes

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6262
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: un TOURNANT HISTORIQUE du CAPITALISME et de l'ÉTAT FRANÇAIS, élections 2015-2017, faits et propos, analyses et théorie (antiroman)    Dim 21 Mai - 18:07


capitalisme vert, suite..





Mélenchon prédit que Nicolas Hulot quittera le gouvernement «dans six mois»

Citation :
Nicolas Hulot « est un écologiste, ce qui n’est pas le cas du Premier ministre qui est un nucléariste, ce n’est pas le cas de la plupart des ministres qui sont là-dedans et qui ne comprennent à peu près rien aux enjeux du changement climatique et du reste », a ajouté Jean-Luc Mélenchon. Pour lui, le gouvernement dirigé par Edouard Philippe, venu des Républicains et qui fut directeur des affaires publiques d’Areva de 2007 à 2010, « n’a rien d’écologiste et ne comprend pas de quoi il s’agit ».

« L’avenir verra si je me trompe »

« Le président de la République a été habile, il est tombé sur un Nicolas Hulot qui était à un moment de sa vie où il avait envie de changer de régime, d’entrer dans le concret, mais je crois que Nicolas Hulot ne mesure pas ce que sont les rapports de force politiques », a-t-il dit. L’ancien présentateur d’Ushuaïa, dont c’est la première expérience gouvernementale, s’était déclaré vendredi « certain de trouver un point de rencontre » avec Edouard Philippe, malgré des « divergences ».

Face aux critiques de personnalités de gauche, il avait répondu : « Les divergences que l’on voit ne sont pas si importantes que ça, en tout cas à ce stade. L’avenir verra si je me trompe. Il y a un chemin commun ».

Mélenchon est tellement mégalomane qu'il ne voit plus la politique qu'à travers des individus. Le sort de Hulot, nonobstant le rôle que lui fait jouer Macron, est-il essentiel en cette affaire ?

j'écrivais le 18 mai

Patlotch a écrit:
le sens de cette nomination est à mon avis fondamentalement ailleurs, assurer la transition écologique dans le capitalisme, c'est-à-dire faciliter, dans la production d'énergie, la victoire du capitalisme vert, peu ou prou la "croissance verte", au détriment de l'exploitation des énergies fossiles et du nucléaire. La transition écologique est d'abord énergétique, dans la continuité de la loi de transition énergétique de 2015 (nucléaire dans la production d'électricité de 75% à 50% à l'horizon 2025)

alors bien sûr, il y a d'autres dossiers (Notre-Dame-des-Landes, pesticides...), sur lesquels Hulot pourrait se sentir le dindon de la farce, mais au fond ils tournent tous autour d'une transition dans le capitalisme, et donc de concurrence entre lobbies, au niveau national comme international

il n'y a pas plus de lutte globale de l'écologie contre le capital qu'il n'y a actuellement une lutte de classes (révolutionnaire) qui serait motrice. C'est la concurrence qui mène la danse autour du taux de profit : la guerre entre capitalistes, qui est le moteur de la restructuration globale du capital aujourd'hui

dans le roman Les initiés que j'ai cité, p.177, le patron du 'Crédit Parisien' explique aux Inspectrices des finances qui enquêtent sur le plan de sauvetage des banques :


Citation :
Dans le monde d'aujourd'hui, les pays occidentaux continuent de se faire la guerre. Simplement, ils ne s'envoient plus des tapis de bombes ou des missiles, mais ils se disputent des parts de marché avec une violence que vous ne soupçonnez pas, ils se livrent une course aux brevets sans pitié, et leurs agences de renseignement rivalisent d'ingéniosité pour avoir toujours un coup d'avance. Si je simplifie à outrance, mais je ne suis pas là pour vous faire un cours de géopolitique, cette guerre économique a été engendrée par la mondialisation. Disons que ce sont les deux faces d'une même pièce. Dans cette guerre, l'Europe est mal placée. Et en Europe, la France n'est pas bien positionnée. J'ai une conviction : on ne s'en sortira que si nous jouons tous ensemble. L'État, les banques, les entreprises, tout le monde doit tirer dans le même sens. Nos destins sont inextricablement liés. La guerre économique transcende la lutte des classes qu'essaient parfois de nous jouer nos politiques. » [je souligne]

dans cette guerre, je pense que le capitalisme vert finira par l'emporter, évidemment avec d'autres menaces écologiques à la clé (cf les matières nécessaires, "terres rares", à la construction d'une éolienne, par exemple, et les dégâts écologiques et humain dans le processus d'extractivisme à l'œuvre dans les régions du monde concernées)

par conséquent, je ne sais pas ce que pourrait décider Hulot, ou ses maîtres, quant à son propre sort dans le gouvernement, mais je suis certain que ce qui les oppose n'est que la partie politique visible de cet iceberg de l'économie politique de l'énergie

quant au programme de Mélenchon, il ne s'inscrit pas moins dans le camp du capitalisme vert. Alors quoi, il est jaloux ? À 15% d'intentions de vote aux législatives, il peut toujours rêver d'une cohabitation...

on verra au demeurant de plus en plus de textes écologistes radicaux soulever le voile Hulot. Exemple : Macron-Hulot, champions du lessivage idéologique de l’écologie Reporterre 20 mai (La question écologique est d’abord une question sociale)



Dernière édition par Admin le Dim 21 Mai - 18:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6262
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: un TOURNANT HISTORIQUE du CAPITALISME et de l'ÉTAT FRANÇAIS, élections 2015-2017, faits et propos, analyses et théorie (antiroman)    Dim 21 Mai - 18:31


Citation :
Rachid Nekkaz organise vendredi prochain l'opération "Toutes en burkini" sur les plages cannoises, en plein festival, alors que la ville a été la première à interdire le port du burkini.

"Toutes en burkini sur les plages du Festival de Cannes"
: l’opération, qui aura lieu vendredi 26 mai de 14h à 16h, est initiée par le millionnaire algérien Rachid Nekkaz.

"C’est une façon de célébrer la décision du Conseil d’État du 26 août 2016, qui permet à n’importe quelle femme de s’habiller en burkini", explique l’homme à Nice Matin, rappelant que la cité cannoise avait été la première à interdire le burkini sur ses plages en 2016 - avant que le Conseil d'État ne suspende l'arrêté.

Un burkini bleu-blanc-rouge
. "Cannes, c'est la vitrine mondiale de la France et le temple de l'extravagance. C'est la liberté totale et ça se passe très bien du matin jusqu'à la nuit. Certaines sont en bikini, d'autres en burkini. C'est la France qu'on aime", poursuit l'homme d'affaires. Sur l’affiche de la manifestation, Marine Le Pen et Nadine Morano apparaissent vêtues d’un burkini bleu-blanc-rouge, celui qui sera justement porté par une douzaine de femmes vendredi prochain, précise Rachid Nekkaz. L’homme, en guise de provocation, dit en avoir fait parvenir un exemplaire aux deux têtes d’affiches.

ce cher milliardaire nous rappelle ainsi, on aurait tort de l'oublier, que "l'affaire du burkini" fut un des sommets de l'idéologie française, à l'été dernier. Voir DÉCOLONISER le FÉMINISME ! Féminisme, voile, race et Islam... "Féministes blanches"... sexisme et racisme... et le burkini ?!

l'occasion de noter que si "la guerre contre le terrorisme" fut au cœur des joutes pour la présidentielle, la question de l'Islam fut relativement reléguée au second plan. La retenue de Macron sur ce thème, par rapport à son frère-ennemi Manuel Valls, n'y est sans doute pas pour rien. Il faudra y revenir : au prochain attentat ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6262
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: un TOURNANT HISTORIQUE du CAPITALISME et de l'ÉTAT FRANÇAIS, élections 2015-2017, faits et propos, analyses et théorie (antiroman)    Lun 22 Mai - 9:38


convergence ?

Philippe Martinez a écrit:
- Réformer le code du travail n'est pas une priorité.
- Faciliter le licenciement pour créer de l'emploi, c'est vieux comme Juppé !
- Ces ordonnances sont complètement irrecevables !

Europe1 hier soir

Marine Le Pen a écrit:
- Le code du travail n’est pas la priorité.
- Ceux qui pensent qu’en licenciant plus facilement on va créer de l’emploi, ils se trompent.
- Des ordonnances pour faire passer des textes dont le peuple veut s'opposer ça s’appelle un coup de force.


France Info ce matin


convergence !

Édouard Philippe, Premier ministre a écrit:
- "Mon objectif est de donner une majorité au chef de l'État."
- "Il faudra aller vite", pour réformer le Code du Travail.

le JDD hier

Thibault Lanxade, MEDEF a écrit:
- "Il faut qu'il ait une majorité pour pouvoir faire en sorte que ses ordonnances puissent passer."
- "Il faut aller vite. Il faut qu'il ait l'entièreté des moyens"

- "il faut faire en sorte que ça puisse être effectif le plus tôt possible" pour bénéficier du retour de la croissance "avec un code du travail plus flexible".

France Inter ce matin

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6262
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: un TOURNANT HISTORIQUE du CAPITALISME et de l'ÉTAT FRANÇAIS, élections 2015-2017, faits et propos, analyses et théorie (antiroman)    Lun 22 Mai - 10:36


on peut se demander pourquoi ce besoin d'une majorité absolue s'il s'agit de gouverner par ordonnance. Explications




La Constitution permet au gouvernement de prendre des ordonnances ou d’user du 49-3 pour adopter rapidement ses réformes. Mais les députés ne sont pas sans pouvoir. Explications.

Citation :
Trés vite, le nouveau Président de la République, entend procéder… par ordonnance à la refonte du code du travail qui vient de faire l’objet de la loi El Khomri… adopté par 49-3.

Déjà, le 11 avril 2016, sur la chaîne Public Sénat, Emmanuel Macron assume vouloir procéder par ordonnances pour accélérer ses réformes. Il garantit que «l'ordonnance n'est pas contre la loi», mais est «une technique qui a valeur de loi». «Ça permet d'accélérer les débats», assure le candidat, tandis que le 49-3, «très différent», s'utilise «à la fin du débat».

Exact mais gouverner par ordonnances et se servir du 49-3 pour faire adopter rapidement des réformes et des lois qu’est-ce que ça veut dire et quelle différence ? Et les députés dans tout ça ?

Qu’est-ce que signifie gouverner par ordonnance ?

C’est la possibilité non pas pour le Président de la République mais pour le gouvernement qu’il a nommé de demander aux députés (Assemblée nationale) l’autorisation de prendre des mesures afin de mettre en œuvre son programme.

Ca évite toute discussion au Parlement et tout amendement  pour faire adopter une loi ou une mesure  et c’est permis par l’article 38 de la Constitution

A quoi servent alors les députés et sénateurs ?

Gouverner par ordonnances ne signifie pas que la Parlement (Assemblée nationale et Sénat), c'est-à-dire le pouvoir législatif (qui fait les lois) ne sert à rien. Regardez l’infographie ci-dessus, que montre-t-elle ?

1.- Le gouvernement (pouvoir exécutif) doit avoir l’accord de l’Assemblée nationale (des députés) pour prendre des ordonnances. Cet accord se concrétise par une loi dite d’habilitation c’est-à-dire que les députés délèguent leur pouvoir dans un domaine précis et pour une durée limitée. Cette loi d’habilitation fixe également un délai au gouvernement pour faire ratifier son ordonnance par le Parlement. Si le délai n’est pas respecté, elle n’est plus valide.

2.- En bout de chaîne, le texte de l’ordonnance retourne devant l’Assemblée nationale pour y être ratifié. De deux choses l’une : le texte de l’ordonnance est adopté par l’Assemblée nationale et devient une loi, le texte de l’ordonnance est rejeté par l’Assemblée nationale et devient un décret (inférieur à la loi).

Il est donc clair que les ordonnances permettent d’accélérer le processus d’adoption des lois et des réformes… à condition que les députés donnent leur accord. Ce qui n’est pas acté si l’Assemblée nationale est composée d’une majorité de députés d’opposition au gouvernement ou opposés à ses réformes.

Par contre, les ordonnances actées s’appliquent de suite, sans attendre décrets et arrêtés d’application.

Le site du Conseil-constitutionnel vous en explique en détail le fonctionnement et celui du Sénat retrace l'historique des ordonnances et leur régime juridique.

Quelle différence avec le 49-3 ?

Ce qu’on appelle le 49-3 est en fait l’article 49 alinea 3 de la Constitution

Vous l'avez lu, il permet donc au Premier ministre d’engager la responsabilité du gouvernement pour faire adopter une loi notamment quand un trop grand nombre d’amendements la bloque. Ce fut le cas pour la loi travail dite El Khomri. Le gouvernement Valls avait alors expliqué Comment ça marche l'article 49-3

Cependant, les députés ne sont encore une fois pas sans pouvoir. Ils peuvent adopter une motion de censure avec pour conséquence : le rejet du texte de loi et le renversement du gouvernement. Là encore tout dépend de la composition de l’Assemblée nationale. Une forte opposition peut dissuader le gouvernement d’user du 49-3.

Ainsi donc une ordonnance permet au gouvernement d’éviter une loi, le 49-3 de la faire adopter presto si ça coince. Mais tout dépend de la composition de l’Assemblée nationale, favorable ou pas au gouvernement. C'est dire l'importance des élections législatives des 11 et 18 juin.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Patlotch



Messages : 1103
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: un TOURNANT HISTORIQUE du CAPITALISME et de l'ÉTAT FRANÇAIS, élections 2015-2017, faits et propos, analyses et théorie (antiroman)    Lun 22 Mai - 11:20


antiroman ?

à la différence du roman, ce mentir-vrai selon Aragon, l'antiroman n'a rien de romanesque, encore moins de romantique. Tout y est vrai moment du vrai, avec ou sans ivresse

Diderot a écrit:
Il est bien évident que je ne fais pas un roman, puisque je néglige ce qu'un romancier ne manquerait pas d'employer. Celui qui prendrait ce que j'écris pour la vérité serait peut-être moins dans l'erreur que celui qui le prendrait pour une fable.

Jacques le fataliste et son maître
1784

en première analyse, on pourrait espérer des surprises. On a vu qu'ici, tout était plié à la nécessité historique, à quelques détails près. Au début on ne savait pas trop, après l'on en croit pas ses yeux. Tout s'est produit comme prédit à l'avance sur « le grand rouleau où tout est écrit »

de l'intrigue tout est écrit, n'adviendront plus que des péripéties. Je m'ennuie, je ne suis qu'un antiromancier

d'imprévisible il n'est plus à attendre que d'attentats, catastrophes... et de Trump


affraid

Diderot a écrit:
Jacques demanda à son maître s' il n'avait pas remarqué que, quelle que fût la misère des petites gens, n'ayant pas de pain pour eux, ils avaient tous des chiens; s' il n'avait pas remarqué que ces chiens, étaient tous instruits à faire des tours, à marcher à deux pattes, à danser, à rapporter, à sauter pour le roi, pour la reine, à faire le mort, cette éducation les avait rendus les plus malheureuses bêtes du monde. D'où il conclut que tout homme voulait commander à un autre ; et que l'animal se trouvant dans la société immédiatement au-dessous de la classe des derniers citoyens commandés par toutes les autres classes, ils prenaient un animal pour commander aussi à quelqu'un. Eh bien ! dit Jacques, chacun a son chien.

Le ministre est le chien du roi, le premier commis est le chien du ministre, la femme est le chien du mari, ou le mari le chien de la femme...

Les hommes faibles sont les chiens des hommes fermes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Tristan Vacances



Messages : 385
Date d'inscription : 21/12/2016

MessageSujet: Re: un TOURNANT HISTORIQUE du CAPITALISME et de l'ÉTAT FRANÇAIS, élections 2015-2017, faits et propos, analyses et théorie (antiroman)    Lun 22 Mai - 11:30


déterminisme ?

Tristan Vacances : - Cher Patlotch, il faut toujours que tu exagères. Tu faisais aux communisateurs un procès en déterminisme, et là c'est comme s'il ne se passait rien que de déterminé. De toi qui en exergue mettait Marx « Il n'y a que la lutte », c'est un comble !

Patlotch : - Marx écrivait aussi : « Ça dépend. » Il n'y aurait bien que la lutte pour que ça ne se passe pas comme c'est écrit, mais tout dépend laquelle, et quand...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patlotch



Messages : 1103
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: un TOURNANT HISTORIQUE du CAPITALISME et de l'ÉTAT FRANÇAIS, élections 2015-2017, faits et propos, analyses et théorie (antiroman)    Lun 22 Mai - 12:25


capitalisme vert, suite


Hulot vaut l'eau et l'électricité

... mais sans les soviets

Veolia environnement est cette multinationale du CAC40, mécène de la Fondation Nicolas Hulot pour la nature et l'homme


Le groupe a signé un contrat de près de 900 millions d’euros pour un incinérateur. Sa chaleur produira l’électricité nécessaire au métro de la capitale.



En incinérant un tiers des déchets de la ville, à partir de 2020, ce site d’une taille exceptionnelle
produira assez d’électricité pour faire fonctionner les douze lignes du métro
- Pedro Mera/XINHUA-REA

Citation :
Rouler aux déchets avait déjà été envisagé pour les voitures. A Mexico, dans trois ans, ce sera une réalité, mais pour le métro. Veolia a signé avec cette mégapole un contrat de près de 900 millions d'euros pour construire d'ici à 2020, puis opérer pendant trente ans, le premier incinérateur d'ordures ménagères d'Amérique Latine, un continent où la pratique est encore l'enfouissement en décharge.

Le projet est particulièrement original. Grâce aux turbines actionnées par la chaleur (vapeur) de l'incinération, « le site produira 965 gigawatts-heure (GWh) d'électricité par an, destinés à alimenter en énergie le métro de Mexico et couvrira 100 % des besoins de ce dernier », souligne Antoine Frérot, le PDG de Veolia. Le fait que cette unité de valorisation énergétique des déchets soit capable de générer assez d'énergie pour faire fonctionner douze lignes de métro s'explique par sa taille exceptionnelle.

4.565 tonnes de déchets traités par jour

Le site aura une capacité de traitement de presque 4.565 tonnes de déchets par jour (un tiers des déchets de la ville), soit quasiment 1,7 million de tonnes par an. Cela en fait une installation géante au niveau mondial. A titre de comparaison, l'incinérateur d'Ivry-Paris XIII, le plus gros de l'Hexagone, a aujourd'hui une capacité de traitement de 730.000 tonnes par an.




La construction de cette usine d'une taille exceptionnelle au niveau mondial
prendra trois ans et coûtera l'équivalent de 510 millions d'euros.
- Veolia


Si la France est passée à l'économie circulaire et veut réduire l'incinération au profit du recyclage, en Amérique Latine tout part encore en décharges. Or elles saturent et « dans les pays en voie d'industrialisation, il revient souvent moins cher de passer à la valorisation énergétique que d'ouvrir de nouvelles décharges plus éloignées des villes, souligne le patron de Veolia. Ce marché émerge à peine et nous sommes actuellement en discussion pour des projets de valorisation énergétique dans plusieurs grandes villes d'Amérique Latine ».

C'est en Amérique Latine que Veolia a enregistré ces six derniers mois sa plus forte croissance mondiale, devant l'Asie. Il y réalise un chiffre d'affaires annuel de 600 millions d'euros. Le contrat de Mexico y ajoutera en moyenne 30 millions par an, soit 886 millions sur les trente ans de l'accord, au titre de l'exploitation du site. Si Veolia est l'exploitant, il s'est en revanche allié à des partenaires pour limiter à 15 % son intérêt dans la société chargée de la construction de l'usine. Elle coûtera l'équivalent de 510 millions d'euros mais le groupe français ne déboursera à ce titre que treize millions.

Wikipédia a écrit:
Veolia (autrefois Veolia Environnement, Vivendi Environnement et précédemment Compagnie générale des eaux) est une multinationale française, chef de file mondial des services collectifs. Veolia propose à ses clients, collectivités locales et entreprises, une expertise dans trois domaines complémentaires : gestion du cycle de l’eau, gestion et valorisation des déchets et gestion de l’énergie.

Elle emploie plus de 173 000 salariés sur les cinq continents. Le chiffre d'affaires de Veolia en 2015 était de 24,965 milliards d'euros. L'entreprise est cotée à la bourse de Paris et l'a été à la bourse de New York jusqu'à son retrait volontaire en 2014.

Au 30 juin 2015, son capital est détenu par : Caisse des dépôts et consignations 8,64 %, Groupe industriel Marcel Dassault 5,21 %, Velo Investissement (Qatari Diar) 4,64 %, Veolia Environnement 2,45% et Public et autres investisseurs 79,06 %


« Le communisme, c'est les Soviets plus l'électricité.»

Lénine, Discours au 8è congrès des Soviets en 1919


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Patlotch



Messages : 1103
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: un TOURNANT HISTORIQUE du CAPITALISME et de l'ÉTAT FRANÇAIS, élections 2015-2017, faits et propos, analyses et théorie (antiroman)    Lun 22 Mai - 13:59


le candidat systémique du capital-État

comme suite aux éléments montrant le fonctionnement du Capital/État français, au gouvernement, dans la haute-administration et particulièrement à Bercy avec les banquiers, et complément en image à 2017, le coup d'État, en plus drôle...

Le coup d'État de la Haute Finance avec l'Opération Macron


Citation :
Nous rassemblons dans ce dossier, des documents éparpillés, qui ensemble, forment une véritable bombe. La Haute Finance qui a le pouvoir économique, a décidé d’avoir aussi le pouvoir politique. Avoir les pantins dociles ne lui suffit plus pour mettre en œuvre la phase finale du Nouvel Ordre Mondial (voir références ci-après). Comme pour tout coup d’État, nous avons à faire à une conjuration préparée de longue date. Peut-être même que l’empêchement organisé de DSK en 2007, était une étape de ce plan.

[...]

Surtout, ne manquez pas les dernières minutes de cette vidéo, un vrai régal… À mourir de rire, si vous n’êtes pas déjà morts de honte d’avoir été trompés ainsi…

Vers un énorme scandale Macron :

https://www.youtube.com/watch?v=sHZo8... (8 mn)
Références au N.O.M. (G. Bush, N. Sarkozy, A. Russo, N. Rockefeller...) :
Du "Nouvel Ordre Mondial" au programme "Arc-en-ciel" : où cela peut nous mener...
https://www.youtube.com/watch?v=K6rAd... (12 mn)
ONG : Instruments du Nouvel Ordre Mondial, d'attentats et de guerres
https://www.youtube.com/watch?v=Whte5... (28 mn)
Puce RFID implantée : L'esclavage du contrôle absolu
https://www.youtube.com/watch?v=IVdEp... (14 mn)
Attentat permanent contre la vérité
https://www.youtube.com/watch?v=KjD1p... (13 mn)
Nos 2 chaînes YouTube :
https://www.youtube.com/channel/UC38x...
https://www.youtube.com/channel/UCowM...

certains points de vue sont discutables (notamment la crique de l'oligarchie, typique du populisme...), mais aller à l'essentiel : les faits, qui montrent qu'il n'y avait pas plus systémique que le candidat Macron

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Patlotch



Messages : 1103
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: un TOURNANT HISTORIQUE du CAPITALISME et de l'ÉTAT FRANÇAIS, élections 2015-2017, faits et propos, analyses et théorie (antiroman)    Lun 22 Mai - 15:25


à quoi ça sert, tout ça ?

à rien. À rien d'autre que comprendre ce qui se passe. Nombre de points sont repris ou semblables à des analyses que font les citoyennistes de gauche, dont l'objectif est de dénoncer pour proposer une alternative, alors que mon point de vue est radicalement critique, et sinon froid non "engagé politiquement"

ma conviction est qu'une telle alternative n'est pas crédible parce qu'irréaliste. Elle ne comprend le moment présent qu'à la surface

difficile de discerner, au-delà de cette recomposition bouleversant le paysage politique comme jamais depuis le "coup d'État" du Général de Gaulle en 1958, ce qui serait le plus essentiel, c'est-à-dire le plus profondément nouveau


un moment de la nouvelle restructuration du capitalisme mondial

à mon sens, c'est du côté de la restructuration dans la restructuration qu'il faut chercher, parce que c'est là que réside le caractère mondial de ce changement en France, cette restructuration portant ensemble sur l'économie et la politique, les liens entre capitaux transnationaux et rôle nouveau des États-nations, donc l'adaptation de leur gouvernance à cette nécessité historique, telle qu'on la constate avec Macron comme chef d'orchestre pour une partition écrite par la grande bourgeoisie internationale

c'est la première fois, à l'occasion des commentaires sur les raisons de la nomination de Nicolas Hulot comme Ministre d'État chargé de la Transition écologique et solidaire, que j'émets une critique sévère d'un point central chez les marxistes et les théoriciens de la communisation, le lien de réciprocité entre la contradiction entre prolétariat et capital, et la baisse tendancielle du taux de profit -, pour considérer que le moteur de l'histoire présente n'est pas la lutte des classes, mais la concurrence entre capitalistes pour le maintien de ce taux de profit, en raison même de l'absence de lutte de classe révolutionnaire du prolétariat, par expulsion (Saskia Sassen) d'une partie de celui-ci, déprolétarisée (AC/Carbure), en Nègres du monde (Achille Mbembe). Alimente encore cette affirmation le choix populiste du prolétariat, c'est-à-dire un choix anti-révolutionnaire

il y a donc, du point de vue théorique, quelque chose qui entre en cohérence, qui se reboucle par divers points de vue explicités dans d'autres sujets du forum

restructuration dans la restructuration, celle engagée au début des années 1970 avec la décomposition du programmatisme ouvrier (visant le communisme par étapes pour le pouvoir prolétarien étatiste ou autogestionnaire), puisqu'à cette époque il y avait encore de fortes luttes de classes visant le pouvoir par ou vers une révolution, dont on peut considérer qu'elles faisaient encore l'histoire, mais de moins en moins. C'est fini, jusqu'à la prochaine fois ?

avec ce moment historique de l'idéologie française, l'économie politique déterminant cette sortie (provisoire) de la crise de la démocratie politique, le point de vue que j'ai adopté est celui de l'hologramme, en considérant que le particulier contient la généralité. Voir DIALECTIQUE COMPLEXE et MÉTHODOLOGIE : DÉPASSEMENTS À PRODUIRE

j'ai donc concentré mes interventions récentes dans ce sujet, tout en essayant de mettre en évidence en quoi il permettait de comprendre le tout

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Patlotch



Messages : 1103
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: un TOURNANT HISTORIQUE du CAPITALISME et de l'ÉTAT FRANÇAIS, élections 2015-2017, faits et propos, analyses et théorie (antiroman)    Lun 22 Mai - 17:01


on comprend ce qu'il veut dire, mais s'il y en a un qui pense, et bien, avec ceux pour qui il est devenu Président, c'est Emmanuel Macron, produit par ceux qui pensent les besoins du capital. Quant à un « retour aux aspirations du socialisme » à travers Mélenchon et Le Pen, avec Jean-Claude Michéa et Carl Schmitt, ou « Les politiciens [qui] n'ont aucune idée de ce qu'est le politique. Pour eux, cela se ramène à des problèmes de strapontins et de carrière. », cela me paraît d'un mépris intellectuel moins lucide que l'exposé « un tournant historique pour trois raisons »

Victoire d'Emmanuel Macron, érosion du clivage droite/gauche, réveil du socialisme. Comment éclairer les cinq prochaines années ? Entretien avec le philosophe et historien des idées Alain de Benoist.

Il n'a jamais été chose aisée de penser mais cela risque de l'être plus encore. Eh oui, sous la présidence Macron, les françaises seront enjointes d'admirer les couvertures de magazines et de suivre l'exemple de la première dame, nouvel archétype de la femme libérée. Les Français quant à eux devront enfiler le costume noir/chemise blanche cravate noire du bonheur, l'uniforme libéral des troupes d'En Marche. Pour les rebelles, pour les non-conformistes, par contre, peut-être pourrions-nous tenter d'ouvrir quelques pistes, partir de la doxa ambiante, ou disons de la mentalité contemporaine, pour essayer de nous en extraire et de la maîtriser.

Comment penser sous la présidence Macron? Voilà la question du jour, et pour ce faire, nous avons accueilli en studio Alain de Benoist. Chef de file d'un courant baptisé à ses dépens la « Nouvelle Droite » dès les années 70, il a été banni pendant plusieurs années mais l'opinion médiatique semble le redécouvrir. Pilier de la remise en cause du clivage droite-gauche, il aime puiser ses influences chez les uns ou les autres, comme le reflète son dernier essai, Ce que penser veut dire. Penser avec Goethe, Heidegger, Rousseau, Schmit, Péguy, Arendt… publié aux éditions du Rocher.



Extraits :

Citation :
2017 : un tournant historique pour trois raisons

« La présidence Macron est le produit de ceux qui ne pensent pas. De ceux qui s'imaginent que les idéologies sont dépassées, que nous n'avons plus de nécessité d'interpréter le monde, qu'il y a des faits bruts. La réduction des faits bruts à la technique. Si vous permettez une parenthèse: au-delà de l'anecdote, cette élection marque un tournant historique pour trois raisons.

Pour la première fois dans l'élection du chef de l'Etat à l'élection, on a vu les deux partis qui dirigeaient en alternance la France depuis un demi-siècle éliminés dès le premier tour. Cela signifie que la vieille classe politique s'est complètement discréditée.

La deuxième raison est que les partis éliminés étaient ceux porteurs du clivage droite-gauche classique qui organisait toute la vie politique. Cet axe droite-gauche était un axe horizontal. On voit se substituer un axe vertical, représenté par l'opposition entre ‘ceux d'en haut' et ‘ceux d'en bas'
. Le point commun d'Emmanuel Macron et Marine Le Pen, que tout séparait par ailleurs, était précisément que l'un et l'autre ne faisaient pas l'alpha et l'omega de la vie politique. Au moins dans leurs intentions, ils voulaient dépasser ce clivage. C'est la première fois que cela se passe.

La troisième raison, on a vu un conflit resurgir, une problématique de classe qu'on n'avait pas vue depuis des décennies
. L'électorat Macron d'un côté, l'électorat Le Pen de l'autre, sont des électorats qui en termes d'appartenance sociale se différencient très nettement, différenciation qui se double d'une opposition géographique, entre les grandes métropoles mondialisées et la 'France périphérique'. »

Continuités et ruptures de la gauche radicale

« Nuit Debout n'a pas débouché sur grand-chose, une espèce de pleurite post soixante huitarde. Les manifestations parfois violentes de groupes d'ultra-gauche, antifas, c'est un peu un épiphénomène. Des diplodocus qui croient que nous sommes en 1933 et pas en 2017, ce qui est quand même assez grave. Le phénomène Mélenchon est plus intéressant. On l'a vu assécher le Parti Socialiste. Ceci confirme le schéma que j'évoque : il a véritablement décollé quand son discours a pris une tonalité populiste de gauche. Il a beaucoup subi l'influence du mouvement espagnol Podemos, il a lu des auteurs comme Ernesto Laclau ou la politologue Chantal Mouffe. On a vu que le drapeau rouge. On a retrouvé le vieux socialisme, avec l'idéal patriotique et social du vieux mouvement ouvrier, et un travail en prise directe avec les mouvements des esprits aujourd'hui. »

Un retour à l'aspiration originelle du socialisme

« Jean-Claude Michéa a l'avantage d'être en prise directe avec des problématiques quotidiennes. Son grand mérite à mon sens est d'avoir fait un travail d'historien des idées l'ayant amené à constater que l'histoire du mouvement socialiste et ouvrier, à l'origine, ne se confond pas du tout avec l'idéologie du progrès, qui est une idéologie bourgeoise, comme l'avait bien vu Georges Sorel, sortie de la philosophie des Lumières du XVIIIè siècle. C'est seulement au XIXè, à la faveur de l'affaire Dreyfus, que les deux courants vont se combiner. D'un côté, un courant socialiste qui aspirait à plus d'égalité et de justice et ne voulait pas pour autant répudier les structures organiques car ils savaient qu'elle recelaient de la solidarité, et une philosophie du progrès qui considérait que le meilleur était nécessairement demain et que plus tôt on se couperait du passé, mieux les hommes se porteront. Évidemment ce mariage un peu contre nature, Michéa en montre bien les enjeux, et nous montre qu'aujourd'hui les choses se sont reclarifiées : la gauche issue des Lumières a reflué vers le libéralisme économique, elle a accepté le principe de la société de marché, et libère un espace pour un socialisme qui retournerait vers son aspiration originelle. »

Le grand retour de Carl Schmitt

« La fortune posthume [de Carl Schmitt] ne cesse d'enfler. Aujourd'hui dans le monde, il paraît un ouvrage sur Schmitt tous les huit ou dix jours. Pour Schmitt, le geste politique par excellence c'est de désigner l'ennemi. Il reproche précisément au libéralisme de reposer sur une anthropologie individualiste, qui ne reconnaît ni les groupes, ni les cultures, ni les communautés, ni les sociétés politiques comme fondatrices, et de croire qu'on peut par le dialogue, la communication, parvenir à un consensus qui ferait disparaître cette dimension conflictuelle et antagonistique du politique. Au fond, il ne peut y avoir de politique libérale : il ne peut y avoir qu'une action libérale visant à nier la réalité du politique. (…)

Les politiciens n'ont aucune idée de ce qu'est le politique. Pour eux, cela se ramène à des problèmes de strapontins et de carrière. Ce qui nous menace le plus aujourd'hui, c'est l'extinction du politique au profit d'une dissolution à l'intérieur d'une société liquide. »

de Benoist, nonobstant son eurocentrisme droitier, est un penseur séduisant, mais il n'a pas pensé le capital dans son économie politique, seulement le versant politique et idéologique. Il voit bien ici les limites de Nuit Debout et la fumée des groupes d'ultra-gauche et antifas, mais pas l'inscription du tournant historique qu'il décrit dans la nécessité historique d'une nouvelle restructuration mondiale du capitalisme (voir post précédent)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Patlotch



Messages : 1103
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: un TOURNANT HISTORIQUE du CAPITALISME et de l'ÉTAT FRANÇAIS, élections 2015-2017, faits et propos, analyses et théorie (antiroman)    Lun 22 Mai - 20:32


démoralisons la démocratie politique !

c'est parti, on va voir ce qu'on va voir, un sombre député PS a remis au Père la morale, François Bayrou garde des sots, ses Propositions de moralisation de la vie politique. Celui-ci a ouvert le chantier, qui comporte :

Citation :
- Interdire l'emploi d'un membre de sa famille

- Interdire le cumul des mandats dans le temps (pas plus de trois)

- Interdire le cumul entre mandat parlementaire et fonction exécutive locale

- Lutter contre les conflits d'intérêt

- Soumettre les indemnités parlementaires à l'impôt

- Avoir un casier judiciaire vierge

- Retraite : supprimer le régime spécial des parlementaires

globalement, ça effacera la mauvais impression laissée par "les affaires", dont la dernière avec Fillon; ça épargnera un peu les caisses de l'État, par des mesures auxquelles personnes, hormis les intéressés, ne trouvera rien à dire

et puis surtout, cela fera encore un peu plus le ménage de façon à accélérer le remplacement de l'ancien personnel politique par du neuf, au niveau national et local, comme on le voit déjà avec les mesures prises concernant le cumul des mandats (plus de 200 députés sortants sur 577 jettent l'éponge, tous partis confondus)

bref, c'est tout bénef pour Macron et les siens, avec la morale de leur côté aux yeux des citoyens, à qui, à terme, ça fera une belle jambe... pour aller voter ?

il suffisait d'y penser, le non "conflit d'intérêt" entre l'État et les capitalistes est blanchi, et se paye le culot de Hulot, qui lave plus propre...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Patlotch



Messages : 1103
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: un TOURNANT HISTORIQUE du CAPITALISME et de l'ÉTAT FRANÇAIS, élections 2015-2017, faits et propos, analyses et théorie (antiroman)    Lun 22 Mai - 21:18


"capitalisme d'État" ?

j'ai vu*, pour caractériser le régime Macron, ressortir cette vieille expression

* exemple : Et le néolibéralisme devient un capitalisme d’État AgoraVox 10 mai

elle est si connotée par sa signification de capitalisme social-démocrate, nationalisant à tours de bras, propre au compromis keynésien dont les premières années Mitterrand furent le dernier avatar en France avant le "tournant de la rigueur"; si connotée donc qu'il est difficile de l'employer

pourtant, au pied de la lettre, elle ne manque pas de pertinence, puisque ce qui ressort, c'est la prise en main directe de l'État par le capital (voir posts précédents, Macron systémique, haute-administration, 'société civile' de cadres dirigeants et entrepreneurs entrant au gouvernement et à l'Assemblée nationale...)

en d'autres termes, 'capitalisme d'État' signifie l'inverse de son sens historique, renversé par ce brillant coup d'État, un coup d'État permanent...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Patlotch



Messages : 1103
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: un TOURNANT HISTORIQUE du CAPITALISME et de l'ÉTAT FRANÇAIS, élections 2015-2017, faits et propos, analyses et théorie (antiroman)    Mar 23 Mai - 10:02


récréation

un cumul intrinsèque...

Bruno Le Maire candidat aux législatives sous l'étiquette La République en marche



pour cumuler, il n'en rate pas une

Citation :
Je n’ai jamais été aussi heureux dans ma vie politique

Bruno Le Maire est désormais En marche !, du moins jusqu’aux résultats des législatives, car s’il les perd, il devra tout bonnement démissionner de son poste.

quoi qu'il en soit

Le Maire sera toujours Le Maire

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Patlotch



Messages : 1103
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: un TOURNANT HISTORIQUE du CAPITALISME et de l'ÉTAT FRANÇAIS, élections 2015-2017, faits et propos, analyses et théorie (antiroman)    Mar 23 Mai - 10:19


une parenthèse théorique dans l'accumulation d'événements qui font sens, mais à leur rythme...


capitalisme global et restructuration transnationale

à l'ouverture du forum en mai 2015, j'avais repris un sujet de mon site : ÉTAT TRANSNATIONAL, GÉOSTRATÉGIE et capitalisme global, et signalé un texte de William I. Robinson : Théorie sociale et mondialisation : l’avènement de l’État transnational, pour la revue Période qui le mettait en débat il y a quelques jours

le texte original est de 2001



extraits

William I. Robinson a écrit:
Le plus souvent, la mondialisation est présentée comme un processus qui se joue indépendamment voire contre les nations. Dans cet article classique, William Robinson remet en cause ce diagnostic, qui repose sur une séparation entre l’État et le marché ou entre le national et le mondial. Il propose à l’inverse de reconstruire une théorie marxiste du rapport de l’État à la mondialisation capitaliste. Il émet ainsi l’hypothèse de la formation d’un État transnational dans le cadre de la restructuration néolibérale du capitalisme initiée dans les années 1970. L’État transnational est l’institution d’une nouvelle classe capitaliste transnationale, qui reconfigure le rapport capital-travail à l’échelle mondiale. Loin de disparaître, les États nationaux se voient intégrés à cet appareil étatique émergent qui dessine l’horizon des luttes émancipatrices contemporaines.

[...]

Je milite plus précisément en faveur d’un retour à une conception historico-matérialiste de l’État et, sur cette base, j’explore trois propositions interdépendantes :

1) la mondialisation économique a sa contrepartie dans la formation de classe transnationale et dans la naissance d’un État transnational (ETN) qui a émergé afin de servir d’autorité collective à une classe dominante mondiale ;

2) l’État-nation ne conserve pas plus sa primauté qu’il n’est en voie de disparition, mais est progressivement transformé et absorbé dans la structure supérieure d’un ETN ;

3) cet ETN institutionnalise un nouveau rapport de classe entre capital mondial et travail mondial.

[...]

À l’ère de la mondialisation, un appareil d’État transnational émerge de l’intérieur du système des États-nations [...]

Les formes étatiques ne peuvent être comprises que comme des formes historiques du capitalisme [...]

L’État est la coagulation d’une constellation de forces et de rapports de classe et les États sont toujours incarnés dans des ensembles d’institutions politiques. Ainsi les États sont : a) un moment des rapports du pouvoir de classe ; b) un ensemble d’institutions politiques (un « appareil »). L’État n’est pas l’un ou l’autre ; il est leur unité.[...]

Qu’est-ce alors que l’État transnational ? C’est une constellation de forces sociales et de rapports de classe liée à la mondialisation et à l’avènement d’une classe capitaliste transnationale qui s’incarne dans un ensemble divers d’institutions politiques. Ces institutions sont composées d’États nationaux transformés et de différentes institutions supranationales qui œuvrent à institutionnaliser la domination de cette classe en tant que fraction hégémonique du capital à l’échelle mondiale.[...]

Les élites affairistes et politiques transnationales qui émergèrent sur la devant de la scène  mondiale dans les années 1980 revendiquèrent explicitement la construction et la gestion d’une économie mondiale à travers des institutions multilatérales et nationales restructurées.[...]

etc.

le mot est lâché : restructuration, une restructuration dont le texte montre bien qu'elle n'est pas à prendre au sens de celle qui a commencé au début des années 1970 (voir plus haut restructuration dans la restructuration)

sans doute peut-on comprendre ce qui se passe en France comme le rattrapage d'un retard relativement à l'avancement de ces processus de transformation du rapport Capital/États-nations dans les pays anglo-saxons et au Japon, mais aussi d'une autre manière, en Chine, au Vietnam, etc.

les chamboulements accélérés par Macron ne sont pas l'avant-garde du capitalisme actuel, ils ne font qu'y inscrire les particularités française dans la généralité mondiale

alors que jusqu'ici nous partions de l'idéologie française, comme spécifique, pour voir en quoi elle portait des nécessités historiques mondiales, nous pouvons vérifier nos hypothèses de façon inverse, en descendant du général au particulier

je souligne que je n'entends pas ici généralité du capitalisme mondial/global au sens du gros concept de capital tel qu'on le rencontre dans certaines théories spéculatives ne démontrant rien, mais de façon concrète à tous les niveaux



Citation :
This exciting new study provides an original and provocative exposé of the crisis of global capitalism in its multiple dimensions - economic, political, social, ecological, military, and cultural. Building on his earlier works on globalization, William I. Robinson discusses the nature of the new global capitalism, the rise of a globalized production and financial system, a transnational capitalist class, and a transnational state and warns of the rise of a global police state to contain the explosive contradictions of a global capitalist system that is crisis-ridden and out of control. Robinson concludes with an exploration of how diverse social and political forces are responding to the crisis and alternative scenarios for the future.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: un TOURNANT HISTORIQUE du CAPITALISME et de l'ÉTAT FRANÇAIS, élections 2015-2017, faits et propos, analyses et théorie (antiroman)    

Revenir en haut Aller en bas
 
un TOURNANT HISTORIQUE du CAPITALISME et de l'ÉTAT FRANÇAIS, élections 2015-2017, faits et propos, analyses et théorie (antiroman)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» Démocratie, Humanisme et Capitalisme
» Historique des navires
» Historique du 9RG
» Cherche le Dictionnaire Historique du Japon
» Effacer l'historique de son navigateur (Firefox-4, IE-9, Chrome-11)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PATLOTCH / NOUVELLE THÉORIE du COMMUNISME et de la RÉVOLUTION :: MONDE ACTUEL, LUTTES, ANALYSES et THÉORISATIONS :: PENSER le MONDE et les LUTTES : refondation d'ensemble-
Sauter vers: