PATLOTCH / CHANGER DE CIVILISATION / LUTTES, THÉORIE, SEXE et POÉTIQUE

dans la DOUBLE CRISE du CAPITAL et de l'OCCIDENT, LUTTES COMMUNISTES, FÉMINISTES, DÉCOLONIALES et ÉCOLOGIQUES
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» VA-SAVOIR : chronique à la com, ou la dialectique en propotion magique
Aujourd'hui à 0:11 par Patlotch

» SURVEILLANCE de la POPULATION, sécuritaire, caméras, écoutes, internet...
Dim 25 Juin - 12:49 par Patlotch

» PENSÉES diverses à marier sans modération
Sam 24 Juin - 17:07 par Patlotch

» MACRONISME, ÉTAT (français) et RESTRUCTURATION (mondiale) du CAPITALISME
Sam 24 Juin - 13:52 par Patlotch

» ÉCONOMIE POLITIQUE, quand tu nous tiens : et la CRISE ? NOUVELLE RESTRUCTURATION du CAPITALISME ?
Sam 24 Juin - 10:56 par Patlotch

» 'PROGRÈS', SCIENCES, HUMAIN, SANTÉ et capital... TRANSHUMANISME et dés-humanité
Ven 23 Juin - 12:23 par Patlotch

» "CLASSES MOYENNES" : encadrement, prolétarisation, transclassisme, prolophobie
Mar 20 Juin - 19:03 par Patlotch

» un TOURNANT HISTORIQUE du CAPITALISME et de l'ÉTAT FRANÇAIS, élections 2015-2017, faits et propos, analyses et théorie (antiroman)
Jeu 15 Juin - 20:26 par Patlotch

» THÉORISATIONS COMMUNISTES, FÉMINISTES, et DÉCOLONIALES : remises en perspectives révolutionnaires. Cheminement et bouclages de synthèse
Ven 9 Juin - 10:58 par Patlotch

» la vie du forum : réception, conseils, mises à jour, etc.
Jeu 1 Juin - 17:45 par Admin

» DÉCOLONISER le FÉMINISME ! Féminisme, voile, race et Islam... "Féministes blanches"... sexisme et racisme... et le burkini ?!
Lun 29 Mai - 18:42 par Patlotch

» AFRODITE CHEZ LES PHALLOCRATES, antiroman sans repentir, suivi de BLACK WOMEN, Love, Sex, Song, Dance... et théorie communiste
Lun 29 Mai - 17:23 par Tristan Vacances

» DOMESTIQUES (travailleuses et travailleurs) / DOMESTICS WORKERS / Servants
Sam 27 Mai - 16:09 par Admin

» DIALECTIQUE COMPLEXE et MÉTHODOLOGIE : DÉPASSEMENTS À PRODUIRE
Sam 27 Mai - 14:54 par Admin

» "GUERRE AU TERRORISME" : la grande imposture / CALIFAT et CAPITALISME
Jeu 25 Mai - 15:02 par Patlotch

» "le PRÉCARIAT définit le SALARIAT" : 25% des travailleurs du monde ont un emploi stable / travail et anti-travail
Jeu 25 Mai - 12:07 par Patlotch

» TRAVAIL, CHÔMAGE, SYNDICALISME... MONDE / chiffres, courbes, cartes...
Mer 24 Mai - 13:25 par Patlotch

» OPIUMS DU PROLÉTARIAT : RELIGIONS, ATHÉISMES, LAÏCITÉ... IDÉOLOGIES et RÉALITÉS
Mer 24 Mai - 9:34 par Admin

» des LUTTES dans la CRISE : GRÈVES, OCCUPATIONS, BLOCAGES, MANIFESTATIONS...
Mar 23 Mai - 13:45 par Admin

» PALESTINE et ISRAËL
Lun 22 Mai - 18:41 par Patlotch


Partagez | 
 

 EUROPE (et au-delà) : paradigme d'un DÉMOCRATISME POPULISTE ? POPULISME RADICAL ? Brexit, classes, immigration et racisme, Trump...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: EUROPE (et au-delà) : paradigme d'un DÉMOCRATISME POPULISTE ? POPULISME RADICAL ? Brexit, classes, immigration et racisme, Trump...   Jeu 6 Oct - 15:33


Transformations of Populism in Europe and the Americas: History and Recent Tendencies

John Abromeit, York Norman, Gary Marotta, Bridget Maria Chesterton (eds), Bloomsbury, 2015


Citation :
The recent resurgence of populist movements and parties has led to a revival of scholarly interest in populism. This volume brings together well-established and new scholars to reassess the subject and combine historical and theoretical perspectives to shed new light on the history of the subject, as well as enriching contemporary discussions.

In three parts, the contributors explore the history of populism in different regions, theories of populism and recent populist movements. Taken together, the contributions included in this book represent the most comprehensive and wide-ranging study of the topic to date. Questions addressed include:

- What are the 'essential' characteristics of populism?
- Is it important to distinguish between left- and right-wing populism?
- How can the transformation of populist movements be explained?

This is the most thorough and up to date comparative historical study of populism available. As such it will be of great value to anyone researching or studying the topic.

Table of contents

Introduction

Part I: New Historical Perspectives on Populism

Section I: Right-Wing Populism and the Rise of National Socialism in Germany

1. The Role of 'the People' and the Rise of the Nazis (Peter Fritzsche, University of Illinois, Urbana-Champaign, USA)
2. Conservatives – Radical Nationalists – Fascists: Calling the People into Politics, 1890-1930 (Geoff Eley, University of Michigan, USA)
3. Germany's Conservative Elites and the Problem of Political Mobilization in the Weimar Republic (Larry E. Jones, Canisius College, USA)

Section II: Populism in the Balkans in the Twentieth Century

4. Nationalism and Populism in the Balkans: The Case of Croatia (Mark Biondich, Carleton University, Ottawa)
5. The People as a 'Happening': Constellations of Populism in Serbia in the Nineteenth and Twentieth Centuries (Nenad Stefanov, Humboldt University, Berlin)
6. Alija Izetbegovic's Islamic Declaration and Populism in Bosnia (York Norman, SUNY Buffalo State)

Section III: Transformations of Populism in the U.S. in the 19th and 20th Centuries

7. Richard Hofstadter's Populist Problem – And Ours – And His Identity as a Jewish Intellectual (Gary Marotta (SUNY Buffalo State, USA)
8. Anti-Populism and Democracy (Charles Postel, San Francisco State University, USA)
9. Populism: Progressive and Reactionary (Ron Formisano, University of Kentucky, USA)

Section IV: Populism in Latin America and the Caribbean 1920-1960.

10. Populist Discourses, Developmentalist Policies: Rethinking Mid-Twentieth Century Brazilian Politics (Joel Wolfe, University of Massachusetts, Amherst, USA)
11. Populism as an Identity: Four Propositions on Peronism (Matthew Karush, George Mason University, USA)
12. Populism in the Circum-Caribbean, Especially Cuba and Jamaica (Gillian McGillivray, York University, Canada and Thomas Rogers, Emory University, USA)
13. Performing Populism in Paraguay: Febrerismo on Stage in the Works of Correa and Ruffinelli, 1933-1943 (Bridget Chesterton, SUNY Buffalo State, USA)

Part II: Historical Theories of Populism

14. Transformations of Producerist Populism in Western Europe (John Abromeit, SUNY Buffalo State, USA)
15. Populists and Parasites: On Producerist Reason (Mark Loeffler, University of Chicago, USA)
Part III: Recent Tendencies in Populist Movements in Latin America, Europe, and the US
16. Populist Radical-Right Parties in Europe Today (Cas Mudde, University of Georgia, USA)
17. Ideologies of Economic Populism in America and their Subversion by the Right (Peter Breiner, SUNY Albany, USA)
18. The Contested Meanings of Democratic and Populist Revolutions in Latin America (Carlos de la Torre, University of Kentucky, USA)

Bibliography

Index

Reviews

“This is a major contribution to the scholarship on populism. Methodologically rigorous and geographically wide-ranging, the essays in this volume present the latest research and analysis on a topic of compelling importance for understanding European-and world-politics both in the recent past and in the urgent present. This carefully organised collection combines theoretical insights with richly detailed case studies and in so doing captures the complexity of a political phenomenon too often depicted in simplistic, caricatured terms. Finally, populism is getting the serious attention it deserves.” –
  Daniel Scroop, University of Glasgow, UK

“Seldom does a book give its readers such broad coverage (three continents), temporal range (19th century to the present), and depth of analysis as Transformations of Populism in Europe and the Americas, especially on a topic as contested as this. The editors and authors, mostly mature scholars with lots of monographs on their shelves, achieve an amazing degree of coherence despite their differences in training and approach. The introduction sets the reader on a clear path, with a balanced “populist minimum,” or synthetic definition drawing on most contributions. It also provides an overview of the chapters that follow. Bravo!” –   Michael Conniff, San José State University, USA

“This is an important book for understanding the changing faces of populism. Populism means, and meant, different things at different times. The book provides a multilayered approach that illuminates the perspectives and limits of the concept. The different authors analyze the national, regional and global variations of populism in the past and the present, providing key dimensions of the current debates about its more progressive, repressive and conservative formations in Europe, the United States and Latin America.” –   Federico Finchelstein, The New School, USA
- See more at: http://www.bloomsbury.com/us/transformations-of-populism-in-europe-and-the-americas-9781474225236/#sthash.gYDUBH2H.dpuf


source Historical Materialism Books for review

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: EUROPE (et au-delà) : paradigme d'un DÉMOCRATISME POPULISTE ? POPULISME RADICAL ? Brexit, classes, immigration et racisme, Trump...   Ven 7 Oct - 5:27


populismes racistes et moment décolonial

note

il faudrait creuser le rapport entre populismes, luttes à base identitaires, communautés (de luttes), sur fond de crise de l'Occident eurocentriste et de la suprématie capitaliste occidentale vs critiques et luttes décoloniales

ce rapport est à la fois d'adversité et de compénétration (en Amérique latine, avec sa composante anti-impérialiste, anti-États-Unis c'est clair)

si l'on s'arrête aux identités/communautés, en les pensant unilatéralement comme communautarismes, on passe à côté de leurs contradictions, et l'on ne peut que dénoncer les luttes décoloniales comme symétriques du populisme raciste majoritairement blanc dans le prolétariat, qui font sa dérive populiste de droite comme de gauche avec des restes de programmatisme (Podemos, Mélenchon...)

autrement dit, le paradigme populiste est inséparable de la dynamique des luttes décoloniales, et produit ses propres limites sur le terrain de la politique dans et face à 'État. Ce couple populisme/décolonial ne définit pas en lui-même le tout du moment actuel mais en est une composante "à la surface", une dynamique idéologique

remarque : quand BL, de Théorie Communiste, affirme de façon sibylline « la défense du prolétariat contre les communautarisme c’est évidement du bête programmatisme » (ici), on ne saisit pas très bien où est passé le caractère communautariste/raciste du prolétariat blanc (en Europe, aux États-Unis) commun aux populismes de droite et de gauche, et se pose comme un programmatisme d'après la période du démocratisme radical

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: EUROPE (et au-delà) : paradigme d'un DÉMOCRATISME POPULISTE ? POPULISME RADICAL ? Brexit, classes, immigration et racisme, Trump...   Dim 6 Nov - 22:00


la revue Aufheben publie encore, je l'ignorais, depuis que sa scission a donné lieu à la création d' Endnotes dont le premier numéro est sorti en 2008. Aufheben avait eu de longues controverses avec Théorie Communiste (TC) jusqu'à 2007, voir ICI. Endnotes a participé à SIC avec TC jusqu'à la rupture de 2012...


Brexit means… what? Hapless ideology and practical consequence

Auf­heben № 24 November 2016

via Ross Wolfe / The Charnel House

The EU mi­grants’ or­deal and the lim­its of dir­ect ac­tion

Citation :
We be­gin this art­icle with a case dealt with by Brighton Solfed (SF) and CASE Cent­ral so­cial center — the story of an EU mi­grant in Brighton.

At the end of 2015, L., a Span­ish hos­pit­al­ity work­er, sought help from SF. She had worked in a res­taur­ant for more than a year but, as soon as she fell ill, her em­ploy­er sacked her with a flimsy ex­cuse, in or­der to avoid pay­ing Stat­utory Sick Pay (SSP). Re­ceiv­ing SSP would have been this work­er’s right un­der both do­mest­ic and European Uni­on (EU) le­gis­la­tion. However, the em­ploy­er in­sisted that she left her job vol­un­tar­ily, and re­fused to re-em­ploy here.

The big blun­der

Brexit and ideo­logy

What’s in the law?

The “Free­dom of Move­ment” and free­dom for the move­ments: The con­tra­dic­tions of cap­it­al­ism

Free­dom of Move­ment and the Free­dom of Move­ment: Il­leg­al­ity as a weapon of cap­it­al­ism

Brexit means what? Work­ing rights and ex­ploit­a­tion

Con­clu­sion


In this art­icle we have ar­gued that the Brexit vic­tory re­flec­ted a vic­tory of the far right. We have also seen that many people in the rad­ic­al left have been blinded by the ideo­lo­gic­al forms of our so­cial re­la­tions to the point of ac­cept­ing this vic­tory with ac­qui­es­cence, or even sup­port­ing it.

A ques­tion re­mains: since the mys­ti­fic­a­tion of cap­it­al­ism acts upon any­one, why are we able to cri­ti­cize them? Have we read the right books? Or are we more clev­er? Not at all. We can criticize them be­cause we have been in­volved in cam­paigns and dir­ect ac­tion, sup­port­ing mi­grants and cas­u­al work­ers in their be­ne­fits and work­place dis­putes. Un­like some left wing or “polit­ic­al” people who can only see the world from a se­cure job and a se­cure home, those who have a dir­ect ex­per­i­ence of class struggle for their sur­viv­al are more likely to per­ceive the dir­ect re­la­tions of bul­ly­ing and ex­ploit­a­tion be­hind the forms of bour­geois power — even if they have nev­er read Marx! From this per­spect­ive, Brexit is not an ab­stract is­sue of “glob­al­iza­tion,” or “bur­eau­cracy” or any oth­er clev­er, polit­ic­ally edu­cated is­sues: it is simply, and ob­vi­ously, the rul­ing class’s con­crete at­tempt to un­der­mine our solid­ar­ity in the work­place and in the streets.

From this point of view, sup­port­ing a move­ment to de­fet­ish­ize the “demo­crat­ic” res­ults of the ref­er­en­dum and sab­ot­age the Brex­it­eers’ plans would make sense.

traduction rapide

Dans cet article, nous avons soutenu que la victoire du Brexit reflète une victoire de l’extrême droite. Nous avons également constaté que beaucoup de gens dans la gauche radicale ont été aveuglés par les formes idéologiques des relations sociales jusqu’au point d’accepter cette victoire avec acquiescement, ou de le soutenir même.

Il reste une question : étant donné que la mystification du capitalisme agit sur tout le monde, pourquoi sommes-nous capables de la critiquer ? Avons-nous lu les livres de droit ? Ou sommes-nous plus intelligents ? Pas du tout. Nous pouvons critiquer parce que nous avons été impliqués dans les campagnes et l’action directe, avons soutenu les migrants et les travailleurs occasionnels dans les conflits et ?avantages? du travail. À la différence des aile gauches ou des personnes « politiques » qui ne peuvent voir le monde que depuis un emploi stable et un logement sûr, ceux qui ont une expérience directe de la lutte des classes pour leur survie sont plus susceptibles de percevoir les relations directes d’intimidation et d’exploitation derrière les formes du pouvoir bourgeois — même s’ils n’ont jamais lu Marx ! Dans cette perspective, le Brexit n’est pas une question abstraite de « mondialisation » ou de « bureaucratie » ou n’importe quoi d'autre relevant d'une intelligence politique de ces questions : c’est tout simplement et bien évidemment, une tentative concrète de la classe dirigeante de saper notre solidarité au travail et dans la rue.

De ce point de vue, appuyer un mouvement pour défétichiser les résultats « démocratiques » du référendum et saboter les plans des Brexiteers serait judicieux


le Brexit "victoire de l'extrême-droite" ? Sur le plan politique, factuel au regard des résultats, ce n'est pas discutable. Sur le plan théorique, quelle signification, alors que montent et se brassent populismes de droite et de gauche ?

je partage les préoccupations concrètes exprimées dans la conclusion, contre une position neutre qui affirme "Nous n'avons pas à prendre parti, car cela ne concerne pas le prolétariat", et également le constat que de nouvelles couches de précaires entrent en lutte qui partent de leur situation sans connaissances théoriques

cela dit, ce n'est pas vraiment une question personnelle de participer ou non aux luttes, façon assez courante dans ces milieux "ultragauche" de se poser la question de "son" engagement, qui en fait une affaire d'activisme et d'intervention plus que d'activité de classe, pour autant que ce soit toujours discernable

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: EUROPE (et au-delà) : paradigme d'un DÉMOCRATISME POPULISTE ? POPULISME RADICAL ? Brexit, classes, immigration et racisme, Trump...   Mer 9 Nov - 11:53


élection USA

populisme et abstention

Election américaine : le triomphe sans appel de Donald Trump

Le républicain a remporté 290 grands électeurs sur les 270 nécessaires pour gagner. Sa rivale démocrate en totalise, elle, 218.

Citation :
L’abstention en hausse

Avec 54,2 % de participation – selon les premiers chiffres de l’Elections project –, le taux de participation à l’élection présidentielle est le moins bon depuis 2000. Après avoir atteint un record en 2008 avec la première élection de Barack Obama (avec 57,10 %), et surtout un record depuis 1968, les 230 millions d’électeurs américains se sont comparativement plus détournés des bureaux de vote à l’automne 2016.


L'arrivée du milliardaire américain à la Maison-Blanche pourrait profondément influer sur les élections à venir de ce coté-ci de l'Atlantique. Autriche, France, et Allemagne sont dans la ligne de mire, tandis que les populistes d'Europe centrale se frottent les mains
  
Citation :
La scène se passe à Bruxelles ce lundi. Interrogé lors du briefing quotidien sur la possible élection de Donald Trump aux Etats-Unis et sur son impact de ce côté-ci de l’Atlantique, le porte-parole de la Commission européenne évite même de citer le nom du milliardaire. La préférence de Jean-Claude Juncker, patron de l’UE? «Il préférerait évidemment une femme au pouvoir à Washington», lâche le responsable de la communication communautaire.

On a compris: l’UE s’attend à un séisme venu d’Amérique si Donald Trump accède à la Maison-Blanche. Un séisme multiforme, car ce dernier incarne l’opposé de tout ce que l’édifice institutionnel communautaire tente encore de préserver contre vents et marées, avec de plus en plus d’échecs à la clé: relocalisation des migrants, défense du libre-échange, lutte contre les replis nationaux constatés partout, défense de la libre circulation des travailleurs…

Un dépit bruxellois

Le dépit bruxellois n’est toutefois pas l’essentiel. Car pour la plupart de ces domaines, les décisions ne sont pas prises du jour au lendemain, et l’avenir de l’UE est beaucoup plus, aujourd’hui, suspendu au bon déroulement ou non du Brexit britannique. L’impact majeur d’une «Trumpisation» de la politique américaine pourrait d’abord se traduire sur le plan électoral. Pour le politologue français Pascal Perrineau – dont une étude réalisée pour «Le Monde» vient de démontrer que 40% des sondés rejettent le système politique actuel dans l’Hexagone tandis que 20% s’avouent tentés par un régime autoritaire – le phénomène Trump va «naturellement doper le cœur de l’extrême droite européenne et française: à savoir le rejet des élites». Impossible, avec Trump aux commandes de la première puissance mondiale, de continuer à diaboliser Marine Le Pen – elle a tweeté ses «félicitations» dès ce matin, tout comme son père Jean-Marie Le Pen – dont les affiches, lors de la dernière université d’été du Front national à Fréjus, vantaient «La France apaisée».

Plus difficile encore de diaboliser le premier ministre hongrois Viktor Orban et son mur anti-migrants qui a fait tant couler d’encre. Idem en Pologne, dirigée depuis 2015 par la première ministre de droite dure Beata Szydlo. «Trump serait, pour ces populistes, un formidable accélérateur. Un apôtre des murs anti-migrants à la Maison-Blanche: vous imaginez?» reconnaissait mardi un eurodéputé français proche d’Alain Juppé. Interrogé mercredi matin au Forum de Haute Horlogerie, le spécialiste de l'Islam Gilles Kepel confirmé que cette élection devrait naturellement donner des ailes à la présidente du FN: "Je ne pense plus qu'il faille complètement évacuer l'hypothèse selon laquelle Marine Le Pen remporte le deuxième tour de la présidentielle française" a-t-il déclaré.

Une opprobre généralisé

Les pays les plus directement touchés par la vague Trump seront toutefois, d’après les observateurs, les grands pays européens. Non pas parce que ce dernier s’empressera de les affronter diplomatiquement – même si ses très bons sentiments affichés pour l’heure vis-à-vis du Russe Vladimir Poutine risquent de les prendre à revers sur les dossiers de l’Ukraine et de la Syrie – mais parce qu’il sape, d’un coup, la crédibilité des dirigeants en place et de leurs principaux opposants. «57% des Français estiment que la démocratie fonctionne mal en France et 77% pensent qu’elle fonctionne de moins en moins bien», écrit Pascal Perrineau dans «Le Monde». «L’élection de Trump, ce serait d’abord l’opprobre généralisé sur le système médiatique, politique et financier qui a tout fait pour empêcher son élection» poursuivait récemment le politologue.

En Allemagne: Pegida misait sur le séisme

En Allemagne, le parti antimusulman Pegida et le parti d’extrême droite AFD misaient sur un séisme politique aux Etats-Unis pour se préparer aux législatives d’octobre 2017 et, avant cela, pour bousculer le débat lors de l’élection du prochain président de la République (par le parlement) en janvier 2017.

En Italie: Cinq Etoiles en embuscade

On sait qu’en Italie, le mouvement Cinq Etoiles de Beppe Grillo croit son heure arrivée si le président du Conseil Matteo Renzi perd le référendum institutionnel du 4 décembre sur la transformation du Sénat. Ce qui relancerait les spéculations sur l’instabilité de la Péninsule et les menaces sur les banques transalpines. Le 4 décembre est aussi la date de la nouvelle élection présidentielle autrichienne lors de laquelle le candidat d'extrème droite Norbert Hofer va tenter de prendre sa revanche sur l'indépendant / écologiste Alexander Van der Bellen.

En France: une campagne analysée

Enfin, en France, la primaire de la droite en cours est déjà sous l’influence de Donald Trump. L’ancien président Nicolas Sarkozy, après avoir envoyé des émissaires aux Etats-Unis pour observer la campagne «colérique» du milliardaire, a calé son discours protestataire anti-élites sur celui de Trump pour espérer se qualifier pour la course à l’Elysée, en mai 2017. «Il n’y a qu’une question: le rejet des élites par le peuple», répétait encore ces jours-ci Sarkozy, qui espère tacler son principal rival Alain Juppé sur ce sujet lors du prochain débat télévisé le 17 novembre.

Donald Trump, ou le révélateur de tout ce qui ne va plus en Europe? «C’est la crise de légitimité que son élection peut provoquer qui m’inquiète le plus juge, à Bruxelles, un vétéran de la Commission européenne. Tous ceux qui refusent les textes signés à Bruxelles vont voir dans son élection un blanc-seing. Or depuis ses débuts fin 2014, la nouvelle Commission européenne n’a cessé de perdre en autorité face aux Etats membres. Trump va contribuer à déliter l’édifice car il symbolise, dans tous les domaines, l’unilatéralisme et la préférence nationale qui a tant causé de malheurs à l’Europe dans le passé.» Autre victime de possibles dommages collatéraux: la Banque centrale européenne, dernier rempart de l’euro qu’elle défend avec sa politique monétaire controversée d’assouplissement quantitatif, dans un contexte de croissance presque atone et toujours fragile (1,7% en 2016, moins de 1,5% prévu en 2017)

Seule voix dissonante: celle des personnalités politiques avant tout inquiètes des dégâts causés dans le monde par l’impérialisme américain des années Bush, et favorable à un réalignement de l’Europe vers la Russie, comme l’ancien ministre français socialiste de la Défense Jean-Pierre Chevènement. «Au moins, Trump n’est pas interventionniste et cela va faire une énorme différence. Cela va obliger l’Europe à regarder ses enjeux et ses intérêts en face», prédisait-il au «Temps» la semaine dernière, tout en préconisant le retour urgent à «une Europe des nations dont le pôle redeviendrait les Etats membres». Sauf que l’on voit mal une Europe désunie dont les budgets – et les capacités – de défense restent très inférieurs à ceux des Etats-Unis, prendre les décisions qui s’imposent face à une puissance américaine de plus en plus unilatérale et imprévisible.

Accélérateur du populisme européen, Donald Trump pourrait bien, aussi, être l’accélérateur de l’actuelle désintégration institutionnelle d’une Union déjà fragilisée par le Brexit.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: EUROPE (et au-delà) : paradigme d'un DÉMOCRATISME POPULISTE ? POPULISME RADICAL ? Brexit, classes, immigration et racisme, Trump...   Mer 9 Nov - 16:55


remarque dans V.2.2. critique de la démocratie politique et du citoyennisme

il faudra analyser la victoire électorale de Trump, avec une abstention record de 46%, comme un échec du capitalisme à s'appuyer sur la démocratie politique traditionnelle. Voir en France le fait que le FN n'est recalé du pouvoir politique qu'avec un usage antidémocratique de la démocratie électorale, sur la base aussi d'une montée de l'abstention et du vote populiste du prolétariat

cela participe d'un mouvement général vers le populisme politique dans le monde. Voir V.2.4. populismes et activité anti-révolutionnaire des classes, mais aussi d'une transformation de la fonction des États nationaux dans le transnationalisme politique - choix mondiaux par alliances - et économique - transnationalisme des multinationales (=> ouvrir un sous-chapitre sur ce thème)

dans ce cas, voir en quoi ce mouvement participerait d'une expulsion de la politique, au sens du concept de Saskia Sassen. Voir V.0. 'expulsions', 'dynamique prédatrice' et 'limite systémique' (Saskia Sassen) dans la restructuration globale du capital 'animiste' (Achille Mbembe)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: EUROPE (et au-delà) : paradigme d'un DÉMOCRATISME POPULISTE ? POPULISME RADICAL ? Brexit, classes, immigration et racisme, Trump...   Jeu 10 Nov - 20:23



Citation :
In recent years there has been a resurgence of populism on both the right and the left in response to the spiralling excesses of neoliberalism. Podemos in Spain, Syriza in Greece, and Corbyn’s Labour in the UK have, with varying degrees of success, mobilised the rhetoric of anti-austerity in order to appeal to a majority in Europe that has seen its standard of living fall while that of the wealthiest has remained stable or improved. Meanwhile, the refugee crisis has offered fresh opportunities for right-wing parties and groups to try to blame the fallout from the Global Financial Crash of 2008 on minorities and the marginalised, defending the interests of ethnic majorities as legitimate in the process. Populist rhetoric has also been on conspicuous display in the current US presidential campaign: Donald Trump’s slogan ‘Make America great again’ appeals to a mass of American voters who have lost out to capital’s relocation overseas, while Bernie Sanders has managed to make the word ‘socialism’ acceptable in mainstream American political discourse by focusing on the corruption of elites and a ‘rigged’ system. In a socio-economic climate increasingly dominated by precarity, inequality, and anxieties of all kinds, the politics of populism seem to be the order of the day.

However, despite the trenchant character of recent populist critiques of contemporary capitalism, populism has frequently proven itself incapable of advancing a progressive alternative. The organisers of the Historical Materialism Sydney Conference 2016 therefore invite proposals for papers and panels that investigate the nature of populism past and present, and especially its contemporary relationship to capitalism and prospective alternatives. A number of questions shape our enquiry: are populism and capitalism necessarily opposed? To whom does populism address itself, and what does it reveal about the dynamics of class societies? Is populism an inevitable feature of representative democracies? In a recent piece in New Left Review, Alberto Toscano, paraphrasing Fredric Jameson, claimed that the majority of the left today finds itself in the paradoxical position of seeking to defend social democracy tooth and nail only to prove it cannot work’. With this in mind, we ask whether populism can help us think beyond capitalism, or whether it is part of the logic of the system itself.

As we consider these emerging political formations and trends, HM’s Sydney Conference this year will be joined this year by Esther Leslie, Professor of English and Humanities at Birkbeck College, London. Leslie’s work addresses Marxist theories of aesthetics and culture. Her most recent book is about the art, science and politics of liquid crystals, as a new and fluid phase of matter.

In addition to this year’s focus, HM Sydney welcomes proposals within the historical materialist tradition on any theme, from all disciplines and perspectives on Marxism.

The conference will take place in Sydney on 25th and 26th November 2016. Please send proposals for papers and panels to hmaustralasia@gmail.com by September 16 2016. Proposals should be no more than 250 words. Papers should be 20 minutes long, and panels may include three speakers
.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: EUROPE (et au-delà) : paradigme d'un DÉMOCRATISME POPULISTE ? POPULISME RADICAL ? Brexit, classes, immigration et racisme, Trump...   Ven 11 Nov - 11:59


suite aux élections américaines


9 novembre
Corinne Cerise a écrit:
La montée des populismes de "droite" (nationalismes, xénophobie, etc.) dans une bonne partie de l'Occident semble confirmée dans les faits avec l'élection de Trump à la tête de la première puissance mondiale. Mais comment analyser/replacer cela dans la restructuration du Capital actuellement en cours. C'est la question que je me pose. Qu'en pensez-vous ?

PS : Il est quand même rigolo de lire les jérémiades dans tous les médias "mainstream".


Patlotch a écrit:
cela pose un sacré problème à la démocratie politique, et donc confirme une transformation "néo-fascisante" des États, qui est un aspect du transnationalisme Voir mes commentaires ci-dessus

Corinne Cerise a écrit:
Oui, je suis d'accord. Il suffit de voir comment se passe déjà aujourd'hui en Pologne ou en Hongrie (européens, donc proches de nous) pour s'en convaincre

la montée du populisme ne se constate pas qu'en Occident, cf Amérique latine, Asie...

10 novembre
Patlotch a écrit:
il est quand même difficile d'analyser un résultat électoral directement "dans la restructuration du Capital en cours". Peut-être cela s'éclaircira-t-il par la politique mise en œuvre puisque ce ne seront de toute façon pas des choix personnels de Trump
voir le texte de Viewpoint... (plus haut)


Corinne Cerise a écrit:
Ça, en effet, je pense aussi qu'il y a fort peu de chances pour que ses choix soient mis en œuvre.

quel "protectionnisme" dans la crise mondiale ?

il va falloir observer jusqu'où Trump pourra opérer un tournant protectionniste des USA et diminuer l'agressivité militaire dans la mesure où celle-ci accompagne sa présence économique dans le monde. Taxer les importations asiatiques, chinoises, japonaises ne fera qu'augmenter le prix de la vie, pour autant que la relance de la production intérieure puisse suivre

quid de l'impact sur la crise économique qui viendra tôt ou tard faire payer l'addition au prolétariat américain ? Àa ne relève pas de volontarisme politique mais d'une contrainte de l'économie sur la politique

classes/'races'

à cet égard, cette élection est intéressante du point de vue de l'articulation classe/'race' et 'genre'. Les choix électoraux ont visiblement été déterminés par la situation économique et sociale de la classe ouvrière et des couches moyennes inférieures, autant sur leur situation actuelle que sur leur peur pour l'avenir (d'où le thème du racisme exploité par Trump). Cf Sassen

Die Unerhörten, von Saskia Sassen
via twitter 10 novembre : « my shortie:Trump's victory:one item: it made visible those whose voice the pol system no longer hears (+hatemongers) / la victoire de Trump a rendu visible ceux dont le système politique n'entend plus la voix (+ propagateurs de haine)»
Saskia Sassen a écrit:
Trumps Sieg macht klar, wie viele Menschen, darunter viele Alte, die zum ersten Mal gewählt haben, sich nicht repräsentiert fühlten von den politischen Klassen beider Parteien, nicht vertreten auch von Kommentatoren und Experten. Wir müssen das ernst nehmen. Die liberale Demokratie begann ernsthaft zu versagen, als in den Achtzigern die Weichen gestellt wurden für die neue, globale, deregulierte Wirtschaft. Dies ist der vorläufige Höhepunkt.

US-Wahl Präsident Troll

Präsident Troll Jannis Brühl, Süddeutsche Zeitung 9 novembre

Obama war der letzte Atemzug, und er gewann, weil er so viele Afroamerikaner, Junge und Latinos mobilisierte. Trumps Sieg macht sichtbar, wie viele Amerikaner sich von der dominierenden Klasse vernachlässigt, umgangen und lächerlich gemacht fühlen. Von denen, die in den Medien die Interpretationshoheit besitzen darüber, was gut und richtig ist.

Trumps Sieg hat die vielen, vielen Menschen sichtbar gemacht, die von der tonangebenden liberalen und rechten Elite unsichtbar gemacht worden waren. Beide haben verloren. Das sollte uns zu denken geben: Massen, die dem angehören, was wir einmal Arbeiterklasse und untere Mittelschicht nannten, wurden nicht gehört. Ihre Stimmen zählten nicht. Ausgerechnet ein politisch unkorrekter, korrupter Milliardär hat ihnen nun eine Stimme gegeben.

la victoire de Trump a rendu visible nombreuses personnes qui avaient été rendus invisibles par les élites libérales et leurs leaders. Tous deux ont perdu. Cela devrait nous donner à réfléchir : [...]les masses qui appartiennent à ce que nous appellions la classe ouvrière et la classe moyenne inférieure, n’ont pas été entendus. Leurs voix ne comptait pas. Politiquement incorrect, un milliardaire corrompu leur a donné une voix...


il y a retrait du vote noir relativement à l'élection d'Obama, partie de la classe ouvrière ayant opté pour Trump après le retrait de Sanders, et montée de votes "ruraux" de petits blancs et blancs de couches moyennes, qui ont fait basculer certains États décisifs. Pour moi cela signifie que le facteur racial intervient comme conséquence du facteur économique et social et rend fausses les analyses de "racialisateurs" qui ne voient que ce qu'ils veulent voir sans en saisir les causes

si la 'race' est un facteur important, il s'inscrit ici dans une dynamique négative contre la démocratie politique mais pour l'heure porteur d'aucun dépassement

le populisme arrive avant l'exclusion du champ politique où la chute d'une partie dans l'expulsion à la fois économique, sociale, et politique

PS 1 : les manifs contre l'élection : auraient-ils manifesté si Clinton avait gagné ? Voir Ross Wolfe Reap the whirlwind The Charnel House 9 novembre. Là il semble que l'idéologie "Occupy" marque une sacrée limite

PS 2 : il faudra m'expliquer l'utilisation du résultat américain dans la campagne française pour la présidentielle. Le système électoral français ne permet pas l'arrivée du FN à la présidence, jouant son rôle anti-démocratique dans la démocratie politique, et l'on a vu que pour l'heure, pragmatiquement à gauche comme à droite, nul besoin du FN pour mettre en œuvre ce qu'il préconise

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: EUROPE (et au-delà) : paradigme d'un DÉMOCRATISME POPULISTE ? POPULISME RADICAL ? Brexit, classes, immigration et racisme, Trump...   Ven 11 Nov - 13:05

Corinne Cerise a posé une bonne question : « Mais comment analyser/replacer cela dans la restructuration du Capital actuellement en cours ? »

à mon sens l'analyse réductrice sous le rapport classe/race, du résultat des élections (cf les statistiques sorties d'urnes, de plus sans celles des abstentions) ne permet pas de saisir la dynamique de ce rapport dans la double crise du Capital et de l'Occident, qui est le bon niveau d'analyse, mais très complexe à construire sur le plan théorique

cf III. LA DOUBLE CRISE de l'OCCIDENT et du CAPITAL  
III.1. l'Occident comme histoire, concept, et sa crise dans celle du Capital  
III.2. quel concept d'Occident ?  
III.3. la logique occidentale capitaliste du colonialisme aux colonialités d'aujourd'hui

nous sommes suspendus au devenir de la crise, d'une part pour saisir rétrospectivement ce qui se passe, d'autre part pour voir où ça va. Ce qui est certain, c'est que l'élection de Trump, et ce qu'il fera, sont une des formes de résistance du capitalisme américain à se perte de suprématie dans le monde, et l'on voit mal s'y inscrire un protectionniste paisible...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: EUROPE (et au-delà) : paradigme d'un DÉMOCRATISME POPULISTE ? POPULISME RADICAL ? Brexit, classes, immigration et racisme, Trump...   Ven 11 Nov - 13:44


Bernie, Mélenchon, les militants antiracistes et le populisme démocratique radical

certains font une grande différence entre Sanders et Mélenchon, mais les deux relèvent du populisme de gauche

voir le fil twitter

Widak K a écrit:
Mélenchon absolument RIEN à voir avec Bernie

Mélenchon est un pur produit du système qui veut jouer la carte du candidat anti-système


David Rankin a écrit:
Vous savez sans doute que Sanders a été maire, représentant, sénateur ? Qu'il est à Washington depuis 1991 ? Anti-système ?

il y a une illusion réformiste et démocratique radicale de «l'antiracisme politique» : une égalité raciale dans le capitalisme

Alain Gresh : « On peut être croyant et révolutionnaire » Ballast (intéressant au demeurant sur les rapports de Gresh avec son père Henri Curiel et son parcours 'anti-impérialiste/anti-colonialiste depuis sa jeunesse en Égypte...)

Alain Gresh a écrit:
Les espaces de « l’antiracisme politique » portent en France un discours décomplexé. Un discours de personnes qui comprennent parfaitement comment cette société fonctionne. Je place beaucoup d’espoirs dans cette génération. Quand j’interviens à leurs côtés, je parle de la question sociale — mais ils n’ont pas besoin de moi pour l’aborder : le porte-parole du CCIF, par exemple, en parle régulièrement. À quoi j’ajoute que les quartiers populaires ne sont pas seulement composés de musulmans : on en vient donc à la question, plus générale, de la représentation des classes populaires.

Et nous revoici à ce que nous disions sur le PC ! Contrairement au mythe des Trente Glorieuses, la situation des ouvriers n’était pas brillante, dans les années 1950, mais ils avaient une utopie (quand bien même ils n’y croyaient pas tous) et une image. Il y avait des films à leur gloire. Gabin jouait un ouvrier ! On n’imagine plus ça, aujourd’hui… Plus personne n’est capable de s’adresser à ces classes populaires, prises dans leur ensemble et malgré leurs divisions. Ni les Blancs ni les racisés. Le Parti des Indigènes de la République pose par ailleurs cette question : dans quelle mesure la classe ouvrière blanche profite-t-elle de la domination du tiers-monde ? La classe ouvrière non-blanche française en tire elle aussi profit : il y a un privilège à vivre en Europe. En partie construit sur le dos du tiers-monde — mais c’est une autre question…

Ballast : Comment expliquer que quelqu’un comme Jean-Luc Mélenchon, qui maîtrise très bien tout ce dont nous parlons depuis une heure, mette son discours « d’ouverture » en sourdine, celui de 2012, pour un projet plus « ferme » ? Son équipe dit assumer ce déplacement au nom du sentiment majoritaire du peuple, pourtant !

J’ai souvent discuté avec lui : ça vient de sa formation politique. Il a un formatage très traditionnel ; c’est un ultra-laïc et ça pèse sur son évolution. Il a mené une plutôt bonne campagne en 2012, car elle était collective ; là, il pète les plombs. J’aime mieux le dernier appel des évêques de France, pour « retrouver le sens du politique », à ce qu’il raconte désormais. Sans même parler de la question universaliste, unique en France : nous sommes républicains et seul notre modèle en vaut la peine. Je préfère parler de « multiversalisme » et, au slogan altermondialiste « Un autre monde est possible », je préfère « D’autres mondes sont possibles ».


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: EUROPE (et au-delà) : paradigme d'un DÉMOCRATISME POPULISTE ? POPULISME RADICAL ? Brexit, classes, immigration et racisme, Trump...   Ven 11 Nov - 15:49

quant à la comparaison Trump/FN, et suite à ma remarque...

Patlotch a écrit:
il faudra m'expliquer l'utilisation du résultat américain dans la campagne française pour la présidentielle. Le système électoral français ne permet pas l'arrivée du FN à la présidence, jouant son rôle anti-démocratique dans la démocratie politique, et l'on a vu que pour l'heure, pragmatiquement à gauche comme à droite, nul besoin du FN pour mettre en œuvre ce qu'il préconise

il sera intéressant de comparer ce que Trump a dit, comme discours démagogique protectionniste/ anti-globalisation, raciste, promesses d'emplois... et ce qu'il fera. On aura une idée des marges entre la gouvernance politique du capitalisme même le plus puissant du monde et son pragmatisme pilotant à vue dans la real-politique. Une idée aussi de ce rapport chez Marine Le Pen...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: EUROPE (et au-delà) : paradigme d'un DÉMOCRATISME POPULISTE ? POPULISME RADICAL ? Brexit, classes, immigration et racisme, Trump...   Ven 11 Nov - 16:26


à méditer...



Citation :
Trump’s victory has thrown a spanner in the works for that particular project: it now seems that Brexit will be bolted to US trade negotiations for some kind of free-market between the UK and Washington and a deepening of …neoliberalism.

Popular fury on the left, impotent for the moment, is naturally a new line which much of that left will be swept up in. Others are desperately seeking a form of ‘left-wing’ populism, ignoring that Trump and Brexit herald a swing towards national populism centred on the Nation. The left cannot outbid the right in defending its own version of a fusion between the ‘People’ and the Sovereignty of the Nation.


La victoire de Trump offre une clé dans les travaux pour ce projet particulier : il semble maintenant que le Brexit va être boulonné aux négociations de commerce US pour certains enfants du libre marché entre le Royaume-Uni et Washington et un approfondissement du... néolibéralisme.

La fureur populaire sur la gauche, impuissante pour l’instant, est en grande partie balayée. D’autres cherchent désespérément une forme de populisme de gauche, ignorant que Trump et Brexit annoncent un basculement vers le populisme national axé sur la nation. La gauche ne peut pas enchérir sur le droit de défendre sa propre version d’une fusion entre le « peuple » et la souveraineté de la nation.

suivent les poèmes staliniens d'Aragon...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: EUROPE (et au-delà) : paradigme d'un DÉMOCRATISME POPULISTE ? POPULISME RADICAL ? Brexit, classes, immigration et racisme, Trump...   Sam 12 Nov - 9:14


à propos de la pertinence du concept de populisme

je n'ai pas créé ici de sujet spécifique pour le populisme, je le ferai dans le livre électronique, ici

V.2. le capital-Etat comme domination politique, idéologique et policière  
V.2.1. critique de l'État-nation : de l'État et de la nation, une urgence stratégique  
V.2.2. critique de la démocratie politique et du citoyennisme  
V.2.3. transclassisme  
V.2.4. populismes et activité anti-révolutionnaire des classes  
V.2.5. police des populations, violences policières et prisons  
V.2.6. le capital comme société, culture et idéologie-structure of feeling (Raymond Williams)


dans une tribune (article protégé) du Monde du 11 novembre, la philosophe Catherine Colliot-Thélène considère que « Le terme “populisme” est un obstacle à une analyse sérieuse des transformations de la politique »

Citation :
On peut dire que le président-élu est xénophobe, démagogue, qu’il n’a ­apparemment aucun respect pour les principes constitutifs de l’Etat de droit et qu’il est vulgaire, ignorant, notamment sur l’Europe. Il y a des tas de raisons de s’inquiéter de ce qu’il va faire, en matière économique et sociale comme sur le plan international.

Mais quand on qualifie Bernie Sanders aussi bien que Donald Trump de « populistes », le terme ne désigne plus que la méfiance envers les ­élites politiques traditionnelles. Or cette ­ méfiance a ses raisons, et celles-ci sont fondées puisque, après tout, ce sont ces élites – partis de gauche et de droite confondus en Europe, Partis républicain et démocrate aux Etats-Unis – qui ont conduit, depuis plusieurs décennies, des politiques économiques ayant créé des inégalités sociales dans des proportions inédites
[...]...

si le terme (concept ?) de populisme ne suffit pas à cerner à lui seul les « transformations politiques », et s'il est mis à toutes les sauces, notamment par les "élites" qu'il met en cause, il n'en demeure pas moins qu'il recouvre des réalités communes, et qu'elles traversent le clivage droite-gauche comme, au demeurant, les notions de "démocratie" et "dictature". Tout dépend donc de la façon de s'en servir et au sein de quelle analyse globale de l'évolution de la politique et des États

un article du Parisien du 9 novembre est moins regardant et parle de


Citation :
Conquête du pouvoir aux Etats-Unis, aux Philippines, en Pologne, en Hongrie, victoire du Brexit, poussée électorale en Allemagne, en Autriche ou en France: tour d'horizon de la vague populiste dans le monde.

- Le séisme Trump -
L'élection mercredi à la présidence des Etats-Unis de Donald Trump, 70 ans, a provoqué un séisme. Sans expérience politique, le milliardaire républicain a promis de "rendre à l'Amérique sa grandeur", jouant sur les peurs des Américains blancs laissés-pour-compte de la mondialisation (immigration, réfugiés, libre-échange...). Durant la campagne, il a insulté les femmes, les musulmans, les Hispaniques et s'est aliéné les Noirs.

- Duterte aux Philippines -
Réputé pour ses déclarations grossières et à l'emporte-pièce, l'avocat de 71 ans Rodrigo Duterte, élu le 9 mai au terme d'une campagne populiste et sécuritaire, a pris le 30 juin ses fonctions de président des Philippines.

Il a qualifié de "fils de pute" le pape comme le président américain Barack Obama. Sa "guerre contre la drogue" a fait plus de 3.700 morts en quatre mois. Il se dit socialiste et affiche sa détestation des Etats-Unis, allié historique avec lequel il a annoncé fin octobre une "séparation" au profit d'une alliance avec la Chine avant de tempérer ses propos.

- Victoire du Brexit -
Les Britanniques se sont prononcés par référendum le 23 juin en faveur du Brexit à 52%, un vote surprise auquel Donald Trump s'était lui-même référé en promettant juste avant d'être élu un "Brexit puissance trois".

Après une violente campagne marquée par l'assassinat en juin de la députée travailliste europhile Jo Cox, le Conseil de l'Europe s'est inquiété en octobre de la "montée du discours de haine et de la violence raciste" au Royaume-Uni.

L'un des champions du Brexit, le chef populiste du parti europhobe et anti-immigration Ukip Nigel Farage, a salué mercredi le résultat de la présidentielle américaine. "Je passe le relais à Donald Trump", a-t-il affirmé.

- Au pouvoir en Hongrie et Pologne -
En Hongrie, le Premier ministre souverainiste Viktor Orban, président du Fidesz (conservateur), au pouvoir depuis 2010 a amplifié depuis deux ans sa campagne aux accents xénophobes contre l'immigration extra-européenne. Il a toutefois échoué mardi à faire inscrire dans la Constitution sa politique hostile aux migrants mais sa rhétorique profite au Jobbik (extrême droite) de Gabor Vona qui ambitionne de détrôner le Fidesz aux législatives de 2018.

En Pologne, le parti conservateur et eurosceptique Droit et Justice (PiS) est revenu au pouvoir fin 2015. Son chef Jaroslaw Kaczynski a mis en garde contre les "parasites" des réfugiés. Un bras de fer oppose depuis juillet le gouvernement à Bruxelles sur l'indépendance du pouvoir judiciaire.

- Ailleurs en Europe -
En Autriche, le Parti de la liberté (FPÖ), l'un des partis d'extrême droite les mieux implantés en Europe, a échoué de peu à gagner la présidentielle le 22 mai, ce qui aurait été une première dans l'UE. Les deux grands partis au pouvoir depuis 1945 avaient été éliminés d'entrée. Le FPÖ a obtenu l'annulation du scrutin et une nouvelle élection se tiendra le 4 décembre.

En Allemagne, l'Alternative pour l'Allemagne (AfD, populiste de droite) engrange des succès électoraux, entrant notamment au parlement local à Berlin. Capitalisant sur l'inquiétude après l'arrivée de 1,1 million de réfugiés en 2015, le parti est présent dans dix des 16 Länder et tourne autour des 12% d'intentions de vote. Il pourrait entrer l'an prochain au Parlement fédéral, ce qui serait une première pour un parti de droite populiste depuis l'après-guerre en Allemagne.

En France, le Front National (FN, extrême droite) a remporté des succès électoraux depuis 2012 et sa présidente, Marine Le Pen, devrait être présente au second tour de l'élection présidentielle au printemps prochain selon les sondages. Elle s'est précipitée mercredi pour féliciter Trump, avant même la confirmation de son succès. La présidente du FN compare le flux de migrants à une "invasion" et veut un référendum sur la sortie de l'UE.

AFP


un livre abordait plus généralement la question, en 2000



Citation :
Traiter un leader de populiste c'est l'insulter. Mais qu'est-ce que le populisme ? Il ne se résume pas à la démagogie de Le Pen en France, de Haider en Autriche ou du colonel Chavez au Vénézuéla. Ce n'est pas le masque du vieux fascisme, ni davanun synonyme de l'extrême droite. Le populisme a pris en réalité des visages multiples durant sa longue histoire, de celui des nihilistes de la Russie des tsars à son visage xénophobe actuel, en passant par ceux que le général Boulanger, la douce Evita Peron ou encore Boris Eltsine lui donnèrent.

Ce livre redécouvre le populisme sous toutes ses facettes. Dépassant ses définitions trop partielles élaborées jusqu'à present, il le fait d'abord en précisant ses traits, dictés par sa négation du code normal de la politique qui consiste à jouer avec le temps alors que les populistes déclarent tout possible sur l'instant. Puis il brosse un tableau sans équivalent ailleurs des formes familières ou exotiques que le populisme a revétues et revét aujourd'hui dans l'ensemble du monde: en Europe de l'Ouest et de l'Est, mais aussi en Amérique latine, en Asie ou dans les pays arabes. Par la même occasion, il introduit des questions assez indiscrètes sur ce que la démocratie devrait être pour que les populistes ne l'assaillent plus.

Directeur d'études a' l'institut d'études politiques de Paris après avoir occupé La chaire internationale de l'Université libre de Bruxelles, Guy Hermet a enseigné auparavant à l'université de Lausanne ainsi qu 'à l'institut universitaire des hautes études internationales de Genève. Il a également dirigé le Centre d'études et de recherches internationales (CFRI) de Sciences-Po.


Extrait de la table des matières
Citation :
Chapitre premier. À la recherche du populisme
•Les écueils du langage
•Les dédales de l'histoire
•Le désarroi des analystes
•Au défi d'une définition

Chapitre 2. L'inventaire
•Les lectures du populisme
•Un mode d'organisation introuvable
•Une idéologie sans théoriciens
•La primauté du discours

Chapitre 3. Les modes d'emploi et les peuples du populisme
•La contribution électorale
•Le populisme refondateur
•Le populisme de rupture
•Du souverain mal servi à la plèbe
•L'ethnopopulisme

Chapitre 4. Du populisme des anciens à celui des modernes
•Le populisme des anciens ou la révolte des "mains noires"
•Le populisme des modernes : de la solidarité à la réciprocité Le néopopulisme libéral-médiatique

Chapitre 5. Du populisme de l'État-nation au national-populisme
•La confusion des origines
•Les reniements croisés
•Le national-populisme

Chapitre 6. Les populismes fondateurs
•Les narodniki russes
•Le boulangisme
•Le People' s Party des petits fermiers américains

Chapitre 7. L'Ame'rique latine ou le populisme consolidé
•L'histoire ancienne
•Les archétypes: Vargas et Peron
•Le kaléidoscope
•Le fardeau

Chapitre 8. Les populismes de l'Europe centrale à la Russie
•Des simplifications abusives au répertoire des contradictions
•Du populisme gouvernemental au progressisme populiste
•Un populisme d'États tardifs ou contestés
•Les cas particuliers de la Grèce et de la Russie
•Les populismes d'aujourd'hui ...

Chapitre 9. Les populismes de la décolonisation
•Inde et Pakistan: le populisme dans tous ses états
•Dieu est-il populiste? Les entraves du populisme musulman
•Les moments populistes de l'Asie orientale

Chapitre 10. Le populisme européen au présent
•Les précurseurs scandinaves : du sursaut antifiscal au chauvinisme de l'État-providence
•Entre le social-chauvinisme et la xénophobie: Le Pen et Haider
•Les cinq composantes du populisme européen

Chapitre 11. Frontières incertaines et voisinages suspects
•Les futuristes : des radicaux italiens aux "cyber-populistes"
•Les fascistes
•Les tribuns du peuple: un populisme communiste
•Les rassembleurs

en 2002, Théorie communiste proposait son analyse, en partant de la montée de Le Pen M. LE PEN ET LA DISPARITION DE L’IDENTITÉ OUVRIÈRE, avec un paragraphe consacré au populisme

Citation :
Le populisme

. Le populisme se définit essentiellement comme la volonté d’abolition, dans la politique, de la distinction entre société et politique. Contre la démocratie, le populisme refuse de reconnaître comme irréductibles les contradictions et les scissions de la société, et d’accepter leur pacification dans l’État par la médiation du citoyen. Pour le populisme, la société est une communauté directement prise en charge et représentée en tant que telle dans l’État. La communauté, c’est le peuple contre les classes sociales d’un côté et contre le citoyen de l’autre. Cependant ce peuple comme communauté n’est pas un état, un donné, il doit être construit par la réunification, la réconciliation, de ce qui a été séparé, disloqué : la société et la religion, le public et le privé, l’économie et la morale, la technique et le culturel, les masses et les élites, le travail avec le capital et la nation, etc. En tant que mouvement politique et idéologique, le populisme se constitue sur les limites des luttes du prolétariat et se retourne contre lui. C’est l’action du prolétariat dans ses luttes revendicatives et de pression sur l’État, ainsi qu’actuellement l’impossibilité de cette activité d’exister comme projet d’organisation de la société selon ses besoins et intérêts, qui produit le peuple. Et le peuple, qui n’admet pas les contradictions, les conflits et les scissions en son sein, se retourne contre lui. Il serait angélique de ne pas constater que c’est dans des régions où parfois les prolétaires ont lutté de façon très violente contre les fermetures d’entreprises et les licenciements et pour obtenir les meilleures conditions de départ que le Front National fait d’excellents scores après la disparition de l’encadrement de la communauté ouvrière.

Mais ce peuple, on l’a dit, n’est pas un donné, n’est pas une classe sociale, ni même un groupe sociologique, il est à construire et à représenter. Par là, il devient l’apanage de la seule classe susceptible d’unifier les contradictions sociales et de les reproduire, parce qu’elle tient les clés de l’autoprésupposition du capital : la bourgeoisie. Celle-ci peut déléguer, de façon parfois conflictuelle, la direction du mouvement aux classes moyennes, ou à des catégories sociales mieux à même de le représenter, parce qu’adéquates à son contenu, comme l’Eglise, l’armée, ou le syndicat selon les contextes. C’est cette délégation aux petits patrons et artisans qui manque actuellement (et manquera toujours) au Front National (tel que les conditions françaises lui imposent d’être) et qui en fait une organisation aussi massive électoralement qu’ectoplasmique socialement. Comme le démocratisme radical, avec lequel il partage bien des caractéritiques (le rêve de la démocratie directe, le culte de l’Etat social, la critique de la mondialisation libérale), le populisme se nourrit aux limites des luttes du prolétariat quand celui-ci ne peut se dégager d’une fixation de la contradiction entre prolétariat et capital au niveau de la reproduction de la force de travail dans le cadre d’une économie capitaliste de plus en plus segmentée (rupture de l’ordre de la société salariale) où l’articulation entre les secteurs n’apparaît dans leur implication réciproque que comme misère et richesse :  » ceux d’en bas « et  » ceux d’en haut « (cf. les risques de la situation actuelle en Argentine).

Le petit patronat représente idéalement cette réconciliation du travail respectable et du capital mérité, s’épanouissant dans le cadre de la nation, sociale et familiale. Malheureusement, si c’est un idéal c’est que c’est aussi une réalité. La moitié des ouvriers travaillent dans le cadre d’une petite, voire d’une toute petite entreprise, on pourrait dire que ce n’est pas le nombre qui compte mais la place dans la composition de la classe ouvrière par rapport aux dynamiques capitalistes en cours, or, de ce point de vue, force est de constater que cet éclatement n’est pas archaïque. Comme leur patron, ces ouvriers sont souvent soumis à la pression directe de la clientèle qu’elle soit privée ou celle d’entreprises plus importantes, celui qui apparaît comme aggravant les conditions de travail, forçant à tenir les salaires, c’est tout autant le patron que le client impérieux.  » A de nombreux égards, le point de vue ouvrier fait plus souvent corps avec celui du patron : ils dénoncent avec lui le poids des charges sociales, des règlements… L’alliance entre les ouvriers et les petits patrons du commerce et de l’industrie devient possible (…). ”, relève Daniel Cohen dans le Monde du 3 mai 2002, on pourrait ajouter l’attitude face aux délocalisations, à la mondialisation de la concurrence et à l’envolée des revenus  » indus « du capital. Face aux transformations sociales, non seulement le petit patron formalise le mouvement populiste, mais encore les petits patrons sont spécifiquement mis en mouvement en tant que catégorie sociale dont le pouvoir économique et politique est attaqué. Les contradictions actuelles retravaillent donc la tradition de l’extrême droite (travail, famille, patrie, racisme) pour produire les thèmes du populisme : justice économique, communauté nationale, respectabilité du travail, république et souveraineté rendue au peuple. Mais c’est continuellement face à l’exacerbation des contradictions entre les classes que le populisme du travail respectable et du capital mérité doit se prouver comme la représentation en acte de la communauté du peuple, et cela en produisant le peuple contre l' » impopulaire ”, le non-patriotique : la finance, les élites politiques de la démocratie représentative, les  » intellectuels et artistes cosmopolites « et les grands capitaines d’industrie d’un côté ;  les  » profiteurs du Welfare « et le  » groupe repoussoir « des enfants d’immigrés de l’autre.

Bertinotti, dans le texte précédemment cité, a raison de souligner qu’il ne s’agit pas de  » populisme vieilli « et que  » nous ne sommes pas confrontés à des reflux fascistes ”. Si le petit patron représente la figure idéale de ce populisme c’est que celui-ci est absolument  » moderne ”. Sans qu’il en tienne compte, c’est parce qu’il baigne dans les caractéristiques italiennes de la petite entreprise que Bertinotti peut dépasser la vision poujadiste qui a encore cours en France, bien que là aussi dépassée. Mais en se passant de la figure du  » petit patron « et de ses ouvriers, Bertinotti laisse de côté la condition de la réussite précisément populaire de ce populisme, pour n’en faire qu’une expression de la classe capitaliste, perdant ainsi sa spécificité (il est vrai que pour un tenant pur et dur du programmatisme, c’est une couleuvre difficile à avaler).

Le petit patron est tout à fait moderne. Le gouvernement de Berlusconi comprend douze  » petits « patrons sur vingt-six ministres. C’est dans les années soixante-dix, à partir de PME très dynamiques, qu’émergent ceux que Pierre Musso dans le Monde diplomatique d’avril 2002 appelle des  » néo-condotierri postfordistes « comme Gilberto Benetton et Silvio Berlusconi. Durant l’été 2001, la direction de l’organisation patronale Cofindustria est revenue à Antonio d’Amato, porté par les PME du Nord-Est, contre Carlo Callieri, pourtant soutenu par Agnelli et De Benedetti. Si tous ces éléments font en réalité système et si le capitalisme italien reste dominé par un petit nombre d’actionnaires financiers (malgré le déclin de Mediobanca et la mort d’Enrico Cuccia), il n’en demeure pas moins que les familles historiques du capitalisme fordiste italien ont du partager leur pouvoir avec ces  » néo-condotierri « qui même devenu gros ont conservé le mode de fonctionnement d’une PME et dont la réussite dépend des modalités d’exploitation de la force de travail en cours dans ces PME de moins de 10 salariés (on fabrique parce qu’on a déjà vendu, ce qui laisse supposer les conditions de travail et les statuts des travailleurs) qui représentent la moitié des quatre millions d’entreprises italiennes, sans oublier les 22,6 % de la main-d’oeuvre totale employés  » irrégulièrement ”. Cette extrême droite populiste avec son autoritarisme et sa xénophobie (non de rejet mais de garantie policière que l’ouvrier restera à sa place, cf. la régularisation massive récente des clandestins sous contrôle des patrons) s’enracine dans les transformations actuelles du capitalisme : dans sa restructuration. La figure moderne du  » petit patron « est celle de  » l’obéissance aveugle et absolue aux lois du marché « et à  » un libéralisme économique qui ne s’embarrasse d’aucun scrupule vis-à-vis des conditions des travailleurs. ”. Bertinotti poursuit : « Si l’on ne comprend pas cet engrenage, on ne comprend pas pourquoi cette droite, définie comme anormale ou vieillie, s’affirme au sein de processus économiques modernes.  » En France, c’est dans cet engrenage que le Front National parvient difficilement à se placer, contrairement à beaucoup d’autres populismes européens ; victime, si l’on peut dire, d’un côté, de la structure productive du capitalisme français et, de l’autre, de son trop grand succès ouvrier qui le coupe sur le plan  » sociétal « d’une grande partie des  » classes moyennes « (homophobie, condition féminine, avortement, peine de mort, pacs ..). Tout cela tenant au déroulement de la restructuration en France, principalement à un faible éclatement des structures productives lors des restructurations industrielles.

L’éloignement de Jean-Marie Le Pen de l’hédonisme d’un Pim Fortuyn n’est pas qu’un  » détail « et Pia Kjaersgaard (chef du Parti du peuple danois) le qualifie de  » figure du passé ”. C’est la profondeur de l’acceptation du libéralisme qui est en jeu, celui-ci ne définit pas seulement une série de principes économiques mais une conception et une pratique du fonctionnement de la société et de la notion d’individu.  » Dans la plupart des autres pays, les divisions régionales, religieuses, corporatistes se sont maintenues jusqu’au XX° siècle (contrairement à la situation française où tout cela est démantelé lors de la Révolution, n d a). Elles ont donc pu être mobilisées par les citoyens (souligné par nous) en lutte, pour défendre leurs intérêts particuliers. Dans le cas français, le  » matériel « mis à la disposition des individus pour nommer leurs différences et nourrir leur sentiment d’appartenance collective a été très tôt limité à deux grands registres : la lutte des classes (patrons / ouvriers) et le clivage national / étranger. « (Gérard Noiriel, le Monde diplomatique, janvier 2002.) L’identité ouvrière s’est politiquement constituée en France dans ce double clivage : contre les patrons, bien sûr, et dans la distinction d’avec l’étranger. De la troisième République jusqu’aux années 1970, la constitution et la reconnaissance d’une identité ouvrière d’un côté et, de l’autre, l’exclusion des immigrants étrangers sont les deux faces d’une même pièce. Depuis la III° République à la fin du XIX° siècle jusqu’à la crise / restructuration actuelle, l’Etat et la loi sont les acteurs centraux du clivage à l’intérieur de cette dualité. Cette intégration de la classe ouvrière dans l’Etat-nation ne fut pas que politique, progressivement le simple fait d’appartenir à l’Etat a permis d’obtenir des droits sociaux et c’est alors que le développement de l’immigration fut une conséquence de cette démocratisation.  » Jusqu’à la fin du second Empire, la ligne de fracture fondamentale était d’ordre sociologique, opposant le monde des notables aux classes laborieuses et dangereuses. Ces dernières n’avaient pratiquement aucun droit ; le fait que leurs membres soient  » français  » ou  » étrangers  » était donc sans importance. Mais à partir du moment où le peuple dispose de droits politiques et sociaux, il devient nécessaire d’établir une discrimination radicale entre ceux qui appartiennent à l’Etat français et les autres. L’étranger est alors défini de façon négative. C’est celui qui ne possède pas les droits consentis aux nationaux. (…). Dès la fin du XIX° siècle, l’immigration de masse va permettre d’exploiter toutes les potentialités offertes par ce clivage. Les capacités de résistance accordées aux classes populaires par la III° République ne permettant pas à la grande industrie de trouver sur place toute la main-d’oeuvre nécessaire, il a fallu pour constituer le prolétariat de mineurs, de manoeuvres, d’ouvriers agricoles et de bonnes à tout faire dont le pays avait besoin,  » fabriquer « une population privée des droits sociaux accordés aux nationaux et n’ayant pas la possibilité de protester collectivement contre le sort qui lui était fait. Des vignobles du Roussillon aux hauts-fourneaux de Moselle, le patronat va alors chercher de la main-d’oeuvre en Italie, en Pologne et dans les colonies. (…). En interdisant aux étrangers de travailler en France sans une autorisation officielle, l’Etat républicain s’est donné les moyens de réguler les flux migratoires, d’interdire l’entrée des immigrants sur son territoire en période de récession, de canaliser les flux vers les secteurs déficitaires, de limiter la concurrence dans les branches prisées par les nationaux. Au cours de la même période, ce dispositif a été renforcé par une multitude de mesures destinées à élargie la  » fonction publique ”, de façon à multiplier le nombre des emplois réservés aux Français. « (ibid.). Si l’analyse de Noiriel est passionnante, elle laisse cependant de côté le fait que ce qu’il appelle  » l’intégration des classes populaires  » n’est pas qu’un phénomène institutionnel, mais politique (dans un sens plus large qu’institutionnel), social et économique. Cette intégration est en fait un rapport de classes entre le capital et le travail qui s’impose au-delà des clivages institutionnels, c’est la formation et la confirmation d’une identité ouvrière à l’intérieur de la reproduction du capital. L’action politique et syndicale et tout simplement les luttes quotidiennes ont régulièrement subverti ce clivage (non sans affrontements), l’existence d’une identité ouvrière permettant cette subversion. La disparition d’une identité ouvrière laisse en revanche le clivage institutionnel à nu, de lui seul dépend l’ » intégration « et la reconnaissance (les sans-papiers n’ont eu droit de la part du mouvement ouvrier qu’à un furtif coup de chapeau et parfois même à l’hostilité des immigrés anciens). Le grand maître de ce clivage c’est l’Etat, c’est à lui que l’on s’adresse, c’est de lui que l’on attend tout, d’autant plus que, comme on l’a vu, toute référence intermédiaire a disparu depuis longtemps des luttes sociales en France, n’en déplaise aux Bretons, Basques et autres Corses. C’est toute cette longue histoire qui a structuré en France l’identité ouvrière sur le socle du clivage national / étranger et dont l’Etat était le maître d’oeuvre et le garant ultime qui met en porte à faux le  » libéralisme « du Front National et lui donne son air de vilain petit canard de la famille populiste européenne, quand comme ses frères il est le résultat de la disparition de cette identité. Contre cette disparition, en France il n’y a qu’une instance : l’Etat. Pour être rapide, le Front National balance encore entre, d’un côté, la tradition et la loi et, de l’autre, le contrat.

L’extrême droite dont nous assistons au succès en Europe est celle que Jean-Yves Camus (auteur des Extrémismes en Europe, éd. de l’Aube, 1998 et du Front National, éd. Milan, 2001) qualifie d’ »atypique « en ce qu’elle abandonne le culte de l’Etat pour l’ultra-libéralisme, le corporatisme pour le  » jeu du marché ”, et même parfois  » le cadre de l’Etat-nation pour les particularismes régionaux ou purement locaux. « (le Monde diplomatique, mai 2002). En Italie, dans son évolution, l’Alleanza Nazionale a laminé les groupuscules néofascistes purs et durs, partout les partis qui se réclament de l’héritage direct du fascisme, du salazarisme, du phalangisme ou de la dictature des colonels en Grèce sont totalement marginalisés. De même, en Belgique, si le Vlaams Blok (Bloc flamand) se réfère toujours au  » nationalisme solidariste « et au  » nationalisme flamand « de Henri De Man, le courant libéral y est de plus en plus important et donne le ton général du programme en se référant à Margaret Thatcher qui  » a libéré son pays de la dictature des syndicats « (au point que le combat pour l’indépendance de la Flandre n’est plus réservé qu’aux discours dominicaux). Les plus prospères de ces partis d’extrême droite, ceux de l’Europe scandinave, attirent électoralement une proportion de plus en plus grande d’ouvriers même si leur socle demeure les  » classes moyennes « et les patrons indépendants. En Norvège, où le chômage est quasiment inexistant et où les revenus pétroliers assurent pour l’instant un avenir sans nuages à l’Etat providence, le succès du Parti du progrès (Fremskridtspartiet) en milieu ouvrier semble mystérieux, d’autant plus qu’il défend l’idée d’une dérégulation totale du marché du travail impliquant une disparition du salaire minimum. Dans la situation de prospérité de la Norvège, une telle dérégulation n’apparaît pas comme une menace mais plutôt comme l’ouverture d’opportunités salariales (concurrence, primes, individualisation…) et l’absence de salaire minimum comme une relégation hors de l’espace salarial commun de la main-d’oeuvre non nationale. La prospérité y apparaît comme la préservation de l’homogénéité ethnique, religieuse et culturelle. Partout, ce qui domine c’est le ralliement de cette extrême droite au libéralisme, ce qui la différencie et la coupe radicalement du fascisme historique.

Cependant, son succès électoral tient à ce que ce libéralisme est boiteux : libéralisme sans, et même, de façon proclamatoire, contre la mondialisation. Le point commun de tous ces mouvements, y compris naturellement le Front National, est d’ériger la  » préférence nationale « en protection de ce qui reste d’Etat providence (même quand celui-ci, comme en Norvège, ne paraît pas immédiatement menacé : il vaut mieux faire envie que pitié). Une fois affirmé ce point programmatique dur, la critique de la mondialisation est en fait plus spectaculaire, symbolique et rhétorique que réelle. Si bien que, au-delà de la participation directe de ces partis au pouvoir et des aléas de leurs succès électoraux, leur  » modernité « réside avant tout dans le fait que leurs thèmes sont partout présents dans les partis dits  » de gouvernement « (sans parler des nombreux arrangements locaux et / ou nationaux ainsi que des changements  » personnels « d’étiquette) et que les critiques qui leur sont adressées dans le  » débat politique « ne dépassent jamais la stigmatisation diabolique de leur  » fascisme « ce qui passe totalement à côté de leur réalité. Même si cela n’a pas d’importance, on ne peut s’empêcher de se demander si ce n’est pas volontaire.

Partout, c’est la disparition de l’identité ouvrière et par là de sa représentation politique social-démocrate et / ou communiste qui déstabilise le fondement politique de l’Etat démocratique. Celui-ci est la pacification d’un clivage social que la démocratie reconnaît comme réel au moment où elle en est la représentation comme affrontement entre citoyens. Contrairement au populisme, la démocratie est la reconnaissance du caractère irréductiblement conflictuel de la  » communauté nationale ”, de ce point de vue la reconnaissance de la classe ouvrière a été historiquement au coeur de la construction de la démocratie, elle en fut même le moteur et le critère. Il est inutile de revenir longuement sur la déliquescence de la social-démocratie déjà abordée dans la partie de ce texte plus spécialement consacrée à la disparition de l’identité ouvrière. La social-démocratie et les partis communistes (frères ennemis) constituaient la forme dominante de la représentation politique inhérente à l’identité ouvrière. Celle-ci s’était constituée dans la première phase de la subsomption réelle du travail sous le capital dans le cadre mondial du fordisme et corrélativement dans le cadre national du bouclage de l’accumulation. Comme expression politique, la social-démocratie se caractérisait par trois points : la constitution d’un parti de masse, une sorte de contre-société (ce point là ne fut jamais effectif en France) ; un projet de réforme de la propriété en  » propriété sociale « ; la protection sociale. Le premier point est devenu caduc dans l’entre-deux-guerres, le deuxième s’est alors limité à un effet oratoire dans la présentation des programmes avant d’être officiellement abandonné, ne restait que le troisième. Le keynésianisme interne, en possible situation de compromis avec un libéralisme externe de plus en plus important, est devenu la politique naturelle de l’identité ouvrière jusqu’à ce que toutes les caractéristiques de la restructuration actuelle en ont fait disparaître la possibilité : coût budgétaire des programmes sociaux, montée du chômage, précarisation de la force de travail, décentralisation des relations professionnelles, autonomisation des marchés financiers, concurrence internationale. C’est-à-dire fondamentalement la modification du rapport d’exploitation. Nous ne rentrerons pas dans l’analyse des différentes possibilités de reconstruction de la social-démocratie ; une des plus intéressantes est certainement celle entamée autour de la CGIL en Italie qui retrouve la stratégie socio-politique qu’elle avait inaugurée à la fin des années soixante-dix, puis, à l’époque, rapidement abandonnée. Quelle que soit la nouvelle configuration  » social-démocrate ”, elle ne sera plus la représentation de l’identité ouvrière mais un accompagnement légal ou contractuel de la restructuration et la déstabilisation générale du fonctionnement de l’Etat démocratique, que cette disparition implique, perdurera.

En effet, la critique démocratique du populisme n’est pas chose aisée. Pierre Rosanvallon faisait remarquer, il y a déjà quelques années, que l’on voit aujourd’hui employés pour critiquer l’idée de référendum sur les problèmes de société, les mêmes arguments qui étaient employés au XIX° siècle contre le suffrage universel : le manque d’éducation du peuple. Rosanvallon poursuit :  » Nous avons besoin de pouvoir faire philosophiquement une critique démocratique du populisme. Ce qui est en cause, pour faire vite, dans une perspective populiste, c’est une vision extrêmement pauvre de la démocratie, une vision primitive de la volonté générale. Le populisme considère que l’énergie sociale est en permanence étouffée par les élites, étouffée par les appareils, étouffée par les partis, étouffée par les institutions. C’est une vision très discutable de la démocratie. La démocratie ce n’est pas simplement l’enregistrement passif des volontés, c’est la construction du vivre ensemble. La volonté commune n’est pas donné au point de départ. Elle se construit dans le débat et la délibération. C’est sur cette base que l’on peut faire une critique méthodologique, philosophique du populisme. Il n’y a pas un  » déjà là « de la volonté générale, un  » déjà là « de l’énergie sociale. (…). Si l’on a une vision décisionniste de la démocratie, on ne peut pas faire la différence entre populisme et démocratie. « (Pierre Rosanvallon, le Monde du 14 décembre 1993.) Nous ne discuterons pas ici des notions de  » volonté commune ”, de  » citoyen « ou d’ » Etat de classe ”, nous nous intéressons au problème que la démocratie a avec le populisme. Disons seulement que la  » volonté générale « est une réalité, ce sont toujours les intérêts de la classe dominante qui se font valoir comme intérêts généraux, la démocratie, dans le mode de production capitaliste, est le processus le plus adéquat de ce  » faire valoir « et ce pour les raisons même qu’énonce Rosanvallon.

La représentation pacifiée en  » volonté générale « d’une société reconnue comme nécessairement conflictuelle (c’est là toute la force de la démocratie) est un travail et non un reflet. C’est-à-dire que dans le fonctionnement démocratique de l’Etat, la réification et le fétichisme sont des activités, c’est la politique comme partis, débats, délibérations, rapports de force dans la sphère spécifique de la société civile, décisions (cf. la première partie de ce texte). Se contenter de se moquer des démocrates qui n’acceptent pas le résultat d’un vote c’est un peu léger et c’est ne rien comprendre à la démocratie comme représentation. Les ricanements radicaux restent en deçà d’une analyse démocratique sérieuse de la démocratie.

La démocratie semble inexorablement devenir populiste parce que c’est le travail de représentation qui est en crise. Précisons : les classes existent, l’Etat existe, la classe capitaliste est la classe dominante, le fétichisme de la marchandise doublé du fétichisme spécifique du capital accomplissent toujours leur oeuvre. Dans la mesure où l’intérêt propre de la classe dominante passe par l’Etat, il doit acquérir la forme d’un intérêt universel, d’une volonté générale. Quand nous disons que toute classe dominante doit  » représenter son intérêt propre comme étant l’intérêt universel « (Marx, Idéologie allemande, éd. sociales, p. 62), il ne s’agit pas d’une supercherie, d’un piège tendu aux classes dominées, d’une manoeuvre qui pourrait être comme ne pas être. L’intérêt collectif (exprimant la dépendance réelle réciproque des classes) qui dans une société de classes est l’intérêt particulier de la classe dominante prend, en qualité d’Etat, une forme, premièrement, indépendante de l’intérêt particulier de la classe dominante elle-même parce qu’il n’est immédiatement qu’un intérêt particulier face à d’autres et, deuxièmement, indépendante de la simple dépendance réelle entre les classes parce que cette médiation du collectif nie sa particularité, il devient un intérêt universel. L’intérêt particulier de la classe dominante ne peut se réaliser comme intérêt particulier que comme intérêt universel, en qualité d’Etat. Il lui faut sortir de sa particularité, l’Etat doit être séparé de la lutte des classes pour être au mieux l’Etat de la classe dominante, la bourgeoisie célèbre comme ses grands hommes politiques ceux qui lui donnèrent souvent du fil à retordre. Le travail politique de représentation est cette sortie de la particularité, ce que Rosanvallon appelle la  » construction du vivre ensemble ”, le  » débat ”, la  » délibération ”. Par nécessité un tel travail n’est possible que dans la mesure où plusieurs intérêts particuliers sont susceptibles de se faire valoir dans la sphère de l’universel (une particularité unique, en rapport seulement avec elle-même, ne peut pas sortir d’elle-même, elle n’est rien) ; même si le vainqueur est forcément connu d’avance, il est dans la nature des intérêts particuliers de devenir indépendants d’eux-mêmes et de concourrir (leur propre poursuite implique pour eux d’apparaître comme un intérêt  » universel ”, spécial et particulier parce que face à un autre).

Le problème de la démocratie est actuellement de ne plus connaître qu’une seule de ces particularités aptes à concourrir, la disparition de l’identité ouvrière et de sa représentation a entraîné toutes les autres dans son naufrage. Or, seule, cette particularité n’est rien, rien en tant que faire valoir universel. Dans la disparition de la démocratie, la bourgeoisie joue son universalité. Trivialement : plus personne n’y croit ; tellement que les  » scandales « qui, sous la troisième République, jusque dans l’entre-deux-guerres, pouvaient ébranler le fonctionnement démocratique de l’Etat, aujourd’hui  » tout le monde s’en fout « et ne sont qu’un sujet de comique répétitif et éculé. C’est grave pour la bourgeoisie, non pas seulement parce que le leurre ne fonctionnerait plus (ce qui n’est pas négligeable), mais surtout parce que tant que le leurre fonctionne cela signifie qu’il n’en est pas un et que la bourgeoisie apparaît en réalité comme la classe de l’universel, que son intérêt propre se construit réellement dans l’opposition entre les classes et par elle comme l’intérêt général en tant qu’Etat, ce qui nous renvoie à la question du statut actuel de la domination et de l’oppression dans l’exploitation et l’autoprésupposition du capital. De surcroît, ce que l’on rencontre au niveau des Etats nation se retrouve au niveau du système des Etats dans la politique américaine. La domination des intérêts particuliers de la classe dominante ne se construit plus en  » volonté générale ”, les conditions du  » débat « et de la  » délibération « ont disparu. Le fonctionnement démocratique se scinde alors en une hypertrophie institutionnelle indépendante de tout travail de représentation (cours constitutionnelle, cours des comptes, conseil d’Etat, banques centrales, toutes les autorités indépendantes de régulation économique au niveau national, européen ou international) et une  » représentation « vitaliste populiste et aléatoire des intérêts particuliers. Le vitalisme populiste, c’est l’hostilité à tout ce qui peut faire écran entre le peuple et ceux qui sont censés l’incarner au pouvoir. L’aléatoire de la  » représentation « réside dans le fait qu’en se  » désociologisant « la représentation formalise des thèmes transversaux (sécurité, questions  » sociétales ”, environnement, immigration,  » qualité  » du personnel  politique…) polarisant les votes de façon imprévisible et surtout accidentelle.

L’analyse morphologique des manifestations de rue nous confirme dans l’effondrement de la démocratie comme représentation. Tout d’abord durant les dernières décennies le nombre de manifestations a considérablement augmenté, en revanche leur ampleur diminue fortement : des micromobilisations ne rassemblant qu’une cinquantaine de personnes ; les organisateurs sont de moins en moins les partis politiques, encore les syndicats et, de plus en plus, des associations ; les thèmes ne sont plus des causes politiques comme dans les années soixante-dix, mais des objectifs proches et  » limités « : revenus, emplois, chômage ; les professionnels du métier politique dont l’activité est considérée comme abstraite et douteuse sont tenus à distance. Mais,  » si les catégories de la population qui participent le moins aux élections sont celles qui ont pour caractéristique d’être les plus touchées par les effets de la crise économique, il n’en va pas de même pour la participation aux manifestations. En effet, ceux qui ont le plus souvent recours à la rue sont les ouvriers et les employés et, depuis le milieu des années quatre-vingt-dix, les chômeurs. (…). Alors que les 18-24 ans sont classiquement les plus nombreux à ne pas voter, ils sont massivement impliqués dans les manifestations de rue. « (Olivier Fillieule – auteur de Stratégie de la rue. Les manifestations en France, Presses de Sciences Po, 1997 – in le Monde du 1° juillet 1999) .

Le populisme n’épuise pas l’effondrement de la démocratie comme représentation et la disparition de l’identité ouvrière est loin d’être la fin de la classe ouvrière et de la lutte de classe.

caractéristiques majeures donc, le concept de "peuple" remplace celui de prolétariat, le populisme contemporain n'est pas incompatible avec le néo-libéralisme et se distingue donc des fascismes historiques, et des relations complexes avec la démocratie politique. « Contre la démocratie, le populisme refuse de reconnaître comme irréductibles les contradictions et les scissions de la société, et d’accepter leur pacification dans l’État par la médiation du citoyen. Pour le populisme, la société est une communauté directement prise en charge et représentée en tant que telle dans l’État. » Il n'est donc pas incompatible avec un certain citoyennisme qui ne serait pas le démocratisme radical, et les frontières sont aujourd'hui bien plus floues et poreuses qu'elles n'étaient il y a 15 ans, en raison je pense de l'effondrement de l'idéologie démocrate radicale dans sa forme dominante entre 1995 et la crise de 2008

c'est pourquoi sans doute ce texte de TC ne parle pas à l'époque de populisme de gauche, concept revendiqué et théorisé par Chantal Mouffe (voir ICI), et qui explique son débarquement en France en pleines Nuits Debout... Il est donc aujourd'hui faux de considérer, avec Daniel Hermet, que le populisme serait « une idéologie sans théoriciens »

quant à ceux qui refusent de voir du populisme chez Bernie Sanders ou Jean-Luc Mélenchon, c'est généralement parce qu'ils en sont partisans, et directement concurrents des populismes de droite, Trump aux États-Unis, Le Pen en France

du point de vue de notre critique de la démocratie politique et du démocratisme radical, il existe une tension avec la montée des populismes de droite et de gauche, au point que j'ai posé la question d'un démocratisme populiste, ou d'un populisme radical. Observons encore que l'effacement du clivage droite-gauche dans les choix économiques, et les traversées de L'idéologie française de l'ultragauche à l'extrême-droite brouillent encore les classifications. Il n'y a pas de contradiction avec le fait qu'un Orwell puisse ainsi être utilisé de part et d'autre, comme on l'a vu dans UN DISCOURS "DE CLASSE" (?) EUROPÉISTE et RACISTE ? L'idéologie française en versions anti-système ultra-gauche-droite

les réflexions consécutives à l'élection de Trump aux USA sont abordées dans ÉTATS-UNIS, CANADA, QUÉBEC LIBRE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: EUROPE (et au-delà) : paradigme d'un DÉMOCRATISME POPULISTE ? POPULISME RADICAL ? Brexit, classes, immigration et racisme, Trump...   Sam 12 Nov - 12:48


la période actuelle se prête particulièrement à l'analyse des relations entre populisme et démocratie, entre populisme de droite et de gauche et démocratie radicale

à titre d'exemple, un article signalé par @fhpitts  sur twitter, critique de certaines positions de Naomi Klein


The hucksters of discontent

Angela Mitropoulos Sometim3s November 10, 2016


Citation :
Naomi Klein has a piece in the Guardian which is fairly indicative of an argument being made by various socialists and social democrats in moments such as this. Her argument, put simply, is that while racism and misogyny were indeed factors in Trump’s election, it is really ‘neoliberalism’ – the ‘rise of the Davos class’ – which sealed America’s fate. This is white nationalist mythology.

This is how Klein begins the piece, distinguishing between factors and decisive factors:

“They will blame James Comey and the FBI. They will blame voter suppression and racism. They will blame Bernie or bust and misogyny. They will blame third parties and independent candidates. They will blame the corporate media for giving him the platform, social media for being a bullhorn, and WikiLeaks for airing the laundry.”

As Klein would have it, “the force most responsible for creating the nightmare” of a Trump Presidency was the Democratic convention’s decision to endorse Hillary Clinton, whom she depicts as the “embodiment” of the neoliberal “machine,” against “Trump-style extremism” for which Clinton was “no match.” And, she adds, “If we learn nothing else, can we please learn from that mistake?”

I don’t know if “Trump-style extremism” is a euphemism for ‘fascism.’ But let’s for a moment pretend that it is. So, Klein’s argument, in short, is that a machine woman who embodies neoliberalism is no match for fascism but Sanders would have been, had Sanders not (as she has to admit) failed “to connect with older black and Latino voters who are the demographic most abused by our current economic model.”

And right there is where the wheels come off the claim ‘it’s neoliberalism’. As Klein sees it, Black and Latinx people are to blame for Trump’s presidency. Not because they voted against Trump. Which they definitively did, but for this they get no credit whatsoever from Klein. But because they voted for Clinton rather than Sanders.

Sure, let’s not blame racism and misogyny for Trump’s election. Certainly not those white people whom she cites, many of whom actually voted for and actively supported Trump, and for whom not even the presence of the KKK was sufficiently repellent. Let’s not blame Wikileaks and Assange hiding out from rape charges, who, years before Trump’s nomination, directed voting preferences to neo-Nazis in the Australian federal election and for some inexplicable reason only targeted Clinton from the moment when the Trump tapes were released. Let’s instead blame those who voted against Trump and who bear the biggest brunt of ‘our current economic model’ but also, for some reason that eludes Klein, did not “connect” with Sanders. This is Klein having a tantrum at Black and Brown people for not sharing her white, familial affections. That’s all that’s going on here. Poor Grandpa Bernie. It’s certainly not an analysis of capitalism or finance or much of anything else, let alone the US elections.

Here’s an idea: if a group of people bear the worst brunt of something, perhaps they know something about it that you, Klein, do not. That Klein never pauses for long enough to ask why Black and Brown people did not “connect” with Sanders is not really surprising. But it is arrogance verging on outright racism. It would mean, among other things, having to admit that social democracy has always been a form of white protectionism, particularly in settler colonies such as the US, and that the use of terms like ‘neoliberalism’ is all about lamenting the loss of that protection for white people. It would mean having to admit, in other words, that Black and Latinx people are not mistaken so much as really quite reasonable in not ‘connecting’ to a Sanderesque white American nostalgia. Sanders’ view that ‘open borders’ and immigration are a Koch brothers conspiracy is hardly a secret, so it’s no secret why immigrants would disconnect from someone who believed that just as they did from Trump.

To be honest, I am unsure what part of this article is worse. The way Klein gives credence to the fantasy of white (male) pain. The way Klein tries to lend credence to this fantasy by both plundering and erasing the experiences of Black and Brown women, who did in fact bear the brunt of the financial crisis in foreclosures and debts but who, at the same time, took what advantage they could of whatever loans they could get so as to own a house or get a college education for the first time in any generation – only to be later themselves blamed by neoconservative economists for causing the financial crisis and, in that very way, converted into a ghostly synonym for ‘neoliberalism’ for white people everywhere ever since. The way Klein’s first and only instinct is to repeat the denigration of a woman as machine-like, rather than, I don’t know, how about not perpetuating gender norms, even in connection with women whose politics you might hate? The way Klein explains the history of capitalism and finance as a conspiratorial meeting of bankers in the Swiss mountains – the very same way that the alt-Right does, as it happens. The way Klein insists on separating out racism and misogyny and these from capitalism or finance. This is not the first time I’ve argued that ‘neoliberalism’ is a term used by clerical fascists, conservatives and social democrats alike to mean ‘capitalism is bad when or because it destroys the natural order and traditional families, which we should restore through state regulation.’ But it might be the first time I’ve seen it used so obviously as a way of avoiding talking about racism and misogyny.

Though I’m not surprised to see it accompanied by reference to the “Occupy alumni who took the Bernie campaign supernova.” Occupy is not the only or latest movement and struggle around, but unlike the more recent Black Lives Matter, NoDAPL and the prison strike, it is the last larger movement in the United States where white people were both out the front and centered, and which faltered precisely on that limitation.

It’s difficult to see how Klein’s article isn’t just a pitch to the lower ranks of the alt-Right and the alt-Left Bernie bros who also voted for Trump, one made at the cost of blaming Black and Latinx people for their ‘mistake’ of not supporting the restoration of white power through methods less ‘extreme’ than those Trump has promised to enact. So when she concludes it with a call to “set aside what is keeping us apart,” I expect Klein is talking about white nationalists joining hands across the Left-Right parliamentary divide in their shared enjoyment of some overheated fiction about ‘global finance’ and accompanied by the bonding ritual of throwing people of colour, immigrants and queers under the bus. If you can’t beat them, join them, and worry later about the degree of extremism.

The problem with these appeals to nationalism is that they vector a familial white affection without thought or challenge, uninterested in reflecting seriously about what did and did not happen and what needs to be changed. Let’s put it in some perspective. Clinton won the popular vote by around 200,000. The legacy of the electoral college, derived from the post-slavery weighting which eliminated the one person-one vote principle, converted Clinton’s win into Trump’s win. Arguments which take ‘democracy’ as some virtuous rule are always inclined to forget that for the racist all problems of democracy will be resolved by shifting the border – and that this has been an intense conflict ever since the franchise was extended beyond property-owning white men. The rates of imprisonment of Black and Brown people, accompanied by prisoner disenfranchisement and the gutting of the Voting Rights Act and voter suppression tactics in some states which wiped an estimated 300,000 voters out, all did in fact contribute to Trump’s election. All up, estimates of 7 million votes were wiped out. This is the racism encoded into the procedures of the election, and it will be that much more difficult to change once the Republicans and Trump and Pence stack the Supreme Court and its rulings for the next decade or so. These are not nothing. Ignoring these means being forced to appeal to people who are invested in whiteness and racism and misogyny unless those investments are challenged or the demographics make that unnecessary.

But right at this moment, it has to be abundantly clear that a majority of white people overwhelmingly voted for Trump, across all income brackets. This was not about working class anger, as if only white people are working class – and it is beyond offensive to suggest otherwise. Listening to those who would excuse people who voted for Trump, only white people are coded as working class or poor; Black and Brown people are instead never working class, barely poor. So we should be clear: the election of Trump was about white people voting to restore the power and value of whiteness. Calling it a ‘mistake’ when Black and Brown people – indeed almost every Black woman who voted – did not ensure that it was a contest between two white men is contemptible.

Those who stood firm and voted against Trump, who have taken to the streets, who have refused to admit the legitimacy of his election, who have committed to defending the most vulnerable against attacks, harassment and deportations, building and sustaining infrastructures of care and support, blocking the Republicans at every turn, and having difficult conversations about how to challenge white authority and revanchism, they have my respect. Klein does not
.


quelques tweet commentaires

la critique du "néo-libéralisme" traduit souvent une faiblesse de la critique du capitalisme qui débouche sur l'impasse démocrate radicale

une erreur théorique qui consiste à croire que la politique (l'État) décide de l'économie. On verra avec Trump qu'il n'en est rien

actuellement, les luttes sont médiées par la politique, l'État. Le prolétariat mondial n'attaque le capital que pour le défendre

c'est ce qui rend possible à la fois le populisme de droite et de gauche. La critique du néolibéralisme y participe (cf Klein...)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: EUROPE (et au-delà) : paradigme d'un DÉMOCRATISME POPULISTE ? POPULISME RADICAL ? Brexit, classes, immigration et racisme, Trump...   Jeu 1 Déc - 16:33


le sens commun des affaires, du capital à la politique

les apparences sont trumpeuses, si l'on en croit les "analyses" des résultats américains comme tenant au nationalo-populisme de Trump, comme celles de la montée de Fillon comme candidat rêvé de la bourgeoisie française reprenant l'initiative au niveau de l'État et par la politique, alors que n'auront pas cessé, sous Hollande et le PS, la mise en œuvre de ce qui correspond aux intérêts du capital (dernier exemple en date, deux décrets de la Loi-travail facilitant les licenciements collectifs)

il suffit de considérer de ce point de vue les programmes électoraux ou les mesures mises en œuvre (santé, lois du travail, dénationalisations ou privatisations, police...), et les équipes mises en place, entre réactionnaires ultra-droitiers et représentants directs de la grande bourgeoisie

"intérêts du capital" qui sont à la fois partagés, au niveau global/mondial, au niveau occidental, et la concurrence transnationale entre capitaux et zones étatiques, qui sont autant le moteur du capitalise que la lutte de classe elle-même (baisse tendancielle du taux de profit global, et élimination des concurrents pour la contrecarrer)

ce qu'il importe de considérer, concernant le Brexit, Trump, et Fillon en version Juppé dure, c'est bien plus ce qu'ils ont en commun, du point de vue anti-social, que ce qui les différencie, voire semble les opposer, puisque parlant de "protectionnisme", il est, il se fait par définition, en termes politiques et idéologiques, sur la base de spécificités nationales. En France avec Fillon, c'est l'idéologie française tranquillement assumée par la bourgeoisie d'affaires, et ses valets politiques quels qu'ils soient, mais la gauche étant usée, vive l'alternance !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Tristan Vacances



Messages : 321
Date d'inscription : 21/12/2016

MessageSujet: Re: EUROPE (et au-delà) : paradigme d'un DÉMOCRATISME POPULISTE ? POPULISME RADICAL ? Brexit, classes, immigration et racisme, Trump...   Lun 30 Jan - 15:30


la Pénélope du populisme radical de gauche tisse sa toile


Chantal Mouffe, la philosophe qui inspire la gauche, de Hamon à Mélenchon

Eugénie Bastié 30/01/2017


Chantal Mouffe, auteur de L'illusion du consensus,
l'invitée vendredi 27 janvier de la section La France insoumise de Sciences Po Paris.

Citation :
La philosophe donnait vendredi une conférence à Sciences Po Paris, invitée par les mélenchonistes sur le thème du «populisme de gauche». Une pensée précieuse pour comprendre les mutations de la gauche radicale.

«Spéciale dédicace à En Marche Sciences Po! qui préfère cultiver l'entre-soi en organisant un afterwork dans un bar huppé, nous, on préfère penser!»,
lance Victor, un des représentants du mouvement de Mélenchon la France insoumise, à Sciences Po Paris. Chantal Mouffe, élégante dans son tailleur rouge, son carré et son pantalon de cuir, sourit. Invitée par les jeunes étudiants mélenchonistes vendredi soir pour une conférence rue Saint-Guillaume, la philosophe la plus en vue de la gauche radicale expose ses vues sur le populisme et la démocratie. Depuis plusieurs années, son œuvre, ainsi que celle de son mari décédé Ernesto Laclau infusent les idées de la gauche radicale, de Podemos en Espagne à Bernie Sanders aux États-Unis en passant par l'actuelle campagne de Jean-Luc Mélenchon. Celle-ci a d'ailleurs déjà débattu avec le candidat de la France insoumise en octobre 2012, puis en octobre 2016.

Les idées de Chantal Mouffe permettent aujourd'hui d'éclairer les mutations profondes de la gauche radicale.

• Une société «postdémocratique»

Selon elle, nous vivons dans une société postdémocratique. «L'articulation entre la tradition libérale (celle de l'État de droit, des droits de l'homme) et la tradition démocratique (la souveraineté et l'égalité) n'est pas nécessaire, mais contingente», explique-t-elle. À la différence du penseur allemand Carl Schmitt qui pensait que cette contradiction entre liberté et égalité finirait par tuer la démocratie, Mouffe considère qu'il s'agit plutôt d'une tension positive et productive. Aujourd'hui, elle considère que nous sommes à une époque de complète «hégémonie libérale», c'est-à-dire d'une primauté dans le discours politique de la liberté sur les valeurs de souveraineté du peuple et d'égalité, et que cette «tension» a disparu. «Les partis de gauche se sont déplacés vers le centre. On ne propose plus aux électeurs que le choix entre Coca-Cola et Pepsi», résume-t-elle en une formule, prenant en exemple le TINA (There is No Alternative), lancé par Margaret Thatcher.

Dans L'illusion du consensus (traduit chez Albin Michel en 2015), la philosophe s'érigeait contre une vision du pluralisme qui consiste à ériger l'idée d'une politique sans frontières, un terrain neutre où s'affrontent les intérêts, alors que pour elle, le «pluralisme, c'est la possibilité d'alternatives». Intégrant la théorie politique de Carl Schmitt, Mouffe s'oppose à des penseurs comme Habermas ou Arendt qui pensent que la démocratie est un espace politique purement délibératif sans conflits. Comme Carl Schmitt, Mouffe pense que la politique est l'art du conflit, et qu'elle a besoin d'établir une frontière entre «eux» et «nous», entre le «peuple» et «ceux d'en haut».

Une «oligarchisation» des sociétés occidentales

Deuxième constat de Mouffe, celui d'une «oligarchisation» de la société liée au capitalisme financier, avec des inégalités de plus en plus présentes. Elle se réfère notamment aux travaux de Thomas Piketty. «Les sociétés occidentales ressemblent de plus en plus aux sociétés d'Amérique latine», dit-elle. Avant d'ajouter: «Là où il y a une oligarchie, il peut y avoir du populisme». Il s'agit d'exporter le «national-populisme» d'Amérique latine en Occident.

Un «populisme de gauche»

Chantal Mouffe a théorisé l'idée d'un «populisme de gauche» qui rétablirait la «souveraineté populaire». «L'ennemi fondamental du néolibéralisme, c'est la souveraineté. Il vise à rompre les frontières.», dit-elle. Elle fustige le think thank Terra Nova qui, en 2012, avait préconisé au PS d'investir sur le vote des immigrés français. Elle cite le journaliste américain Thomas Frank, auteur de Pourquoi les pauvres votent à droite, un essai sur le basculement idéologique des classes populaires aux États-Unis, et fustige Hillary Clinton qui avait traité les électeurs de Trump de «déplorables». Elle souligne le gouffre entre les mouvements LGBT et les classes populaires, ou le lien entre un certain féminisme et le néolibéralisme. Cependant, Chantal Mouffe ne veut pas tomber dans une fétichisation de la classe ouvrière («la classe ouvrière n'a pas un privilège ontologique») et continue à vouloir penser l'articulation des luttes entre les immigrés, les homosexuels, les féministes et les ouvriers.

C'est là où elle établit une différence entre le populisme de droite, fondé sur un «peuple national» excluant les immigrés, et le populisme de gauche, qui doit fédérer à partir de demandes hétérogènes qui ne s'articulent pas forcément (par exemple, un ouvrier n'a pas les mêmes intérêts qu'un immigré) une «volonté populaire». Une analyse qu'on retrouve clairement dans le slogan de Mélenchon «Non pas rassembler la gauche, mais fédérer le peuple». Cette perspective est également «anti-essentialiste». «Le peuple n'est pas un ‘donné', mais une construction», dit-elle. Cela rejoint l'idée d'«Assemblée constituante» prônée par Mélenchon, qui veut forger une volonté populaire en réunissant «le peuple».

Pour autant, la philosophe n'est pas dans la diabolisation du populisme de droite: «Je n'aime pas trop l'expression ‘extrême droite'. Sur certains points Marine Le Pen est plus à gauche que la droite. Elle défend l'État providence, mais uniquement pour les nationaux.» En revanche, «le ‘eux' du populisme de gauche, ce ne sont pas les immigrés, mais les institutions du capitalisme financier».

Le «réformisme radical»

À la différence de l'extrême-gauche traditionnelle, Mouffe se situe dans une perspective «postmarxiste» qui n'est pas une révolutionnaire. «Pour moi, Mélenchon incarne ce que j'appelle le ‘populisme agonistique' qui accepte de lutter à l'intérieur des institutions démocratiques, sans recours à la révolution violente». Elle résume son projet en une formule: «Ni la social-démocratie, ni le jacobinisme révolutionnaire, mais le réformisme radical.»

«Je suis très machiavélienne dans ma façon de voir la politique. Il faut partir du réel.» dit-elle. Il faut selon elle oser «redonner la place aux affects en politique» qui ne doit pas être uniquement le lieu du débat rationnel hors-sol. À la fin de la conférence, un jeune homme se lève pour dire qu'il «n'a rien compris au débat». Elle ne s'excuse pas et assume «la force de la théorie». Interrogée sur la victoire, alors probable, de Benoît Hamon à la primaire de la gauche, la philosophe répond: «Je sais que Hamon se réclame de moi, mais je ne le connais pas. Si j'avais été forcée de voter à la primaire, j'aurais voté pour lui, mais je ne crois pas à la possibilité d'une rénovation du PS. La social-démocratie a vécu.»

C'est aussi l'avis de Victor: «Le PS n'existe plus à Sciences-Po. S'ils arrivent à réunir vingt personnes, c'est un miracle. Les deux mouvements principaux sont la France insoumise et les Républicains». Il espère que cela se traduira dans les urnes. Réponse en mai prochain.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tristan Vacances



Messages : 321
Date d'inscription : 21/12/2016

MessageSujet: Re: EUROPE (et au-delà) : paradigme d'un DÉMOCRATISME POPULISTE ? POPULISME RADICAL ? Brexit, classes, immigration et racisme, Trump...   Sam 4 Fév - 7:22


la nébuleuse populiste de gauche en Europe

Les figures encore méconnues (en France) de la nouvelle gauche européenne

Gaël Brustier Slate.fr 03.01.2017

Né-e-s dans les années 70 ou 80, elles et ils incarnent des gauches qui se réinventent sur un continent où la droite progresse toujours davantage. La gauche est morte, vive la gauche !

Très majoritairement vieillissant et figée dans des schémas dépassés, la gauche française vit encore dans les années 1980, dans un monde qui n’existe plus, où «l’alternance» est un dû. L'expression «le monde est ainsi» est son viatique. Le contraste avec d'autres pays européens n'en est que plus cruel, le jugement sans appel.



Owen Jones, trublion de la gauche britannique, en octobre 2015. LEON NEAL / AFP

Citation :
Car ailleurs en Europe, le vent de la révolte a déjà sonné dans les vieux appareils. Le monde d’après est déjà sur le métier. Une trentenaire candidate à la présidentielle, une adjointe au maire d’une capitale européenne élue, à moins de 30 ans, sur une plateforme alternative... C'est la génération «gauche d’après». Plus transversale, celle qui «construit son peuple» plutôt que de le fantasmer ou de draguer des clientèles, qui allie pensée et action, qui fait sauter un à un les verrous institutionnels et intellectuels, celle qui forge une part de l’avenir de l’Europe. Aperçu d’une génération diverse et méconnue de cadres politiques de notre continent.

Stefan Wallner, l'homme qui a fait échouer l'extrême droite en Autriche




Discours de Stefan Wallner, octobre 2016.

Si l’extrême-droite autrichienne doit craindre quelqu’un en Autriche, c’est lui: Stefan Wallner. Agé de 45 ans, l'ainé de cette galerie de portraits apparaît surtout comme un éclaireur. Véritable stratège du parti écologiste autrichien, les Grünen, il a incontestablement permis à Alexander Van der Bellen de prendre l’ascendant sur ses concurrents pendant la campagne présidentielle de 2016 et finalement de l'emporter face au candidat de l'extrême droite (FPÖ), Norbert Hofer. Tôt dans l’année, déjà, Van der Bellen apparaissait comme un adversaire sérieux face aux candidats investis par les deux grands partis traditionnels autrichiens, les sociaux-démocrates du SPÖ et les conservateurs de l’ÖVP, tous deux éliminés au premier tour.

Stefan Wallner a entrepris de mettre en place pour les Grünen une stratégie en radicale opposition avec celle du FPÖ. Une alternative totale: ni la même vision de l’identité autrichienne, ni la même vision de l’avenir du pays, et des appuis différents dans la société. Les Verts autrichiens se sont appuyés sur une population en apparence minoritaire pour agglomérer une Autriche alternative, plus ouverte à l’Europe de l’ouest et du sud, plus urbaine aussi…

Ancien directeur de l'organisation catholique caritative Caritas Autriche,  Stefan Wallner a séduit des segments nouveaux de l'électorat… On s’aperçoit ainsi que, dans Vienne, les enfants des électeurs de l’ÖVP, jadis parti le plus attaché à l’identité politique de l’Autriche votent volontiers pour les écolos viennois… Une stratégie gagnante à méditer en Europe ?

Rosa Martinez, la voix écolo de l’Espagne



Rosa Martinez, élue d'Equo au Congrès des députés espagnol, octobre 2016.

Côté écolo toujours, mais en Espagne, c’est Rosa Martinez qui retient l’attention. Avec un français parfait et une maîtrise des enjeux et de la stratégie politique, elle a soulevé l’enthousiasme des militants EELV lors de leurs journées d'été à Lorient en août dernier. Porte-parole du parti écologiste Equo depuis deux ans, elle a, grâce à la stratégie unitaire menée avec Podemos, considérablement fait progresser son combat et l’audience de son mouvement en Espagne.

Avec deux autres membres d'Equo élus au Congrès, la députée espagnole fait partie de la coalition Unidos-Podemos. Ses positionnements féministes et écologistes s’accordent très bien avec la stratégie de Podemos: embrasser un large éventail de thèmes progressistes et ancrés dans les préoccupations quotidiennes. «Construire un peuple» contre la «caste», celle que représentent les concervateurs du Partido popular (PP), au pouvoir, mais aussi une partie de la gauche.

Equo et ses jeunes dirigeants sont souvent moins cités que leurs homologues de Podemos ou d’Unidad popular par la presse française. A tort, car ils contribuent à expérimenter de nouvelles thématiques et à élargir le spectre idéologique du «bloc du changement». Rosa Martinez participe ainsi à faire monter au sein des institutions, de manière concrète, des sujets environnementaux qui étaient peu traités jusqu’à ces deux dernières années. Construire le peuple oui… mais en incluant les thèmes écolos !

Des empêcheurs de penser en rond, même au sein de Podemos



Amigas, compañeras, hermanas, ritis: gracias. De corazón. Con vosotras!
3:44 PM - 16 Dec 2016

Podemos s’apprête à vivre un congrès intense, qui pourrait laisser croire que le jeune parti n’échappe pas aux règles de la «politique politicienne». C'est vrai et faux, car en interne, quelques figures incarnent une façon horizontale de faire de la politique.

A Madrid, la charismatique Rita Maestre, née en 1988, s’est imposée comme étoile montante du mouvement dans la capitale où elle est conseillière municipale. Bête noire des milieux conservateurs, la jeune femme est militante féministe et dénonce les dynamiques machistes, y compris au sein de Podemos. Elle n’hésite pas non plus à défier en interne les proches du leader, Pablo Iglesias.

En cause? Deux cultures au sein de Podemos. Les proches d’Iglesias sont davantage marqués par la culture d'Izquierda unida, la coalition de gauche radicale qu’ils ont pour certains fréquenté plus jeunes. Ils sont donc davantage marqués par la «vieille gauche», plutôt «verticaliste». De l'autre côté du spectre, les proches d’Inigo Errejon, dont fait partie la Madrilène. Dans ce courant sensible à la tradition libertaire ibérique, on pourrait aussi citer Sergio Pascual, élu d’Andalousie, ou Eduardo Maura, député du Pays-Basque. Davantage «horizontalistes», décentralisateurs et partisans de la ligne «populiste de gauche», ces militants s'inspirent d’Ernesto Laclau et Chantal Mouffe.

A Madrid, le relatif affrontement entre les deux mouvances s’est conclu par un accord sur des responsabilités tournantes…

Marisa Matias, membre de l'alliance «rouge-rouge-rose» portugaise



Marisa Matias était candidate à la présidentielle portugaise en 2016.

Parlementaire européenne, Marisa Matias a été candidate cette année à l’élection présidentielle portuaise. Pour le Bloc de gauche (Bloco de esquerda), le dynamique parti de la gauche radicale, elle a recueilli plus de 10% des suffrages. Pablo Iglesias, leader de Podemos est venu la soutenir.

Si depuis, le Parti socialiste portugais gouverne seul, une alliance «rouge-rouge-rose» a vu le jour. Tout en refusant d’entrer au gouvernement, le Parti communiste et le Bloco ont accepté, sous conditions, de soutenir le PS au Parlement. Les deux députés écologistes, alliés actuel du PC ont fait de même.

L’expérience portugaise intéresse beaucoup en France, du Parti socialiste au NPA. Elle diffère considérablement de ce qui se passe en Espagne, où le Parti socialite ouvrier espagnol (PSOE) est soumis à l’influence de ceux qui préfèrent laisser le régime survivre, et voir Mariano Rajoy et la droite tenter leur chance, plutôt que de gouverner avec Podemos et des partis régionaux/régionalistes. Elle diffère de ce qui se passe en Grèce, puisque le Pasok et Syriza sont entrés en concurrence frontale. Elle diffère enfin de l’Italie, où le renzisme a fini par être acculé à la catastrophe référendaire de décembre.

Le Parti socialiste portugais est donc au pouvoir. Il tente, à petits pas, avec des difficultés, de desserrer l’étau de l’austérité imposé «d’en haut», c’est-à-dire par un «césarisme bureaucratique», ainsi que l’ont défini, à la suite d’Antonio Gramsci, le sociologue Razmig Keucheyan et l’économiste Cédric Durand.

Giuseppe Civati, le frondeur italien qui a créé son parti




Giuseppe Civati, fondateur du parti Possibile, a fait campagne pour le «non» au référendum de décembre.

Giuseppe «Pippo» Civati est un peu l’anti-Renzi. Né, comme ce dernier en 1975, il a quitté son parti, le Partito democratico (PD), car il était en total désaccord avec la politique menée. Civati est un authentique militant du PD que les cures d’austérité et l’abandon progressif de l’héritage «démocrate de gauche» et post-communiste ont révulsé. Dans son pays, où la social-démocratie fut toujours faible, il est l’incarnation de ces militants qui ne veulent pas renoncer à être de gauche pour gouverner dans le contexte de l’après-crise.  

Il a porté la contestation au PD jusqu’en 2015, date à laquelle il a claqué la porte de son parti en compagnie de plusieurs autres parlementaires. Il a créé le parti politique Possibile (Possible) en juin 2015 et a fait campagne pour le «non» au référendum constitutionnel de décembre. Il avait déjà dit non au «Jobs Act», la «loi travail» italienne, et à plusieurs réformes emblématiques portées par Matteo Renzi.

Owen Jones, polémiste au pays du Brexit



Owen Jones interviewé par la presse espagnole après la victoire de Donald Trump à la présidentielle américaine.

Agé de 32 ans, Owen Jones est la figure intellectuelle de la gauche post-blairiste. Il est fermement décidé à défendre les classes populaires, comme le montre son livre Chavs: The Demonization of the Working Class (Racailles: la diabolisation de la classe ouvrière), qui le propulsa médiatiquement alors qu’il était déjà intellectuellement mûr et qu’il avait prêté main forte à la gauche britannique.

Il s’est imposé à la fois comme un intellectuel et comme un redoutable activiste de son propre camp. Récemment, il a préfacé la version britannique de l’ouvrage de référence de Chantal Mouffe et Inigo Errejon, Podemo: in the name of the people (Podemos: au nom du peuple), véritable précis de politique transversaliste, paru en Espagne sous le titre Construir Pueblo.
Owen Jones sera le dernier exemple de cette série non exhaustive. Cette génération d'Européens nés entre les années 70 et 80, ayant subi de plein fouet la crise de 2008, s’est occupé de politique à la fois par vocation et par obligation. Elle porte ses idéaux contestataires dans les institutions, aux antipodes du modèle du «jeune de structure» que l’on ne connait que trop en France. Ces cadres, élus et intellectuels, si l’on s’intéresse à eux et qu’on les suit un peu (grâce aux réseaux sociaux, qui rendent possibles aussi ce genre d’expérience heureuse) donnent un petit aperçu d’un des avenirs possibles de l’Europe…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tristan Vacances



Messages : 321
Date d'inscription : 21/12/2016

MessageSujet: Re: EUROPE (et au-delà) : paradigme d'un DÉMOCRATISME POPULISTE ? POPULISME RADICAL ? Brexit, classes, immigration et racisme, Trump...   Sam 4 Fév - 10:35

Nous inscrivions la dérive populiste de gauche dans une continuité-rupture avec le démocratisme radical défait par la crise des années 2007-2010. On est aujourd'hui "radical" à bon marché, si j'ose dire, que ce soit sur le plan politico-social ou d'autres, dont le féminisme. Butler fait la jonction...

Judith Butler se rallie au populisme de gauche


Judith Butler : «Un populisme de gauche doit conduire à une démocratie radicale»

Cécile Daumas Libération 20 janvier 2017

La philosophe américaine connue pour ses travaux sur les questions de genre estime que le nouveau président, Donald Trump, n’est en aucun cas légitime à représenter le peuple. Elle appelle les individus à se rassembler pour défendre le droit à une vie «vivable» pour chacun.
 

Dessin Sylvie Serprix  

Citation :
Ce qui semblait encore irréel pour nombre d’intellectuels de gauche américains est advenu : depuis vendredi, Donald Trump est le 45e président des Etats-Unis. Hasard éditorial, le dernier livre traduit en français de la philosophe américaine Judith Butler est sorti au moment même où Trump remportait l’élection. Comme une adresse à un candidat qui a fait campagne sur la division et l’exclusion, le titre du livre de l’une des plus grandes théoriciennes du genre (1), professeure à Berkeley, est une forme de résistance. Rassemblement décrit un monde où la force des corps rassemblés sur une place en Egypte, en France ou aux Etats-Unis, sort de l’invisibilité tous ceux dont les droits fondamentaux (nourriture, toit, liberté de mouvement, protection contre la violence) ne sont pas respectés. Garantir une «vie vivable» doit être un des buts de toute démocratie, affirme Judith Butler qui appelle à la fondation d’un «nouveau socialisme» version américaine.

Comment l’Amérique en est-elle arrivée là ?

L’élection de Trump est le fait de causes multiples. Et, d’une manière générale, il ne faut jamais se contenter d’une seule explication. Si nous disons que ce sont des hommes blancs économiquement défavorisés qui ont voté pour Trump, et que nous nous focalisons sur la cause de leur marginalisation économique, nous oublions que le racisme existe depuis longtemps aux Etats-Unis, et que ce que nous pourrions qualifier de «colère économique» s’est conjugué à la haine raciale pour aboutir à une telle situation. La misogynie n’est pas en reste non plus, ainsi que la destinée symbolique de la masculinité. La peur du «terrorisme» et le désir de «sécurité» sont également présents aux Etats-Unis, comme dans la plupart des pays d’Europe, et ils font le lit du fascisme : dans le délire utopiste qui l’a porté au pouvoir, Trump créera des emplois, rétablira la sécurité, réhabilitera la masculinité, subordonnera les femmes et rendra sa blancheur à l’Amérique. Mais n’oublions pas qu’il n’a recueilli que 23 % du suffrage populaire. Il n’est donc en aucun cas légitime pour représenter le peuple. Une minorité haineuse a accédé au pouvoir et provoque aujourd’hui une crise démocratique.

Des intellectuels américains, notamment dans les universités, ont organisé une résistance à Trump ? En faites-vous partie ?

Nous essayons de bâtir un «mouvement sanctuaire» dans les universités et nous demandons instamment aux autorités locales et des Etats fédérés de refuser d’obtempérer si des ordres d’expulsion de sans-papiers sont donnés. Nous devons immédiatement mobiliser le soutien de ces millions de sans-papiers qui vivent aux Etats-Unis et qui risquent d’être expulsés. Nous aurons fort à faire pendant longtemps, vu l’ampleur de la tâche. On peut aussi se demander s’il n’est pas temps qu’apparaisse un troisième parti aux Etats-Unis, un parti qui rassemblerait largement par-delà les origines ethniques et les classes, et qui incarne les idéaux d’une social-démocratie qui n’est pas régie par des valeurs néolibérales. Cela pourrait bien être un nouveau socialisme. Au fond, si nous avons un nouveau fascisme aux Etats-Unis, peut-être pouvons-nous aussi voir émerger, après la campagne de Sanders, un nouveau socialisme fondé sur un principe de démocratie radicale.

Les populismes sont souvent expliqués sous l’angle identitaire et culturel : la peur de ne plus être soi, la peur de l’autre. Une question culturelle ou sociale ?

Lorsque nous réfléchissons au trumpisme, le problème n’est pas celui de l’identité, mais de l’économie, de l’héritage persistant du racisme, du déchaînement contre les élites culturelles, du fossé béant entre ceux qui ont fait des études et les autres. Trump a libéré des rancœurs et des haines qui couvaient depuis longtemps. Si c’est un populisme de droite, c’est un populisme qui semble aujourd’hui conduire au fascisme. A mon avis, un populisme de gauche doit conduire à une démocratie radicale. En fait, le terme «populisme» revêt une signification très différente en France et qui n’est pas partagée par tous. Je comprends que, pour la majorité des gens, c’est un terme méprisable. Il est perçu comme l’expression politique d’une vague de sentiments irrationnels. Je ne pense pas qu’il soit considéré ainsi en Argentine, par exemple, où il incarne une manière d’exprimer la volonté du peuple.

La plupart des théoriciens de la démocratie conviennent que la «volonté populaire» est une question complexe, mais les descriptions les plus intelligentes du populisme, telle que celle proposée par Ernesto Laclau, cherchent à comprendre comment des factions, des identités et des intérêts particuliers divers peuvent se lier les uns aux autres sans perdre leur spécificité.

Pour Laclau, cet effort d’«articulation», d’une série de connexions entre diverses identités est l’objectif du populisme. Il ne s’agit pas d’une convergence fasciste vers une «volonté unique», ni de l’émergence d’un leader charismatique qui semble unifier le peuple. Bien sûr, il existe un populisme de droite et un populisme de gauche, et le populisme en lui-même ne constitue pas une posture politique complète. Les solidarités auxquelles il est possible de parvenir par le biais de divers modes de communication et de mobilisation doivent produire une majorité de gauche susceptible d’élire un gouvernement qui cherche à asseoir la démocratie tant dans sa forme que dans son contenu.

Justement ces liens deviennent visibles lors de rassemblements de type Occupy ou de Nuit debout en France. Pourquoi est-ce si important politiquement que les corps se rassemblent ?

La liberté de rassemblement suppose que les individus puissent se déplacer, se réunir et revendiquer ensemble quelque chose dans un espace public qui autorise mouvement, audibilité et visibilité. Nombre de ceux qui manifestent contre l’austérité apparaissent publiquement comme les corps touchés par cette politique économique catastrophique. Lorsque des gens se rassemblent pour s’opposer à des expulsions, ou lorsqu’ils réclament des soins de santé abordables ou le droit de passer d’un pays à un autre, ils attirent l’attention du public sur des besoins aussi essentiels qu’un toit, l’accès à la santé ou la liberté de mouvement.

Les corps se rassemblent pour agir ensemble - jamais comme une unité parfaite, bien entendu - mais surtout pour dénoncer clairement l’organisation actuelle de la société qui prive les gens d’un logement, de nourriture et de soins, bref, de la possibilité même de mener une vie vivable. C’est pourquoi les mesures prises par l’Etat pour restreindre les manifestations et les rassemblements sont très dangereuses. Tout pays qui se veut démocratique doit préserver la liberté de réunion. Par exemple, la France ne doit pas normaliser l’état d’urgence. Si la suspension des libertés fondamentales est normalisée en tant que «nécessité», alors l’essence même de la démocratie disparaît.

Dans un contexte de néolibéralisme, mais aussi de renforcement de l’obsession sécuritaire et de montée de la xénophobie, les droits fondamentaux - nourriture, toit, liberté de mouvement, protection contre la violence - ne seront plus assurés pour un nombre toujours plus grand de personnes, qu’elles soient en situation régulière ou non. Les mouvements sociaux de gauche qui reposent sur des rassemblements ont très souvent, mais pas toujours, des aspirations démocratiques : liberté d’expression, d’association et de réunion, mais aussi droit de vivre sans crainte, de bénéficier de conditions sociales essentielles et d’un cadre démocratique pour vivre.

Garantir une «vie vivable» à chacun serait un des fondamentaux de la démocratie…

Nombre d’entre nous vivons déjà une vie «discréditée», et l’on trouve une indignation légitime et encourageante chez tous les «discrédités». Il s’agit de traduire l’indignation, dans la sphère politique, en un large appel à une démocratie inclusive et égalitaire. Lorsqu’il n’y a pas de vision démocratique pour les discrédités, la violence et la vengeance apparaissent comme la solution. A mon avis, nous ne pouvons pas vivre une vie vivable si nous ne commençons pas par établir les conditions communes de vivabilité. Pour moi, un engagement démocratique élémentaire doit viser cet objectif.

L’être humain ne tient pas debout tout seul, dites-vous…

Dans mon quartier, il y a beaucoup de sans-abri. Ils sont tributaires des services publics, et ces services ne cessent de voir leurs financements diminuer. Ils sont tributaires des institutions, comme nous tous. Lorsque nous perdons les conditions infrastructurelles élémentaires dont nous avons besoin pour survivre et subsister, notre vie est en danger, nous sombrons. Si une société est organisée de sorte qu’elle laisse les gens mourir plutôt que de leur fournir des services sociaux élémentaires, nous pouvons affirmer que quelque chose va terriblement mal dans cette société. Cela ne se résume pas seulement au fait que le sans-abri est vulnérable, et moi pas. On peut invoquer, en la détournant, l’expression populaire «passer à travers les mailles du filet» pour illustrer cela. En un certain sens, cette dépendance est universelle : les corps en général ont des besoins qui doivent être satisfaits pour qu’ils puissent continuer à vivre. Mais c’est aussi politique : lorsque les sociétés ne s’engagent pas à fournir les conditions de vivabilité, elles acceptent implicitement que certains ne vivront pas ou, s’ils parviennent tout de même à survivre, ce sera dans des conditions qui ne sont pas supportables, et ne devraient pas être acceptées.

(1) Auteure de Trouble dans le genre, la Découverte (2005). Trad. de l’anglais par Architexte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tristan Vacances



Messages : 321
Date d'inscription : 21/12/2016

MessageSujet: Re: EUROPE (et au-delà) : paradigme d'un DÉMOCRATISME POPULISTE ? POPULISME RADICAL ? Brexit, classes, immigration et racisme, Trump...   Sam 4 Fév - 10:57


Pour Alain de Benoist, la critique du populisme est devenue une critique du peuple. Mais ce dernier a encore son mot à dire, et pèsera lors des prochaines échéances électorales.


© capture d'écran: YouTube
Citation :
Impossible de l'éviter. Certains ont beau fermer les yeux, retarder leur prise de conscience comme on retarde le réveil le matin, il est impossible de ne pas s'y confronter. Que cela nous plaise ou non, le populisme est le phénomène politique de la décennie. De Podemos au Brexit, de Syriza à Donald Trump, du mouvement 5 étoiles à Marine Le Pen, les arrières-arrières-petits-enfants du Général Boulanger se sont dispersés en Europe et ont investi le champ politique qu'ils ne craignent pas de bouleverser.

De quoi est-il le fruit et de quoi sera-t-il la cause ? En d'autres termes, que faut-il en attendre ? Le pire est-il à venir, ou nous dirigeons-nous vers un renouveau civilisationnel ? Celui-ci exige-t-il la fin du clivage droite-gauche qui structure notre vie collective depuis près de deux siècles ?

Pour lever nos interrogations, nous avons reçu un homme qui rend la vie des bibliophiles difficile, car il publie demain son 103ème essai, intitulé Le moment populiste, Droite-gauche c'est fini, aux éditions Pierre-Guillaume de Roux. Cet auteur est Alain de Benoist, le chef de file d'un courant baptisé à ses dépens « La Nouvelle Droite » dès les années 70. Peut-être est-il au cœur de cette remise en cause du clivage droite-gauche. Il semblerait que la pratique ait rejoint la théorie, la réalité ses réflexions.

Regardez l'entretien dans son intégralité :




Extraits :

La sécession de la plèbe

« Le populisme apparaît il y a vingt ou trente ans, mais la vague n'a pas cessé d'enfler. En première analyse, le populisme, c'est l'extraordinaire défiance des classes populaires et plus largement l'accélération de la défiance des classes populaires et moyennes contre les élites, qu'elles soient politiques, économiques, financières, sociales ou médiatiques. Les gens n'ont plus confiance, ils n'y croient plus. On a pu parler de ‘sécession de la plèbe'. C'est un peu cela.  »

« Aujourd'hui, il y a deux tiers de mécontents et un tiers de gens qui profitent de la situation et qui ont créé cette nouvelle classe, une nouvelle classe mondialisée qui s'inscrit dans l'idéologie dominante. Avec comme conséquence une triple exclusion des classes populaires et des franges inférieures des classes moyennes menacées de déclassement — exclusion politique, exclusion sociale et exclusion culturelle ».


Le ralliement de la gauche au marché

« Le clivage droite-gauche devient obsolète en raison de ce recentrage, à partir du moment où gauche et droite ne se divisent que sur les moyens pour parvenir au même objectif. D'autre part, on voit s'esquisser une attitude qui est l'opposition de ceux d'en bas contre ceux d'en haut. On passe d'un axe horizontal gauche-droite à un axe vertical. C'est pour cela qu'on ne peut pas les superposer. Christophe Guilluy a véritablement renouvelé la géographie sociale en procédant à une sorte désenfouissement du peuple en montrant que la classe populaire et ouvrière a migré à l'intérieur de la France : elle s'est éloignée des métropoles où se concentrent les richesses et les élites mondialisées pour s'installer dans des régions éloignées, dans ‘la France périphérique'. Ces classes populaires vont représenter un facteur qui va peser sur les échéances électorales, au détriment des classes populaires anciennes. »

« On parle de ‘mouvement dextrogyre' ou de manière plus simple de ‘droitisation'. Sur les plans des mœurs, je ne crois pas qu'il y ait de droitisation. Je crois plutôt qu'on subit les conséquences du fossé qui s'est créé entre la gauche et le peuple. Les gens s'intéressent de moins en moins aux questions sociales. La gauche classique a fait le choix d'une autre idéologie que celle du socialisme : une sorte de social-libéralisme libertaire, où les droits individuels, les fantasmes ou les caprices des uns et des autres, le néoféminisme, l'art contemporain, la lutte contre toutes les discriminations, toutes ces choses dont le peuple se fiche totalement, ont remplacé la défense du prolétariat. En d'autres termes, la gauche dans ses plus gros bataillons s'est ralliée à l'économie de marché et s'ébroue à son aise dans un certain libéralisme sociétal. »

De la critique du populisme à la critique du peuple

« Dans un premier temps on a étiqueté ‘populistes' des mouvements qui visiblement n'en présentaient plus toutes les caractéristiques. Dans un deuxième temps, on a appelé populistes toutes sortes de phénomènes sociaux, d'associations, de partis, qui prétendaient articuler une demande politique et sociale à partie du peuple. Dans un troisième temps, la critique du populisme a cédé la place à une critique du peuple, considéré comme peu instruit, ne sachant pas, se laissant embrigader par des leaders démagogues. Bien entendu, il y a des leaders populistes démagogues. Simplement, ce qu'il faut rappeler, c'est que la démagogie est la chose la mieux partagée du monde dans la vie politique ! »

« Il n'y a pas d'idéologie populiste, l'expérience montre que le populisme peut se conjuguer avec n'importe quelle idéologie. Le populiste, c'est un style, une nouvelle manière d'articuler dans une perspective ‘contre-hégémonique un certain nombre de demandes sociales et politiques à laquelle la classe dominante ne répond pas. Ce n'est pas seulement une demande de protection, mais aussi une demande de plus démocratie, et donc de politique tout court. Le populisme est une demande qui part du peuple pour obliger les hommes politiques à faire de la politique, au détriment d'une activité publique qui se réduirait à l'administration des choses. »

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur
.



Citation :
L’extraordinaire défiance de couches de population toujours plus larges envers les « partis de gouvernement » et la classe politique en général, au profit de mouvements d’un type nouveau, qu’on appelle « populistes », est sans nul doute le fait le plus marquant des transformations du paysage politique intervenues depuis au moins deux décennies.

Le phénomène tend même à s’accélérer, comme l’a montré l’élection de Donald Trump, survenant quelques mois après le « Brexit » britannique. Partout se confirme l’ampleur du fossé séparant le peuple de la Nouvelle Classe dominante. Partout émergent de nouveaux clivages qui rendent obsolète le vieux clivage droite-gauche.

Mais que faut-il exactement entendre par « populisme » ? S’agit-il d’un simple symptôme d’une crise générale de la représentation ? D’une idéologie ? D’un style ? Ou bien le populisme traduit-il une demande fondamentalement démocratique face à des élites accusées de ne plus faire de politique et de vouloir gouverner sans le peuple ? C’est à ces questions que répond ce livre, qui part de l’actualité la plus immédiate pour situer les enjeux politiques, sociologiques et philosophiques du débat.

A quelques mois d’une élection présidentielle où le thème du populisme ne va pas manquer d’être discuté avec vigueur, Alain de Benoist publie un véritable manuel de la question.

Patlotch : - commentaires quand j'aurai visionné la vidéo

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: EUROPE (et au-delà) : paradigme d'un DÉMOCRATISME POPULISTE ? POPULISME RADICAL ? Brexit, classes, immigration et racisme, Trump...   Sam 4 Fév - 12:00

quelques remarques :

- distinguer dans leur complémentarité populismes des hommes politiques et populisme du peuple, qui est en quelque sorte une demande de plus de démocratie...

- les populismes sont quelque part citoyennistes, cad qu'ils ne remettent pas en cause la démocratie politique représentative, sans quoi les dirigeants populistes, de Le Pen à Macron en passant par Mélenchon, n'auraient aucun succès, sur la base de mouvements tels que la Manif pour tous ou Nuit debout

- dire qu'il y a continuité/rupture avec le démocratisme radical (qui fut citoyenniste), c'est faire le constat que la crise de la politique institutionnelle sur fond de celle de l'économie politique produit des effets de plus en plus massifs dont rendent compte, ou non, les moments électoraux (plus difficile pour la présidentielle, comme le note de Benoist)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: EUROPE (et au-delà) : paradigme d'un DÉMOCRATISME POPULISTE ? POPULISME RADICAL ? Brexit, classes, immigration et racisme, Trump...   Lun 6 Fév - 11:19


dans Le Monde du 11 janvier 2017, Michéa compte parmi les figures du “populisme transversal”, Anselm Jappe (Wertkritik) analyse le populisme et conclut :


Citation :
La réflexion n’est pas le fort des populistes, ça fait trop « intello ». Ils doivent donc lancer des OPA sur des penseurs « de gauche » pour renforcer leur discours. Certains de ces penseurs acceptent au nom du « ni gauche ni droite » et de la « résistance aux élites ». Ce n’est pas à leur honneur. Ils prétendent déranger les habitudes ; en vérité, ils nagent avec le courant.

Jappe devrait moins parler et davantage étudier. Son texte ignore Chantal Mouffe et les théoriciens du populisme de gauche, des intellectuels qui certes nagent avec le courant, mais sont tout sauf les cibles d'une OPA d'un populisme qui viendrait d'en-bas. En authentiques penseurs ils avaient anticipé cette rencontre entre idéologie et mouvement de masse. Jappe, non.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: EUROPE (et au-delà) : paradigme d'un DÉMOCRATISME POPULISTE ? POPULISME RADICAL ? Brexit, classes, immigration et racisme, Trump...   Lun 6 Fév - 12:02


la vague de populisme en Europe ne se comprend
que dans la double crise du Capital et de l'Occident


Les Européens en crise de confiance qui nourrit le populisme

AFP 06/02/2017


sur la place des Droits de l'Homme au Trocadéro, face à la Tour Eiffel, le 21 janvier 2017

Une majorité d'Européens jugent que leur pays est en déclin, ce qui nourrit la défiance envers les partis politiques et les institutions internationales, et la montée du populisme, selon une étude portant notamment sur les cinq plus grands pays européens.

Citation :
En Italie, 73% des personnes interrogées pensent que leur pays est en déclin, ils sont 69% en Espagne, 67% en France, 57% au Royaume-Uni et 47% en Allemagne, selon une étude réalisée en octobre et novembre 2016 par Ipsos Global advisor, publiée lundi, qui porte notamment sur les cinq plus grands pays européens.

Une majorité de Français (61%), d'Italiens (60%) et d'Espagnols (56%) sont convaincus que leur génération a une vie moins bonne que celle de ses parents, une vision partagée par 44% des Allemands et 43% des Britanniques.

En conséquence, les Européens ne font peu ou pas confiance à leur gouvernement, comme 89% des Espagnols, 80% des Italiens, 77% des Français, 70% des Allemands et 66% des Britanniques.

C'est en Espagne que la défiance envers les institutions internationales est la plus élevée (77%), mais elle est aussi très forte en France (65%) et en Italie (64%), ainsi qu'en Allemagne et au Royaume-Uni (59%).

Ces attitudes nourrissent le populisme, selon l'étude : à l'exception de l'Allemagne (34%), une majorité des sondés pensent que leur pays a besoin d'un dirigeant fort pour reprendre le pouvoir aux puissants (72% en Espagne, 70% en France, 67% en Italie et au Royaume-Uni).

Pour améliorer la situation du pays, 80% des Français se disent prêts à voter pour "un dirigeant prêt à changer les règles du jeu", mais aussi 68% des Italiens et 50% des Britanniques, contre seulement 21% des Allemands.

En Espagne, 62% des personnes interrogées se déclarent même susceptibles de voter pour un parti ou un dirigeant prêt à "changer radicalement le statu quo".

Et 52% des Espagnols, 51% des Français sont prêts à voter pour un parti dont le dirigeant dit ce qu'il pense, même si cela en offense certains.

Enfin, les pays récemment touchés par le terrorisme sont plus enclins à souhaiter qu'on s'y oppose par tous les moyens, même au prix d'une réduction des libertés publiques : c'est l'avis de 59% des sondés en France et de 55% en Belgique, contre seulement 35% en Italie et 31% en Espagne.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Tristan Vacances



Messages : 321
Date d'inscription : 21/12/2016

MessageSujet: Re: EUROPE (et au-delà) : paradigme d'un DÉMOCRATISME POPULISTE ? POPULISME RADICAL ? Brexit, classes, immigration et racisme, Trump...   Sam 11 Fév - 14:29


Les contradictions de l'électoralisme ramasse-tout.


Espagne: règlement de comptes au congrès de Podemos

Libération AFP — 11 février 2017

Des milliers de militants se retrouvent samedi à Madrid au congrès du parti de gauche radicale espagnol Podemos, dans une ambiance de règlement de comptes, où cette formation en crise doit décider de son avenir et de celui de son chef Pablo Iglesias.


Le chef de Podemos Pablo Iglesias
(gauche) et son ami et numéro deux, Inigo Errejon, à Madrid, le 11 mai 2016
Photo CURTO DE LA TORRE. AFP  

Citation :
Après des mois d’une polémique virulente, M. Iglesias affrontera son ami et numéro deux, Inigo Errejon, livreront cette bataille dans le vaste auditorium de Vistalegre, qui accueille aussi des corridas.

Un débat de fond les oppose sur l’orientation de Podemos, jeune parti proche du grec Syriza ou du Front de gauche français qui a su canaliser les aspirations de milliers d’Espagnols «indignés» par l’austérité imposée dans la crise économique.

Podemos a grandi en dénonçant les coupes sombres dans les budgets sociaux et la corruption omniprésente alors que l’Espagne s’enfonçait dans une crise sans précédent depuis son retour à la démocratie en 1978.

- Troisième force politique -

Depuis 2014 et en seulement trois ans, le parti est devenu la troisième force politique en Espagne, où l’extrême droite n’a en revanche pas prospéré.

Il dépasse dans les sondages le Parti socialiste (PSOE), et veut se poser en véritable opposition au Parti populaire (PP) au pouvoir.

Mais il doit encore décider si, pour arriver au pouvoir, il reste dans l’agitation sociale, demeurant un parti plutôt anti-système, ou si au contraire il se concentre sur son travail parlementaire pour démontrer qu’il peut être «utile dès maintenant».

La première voie est défendue par Pablo Iglesias, son chef, charismatique professeur de sciences politiques de 38 ans, à l’éternelle queue de cheval.

La deuxième est incarnée par Inigo Errejon, également docteur en sciences politiques, de cinq ans son cadet.

Pablo Iglesias est aussi favorable au maintien de l’alliance en vigueur avec les écolo-communistes d’Izquierda Unida.

M. Errejon, lui, réclame une «transversalité» qui permette de gagner plus d’électeurs et autorise des alliances ponctuelles avec le Parti socialiste.

«Par manque d’expérience, nous avons commencé à nous radoucir tellement que les gens ont dit: +On dirait les politiques de toujours+», a déclaré vendredi M. Iglesias.

« Nous devons être capables de construire une nouvelle majorité sans étiquettes, sans demander aux gens d’où ils viennent », a répondu M. Errejon.

Au congrès des députés, les partis de gauche sont en effet en mesure de mettre le gouvernement en minorité sur certains dossiers, avec leurs 156 députés contre 137 pour le PP.

Au-delà de ce débat stratégique, il y a aussi une querelle sur les pouvoirs de Pablo Iglesias, trop larges selon le courant d’Inigo Errejon mais aussi pour les membres du courant «anticapitaliste», qui présentera également ses propositions samedi.

Samedi, les différents courants présenteront leurs programmes, quatre au total. Les résultats sont attendus dimanche aux alentours de 13h00 (12h00 GMT).

Les militants de Podemos devront d’une part se prononcer sur les programmes et la composition de la direction du parti et aussi décider si Pablo Iglesias reste aux commandes. Seul M. Iglesias et un candidat peu connu, un militant andalou de 44 ans, Juan Ignacio Moreno Yague, se présentent, Inigo Errejon n’ayant pas souhaité briguer ce mandat.

Mais Pablo Iglesias a assuré jusqu’à la dernière minute que si son projet de programme n’était pas retenu, il quitterait la direction du parti.

S’ouvrirait alors une deuxième crise au sein de Podemos pour tenter de le remplacer.

M. Errejon ne veut pas en entendre parler. «Je crois que tout le monde sait, nos bases savent que Podemos serait affaibli s’il devait se passer de certains camarades», a-t-il dit vendredi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: EUROPE (et au-delà) : paradigme d'un DÉMOCRATISME POPULISTE ? POPULISME RADICAL ? Brexit, classes, immigration et racisme, Trump...   Dim 19 Mar - 11:56


le populisme de gauche vent en poupe

« Jean-Luc Mélenchon est arrivé à la tête du cortège Insoumis avec la philosophe Chantal Mouffe »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: EUROPE (et au-delà) : paradigme d'un DÉMOCRATISME POPULISTE ? POPULISME RADICAL ? Brexit, classes, immigration et racisme, Trump...   Dim 19 Mar - 12:58


Citoyennisme, protectionnisme, nationalisme.
Les vrais virages populistes d'une certaine "gauche" contemporaine


Benoit Bohy-Bunel Critique de la valeur-dissociation. Repenser une théorie critique du capitalisme 16 Mars 2017

  Depuis quelques années, une certaine « gauche » nationaliste et souverainiste tend à émerger progressivement. L’ouvrage d'Aurélien Bernier, La gauche radicale et ses tabous. Pourquoi le Front de gauche échoue face au Front national (2014), semble rassembler toutes ces exigences d’un nationalisme « de gauche », en thématisant la nécessité d’un protectionnisme circonstancié, d’une défense de l’Etat-nation français, pour résister aux diktats néolibéraux de l’UE. Bernier s’inscrit aussi dans la mouvance d’un PCF vieillissant, dont il faudrait actualiser les préoccupations jugées « légitimes », mais peut-être à l’intérieur de stratégies politiques plus dynamiques (Front de gauche).


Citation :
Au sein de cette nébuleuse nationaliste de gauche, on retrouvera Frédéric Lordon, mais aussi Jacques Sapir, et Emmanuel Todd. Les journaux Le Monde diplomatique, ou Fakir, sur un autre mode, relayeront certaines de ces conceptions protectionnistes, sans toujours faire preuve d’une cohérence stricte.

  Par ailleurs, si l’on considère le programme protectionniste et souverainiste d’un Mélenchon, son souci de thématiser une « identité française » (issue des Lumières et de la révolution), ses propos très ambigus à propos de l’immigration ou du « droit à l’installation », on peut considérer que de telles projections « de gauche », d’abord théoriques, tendent à se cristalliser dans certains mouvements politiques « de masse ».

  Ces réactions « de gauche » au « néolibéralisme », qui sont aussi des conséquences de la crise de 2008 (crise qui entérine le caractère pervers d’un tel néolibéralisme, ayant émergé dès les années 1980), sont citoyennistes en un sens précis ; et elles questionnent donc l’être même du citoyennisme, ses structures et limites, d’autant plus que nous aurions affaire ici à un citoyennisme qui se voudra éminemment « radical ». En effet, un tel protectionnisme « de gauche », qui pourra promouvoir la sortie française de l’Europe, prône essentiellement, politiquement parlant, une modification radicale des processus constituants, mais sans modification des rapports matériels de production, et sans abolition conséquente des structures juridiques d’exploitation. C’est par la politique politicienne, par ses médiations institutionnelles universelles-abstraites et réellement inégalitaires, qu’on voudrait promouvoir une égalité purement formelle et idéologique. C’est bien le « citoyen », ou l’électeur, qui est mobilisé par ces discours, de telle sorte que ne sont plus pris en compte, essentiellement, les conditions matérielles d’existence des individus, infiniment variables, ni les processus de prolétarisation et de dépossession des individus, dont l’abolition supposerait l’abolition des rapports sociaux capitalistes, et au niveau global. C’est finalement au nom d’une « union nationale » interclassiste, particulièrement favorable à la petite-bourgeoisie, ou au petit patronat, que chaque « citoyen » sera appelé à se mobiliser activement au sein de ces mouvements.

Mais il faudra maintenant revenir sur chaque contradiction de tels protectionnismes dits « de gauche », mais qui empruntent aussi aux populismes droitiers certains thèmes dangereux :

D’abord, en critiquant simplement le néolibéralisme global, pour défendre un capitalisme « régulé » national, ce protectionnisme protège intrinsèquement le capitalisme, national ou global, non seulement matériellement, mais aussi idéologiquement, puisqu’il voudrait nous faire croire qu’un capitalisme « durable », ou « à visage humain », serait possible. De fait, ce protectionnisme ne s’oppose pas strictement au libre-échange mondial, mais s’insère dans sa logique destructrice, puisqu’il ne fait que « réguler » une telle logique, sans abolition des structures mondiales, juridiques et matérielles, d’exploitation. Rappelons-le donc maintenant, dans les faits, un tel système économique, à la fois national et transnational, selon une dialectique destructive, ne saurait être maintenu indéfiniment, pour deux raisons essentielles : d’une part, il prétend pouvoir croître à l’infini dans un monde où les ressources naturelles et les besoins et capacités humains sont finis ; d’autre part, il doit affronter des crises économiques cycliques et systémiques, au sein d’un procès irréversible de dévalorisation, dans la mesure où il est soumis à une contradiction entre un machinisme (travail mort) toujours plus développé, rendant obsolète toujours plus le travail vivant, et un besoin irréductible, malgré tout, de travail vivant, pour extorquer une survaleur et faire du « profit ». Les « révolutions industrielles » ne font qu’aggraver une telle contradiction, et la crise de 2008 n’est pas étrangère, d’ailleurs, à ce qu’on a appelé la « troisième révolution industrielle » (informatique et microélectronique). Le protectionnisme, ou le régulationnisme nationaliste, ne seront jamais susceptibles d’empêcher cette autodestruction dédoublée, comme il va de soi : comme industrialisme, ou comme idéologie du développement, il n’évitera jamais la crise écologique ; comme néo-keynésianisme, il ne fait que retarder l’échéance des crises, comme le rappelle l’échec des « Trente glorieuses » (1973, etc.).
En outre, comme nationalisme, il renonce à une vocation internationaliste anticapitaliste conséquente, et maintient donc les rapports néocoloniaux de production, au sein de la division internationale du travail. Il n’est pas un anticapitalisme conséquent, mais un altercapitalisme, d’autant plus hypocrite et contradictoire qu’il se dira parfois critique du capitalisme « tout court » (cf. Lordon, Capitalisme, désir et servitude).

Par ailleurs, en opposant une « économie réelle » à « protéger » et des principes transnationaux abstraits « pernicieux » (finance mondiale, Bruxelles, etc.), ce protectionnisme nationaliste ne voit pas que c’est aussi au sein même des contradictions internes à cette « économie réelle » que se situe le point critique, et la possibilité des crises (contradiction travail mort/travail vivant). En effet, c’est parce que l’économie dite « réelle » est au sein d’une crise permanente, que la finance, qui doit compenser sa crise de valorisation ou de réalisation, finit par l’empoisonner. Vouloir « réguler » cette finance, ou le libre-échange mondial, juridiquement, sans abolir à leur racine les principes d’une telle « économie réelle », c’est finalement vouloir mettre des pansements sur un corps à l’agonie.

Finalement, lorsqu’un tel protectionnisme nationaliste veut se développer sur un terrain « culturel » ou « identitaire », il tend cette fois-ci à devenir franchement nauséabond : « l’identité française » pourra devenir la caution pour des discriminations spécifiques ; certaines valeurs traditionnelles patriarcales pourront se réaffirmer ; derrière la finance mondiale, on pourra bien vite reconnaître « le Juif » dominateur, et développer des thèmes antisémites ; ou l’on cherchera aussi de nouveaux boucs émissaires, susceptibles de « souder » l’unité nationale en quête de « repères » (arabes, immigrés, musulmans, migrants, réfugiés, etc.). Le protectionnisme « de gauche » reste fort éloigné de ces préoccupations, pour l’instant. Mais son correspondant d’extrême droite dévoile des logiques « culturalistes », propres à tout protectionnisme identitaire, qui devraient susciter toujours plus une critique radicale des replis nationalistes en général. Il s’agira d’interpréter attentivement les propos récents d’un Mélenchon à propos de l’immigration et du « droit d’installation » (qu’il faudrait limiter, selon lui, en garantissant la paix dans les pays concernés, alors même qu’il n’a absolument pas la politique internationaliste conséquente pour avoir de telles prétentions). Ses propos relatifs à « l’identité nationale » française, renvoyant avec lui aux Lumières capitalistes et à la révolution française (non pas celle des bras nus, mais celles des « citoyens » bourgeois), doivent également interroger légitimement. Ses propositions « féministes » rassurent encore, tout comme ses positionnements écologiques. Mais il est bon de rappeler que le capitalisme, qu’il soit dit « national » ou « global », « à visage humain » ou « sauvage », demeure intrinsèquement un système fonctionnaliste et industriel structurellement patriarcal et anti-écologique, par-delà toute « restructuration » cosmétique. Et Mélenchon, qui se disait encore, en 2011, « keynésien », est bien sûr favorable au capitalisme en tant que tel, certes quelque peu « régulé ».

  Au sein de cette dynamique populiste et nationaliste, c’est finalement une ultime confusion qui s’affirmera : la confusion entre réforme et révolution. Ces réformistes « radicaux », en effet, très souvent, feront passer leurs « réformes radicales » pour des élans révolutionnaires (on songera à la verve « insurrectionnaliste » d’un Lordon, par exemple). Dans ce contexte, les mouvements révolutionnaires conséquents, internationalistes et anticapitalistes au sens strict, tendent à perdre toujours plus en légitimité et en force. D’autant plus que ce sont bien ces réformistes citoyennistes qui auront toute la visibilité « médiatique », et qui sembleront détenir le monopole de la critique et de l’alternative.

  Face à ces écrans de fumée, il faudra rappeler que seule l’abolition, au niveau global de la propriété privée des moyens de production, des catégories de base du capitalisme (marchandise, argent, travail abstrait, valeur), de ses fonctionnalités « politiques » (Etat-nation bourgeois), et des rapports matériels de production découlant de ces logiques, constitue l’horizon révolutionnaire conséquent. Car l’ampleur des ambitions révolutionnaires doit aussi se situer au niveau de l’ampleur du désastre.

Benoit Bohy-Bunel

Appendice : une citation de Marx


Citation :
« Le système protectionniste n’est qu’un moyen d’établir chez un peuple la grande industrie, c’est-à-dire de le faire dépendre du marché de l’univers, et du moment qu’on dépend du    marché de l’univers on dépend déjà plus ou moins du libre-échange. Outre cela, le système protecteur contribue à développer la libre concurrence dans l’intérieur d’un pays. C’est pourquoi nous    voyons que dans les pays où la bourgeoisie commence à se faire valoir comme classe, en Allemagne, par exemple, elle fait de grands efforts pour avoir des droits protecteurs. Ce sont pour elle des    armes contre la féodalité et contre le gouvernement absolu, c’est pour elle un moyen de concentrer ses forces, de réaliser le libre-échange dans l’intérieur du même pays.»

Karl Marx, « Discours sur le protectionnisme, le libre-échange et la classe ouvrière », Bruxelles, septembre 1847.


Autres textes [liens dans l'original]

- Critique radicale du concept, formulé par Frédéric Lordon, d' "Etat général" (Benoit Bohy-Bunel)

- Narcissisme collectif de crise. Quand le sujet en crise se gonfle avec suffisance pour se faire aussi gros qu'une "nation" (Clément Homs).

- Le triomphe du néo-nationalisme. L'Europe après le Brexit (Ernst Lohoff)

- Michéa compte parmi les figures du populisme transversal (Anselm Jappe)

- L'avenir d'une illusion : l'identité nationale (Gérard Briche)

- Pour en finir avec le concept de peuple (Paul Braun)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: EUROPE (et au-delà) : paradigme d'un DÉMOCRATISME POPULISTE ? POPULISME RADICAL ? Brexit, classes, immigration et racisme, Trump...   Mer 22 Mar - 12:19


à propos du texte précédent, un ami me pose cette question, échanges :


Citation :
pourquoi as-tu publié le texte de Benoit Bohy-Bunel sur le forum (Citoyennisme, protectionnisme, nationalisme. Les vrais virages populistes d'une certaine "gauche" contemporaine) ? Pour moi cet article aurait pu être écrit par n'importe quel groupuscule post-ultra gauche, voire démocratiste radical.

C'est une simple question.

voici ma réponse

Patlotch a écrit:
bonne question, d'autant que j'ai eu la flemme de mettre un commentaire

je l'ai trouvé pas mal, du fait qu'il réunit toute la nébuleuse populiste de gauche, et certes l'analyse théorique est faible :
- il ne dépasse pas le niveau national, ne fait pas le lien avec Syrisa, Podemos... ni Chantal Mouffe
- il n'explique pas pourquoi ce phénomène, qui est quelque part occidental-mondial (Bernie Sanders), intervient maintenant

>> "cet article aurait pu être écrit par n'importe quel groupuscule post-ultra gauche, voire démocratiste radical"

peut-être, mais le milieu post-ultragauche n'en parle pas, ni n'analyse la différence avec le démocratisme radical, son glissement vers ce que j'ai appelé populisme radical, qui l'englobe désormais : il n'y a plus à proprement parler de démocratisme radical, il suffit de voir que ses ténors se sont rangés derrière la bannière Mélenchon, insoumis citoyens  scratch

exemple : sur le populisme en général, TC/dndf n'a fait que ressortir, en 2014, le texte de RS, 2000, sur Le Pen et la disparition de l'identité ouvrière, c'est-à-dire rien dit de ce phénomène en tant qu'historiquement nécessaire maintenant, 17 ans après !


Citation :
> il n'explique pas pourquoi ce phénomène, qui est quelque part occidental-mondial (Bernie Sanders), intervient maintenant

Oui, c'est ce qui m'a frappé aussi à la lecture du texte.

> ni n'analyse la différence avec le démocratisme radical, son glissement vers ce que j'ai appelé populisme radical

Quand je parlais de démocratisme radical c'était pour désigner le champ de groupuscules "révolutionnaires" tels qu'Alternative Libertaire par exemple. (abolition de la marchandise, du travail abstrait, etc.).

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
 
EUROPE (et au-delà) : paradigme d'un DÉMOCRATISME POPULISTE ? POPULISME RADICAL ? Brexit, classes, immigration et racisme, Trump...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Europe 1 à Rouen
» Europe Fédérale
» recherche sur le statut des régions en Europe
» COUPE D'EUROPE RUGBY 2009
» EDE : Europe Démocratie Espéranto

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PATLOTCH / CHANGER DE CIVILISATION / LUTTES, THÉORIE, SEXE et POÉTIQUE :: MONDE ACTUEL, LUTTES, ANALYSES et THÉORISATIONS :: le MONDE du CAPITAL : continents, migrations, 'Nègres du monde'... transnationalisme-
Sauter vers: