PATLOTCH / NOUVELLE THÉORIE du COMMUNISME et de la RÉVOLUTION

LA CONSTITUTION EN CLASSE CONTRE LE CAPITAL DES LUTTES PROLÉTARIENNES, FÉMINISTES, DÉCOLONIALES et ÉCOLOGISTES
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» JOHNNY HALLYDAY, ROCKn'ROLL FRANÇAIS et IDÉOLOGIE POLITIQUE du POPULISME
Hier à 19:17 par Patlotch

» PALESTINE et ISRAËL
Hier à 17:18 par Patlotch

» 9 - QUE SE PASSE-T-IL ? hypothèses et validations empiriques... Quelles contradictions, quelle dynamique historique ?
Sam 9 Déc - 17:00 par Patlotch

»  "GREAT BLACK MUSIC"... pour "double paire d'oreilles"
Sam 9 Déc - 9:47 par Patlotch

» EXTIMITÉ, les confessions de Patlotch : un rapport aux autres et au monde
Jeu 7 Déc - 23:01 par Patlotch

» la VIOLENCE venue dans la "CONTRE-RÉVOLUTION" CAPITALISTE...
Jeu 7 Déc - 21:47 par Patlotch

» ANTISÉMITISME, SIONISME, antisionisme... Identité juive... UJFP, JJR...
Jeu 7 Déc - 21:13 par Patlotch

» au-delà du vrai et du faux, tragique comédie
Jeu 7 Déc - 16:44 par Tristan Vacances

» LA NOUVELLE GAZETTE DES VANNES (Franzoseur Zeitung)
Jeu 7 Déc - 15:55 par Patlotch

» LA RÉVOLUTION COMMUNISTE SERA FÉMINISTE OU NE SERA PAS (féminisme et marxisme)
Jeu 7 Déc - 15:43 par Patlotch

» la classe écologiste du capital
Jeu 7 Déc - 12:54 par Patlotch

» LA FRANCE AIME LES "ARABES", d'ailleurs, et riches : l'émir lave plus blanc
Jeu 7 Déc - 12:04 par Patlotch

» 8. poèmes, fables et contes pour en causer
Mer 6 Déc - 15:02 par Patlotch

» ENFANTS au TRAVAIL dans le monde
Mar 5 Déc - 22:33 par Patlotch

» NOTES de STYLISTIQUE et POÉTIQUE
Mar 5 Déc - 19:04 par Patlotch

» VA-SAVOIR : chronique à la com, la dialectique du quotidien en propotion magique
Mar 5 Déc - 18:17 par Admin

» les "BLANCS" forment-il une 'race' à part ? Whiteness, BLANCHITÉ ?... le COLORISME... le 'RACISME ANTI-BLANCS'... NON-MIXITÉ
Mar 5 Déc - 17:48 par Patlotch

» la DOMINATION MASCULINE en FRANCE : machisme, travail, domesticité, violences...
Mar 5 Déc - 17:20 par Patlotch

» vous avez dit "OUVRIER" ?
Mar 5 Déc - 15:07 par Patlotch

» actualités de la CRITIQUE DÉCOLONIALE
Mar 5 Déc - 14:00 par Patlotch


Partagez | 
 

 WERTKRITIK (CRITIQUE de la VALEUR)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 6262
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: WERTKRITIK (CRITIQUE de la VALEUR)   Dim 29 Nov - 23:45

sujet détruit, à reconstruire...





Dernière édition par Admin le Ven 4 Déc - 13:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6262
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: WERTKRITIK (CRITIQUE de la VALEUR)   Lun 30 Nov - 13:21

le débat qui justifiait le titre est là-dessous, sur quoi j'avais fait quelques remarques. Elles allaient grosso-modo dans le même sens que celles de Roland Simon, Marx en moins, ou dumoins pas explicitement cité :

« Des outres gonflées ne sort que du vent » Roland Simon, dndf, 26/03/2015

Brève réaction à un texte publié sur le site Palim Psao sous le titre :

« Les vases vides font toujours beaucoup de bruit » A propos d'une certaine réception de la critique de la valeur en France » Clément Homs, WertKritik 3 mai 2015

R.S a écrit:


Clément Homs a écrit:
« Le marxisme traditionnel, qu’il affirme la réunion nécessaire des conditions objectives (le marxisme orthodoxe, mécaniste et positiviste) ou qu’il fasse l’apologie des conditions subjectives pour cheminer vers la révolution (un marxisme qui s’est épanoui plutôt dans la seconde moitié du XXe siècle), n’a jamais aimé la théorie marxienne de la crise interne, c’est-à-dire l’idée que de par sa propre logique sans même l’intervention des classes, le capitalisme puisse de lui-même connaître une crise de décomposition (et pas de libération !). La phrase de Marx sur le fait que « le capital est lui-même sa propre barrière » et ses développements théoriques partiels à ce sujet, n’ont finalement jamais calé avec l’idéologie marxiste primaire et ce qu’elle prenait pour être la contradiction interne du capitalisme ».

Ainsi s’exprime Clément Homs en conclusion d’un entretien (« revu et corrigé ») en défense et illustration de la Wertkritik (« Critique de la valeur ») sur le site de Palim Psao.

Je ne me livrerai pas à une critique systématique de l’école dite « critique de la valeur », cela est inutile car il arrive parfois, de façon symptomatique, que les défenseurs eux-mêmes d’une théorie, comme les tueurs en série parsemant leurs crimes d’indices dans leur rêve de puissance et leur désir de se faire prendre, se laissent aller, ivres de leur supériorité intellectuelle, à glisser un signe de leur propre supercherie.

« Le capital est lui-même sa propre barrière ».
Comme il est d’usage entre gens de bonne compagnie on assène une phrase d’un « grand auteur » sans référence, étant entendu que les gens auxquels on s’adresse savent ou seront suffisamment impressionnés pour ne pas avouer leur ignorance. Clément Homs cloue le bec de ses ignares et imaginaires contradicteurs. Mais est-ce un acte manqué ? Il donne comme preuve péremptoire de sa position un fragment approximatif de citation qui l’annihile quand on a l’outrecuidance d’aller voir le texte. C’est exact : « le capital est lui-même sa propre barrière », mais allons voir de plus près…

Marx a écrit:
« La limitation du capital, c’est que tout son développement s’effectue de manière antagonique, et que l’élaboration des forces productives, de la richesse universelle, de la science, etc. apparaît comme aliénation du travailleur qui se comporte vis-à-vis des conditions produites par lui-même comme vis-à-vis d’une richesse étrangère et de sa pauvreté à lui. Mais cette forme contradictoire est elle-même transitoire et produit les conditions réelles de sa propre abolition. »


Une page plus loin, après avoir développé sur la « tendance propagatrice, civilisatrice du capital » et son « universalité »

Marx a écrit:
« Le capital représente la contradiction suivante : il cherche constamment à abolir le temps de travail nécessaire (ce qui revient aussi à ravaler l’ouvrier au niveau le plus bas, c’est-à-dire à son existence de pure force de travail vivante) ; mais le temps de surtravail n’existe qu’en opposition au temps de travail nécessaire si bien que le capital pose le temps de travail nécessaire comme nécessité et condition de sa reproduction et de sa valorisation. »

(Fondements de la critique de l’économie politique, Ed. Anthropos, t. 2, p.35 et Marx Engels Werke, t.42, pp.447- 448 –pour les puristes -)

Ce n’est qu’ainsi que le capital est « sa propre barrière »

Ou alors :

Marx a écrit:
« Ainsi donc, la production fondée sur le capital crée d’une part l’industrie universelle, c’est-à-dire le surtravail en même temps que le travail créateur de valeurs ; et, d’autre part, un système d’exploitation générale des propriétés de la nature et de l’homme. (…)

Le capital ressent toute limite comme une entrave, et la surmonte idéalement, amis il ne l’a pas pour autant surmonté en réalité : comme chacune de ses limites est en opposition avec la démesure inhérente au capital, sa production se meut dans des contradictions constamment surmontées, mais tout aussi constamment recrées. Il y a plus.

L’universalité à laquelle il tend inlassablement trouve des limites dans sa propre nature qui, à un certain niveau de son évolution, révèlent qu’il est lui-même l’entrave la plus grande à cette tendance, et le poussent donc à sa propre abolition
»

(ibid, pp. 366-367 et MEW-, t.42, pp.319-320 –idem -)


On pourrait multiplier les extraits où Marx revient sur l’idée que le capital est à lui-même sa propre limite, toujours cette propre limite consiste à être fondée sur l’exploitation du travail d’autrui (mais peut être que la Wetkritik a accès à des textes ésotériques de Marx inaccessibles au non « illuminati »).

Cette limite interne du capital est explicitement fondée sur l’extraction de surtravail. C’est en faisant de la plus-value le but même de la production que le capital est lui-même sa propre entrave. L’extraction de surtravail qui est le but même de la production et en cela fonde dans le capital l’universalisation des rapports est pour lui, dans sa propre nature, sa limite. C’est la nécessité du travail nécessaire pour le surtravail qui est en contradiction avec la tendance universelle du capital et devient sa limite. La contradiction est précisément située dans le rapport du capital au travail, dans le rapport d’exploitation.

Marx a écrit:
« Le capital ne pose donc le travail nécessaire que s’il peut créer une plus-value, car sur la base de la production capitaliste, il n’y a pas de travail nécessaire indépendamment de la plus-value. (…) De par sa nature même, le capital pose donc des entraves (souligné dans le texte) au travail et à la création de valeurs, ce qui est en contradiction avec sa tendance à les accroître sans limites. Le capital est ainsi une contradiction vivante : il impose aux forces productives une limite spécifique, tout en les poussant à dépasser toute limite »

(ibid, p. 379 – MEW 42, p.336)


La critique de la valeur (sans guillemets celle-là) n’est pas ailleurs que dans la lutte des classes qui inversement n’est rien d’autre que la contradiction mortelle de la valeur qui n’est telle et n’existe que comme exploitation et capital. La limite du capital à lui-même, c’est l’exploitation, c’est la bête, triviale, primaire et sordide lutte des classes qui n’est pas un « éternel retour du même ». Les classes n’ont pas à « intervenir » (comme le pose Clément Homs dans un bal accès de marxisme « primaire » et « traditionnel »), elles sont l’existence même de la contradiction interne et de la barrière.

Ce sera tout.

R.S


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
 
WERTKRITIK (CRITIQUE de la VALEUR)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» TVA : La taxe sur la valeur ajoutée
» le-porte-avions-charles-de-gaulle-et-le-bpc-tonnerre-recevront-la-croix-de-la-valeur-militaire
» Tout bon arbre produit de beaux fruits, mais tout arbre pourri produit des fruits sans valeur.
» 2e Rima: la Valeur militaire sera remise le 10 avril aux Invalides
» Fourragère de la Croix de la Valeur Militaire au 17° RGP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PATLOTCH / NOUVELLE THÉORIE du COMMUNISME et de la RÉVOLUTION :: ANNEXES :: Sujets annexes ou archivés-
Sauter vers: