PATLOTCH / NOUVELLE THÉORIE du COMMUNISME et de la RÉVOLUTION

LA CONSTITUTION EN CLASSE CONTRE LE CAPITAL DES LUTTES PROLÉTARIENNES, FÉMINISTES, DÉCOLONIALES et ÉCOLOGISTES
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» 7. LE LIVRE : du capitalisme à la communauté humaine, UNE CLASSE pour LA RÉVOLUTION (sommaire, texte complet et renvoi aux compléments)
Hier à 18:31 par Patlotch

» 5. LA CONSTITUTION EN CLASSE POUR LE COMMUNISME : quel sujet révolutionnaire ?
Hier à 18:26 par Tristan Vacances

» la DOMINATION MASCULINE en FRANCE : machisme, travail, domesticité, violences...
Hier à 11:39 par Patlotch

» vous avez dit "OUVRIER" ?
Hier à 11:09 par Patlotch

» sur l'OCCIDENT, son histoire, son concept, et sa CRISE dans celle du capitalisme
Hier à 10:41 par Patlotch

» 8. poèmes, fables et contes pour en causer
Sam 21 Oct - 19:45 par Patlotch

» VA-SAVOIR : chronique à la com, la dialectique du quotidien en propotion magique
Sam 21 Oct - 19:22 par Patlotch

» JAZZ, BLUES, R'n'B, SOUL, RAP... pour "double paire d'oreilles"
Sam 21 Oct - 17:58 par Patlotch

» EXTIMITÉ, les confessions de Patlotch : un rapport aux autres et au monde
Sam 21 Oct - 17:45 par Patlotch

» 9. l'apparition plurielle d'une nouvelle théorie communiste ? questions parentes
Sam 21 Oct - 16:31 par Patlotch

» 4. COMMUNISME : chemins de traverse, de la chose au mot à la chose
Sam 21 Oct - 15:03 par Patlotch

» 0. un livre ? Une théorie est apparue... Diffusion, réception... débats ?
Ven 20 Oct - 16:44 par Tristan Vacances

» FÉMINISME et MARXISME : SEXES, GENRE, CLASSES, et CAPITALISME, avec Cinzia Arruzza... Silvia Federici, Selma James, Sara Farris, Elsa Dorlin...
Ven 20 Oct - 16:24 par Patlotch

» LA NOUVELLE GAZETTE DES VANNES (Franzoseur Zeitung)
Ven 20 Oct - 15:36 par Patlotch

» CLASSES SOCIALES et AUTRES RAPPORTS SOCIAUX, de sexes, races, nations, générations... Documents
Ven 20 Oct - 13:01 par Patlotch

» CATASTROPHES INDUSTRIELLES et POLLUTIONS
Ven 20 Oct - 9:35 par Admin

» ÉMEUTES, typologie formes/contenus : des réalités à l'idéologie
Ven 20 Oct - 9:19 par Admin

» au-delà du vrai et du faux, tragique comédie
Jeu 19 Oct - 14:02 par Patlotch

» l’écosocialisme entre théories révolutionnaires et alternative capitalisme verte
Jeu 19 Oct - 12:57 par Patlotch

» OUTRE-MER : outre frontière de races, classes et sexes ?
Jeu 19 Oct - 12:43 par Patlotch


Partagez | 
 

 une "TROISIÈME GUERRE MONDIALE" ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: une "TROISIÈME GUERRE MONDIALE" ?   Dim 3 Mai - 23:43

The new global arms race WSWS (World Socialist Web Site, Quatrième Internationale...)

La nouvelle course mondiale aux armements

Thomas Gaist a écrit:

Since the 1980s, in an effort to maintain the position of unchallenged global primacy it achieved during and immediately following the dissolution of the Soviet Union, the US ruling elite has spearheaded a global arms race and militarization drive that now threatens to produce a third imperialist world war.

After a superficial and short-lived drawdown during the “peace dividend” years of the 1990s, the US military’s expenditures have grown fantastically since the beginning of the 21st century, under the fraudulent banner of the “global war on terrorism.”

Between 2000 and 2006 alone, the US Department of Defense budget rose from $300 billion to over $530 billion. As of 2014, official US military expenditures totaled $610 billion, or nearly 35 percent of total military spending globally.

Taking into account the US military’s secret “black budget” and the various “contingency” funding packages for wars in Iraq, Afghanistan and elsewhere, the real amount consumed every year by US militarism is closer to $1 trillion.

These expenditures are necessary to fulfill the US government’s openly stated commitment to endless and total war. As reaffirmed in the Obama administration’s 2014 National Security Strategy document, the Pentagon is committed to safeguarding America’s status as “the world’s leading global power.” The NSS 2014 calls for the US to intervene “in every part of an increasingly interconnected planet,” including the Arctic Circle.

Washington’s military ambitions are not confined to the territories of Earth, but encompass outer space and cyberspace as well.

The Pentagon’s new cyberwar strategy includes a “far more muscular role for the US military’s cyber warriors,” calling for new cyber-weapons capable of delivering “blunt force trauma” against enemy information networks and preparing for preemptive cyber-offensives against Russia, China and Iran.

On 60 Minutes this week, US Air Force Space Command General John Hyten announced that the Pentagon is launching a new space program—with an initial budget of $25 billion—in an effort to establish unconditional US military dominance over outer space.

Washington is also at the forefront of a renewed nuclear buildup. The Obama administration has announced US government plans to spend $355 billion on modernization of nuclear arsenals over the next decade.

At a conference of 800 nuclear specialists in Washington this March, a senior US Air Force commander boasted to a conference of nuclear experts in Washington that its nuclear capabilities give the US “an ability to allow no adversary to have sanctuary anywhere in the world.”

US imperialism is the exemplar and leading enabler of international war preparations of a mind-blowing scale. In 2014, global military expenditure consumed nearly 2.5 percent of global production, reaching almost $1.8 trillion, according to estimates cited by the Stockholm International Peace Research Institution (SIPRI). World expenditures on weapons remained “significantly above the [previous] peak levels of the late 1980s,” according to the SIPRI.

Governments in the Middle East, the Asia Pacific, Eastern Europe and Africa are outfitting themselves with vast quantities of light and heavy weapons. Total military spending worldwide has grown by 1.7 percent so far in 2015, a rise driven largely by increased purchasing from states in the Middle East, Asia, and Africa, according to statistics published Wednesday by the International Institute for Strategic Studies (IISS).

Though far surpassed by the US behemoth, foreign military budgets continue to grow at an accelerating rate.

Spending by other non-US powers in 2014 included: China ($215 billion); Russia ($85 billion); Saudi Arabia ($80 billion), the United Kingdom and France ($60 billion each); Japan and India ($50 billion each); Germany ($45 billion); South Korea ($35 billion); Brazil, Italy and Israel ($30 billion each); and Australia, Turkey and the UAE ($25 billion each).

While the other major imperialist powers, including Germany and Japan, are moving rapidly to remilitarize, the international cockpit of war planning and rearmament is the United States.

Overwhelmingly purchased from American corporations, which control some 75 percent of the world arms trade, the most advanced weapons systems are being deployed to flashpoints around the world. In the South China Sea, Ukraine and the Persian Gulf, the steady escalation of war simulations and regional conflicts make clear that the vast arsenals being accumulated by the major powers are not intended merely for show.

Asia

During a speech from Singapore in 2012, then US Defense Secretary Leon Panetta made clear Washington’s intention to target the Chinese mainland with the most destructive firepower at its disposal.

Panetta proclaimed that the US would “rapidly project military power” across the Pacific through the deployment of America’s most advanced military hardware, including “an advanced fifth-generation fighter, an enhanced Virginia-class submarine, new electronic warfare and communications capabilities and improved precision weapons.”

The Pentagon’s most lethal resources will be “forward stationed and forward deployed” to strategic areas of the Eastern Pacific, Defense Secretary Chuck Hagel assured regional allies during the 2014 Shangri La Dialogue.

In line with the Obama administration’s “pivot to Asia,” the US Navy and Marine Corps have extensively pre-positioned forces along the outskirts of the South China Sea, where, in collaboration with the navies of South Korea, Japan, Philippines and Vietnam, the US war plan aims to rapidly strangle the flow of oil and other essential commodities from the Indian Ocean to Chinese ports.

The US buildup has driven a corresponding expansion of regional military assets. In 2014, fully 48 percent of US weapons sales went to the Asia-Pacific. Militaries in the region increased spending by 62 per cent between 2005 and 2014, reaching $450 billion in 2014. Vietnam’s military budget has surged by some 130 percent since 2005.

The Pentagon launched a new round of joint “Operation Balikatan” war-games with Philippine forces involving some 12,000 soldiers this month. During the exercises, Philippine commanders issued provocative anti-China rhetoric and threats cited in media reports on the exercises. Maneuvers focused on tactics for assaulting fortifications perched on reefs and small islands, intended to simulate Chinese facilities in the Spratly Island chain.

A top Philippine military officer warned last week of “the adverse effects of China’s aggressiveness,” and announced that the US will assist the Philippine army with new equipment and training specifically tailored to counter China’s island-based defenses. Philippine President Benigno Aquino, who utilized this week’s ASEAN conference as an opportunity to stoke conflict with Beijing, warned during the US-led exercises that the Chinese advances should “engender fear for the rest of the world.”

Europe

Beginning in early 2014, US imperialism fomented a coup and civil war in Ukraine as the means to create conditions for the transformation of Central and Eastern Europe into a vast staging ground for war preparations against Russia.

In the wake of the US-orchestrated February 2014 operation in the Ukrainian capital of Kiev, the US and German-led NATO alliance has rapidly developed its network of bases and intelligence and logistical facilities in Poland, Romania and the Baltic states. Last year, the US-led alliance established new battle groups in Europe for the specific purpose of initiating combat operations against Russia on extremely short notice, including the Very High Readiness Joint Task Force, also known as the “Spearhead Force.”

Since the beginning of 2015, the US has deployed thousands of tanks and other combat vehicles to Europe, including 800 new battle tanks in March alone. This month, as part of the “Noble Jump” war games, the US and 11 other NATO militaries simulated a dry run for the opening stages of mobilization for a full-scale ground war against Russia. NATO officers told press that the exercises showed that NATO’s spearhead forces can be mobilized and forward deployed for combat along NATO’s “eastern flank” within 48 hours. Also this month, more than 2,000 US and NATO troops simulated large-scale tank and infantry battles in the rolling hills of eastern Romania, as part of ongoing war games codenamed Wind Spring. (See video footage here).

With enthusiastic support from the US, NATO-aligned governments along the Russian border are implementing large increases in military spending this year. According to statistics compiled by SIPRI, military expenditures in Central and Eastern Europe have increased more rapidly than any other region in the world during the period since the February 2014 coup in Kiev.

The largest increases are planned by the US puppet regime in Kiev, which will double its military spending in 2015, after increasing its budget by more than 20 percent in 2014. Lithuania plans to increase military spending by 50 percent in 2015, Poland by 20 percent and Latvia by 15 percent.

The US Army transferred large numbers of Patriot missiles to the outskirts of Warsaw in mid-April, as part of $2 billion deal with the Polish government.

East European militaries are preparing to use their new hardware in coordination with a growing presence of US military personnel, trainers and “advisors.” As part of Operation “Fearless Guardian,” hundreds of US Army paratroopers deployed to Ukraine this month to train Ukrainian militants, including members of the neo-fascist Azov Battalion.

In addition to an overall $1 billion military aid package to the Kiev regime, now led by President Petro Poroshenko, Washington has offered to cover the $20 million expense of the six-month long training program.

Already in 2014, Ukrainian fascistic groups gained official approval as purchasers of weapons from US armament firms, having privileged status as the only non-state groups on a list of “green-lighted” weapons purchasers that includes 56 national governments, according to SIPRI.

Middle East


The decades-long US military buildup in the Middle East has been accompanied by a surge of weapons purchases by America’s regional gendarmes in the Persian Gulf and Arabian Peninsula.

Major US weapons firms informed Congress this month that they are preparing huge new weapons packages, including thousands of high-tech missiles and other munitions, to Saudi Arabia, Egypt, the UAE, Bahrain, Qatar and Jordan. The sales are necessary to replenish the depleted arsenals of the Gulf States, which have run low in the past year as regional conflicts have escalated.

Saudi Arabia has been the most aggressive purchaser in recent years, spending more than $80 billion on weapons in 2014, nearly as much as Russia and more than France and Britain. The kingdom’s ongoing bombing campaign against Yemen has been carried out with fresh supplies of brand new US hardware.

The UAE spent $23 billion, has tripled its total military spending over the past decade and appears poised to win the honor of being the first non-NATO government authorized to purchase US Predator drones. Saudi and the UAE have now become the second and fourth largest buyers of US arms, respectively, according to SIPRI research.

Qatar ordered weapons systems worth nearly $24 billion in 2014, including $11 billion worth of Apache helicopters and advanced missile systems. The purchases evidently whetted the appetites of Boeing and Lockheed Martin, which have opened new offices in Doha in recent years.

The US tripled weapons sales to Iraq in 2014, selling the Baghdad government some $15 billion worth of “big-ticket equipment, including fighter jets, attack helicopters and laser-guided missiles,” according to the Wall Street Journal .

The vast weapons transfers to Middle Eastern regimes serve a definite strategic function, aside from their enormous profitability for US manufacturers. The occupation and militarization of the Middle East and large portions of Africa is now seen in US ruling circles as a necessary component of preparations for strategic confrontation with Beijing.

Faced with a massive buildup of US forces concentrated in the Pacific, East Asian powers, primarily China and but also Japan, have turned to their “geographic back door”—Central Asia, the Middle East and Africa—in an effort to circumvent US predominance in the Pacific and secure access to natural resources and commercial partners. As the US Defense Department argued in its 2014 US Quadrennial Review, “a continued American presence in the Gulf is a key stratagem to check expanding Chinese power.”

Latin America

In addition to the main cauldrons of brewing geopolitical conflict in Eastern Europe, the Middle East and East Asia, US government is also continuing to promote militarization throughout Latin America.

US regional policy is anchored by “security cooperation” programs with the national bourgeois elites in the Western Hemisphere, such as Plan Meridian and Plan Colombia, which funnel US weapons and military expertise to US imperialism’s client regimes in Mexico and Colombia respectively.

In the past few years, Mexico has made “a 100-fold increase from prior years” in weapons purchases from the US, according to an official NORCOM statement. US arms sales to Mexico rose from nearly $400 million in 2011 to more than $1.2 billion in 2013.

Mexico’s arms purchases have included some 3,000 Humvees for more than $550 million, and some $800 million on a fleet of Black Hawk helicopters. This includes five choppers equipped with M134 machine guns, capable of firing some 5,000 rounds per minute, for an elite urban police unit stationed in Mexico City known as the Condores.

                                                           ***

There is no mystery behind the build-up to yet another global bloodbath, so clearly foreshadowed in the terrifying war preparations of the US and its rivals. As Leon Trotsky, founder of the Fourth International, wrote in his 1934 analysis, “War and the Fourth International,” the capitalist mode of production and the dynamics that it fosters, primarily that of implacable struggle between rival states, lead inevitably to world war.

“The same causes, inseparable from modern capitalism, that brought about the last imperialist war have now reached infinitely greater tension than in the middle of 1914. The fear of the consequences of a new war is the only factor that fetters the will of imperialism. But the efficacy of this brake is limited. The stress of inner contradictions pushes one country after another on the road to fascism, which, in its turn, cannot maintain power except by preparing international explosions. All governments fear war. But none of the governments has any freedom of choice. Without a proletarian revolution, a new world war is inevitable,” Trotsky wrote.

Now as in Trotsky’s time, the only alternative to the slaughterhouse being prepared by imperialism lies in building the Fourth International as the World Party of Socialist Revolution.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: 'la nouvelle guerre froide' : Chine-États-Unis   Ven 8 Mai - 8:47

La nouvelle guerre froide Le Journal de Montréal 7 mai

Loïc Tassé a écrit:

La Chine et les États-Unis sont en guerre. Non pas une guerre directe, mais une guerre de positions et d’alliances. Une véritable guerre froide. Une guerre qui ne dit pas son nom.

Aucun des États impliqués ne veut appeler ce confit une guerre froide, pour ne pas nuire au commerce. Cette guerre feutrée pourrait déboucher sur un conflit ouvert. Plus probablement, elle se terminera comme la première guerre froide, quand l’un des deux principaux camps s’effondrera, incapable de poursuivre la course à l’armement.

Des signes nombreux


Les signes sont trop nombreux pour parler de simples coïncidences. La liste est si longue qu’on ne sait par où commencer. Les États-Unis et le Japon viennent de signer un nouveau traité militaire qui renforcera la coopération entre les deux pays. Il y a deux semaines, un général américain, John Hyton, dénonçait les nouveaux lasers de l’armée chinoise. Ces lasers seraient bientôt capables de détruire des satellites américains. Les Chinois seraient en train de rattraper les États-Unis qui sont pourtant la seule puissance à posséder de l’armement laser opérationnel. Ces derniers mois, la Chine a accéléré son programme de construction d’îles artificielles en mer de Chine. Elle a ajouté plus de 2,5 km carrés de terrain et elle a construit des pistes d’atterrissage à plusieurs endroits.

Rivalité économique et scientifique

La lutte économique entre la Chine et les États-Unis est de plus en plus visible. Ainsi, les Américains négocient depuis de nombreuses années un vaste traité de libre-échange entre les pays du Pacifique. Mais la Chine en est exclue. De leur côté, les Chinois ont fondé leur Banque d’investissements et d’infrastructures d’Asie. Mais ni les États-Unis ni le Japon n’en sont membres.

La rivalité scientifique entre les deux pays est aussi de plus en plus évidente. Par exemple, le Département du commerce américain interdit désormais la vente à la Chine des semi-conducteurs les plus avancés. C’est que le gouvernement chinois possède l’ordinateur le plus puissant du monde. Or, cet ordinateur peut être utilisé pour décrypter des messages codés ou pour mettre au point des armes ultramodernes. Bien plus, le gouvernement américain a commandé à la société Intel un ordinateur qui devra être six fois plus puissant que son rival chinois

Une guerre différente


Cette nouvelle guerre froide est cependant différente de la première guerre froide. Les alliances sont moins claires. Surtout, la puissance économique américaine n’est plus ce qu’elle était. Les États-Unis ne représentent plus qu’environ 18 % de l’économie mondiale, alors que pendant la première guerre froide, ils en formaient près de 30 %. C’est précisément sur cela que comptent les Chinois. En bons marxistes qu’ils sont Rolling Eyes , ils font le pari qu’en fin de compte, la force économique l’emportera sur le reste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Chine-Russie contre OTAN-USA : bras de fer pour l'enfer   Mar 12 Mai - 13:50

La Chine veut une base militaire à Djibouti rfi 11 mai

autres infos

rfi a écrit:

Dans une interview, le président djiboutien Ismaël Omar Guelleh s’est montré favorable à la volonté de Pékin d’établir une base militaire dans son pays. Pékin souhaite, ainsi que d’autres pays, profiter de la position stratégique unique de Djibouti dans le golfe d’Aden. Une stratégie qui s’inscrit dans la volonté de Pékin de devenir une puissance maritime internationale.

Avec notre correspondante à Pékin, Heike Schmidt

Après la France, les Etats-Unis et le Japon, la Chine jette son dévolu sur le port de Djibouti, centre névralgique de la lutte contre le terrorisme et la piraterie au large des côtes somaliennes.

La marine chinoise accoste régulièrement à Djibouti depuis 2008, début de sa participation aux missions antipiratage. Lorsqu’en avril, Pékin a évacué ses ressortissants du Yémen, c’est donc naturellement qu’ils ont été acheminés vers Djibouti. Cette opération de sauvetage a prouvé l’utilité de disposer non seulement d’un droit d’accostage à Djibouti, mais aussi d’une véritable base militaire.

Pékin a besoin de protéger ses investissements, et parmi les 18 bases militaires étrangères à l’étude, plusieurs se trouveraient sur les côtes africaines. Depuis février 2014, Djibouti a mis ses installations militaires à la disposition des Chinois, alors que Français et Américains doivent débourser des dizaines de millions d’euros de loyers chaque année. En guise de remerciements, Pékin a promis une aide économique à Djibouti, portant sur plus de 20 millions d’euros.

« La Chine, c'est un fait, devient une puissance navale de plus en plus influente. Et il est indispensable pour chaque pays de trouver des solutions pour protéger ses navires lorsqu'ils sont loin de ses côtes. Il n'y a donc rien d'inhabituel dans cette démarche, estime David Shinn, ancien ambassadeur des Etats-Unis à Djibouti. Et cela m'étonnerait beaucoup que cela gêne les Etats-Unis. En revanche ce qui peut les inquiéter, c'est l'expansion à venir de la Chine et sa présence bien au-delà de la partie occidentale de l'océan Indien. »


Dernière édition par Admin le Dim 17 Mai - 13:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Manœuvres navales inédites en Méditerranée pour Pékin et Moscou   Mar 12 Mai - 13:53


Manœuvres navales inédites en Méditerranée pour Pékin et Moscou Le Monde 12 mai

autres infos Chine-Russie

Le Monde a écrit:
Signe de la relation de plus en plus étroite entre les deux puissances, Pékin et Moscou lançaient, mardi 12 mai, des manœuvres navales conjointes inédites en Méditerranée. Ces exercices rassemblent neuf navires de guerre russes et chinois pour une durée prévue de onze jours, a rapporté le quotidien anglophone Global Times.

Les deux pays n'ont encore jamais procédé à des exercices militaires communs dans cette partie du monde. « Cela montre clairement que les deux pays vont œuvrer ensemble au maintien de la paix et de l'ordre international de l'après-guerre », a commenté l'agence de presse Chine nouvelle, qui voit dans ce rapprochement la garantie d'une « contribution à un monde meilleur ». Membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies, la Chine et la Russie se sont rapprochées ces dernières années, à mesure que se creusait le fossé entre Moscou et les nations occidentales et que Pékin inquiétait ses voisins en affirmant ses ambitions et sa puissance.

Amitié affichée

Ces manœuvres navales confirment, par ailleurs, la volonté de Pékin de peser militairement de plus en plus loin de son territoire. Le président djiboutien Ismaël Omar Guelleh a annoncé la semaine dernière qu'il était en « discussion » avec la Chine pour que cette dernière installe une base militaire dans ce petit pays stratégiquement situé dans la Corne de l'Afrique.

Le 9 mai à Moscou, les présidents russe Vladimir Poutine et chinois Xi Jinping ont affiché leur amitié à l'occasion du 70e anniversaire de la victoire sur l'Allemagne de Hitler. Et, lors de leurs nombreuses autres rencontres récentes, Xi Jinping et Vladimir Poutine se sont engagés à renforcer leur collaboration
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Chine-Russie, manœuvres en Méditerranée   Dim 17 Mai - 13:04

L'hégémonie américaine torpillée par les manœuvres russo-chinoises Victoria Issaïeva

Victoria Issaïeva a écrit:
Pour une vingtaine de jours, la Méditerranée devient l'arène d'entraînement pour neuf navires russes et chinois

Du 11 au 21 mai, les manœuvres militaires navales communes se déroulent là où les USA faisaient, jusqu'à présent, cavalier seul. Annoncées en automne 2014 par le ministère de la Défense de la Russie, ces exercices navals en Méditerranée ont pour but d'approfondir la coopération militaire avec la Chine. Le commandant supérieur de la flotte russe l'amiral Viktor Tchirkov a qualifié les essais de nouveau pas vers le renforcement de l'amitié et de la coopération sino-russes.

Le Directeur du Programme de recherche « Eurasie » de l'Institut des Hautes Études en Géopolitique et Sciences Auxiliaires (IsAG) Dario Citati a bien voulu commenter les manœuvres russo-chinoises dans une interview à la radio Sputnik. « Sur le plan technico-militaire, c'est un signe d'augmentation de la confiance réciproque entre les deux pays », — explique Dario Citati. « Formellement, et la Chine, et la Russie ont déclaré que ces exercices n'ont rien à voir avec un message présumé envers, par exemple, les USA ou les puissances occidentales. Mais il s'agit tout simplement des exercices techniques pour augmenter la capacité conjointe en mer, en vue surtout des opérations dans l'océan », résume l'expert.

Entre-temps, les médias occidentaux n'y vont pas avec le dos de la cuiller en critiquant le geste des Russes et des Chinois, en le considérant comme provocateur. Le journal allemand Der Spiegel écrit que ce qui se passe, actuellement, dans les eaux de la Méditerranée, peut être qualifié de démonstration de force sino-russe, face aux Etats-Unis d'Amérique. Par contre, notre expert Dario Citati estime, pour sa part, que les manœuvres des navires russes et chinois en Méditerranée peuvent être utiles aux Européens: « Les pays de la Méditerranée pourront en quelque sorte profiter de cette expérience pour entamer un dialogue sur les thèmes de la sécurité avec la Chine et surtout avec la Russie qui est un partenaire idéal, un partenaire naturel pour l'Europe dans la lutte contre le terrorisme islamique. En ce moment, en Méditerranée il y a une sorte de vide du pouvoir du côté européen parce qu'il n'y a pas d'unité parmi les pays d'Europe concernant le problème du terrorisme, du contrôle des côtes libyennes… »

Les exercices navals qui ont débuté le 11 mai ont été précédés par la rencontre des présidents russe et chinois dans le cadre des commémorations de la victoire sur le nazisme à Moscou. Selon plusieurs experts, les manœuvres dites de solidarité que la Russie et la Chine organisent depuis 2012 principalement dans l'océan Pacifique est un signe d'une coopération étroite entre Moscou et Pékin. Le rapprochement entre les pays sur le plan militaire rend l'hypothèse de la création d'une véritable alliance militaire asiatique plus réaliste, une alliance qui s'opposerait officiellement à l'OTAN.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: une "TROISIÈME GUERRE MONDIALE" ?   Dim 17 Mai - 13:30

Le danger croissant d'une guerre des États-Unis contre la Chine James Cogan WSWS France

une analyse qui ne manque pas d'intérêt, tant sur plan de la concurrence "inter-impérialiste" que pour qui veut s'instruire d'un dogme trotsko-marxiste, norme révolutionnaire aussi velléitaire que pathétique (en bas du texte)

toutefois, curieux pour un marxiste, l'absence de 'critique de l'économie politique'. En effet, cet article ne mentionne pas l'essentiel, les intérêts économiques tout aussi stratégiques dans cette région du monde, quant à la rivalité d'influence entre la Chine et les USA, et les enjeux d'alliances particulièrement pour les pays du Sud-Est asiatique (j'y reviendrai, voir par exemple Poudrières asiatiques, « Manière de voir » n° 139 — Février - mars 2015

James Cogan a écrit:

Le gouvernement Obama positionne les États-Unis sur la voie de la confrontation militaire avec la Chine dans la mer de Chine méridionale. L'approche sans scrupules et provocatrice de Washington souligne que le danger d'une guerre – qui engloberait la région et menacerait les vies de millions de personnes – est beaucoup plus avancé que la classe ouvrière internationale en est consciente.

Une fuite d'informations provenant du gouvernement Obama mardi dernier indique que le ministre de la Défense Ashton Carter a mis de l'avant des plans pour le déploiement de forces navales ou aériennes afin de faire respecter la «liberté de navigation» dans une zone d'exclusion de 12 milles marins qui encercle un territoire occupé par la Chine. Le seul but d'un tel déploiement serait de forcer Pékin à abandonner ses revendications de souveraineté sur les îles et récifs où la Chine construit des quais et des pistes d'atterrissage.

Le ministère des Affaires étrangères chinois a répondu mercredi en soulignant que la Chine maintiendrait «sa souveraineté et sécurité nationale» et a avertit que «les pays concernés devraient se garder de commettre des actes risqués et provocateurs». Le quotidien d'État anglophone Global Times comportait un éditorial mercredi «...même si la guerre est la dernière chose qu'elles souhaitent, les deux nations l'envisagent en réalité».

On pouvait lire dans un deuxième éditorial du Global Times, titré «Une réponse ferme pour tenir tête à la provocation maritime des États-Unis», que «[Washington] ne doit pas oublier que la Chine est une grande puissance qui dispose de l'arme nucléaire, et il n'est pas question que des forces américaines agissent de façon irresponsable dans la mer de Chine méridionale

Le sous-secrétaire à la Défense David Shear a répliqué lors d'une audience du Sénat que les États-Unis allaient «prendre des mesures concrètes et appropriées». Il a annoncé que des avions de surveillance et des bombardiers B-1 – les bombardiers américains à la plus longue portée pouvant être équipés de charges nucléaires ou conventionnelles – seraient déployés dans le nord de l'Australie comme une partie des préparatifs visant à contester les revendications territoriales de la Chine dans la mer de Chine méridionale.

L'arrivée du secrétaire d'État américain John Kerry à Pékin est prévue pour samedi, officiellement pour discuter d'une visite planifiée du président chinois Xi Jingping à Washington en septembre. Par contre, l'agenda de Kerry sera dominé par des discussions tendues sur la possibilité d'un conflit ouvert entre les deux pays.

Il se peut que des phrases diplomatiques soient forgées par Kerry et des représentants chinois qui permettraient à Washington de reculer, pour l'instant, dans l'envoi de navires et d'avions dans les zones contestées. Mais l'impérialisme américain ne cherche pas simplement à faire des vagues. Il se prépare à la guerre.

Pendant plus de deux décennies, depuis l'effondrement de l'Union soviétique, les États-Unis tentent d'utiliser leur écrasante supériorité militaire pour repousser le déclin à long terme de leur hégémonie économique mondiale. Ils sont engagés dans des violences et des complots sans fin au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie centrale pour imposer leur domination sur des marchés et ressources clés.

La Chine, qui est devenue le centre manufacturier mondial, est maintenant la principale cible du programme militaire de Washington. Comme il a été énoncé dans un rapport récemment publié par le Council on Foreign Relations américain, son poids et son influence économiques croissants sont vus comme une menace intolérable aux intérêts impérialistes des États-Unis, que la Chine cherche à contester la domination américaine ou non. La pression militaire sur la Russie par rapport à l’Ukraine au cours de la dernière année visait véritablement à affaiblir un allié de Pékin et à préparer les conditions pour une confrontation avec la Chine et réduire celle-ci à un état semi-colonial.

L’humiliation subie par l‘administration Obama en mars dernier, lorsque les grandes puissances européennes ont défié Washington et se sont rangées derrière Pékin dans la mise sur pied de la nouvelle Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures (BAII), a été interprétée par Washington comme une confirmation que la Chine doit être contenue le plus tôt possible.

Tous les pays de cette région, d’une façon ou d’une autre, sont entraînés dans ces tensions grandissantes et les préparatifs de guerre. L’establishment politique australien est tant intégré à l’impérialisme américain, à travers une alliance militaire et des ententes permettant l'installation de bases américaines, que le responsable américain Shear semble avoir annoncé les déploiements de bombardiers B-1 sans même avoir consulté le gouvernement australien. Il y a deux semaines seulement, le premier ministre Shinzo Abe s’est adressé au Congrès américain pour vanter le pacte d’«autodéfense collective» avec Washington, qui obligera les forces armées japonaises à combattre aux côtés des États-Unis.

Les États-Unis renforcent systématiquement les alliances et les partenariats stratégiques à travers la région indopacifique, forgeant de nouvelles ententes et augmentant ses propres déploiements militaires. Tous les gouvernements et commandements militaires en Asie, ainsi qu’en Europe occidentale, auront des experts qui vont envisager très sérieusement les implications d’une confrontation entre les États-Unis et la Chine dans la mer de Chine méridionale. La question de plus en plus dans les centres de diplomatie est: avec qui les classes dirigeantes de chaque pays s’aligneront-elles dans l’éventualité d’un conflit ouvert?

La réponse du Parti communiste chinois (PCC) aux menaces de Washington est profondément réactionnaire. Son arrogance nationaliste à propos de la «force» chinoise et ses contre-menaces qu’elle est prête à une guerre nucléaire et à massacrer des millions d’Américains, visent uniquement à soutirer des concessions de Washington. La seule préoccupation du PCC est de protéger l’oligarchie capitaliste corrompue qu’il représente, dont les profits et les privilèges dépendent de la répression et l’exploitation brutale de la classe ouvrière chinoise. Ses politiques mèneront à une catastrophe.

La seule force sociale qui puisse empêcher les dangers de guerre est la classe ouvrière internationale, unifiée autour d’une perspective révolutionnaire visant à mettre un terme à la source du danger de guerre, le système de profit capitaliste. Les actions de l’impérialisme américain ne sont que l’expression la plus explosive de l’effondrement du capitalisme mondial résultant des contradictions inhérentes entre une économie mondialisée et sa division en États-nations rivaux, dans laquelle la propriété privée des moyens de production est enracinée.

Le Rassemblement international en ligne du Premier Mai organisé par le Comité international de la Quatrième Internationale (CIQI) a établi avec force le programme internationaliste et socialiste qui sur lequel doivent être fondés l’unification de la classe ouvrière et le développement d’un mouvement de masse international contre la guerre.

La tâche stratégique primordiale est de bâtir le CIQI en développant les sections déjà existantes et en établissant de nouvelles sections en Chine, au Japon et dans tous les pays de la région et à travers le monde.

(Article paru d'abord en anglais le 15 mai 2015)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Invité
Invité



MessageSujet: un 'marxiste' répond à un 'complotiste'   Jeu 21 Mai - 18:48

publié ici pour la critique, dans le texte, de Robert Bibeau, un "marxiste orthodoxe"...

Pour l’Empire, la finalité c’est le chaos, pas la victoire Peter Koenig Commentaire Robert Bibeau 57 du Québec, 16 mai 2015

Koenig / Bibeau a écrit:


La finalité, le chaos, pas la victoire (!?)
Robert Bibeau, directeur de les7duQuébec
Titre original :  Pour l’’Empire, la finalité c’’est le chaos, pas la victoire Koenig

Par Peter Koenig Mondialisation.ca, 16 mai 2015.  Url de l’article:
http://www.mondialisation.ca/pour-lempire-la-finalite-cest-le-chaos-pas-la-victoire/5449931

Robert Bibeau a écrit:
Voilà où mène le ‘conspirationnisme’ petit bourgeois. Une alliance impérialiste mondiale – l’Alliance Atlantique rassemblée sous le drapeau de l’OTAN – aurait pour objectif non pas de piller les ressources et les marchés et de s’accaparer des forces productives (travailleurs) d’une région, mais simplement de semer le trouble et le chaos dans cette zone sans chercher d’avantage – sans chercher la victoire  – dans ce cas de figure la finalité du chaos serait justement leur victoire ! Lisez plutôt ce monument au ‘conspirationnisme’.

Une fois de plus, un pays “libéré” par les Occidentaux bascule inéluctablement dans le chaos.”

Ce pourrait être n’’importe lequel de ces pays à feu et à sang où Washington et ses séides d’’Europe de l’’Ouest et de l’’Est ont semé la guerre – spirale sans fin de chaos, de ruine et de mort – et la soumission.

Le choeur même du problème : en réalité, la stratégie de Washington et de l’’OTAN n’’est pas de gagner la guerre ou le conflit mais de créer et maintenir les conditions d’’un chaos permanent. Un moyen imparable de contrôler à la fois les populations, les nations et les ressources, et de garantir à l’’Ouest une demande permanente de troupes et de matériel militaire – aux États-Unis, le complexe militaro-industriel et les industries et services connexes représentent à eux seuls plus de 50% du PIB. (Bibeau : Nous émettons quelque doutes à propos de ces chiffres)

Par définition, un pays en pleine débâcle ou en plein chaos est en banqueroute et manque toujours d'’argent, – l’'argent des conditions drastiques, l’'argent de l’'austérité, celui que dispensent le FMI, la Banque Mondiale et d’'autres « institutions de développement » aussi sinistrement notoires, entre autres usuriers. Un argent synonyme d'’esclavage, a fortiori lorsque accordé à des dirigeants corrompus qui se fichent pas mal de leur peuple.

Et c’’est ça qui est visé, pas autre chose, au Yémen, en Ukraine, en Syrie, en Irak, au Soudan, en Centrafrique, en Libye… et n’’importe où ailleurs. Peu importe qui se bat contre qui. EI / Isil / IS / Daish / Daesh / Al-Qaeda, quelque nom d’organisation de tueurs mercenaires qu’’on veuille ajouter à la liste, c’’est autant d'’étiquettes pour noyer le poisson. On peut aussi bien y ajouter Blackwater, Xe, Academi et tous les autres noms utilisés successivement pour mieux brouiller les pistes. Les prostituées de l'’Empire anglo-saxon sioniste, les prostituées de bas étage, à côté des prostituées de luxe que sont l’’Arabie Saoudite, le Qatar, le Bahreïn et les autres États du Golfe ; avec en plus la France et l’’Angleterre bien sûr.

Robert Bibeau a écrit:
Le monde impérialiste ne se divise pas en prostituées et souteneurs. Le monde impérialiste mondialisé, globalisé, intégré et en crise systémique se divise en puissance dominante et en puissance moins importantes selon une division inégale et combinée dans la répartition des moyens de production, d’échanges et de communication pour la production de valeur d’usage à transformer en valeur d’échange.

François Hollande venait à peine de signer pour plusieurs millions d’’Euros de contrat, rien qu’’avec le Qatar, pour la vente de 24 chasseurs bombardiers Rafale, qu’’il repartait aussitôt pour Riyad pour discuter avec le roi Salman de la vente de nouveaux Rafales. Les affaires vont bien ! Et puis c’’est bien pratique pour « éradiquer » des ennemis fabriqués de toutes pièces ; et aussi pour pouvoir prendre part au sommet du Conseil de la Coopération du Golfe (CCG) le 5 mai. Sujet des discussions au sommet : les « crises » de la région, notamment au Yémen, créées par l’’Occident dans l’’intérêt de Washington (et de ses maîtres sionistes) et imputées aux « rebelles », qui se battent simplement pour un gouvernement plus juste.

L’’Occident a inventé tout un vocabulaire à vous rendre malade. C’’est comme un virus qu’’on vous inocule dans le cerveau – du moins ce qu’’il en reste – au point qu’’on en devient incapable de se rappeler ce que les mots veulent dire réellement. On les répète tels quels et on prend le tout pour argent comptant. Après tout, les médias de masse vous les enfoncent jusqu’’aux tripes du matin au soir. Quand des gens se battent pour leur liberté, pour leur survie, contre des régimes oppresseurs, ce sont des « terroristes », des « rebelles ». Les réfugiés d’’Afrique qui fuient les pays frappés par les conflits infligés par Washington – réfugiés dont plus de 4 000 ont déjà péri en mer cette année en tentant d’’aller chercher « une vie meilleure » de l’’autre côté de la Méditerranée – sont commodément rebaptisés « immigrants » [euphémisme d’’usage pour éluder le statut de réfugié]. Généralement on précise « immigrants illégaux » pour enfoncer le clou. Les immigrants sont autant de mendiants ; les immigrants illégaux, du gibier de potence ! Tout ça n’’a rien à voir avec le chaos et l’’horreur économique où les Occidentaux ont plongé leurs pays. Tiens donc ! Honte à toi Bruxelles !

A propos de chaos, M. Hollande sait pertinemment que ses chasseurs bombardiers servent en réalité les intérêts du Parain pour semer davantage de chaos et de destruction dans toute la région, davantage de mort, davantage de misère, davantage d’esclavage – davantage de réfugiés sombrant en Méditerranée – et davantage encore de ce chaos sans fin, de gens à la limite de la survie, de gens qui n’’ont plus les moyens de se battre pour défendre leur pays, leurs ressources, leur liberté, car ils doivent avant tout se battre pour leur propre survie, pour la survie de leurs enfants ou celle de leur famille. Tu parles d’’un empire !

Non, franchement, quand quelqu’’un vend à d’’autres pays des chasseurs bombardiers ou n’’importe quel type de machine à tuer, en sachant pertinemment que ces armes servent à tuer des gens, à détruire des pays, est-ce que ce type n’’est pas un criminel contre l’’humanité ? C’’est pas un criminel de guerre de la pire espèce ?

M. Hollande, en plus d’’être un criminel de guerre, est un parfait larbin, persuadé qu’’au bout du compte quelques miettes du butin de ce pillage énorme finiront par tomber dans son assiette et qu’’il pourra un jour nager avec ses maitres dans un paradisiaque océan de lait et de miel. Pense-t-il vraiment sauver l’’économie de son illustre pays, qui produisait jadis des Victor Hugo, des Balzac, des Stendhal et autres Dumas, en vendant des machines à tuer aux autres séides de l’’Empire ? Est-ce que ça l’’intéresse que 83% de son électorat le méprise ?

Semer le désordre, le chaos et la ruine, c’’est tout ce que Washington et ses vassaux savent faire. C’’est pas gagner des guerres qu’’ils veulent, ce qu’’ils veulent c’’est le chaos éternel et la ruine, des populations faciles à écraser. Ils appellent ça « full spectrum dominance » [domination totale ou dans tous les domaines].

Et comme l’’armée américaine et son « big brother » (ou big sister) l’’OTAN ne peuvent pas être partout, ne veulent pas qu’’on les voie partout, ils se payent des tueurs. Washington invente et crée, puis finance avec son intarissable flot d’’argent les ISIS, Daesh ou Al-Qaeda – et le répertoire de s’’élargir au bon vouloir du maitre – afin qu’’ils combattent pour elle, qu’’ils tuent pour elle, pour produire chaos et « false flags » [opérations dites « sous fausse bannière », ou pseudo-ennemis qui servent nos intérêts], de sorte qu’’au final, l’’OTAN et le Pentagone, son bulldozer, puissent intervenir et prétendre « détruire » ces mercenaires qu’’ils ont eux-mêmes créés depuis le début. Jamais les médias ne vous diront la vérité là-dessus.

Ils vous mettent dans la tête que les Houtis, secte shiite humanitaire de gauche, et les sunnites s’’entretuent au Yémen pour le pouvoir ; que les Saoudiens et leur coalition de monarques ne font que libérer le Yémen d’’une bande de terroristes ; que les Houtis ont le soutien de l’’Iran (majoritairement shiite)' affirmation récemment démentie avec véhémence par un responsable de l’’ONU, et que les Houtis doivent donc être brisés. Une bonne occasion de plus pour Washington de tout faire retomber sur le dos de l’’Iran ! Et une fois les Houtis asservis et décimés en nombre suffisant, un président fantoche sera mis en place, comme l’’ex-président Saleh ou son successeur Hadi, de façon que Washington puisse indéfiniment verser de l’’huile sur le feu et oppresser la population du pays, pour garder un accès illimité au port stratégique d’’Aden – et au Golfe d’’Aden.

Robert Bibeau a écrit:
L’auteur-expert admet enfin l’objectif stratégique – la  rançon de la victoire dans ce conflit yéménite – qui n’est pas de semer le chaos pour le chaos (ce qui n’est jamais qu’une tactique) mais de garder ouverte la route des oléoducs saoudiens, qui, pour une partie, passent par Aden et le port d’Aden afin de contourner le Détroit d’Ormuz, qui un jour ou l’autre sera fermé si jamais l’OTAN s’avise d’attaquer l’Iran. CQFD.  Misérables complotistes.

Même chose pour l’’Ukraine : est-ce que Daesh, ISIL, ISIS, Al-Qaïda ou quelque nom qu’’on veuille lui donner est présent en Ukraine ? Je vous le donne en mille, sous les ordres de la CIA et de quelque 6 000 militaires américains – envoyés comme instructeurs uniquement, bien sûr. Ils forment les troupes de Kiev à la meilleure manière d’’exterminer rapidement leurs propres frères, dans le Donbass. Ils les entrainent à y enraciner le chaos. Et si les soldats refusent d’’être formés à tuer leurs frères, le régime nazi de Kiev les fusillera comme traîtres. Point final ! C’’est tellement simple. Comme ça, personne ne résiste.

Et à présent les « conseillers » militaires américains et la CIA, avec l’’aide de leurs tueurs professionnels (les Nazis de Kiev, ISIS/Daesh/Al-Qaeda, peu importe) accumulent les provocations pour embarquer Poutine dans une vraie guerre – autant que possible une Troisième guerre mondiale. Si ! La troisième en moins de cent ans, tout à fait susceptible de dévaster l’’Europe et peut-être même le monde entier. Jusqu’’ici, le monde était passé à côté d’’un tel désastre, principalement grâce à la sage stratégie de non-confrontation des Russes.

Robert Bibeau a écrit:
Nous avons ici non pas la démonstration de la stratégie du chaos mais de la stratégie capitaliste bourgeoise pour créer les conditions de l’affrontement entre puissances impérialistes rivales – concurrentes pour le contrôle des ressources et des marchés. En 1936, ce sont les soldats espagnols qui tuaient leurs frères soutenus par les puissances impérialistes de l’Axe et les soldats républicains d’Espagne qui tuaient leurs frères soutenus par les puissances impérialistes de l’Ouest – comprenant déjà, cinq années avant 1941 et l’Opération Barberousse, – l’Union Soviétique – tiens donc, 1936 était prémonitoire de 1941, comme 2015 serait prémonitoire de … ???

De fait, c’’est clair, ISIS/Daesh/Al-Qaïda est en Ukraine. Ils sont partout où l’’Empire exige qu’’ils soient présents. C’’est à ça qu’’on les paye. Un vrai boulot de prostituées. Des prostituées spécialement conçues pour ça ; et bien payées en plus. Ici, l’’idéologie n’’est qu’’une feuille de vigne bien commode pour les médias – comme ça nous pouvons tous nous convaincre qu’’en fait, ce sont les Musulmans qui sont pourris – et certains plus que d’’autres. L’’Occident doit les combattre car ils représentent un danger énorme et imminent pour nos libertés, pour notre liberté, pour nos démocraties – et en particulier pour les valeurs néolibérales de notre économie de marché version tout est gratuit.

Robert Bibeau a écrit:
Le risque du présent article réside dans le fait que l’on nous présente l’une des alliances impérialistes – celle de la Russie et de la Chine – comme étant des victimes et l’autre alliance impérialiste  OTAN-Amérique – comme étant l’agresseur – les musulmans servant de repoussoir – ou de faire valoir et de prétexte – d’artéfact sociologique – dans une guerre entre le bien et le mal (sic).  Les organes de presse du mains Stream médiatique accrédité prennent le parti opposé. De fait, la classe ouvrière – contrairement à 1941 – doit rejeter tant l’alliance Russie-Chine que l’alliance OTAN-Amérique. Les peuples des pays « musulmans » ne sont aucunement la cause de la crise économique systémique de ce mode de production moribond.

Parce que c’’est ça l’’ultime finalité : l’’humain comme simple élément de fonctionnement du marché, jetable, réductible à autant de chair à canon, exterminable en masse avec des OGM empoisonnés, des drones, des bombes, des famines créées artificiellement, de sorte qu’’en fin de compte les survivants soient réduits au servage, aux mains d’’une élite extrêmement réduite, qui contrôle les quatre coins du globe et TOUTES ses ressources, pour maintenir le standing de gens exceptionnels – mais oui, la nation exceptionnelle finira elle-même par se réduire à une poignée de personnes exceptionnelles vautrées dans l’’opulence.

Rappelez-vous cette phrase abjecte d’’Henry Kissinger (la vision de l’’un des plus épouvantables criminels de guerre encore vivant aujourd’’hui), Prix Nobel de la Paix, lui aussi d’’ailleurs (sic) : « Qui contrôle les réserves de nourriture contrôle les peuples ; qui contrôle l’’énergie peut contrôler des continents entiers ; qui contrôle l’’argent peut contrôler le monde. »

Robert Bibeau a écrit:
Chacun peut ici constater que Kissinger n’écrit pas : « QUI CONTRÔLE LE CHAOS CONTRÔLE LE MONDE ». Non, Kissinger  écrit bien – : en Mode de production capitaliste – QUI  CONTRÔLE LE CAPITAL – CONTRÔLE LE MONDE. Ce que ni Monsieur Kissinger, ni Monsieur Koenig ne savent c’est que ni la classe des capitalistes monopolistes financiers, ni leurs États totalitaires (de l’Est comme de l’Ouest) ne contrôlent le capital – le capitalisme et ses lois inéluctables.

Ces mots sonnent chaque jour plus vrai. Mais seulement tant que nous le permettons ; tant que nous, le peuple, nous les 99,999% des habitants du globe, nous acceptons qu’il en soit ainsi.

Peter Koenig Global Research, 06 mai 2015
Économiste et analyste géopolitique, ancien cadre de la Banque Mondiale.

Article original en anglais : Chaos – not Victory – is the Empire’s “Name of the Game”, Global Research, 06 mai 2015

Traduction : Dominique Arias

Peter Koenig est économiste et analyste géopolitique. Ancien cadre de la Banque Mondiale, il a travaillé dans le monde entier comme le domaine de l’'environnement et des ressources en eau. Il écrit régulièrement pour Global Research, ICH, RT, Sputnik News, The Voice of Russia, Ria Novosti, TeleSur, The Vineyard of the Staker Blog, entre autres sites Internet. Il est l’'auteur de Implosion – An Economic Thriller about War, Environmental Destruction and Corporate Greed – ouvrage de fiction base sur des faits réels et sur 30 ans d’'expérience de la Banque Mondiale autour du monde.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: "Début d'un exercice aérien de l'OTAN contre la Russie dans l'Arctique" WSWS (English also)   Jeu 28 Mai - 14:31

Début d'un exercice aérien de l'OTAN contre la Russie dans l'Arctique Patrick Martin WSWS 28 mai 2015

from NATO Begins Anti-Russian Air Drill In Arctic

Patrick Martin a écrit:
Plus de 4000 militaires provenant de six pays de l'OTAN et de trois États non membres ont commencé un vaste exercice aérien à l'extrême nord de l'Europe lundi, orchestrant du coup l'une des plus grandes mobilisations militaires de l'année. L'exercice Arctic Challenge durera deux semaines et impliquera plus de 100 avions de combat des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de l'Allemagne, de la France, de la Norvège et des Pays-Bas, tous membres de l'OTAN, ainsi que de la Suède, de la Finlande et de la Suisse.

La US Air Force contribuera 12 avions de combat F-16 ainsi que des avions-radar AWACS. Les pays européens contribueront leurs propres F-16 ainsi que des avions de combat Eurofighter Tornado GR4 et Typhons. Le brigadier général norvégien Jan Ove Rygg, commandant de l'exercice, a déclaré que le but de ce dernier était de tester «l'orchestration et la conduite d'opérations aériennes complexes, en relation étroite avec les partenaires de l'OTAN».

L'exercice est clairement dirigé contre la Russie, pays limitrophe de la Finlande ainsi que de la Norvège, pays hôte de l'exercice. La Finlande et la Suède ont sonné l'alarme quant à la prétendue pénétration d'un sous-marin russe dans leurs eaux côtières au cours des derniers mois, et les tensions se sont aggravées dans toute la région en raison des actuelles provocations antirusses en Ukraine et dans les pays baltes.

Le 20 mai, cinq jours seulement avant le début de l'exercice, des avions de chasse suédois ont intercepté deux bombardiers russes Tu-22M «Backfire» au-dessus de la mer Baltique. Les hauts fonctionnaires suédois ont déclaré que les bombardiers s'étaient dirigés vers l'île suédoise de Land, au sud de Stockholm, concédant toutefois par la suite que les avions étaient restés tout au long dans l'espace aérien international.

L'exercice militaire, qui dure jusqu'au 5 juin, comprend des opérations dans le nord de la Norvège, de la Suède et de la Finlande ainsi que dans l'océan Arctique, tous des territoires à court temps de vol du nord de la Russie et de bases militaires essentielles telles que Mourmansk, le siège de la flotte russe du Nord.

L'exercice pourrait facilement déclencher une confrontation avec des avions de l'armée de l'air russe. Selon un reportage du journaliste Ahmed Rashid dans la New York Review of Books, lors d'un exercice similaire effectué en avril en Estonie, des avions russes et américains se sont frôlés à 6 mètres de distance au-dessus de la mer Baltique. Cette quasi-collision avait une «forte probabilité de causer des pertes ou une confrontation militaire directe entre la Russie et les pays occidentaux», écrit Rashid.

L'exercice Arctic Challenge 2015 est le deuxième déploiement incluant les deux pays scandinaves non membres de l'OTAN. Il permet à l'aviation de l'OTAN d'acquérir de l'expérience opérationnelle dans l'espace aérien suédois et finlandais nordique au-dessus du cercle polaire arctique.

Cet exercice fait suite à une série d'opérations de coordination des forces terrestres, maritimes et aériennes de l'OTAN contre la Russie. L'OTAN a en effet mené des exercices de détection de sous-marins au large des côtes norvégiennes au début du mois, de même que deux grands exercices terrestres – l'opération Hedgehog, dans laquelle 13.000 soldats ont simulé une réponse terrestre à une invasion de l'Estonie par la Russie, et l'opération Lightning Strike, impliquant 3.000 soldats en Lituanie. Le mois prochain, l'exercice annuel BaltOps verra le déploiement d'un grand nombre de navires de guerre de l'OTAN en mer Baltique.

Selon le Washington Post du 16 mai: «Des entrainements se sont déroulés à travers toute la région, et la semaine dernière, des exercices distincts ont eu lieu en Pologne, en Lituanie, en Géorgie, en Estonie et en mer Baltique. Les planificateurs militaires ont dit qu'il s'agit d'une tentative de tirer de nouveaux enseignements pratiques sur la façon dont la Russie mène la guerre... Des conseillers militaires américains sont également en Ukraine pour tenter de renforcer les forces combattantes de ce pays, au moment même où la guerre y fait rage dans la partie orientale

Après l'Ukraine orientale, les États baltes sont peut-être le point chaud le plus dangereux entre l'OTAN et la Russie, les gouvernements droitistes des trois pays ayant intensifié leurs tensions avec la Russie en affirmant qu'ils sont les cibles imminentes d'une agression militaire russe, même si rien de ce type ne transpire en fait. Moscou a nié à plusieurs reprises avoir la moindre visée sur leurs territoires.

Le 14 mai, les trois pays baltes ont demandé officiellement que l'OTAN institue un déploiement permanent de quelque 3000 soldats sur leur sol pour renforcer la garantie faite par le président Obama l'année dernière qu'il allait invoquer l'Article cinq de la Charte de l'Atlantique pour entrer en guerre contre la Russie dans l'éventualité d'une attaque militaire contre l'Estonie, la Lettonie ou la Lituanie. Certains pays membres de l'OTAN sont opposés à un tel déploiement, car il violerait un accord conclu entre l'OTAN et la Russie en 1997 limitant la taille des forces de l'OTAN stationnées dans les pays baltes.

Le 22 mai, la Commission européenne s'est réunie à Riga, la capitale lettone, pour des discussions avec les dirigeants de six anciennes républiques soviétiques – l'Ukraine, la Géorgie, la Moldavie, l'Arménie, l'Azerbaïdjan et le Belarus. Il s'agissait de la première réunion du «Partenariat oriental» de l'Union européenne depuis novembre 2013, lorsque l'UE a proposé un accord d'association économique au président ukrainien Viktor Ianoukovitch. C'est la décision de ce dernier de rejeter l'accord d'association qui a déclenché la campagne soutenue par les États-Unis et l'UE qui a conduit au renversement de son gouvernement par les éléments d’extrême droite qui ont maintenant la balance du pouvoir à Kiev.

À la veille de l'exercice Arctic Challenge, les chefs de la défense des 28 pays membres de l'OTAN se sont réunis à Washington pour discuter des «défis présentés par la Russie et les acteurs non étatiques», selon un communiqué de presse du Pentagone. Le général danois Knud Bartels, président de la réunion du 22 mai, a déclaré que les puissances de l'OTAN «mettent en œuvre le plus grand renforcement de notre défense collective depuis la fin de la guerre froide».

En plus des tensions avec la Russie à propos de l'Ukraine, Bartels a souligné le rôle plus important à jouer par l'OTAN en Europe méridionale, où le flux de réfugiés en Méditerranée est traité comme un problème militaire.

Le commandant suprême de l'OTAN, Philip Breedlove a dit: «Au sud, nous sommes confrontés à un ensemble différent de défis qui impliquent de multiples acteurs étatiques et non étatiques. Nos pays membres sont confrontés aux conséquences de l'instabilité qui règne en Afrique du Nord, au Sahel et en Afrique subsaharienne, ainsi que dans d'autres régions, et qui est le moteur de la migration et un terrain fertile pour l'extrémisme, la violence et le terrorisme

Le Pentagone a indiqué qu'à l'automne l'OTAN effectuera l'un des plus grands exercices jamais vus impliquant les pays d'Europe méridionale. L'exercice Trident Juncture 15 mobilisera 35.000 soldats de 33 pays, ainsi que du personnel d'organisations internationales et non gouvernementales.

(Article paru d’abord en anglais le 26 mai 2015)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: L’’OTAN lance le Trident, son plus grand exercice militaire depuis la fin de la guerre froide   Sam 20 Juin - 9:14

L’’OTAN  lance le Trident, son plus grand exercice militaire depuis la fin de la guerre froide 7duQuébec

Par Manlio Dinucci   Mondialisation.ca, 16 juin 2015   Url de l’article:
http://www.mondialisation.ca/lotan-lance-le-trident/5455951

il Manifesto a écrit:
Tous les commandements et les bases USA/Otan sont en pleine activité pour préparer le « Trident Juncture 2015 » (TJ15), « le plus grand exercice Otan depuis la fin de la guerre froide ». Il se déroulera en Italie, Espagne et Portugal du 28 septembre au 6 novembre, avec des unités terrestres, aériennes et navales et avec des forces spéciales de 33 pays (28 Otan plus 5 alliés) : plus de 35mille militaires, 200 avions, 50 navires de guerre. Y participeront aussi les industries militaires de 15 pays pour évaluer de quelles autres armes a besoin l’Otan.

Objectif de cet exercice « à haute visibilité et crédibilité » : tester la « Force de riposte » (30mille effectifs), surtout sa « Force de pointe » à très haute rapidité opérationnelle (5mille effectifs). Sur le flanc méridional, en partant surtout de l’Italie, l’Otan prépare d’'autres guerres en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Confirmé par l’'attaque effectuée en Libye, dimanche dernier, par des chasseurs étasuniens F-15E qui, ayant probablement décollé d’'Aviano (région Frioul, ndt), ont largué de nombreuses bombes officiellement pour tuer un présumé terroriste.

L’'aéronautique italienne se prépare à des actions similaires : pour vérifier « les capacités de ses rangs dans le cadre d’'une force à rapidité élevée d'’utilisation», elle utilisera dans le TJ15 l’'aéroport de Trapani (et pas celui de Decimomannu où la « sérénité » fait défaut à cause des manifestations contre les servitudes militaires), « pour des raisons éminemment logistiques, opérationnelles et de distances parcourables ainsi que pour l’'expérience déjà acquise et mûrie au cours d’'autres opérations conduites depuis la base » : c'’est-à-dire le bombardement de la Libye en 2011.

A Trapani-Birgi opèreront environ 80 avions et 5mille militaires, qui (malgré les déclarations rassurantes de l'’Aéronautique) mettront en danger la praticabilité et la sécurité des vols civils.  Un rôle central sera tenu dans l’'exercice par le Jfc Naples, commandement Otan (avec quartier général à Lago Patria, Naples) aux ordres de l’'amiral étasunien Ferguson, qui est aussi commandant des Forces navales étasuniennes en Europe et des Forces navales du Commandement Africa : en alternance annuelle avec Brunssum (Hollande), le Jfc Naples tient le rôle de commandement opérationnel de la « Force de riposte » Otan, dont le commandement général appartient au Commandant suprême allié en Europe (toujours un général étasunien nommé par le Président ). La projection de forces au sud va bien au-delà de l‘'Afrique du Nord : c'’est ce qu’explique le Commandant suprême en personne, le général Breedlove, en annonçant que « les membres de l’'Otan joueront un grand rôle en Afrique du Nord, Sahel et Afrique subsaharienne ».

Sur le flanc oriental, l’Otan continue à accroître sa pression militaire sur la Russie. Selon des informations fournies au New York Times (13 juin) par des fonctionnaires étasuniens et alliés, le Pentagone entend « prépositionner » des armements lourds (chars d’'assaut, cannons etc.), suffisants pour 5mille soldats, en Lituanie, Lettonie, Estonie, Pologne, Roumanie, Bulgarie et Hongrie. Et pendant que Washington fait savoir qu'’il n’exclut pas d'’installer en Europe des missiles nucléaires avec bases à terre, Kiev annonce que pourraient être installés en Ukraine des missiles intercepteurs USA/Otan, analogues à ceux qui sont en cours d’installation en Pologne et Roumanie. En ignorant que Moscou, comme il a déjà averti, prendra des contre-mesures puisque ces rampes de lancement peuvent être utilisées aussi pour lancer des missiles à têtes nucléaires.


C'’est dans ce scénario que s'’insère le « Trident Juncture 2015 », expression d’'une stratégie de guerre tous azimuts. Que confirme la participation du secrétaire général de l'’Otan Stoltenberg, la semaine dernière en Autriche, à huis clos du groupe Bilderberg[1] : celui que le magistrat Ferdinando Imposimato dénonce comme « un des responsables de la stratégie de la tension »[2].

Edition de mardi 16 juin de il manifesto

http://ilmanifesto.info/la-nato-lancia-il-tridente/

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

Ce contenu a été publié dans actualites-des-7 par actualites des 7 (R.Bibeau), et marqué avec états-unis, exercices, guerre, Militaire, mondialisation, Opération, OTAN, Trident, USA. Mettez-le en favori avec son permalien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Indonésie : la doctrine du « pivot maritime global » fait des vagues   Dim 28 Juin - 12:31

Indonésie : la doctrine du « pivot maritime global » fait des vagues 22 juin 2015 by AlterAsia

Evelyn Goh, professeur à l’Université Nationale d’Australie, analyse la doctrine du « pivot maritime global » et la modernisation militaire sous la présidence de Jokowi.
Evelyn Goh a écrit:

Port de Surabayaport

Contre toute attente, le président indonésien Joko Widodo, plus connu sous le nom de « Jokowi », que l’on avait annoncé davantage concentré sur les dossiers domestiques, a déjà laissé son empreinte sur les scènes régionale et internationale après seulement sept mois de mandat.

Dans le cadre de son nouveau concept présentant l’Indonésie comme un « pivot maritime global », son gouvernement s’est engagé à augmenter les dépenses militaires de défense et a demandé une assistance à différents partenaires internationaux pour moderniser son armée. La coopération économique et militaire a donc été renforcée avec les États-Unis, la Chine, le Japon et l’Inde.

À l’international, Jokowi et son ministre de la Défense ont annoncé leur détermination à combattre les extrémistes musulmans. Dans la région, il a adopté une approche plus ferme dans le domaine de la sécurité maritime – symbolisée par l’ordre de couler trois navires de pêches vietnamiens pour lutter contre la pêche illégale dans les eaux indonésiennes – et a lancé une nouvelle flotte nationale de garde-côtes.

Jokowi semble adopter une approche internationaliste pour développer les partenariats de son pays et consolider sa nouvelle doctrine maritime. Cette stratégie s’ancre dans le cadre d’une politique étrangère globale, dans la continuité de celle de son prédécesseur Susilo Bambang Yudhoyono (SBY).

L’activisme de la politique étrangère de SBY venait de son style personnel et d’une stabilité politique nationale, particulièrement durant son second mandat. Jokowi possède une personnalité très différente et doit faire face à une situation politique interne plus incertaine et à des défis économiques plus importants. Cependant les conseillers en politique étrangère de Jokowi sont des internationalistes qui aspirent à une Indonésie davantage globalisée dans sa politique.

Le signe le plus clair est la doctrine stratégique de Jokowi qui voit l’Indonésie comme un poros maritim dunia – pivot maritime global. Rizal Sukma, conseiller clé de Jokowi en politique étrangère, décrit l’idéal de transformation de son pays en « un point d’appui entre les deux… océans stratégiques » – les océans Pacifique et Indien – comme « le lieu où les tensions de ces deux mers s’apaisent ».

La rhétorique mise de côté, ce concept stratégique inédit est un cri de ralliement pour renforcer plusieurs priorités de sécurité nationale, pour poursuivre des réformes et des investissements nécessaires dans le domaine de la défense et pour conforter une zone stratégique en expansion.
L’idée du « pivot maritime global » aide Jokowi à faire avancer certains projets nationaux en reliant les îles stratégiques de ce vaste archipel, particulièrement en améliorant les infrastructures portuaires. Connecter ces îles permettra une meilleure intégration à l’économie nationale et contribuera à répondre aux tensions locales, particulièrement dans les zones isolées comme les îles Maluku.

Par-dessus tout, l’amélioration des infrastructures maritimes de l’archipel devrait accroître la capacité de l’Indonésie à maîtriser le commerce international et à réduire les coûts du commerce domestique, encore prohibitifs. Cela devrait également augmenter les contrôles effectués sur les ressources maritimes comme la pêche.

Avec ce pivot, Jokowi propose également une vision stratégique pour renforcer le soutien national et international au développement de la défense du pays. Le but ici n’est pas tant de transformer l’Indonésie en une grande puissance maritime que de permettre à la Marine et l’aviation d’être suffisamment équipées pour avoir une capacité minimale d’action face aux menaces maritimes domestiques et régionales, et à protéger le patrimoine, les territoires et les SLO (les lignes de communication maritimes). Ce dernier objectif est devenu une priorité face aux agissements de la Chine en mer de Chine méridionale et des tensions maritimes permanentes avec ses voisins qui en découlent depuis 2010.

La doctrine de « pivot maritime global » entraine une attention croissante portée à l’océan Indien dans la réflexion stratégique indonésienne. En 2012, SBY et son ministre des Affaires étrangères Marty Natalegawa mettaient en avant l’importance de stabiliser cette région de l’océan Indien bordée par l’Australie, le Japon et l’Inde.

Leur idée faisait échos à « l’arc stratégique Indopacifique » mentionné dans le Livre blanc de la Défense australienne en 2013 qui soulignait également la position stratégique de l’Indonésie entre les deux océans. En développant sa propre politique stratégique sur l’arc stratégique Indopacifique, l’Australie devrait attentivement observer les développements politiques et stratégiques indonésiens pour savoir si oui ou non ceux-ci pourraient aider les plans australiens.

Ceci est particulièrement important car le pivot maritime voulu par Jokowi est plus large, suggérant des sous-entendus de développement et de civilisation au-delà de l’accent mis sur les puissances régionales. Dans ce sens, le concept de Jokowi ressemble à l’idée chinoise d’une « route de la soie maritime du XXIè siècle » qui a pris de l’ampleur depuis cinq ans.

Evelyn Goh est professeur à l’Université Nationale d’Australie, à l’École Coral Bell des Relations Asie-Pacifique. Elle enseigne l’étude des politiques stratégies. Cet article provient d’un article déjà publié par l’Université Nationale d’Australie (Strategic and Defence Studies Centre’s Centre of Gravity series, ‘A strategy towards Indonesia).

Traduction : François Vezier
Source (Evelyn Goh/New Mandala): Making Waves
Photo : Port de Surabaya. Credit : Portography/Flickr
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Otan, FMI, tensions, divisions, Grexit… Horizon 2020 : le retour des guerres européennes ?   Lun 29 Juin - 17:38

Otan, FMI, tensions, divisions, Grexit… Horizon 2020 : le retour des guerres européennes ?

GEAB a écrit:
Devant la combinaison de certains indicateurs plutôt inquiétants ces derniers mois, nous en sommes venus à nous poser la question de la probabilité d’un retour des guerres européennes à l’horizon 2020.



communiqué 1

En effet, ce n’est pas parce que notre équipe continue à voir les pistes de sortie de crise se mettre en place qu’elle ne garde pas sa vigilance sur les obstacles qui demeurent sur la route. Des obstacles qui nous semblent de deux natures essentiellement :

. d’une part, les efforts des maîtres du « monde d’avant » pour garder la main, conflits anachroniques et ancrés dans le passé, générés par des puissances de plus en plus isolées, mais aussi de plus en plus agressives, au nombre desquelles on trouve surtout l’appareil militaire US, mais pas seulement ;

. d’autre part, les étincelles, « naturelles » celles-ci, susceptibles de naître des immenses frottements entre plaques tectoniques, image évoquant le mieux les rééquilibrages géopolitiques en cours.

Sommaire de ce numéro :
1.Perspectives : Otan, FMI, tensions, divisions, Grexit… Horizon 2020 : le retour des guerres européennes ?
2.Telescope : 2015-2020 : Le grand isolement de l’« Amérique dure »
3.Focus : Crise grecque : la tentation d’écarter le FMI

Notre équipe a choisi de rendre publique la partie Focus, intitulée : « Crise grecque : la tentation d’écarter le FMI »

Crise grecque : la tentation d’écarter le FMI

À en croire nos médias, il semblerait que le monde entier soit suspendu à l’accord grec recherché par l’UE, la BCE et le FMI. Entre rebondissements et enlisement, la tension monte et désormais le défaut de paiement de la Grèce n’est pas exclu[1]. Cataclysme ou opportunité ?

La Grèce restera dans la zone euro

Nous l’avons toujours dit et nous le maintenons : la Grèce restera dans la zone euro. Il est étrange que, jusqu’à très récemment, tous les médias associaient défaut de paiement et grexit. Ce temps est révolu : les deux problématiques sont désormais bien séparées, comme il se doit, et c’est un signe que la Grèce gardera la monnaie unique. Qu’elle fasse défaut, en revanche, est une possibilité. Et si tel est le cas, ce sera un défaut voulu, organisé, et même concerté entre Européens. Le cas grec n’est pas sous le microscope mondial depuis six ans pour que l’issue de la crise se produise de manière inattendue.

On assiste d’ailleurs à une reprise en main politique de la zone euro, avec Merkel et Hollande qui veulent un « renforcement de la zone euro »[2], avec Juncker qui insuffle une énergie politique nouvelle, et avec Sigmar Gabriel (vice-chancelier allemand) et Emmanuel Macron (ministre de l’Économie français) qui demandent une « intégration radicale » de l’Eurozone[3]. Tout cela n’est évidemment pas très compatible avec une sortie désordonnée de la Grèce de la zone euro. Juncker et Tsípras, qui bataillent depuis des mois pour obtenir un accord, n’envisagent pas plus l’un que l’autre de grexit. Un grexit qui n’est qu’un fantasme des marchés financiers et des médias.

Le FMI : une épine dans le pied européen

Certes, ce grexit aura été recherché, sciemment ou non, par quelques acteurs de la partie de poker qui se joue actuellement, et en particulier l’acteur washingtonien. Chacun connaît les positions historiques du FMI en matière de gestion d’endettement souverain. L’affaire grecque ne fait pas exception : des trois membres de la troïka, le FMI est de loin le plus idéologiquement exigeant dans ses demandes envers la Grèce[4].

Si la tragédie grecque dure depuis si longtemps, ce n’est pas la taille du problème qui est en question. Il a certes fallu injecter environ 240 milliards d’euros dans l’économie grecque – ou plutôt dans les banques et le système financier grec afin que celui-ci ne s’effondre pas (ce qui aurait risqué d’entraîner tout le système européen). Un tel montant ne représente que le quart du QE de la BCE, par exemple, ou une petite partie des plans de relance européens et du soutien aux banques.

Non, si la tragédie grecque dure depuis si longtemps, c’est qu’il y a une autre raison. Les Allemands qui ne voudraient pas payer ? Ils sont loin d’être les seuls à payer (ils représentent seulement 22 % des fonds prêtés) et ils l’ont toujours fait jusqu’à présent, finalement sans trop rechigner. La raison est plutôt à aller chercher du côté du FMI et de ses exigences démesurées et bien trop néolibérales pour le continent européen. Un « allié » imposé par Washington en 2010, mais qui représente moins de 20 % des aides (et dont plus de la moitié a maintenant été remboursée). Un allié encombrant dont l’Europe voudrait bien se débarrasser pour gérer son problème seule, sans ingérence des États-Unis. D’autant qu’elle s’est enfin créé les moyens de le résoudre, ce problème, grâce notamment au FESF (Fonds européen de stabilité financière), puis à son successeur, le MES (Mécanisme européen de stabilité).

communique 2


Figure 1 – Répartition de la dette grecque (320 milliards d’euros). Source : La Croix.

L’occasion rêvée de se débarrasser du FMI

Le dénouement du problème grec est donc intimement lié à la résolution du problème FMI. Un problème qui ne vaut « plus que » 21 milliards d’euros.

communique 3


Figure 10 – Sommes dues par Athènes à ses créanciers et échéancier des remboursements.
Source : WSJ.

De nombreuses sources doutent que la Grèce dispose de la somme exigée par le FMI au 30 juin (1,6 milliard d’euros), et le ministre de l’Intérieur a lui-même exclu un remboursement du FMI sans aide extérieure[5].

À en croire le ministre de l’Économie, Yánis Varoufákis[6] (qui regrette la méthode employée et aurait aimé négocier directement avec les États-membres européens), la troïka n’a en fait jamais vraiment négocié et s’est contentée d’imposer ses desiderata. Une façon de jouer au poker en pariant que la Grèce craquerait ? Peut-être. Mais surtout une gestion technocratique d’une crise grecque aux implications éminemment politiques… et un jeu très risqué, car les messages envoyés par le gouvernement grec aux peuples européens (que ce soit les tribunes de Tsípras ou les interviews de Varoufákis dans les journaux européens) sont limpides et finissent par porter leurs fruits : qui ne comprend pas qu’ils ont raison[7] et qu’ils ont par ailleurs mis une extraordinaire bonne volonté à poursuivre les négociations sans utiliser leur argument décisif, à savoir le défaut et la sortie de la zone euro ?

C’est l’idée que nous défendons depuis plusieurs mois déjà qu’il y a accord tacite entre la Grèce et l’Eurogroupe, où le gouvernement Tsípras est envoyé au combat contre le FMI et ses exigences démesurées.

Les dirigeants européens auront-ils le courage d’assumer un défaut de paiement pur et simple de la Grèce ? Vraisemblablement pas, car les conséquences sont assez imprévisibles[8]. Mais une autre solution naturelle existe, comme Varoufákis le mentionne : que le MES (qui a été créé pour cela) avance l’argent que la Grèce doit au FMI[9]. Pas de défaut de paiement, solidarité européenne et évincement du FMI (puisque celui-ci serait intégralement remboursé) : il y a beaucoup d’avantages à cette solution. Même le FMI y trouverait son compte, car il comprend bien que tout le monde est maintenant dans le même bateau et qu’il vaut mieux être remboursé par l’Europe que de continuer à mettre de l’huile sur le feu et risquer une explosion du système financier dans son ensemble. Et puis, imaginons un instant le signal qu’enverrait un refus de remboursement de la Grèce au FMI en direction de tous les débiteurs de cette institution. Le FMI envisage-t-il vraiment d’aller jusqu’au bout de la logique ? Ou tout cela n’est-il, comme nous le supposons depuis des mois, qu’une mise en scène entre des acteurs qui ont tous intérêt au changement et ont pour cela besoin d’une situation de tension extrême pour justifier leur mouvement ?

La solution de Varoufákis est indéniablement le bon compromis. Mais si vraiment elle ne peut pas être appliquée, il en existe une autre, plus violente et imprévisible, mais au même potentiel de dénouement de crise.

Défaut de paiement en zone euro : rêve ou cauchemar ?

En effet, au point où en sont les négociations, l’alternative maintenant la plus crédible est plus violente : laisser la Grèce faire défaut partiel. A priori, il faudrait pour cela un courage politique bien plus grand que ce dont nos dirigeants sont capables – à moins que les atermoiements européens ne poussent Tsípras à bout (il ne faut pas oublier qu’il a là une carte majeure en main). Cette option n’est donc guère probable d’après notre équipe. Cela dit, elle aurait des conséquences intéressantes et de moins en moins taboues.

Elle obligerait en effet à remettre à plat les dettes de la zone euro (et peut-être même mondiales). Car pourquoi soulager la Grèce d’une partie de ses dettes, quand l’Espagne, l’Italie, le Portugal ou la France, par exemple, luttent eux aussi avec leur endettement ? Cela aurait le mérite de lancer une réflexion sur le sujet[10], avec la possibilité d’effacer purement et simplement une partie de la dette publique[11].

Les dettes privées ont été transformées en dettes souveraines qui écrasent les États, et pas seulement la Grèce, désormais incapables de la moindre action de relance économique. Un assainissement forcé via un défaut partiel et réfléchi aurait certes des conséquences désagréables pour quelques établissements financiers parasites, mais ce serait enfin un moyen d’apurer le système – cet apurement qui est la clé pour sortir de la crise systémique globale.

La tentation doit donc être forte d’organiser le non-remboursement de certains créditeurs ou du FMI et d’enclencher un processus d’annulation de la dette, surtout dans un contexte de remontée des taux d’intérêt sur le point de réduire à néant tous les efforts d’austérité menés par les pays endettés.

La grande négociation autour du cas emblématique grec est sans doute avant tout et surtout un grand temps de réflexion et de préparation à l’application d’une solution définitive qui pourrait, après tout pourquoi pas, consister à pousser les Grecs à déclencher la grande bombe de l’annulation des dettes qui écrasent la planète.

Mais notre pronostic va tout de même au choix de solution « raisonnable » de transfert de dette sur l’Eurozone marquant la reprise d’indépendance financière du continent européen…. Pour lire plus, inscrivez-vous au GEAB

——————————————-

Notes:

[1] Source : Le Monde, 13/06/2015.

[2] Source : Reuters, 26/05/2015.

[3] Source : Guardian, 03/06/2015.

[4] « Le FMI toujours sur une ligne très dure » ; « Le FMI plus exigeant que la Commission »… Source : Le Monde, 27/05/2015.

[5] Source : RT, 25/05/2015.

[6] Il faut lire cette interview très claire : Tagesspiegel, 09/06/2015.

[7] Un exemple récent en date concerne cette remarque de Varoufákis plaidant non coupable dans l’incapacité pour le gouvernement de traiter la question de l’évasion fiscale compte tenu du fait que le système judiciaire du pays est à l’arrêt faute d’argent (voir lien précédent). Que répondre à cela ?

[8] Les enjeux sont bien résumés ici : Bloomberg, 25/05/2015.

[9] Autre solution : que le QE de la BCE profite enfin à la Grèce…

[10] Que certains ont d’ailleurs déjà commencée : 60 % de la dette publique française serait « illégitime ». De là à l’effacer, il n’y a qu’un pas. Source : Guardian, 09/06/2014.

[11] Au minimum, effacer la dette détenue par d’autres États européens ne peut pas faire de mal, mais les montants ne sont pas très élevés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Invité
Invité



MessageSujet: Le Maroc demande l’aide de l’Otan pour faire face au terrorisme   Jeu 2 Juil - 20:39

Document confidentiel – Le Maroc demande l’aide de l’Otan pour faire face au terrorisme Regard sur l'Afrique 2 juillet 2015


Citation :
C’est officiel, le Maroc a demandé l’assistance de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (Otan) pour faire face à la menace terroriste liée à la situation chaotique en Libye. Une correspondance datée du 6 août 2014 divulguée par le hacker marocain Chris Coleman le révèle.

Le Maroc ne se suffit pas de l’opération «Active Endeavour» à laquelle il participe – au motif qu’elle n’a pas de composante aérienne – et préfère mettre en œuvre l’accord de sécurité qui lie le royaume au pacte militaire atlantiste pour la possibilité qu’il offre d’utiliser les avions de détection AWACS pour des missions de surveillance et d’écoute. Cette assistance n’ira pas jusqu’au contrôle de la police marocaine par les services de l’Otan ni à la surveillance aérienne interne.

Le Maroc craint qu’en poussant cette assistance trop loin, elle entraîne des réactions négatives au sein de la population. Selon cette correspondance, la demande marocaine était, à cette date, encore à l’étude au niveau des services de l’Otan à Bruxelles. Il y a lieu de s’interroger si la délégation de la Chambre marocaine des conseillers qui a effectué une visite de travail de deux jours, les 18 et 19 juin derniers, au siège central de l’Otan, à Bruxelles, n’était pas chargée d’une mission en relation avec cette demande d’assistance formulée par le Maroc ? Il n’est pas exclu que la visite des parlementaires marocains qui fait suite à une invitation de l’Assemblée parlementaire de l’Otan ait été mise à profit sur cette question.

En fait, il semble bien que la demande marocaine corresponde au rôle que l’Otan veut faire jouer au Maroc dans sa stratégie d’ensemble. Dans les milieux de l’Otan, le souhait a été exprimé, en effet, de faire contribuer le renseignement marocain dans la lutte contre Daech qui a opéré un fort recrutement dans le royaume. La coopération militaire entre le Maroc et l’Otan est considérée comme étant l’une des plus stratégiques. Le Maroc qui est classé «allié majeur non-Otan» des Etats-Unis participe activement aux activités militaires de l’organisation atlantiste. Les manœuvres militaires conjointes entre les Forces armées royales et l’armée américaine alternent avec les manœuvres navales de l’Otan avec la Marine royale.

Ces dernières sont connues sous le nom «Active Endeavor» (Préoccupation commune) et ont pour but de se préparer à faire face à des attaques terroristes en Méditerranée. Preuve supplémentaire de l’implication du Maroc au sein du pacte atlantiste : cet automne 2015, le royaume prendra part à la plus grande manœuvre militaire depuis la création de l’Otan. L’exercice appelé «Trident Juncture» est inscrit dans une démarche d’interconnexion des forces pour les préparer à des missions conjointes. L’enlisement du Maroc au sein de l’Otan contraste avec la prudence observée par la Tunisie dans sa coopération militaire avec cette organisation et avec les Etats-Unis qui la dirigent.

Récemment, dans une interview accordée à l’Agence Tunis Afrique presse, Khemaies Jhinaoui, conseiller diplomatique du président tunisien Béji Caïd Essebsi, avait annoncé que la Tunisie n’avait pas l’intention d’adhérer à l’Otan comme le laissait penser l’information sur le statut d’allié majeur non membre de l’Otan que lui ont accordé les Etats-Unis au même titre que d’autres pays comme l’Egypte, la Jordanie, le Maroc, Bahreïn et le Koweït. Il a tenu à démentir l’information selon laquelle la Tunisie aurait autorisé la construction d’une base militaire américaine sur son territoire. Ces propos rassurants étaient destinés à l’Algérie – dirigeants et opinion publique –, un pays jaloux de sa souveraineté chèrement reconquise.
Houari Achouri

Lire le document

http://www.algeriepatriotique.com/article/document-confidentiel-le-maroc-demande-l-aide-de-l-otan-pour-faire-face-au-terrorisme


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Troisième Guerre Mondiale : Poutine aux Élites Occidentales : Votre heure a sonné   Jeu 2 Juil - 21:20

Troisième Guerre Mondiale : Poutine aux Élites Occidentales : Votre heure a sonné (Vidéo) Par N. Morgan,

N. Morgan a écrit:
Dans l’un des mouvements récents de Vladimir Poutine, il a émis son alerte finale : Les élites, votre heure a sonné.

Comme nous le savons, Poutine a beaucoup exprimé = son dédain à l’égard des élites puissantes et est désormais paré pour la guerre.

Poutine veut que la Russie obtienne le respect que ce pays mérite.

Lisez le discours très méticuleusement, Poutine ne bluffe pas.

Il a exposé la doctrine russe avec tact et plusieurs mises en garde. Il prépare une guerre contre l’OTAN, l’Europe et l’Amérique.

Il perçoit Obama et les Européens pour ce qu’ils sont et comment les banquiers cherchent à prendre le contrôle.

Le problème est, « qui est le bon côté » dans tout cela? Certainement pas Obama ni les européens et Poutine soutient tellement de « mauvais types » comme l’Iran avec ses bombes nucléaires.

Il n’y a désormais plus de « bon côté » du tout, tandis que l’Amérique est de plus en plus corrompue et en pleine banqueroute morale à cause d’Obama et tous les libéraux. C’est comme si le monde entier était sous le contrôle du malin.


Poutine a écrit:
Voici les points principaux de son discours :

– La Russie n’a pas pour ambitions de réformer le monde selon sa propre image, tout comme elle ne permettra pas aux autres de reformater son image pour que ça leur convienne.

La Russie ne s’isolera pas du reste du monde, mais quiconque essayera de l’isoler du reste du monde se fera happer par un tourbillon de conséquences.

– La Russie n’est pour que le chaos se répande, et ne veut pas de la guerre, et elle n’a pas l’intention d’en démarrer une.

Cependant, de nos jours la Russie voit le déclenchement d’une guerre mondiale comme étant presque inévitable et est préparée pour elle et continuera de se préparer pour elle. La Russie ne veut pas de la guerre, tout comme elle n’en a pas peur.

– La Russie ne cherche pas à avoir un rôle actif pour empêcher ceux qui souhaitent accomplir un Nouvel Ordre Mondial, à moins que leurs efforts ne contrecarrent les intérêts russes clefs.

La Russie préférerait rester de côté et les observer bourrer le crâne de tous ces pauvres citoyens qui ne comprennent rien à la situation.

Mais ceux qui arrivent à emporter la Russie dans ce processus, en se moquant de sa souveraineté et ses intérêts nationaux, comprendront ce que le mot ‘douleur’ signifie.

Notre monde est sur le point de voir la troisième guerre mondiale éclater.

Poutine poursuivra-t-il ce stratagème si les autres parties continuent de l’ignorer?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: une "TROISIÈME GUERRE MONDIALE" ?   Ven 3 Juil - 13:59


repentir du 3 férvier 2015 sur 'cartons d'invitation' peintures 1989
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Hillary Clinton « Si je suis élue Présidente, nous attaquerons l’Iran »   Jeu 9 Juil - 13:29

l’aspirante présidente des États-Unis, Hillary Clinton « Si je suis élue Présidente, nous attaquerons l’Iran »


IRIB a écrit:
IRIB- Vendredi, l’aspirante présidente des États-Unis, Hillary Clinton, s’est adressée à une audience, triée sur le volet, au Dartmouth College, au cours d’un évènement programmé de sa campagne électorale. Elle a menti, en appelant l’Iran «une menace à l’existence d’Israël…

J’espère que nous serons capables de sceller un accord, la semaine prochaine, et de mettre un couvercle sur son programme nucléaire». «Même si un tel accord se produit, nous aurons, toujours, des problèmes majeurs avec l’Iran. Ils sont les sponsors en chef du terrorisme mondial. Ils utilisent des proxy, comme le Hezbollah, pour semer la discorde et créer des insurrections, qui déstabilisent les gouvernements.

Ils prennent, aussi, de plus en plus le contrôle d’un nombre de nations, dans la région, et ils posent une menace existentielle, pour Israël. Nous… avons tourné notre attention vers le travail avec nos partenaires, pour essayer d’endiguer et de prévenir l’agressivité continuelle de l’Iran».
Fait : Les services de renseignement américain et israélien ont tous deux dit que le programme nucléaire de l’Iran n’avait aucun composant militaire.

Aucune preuve ne vient suggérer que Téhéran veut même en avoir un. Beaucoup de preuves indiquent le contraire. En tant qu’aspirante à la présidence, en 2008, Clinton avait dit, à la convention annuelle de l’AIPAC, (NdT : le puissant lobby israélo-sioniste, aux États-Unis) : «Les États-Unis se tiennent aux côtés d’Israël, aujourd’hui, et pour toujours. Nous avons des intérêts communs… des idées communes… des valeurs communes. J’ai une volonté de fer, pour maintenir la sécurité d’Israël. Nos deux nations luttent contre une menace commune, contre la menace de l’extrémisme islamique.

Je soutiens, fermement, Israël et son droit à l’auto-défense, et je pense que l’Amérique devrait aider cette défense. Je suis impliquée à assurer qu’Israël maintienne un avantage militaire, pour faire face à ces menaces. Je suis, profondément, concernée par la menace croissante que représente Gaza et la campagne de terreur, menée par le Hamas».
Une telle campagne n’existe simplement pas. Les seules menaces auxquelles doit faire face Israël sont celles qu’il invente.

Clinton a répété de vieux mensonges fatigués, disant que la charte du Hamas «appelle à la destruction d’Israël. L’Iran menace de détruire Israël». «Je suis en faveur d’étiqueter la Garde Révolutionnaire Iranienne, (NdT : Gardiens de la Révolution/Pasdarans), pour ce qu’elle est : une organisation terroriste. Il est impératif que nous devenions, à la fois, dur et intelligent, pour gérer l’Iran, avant qu’il ne soit trop tard».

Elle soutient une «réplique massive», si l’Iran attaque Israël, disant à cette époque : «Je veux que les Iraniens sachent que moi, présidente, nous attaquerons l’Iran. Dans les 10 prochaines années, pendant lesquelles ils pourraient, stupidement, considérer lancer une attaque contre Israël, nous serons capables de, totalement, les oblitérer».

Elle approuve l’utilisation de cluster bombs, d’agents toxiques et d’armes nucléaires, dans les théâtres de guerre, menées par les USA. Elle appelle ces armes de la dissuasion qui «maintiennent la paix». Elle fut une des seuls six sénateurs démocrates opposés au blocage du déploiement des systèmes de missiles non testés, des armes de première frappe, entièrement, offensives.

Traduction : Résistance 71

http://french.irib.ir/info/international/item/375001-%C2%AB-si-je-suis-%C3%A9lue-pr%C3%A9sidente,-nous-attaquerons-l%E2%80%99iran-%C2%BB


Dernière édition par Patlotch le Jeu 9 Juil - 13:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Vers des armes nucléaires chinoises à Cuba ?   Jeu 9 Juil - 13:34

Vers des armes nucléaires chinoises à Cuba ?


Sputnik a écrit:
Les curieux articles de certains médias chinois du web évoquant hypothétiquement le déploiement de l’arme nucléaire à Cuba a suscité une vive réaction sur plusieurs forums taïwanais et américains.

Évidemment, l’éventualité que la Chine se décide à commettre un tel acte semble si irréaliste, compte tenu des particularités de la politique étrangère chinoise actuelle, qu’il paraît même étrange d’en parler. Cependant, à terme, la situation pourrait changer, pense Vassili Kachine, expert du Centre d’analyse stratégique et technologique.

Une nouvelle crise des missiles de Cuba est possible dans 10-15 ans, quand le climat politique changera et que les différends entre la Chine et les USA seront si profonds que leur dissuasion nucléaire réciproque sera le thème central de la politique mondiale, comme c’était le cas pendant la Guerre froide.

A présent, la Chine est une économie croissante qui connaît une expansion commerciale et économique active. En Amérique latine, il existe aujourd’hui des gouvernements qui bâtissent des relations avec la Chine et la Russie et s’opposent à la pression des USA. Ces derniers parlent constamment d’un déploiement d’armes et de troupes supplémentaires dans les pays d’Asie orientale autour de la Chine.

Les spécialistes américains écrivent des articles sur la possibilité d’utiliser ces forces pour mettre en place un blocus maritime destructeur de la Chine. Dans d’autres publications, on étudie les options consistant à déployer sur les îles de la « première chaîne » l’armée de terre américaine, ainsi que des missiles sol-air et sol-sol.

Et qu’arriverait-il si la Chine décidait de réagir symétriquement? Cela n’a aucun sens aujourd’hui. L’arsenal nucléaire chinois est trop réduit et compte environ 250 ogives déployées. En temps de paix, la Chine cherche à conserver le peu d’armement nucléaire dont elle dispose dans des souterrains protégés au fin fond de son territoire – cela offre une certaine chance de survivre à la première frappe.

Mais à terme, le nombre d’ogives chinoises déployées augmentera. Comme en témoignent l’apparition en Chine des premiers missiles intercontinentaux avec des ogives séparables, l’entrée en service de nouveaux sous-marins nucléaires et le développement continu de nouveaux types de missiles balistiques.

Ainsi, la création de bases chinoises sous le nez des USA pourrait avoir un sens. Parce que contrairement aux USA, la Chine dispose d’une puissante production de missiles à moyenne portée de deux familles (DF-21 et DF-26) de plus de 1700 et à partir de 3000 km. De plus, la Chine fabrique des missiles DF-16 d’une portée minimale de 1000 km et des missiles de croisière terrestres.

La Chine n’a aucun engagement en termes de limitation de production et de déploiement de tels systèmes d’armement. Cette production a été mise au point et fonctionne de manière pérenne. Si, à l’appel de certains politiciens américains, les USA quittaient le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire avec la Russie et commençaient à élaborer les mêmes missiles, leur conception et les essais prendraient des années, et même après cela, ils seraient bien plus chers que leurs analogues chinois.

Est-ce que les USA peuvent réagir dans le futur à de tels actes de la même manière que pendant la crise des missiles de Cuba de 1962? Avant tout, il faut se souvenir de toutes les circonstances de la crise des missiles de Cuba: en réalité, c’était tout sauf une victoire stratégique des USA (même si on pouvait le considérer comme un succès personnel du président Kennedy dans le renforcement de son image).

La situation stratégique de l’URSS et du camp communiste après la crise des missiles de Cuba, malgré les mythes répandus, était meilleure qu’au début de l’opération soviétique Anadyr de déploiement de missiles à Cuba. Dans le cadre d’une transaction secrète conclue pour régler la crise, en échange du retrait des missiles soviétiques de Cuba, les USA ont retiré plus de 100 missiles Jupiter de Turquie et d’Italie.

Des missiles qui représentaient une véritable menace pour Moscou. En outre, même après la crise des missiles de Cuba, une brigade de l’armée de terre soviétique est restée sur l’île. La question d’une éventuelle invasion américaine sur Cuba n’a plus jamais été évoquée. De cette manière, Moscou s’est retiré de Cuba en échange de concessions des USA, et mêmes certains militaires américains, notamment le général Curtis Le May, voyaient cela comme une « défaite ». Pourrait-on vivre une histoire similaire, dans le futur cette fois, entre les USA et la Chine? Dans certaines circonstances, c’est tout à fait possible.

http://fr.sputniknews.com/analyse/20150706/1016870276.html
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Plongée dans la guerre civile mondiale, Tomasz Konicz   Sam 11 Juil - 15:23

Plongée dans la guerre civile mondiale Tomasz Konicz

Clément Homs a écrit:
  Ci-dessous, la traduction par Stéphane Besson d'un article de 2014 de Thomasz Konicz, un proche collaborateur de la revue allemande Exit !, fondée en 2004 par Robert Kurz, Roswitha Scholz, Claus Peter Ortlieb et leurs compagnons.

  Cet article fait écho à la théorie « wertkritisch » de la crise du capitalisme [1] (une crise qui se phénoménalise spatialement entre des ilôts capitalistes de relative prospérité grâce à la perfusion provisoire du capital fictif, et des périphéries effondrées devenues inutiles car non rentables pour le capital. Guerres civiles, épidémies, trafics, barbarisation, etc., y prennent place suite à l'échec de l'idéologie de la modernisation de rattrapage) et aux thèses formulées par R. Kurz dans son livre Guerre d'ordre mondial. La Fin de la souveraineté et les transformations de l'impérialisme à l'époque de la mondialisation paru en 2003 (non-traduit en français).

  Afin d'interpréter ce qu'il se passe dans la périphérie des centres capitalistes (notamment européen), en Afrique du Nord (et subsaharienne) et au Moyen-Orient et le type historiquement spécifique d'intervention militaire des centres capitalistes dans ces régions effondrées (missions Sangaris, Serval et maintenant l'alliance contre l'Etat Islamique en Irak/Syrie), on trouvera une présentation des analyses contenues dans ce livre dans l'article de Robert Kurz, « Impérialisme de crise. Six thèses sur la nature des nouvelles guerres d'ordre mondial » (publié sous une traduction différente dans le revueil Avis aux naufragés, Lignes, 2005). Pour une critique de l'idéologie de légitimation qui accompagne l'impérialisme de crise, on peut aussi renvoyer en français au texte « Les paradoxes des droits de l'homme » (Kurz, 2003). Moishe Postone dans Critique du fétiche capital (PUF, 2013), fait également une utile présentation du contexte d'effondrement de l'accumulation capitaliste dans ces périphéries au travers du Rapport de 2002 de l'ONU sur « le développement humain dans les pays arabes » (pp. 35-38). Pour une autre illustration concrète, nous renvoyons à l'article prémonitoire de Gerd Bedszent (collaborateur d'Exit !), C'en est fini de la Libye (2012).

Notes :

[1] Pour une présentation exhaustive de la théorie « wertkritisch » de la crise interne au capitalisme (version Krisis et non version Exit !), nous renvoyons à l'ouvrage de Ernst Lohoff et Norbert Trenkle, La Grande dévalorisation. Pourquoi la spéculation et la dette de l'Etat ne sont pas les causes de la crise (Post-éditions, 2014).

Plongée dans la guerre civile mondiale Tomasz Konicz

la carte (rajoutée par Clément Homs ? car elle n'est pas dans l'article original...), est plus que schématique, et peu compatible avec le contenu du texte. Sa modélisation à l'ancienne entre Nord, Sud et périphéries plus que discutable dans le zonage actuel du monde, les frontières qui sont internes et externes pour les migrants, des quartiers entiers des périphéries urbaines du Nord ayant peu à envier, si ce n'est de n'être pas (encore) des bidonvilles. Par ailleurs, le capitalisme ne fonctionne plus seulement sur des ères géographiques par pays et régions, mais aussi dans la concurrence des grands groupes à capitaux transnationaux. Cela étant, l'article en lui-même au-delà de la modélisation Wallerstein elle-même teintée d'occidentalisme, n'est pas inintéressant

Tomasz Konicz a écrit:
L’année 2013 détient un triste record : depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, on n’avait jamais vu un aussi vaste exode d’hommes, de femmes et d’enfants brutalement chassés de chez eux – telle est l’accablante conclusion d’un rapport publié à l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés par le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Chaque jour de l’an dernier, 32.200 personnes en moyenne ont dû fuir leur lieu de résidence pour cause de « conflits ou persécutions ». En 2012 ils étaient 23.400 ; en 2011, « seulement » 14.200.

  Officiellement l’ONU dénombre un total de 51,2 millions de réfugiés fuyant les guerres, les guerres civiles et les campagnes terroristes à motivation ethnique ou religieuse. Par rapport à 2012, six millions de malheureux sont encore venus grossir cette armée de réfugiés composée pour plus de la moitié de mineurs. La plupart sont des « réfugiés de l’intérieur » ou « déplacés internes », autrement dit des gens qui ont trouvé refuge dans leur propre pays ; selon le HCR ils sont environ 33,3 millions à avoir ainsi été chassés par la guerre civile qui fait rage ailleurs dans un État bien souvent en voie de désintégration. 16,7 millions d’autres, en revanche, ont été contraints de s’exiler de leur pays natal. Et il faut y ajouter 1,2 million de demandeurs d’asile recensés par le HCR dans le monde.

  Par suite de la désintégration progressive des structures étatiques qui est en cours à la périphérie et à la semi-périphérie du système-monde capitaliste, dix millions de réfugiés se retrouvent aujourd’hui « apatrides ». Les pays d’origine de cette marée montante d’hommes et de femmes déracinés, ce sont essentiellement les États « en déliquescence » des Proche et Moyen Orients et d’Afrique : sur l’ensemble des exilés, 53% viennent d’Afghanistan, de Syrie ou de Somalie. Les processus de désintégration étatique qui ébranlent le monde arabe n’épargnent pas non plus les pays d’accueil provisoires vers lesquels se dirigent ces masses de réfugiés : en 2013 la plupart d’entre eux végétaient au Pakistan (1,6 million), en Iran (857.000), au Liban (856.000), en Jordanie (641.000) et en Turquie (609.000). Au Liban, où l’on note de la part des autochtones une recrudescence des incursions violentes dans les camps de réfugiés syriens, un habitant sur cinq est aujourd’hui un réfugié. Selon le HCR, en l’espace d’un an les flux de réfugiés au Moyen Orient et en Afrique du Nord se sont accrus globalement de 64%.

  S’agissant de l’Afrique Subsaharienne, ce sont la désintégration de la République Centrafricaine et les accrochages répétés sur le territoire post-étatique de l’ex-République « démocratique » du Congo qui ont suscité les plus importants mouvements de fuite. En Centrafrique, quelque 800.000 déplacés internes ont dû fuir les combats et les massacres réciproques entre milices chrétiennes et musulmanes, tandis que 88.000 autres Centrafricains se réfugiaient dans les pays voisins. En RDC, une nouvelle poussée de violence dans la guerre civile qui fait rage depuis des décennies a provoqué au sein du pays le déplacement de près d’un million de personnes. En outre, le HCR signale de grands mouvements de population fuyant le Mali, le Sud-Soudan ou les vestiges de l’État somalien, toutes zones ravagées par les guerres civiles.

  En termes de nombre de réfugiés, avec d’un côté comme de l’autre environ 2,6 millions de personnes déplacées, l’Afrique centrale et de l’Est (où les mouvements de population se sont accrus d’environ 7,7% en 2013) et les Proche et Moyen Orients forment donc, et de loin, les principales régions – sombrant en général dans l’anomie – d’où provient le flot montant de réfugiés dans le monde. Pour comparaison : dans les deux Amériques leur nombre est resté stable autour de 806.000.

  N’en déplaise aux tribuns de la droite populiste et de l’extrême droite, ce sont précisément les « pays en développement » de la périphérie du système capitaliste qui portent l’essentiel du fardeau que représente cette vague mondiale de réfugiés. Eu égard à leur PIB, des pays comme le Pakistan, l’Éthiopie, le Kenya, le Tchad, l’Ouganda ou le Sud-Soudan se trouvent confrontés à d’immenses défis, sans commune mesure avec les aumônes minimales concédées au faible pourcentage d’hommes et de femmes qui parviennent notamment à gagner l’Europe. Quelque 86% des réfugiés dans le monde ont été accueillis en 2013 dans des pays en développement ; « le taux le plus élevé depuis vingt-deux ans », constate laconiquement le HCR.

  Et la politique de l’Union européenne en matière de réfugiés semble conçue pour que rien ne change à cet égard. Le quotidien britannique The Guardian nous apprend qu’on discute actuellement à Bruxelles la création de « centres d’accueil » en Afrique du Nord et au Proche Orient. La Grèce et l’Italie, si l’on en croit un rapport publié début juin, entendraient imposer cette idée au cours de leur présidence. Ces propositions rejoignent tout à fait celles du HCR, qui préconise la mise en place, dans les pays de transit comme l’Égypte, la Libye ou le Soudan, d’installations de grande envergure destinées à « régler » la question des réfugiés, afin d’éviter une « catastrophe humanitaire colossale » en Méditerranée, où, aux dires du Guardian, « des centaines de milliers d’hommes et de femmes » se préparent à tenter la traversée vers le nord. Si l’UE adopte ces plans, les réfugiés se verront parqués au sein de gigantesques camps, dans des pays arabes répressifs ou dont les structures étatiques menacent ruine. Rien qu’en comptant les tentatives de traversées de la Méditerranée que doivent réprimer les garde-côtes italiens, nous pouvons avoir une petite idée de l’énorme augmentation de l’exode en direction de l’Europe que ce système de camps est censé endiguer : dans les quatre premiers mois de l’année 2013, Frontex dénombrait 3.362 incidents de ce type ; en 2014, sur la même période, il y en avait déjà près de 42.000.

  Mais il faut s’attendre à ce que les vagues de réfugiés grossissent encore. Les chiffres du HCR n’incluent par exemple pas encore les déplacements de population massifs accompagnant la progression irrésistible de l’archaïque État islamique d’Irak. L’insurrection sunnite et l’effondrement total des structures étatiques dans de vastes pans du pays ont redoublé le « raz-de-marée » de réfugiés de l’intérieur irakiens qui, d’après un reportage de CNN à la mi-juin, représente à présent plus de 1,1 million de personnes. Il faut y ajouter les centaines de milliers d’Irakiens qui fuient vers la Jordanie et le Kurdistan, où ont déjà trouvé refuge quantité d’hommes et de femmes chassés par la guerre civile en Syrie. Une grande partie du Proche Orient paraît s’enfoncer jour après jour dans une guerre civile transfrontalière qui pourrait bien finir par entraîner les derniers États régionaux encore relativement stables dans un océan de guerre et d’anomie.

 Car nombre des États qui ont jusqu’ici porté l’essentiel du fardeau que constitue le flot montant des réfugiés – le Pakistan notamment, ou encore le Liban – montrent eux-mêmes des signes d’érosion étatique et sont le théâtre d’un regain d’affrontements aux allures de guerre civile, de sorte que l’on peut craindre ici à moyen terme de nouveaux mouvements de fuite. Pour les masses d’êtres humains expulsés de partout, les innombrables désespérés d’un système-monde capitaliste à l’agonie, il ne restera absolument pas d’autre choix que de chercher à gagner les quelques centres n’ayant pas encore sombré dans l’anomie. Ces hordes de réfugiés qui déferlent en nombre toujours plus grand sont le fruit de la crise mondiale du capital ; s’effondrant sous le poids de ses contradictions internes et externes, celui-ci produit une humanité littéralement superflue.

 Les zones de guerre civile transfrontalières, ces zones en expansion qui propulsent aujourd’hui le nombre de réfugiés vers de nouveaux records, se trouvent généralement dans les régions en ruine de la périphérie du marché mondial, régions où la valorisation de capital apparaît irrémédiablement en panne depuis l’échec de la modernisation de rattrapage dans les années 1980-90, et dont les appareils d’État, après avoir perdu les revenus fiscaux qui assuraient leur base financière, subissent à présent un processus de « barbarisation ». La production de hordes de réfugiés par le capitalisme avancé fait suite à celle d’une armée de chômeurs et en prend le relais ; elles sont constituées d’hommes et de femmes qui demeurent exposés au terrorisme du marché mondial, alors même qu’ils et elles n’ont plus rien à y mettre en vente. C’est parmi eux que les gangs et autres milices aveuglés par les idéologies de l’effondrement (islamisme, extrême-droite) recrutent leurs partisans toujours plus nombreux.

  De plus en plus de gens voient menacée leur existence même, du fait qu’ils ne peuvent plus assurer leur reproduction par le truchement de la valeur – et qu’ils ne disposent d’aucun autre mode de reproduction. Aussi pouvons-nous considérer les conflits de type guerre civile comme des moments d’une « guerre civile mondiale » (Robert Kurz) qui est le stade ultime de la décomposition du système-monde capitaliste. Les contradictions systémiques de plus en plus aiguës risquent fort de pousser le système-monde capitaliste à une « fuite en avant » irrationnelle vers une nouvelle guerre mondiale, pronostiquait Robert Kurz en 2008 dans son essai « Weltmacht und Weltgeld » [1]. Seulement, étant donné « le degré de mondialisation que nous avons atteint », il se pourrait qu’il ne s’agisse pas cette fois d’une guerre entre blocs de puissances nationalistes-impérialistes pour le « redécoupage du monde », mais qu’il faille plutôt parler d’« une guerre civile mondiale d’un nouveau genre, telle qu’elle s’esquisse déjà, depuis la chute de l’Union soviétique, à travers des guerres de “désétatisation” et des guerres pour l’ordre mondial qui n’en étaient peut-être que les prodromes. »

Inconsciemment les acteurs de cette guerre civile mondiale luttent pour une forme nouvelle, postcapitaliste, de socialisation. Aux yeux du théoricien et sociologue de gauche Immanuel Wallerstein, le système-monde est entré au tout début du XXIe siècle dans une phase d’effondrement : après une période de déploiement qui dura un bon demi-millénaire, il atteindrait désormais la limite de ses possibilités d’expansion et succomberait à ses contradictions grandissantes. Le système, d’après Wallerstein, s’apprête à connaître une phase de bouleversements chaotiques, mais on ne peut prévoir ni l’issue du processus ni même le tour qu’il prendra : « L’époque où nous vivons forme la transition entre le système-monde existant – l’économie-monde capitaliste – et un ou plusieurs autres systèmes-monde. Nous ne savons pas encore si ce sera pour le meilleur ou pour le pire. Nous ne le saurons pas avant la fin de cette phase, c’est-à-dire probablement pas avant un demi-siècle. Ce que nous savons, en revanche, c’est que la période de transition sera très dure pour tous ceux et celles qui vont la vivre. […] Ce sera une période de conflits et de graves troubles ». Cela dit, cette rupture historique ouvre en même temps aux structures sociales dans l’impasse des marges de manœuvre pour un dépassement conscient et émancipateur du régime capitaliste en déroute, afin de prévenir une chute dans la barbarie qui se profile déjà à la périphérie. L’actuelle période charnière dans l’histoire mondiale pourrait ainsi voir « le facteur du “libre arbitre” atteindre à son maximum », Wallerstein voulant signifier par là que « l’action des individus et des groupes pourra produire sur la future structuration du monde un impact beaucoup plus fort qu’elle ne le fait en temps “normal”, c’est-à-dire au cours de la vie stable et continue d’un système historique » [2].

Paru dans Konkret, août 2014
http://www.exit-online.org/textanz1.php?tabelle=aktuelles&index=0&posnr=619

Traduction de l’allemand : Stéphane Besson
http://www.exit-online.org/link.php?tabelle=autoren&posnr=344.

Notes :

[1] Cet article a été traduit en Français, « Puissance mondiale et monnaie mondiale », paru dans le recueil de R. Kurz, Vies et mort du capitalisme. Chroniques de la crise, Lignes, 2011.  

[2] Immanuel Wallerstein, L’Utopistique, ou les choix politiques du XXIe siècle [1998], trad. P. Hutchinson, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2000, pp. 53-54, traduction modifiée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Invité
Invité



MessageSujet: Japon: contestations contre les lois de défense   Jeu 16 Juil - 9:23

Japon: contestations contre les lois de défense Le Figaro

Le Figaro a écrit:
Les projets de loi de défense controversés du Premier ministre japonais Shinzo Abe doivent être votés aujourd'hui en session plénière de la chambre basse, au lendemain d'un rassemblement de dizaines de milliers d'opposants qui y voient la fin de la Constitution pacifiste du pays. Quelque 60.000 personnes, selon les organisateurs, ont participé à une manifestation devant le Parlement hier soir, après l'adoption en commission de ces réformes destinées à renforcer le rôle militaire du Japon sur la scène internationale.


Des échauffourées sont survenues lorsque la police a repoussé les manifestants, et deux hommes âgés d'une soixantaine d'années, soupçonnés d'avoir agressé des policiers, ont été arrêtés, ont rapporté les médias japonais. Les manifestations au Japon sont généralement de faible ampleur et très tranquilles. Mais cette réinterprétation de la loi fondamentale, qui rendrait possible l'envoi à l'extérieur des Forces d'autodéfense - le nom officiel de l'armée - pour venir en aide à un allié, en premier lieu les Etats-Unis, a déchaîné les passions.


La contestation contre le projet de Shinzo Abe, ouvertement nationaliste, attire des jeunes mais aussi des seniors qui n'avaient jamais participé à des manifestations ou y reviennent pour la première fois depuis les mouvements des années 1960-70. Des dizaines de députés d'opposition, munis de pancartes et criant leur opposition au projet, avaient investi hier la salle où était rassemblée la commission parlementaire, provoquant des scènes de chaos rares au Parlement japonais.


au Parlement


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: L’Union européenne s’enrôle dans l’Otan   Mar 21 Juil - 21:13


« L’art de la guerre »


L’Union européenne s’enrôle dans l’Otan Manlio Dinucci Il Manifesto 21 juillet


Manlio Dinucci a écrit:
Il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir, observe Manlio Dinucci à propos de l’impossibilité des Européens à considérer leur dépendance à l’Otan. Pourtant, tous les signes sont visibles. Depuis toujours, les propositions de la Commission de Bruxelles sont toutes préparées par les services administratifs de l’Otan. Et les Traités de l’UE stipulent la dépendance de celle-ci à l’Otan.

La « Trident Juncture 2015 » (TJ15) ne sera pas seulement un des plus grands exercices Otan qui, du 28 septembre au 6 novembre, verra engagées surtout en Italie, Espagne et Portugal plus de 230 unités terrestres, aériennes et navales et forces pour les opérations spéciales de plus de 30 pays alliés et partenaires, avec 36 000 hommes, plus de 60 navires et 140 avions de guerre, plus les industries militaires de 15 pays pour évaluer de quelles autres armes a besoin l’Alliance. Dans l’exercice de guerre, l’Otan impliquera plus de 12 organisations internationales majeures, agences d’aide humanitaire et organisations non gouvernementales. « Participeront aussi à la TJ15 l’Union européenne et l’Union africaine », annonce un communiqué officiel. Parmi les pays de l’UE les plus engagés dans l’exercice Otan figurent, en plus des trois dans lesquels se déroulera le gros des opérations, Allemagne, Belgique et Hollande. D’importantes personnalités internationales seront invitées à assister à la TJ15 le 19 octobre à Trapani (Sicile), le 4 novembre à Saragosse (Espagne) et le 5 novembre à Troia (Portugal).

Ainsi « l’Otan démontre son engagement à adopter une approche multi-compréhensive ». En d’autres termes, son engagement à étendre toujours plus son aire d’influence et d’intervention, de l’Europe à l’Afrique et à l’Asie, avec des objectifs globaux. C’est dans ce cadre que s’insère la « Trident Juncture 2015 », qui sert à tester la « Force de réaction » (40 000 effectifs), surtout sa « Force de pointe » (ou "Fer de lance", NdT) à très haute rapidité opérative. La TJ15 montre « le nouveau niveau accru d’ambition de l’Otan dans la conduite de la guerre moderne conjointe », en montrant qu’elle est « une Alliance avec fonction de guide ».

Sur un tel fond, comment peut-on discuter d’Union européenne en ignorant l’influence de l’Otan, et, donc, des États-Unis qui en détiennent le commandement ? L’article 42 du Traité sur l’Union européenne stipule que « la politique de l’Union respecte les obligations de certains États membres, lesquels considèrent que leur défense commune se réalise par l’intermédiaire de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord ». Comme sont membres de l’Alliance 22 des 28 pays de l’UE, la suprématie de l’Otan est évidente. Pour lever toute équivoque, le protocole n° 10 sur la coopération instituée par l’article 42 souligne que l’Otan « reste le fondement de la défense collective » de l’UE, et qu’ « un rôle plus fort de l’Union en matière de sécurité et de défense contribuera à la vitalité d’une Alliance atlantique rénovée ». Rénovée, oui, si bien que de l’Atlantique Nord elle est arrivée sur les montagnes afghanes, mais rigidement ancrée à la vieille hiérarchie : le Commandant suprême allié en Europe est toujours nommé par le président des États-Unis et tous les autres commandements clés sont aux mains des USA.

Par le biais de l’Otan, à l’intérieur duquel les gouvernements de l’Est sont plus liés à Washington qu’à Bruxelles, les USA influent non seulement sur la politique étrangère et militaire de l’UE, mais dans l’ensemble sur ses orientations politiques et économiques. En traitant de façon individuelle avec les plus grandes puissances européennes —Allemagne, France et Grande-Bretagne— sur la répartition des profits et aires d’influence, en s’assurant de l’appui inconditionnel des autres grands pays de l’UE à commencer par l’Italie.

Sur ce fond, comment peut-on penser que dans l’épisode grec les USA ne jouent pas un rôle considérable par le biais de l’Otan, dont la Grèce est une partie stratégiquement importante ? Comment peut-on séparer les questions économiques de celles politiques et militaires, au moment où, dans le sillage de la stratégie USA, l’Europe se trouve transformée en première ligne d’une nouvelle Guerre froide contre la Russie et en pont de lancement de nouvelles opérations militaires en Afrique, au Moyen-Orient et au-delà, jusqu’à la région Asie/Pacifique ?

Manlio Dinucci

Traduction
Marie-Ange Patrizio




Dernière édition par Patlotch le Mer 19 Aoû - 23:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Les conflits armés africains dans le système international. [i]Transnationalisme ethnique et Etats   Jeu 23 Juil - 16:50

.
Les conflits armés africains dans le système international. Transnationalisme ethnique et Etats dans la Corne de l'Afrique 1961-2006

Citation :
Etudier le phénomène des guerres contemporaines qui sévissent en Afrique exige une analyse historique, sociologique et politique fondée sur une approche multidisciplinaire de la polémologie et une culture géopolitique de l'Afrique néocoloniale, coloniale et postcoloniale. Cette étude s'articule autour des fondamentaux de l'approche transnationaliste et de la théorie de l'ethnicité.



Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Afrique: Moscou élargit la zone de déploiement de ses navires de guerre   Sam 25 Juil - 17:43

Afrique: Moscou élargit la zone de déploiement de ses navires de guerre Vitaly Ankov Sputnik

La Russie et la Guinée équatoriale ont signé un accord pour faciliter l'entrée des navires de guerre russes dans les ports guinéens, lors d'une visite en Guinée équatoriale du commandant de la Marine russe, l'amiral Viktor Tchirkov, écrit mercredi le quotidien Nezavissimaïa gazeta.


Vitaly Ankov a écrit:
Compte tenu de la situation géographique de la Guinée, du développement de l'infrastructure de ses ports et de la présence de grands aéroports à proximité, cet accord est extrêmement important pour Moscou.

Des navires de guerre russes sont entrés mardi dans le port de Malabo, le plus profond de l'Afrique équatoriale, en suivant une procédure simplifiée.

L'entrée libre de navires militaires russes dans les ports de la Guinée équatoriale leur permettra désormais de se réapprovisionner en eau, en carburant et en nourriture, ainsi que d'organiser le repos des marins sur la côte. Les détails de l'accord militaire ne sont pas encore divulgués, mais il n'est pas exclu que Moscou compte promouvoir la coopération militaire et technique avec ce pays. La Russie pourra proposer également, à des conditions mutuellement bénéfiques, de placer ses avions sur les aérodromes internationaux de Guinée équatoriale. À l'époque de l'Union soviétique, Moscou livrait des armes à cette ancienne colonie espagnole et formait des militaires guinéens.


L'aspect économique n'est pas oublié. La petite république possède de riches ressources en pétrole, en gaz, en or, en bauxites et en diamants. Les gisements pétrolifères mis en exploitation dans ce pays ont permis une croissance significative de son PIB ces dernières années, qui est maintenant l'un des plus élevés en Afrique par habitant (36.600 dollars en 2009). Cependant, l'implantation d'entreprises russes en Guinée équatoriale n'est pas, pour l'instant, envisagée.

La Guinée équatoriale est le troisième pays avec lequel la Russie a officiellement conclu un accord pour l'entrée simplifiée de ses navires militaires, après le Vietnam et le Nicaragua. Certains accords ont été atteints avec Chypre et selon le vice-commandant en chef de la Marine russe, Alexandre Fedotenkov, la Russie prépare également un document sur l'entrée simplifiée des navires de guerre avec l'Egypte, qui devrait être signé fin 2015.

En général, quand la Russie demande une entrée simplifiée dans les ports internationaux pour ses navires de guerre, elle requiert aussi la possibilité de déployer ses avions à proximité. C'est le cas notamment pour la base navale vietnamienne de Cam Rahn. En mars 2015 déjà, les Américains s'indignaient du fait que les bombardiers russes à longue portée Tupolev Tu-95MS et Tu-160 effectuaient des vols "provocateurs" autour de la base militaire du Pentagone à Guam. Les Américains n'ont surtout pas aimé que les avions russes survolant Guam étaient ravitaillés en l'air par des Iliouchine Il-78 décollant de l'aérodrome vietnamien situé dans la baie de Cam Rahn. La Russie et le Vietnam n'ont fait aucun commentaire sur le sujet. Tout porte à croire que les forces aériennes russes effectueront de tels vols dans d'autres régions de la planète. Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou avait déclaré en février 2014 que la Russie envisageait d'élargir sa présence militaire aérienne à l'étranger.

Selon le ministre, il est extrêmement important que les navires russes puissent servir et être basés dans différentes régions, avec des possibilités d'entrée simplifiée". En outre, il est nécessaire d'assurer le ravitaillement des avions russes de longue portée à l'équateur et dans d'autres régions du monde.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Français et Allemands créent l’« Airbus du char d’assaut »   Mar 28 Juil - 22:43


prendre le char sans arrêter le bus


Français et Allemands créent l’« Airbus du char d’assaut » Le Monde.fr | 28.07.2015 Par Dominique Gallois  


Le groupe public français Nexter Systems et son homologue privé allemand KMW entérineront leur rapprochement mercredi.  

Un an après l’annonce de leurs « fiançailles », le groupe public français d’armements terrestres Nexter Systems et son homologue privé allemand KMW (ex-Krauss Maffei) entérineront officiellement leur rapprochement mercredi 29 juillet, donnant naissance à un « Airbus du char d’assaut ».

Dominique Gallois a écrit:
Nexter Systems (ex-GIAT Industries) est le fabricant du char Leclerc. KMW fabrique le char Léopard. Les deux groupes apporteront chacun la totalité de leur capital à une holding basée aux Pays-Bas, qui sera détenue à parité. Il s’agit là de la première grande manœuvre industrielle franco-allemande dans l’armement terrestre, même si le sujet était évoqué depuis plus de dix ans.

En attente du feu vert français et européen

L’union des numéros quatre et cinq mondiaux permettra aux deux entreprises de taille similaire, de créer un ensemble pesant 1,7 milliard d’euros de chiffre d’affaires et employant 6 000 personnes.

Ce nouvel ensemble sera l’un des principaux acteurs européens, mais, s’il devancera l’allemand Rheinmetall, il se situera loin derrière des géants américain General Dynamics et britannique BAE Systems, quatre fois plus gros.

Au préalable, côté français, il faudra toutefois que la loi Macron (et le décret), qui autorise à privatiser Nexter, soit publiée.

Du côté des autorités de la concurrence à Bruxelles, les initiateurs de l’accord redoutent peu l’accusation de position dominante, car l’industrie de l’armement terrestre est encore très morcelée en Europe, avec une dizaine de firmes.


Nexter et KMW, un rapprochement pour créer un champion européen de l’armement Libération / AFP 28 juillet 2015

Libération a écrit:
Un an après le début des négociations, le fabricant public français d’armements terrestres Nexter et son homologue privé allemand KMW vont entériner leur rapprochement mercredi, donnant naissance à un nouveau leader européen de l’industrie de défense.

«L’Airbus du char d’assaut» verra bien le jour. L’accord définitif de fusion entre Nexter et KMW sera signé mercredi à 17H00 à Paris au ministère de la Défense, en présence du ministre français Jean-Yves Le Drian et du secrétaire d’Etat allemand Markus Grübel.

Les deux groupes ont convenu d’apporter chacun la totalité de leur capital à une holding basée aux Pays-Bas, qui sera détenue à parité par Giat Industries (contrôlé par l’Etat français) et par la famille Bode-Wegmann, propriétaire de KMW, ont expliqué à l’AFP deux sources proches du dossier.

Plusieurs «verrous administratifs» devront cependant être levés avant que cette holding puisse être créée, à commencer par la publication de la loi Macron, qui autorise la privatisation de Nexter, et du décret correspondant. L’opération devra aussi obtenir le feu vert des autorités de la concurrence de plusieurs pays.

Ces «conditions suspensives indépendantes des entreprises» devraient être levées dans un délai de 4 à 6 mois, estime une source, tandis que l’autre juge «faisable» un démarrage des activités de la holding au 1er janvier 2016.

Cette future entité, dont le nom n’a pas encore été choisi, permettra aux deux constructeurs de «mutualiser leurs forces commerciales» et d'«avoir rapidement un catalogue commun», en attendant de développer ensemble de nouveaux armements d’ici quelques années.

- «Pas de conséquence sur l’emploi» -

Les règles nationales d’exportation des armements resteront en vigueur pour les produits actuels. «Le régime d’exportation ne bougera pas», a confirmé à l’AFP le ministère allemand de l’Economie, précisant que «tout ce qui est développé et fabriqué dans des usines allemandes avec de la technologie allemande devra être soumis à autorisation» de Berlin.

La question est particulièrement sensible en Allemagne, où le premier parti d’opposition Die Linke estime que «le danger est énorme que maintenant encore plus de chars allemands soient livrés n’importe où (...) en faisant le détour par Paris», a affirmé à l’AFP le député Jan van Aken, porte-parole du parti de gauche radicale.

Du côté des écologistes, Die Grünen exige que l’accord ne puisse «en aucun cas permettre qu’encore plus d’armes allemandes ne prennent le chemin de pays qui piétinent les droits de l’Homme», a déclaré la députée Agnieszka Brugger.

En France aussi, les communistes, le Front national et une partie de la droite ont dénoncé durant le débat parlementaire sur la loi Macron un abandon de souveraineté[/b], doublé de risques de suppressions d’emplois, dont s’étaient également inquiétés les syndicats.

Au contraire, le rapprochement de Nexter et KMW n’aura «pas de conséquence sur l’emploi», assurent les deux sources proches du dossier. Les deux groupes emploient environ 6.000 salariés au total, dont quelque 3.300 pour Nexter.

L’alliance des constructeurs des chars Leclerc et Leopard donnera naissance à «un champion européen» de l’armement terrestre, capable de rivaliser avec l’américain General Dynamics et le britannique BAE Systems, qualifié de «très américain» par une de ces sources.

Elle permettra aussi de pérenniser l’activité de Nexter, principal fournisseur de l’armée française, dont la dépendance à la commande publique posait un problème de viabilité. «L’objectif est d’avoir une société de taille suffisante pour être compétitive à l’export et pérenne sur le marché national», résume l’autre source.

AFP


Dernière édition par Admin le Sam 1 Aoû - 17:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: La Russie crée une armée aérospatiale   Mer 5 Aoû - 7:40



La Russie crée une armée aérospatiale RIA Novosti, Aleksei Nikolskiy

La Russie crée une nouvelle composante de ses Forces armées: l’armée aérospatiale, a annoncé le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou.


Aleksei Nikolskiy a écrit:
M. Choïgou a précisé que la création d’une armée aérospatiale avait été déterminée par le renforcement de menaces spatiales et pouvait être considérée comme une réponse à la doctrine de frappe planétaire rapide (Prompt Global Strike) des Etats-Unis.
Le commandant en chef des forces aérospatiales est le général colonel Viktor Bondarev, ex-commandant des forces aériennes russes. Les forces aérospatiales ont réuni l’armée aérienne russe, les forces spatiales et l’armée de défense aérospatiale.

En août 2009, les Etats-Unis avaient créé l’Air Force Global Strike Command (AFGSC), un commandement des forces aériennes des Etats-Unis en réunissant l’Air Force Space Command et l’Air Combat Command.

Conventional Prompt Global Strike est un programme lancé par le Pentagone en 2001. Il a pour objectif le développement d’un système permettant de frapper avec une charge conventionnelle une cible située n’importe où sur la surface du globe en moins d’une heure.

L'Occident développe de nouveaux systèmes de frappe planétaire rapide (Prompt Global Strike, PGS), mais la Russie saura donner une "réponse adéquate" à toutes les menaces pour sa sécurité nationale, a déclaré le président russe Vladimir Poutine en mars lors d'une réunion des responsables du Service fédéral de sécurité (FSB).


en relation : Poutine: la Russie donnera une réponse adéquate à toutes les menaces

affraid

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Hiroshima est partout, Günther Anders, 1958   Jeu 6 Aoû - 1:53


HIROSHIMA, NAGASAKI, 50 ans après...
images

sans trop dire, ma compagne avait de la famille là-bas...

à lire : Hiroshima est partout Günther Anders, 1958


Traduit par Ariel Morabia, Denis Trierweiler, Gabriel Raphaël Veyret, Françoise Cazenave 02/10/2008, La Couleur des idées, 528 pages - 26.40 € TTC

Citation :
Ce livre, plaidoyer passionné, profond et précurseur contre la bombe atomique, comprend trois textes de genre très différent.

L’Homme sur le pont ? « quelque chose » qui n’a ni tête ni mains mais joue de la musique… ? est le journal écrit par Anders lors de sa visite au Japon, à Hiroshima, en août 1958. Journal d’une virulence terrible contre la bombe, la guerre, les techniques de destruction modernes.

Hors limite reprend les lettres d’Anders au pilote de l’avion d’Hiroshima, Claude Eatherly, devenu une victime de la bombe, interné pour avoir refusé d’être traité en héros, ainsi que les réponses d’Eatherly.

Les Discours sur les trois guerres mondiales (1964) anticipent les réflexions récentes sur le rôle « éthique » de la peur, de la « panique », de l’effroi, qu’on trouvera plus tard chez un Hans Jonas.

Anders le reconnaît dans l’introduction de 1982, ces pages écrites plus de trente ans avant appartiennent à la « préhistoire » de la mouvance antiatomique. Pourtant, comme Jean-Pierre Dupuy le montre avec rigueur dans sa préface, elles restent d’une puissante actualité.

Günther Anders est né en 1924. Élève de Husserl, il émigre aux États-Unis en 1936. Marqué par les bombes atomiques de 1945, il ne cessera de réfléchir sur leur sens pour lutter contre la guerre et les techniques nouvelles de la guerre, qui menacent l’avenir de l’espèce humaine et de la Terre. Il est mort en 1992.

Traduit de l’allemand par Denis Trierweiler et Ariel Morabia, et de l’anglais par Françoise Cazenave et Gabriel Raphaël Veyret.

Préface de Jean-Pierre Dupuy.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6255
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: une "TROISIÈME GUERRE MONDIALE" ?   Mar 11 Aoû - 19:26


Obama s'en va-t-en guerre

Le discours d’Obama sur l’Iran et le spectre d’une troisième guerre mondiale WSWS Bill van Auken 8 août 2015

Dans un discours extraordinaire prononcé mercredi 5 août, le président américain Barack Obama a averti publiquement qu’une forte partie du Congrès et de l'appareil d'Etat était déterminée à mener contre l'Iran une guerre aux conséquences incalculables.


Citation :
Obama a déclaré, la veille du 70è anniversaire du bombardement atomique d'Hiroshima, qu’un sabotage de l'accord nucléaire avec l'Iran annoncé le mois dernier signifierait la guerre avec l'Iran, pays près de quatre fois plus grand que l’Irak et dont la population est trois fois plus nombreuse. Il a suggéré en outre, évoquant la Seconde Guerre mondiale et la guerre froide, qu’une telle guerre pouvait ouvrir la voie à une troisième guerre mondiale.

Il n’est pas du tout clair, à ce stade, comment votera le Congrès sur l'accord nucléaire entre l'Iran et le P5 + 1 (Etats-Unis, Chine, Russie, Grande-Bretagne, France et Allemagne), approuvé par les Nations Unies. Obama a annoncé qu'il opposerait son veto à toute mesure qui empêcherait les États-Unis de mettre l'accord en œuvre. S’il se trouvera assez de voix dans les deux chambres du Congrès pour obtenir la majorité des deux tiers requise pour casser un veto présidentiel, reste encore indéterminé.

Ce qui ne fait aucun doute, c’est que la grande majorité du Congrès américain va voter pour une politique fondée sur une escalade guerrière catastrophique du militarisme américain.

Obama a averti que si la Chambre des représentants et le Sénat rejetaient son veto, il y aurait la guerre, et « bientôt ». Le président « commandant en chef » a donné la nette impression que le contrôle d’une marche vers la guerre lui échappait.

Comme il l’a dit clairement: «le rejet de cet accord par le Congrès ne laisse à une administration américaine absolument déterminée à empêcher que l'Iran n’obtienne une arme nucléaire, qu’une option, une nouvelle guerre au Moyen-Orient. Je ne dis pas cela pour provoquer; j’énonce un fait ».

Le débat sur ​​l’accord avec l’Iran montre que l'establishment politique américain et son vaste complexe militaire et du renseignement sont profondément divisés quant à savoir si l'impérialisme américain devait défendre ses intérêts mondiaux par une autre guerre au Moyen-Orient, beaucoup plus dangereuse celle-là. Ce qui ne fait pas débat, c’est la prérogative supposée de Washington d’une guerre préventive, c’est-à-dire d’une agression criminelle contre tout pays ou peuple qu’il viserait. Le président américain a souligné ce point et rappelé son propre bilan.

« En tant que commandant en chef, je n’ai pas hésité à recourir à la force si nécessaire », s’est-il vanté. «J’ai envoyé des dizaines de milliers de jeunes Américains au combat ... J’ai ordonné des actions militaires dans sept pays. Il y a des moments où la force est nécessaire, et si l'Iran ne respecte pas cet accord, il est possible que nous n’auront pas d’autre choix ».

Malgré toutes ses multiples interventions, ses meurtres par drones et ses massacres, Obama estime toutefois qu’une guerre avec l'Iran est une entreprise très dangereuse. Son argument est que Washington peut défendre ses intérêts en utilisant l'accord nucléaire comme un levier pour ranger le régime iranien derrière l'impérialisme américain, tout en gardant «l'option militaire sur la table », au cas où cette stratégie échouerait.

Ce qui fait craindre à Obama une confrontation inconsidérée avec Téhéran dépasse le bain de sang qu’une telle guerre causerait. Il a averti qu’un rejet de l'accord sur le nucléaire provoquerait une dangereuse confrontation avec la Russie et la Chine. Cela enflammerait aussi, a-t-il fortement suggéré, les relations avec les alliés de Washington en Europe, en premier lieu l'Allemagne, et en Asie. Aucun d'entre eux, a-t-il dit, ne se plierait aux « diktats du Congrès américain » et n’appliquerait un régime unilatéral de sanctions qui a déjà coûté à leurs économies d’innombrables milliards de dollars.

L’Allemagne, la France, l'Italie et d'autres pays européens ont déjà envoyé des délégations de haut niveau à Téhéran pour négocier des contrats lucratifs. Ils ont clairement fait savoir qu'ils ne reviendraient pas à la table de négociations et encore moins à des sanctions.

Le second diplomate en importance de Berlin à Washington a averti jeudi qu’une répudiation par les États-Unis de l'accord sur le nucléaire « serait un cauchemar ... une catastrophe », qu’elle conduirait l'Iran et éventuellement d'autres pays à acquérir rapidement des armes nucléaires sachant qu'aucun accord négocié ne serait respecté par les États-Unis.

Si l'armée américaine attaque l'Iran en même temps que le capitalisme européen tente de pénétrer sur son marché, le résultat final pourrait bien être la mort de l’Alliance Atlantique et l'éruption de tensions militaires entre l'Europe et l'Amérique.

Obama a également attiré l'attention sur les conséquences d’une tentative de forcer la Chine à revenir au régime des sanctions. « Nous aurions à couper des pays comme la Chine du système financier américain », a-t-il dit. « Et puisqu’elle se trouve être parmi les principaux acheteurs de notre dette, de telles actions pourraient déclencher de graves perturbations dans notre propre économie et soulever d’ailleurs, au plan international, des questions sur le rôle du dollar comme monnaie de réserve mondiale ».

Une telle issue comporte implicitement une confrontation militaire avec la Chine. Elle plongerait également l'économie américaine, et mondiale, dans une dépression économique complète, a suggéré Obama.

Mais un tel cours précisément est appuyé par de puissants secteurs de l'élite dirigeante américaine. Ils le font dans le dos d’une population américaine qui s’oppose massivement à la guerre. Étant donné les conséquences effrayantes des avertissements d'Obama, la réaction des médias américains a été remarquablement silencieuse.

La campagne électorale de 2016 est déjà en cours et le sentiment populaire anti-guerre ne peut s’exprimer à travers le système politique corrompu et en faillite des Etats-Unis. Des millions de gens pourraient bien se réveiller après le vote du Congrès sur l’accord en septembre, pour trouver les États-Unis engagés dans une nouvelle guerre bien plus vaste celle-là que les interventions combinées d’Afghanistan et d’Irak. Ils pourraient se trouver brusquement pris dans une situation où l’emploi et le niveau de vie s’effondrent et où la planète toute entière se trouve au bord du gouffre d'une troisième guerre mondiale, nucléaire.

La politique de ceux qui sont prêts à mener le monde dans cette voie reflète la crise désespérée du système capitaliste américain et la détermination de la classe dirigeante à compenser le déclin mondial du capitalisme américain par des moyens militaires. Frustrés par l'échec des guerres américaines en Afghanistan, en Irak, en Libye et en Syrie visant à assurer une domination américaine sans partage sur le Moyen-Orient et l’Asie centrale, ils veulent maintenant un nouveau coup de dés avec l’enjeu beaucoup plus élevé de soumettre militairement l'Iran, pays à cheval sur ces deux régions riches en énergie.

Dans la partie la plus lâche de son discours, Obama a attribué l'opposition enragée à un accord avec l’Iran dans l'establishment américain à « l’affinité sincère pour notre ami et allié d'Israël, une affinité que ... je partage profondément ». Il n' y a rien de «sincère» dans cette relation toxique. L'alignement sur ​​le régime israélien des éléments les plus réactionnaires et les plus irresponsables de l'establishment politique américain est lié au soutien à la guerre qu’ils partagent avec lui.

La poursuite et la propagation de ce que le prédécesseur d'Obama avait appelé « les guerres du 21e siècle », dont fait désormais partie la promotion d’une guerre avec l'Iran, exprime également la nécessité de détourner vers l'extérieur – sous forme d’éruptions de plus en plus violentes du militarisme américain – les tensions de classe internes générées par l'inégalité sociale croissante.

Cela indique que le seul moyen de vaincre le militarisme américain et la menace d'une troisième guerre mondiale est le développement de la lutte de classe et la préparation consciente de la révolution socialiste aux États-Unis et sur le plan international.

(Article original paru le 7 août 2015)



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
 
une "TROISIÈME GUERRE MONDIALE" ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Documents sur la 1e guerre mondiale 14-18
» Poilu, surnom donné aux soldats français pendant la Première Guerre mondiale.
» Les héros maritimes français de la première guerre mondiale
» Au début de la Première Guerre mondiale, l'aérostation française est très limitée
» Marc Bloch, grande figure de la Seconde Guerre Mondiale?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PATLOTCH / NOUVELLE THÉORIE du COMMUNISME et de la RÉVOLUTION :: ENTRÉES THÉMATIQUES : CAPITALISME, MONDE, COLONIALITÉS... LUTTES :: ÉTAT, POLICE et ARMÉE, GUERRES, PRISONS, MÉDIAS, DOMINATIONS...-
Sauter vers: