PATLOTCH / CIVILISATION CHANGE / COMMUNISME, SEXE, et POÉSIE

dans la DOUBLE CRISE du CAPITAL et de l'OCCIDENT, LUTTES COMMUNISTES, FÉMINISTES, DÉCOLONIALES et ÉCOLOGIQUES
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» PROLÉTARIAT : je t'aime, un peu, beaucoup... à la folie... pas du tout ?
Aujourd'hui à 17:47 par Patlotch

» COMMUNISME : chemins de traverse
Aujourd'hui à 15:49 par Patlotch

» ÉCONOMIE POLITIQUE, quand tu nous tiens : et la CRISE ? NOUVELLE RESTRUCTURATION du CAPITALISME ?
Aujourd'hui à 12:32 par Patlotch

» les "BLANCS" forment-il une 'race' à part ? Whiteness ? BLANCHITÉ ?... le COLORISME... le 'RACISME ANTI-BLANCS'
Aujourd'hui à 11:22 par Patlotch

» 9 - QUE SE PASSE-T-IL ? hypothèses et validations empiriques... Quelles contradictions, quelle dynamique historique ?
Aujourd'hui à 11:11 par Patlotch

» POPULISME de GAUCHE : CHANTAL MOUFFE et ERNESTO LACLAU théoriciens transclassistes, PÉRONISME... TONI NEGRI, ses ambiguïtés et les limites de l'OPÉRAÏSM
Aujourd'hui à 10:06 par Patlotch

» des MOTS que j'aime et d'autres pas
Aujourd'hui à 9:45 par Patlotch

» DÉCOLONISER le MARXISME, l'ANARCHISME, l'ULTRAGAUCHE et la "COMMUNISATION"... Histoire et nécessité actuelle d'un clivage, pour en finir avec les dogmes universels eurocentrés
Hier à 21:08 par Patlotch

» RACISMES : DES CHIFFRES
Hier à 19:22 par Patlotch

» 'PROGRÈS', SCIENCES, HUMAIN, SANTÉ et capital... TRANSHUMANISME et dés-humanité
Hier à 16:45 par Patlotch

» BIDONVILLES : SLUMS : BARRIOS DE TUGURIOS
Ven 18 Aoû 2017 - 11:27 par Patlotch

» DIALECTIQUE COMPLEXE et MÉTHODOLOGIE : DÉPASSEMENTS À PRODUIRE
Jeu 17 Aoû 2017 - 18:27 par Patlotch

» LA RÉVOLUTION vers LA COMMUNAUTÉ HUMAINE
Jeu 17 Aoû 2017 - 17:02 par Admin

» COMMUNISME(S), RELIGION(S), FOI, et RÉVOLUTION (étude)
Jeu 17 Aoû 2017 - 16:59 par Admin

» AUTO-ORGANISATION RÉVOLUTIONNAIRE, contre l'autonomie, une vision renouvelée
Jeu 17 Aoû 2017 - 16:37 par Tristan Vacances

» ÉTATS-UNIS, CANADA, QUÉBEC LIBRE
Jeu 17 Aoû 2017 - 8:56 par Admin

» ÉMEUTES/RIOTS... IDÉOLOGIE de l'ÉMEUTE ? un débat important
Jeu 17 Aoû 2017 - 8:10 par Patlotch

» VA-SAVOIR : chronique à la com, la dialectique du quotidien en propotion magique
Jeu 17 Aoû 2017 - 7:47 par Patlotch

» SEXE, GENRE, CLASSES, et CAPITALISME / FÉMINISME, INTERSECTIONNALITÉ et MARXISME, avec Cinzia Arruzza... Silvia Federici, Selma James, etc.
Mer 16 Aoû 2017 - 13:33 par Admin

» FEMMES & hommes, REPRODUCTION du CAPITAL, LUTTES et DÉCOLONIALITÉS... Quid du concept de GENRE ? AUTO-ORGANISATION !
Mar 15 Aoû 2017 - 7:55 par Patlotch


Partagez | 
 

 CATASTROPHES INDUSTRIELLES et POLLUTIONS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 6316
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: CATASTROPHES INDUSTRIELLES et POLLUTIONS    Sam 1 Aoû 2015 - 18:59

repris d'Actualités, 8 mai

pollution atmosphérique infos

L’impact sanitaire de la pollution de l’air coûte chaque année 1 400 milliards d’euros à l’Europe Le Monde 30 avril 2015
Laetitia Van Eeckhout a écrit:

600 000 décès prématurés

En 2012, dans les 53 pays européens, allant de l’Islande au Kazakhstan, étudiés par l’OMS et l’OCDE, la pollution atmosphérique a entraîné 482 000 décès prématurés. Une surmortalité provoquée par des maladies cardiaques et respiratoires, des maladies coronariennes, des accidents vasculaires cérébraux ou encore le cancer du poumon.

Il faut encore ajouter 117 200 décès entraînés par la pollution de l’air intérieur, essentiellement dans les pays à revenus faibles et moyens où les foyers ouverts, encore souvent utilisés à l’intérieur des habitations, émettent de nombreux polluants. Au total, la pollution de l’air extérieur et intérieur a causé quelque 600 000 décès prématurés. Si ce nombre tend légèrement à reculer – il était de 663 000 en 2010 et de 786 000 en 2005 –, son coût économique croît.

La pollution atmosphérique coûterait chaque année 3 600 milliards de dollars, selon l’OCDE Le Monde 23 mai 2014
Rémi Barroux a écrit:

C'est une nouvelle alerte sur les méfaits de la pollution de l'air. Mercredi 21 mai, à l'occasion du Forum international des transports, à Leipzig (Allemagne), l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a présenté une étude qui évalue l'impact de la pollution urbaine, notamment les transports routiers, en termes de dépenses ou de mortalité prématurée.

Le constat est sans appel : le coût annuel de la pollution de l'air urbain du fait des décès prématurés et des pathologies engendrées (problèmes respiratoires, cancers, maladies cardiaques, etc.) s'élève, selon l'OCDE, à 3 600 milliards de dollars (plus de 2 600 milliards d'euros) pour les pays les plus industrialisés. Plus précisément, l'organisme évalue à 1 700 milliards de dollars l'impact de cette pollution dans ses 34 pays membres. Une somme à laquelle il faut ajouter 1 400 milliards pour la Chine et quelque 500 milliards pour l'Inde, deux Etats non membres de l'OCDE. « Si les pouvoirs publics ne font rien, ce coût ne cessera de croître », alerte le rapport.

La pollution de l'air extérieur tuerait plus de 3,5 millions de personnes chaque année, avance l'OCDE. Un état des lieux qui corrobore celui dressé, fin mars, par l'Organisation mondiale de la santé : révisant fortement à la hausse le bilan sanitaire des polluants atmosphériques, l'OMS avait estimé que la pollution de l'air extérieur avait causé, en 2012, 3,7 millions de décès dans le monde.

La tendance est à l'augmentation. Selon l'OCDE, ce taux de mortalité a progressé de 4 % dans le monde entre 2005 et 2010, de 5 % en Chine et de 12 % en Inde. En clair, la pollution est devenue la principale cause de mort prématurée. Si certains pays ont réduit ce taux (Norvège, Etats-Unis, France, Pays-Bas, Royaume-Uni…), d'autres ont vu le nombre de morts fortement augmenter durant cette période, comme l'Australie, le Mexique, la Corée ou le Portugal.

Dans les pays de l'OCDE, les transports routiers (camions, bus et voitures) sont responsables d'environ la moitié des coûts liés à la pollution. Mais ce qui est valable pour les économies occidentales l'est moins dans le cas de la Chine ou de l'Inde. « Comparé aux pays les plus avancés, la Chine et l'Inde comptent moins de voitures, relativement au nombre d'habitants, et, dans les centres urbains, la pollution issue de l'industrie, des usines de production, des centrales à charbon, reste beaucoup plus forte que dans les villes occidentales », explique Elisa Lanzi, économiste de l'OCDE, spécialiste de l'environnement et du climat.

PARTAGE DE VÉLOS

L'Organisation rappelle que les véhicules diesel produisent les émissions les plus nocives et critique les politiques les favorisant. « Du point de vue de l'environnement, rien ne justifie de taxer le diesel moins que l'essence. L'élimination des incitations fiscales dont le diesel fait l'objet contribuerait à réduire les effets de la pollution et permettrait de lutter contre le changement climatique », a affirmé à Leipzig le secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurria.

Selon lui, aucun argument ne saurait justifier le traitement fiscal préférentiel accordé au diesel. Pour réduire la pollution liée au transport routier, l'OCDE préconise d'étendre les programmes de partage des vélos et des voitures électriques en ville, de multiplier les dispositifs de péage urbain afin de lutter contre la congestion ou encore de durcir les normes d'émission de CO2.

Le rapport cite, parmi de nombreux exemples, la ville de Londres, où le diesel a été jugé responsable, en 2009, de plus de 90 % des émissions de particules fines (PM 2,5) et de 95 % des émissions de NO2 (dioxyde d'azote). Pour lutter contre ce risque sanitaire, les autorités londoniennes ont demandé au gouvernement de taxer plus durement les propriétaires de véhicules diesel. « Nous voulons voir moins de diesel et plus d'essence », a déclaré Matthew Pencharz, responsable des questions d'environnement à la mairie de Londres, mercredi 21 mai au journal The Telegraph.

Hasard du calendrier, la Commission européenne adoptait, le même jour, une stratégie pour réduire les émissions de CO2 des « véhicules utilitaires lourds », camions de plus de 3,5 tonnes et véhicules de plus de 8 sièges. Selon Bruxelles, ces rejets représentent 5 % des émissions de CO2 européennes, et ils ont augmenté de 36 % entre 1990 et 2010. Actuellement, seules les émissions de CO2 des voitures et des camionnettes sont réglementées.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html En ligne
Invité
Invité



MessageSujet: 7 millions de décès prématurés sont liés à la pollution de l'air chaque année   Lun 3 Aoû 2015 - 7:50





Des femmes se protégeant de la pollution à Oulan-Bator, en Mongolie.  

7 millions de décès [600.000 en Europe]prématurés sont liés à la pollution de l'air chaque année OMS 25 mars 2014

OMS Communiqué de presse

OMS a écrit:
25 mars 2014 | Genève - Dans de nouvelles estimations publiées aujourd’hui, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) indique que près de 7 millions de personnes sont décédées prématurément en 2012 – une sur huit au niveau mondial – du fait de l’exposition à la pollution de l’air. Ces chiffres représentent plus du double des estimations précédentes et confirment que la pollution de l’air est désormais le principal risque environnemental pour la santé dans le monde. On pourrait sauver des millions de vies en luttant contre la pollution de l’air.

Maladies cardio-vasculaires, AVC et cancer


Les nouvelles données mettent en évidence en particulier un lien plus fort entre la pollution de l’air à l’intérieur des habitations et de l’air l’extérieur et les maladies cardio-vasculaires comme les accidents vasculaires cérébraux et les cardiopathies ischémiques, ainsi qu’entre la pollution de l’air et le cancer. Cela vient s’ajouter au rôle de la pollution de l’air dans l’apparition de maladies respiratoires et notamment d’infections respiratoires aiguës et de bronchopneumopathies chroniques obstructives.

Les nouvelles estimations ne reposent pas uniquement sur une meilleure connaissance des maladies provoquées par la pollution atmosphérique mais aussi sur une meilleure évaluation de l’exposition humaine aux polluants présents dans l’air grâce à l’utilisation de mesures et de technologies améliorées. Cela a permis aux chercheurs de procéder à une analyse plus approfondie des risques sanitaires dans un éventail démographique plus large qui comprend désormais des zones rurales aussi bien que des zones urbaines.

Au niveau régional, les pays à revenu faible ou intermédiaire des Régions OMS de l’Asie du Sud-Est et du Pacifique occidental sont ceux qui ont enregistré la charge la plus lourde liée à la pollution de l’air en 2012, avec un total de 3,3 millions de décès prématurés liés à la pollution intérieure et 2,6 millions de décès prématurés liés à la pollution extérieure.

Prévenir des maladies non transmissibles

Dr Flavia Bustreo a écrit:
Un air plus propre permet de prévenir des maladies non transmissibles et de réduire les risques chez les femmes et les groupes vulnérables, y compris les enfants et les personnes âgées. Les femmes et les enfants pauvres paient un lourd tribut à la pollution de l’air intérieur, car ils passent plus de temps à la maison à respirer les fumées et la suie que dégagent les fourneaux à bois ou à charbon mal ventilés.

Un air plus propre permet de prévenir des maladies non transmissibles et de réduire les risques chez les femmes et les groupes vulnérables, y compris les enfants et les personnes âgées»
Dr Flavia Bustreo, Sous-Directeur général de l’OMS chargé de la santé de la famille, de la femme et de l’enfant

L’évaluation comporte une ventilation des décès attribués à ces maladies, indiquant que la grande majorité des décès liés à la pollution atmosphérique sont dus aux maladies cardiovasculaires, à savoir:

Décès dus à la pollution extérieure

40% – cardiopathies ischémiques;
40% – accident vasculaire cérébral;
11% – bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO);
6% - cancer du poumon; et
3% – infections aiguës des voies respiratoires inférieures chez l’enfant.

Décès dus à la pollution intérieure

34% - accident vasculaire cérébral;
26% - cardiopathies ischémiques;
22% - bronchopneumopathies chroniques obstructives;
12% - infections aiguës des voies respiratoires inférieures chez l’enfant; et
6% - cancer du poumon.

Les nouvelles estimations reposent sur les données de mortalité les plus récentes établies par l’OMS pour 2012 ainsi que sur des données factuelles établissant les risques sanitaires dus à l’exposition à la pollution de l’air. Les estimations de l’exposition à la pollution extérieure dans différentes parties du monde ont été élaborées au moyen d’une nouvelle cartographie mondiale des données comportant des données obtenues par satellite, des mesures de surveillance au sol et des données sur les émissions polluantes à partir de sources clés, ainsi que sur une modélisation des déplacements de la pollution dans l’air.

Des risques plus importants qu'attendus

Dr Maria Neira a écrit:
«les risques dus à la pollution de l’air sont désormais plus importants qu’on ne le pensait, en particulier en ce qui concerne les cardiopathies et les accidents vasculaires cérébraux. Peu de risques ont un impact supérieur sur la santé mondiale à l’heure actuelle que la pollution de l’air; les données factuelles indiquent la nécessité d’une action concertée pour rendre l’air que nous respirons plus propre.» Dr Maria Neira, Directeur du Département OMS Santé publique, déterminants sociaux et environnementaux de la santé

Après avoir analysé les facteurs de risque et pris en compte les révisions de la méthodologie, l’OMS estime que la pollution de l’air intérieur a été liée à 4,3 millions de décès prématurés en 2012 dans les ménages cuisinant sur des réchauds à charbon, à bois ou à combustibles de la biomasse. Les nouvelles estimations s’expliquent par une meilleure information sur les expositions à la pollution parmi les 2,9 milliards de personnes que l’on estime utiliser des réchauds rudimentaires, ainsi que par les données factuelles concernant le rôle de la pollution de l’air dans l’apparition des maladies cardiovasculaires et respiratoires, et des cancers.

Dans le cas de la pollution extérieure, l’OMS estime que 3,7 millions de décès prématurés ont été dus à des sources urbaines et rurales en 2012 dans le monde.

La conséquence de politiques non durables menées dans de multiples secteurs

De nombreuses personnes sont exposées à la fois à la pollution intérieure et extérieure. En raison de ce chevauchement, il ne suffit pas d’ajouter l’une à l’autre la mortalité attribuée à ces deux sources, d’où l’estimation totale d’environ 7 millions de décès prématurés en 2012.

Citation :
« Une pollution atmosphérique excessive est souvent la conséquence des politiques non durables menées dans les secteurs comme le transport, l’énergie, la gestion des déchets et l’industrie. Dans bien des cas, des stratégies plus saines seraient également plus économiques à long terme en raison des économies en dépenses de santé, mais aussi des bénéfices pour le climat», affirme le Dr Carlos Dora, Coordonnateur OMS pour la santé publique et les déterminants sociaux et environnementaux de la santé. «L’OMS et le secteur de la santé ont un rôle unique à jouer en traduisant les données scientifiques sur la pollution de l’air en politiques susceptibles d’apporter des améliorations et de sauver des vies

La publication de ces données aujourd’hui est un pas important sur la feuille de route de l’OMS pour la prévention des maladies liées à la pollution de l’air. Elle implique la mise en place d’une plate-forme mondiale hébergée par l’OMS sur la qualité de l’air et la santé afin de produire de meilleures données sur les maladies liées à la pollution de l’air et de fournir un appui renforcé aux pays et aux villes sous forme de recommandations, d’informations et de données factuelles concernant les bénéfices pour la santé des principales interventions recommandées.

Dans le courant de l’année, l’OMS publiera des lignes directrices sur la qualité de l’air intérieur en rapport avec les combustibles domestiques ainsi que des données de pays sur les expositions à la pollution intérieure et extérieure et la mortalité connexe, outre une actualisation des mesures de la qualité de l’air dans 1600 villes de toutes les régions du monde.




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: La pollution de l’air en France coûterait plus de 100 milliards d’euros par an   Lun 3 Aoû 2015 - 7:58




La pollution de l’air en France coûterait plus de 100 milliards d’euros par an Les Échos 15 juillet

La pollution atmosphérique « n’est pas qu’une aberration sanitaire, c’est une aberration économique », indique une commission d’enquête sénatoriale. [l'aberration, c'est l'économie...]

Citation :
La pollution de l’air coûterait plus de 100 milliards d’euros par an à la France, en dépenses de santé, absentéisme dans les entreprises ou baisse des rendements agricoles, selon l’évaluation d’une commission d’enquête du Sénat.

La pollution atmosphérique « n’est pas qu’une aberration sanitaire, c’est une aberration économique », indique cette commission d’enquête, présidée par Jean-François Husson (LR) et dont la rapporteure est Leila Aïchi (Ecologiste), dans son rapport « Pollution de l’air: le coût de l’inaction » devant être rendu public mercredi.

Elle représente « un coût majeur », une fois considéré les dépenses de santé pour prendre en charge les pathologies imputables à la pollution (particules fines, oxydes d’azote, etc.), l’impact de l’absentéisme professionnel sur la productivité des entreprises, la baisse des rendements agricoles, la perte de la biodiversité ou encore l’entretien des bâtiments dégradés.

Coût sanitaire

Dans le détail, le coût sanitaire total de la pollution atmosphérique serait compris « entre 68 et 97 milliards d’euros » par an, retient le rapport (données du programme « Air pur pour l’Europe » de la Commission européenne), tandis que le coût non sanitaire est lui estimé à 4,3 milliards d’euros.

A elle seule, la pollution de l’air intérieur représente un coût de 19 milliards d’euros par an. L’impact sur le système de santé français est lui estimé « a minima » à 3 milliards d’euros, relève le rapport qui inclut les dépenses pour traiter l’asthme dû à la pollution, certains cancers, ou encore les frais d’hospitalisations.

« Largement sous-estimé »


Mais le coût global « est largement sous-estimé », indique à l’AFP Leïla Aïchi pour qui la France « est en retard » et « manque de recherches sur cette question ». Les effets sanitaires de certains polluants sont ainsi mal connus, notamment « l’effet cocktail » de la présence de plusieurs polluants.

« L’air est globalement moins pollué » mais « la pollution a changé de nature », moins localisée au niveau des sites industriels et plus diffuse, via les transports, le chauffage, l’agriculture et l’air intérieur », constate le rapport.

Et la commission énumère 61 mesures plaidant pour « une véritable fiscalité écologique » et pour « compléter les normes existantes » mal définies ou ne couvrant pas tout le champ des polluants connus. Dans les transports, elle préconise notamment l’alignement progressif jusqu’en 2020 de la fiscalité de l’essence et du diesel, et la mise en place d’une taxe sur les émissions d’azote, d’oxyde d’azote et de particules fines.

Le rapport veut également accélérer le soutien aux transports propres (véhicules hybrides et électriques, fret ferroviaire, roulage des avions). Dans l’agriculture, la commission recommande d’étudier spécifiquement les causes de la surmortalité des agriculteurs du fait de certains types de cancers et de mieux contrôler les dispersions de polluants.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Riches ou pauvres, qui souffre le plus de la pollution   Lun 3 Aoû 2015 - 8:04

Riches ou pauvres, qui souffre le plus de la pollution ? Thibaut Schepman Rue89


Exposition au NO2 et défaveur socio-économique dans l'agglomération de Lyon (Equit'area)
   
Entre 68 et 97 milliards d’euros. C’est ce que coûte chaque année la pollution de l’air à la santé des Français. Soit deux fois plus que le tabac, selon le rapport de la commission d’enquête sénatoriale rendu public ce mercredi.

Citation :
Qui souffre le plus de cette pollution ? Pour répondre à cette question, une équipe de chercheurs de l’Ecole des hautes études en santé publique (EHESP) a lancé depuis 2009 un programme d’étude, baptisé Equit’area.

Ils ont publié des cartes de Lille [PDF], Lyon [PDF], Marseille et d’une petite partie de l’Ile-de-France qui permettent de chercher des liens éventuels entre inégalités sociales et exposition à la pollution atmosphérique.

Le XVIe et le VIIIe, très pollués

Première conclusion : il n’y a pas de stricte corrélation, les plus pauvres n’habitent pas toujours dans les endroits les plus pollués et certains ménages aisés respirent un air de mauvaise qualité. Ainsi à Paris, certains riches arrondissements traversés de grands boulevards haussmanniens ouverts à la circulation, comme le XVIe et le VIIIe [PDF], sont très pollués.

Mais on trouve de nombreuses similitudes. A Lille, Lyon ou à Marseille la pollution atmosphérique dioxyde d’azote (NO2) – émis par le chauffage, les sites industriels et surtout par le trafic automobile – est environ 20% plus élevée dans les quartiers les plus défavorisés.

Interrogé par Terra eco en 2013, le co-auteur de cette étude, Denis Zmirou, rappelait par ailleurs que l’on a construit des aménagements dans les quartiers riches, comme les boulevards sous-terrains entre Neuilly-sur-Seine et Nanterre (Hauts-de-Seine).

Ne plus vivre près de grands axes routiers

En revanche, les transversales urbaines et les périphériques ont le plus souvent été construits là où habitaient les populations les plus pauvres. Et c’est là aussi que l’on construit les logements sociaux. Or, le chercheur est formel, pour préserver la santé :

Citation :
Là où il y a de grands axes routiers, il ne faut pas qu’il y ait de fortes concentrations de populations et vice-versa. Il ne faut plus que l’on vive près de grands axes routiers. Et on ne devrait plus trouver de collèges, hôpitaux ou maisons de retraite à proximité.

Pour lutter contre ces effets, le Grenelle de l’environnement prévoyait d’interdire ou taxer la circulation des véhicules polluants en ville. Une solution jugée inégalitaire, malgré les redistributions prévues, puisque les ménages propriétaires de ces vieux véhicules sont souvent les plus pauvres et les plus dépendants de leur voiture. En attendant, ce sont le plus souvent les pauvres qui souffrent des conséquences de la pollution atmosphérique.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: La Pollution de l’Eau menace les JO de Rio 2016   Lun 3 Aoû 2015 - 8:10



La Pollution de l’Eau menace les JO de Rio 2016

Les athlètes qui nageront et navigueront sur les eaux de Rio pour les Jeux Olympiques d’Été 2016 risquent des problèmes de santé. En cause : un haut niveau de pollution de l’eau.


Citation :
Comme le révèle une enquête de l’Associated Press (AP), des niveaux très élevés de bactéries et surtout de virus en provenance d’eaux usées menacent la santé des sportifs, comme certains ont déjà pu en faire la désagréable expérience avec des symptômes comme de la fièvre, des vomissements ou des diarrhées.

Les responsables politiques brésiliens assurent que l’eau sera sûre pour les JO et le directeur médical du Comité International Olympique déclare que tout sera mis en oeuvre pour proposer des sites de compétition non pollués. Mais le Gouvernement et le CIO se basent uniquement sur des analyses bactériologiques, et non pas sur des analyses des virus dans l’eau.

La pollution des eaux de baignade peut être extrême à certains endroits au Brésil où la majorité des eaux usées n’est pas traitée. Des eaux usées brutes se déversent parfois directement dans la mer comme nous l’avons vu à São Conrado où le site de la compétition de surf a été retoqué par la WSL



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Haute-Loire : 200 kilos de truites de rivière victimes de la pollution   Lun 3 Aoû 2015 - 8:13

Haute-Loire : 200 kilos de truites de rivière victimes de la pollution

Des centaines de poissons morts ont été retrouvés depuis mardi matin dans la rivière Dunière sur la commune de Saint-Pal-de-Mons (43). Les garde-pêche penchent pour l'hypothèse d'une "pollution de surface."


Depuis le 28 juillet, les garde-pêche de Haute-Loire ne cessent de ramasser des jeunes truites mortes avec leur épuisette dans la rivière Dunière
FR3 Auvergne 31 juillet

Citation :
Des centaines de poissons morts ont été retrouvés depuis mardi matin dans la rivière Dunière sur la commune de Saint-Pal-de-Mons (43). L'incident s'est produit en aval du feu de forêt qui a détruit 20 hectares en début de semaine.

Les garde-pêche ont ramassé avec leur épuisette 200 kilos de truites mortes, des truites fario et arc-en-ciel, sur deux kilomètres et demi. Ils penchent pour l'hypothèse d'une "pollution de surface." Les jeunes poissons sont les plus touchés, alors que la faune aquatique semble avoir été épargnée.

Des prélèvements ont été effectués et plusieurs pistes sont évoquées : des produits retardants largués par les Canadair qui ont survolé la zone lors du feu de forêt, une pollution accidentelle d'une station de traitement des eaux ou un acte de malveillance.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Pollution chimique : les autorités britanniques renoncent à enquêter sur l’affaire Trafigura   Lun 3 Aoû 2015 - 8:18



Pollution chimique : les autorités britanniques renoncent à enquêter sur l’affaire Trafigura

L’agence de l’environnement britannique a renoncé à enquêter et à poursuivre la multinationale Trafigura, accusée d’avoir déversé plusieurs tonnes de déchets toxiques à Abidjan (Côte d'Ivoire) en 2006, en invoquant un manque d’expertise et de ressources. L’affaire avait été relancée après une enquête de trois ans, menée par Amnesty International et démontrant la responsabilité de l’entreprise dans cette catastrophe sanitaire qui avait tué 15 personnes et provoqué de nombreux problèmes respiratoires chez des dizaines de milliers d’Abidjanais. Neuf ans après les faits, l’affaire du Probo Koala reste sans suite.


Citation :
Le 19 août 2006, le Probo Koala, un cargo affrété par Trafigura, déverse dans divers canaux et décharges de la ville d’Abidjan des déchets toxiques.

Plusieurs milliers d’habitants se réveillent dans une forte odeur de soufre, qui provoque difficultés respiratoires, nausées, vomissements et irritations des muqueuses et des yeux.

Au total, quinze personnes décéderont à la suite de leur exposition aux déchets toxiques, et une centaine de milliers de personnes sera touchée.

"Pression financière" sur l'agence britanique de l'environnement

Après une enquête de trois ans, Amnesty International a publié en septembre 2012 un rapport complet sur les événements, démontrant la responsabilité de Trafigura et recommandant aux autorités d’ouvrir une enquête, afin que les responsables impliqués soient jugés.

L’ONG a réitéré sa requête en 2014, en envoyant un dossier détaillé à la justice britannique, exposant les nombreux motifs qui justifieraient selon elle l’ouverture d’une enquête. Le parquet britannique a déclaré ne pas être compétent sur le dossier, indiquant qu’une telle affaire devrait être traitée par l’agence de l’environnement.

Cette dernière vient à son tour d'annoncer qu’elle ne se saisirait pas du dossier, en expliquant ne pas avoir les compétences et les ressources pour mener l’enquête. Elle a également admis subir des "pressions financières" limitant son pouvoir d’investigation. La direction de cette structure étatique ne précise toutefois pas d'où viennent ces pressions.

Elle indique par ailleurs que Trafigura "prendrait probablement toutes les mesures possibles pour contester ou bloquer toute enquête", ce qui augmenterait considérablement le coût d’investigation, selon l’agence, qui conclut que "le rapport coût / bénéfice s’oppose à la conduite d’une enquête".

"Un désastre pour la justice"

Amnesty International a vivement réagi à l’annonce de l’agence de l’environnement : "Le fait que les autorités britanniques n’aient ni les outils, ni l’expertise ou les ressources pour enquêter sur ce cas est véritablement choquant" déclare Lucy Graham, conseillère juridique d’Amnesty. "Cela revient à donner aux entreprises multinationales carte blanche pour commettre des crimes à l'étranger".

La société Trafigura s’est dite "déçue" par les accusations répétées d’Amnesty International, accusant l’ONG de "recycler" des "affirmations mensongères" à son endroit. La multinationale n’a en revanche pas souhaité répondre aux questions des journalistes du Guardian, et n’a pas tenu à préciser de quelles affirmations mensongères elle parlait.

En dépit de son refus d’ouvrir une enquête, justifié par "l’ancienneté du crime présumé et des faibles chances de présenter une accusation solide", l'agence de l'environnement a concédé que si les accusations à l’encontre de Trafigura étaient vraies, il s’agirait d’une "grave infraction susceptible de concerner la juridiction britannique".

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Pollution de l'air. Bateaux de croisière géants: alerte aux particules fines   Lun 3 Aoû 2015 - 8:25



bateaux de croisière et pollution actus

Pollution de l'air. Bateaux de croisière géants: alerte aux particules fines Cathy Lafon


Un paquebot de croisière en escale à Bordeaux. Juin 2015

Cathy Lafon a écrit:
On se doute que les monstrueux bateaux de croisière sont source de pollution lorsqu'ils sillonnent les mers. Lors de leurs escales à terre, il suffit de les observer à quai pour les soupçonner de polluer également l'air des ports dans lesquels ils stationnent. Leurs énormes cheminées émettent en effet, 24 heures sur 24, un gros panache de fumée, issu des moteurs qu'ils laissent tourner pour nourrir et alimenter en électricité, électricité et air conditionné leurs milliers de passagers. Un impact écologique loin d'être neutre, quand on sait que certains paquebots vont jusqu'à transporter 7.000 personnes (5.000 voyageurs et 2.000 membres d'équipage), soit l'équivalent d'une petite ville.

Oui, mais de quoi est composée cette fumée et est-elle réellement dangereuse pour la santé ? Selon l'ONG allemande Nabu, qui a effectué des relevés dans le port de Marseille (photo AFP ci-contre) pour le compte de France nature environnement (FNE), un gros paquebot pollue autant qu'un million de voitures en terme de particules fines et d'oxyde d'azote. Selon les premiers résultats recueillis le mardi 21 juillet au terminal de la cité phocéenne, ce sont plus de 60.000 particules extrafines par centimètre cube qui ont été mesurées, contre 3.000 au parc du Pharo, près du Vieux-Port. Pas vraiment bon pour les poumons...

Fioul lourd

Pas de mystère : les moteurs des paquebots, comme ceux des navires marchands, tournent, en effet, au fioul lourd, ultra polluant et dangereux pour la santé, avec, en outre, une "teneur en souffre plus de 3.000 fois supérieure à celle du diesel des voitures ou des camions", pointe Adrien Brunetti, chargé de mission à la FNE. Aussi, l'ONG demande-t-elle au gouvernement la mise en place d'une zone de contrôle des émissions de soufre en Méditerranée, comme il en existe dans la Manche, en mer du Nord et en mer Baltique.

60.000 décès prématurés

Dans une étude publiée début juin , l'université de Rostock et le centre de recherche sur l'environnement allemand Helmholtz Zentrum Munich ont établi un lien indiscutable entre les gaz d'échappement des cargos et des maladies pulmonaires et cardiovasculaires graves. Les émissions du transport maritime, selon cette étude, provoquent 60.000 décès prématurés par an dans l'Union européenne et coûteraient aux services de santé européens la bagatelle de 58 milliards d'euros.

Et à Bordeaux ?

L'idéal, bien sûr, serait que les cargos et les paquebots de croisière changent à terme de carburant, en optant pour un carburant plus propre, et se dotent également, comme les automobiles et les poids lourds, de filtres à particules fines, ce qui n'est pas du tout le cas aujourd'hui. En attendant, à Bordeaux, comme dans tous les ports fluviaux ou maritimes où ils mouillent, on peut aussi se poser légitimement la question du volume de pollution que ces géants des mers, ajoutent, ou pas, dans un air urbain déjà pollué, en été, par le trafic automobile  les activités agricoles et/ou industrielles.

Certes, le port de Bordeaux, avec 36 paquebots de croisière accueillis cette année, n'a vraisemblablement rien de comparable en terme de pollution générée par le trafic fluvial, avec ceux de Hambourg ou de Marseille. Toutefois, pour en avoir le coeur net, la bonne idée ne serait-elle pas, pour l'agence de la qualité de l'air en Aquitaine, Airaq, d'installer un capteurs sur les quais, au niveau du stationnement des bateaux, afin d'effectuer des relevés de qualité de l'air ? Puis, pour la mairie, de faire installer un système d'alimentation électrique, comme le port de Marseille prévoit de le faire en 2015, afin d'éviter aux bateaux de croisière de faire tourner leurs moteurs à l'arrêt ? Alimenté, pourquoi pas, par des énergies renouvelables, ce serait super top...




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Exposition chimique des salariés : Technicolor condamnée, Samsung s'excuse publiquement   Lun 3 Aoû 2015 - 8:29



Exposition chimique des salariés : Technicolor condamnée, Samsung s'excuse publiquement
9 juillet 2015

La délocalisation de l’industrie électronique dans les pays asiatiques pose de nombreux problèmes environnementaux et sociaux. Deux affaires ont récemment remis en cause le droit des industriels à utiliser des produits hautement toxiques. Technicolor (ex-Thomson) a ainsi été condamnée par la justice taïwanaise à verser 16 millions d’euros aux victimes. Et Samsung poussée à présenter des excuses publiques et à dédommager ses ouvriers en Corée du Sud. Des avancées symboliques.



Des employés d'une usine de semi-conducteurs en Corée du Sud appartenant à Samsung

Citation :
"Le faible coût des smartphones est compensé par des conditions de travail qui sacrifient des ouvriers en Chine, au Vietnam et en Corée du Sud. Nous avons le pouvoir de stopper cela." C'est par cet appel à la conscientisation des consommateurs que Jeong-ok Yoo Kong, une chercheuse de l'association Sharps (Supporters for the Health And Rights of People in the Semiconductor Industry) a conclu la 14ème Conférence internationale sur l'histoire des sciences en Asie orientale.

Les experts réunis à Paris cette semaine sont revenus sur deux affaires emblématiques qui concernent Samsung et Technicolor (ex-Thomson). Conditions de travail inhumaines, exposition à des produits toxiques, pollution des sols : l’industrie électronique, qui s’est largement délocalisée dans les pays asiatiques, fait régulièrement l’objet d’attaques. Mais les associations de défense des travailleurs et les ONG environnementales ont réussi à faire pression sur les deux multinationales.  

Après dix-sept ans de lutte, les ouvrières taïwanaises employées dans des usines de fabrication de téléviseurs ont ainsi obtenu une première victoire. L’entreprise française Technicolor (ex-Thomson) et deux de ses filiales ont été condamnées pour avoir sciemment exposé ces ouvrières à des solvants toxiques affectant leur santé, et entraînant parmi elles de nombreux cas de cancers. La firme devra verser 16 millions d’euros d’indemnités aux victimes.

Le verdict a été prononcé le 17 avril dernier par un tribunal de Taipei et pourrait faire jurisprudence dans les affaires de pollution industrielle impliquant des multinationales.

1 572 cas de cancers et 200 décès

L’usine RCA (Radio Corporation of America), dans laquelle travaillaient les 529 plaignantes, a été rachetée en 1986 par General Electric, puis cédée deux ans plus tard au groupe français Thomson-CSF, aujourd’hui Technicolor. Ce-dernier a fermé les usines de Taïwan en 1992.

Pendant cette période, le tribunal a constaté que RCA avait enfreint la réglementation sur les solvants organiques et le plomb : pas de ventilation appropriée, pas de port de masques, des contrôles insuffisants et aucun suivi médical régulier. Sur la base de différentes études épidémiologiques, il a estimé que l’exposition à ces produits toxiques, 31 exactement selon les experts, avait affecté la santé des travailleurs. 1 572 cas de cancers ont été détectés parmi les ouvrières, dont plus de 200 ont entraîné la mort.

Citation :
"Quand je travaillais à RCA, témoigne l’une des anciennes ouvrières, mon nez saignait souvent, sans raison. J’ai eu deux enfants morts nés. Personne ne nous a jamais dit que nous utilisions des produits chimiques dangereux. Aujourd’hui, ma meilleure amie est morte du cancer des poumons et moi, depuis 1997, j’ai un cancer du rhinopharynx."
Pas de reconnaissance des liens de cause à effet par Technicolor

Par ailleurs, la cour a également démontré que l’usine avait pollué l’eau de la nappe phréatique avec ces solvants, contaminant là encore les ouvriers qui l'utilisaient pour leur consommation quotidienne, pour faire la cuisine et pour leur toilette. "Durant la même période, les cadres de l’usine prenaient soin d’acheter de l’eau en bouteille pour leur consommation personnelle", peut-on lire dans le compte-rendu du tribunal.

Malgré une décision qui leur est favorable, les plaignantes ont choisi de faire appel. Elles demandent une indemnisation plus importante mais surtout, elles souhaitent que General Electrics rejoigne le banc des accusés.

De son côté, Technicolor, qui a également fait appel, souhaite elle aussi voir reconnaître la part de responsabilité de l’entreprise américaine : "On a hérité d’une usine avec des problèmes, il serait normal que General Electrics prenne en charge une partie des indemnités". Sur le fond, la firme française ne reconnaît pas les liens de cause à effet entre l’exposition aux solvants et l’apparition de cancers. La bataille des ouvrières taïwanaises est donc loin d’être finie.

Des excuses publiques de la part de Samsung…

En Corée du Sud, ce sont les ouvriers de Samsung qui se battent pour obtenir réparation. Après le décès de deux jeunes femmes atteintes de leucémie, il y a huit ans, décès reconnus par la justice comme des "accidents industriels", un mouvement de contestation s’est levé, porté notamment par l’association Sharps.

Cette mobilisation a réussi à faire plier le leader mondial des smartphones. En mai 2014, il s’est publiquement excusé : "Nous regrettons qu'une solution à cette question délicate n'ait pas été trouvée dans de plus brefs délais, et nous aimerions saisir cette occasion pour faire part de nos plus sincères excuses aux personnes touchées par la maladie". Des excuses qui ont fait la Une des journaux sud-coréens.

Quelques mois plus tard, Baek Soo-hyun, le responsable en charge des négociations avec les ONG et les syndicats représentant les ouvriers, a annoncé que "Samsung Electronics dédommagera toutes les familles des salariés (…) morts d’une leucémie, ainsi que ceux qui se battent contre cette maladie et d’autres incurables." Le géant de l’électronique n’a cependant pas reconnu, lui non plus, le lien entre les conditions de travail dans ses usines et les cas de cancers chez ses ouvriers.

… mais des indemnisations trop restrictives

Des négociations sont en cours depuis décembre sur le dédommagement proposé par la firme au titre de la "solidarité avec ses ouvriers et leurs familles". "Mais l’offre de Samsung est assortie de conditions tellement strictes que la plupart des victimes ne seront pas indemnisées", déplore Jeong-ok Yoo Kong de Sharps. Reprenant les calculs d’un magazine sud-coréen, l’association estime que sur les 163 victimes, 107 seraient d’ores et déjà exclues des compensations au vu des critères imposés.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Des déchets potentiellement polluants envahissent les quais d’Amfreville   Lun 3 Aoû 2015 - 8:36



Des déchets potentiellement polluants envahissent les quais d’Amfreville 30 juillet



Citation :
Le spectacle est désolant. Depuis des mois, des déchets sont abandonnés sur le bord de l’ancien chemin de halage, à Amfreville-la-Mivoie, à quelques centaines de mètres de la déchetterie du Pré au loup de Rouen. Potentiellement polluants, il s’agit de tôles de ciment amiante et de plusieurs bidons contenant un produit blanchâtre non identifié et éparpillé en flaques sur les quais. Devant ce manque de civisme dégradant, riverains et promeneurs s’interrogent : pourquoi personne ne les enlève ?

La question est surtout de savoir à qui appartient le terrain. La Métropole, chargée de la collecte des déchets et qui porte, pour ces berges, un projet de piste cyclable et de valorisation, indique qu’elle ne peut intervenir puisqu’il s’agit d’un domaine privé. Selon elle, ces déchets seraient sur un terrain appartenant à une entreprise, la Snammi (société normande d’application de moteurs et de matériel industriel) dont le siège, autrefois situé 161 route de Paris à Amfreville-la-Mivoie, a été délocalisé en 2011 à Seclin, dans le Nord. Contactée, l’entreprise ne peut répondre à nos questions avant le 17 août...

Courriers sans réponses

Mais selon le maire d’Amfreville-la-Mivoie, cadastre à l’appui, seuls quelques bouts de tôles seraient éventuellement sur le terrain de cette entreprise. Les bidons incriminés seraient en réalité sur le domaine du Grand port maritime de Rouen, concessionnaire du lieu. « Je leur ai envoyé un premier courrier il y a trois mois leur demandant de faire le nécessaire. J’ai réitéré ma requête il y a huit jours. Je n’ai jamais eu de nouvelles », regrette Luc Von Lennep. L’élu n’accuse pas le Port d’être à l’origine de ces déchets, mais demande qu’ils soient retirés. « Quand les bidons ont été déposés, ils étaient fermés. Désormais, ils ont été renversés. Pour ceux qui auront à enlever ces déchets, il y a un coût de nettoyage évident. C’est pour ça que personne ne se précipite ! Pour le Port c’est une situation difficile à gérer. » Contacté, le Port assure ne pas avoir retrouvé trace de ces courriers et en a redemandé une copie à la mairie. Et en attendant que les autorités se mettent d’accord, les bidons fuient toujours...


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: CATASTROPHES INDUSTRIELLES et POLLUTIONS    Dim 16 Aoû 2015 - 10:11

En attendant les statistiques de la pollution aux USA :

Un gigantesque incendie ravage une usine chimique au Texas (PHOTO, VIDEO)
15 août 2015 10:25

http://francais.rt.com/international/5630-explosion-conroe-texas
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: CATASTROPHES INDUSTRIELLES et POLLUTIONS    Lun 17 Aoû 2015 - 15:56

Admin : j'ai déplacé les messages concernant la catastrophe de Tianjin dans un nouveau sujet CATASTROPHES iNDUTRIELLES...
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin


Messages : 6316
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: CATASTROPHES INDUSTRIELLES... Tianjin en Chine... Barrage au Brésil, etc.   Lun 17 Aoû 2015 - 16:15

(je sépare ce sujet notamment la catastrophe de Tianjin)

Plus de 4 000 Chinois meurent tous les jours de la pollution de l’air Audrey Garric 14 août 2015


La ville chinoise de Shenzhen sous la pollution, le 23 avril 2015

Citation :
Les ravages de "l'Airpocalypse" se poursuivent en Chine. Et les chiffres ont de quoi faire tourner la tête : la pollution de l'air due aux particules fines PM2,5 (celles d'un diamètre inférieur à 2,5 micromètres, qui se nichent profondément dans les poumons) tue 1,6 million de personnes chaque année dans l'Empire du milieu, soit plus de 4 000 par jour, ce qui représente 1 mort prématuré sur 6 dans le pays. Ce sont les conclusions d'une étude menée par l'université californienne de Berkeley (Etats-Unis), qui doit être publiée dans la revue scientifique PLoS ONE la semaine prochaine.

Cette étude n'est pas la première à révéler l'étendue des méfaits du smog chinois. En 2012, un article publié dans la revue médicale britannique The Lancet avait déjà calculé que 1,2 million de personnes mourraient prématurément en raison de la pollution atmosphérique dans le pays. Cette fois, les recherches de l'université californienne ont utilisé les récentes données de surveillance de la qualité de l'air fournies par les autorités chinoises.

Les scientifiques américains Richard Muller et Robert Rohde ont ainsi analysé quatre mois de données en temps réel, relevées toutes les heures dans 1 500 stations de mesure réparties dans le pays. Quatre polluants sont mesurés : les particules fines, le dioxyde de soufre, le dioxyde d'azote et l'ozone. Ils ont ensuite utilisé un modèle de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour traduire ces niveaux de pollution en taux de mortalité. Ce dernier est lié à cinq maladies : les accidents vasculaires cérébraux, les maladies coronariennes, les cancers du poumon, les broncho-pneumopathies chroniques obstructives et les infections des voies respiratoires inférieures.

Résultat : entre le 5 avril et le 5 août 2014, 92 % de la population avait subi un air "malsain" (selon les normes américaines) pendant au moins 120 heures, et 38 % y avait été exposé sur l'ensemble des quatre mois. Sur cette période, l'exposition moyenne des Chinois aux PM2,5 était de 52 microgrammes par mètre cube d'air (µg/m3), alors que l'OMS prévoit des valeurs maximales de 10 μg/m3 en moyenne annuelle.


"La pollution atmosphérique est la pire catastrophe écologique dans le monde aujourd'hui", alerte Richard Muller, dans un communiqué de l'université californienne de Berkeley, rappelant que la pollution atmosphérique a causé 7 millions de morts sur la planète en 2012 selon l'OMS. "Lors de ma dernière visite à Pékin, la pollution avait atteint un niveau dangereux : chaque heure d'exposition réduisait mon espérance de vie de 20 minutes, raconte-t-il. C'était comme si chaque homme, femme et enfant fumaient 1,5 cigarette toutes les heures."

La pollution est un fléau pour l'ensemble de la Chine. Car si les principales régions touchées sont situées à l'est du pays (essentiellement le corridor entre Pékin, au nord-est, et Shanghaï au sud-est), le centre n'est pas épargné du fait de la circulation des polluants atmosphériques. L'est du pays, en particulier les grandes agglomérations, est responsable de la majorité des émissions.


En cause ? La pollution des véhicules tout d'abord, qui rejettent du dioxyde d'azote et des particules fines (pour les moteurs diesel). Mais surtout, le chauffage durant l'hiver, et la construction et l'industrie, qui fonctionnent en grande partie au charbon. La Chine tire 64 % de son énergie de ce minerai, le plus polluant des combustibles, ce qui en fait le premier émetteur mondial de gaz à effet de serre. Engagée dans une "guerre contre la pollution", elle a toutefois prévu l’arrêt de centaines de centrales à charbon d'ici à 2017, au profit du gaz et des énergies renouvelables.



Dernière édition par Admin le Dim 8 Nov 2015 - 13:28, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html En ligne
Admin
Admin


Messages : 6316
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: CATASTROPHES INDUSTRIELLES et POLLUTIONS    Lun 17 Aoû 2015 - 16:17

Tianjin : "Le gouvernement veut détourner l'attention du peuple", témoigne une habitante FranceInfoTV 15 août

Une habitante de la ville où s'est déroulée la catastrophe qui a fait au moins 104 morts témoigne de l'inquiétude des Chinois face au risque de pollution, et de leur scepticisme vis-à-vis du discours officiel.



Des habitants de la ville de Tianjin (Chine) portent un masque pour se protéger de la pollution,
vendredi 14 août, après de graves explosions sur un site qui stockait des produits chimiques dangereux, deux jours plus tôt.

Propos recueillis par Louis Boy 15/08/2015

Citation :
Les pompiers luttent toujours contre l'incendie, samedi 15 août, à Tianjin (Chine), trois jours après les gigantesques explosions qui ont fait au moins 104 morts (bilan provisoire à 18 heures samedi, heure française). La catastrophe s'est produite dans un entrepôt d'une zone portuaire de la ville appartenant à une société spécialisée dans les produits chimiques dangereux. Vendredi, certains de ses produits continuaient de s'échapper, laissant craindre de nouvelles explosions, et les autorités laissaient planer le flou sur l'éventualité d'une pollution chimique de l'air.


Francetv info a recueilli le témoignage de Feng*, une jeune habitante de Tianjin, qui souhaite garder l'anonymat. Elle raconte l'état d'esprit de la population, entre colère et inquiétude.

Francetv info : Quelle est l'ambiance à Tianjin aujourd'hui ?

Feng : Les gens sont un peu inquiets. Surtout à propos de l’environnement. Ils ont peur de la pollution, mais ils craignent aussi que ne se produisent d’autres explosions, car on dit qu'il y a un risque. Dans la rue, les passants ne portent pas forcément de masques. Mais sur internet, des gens ont commencé à vendre des masques spéciaux, qui sont censés protéger de la pollution des produits chimiques.


Ce risque de pollution est-il évoqué par les autorités ?

Mes informations sur la pollution viennent d’internet : partout, y compris dans les médias d'Etat, il y a des consignes disant de faire attention. Tout le monde s'informe sur les réseaux sociaux. La télévision en a brièvement parlé, mais je ne sais pas s’ils ont donné la liste complète des produits [qui se trouvaient dans le périmètre de la catastrophe]. Et pourquoi l'accès au site des explosions est-il interdit ? Est-ce qu'il y a des choses à cacher ?


Pour moi, le gouvernement donne des informations qui ne sont ni claires, ni fiables, sur la cause de l’accident, et sur les raisons pour lesquelles il est si grave. Je pense qu'on veut détourner l’attention du peuple et esquiver les questions gênantes. Les médias d'Etat mettent en avant la mort des pompiers [parmi les 56 victimes, au moins 17 étaient des pompiers arrivés sur les lieux après la première explosion], en les présentant comme des héros, plutôt que de se demander pourquoi ils sont morts. Pourtant, tout le monde se dit que ce n’est pas normal que des pompiers aient tout de suite été envoyés sur place, sans attendre de savoir si le lieu était dangereux.


Pour vous, les autorités ont une part de responsabilité dans cette catastrophe ?

On s'interroge : est-ce que les normes et les règles ont bien été respectées ? Est-ce que les autorités étaient liées au patron de l’entreprise ? Pour nous, ce quartier n'était pas un quartier dangereux. Beaucoup de gens y vivent, il y a des immeubles d’habitation et même un stade de foot. On se demande comment des produits chimiques dangereux ont pu être stockés dans cette zone. Les gens sont en colère, car ils ont le sentiment que personne ne fait attention à la loi et aux règlements.


A mon avis, ces explosions sont le signe qu’il y a un problème de sécurité en Chine. J’ai lu dans un article que ce n'était pas un accident isolé : il y aurait déjà eu beaucoup d’autres incidents comme celui-là, mais de moindre ampleur, donc personne n'y prête attention. Mais je pense qu'on finira par connaître la vérité sur cette histoire : aujourd'hui, c’est trop difficile de censurer tout ce qui est publié sur les réseaux sociaux.

*Le prénom a été modifié à la demande de notre interlocutrice





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html En ligne
Admin
Admin


Messages : 6316
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: CATASTROPHES INDUSTRIELLES et POLLUTIONS    Lun 17 Aoû 2015 - 16:18



Catastrophe de Tianjin: les craintes de contamination se confirment Challenges.fr 16-08-2015 à 19h39

L'armée chinoise a confirmé la présence sur le site du port de Tianjin, de centaines de tonnes de cyanure hautement toxique. Le bilan s'est alourdi, les explosions ont fait 112 morts.

Au lendemain des gigantesques explosions survenues le 12 août 2015 à Tianjin, les photos prises dans la ville chinoise montrent des paysages apocalyptiques. Ici, sur leur aire de stockage, ces voitures photographiées le 13 août ont toutes brûlé.

Citation :
L'armée chinoise a annoncé dimanche 16 août que des centaines de tonnes de cyanure hautement toxique avaient bien été entreposées sur le site du port de Tianjin dévasté par des explosions qui ont fait 112 morts, ravivant les craintes de contamination. Il s'agit de la première confirmation officielle de la présence de ce composant chimique extrêmement dangereux dans l'entrepôt où ont eu lieu mercredi les deux gigantesques déflagrations.

La catastrophe nourrit les craintes de contamination parmi les 15 millions d'habitants de cette métropole portuaire de l'est de la Chine. Les familles des victimes accusent les autorités de vouloir cacher la vérité tandis que des sites internet ont été bloqués pour avoir diffusé des "rumeurs".

Près de 100 personnes, dont 85 pompiers, manquent toujours à l'appel mais les autorités ont expliqué qu'elles pourraient figurer parmi les 88 corps qui n'ont toujours pas été identifiés. Plus de 700 personnes ont été hospitalisées à la suite des déflagrations, qui ont déclenché des incendies que les secouristes peinent depuis à éteindre, avec de nouvelles explosions samedi.

Le général Shi Luze, chef d'état-major de la région militaire de Pékin, a déclaré lors d'une conférence de presse que du cyanure avait été identifié en deux endroits du site où se sont produites les explosions. "D'après les estimations préliminaires, le volume atteignait plusieurs centaines de tonnes", a-t-il dit.

700 tonnes de cyanure de sodium

Il n'a pas précisé de quel type de cyanure il s'agissait mais les médias chinois avait évoqué auparavant la présence de 700 tonnes de cyanure de sodium. Ce composant, qui se présente sous forme de poudre cristalline, peut sous certaines conditions libérer du cyanure d'hydrogène, un "gaz hautement toxique asphyxiant qui agit sur la capacité de l'organisme à utiliser l'oxygène" et peut être "rapidement mortel" selon le Centre américain pour le contrôle des maladies. Les autorités chinoises ont fait venir sur place des spécialistes travaillant pour des fabricants de cette matière dangereuse, qui ont utilisé de l'eau oxygénée pour tenter de la neutraliser. Une équipe de 217 militaires spécialistes des armes nucléaires, bactériologiques et chimiques a également été déployée.

Les autorités chinoises n'ont eu de cesse de tenter de rassurer les habitants, assurant qu'en dépit de la présence de taux anormaux de certains polluants, l'air de Tianjin était respirable.

Le Premier ministre Li Keqiang s'est rendu sur les lieux dimanche après-midi afin de prendre les rênes des opérations de secours comme c'est souvent l'usage dans de telles circonstances, selon les médias officiels qui l'ont montré le visage découvert, sans masque.

"Rien n'est vrai"

Ce qui n'a pas empêché l'agence Chine Nouvelle d'indiquer que la densité de cyanure dans les eaux usées était jeudi 10,9 fois supérieure à la normale. Ce taux a depuis baissé pour s'établir à deux fois le taux normal. Greenpeace a expliqué dimanche avoir testé les eaux de surface en quatre endroits de Tianjin mais que les niveaux de cyanure n'étaient pas élevés.

"Cela montre que les réserves d'eau ne sont pas gravement contaminées",
a dit l'association de défense de l'environnement. Greenpeace a souligné que ces tests ne révèlaient rien sur la présence ou non d'autres produits dangereux et a renouvelé son appel à des tests exhaustifs de l'air et de l'eau, dont les résultats, a-t-elle dit, doivent être rendus publics.

Les médias officiels avaient annoncé samedi que les quartiers situés dans un rayon de trois kilomètres du site des explosions avaient été évacués.

Les autorités ont depuis déclaré que ces informations étaient inexactes bien que des barrières empêchant l'accès à la zone aient été érigées et que des gens aient été vus en train de partir.

Les habitants, les proches des victimes et les internautes ont été nombreux à critiquer le manque de transparence de Pékin.

Samedi, des familles ont tenté de faire irruption dans la salle où les autorités donnaient une conférence de presse. Et dimanche, des proches de victimes étaient également présents dans l'hôtel où les dirigeants locaux s'adressaient aux journalistes. "Police, je vais tuer quelqu'un", s'est écrié un homme en larmes, avant d'être réconforté par un policier.

Un autre s'en est pris aux journalistes qui tentaient de le prendre en photo: "ne prenez pas ma photo, ça ne sert à rien. Rien n'est vrai dans les informations!".

Censure sur les réseaux sociaux

Les autorités tentent d'étouffer les critiques sur leur gestion de la crise, censurant certains commentaires postés sur internet. Plus de 360 comptes ont été fermés sur les réseaux sociaux.

Une cinquantaine de sites internet ont également subi les foudres de Pékin "pour avoir semé la panique en publiant des informations non vérifiées ou en permettant aux usagers de répandre des rumeurs infondées", d'après le régulateur chinois de l'internet.

"Pourquoi les +rumeurs+ circulent-elles de partout à chaque fois qu'il y a un désastre? S'agit-il vraiment de rumeurs?",
se demandait un utilisateur du réseau social Sina Weibo. "Le gouvernement ment. Vous avez tant menti au peuple que vous n'êtes plus dignes de confiance".

"Pas de liberté d'expression. Les mots sont interdits de manières diverses",
écrivait un autre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html En ligne
Admin
Admin


Messages : 6316
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: CATASTROPHES INDUSTRIELLES et POLLUTIONS    Lun 17 Aoû 2015 - 16:20

Vlad2 a écrit:
16 août 2015

Pollution mondiale de l’air ; hors catastrophes industrielles; réalités et prévisions ,sources des tensions Chine / USA à venir

Prévisions optimistes de 2007? calculées pour 2050,déjà integrées dans notre avenir sans revolution,le triple de 2007, et dejà pulverisées en 2015 .

Décès prématurés prévus en 2007 pour 2050, dus à la seule pollution de l’air : au minimum 6 millions de personnes /an, en majorité Asie (Chine, Inde),Afrique (Nigeria,etc) ?

Citation :
By 2050, 6 million people will die per year due to air pollution.

http://www.conserve-energy-future.com/various-air-pollution-facts.php


derniére statistique US de 2010 ,rien depuis ?

http://www.epa.gov/airtrends/reports.html

Citation :
le site de l’EPA United States Environmental Protection Agency est traduit en espagnol, chinois, vietnamien et coreen ?

http://www.epa.gov/airtrends/


Carte interactive de la pollution mondiale en CO2

Citation :
Jeremy Boy, doctorant de l'équipe Aviz en visualisation interactive des données, a créé sur Mediapart une carte qui permet de comparer les taux d’émissions de CO2 de différents pays à une date donnée. À l'heure où l'on s'alarme sur la qualité de l'air, ce point sur l'évolution du CO2 à travers le monde permet de s'emparer pleinement du sujet.
La thèse de Jeremy Boy, co-encadrée par Jean-Daniel Fekete, responsable de l'équipe Aviz et Françoise Detienne (CNRS / Telecom ParisTech), avec le support de Remy Bourganel (EnsadLab) a pour but de vérifier qu’une visualisation narrative (storytelling) peut engager le lecteur dans l’exploration de données.

http://www.inria.fr/centre/saclay/actualites/carte-interactive-de-la-pollution-mondiale-en-co2


La mondialisation a donc bien transferée la pollution de l’Occident au “tiers monde”en la demultipliant .Mais l’air pollué en Chine peut atteindre la Californie,comme la radioactivité de Fukushima.L’asthme est déjà la premiere cause de l’abscenteisme scolaire en Californie.

Pour rappel, 8000 décès à Londres en 1952 dans son pire smog connu.

Air pollution is not a recent occurrence. In 1952, the Great Smog of London killed 8000 people.

Le Monde 23 mai 2014 cité plus haut

Citation :
La pollution de l'air extérieur tuerait plus de 3,5 millions de personnes chaque année, avance l'OCDE. Un état des lieux qui corrobore celui dressé, fin mars, par l'Organisation mondiale de la santé : révisant fortement à la hausse le bilan sanitaire des polluants atmosphériques, l'OMS avait estimé que la pollution de l'air extérieur avait causé, en 2012, 3,7 millions de décès dans le monde.

La tendance est à l'augmentation. Selon l'OCDE, ce taux de mortalité a progressé de 4 % dans le monde entre 2005 et 2010, de 5 % en Chine et de 12 % en Inde. En clair, la pollution est devenue la principale cause de mort prématurée. Si certains pays ont réduit ce taux (Norvège, Etats-Unis, France, Pays-Bas, Royaume-Uni…), d'autres ont vu le nombre de morts fortement augmenter durant cette période, comme l'Australie, le Mexique, la Corée ou le Portugal.

Depuis ? La tendance est à l'augmentation accelerée sinon exponentielle et donc revisée à la hausse en permanence.

Citation :
Pollution mondiale de l’air (2007) par pays,estimée à 2 Millions de décès prématurés :

- 656,000 Chinois
- 527,700 Indous
- 41,200 US

http://news.nationalgeographic.com/news/2007/07/070709-china-pollution.html


l'OMS avait estimé que la pollution de l'air extérieur avait causé, en 2012, 3,7 millions de décès dans le monde.

puis nouvelle éstimation OMS mars 2014:

7 millions de décès prématurés sont liés à la pollution de l'air chaque année OMS 25 mars 2014

OMS a écrit:
25 mars 2014 | Genève - Dans de nouvelles estimations publiées aujourd’hui, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) indique que près de 7 millions de personnes sont décédées prématurément en 2012 – une sur huit au niveau mondial – du fait de l’exposition à la pollution de l’air. Ces chiffres représentent plus du double des estimations précédentes et confirment que la pollution de l’air est désormais le principal risque environnemental pour la santé dans le monde. On pourrait sauver des millions de vies en luttant contre la pollution de l’air.

et enfin chiffres 2015

Plus de 4 000 Chinois meurent tous les jours de la pollution de l’air Audrey Garric 14 août 2015 , soit plus de 1.2 millions de Chinois par an en 2014/15, le double de 2007

idem pour l’Inde à la louche donc plus d’ un million......

Sans changements,et au vu de la hausse éstimée et effective, les previsions pour 2050 semblent donc depasser les 15/12 millions annuels ,au moins ,plus du double de l’estimation de 2007? Soit une guerre mondiale type 1914/18 !!
Dont à peine plus de 200 000 US...

.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html En ligne
Admin
Admin


Messages : 6316
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: CATASTROPHES INDUSTRIELLES et POLLUTIONS    Lun 17 Aoû 2015 - 16:21

Vlad2 a écrit:
Bien que vu à la telé ,precisions en plus, 700 tonnes de cyanure de sodium :

Chine: près de 200 sinistrés manifestent à Tianjin

Citation :
Environ 200 sinistrés se sont rassemblés lundi à Tianjin pour réclamer des dédommagements ou des aides à la reconstruction après les explosions de la semaine dernière. Ils accusent les autorités de les ignorer.

Deux cents personnes se sont rassemblées devant l'hôtel où se déroulait une conférence de presse du maire adjoint de Tianjin, He Shushan. "C'est le seul moyen d'attirer l'attention du gouvernement. Jusqu'ici, ils n'ont pas tenu compte de nous", a déploré Li Jiao, un riverain du site qui fait partie des 6300 personnes évacuées.

Une trentaine de policiers et de militaires ont empêché les manifestants de pénétrer dans l'hôtel, mais aucun débordement n'a eu lieu.

Nouvelle explosion

Le bilan officiel de la catastrophe s'élève désormais à 114 morts, plus de 700 blessés et 70 disparus, essentiellement des pompiers, selon l'agence officielle Chine nouvelle, qui fait état d'une nouvelle explosion lundi, beaucoup moins violente que celles de mercredi. La fumée s'est dissipée mais des flammes étaient encore visibles.

Lors de la conférence de presse, He Shushan a confirmé que 700 tonnes de cyanure de sodium se trouvaient dans l'entrepôt où l'une des explosions s'est produite. Le nettoyage du site, confié à des équipes spécialisées dans la manipulation des substances dangereuses, pourrait être achevé dans la journée, a-t-il poursuivi.

D'après plusieurs organes de presse officiels, la réglementation en vigueur interdisait le stockage de produits dangereux aussi près d'une zone résidentielle. Le Parquet populaire suprême (PPS) a ouvert une enquête sur "d'éventuels actes illégaux, dont l'abus de pouvoir ou le manquement au devoir", selon Chine nouvelle.

http://www.romandie.com/news/Chine-pres-de-200-sinistres-manifestent-a-Tianjin/621402.rom



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html En ligne
Admin
Admin


Messages : 6316
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: CATASTROPHES INDUSTRIELLES et POLLUTIONS    Lun 17 Aoû 2015 - 16:22

Vlad2 a écrit:
cyanure de sodium confirmé par He Shushan et ses consequences :

C'est une des seules substances qui forme des composés de l’or solubles dans l'eau et ainsi est utilisée en bijouterie pour exécuter des dorures. Il est aussi utilisé pour extraire l’or du minerai.

wikipedia a écrit:
Risques
Au contact de l'eau ou de l'humidité, il forme des vapeurs inflammables. Il ne faut donc pas utiliser de l'eau en cas d'incendie, mais des mousses ou des poudres.
Le produit est très toxique en cas d'inhalation ou d'ingestion. En cas de fuite, il est conseillé de porter des protections (masque respiratoire, gants et vêtements de protection, et d'évacuer la zone contaminée)1.

Explosion dans le port de Tianjin du 12 août 2015
Cette explosion aurait été susceptible de disséminer dans la nature une quantité non mesurée de cyanure de sodium5, puisque le périodique Les Nouvelles de Pékin a temporairement révélé, avant de se rétracter, que 700 tonnes de ce produit auraient été stockées sur le site.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cyanure_de_sodium

Il semblerait que la majorité des victimes soient des pompiers non formés, à ce type de sinistres qui en utilisant de l’eau pour eteindre l’incendie,l’ont amplifié et ont été intoxiqués.

ILs ont été relayés par des militaires rompus a ce type d’incendie:
Citation :

Les experts militaires étouffent peu à peu l’incendie sous des tonnes de sable. Si le feu a tenu aussi longtemps, c’est à cause d’un mélange détonnant de produits chimiques. Mais la zone de fret de Tianjin, où toute activité est suspendue jusqu’à nouvel ordre, est désormais sécurisée. A deux kilomètres du port, des barrages de police bloquent l’accès au public. Six mille personnes ont été évacuées. Elles vivent actuellement sur des matelas ou sous des tentes, par 35°C degrés tout de même. Des écoles ont été réquisitionnées, rapporte notre envoyée spéciale à Tianjin, Delphine Sureau.

La qualité de l'air suscite des inquiétudes

Devant les hôpitaux de la ville, le soutien aux sinistrés est désormais rodé. Les bénévoles affluent par centaines pour prêter main-forte. Ils distribuent de l’eau, de la nourriture, mais aussi des masques, car l’air est encore fortement chargé en produits toxiques qui grattent la gorge et le nez. Quand on approche du site, cela devient irrespirable. Les responsables de Tianjin assurent que l’air n’est pas pollué, mais Greenpeace a déjà fait ses propres mesures et a relevé la présence de particules de cyanure de sodium particulièrement toxiques, alors que le journal Les Nouvelles de Pékin a écrit, dans un article rapidement censuré, que 700 tonnes de ce produit étaient stockées sur le site de l’explosion et qu’on retrouve la substance dans les eaux usées.

http://www.rfi.fr/asie-pacifique/2min/20150814-catastrophe-industrielle-chine-tianjin-rescapes-hopitaux-air-irregulari



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html En ligne
Admin
Admin


Messages : 6316
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: CATASTROPHES INDUSTRIELLES et POLLUTIONS    Lun 17 Aoû 2015 - 16:23

Vlad2 a écrit:
Liberation dit :

112 morts à Tianjin, le risque de contamination au cyanure confirmé
AFP 15 AOÛT 2015 À 10:06 (MIS À JOUR : 16 AOÛT 2015 À 18:22)

L'armée chinoise a annoncé dimanche que des centaines de tonnes de cyanure hautement toxique avaient bien été entreposées sur le site.

L'armée chinoise a annoncé dimanche que des centaines de tonnes de cyanure hautement toxique avaient bie été entreposées sur le site du port de Tianjin dévasté par des explosions qui ont fait 112 morts, ravivant les craintes de contamination.
Il s’agit de la première confirmation officielle de la présence de ce composant chimique extrêmement dangereux dans l’entrepôt où ont eu lieu mercredi les deux gigantesques déflagrations. La catastrophe nourrit les craintes de contamination parmi les 15 millions d’habitants de cette métropole portuaire de l’est de la Chine. Les familles des victimes accusent les autorités de vouloir cacher la vérité tandis que des sites internet ont été bloqués pour avoir diffusé des «rumeurs».

Près de 100 personnes, dont 85 pompiers, manquent toujours à l’appel mais les autorités ont expliqué qu’elles pourraient figurer parmi les 88 corps qui n’ont toujours pas été identifiés. Plus de 700 personnes ont été hospitalisées à la suite des déflagrations, qui ont déclenché des incendies que les secouristes peinent depuis à éteindre, avec de nouvelles explosions samedi.
Le général Shi Luze, chef d’état-major de la région militaire de Pékin, a déclaré lors d’une conférence de presse que du cyanure avait été identifié en deux endroits du site où se sont produites les explosions. «D’après les estimations préliminaires, le volume atteignait plusieurs centaines de tonnes», a-t-il dit.

«GAZ HAUTEMENT TOXIQUE ASPHYXIANT»

Il n’a pas précisé de quel type de cyanure il s’agissait mais les médias chinois avait évoqué auparavant la présence de 700 tonnes de cyanure de sodium. Ce composant, qui se présente sous forme de poudre cristalline, peut sous certaines conditions libérer du cyanure d’hydrogène, un «gaz hautement toxique asphyxiant qui agit sur la capacité de l’organisme à utiliser l’oxygène» et peut être «rapidement mortel» selon le Centre américain pour le contrôle des maladies......

http://www.liberation.fr/monde/2015/08/15/le-bilan-s-alourdit-a-tianjin-85-morts_1363867

citation :

Le cyanure d'hydrogène est un «gaz hautement toxique asphyxiant qui agit sur la capacité de l'organisme à utiliser l'oxygène» et peut être «rapidement mortel» selon le Centre américain pour le contrôle des maladies.

Dépression du système nerveux

Le cyanure de sodium, lui, est inodore, mais s'il est humide, il peut avoir une légère odeur d'ammoniac ou de cyanure d'hydrogène. Les effets d'une surexposition au cyanure par contact avec la peau, inhalation ou ingestion sont caractérisés par une dépression du système nerveux central, pouvant entraîner des convulsions, le coma ou la mort.
L'intoxication, qui peut être aiguë ou chronique, se traduit notamment par de l'anxiété, des maux de tête, des vertiges, des états confus et des palpitations, et peut provoquer des brûlures aux yeux et des irritations de la peau.
Inhalé, le cyanure a un effet corrosif sur l'appareil respiratoire. Avalé, il s'attaque aux parois de l'appareil gastro-intestinal.

Extraction de l'or

Les cyanures de sodium et de potassium sont utilisés dans l'extraction de l'or et de l'argent, le traitement des métaux, la fabrication de produits chimiques, les industries pharmaceutique et phytopharmaceutique et dans les laboratoires d'analyses.

(ats/Le Matin)

http://www.lematin.ch/monde/Le-cyanure-de-sodium-un-composant-hautement-toxique/story/23396368

Tyler Durden on 08/17/2015 07:50 -0400 dit

Crainte de Pluies empoisonnées a Tianjin et rumeurs du nombre de morts a 1400

Poison Rain Feared In Tianjin As Death Toll Rumored At 1,400

Fausses déclarations de stockage de l’entrepot

Tianjin’s vice mayor said “around 700 tonnes” of sodium cyanide was being stored at the facility. That’s a problem because as it turns out, the warehouse was only authorized to store around 24 tonnes.

La visite du Premier ministre ne rassure pas..

http://www.zerohedge.com/news/2015-08-17/poison-rain-feared-tianjin-death-toll-rumored-1400


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html En ligne
Invité
Invité



MessageSujet: Re: CATASTROPHES INDUSTRIELLES et POLLUTIONS    Lun 17 Aoû 2015 - 17:22

La zone industrielle touchée qui se trouve en périphérie de Tianjin, grande métropole de 15 millions d'habitants à 140 km de Pékin, abrite des myriades d'usines d'automobiles, de sites de production manufacturière, des raffineries pétrolières et entreprises de technologies de pointe.


Le capital multinational a eu très chaud,merci aux pompiers qui se sont sacrifiés pour lui...


Citation :
Toyota contraint d'arrêter la production sur son site de Tianjin

Tokyo - Le constructeur d'automobiles japonais Toyota a annoncé lundi un arrêt de trois jours de la production sur son site de Tianjin, après les explosions meurtrières qui ont touché cette métropole industrielle majeure de l'est de la Chine.

Quand ces déflagrations sont survenues mercredi soir, les trois lignes de production du groupe ne fonctionnaient pas pour cause de vacances estivales.

Elles devaient reprendre lundi, mais du fait des recommandations d'évacuation en cours, elles ne seront pas opérationnelles jusqu'à mercredi inclus, a expliqué Toyota dans une déclaration transmise à l'AFP.

L'une des lignes, bien que située à environ 70 km du lieu des explosions, reste aussi fermée car y sont assemblées des pièces en partie produites à Tianjin.

Toyota n'était pas en mesure lundi de dire si la production perdue serait rattrapée. Tout dépendra de l'état des installations et d'autres paramètres inconnus à ce stade, a précisé un porte-parole à l'AFP.

Quelque 440.000 véhicules - des berlines Crown, Reiz, Corolla et Vios - sont fabriqués chaque année sur le site de Tianjin FAW Toyota Motor (TFTM), soit près de la moitié de la production du groupe en Chine.

Toyota, qui compte 12.000 travailleurs sur place, a par ailleurs fait état de 50 blessés parmi les employés qui habitent dans les environs, dont certains dans des logements mis à disposition par la compagnie.

Nous vérifions encore des détails quant au nombre de blessés et à la nature des blessures, a précisé le constructeur qui a également recensé des dégâts dans deux concessions d'automobiles (fenêtres cassées) et sur des véhicules.

L'impact sur les importations et exportations au port de Tianjin est en cours d'évaluation, ajoute Toyota.

Son compatriote et rival Mitsubishi Motors a pour sa part indiqué qu'environ 600 véhicules étaient entreposés dans la zone au moment des explosions. L'étendue des dégradations n'est pas connue pour l'heure.

Dans l'attente d'un retour à la normale, nous utilisons d'autres ports pour ajuster les livraisons aux concessionnaires des voitures importées et ainsi minimiser l'impact pour les clients, a fait savoir le groupe.

Parmi les autres firmes japonaises présentes à Tianjin, le géant de l'électronique Panasonic a rapporté des dommages minimes. Les opérations étaient à l'arrêt lundi pour procéder à des vérifications, selon une porte-parole.

Les explosions, parties d'un entrepôt de produits chimiques de Tianjin, ont fait au moins 114 morts et plus de 700 blessés et soulevé des questions sur un éventuel empoisonnement de l'environnement par des composants toxiques comme le cyanure de sodium.

La zone industrielle touchée qui se trouve en périphérie de Tianjin, grande métropole de 15 millions d'habitants à 140 km de Pékin, abrite des myriades d'usines d'automobiles, de sites de production manufacturière, des raffineries pétrolières et entreprises de technologies de pointe.

http://www.romandie.com/news/Toyota-contraint-darreter-la-production-sur-son-site-de-Tianjin_RP/621441.rom

Tiajin avant...









Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: CATASTROPHES INDUSTRIELLES et POLLUTIONS    Mar 18 Aoû 2015 - 9:54

Cerise écologique sur cyanure :

Tianjin ville usine modéle du capital mondialisé, baptisée en 2013 China’s Eco-City

Images aériennes de la catastrophe industrielle de Tianjin


http://francais.rt.com/club-video/5688-images-aeriennes-catastrophe-industrielle-tianjin


His Excellency Dr Tony Tan Keng Yam, President of the Republic of Singapore,
visited the Sino-Singapore Tianjin Eco-City

Citation :
on 1 July 2015, as part of his State Visit to China. President was accompanied by Minister in the Prime Minister’s Office and Second Minister for the Environment and Water Resources, and Second Minister for Foreign Affairs Grace Fu, Senior Minister of State for Trade & Industry and National Development Lee Yi Shyan, as well as senior officials from the Ministry of Foreign Affairs and Ministry of National Development.

http://www.tianjinecocity.gov.sg/events/2015/20150701.htm


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: CATASTROPHES INDUSTRIELLES et POLLUTIONS    Mar 18 Aoû 2015 - 10:43

3000 tonnes de produits chimiques dangereux etaient entreposés,les explosions continuent :

Some 3,000 tons of toxic chemicals were stored at China’s Tianjin warehouse

World August 18, 6:17 UTC+3
The chemicals included 700 tons of sodium cyanide, 800 tons of ammonium nitrate and 500 tons of potassium nitrate

Citation :
BEIJING, August 18. /TASS/. Around 3,000 tons of hazardous chemicals were stored in the warehouse in northern China’s port city Tianjin rocked by a series of explosions last week, the Sina news portal has reported.

Around 5,000 new cars burnt down in Wednesday’s major explosions in China’s Tianjin

"The chemicals included 700 tons of sodium cyanide, 800 tons of ammonium nitrate and 500 tons of potassium nitrate," the news portal reported citing Niu Yueguang, deputy director of the fire department of the Ministry of Public Security.
He Shushan, deputy mayor of Tianjin in charge of the municipality's work safety, said the Chinese authorities were expected to collect the rest of the chemicals by Monday night.

A series of explosions hit a warehouse storing chemicals, owned by Ruihai Logistics, at around midnight on August 12.

Eyewitnesses claimed that the blast shattered windows in buildings within a two-kilometer perimeter, while more than 1,000 cars burned down.

Shortly after the explosion, which was equal to 3 tons of TNT, a massive fire broke out. Several other blasts occurred later, with the strongest of them equal to about 21 tons of TNT.

The death toll in the series of explosions has already reached 114 people and 70 others have gone missing, according to the latest reports. Almost 700 other people remain in hospitals.
On Thursday, Russian President Vladimir Putin sent a telegram to Chinese President Xi Jinping, expressing condolences over the tragedy in Tianjin. Russian Emergencies Minister Vladimir Puchkov offered assistance to China’s social security minister in dealing with the aftermath of the explosions.

http://tass.ru/en/world/814942


Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin


Messages : 6316
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: CATASTROPHES INDUSTRIELLES et POLLUTIONS    Mar 18 Aoû 2015 - 18:33



Explosions en Chine : le cyanure de sodium en 7 questions Erwan Lecomte 17-08-2015 à 20h10

Plusieurs centaines de tonnes de ce composé hautement toxique étaient présentes sur la zone industrielle au moment de l'explosion. Quels risques présentent cette substance ? Décryptage :


Des soldats chinois, de l'équipe d'intervention en matière de sécurité nucléaire et biochimique
interviennent sur le site de l'explosion, à Tianjin, le 15 août 2015

Citation :
Dans la nuit de mercredi 12 août 2015, deux terribles explosions ont secoué la zone industrielle du port de la ville de Tianjin, en Chine. Des explosions si violentes qu'elles ont été repérées par des sismographes et des satellites. On dénombre plus d'une centaine de morts et plus de 700 blessés. De nombreuses substances chimiques dangereuses sont habituellement entreposées dans cette zone. Les autorités ont notamment admis la présence de 700 tonnes d'un composé très toxique : le cyanure de sodium. En quoi consiste cette substance ? Quelle menace représente-t-elle ? Comment travaillent les experts après un tel sinistre ? Réponses :

- Qu'est ce que le cyanure de sodium ?

- À quoi sert le cyanure de sodium ?

- Quelles réactions chimiques entraînent le cyanure de sodium ?

- Quels dégâts matériels peut entraîner le cyanure de sodium ?

- Quel est le seuil de toxicité du cyanure de sodium ?

- Quels sont les symptômes d'une exposition au cyanure ?

- Comment travaillent les experts sur place ?


Qu’est ce que le cyanure de sodium ?

Le cyanure est un composé chimique fait d’un assemblage d’un atome d’azote (N) et de carbone (C). Il existe plusieurs dérivés du cyanure. On peut citer le Cyanogène (C2N2), le chlorure de cyanogène (ClCN), le cyanure d’hydrogène (HCN), le cyanure de calcium (Ca(CN)2), le cyanure de potassium (KCN), le cyanure d’ammonium (NH4CN), ou encore, le fameux cyanure de sodium (NaCN) présent à Tianjin.

Le cyanure de sodium est obtenu en faisant réagir du carbonate de sodium (Na2CO3) avec du carbone (C) et de l'ammoniac (NH3) ou du cyanure d'hydrogène (HCN) avec de l'hydroxyde de sodium (NaOH). Il peut également être formé en chauffant un amide de sodium (NaNH2) en présence de carbone (C) ou en faisant fondre un mélange de chlorure de sodium (Nacl) et de cyanamide de calcium (CaCN2)

À quoi sert le cyanure de sodium ?

Le cyanure de sodium est très utilisé dans l'exploitation de minerai et notamment de l'or. En effet, il est très efficace pour précipiter ce métal et l'extraire des autres minerais. "Environ 70 % de la totalité du cyanure de sodium produit dans le monde est utilisé à cette fin" chiffre l'INERIS (Institut national de l'environnement industriel et des risques). L'institut précise également que cette technologie d'extraction de l'or à base de cyanure est utilisée dans environ 400 installations de traitement de minerai dans le monde y compris dans les mines d’or européennes les plus modernes dont la Finlande et la Suède. Le cyanure entre également dans la composition de composés chimiques tels que des produits pharmaceutiques, des additifs alimentaires, ou encore des pigments. Il est également utilisé pour  la galvanoplastie (recouvrir une surface métallique d'une autre couche de métal telle que du zinc, de l’or ou de l'argent à l'aide d'une électrolyse). Mais pour ce type d'usage, c'est plutôt du cyanure de potassium qui est utilisé. Enfin, les cyanures entrent dans la composition de produits chimiques tels que des insecticides, de la mort-aux-rats, des plastiques, des fibres synthétiques, ou des produits de nettoyage des métaux.

Quelles sont les réactions chimiques du cyanure de sodium ?

Le cyanure de sodium (NaCN) réagit avec l'eau (H2O) et se décompose en donnant un gaz très inflammable et très toxique : l'acide cyanhydrique, également connu sous le nom de cyanure d’hydrogène (HCN), ainsi que de la soude caustique (NaOH) corrosive.

NaCN + H2O = HCN + NaOH

"Cet acide cyanhydrique est aussi inflammable que peut l'être l'hydrogène" explique Emmanuel Leprette, responsable de l'unité expérimentation et modélisation des explosions au sein de l'INERIS. "Il suffit de quelques pourcents dans l'air pour qu'il devienne inflammable"
précise l'expert.

Outre son inflammabilité qui peut provoquer une puissante déflagration, l'acide cyanhydrique présente également une grande toxicité par inhalation. C'est ce composé chimique qui a servi de base à la fabrication du tristement célèbre Zyklon B, gaz utilisé durant la seconde guerre mondiale dans les camps d'extermination nazis. On retrouve aussi de l'acide cyanhydrique dans les produits de combustion issus de la fumée du tabac.

Il est à noter que l'acide cyanhydrique (HCN) peut avoir d'autres précurseurs que le cyanure de sodium. "L'acide cyanhydrique est un produit de décomposition courant rappelle Francois Fontaine, coordinateur sécurité globale auprès de l'INERIS. Il est par exemple dégagé lors de la combustion d'acrylonitrile (utilisé dans la fabrication de nombreux plastiques) ou de mousses de polyuréthane"  précise l'expert. En 2013, un incendie sur un train transportant de l'acrylonitrile avait fait un mort par intoxication en Belgique.

Quels dégâts matériels peut entraîner le cyanure de sodium ?

Si le cyanure de sodium réagit avec l’eau et produit ainsi de l'acide cyanhydrique (cyanure d’hydrogène), "cette réaction chimique n'est toutefois pas en elle-même très exothermique" précise Emmanuel Leprette, responsable de l'unité expérimentation et modélisation des explosions au sein de l'INERIS. En revanche, la réaction carbure de calcium (CaC2) (un autre composant potentiellement présent sur le site de Tianjin) avec l'eau est très violente, produisant de l'acétylène (C2H2) et d'hydroxyde de calcium (Ca(OH)2), comme on peut le voir dans la vidéo ci-dessous.

CaC2 + 2H2O = C2H2 + Ca(OH)2

A noter cependant, l'acide cyanydrique (HCN) dégagé lors de la réaction chimique du cyanure de sodium (NaCN) avec l'eau est très inflammable. "Comme tout gaz inflammable, il suffit qu'il se trouve dans une plage de concentration adéquate dans l'air pour qu'une réaction de combustion très rapide se produise en quelques millisecondes, ce qui se traduit alors par une explosion" détaille Emmanuel Leprette. "Cette explosion peut-être initiée par une flamme lorsqu'un incendie est déjà déclaré, mais aussi par un simple point chaud (provoqué par des frottements, une étincelle, des décharges électrostatiques...). Et si cette inflammation se produit dans un milieu confiné, son effet est alors décuplé, poursuit l'expert. Toutefois, il est impossible à l'heure actuelle de dire que c'est bien du cyanure d’hydrogène qui brûlait. Il y avait beaucoup de produits chimiques alentour et on ne sait pas exactement lesquels ont pris feu", explique M. Leprette. Des métaux en feu tels que l'aluminium ou le magnésium peuvent en effet réagir avec l'air et produire de l'hydrogène très inflammable, précise-t-il. Selon cet expert, le cratère laissé dans le sol par la seconde explosion, visible sur les photos et vidéos, "laisse cependant penser à une explosion de substances condensées, plutôt qu’à des gaz".

L'hypothèse selon laquelle l'eau utilisée par les pompiers chinois pour éteindre les flammes aurait provoqué l'explosion ne peut être pour le moment ni confirmée ni infirmée. Emmanuel Leprette précise cependant que pour que le cyanure de sodium entre en contact avec les eaux d'extinction, il a sans doute fallu que dispositif de confinement de ce produit (qui n'a très probablement pas été stocké à l'air libre) ait été endommagé (par les flammes ou par la précédente explosion).

Quel est le seuil de toxicité du cyanure de sodium ?

L'effet d'un produit chimique sur l'organisme dépend de sa concentration ainsi que du temps d'exposition à cette substance. L'INERIS a défini les seuils suivants en ce qui concerne l'acide cyanhydrique (le gaz très toxique et inflammable qui se dégage lorsque le cyanure de sodium entre en contact avec l'eau).

ppm = partie par million, 1 molécule d'HCN pour 1 million de molécules d'air. Seuils d'exposition à l'acide cyanhydrique (HCN) provoquant la mort.

Quels sont les symptômes d'une exposition au cyanure ?

L'acide cyanhydrique provoque la mort par asphyxie, en empêchant la respiration au niveau des cellules (asphyxie cellulaire et tissulaire). La gravité des symptômes dépend du temps d'exposition et de la concentration de cet agent chimique.

Forme légère : Vertiges, sensation d'ébriété, hébétude, état confusionnel, troubles respiratoires légers.

Forme aïgue : Ressemble à une crise d'anxiété : phase d'excitation avec hyperventilation, puis dépression. Mouvements respiratoires rapides accompagnés d'une sensation d'oppression avec parfois maux de tête, vertiges ou sensation d'ébriété. La crise évolue rapidement (5 à 20 minutes) vers un coma avec cyanose, puis arrêt cardio-respiratoire.


Forme foudroyante : Mort en quelques minutes par coma convulsif avec apnée et collapsus cardio-vasculaire terminal.
Comment travaillent les experts sur place ?


Le lendemain de l'accident, le gouvernement chinois a envoyé sur place un bataillon de plus de 200 militaires spécialistes des armes nucléaires, bactériologiques et chimiques. Comment travaillent-ils sur place ? "Sur le terrain, une expertise technique a pour mission d'améliorer la prévention et conception des installations, mais aussi d'avoir une meilleure connaissance des accidents et des phénomènes dangereux" explique en préambule François Fontaine, coordinateur sécurité globale auprès de l'INERIS. "Pour ce faire, les experts vont effectuer des prélèvements d'eau, de terre et d'air. Ils vont ensuite réaliser une "cotation" des dégâts à partir de différents indices afin d'identifier la puissance de l’onde de choc (surpression) ainsi que l'effet du flux thermique. Ils vont alors se baser sur différents indices : "On va observer sur des centaines de points si les vitres ont été brisées ou non sur les bâtiments, on observe la déformation des matériaux, le type de structures atteintes sur les bâtiments, détaille François Fontaine. On regarde aussi les blessures corporelles, si les gens ont eu les tympans affectés ou non, s'ils ont été projetés...

Tous ces éléments nous fournissent des fourchettes de surpressions exprimées en millibars qui nous permettent de localiser l'épicentre de l'évènement ainsi que son intensité"
précise M. Fontaine. La taille du cratère et sa profondeur, en fonction de la nature du sol vont également permettre de donner un équivalent TNT à la puissance de l'explosion (21 tonnes de TNT dans le cas de Tianjin).

Toutefois, ces éléments ne suffisent pas à déterminer ce qui s'est passé exactement. "Nous nous basons également sur les enregistrement vidéos lorsqu'il y en a, ainsi que sur des témoignages (il faut agir très vite car mémoires se modifient). Tous les éléments que nous parvenons ainsi à collecter permettent alors de dessiner un arbre des causes et de dégager plusieurs scénarios que nous classons ensuite par ordre de probabilité" précise Emmanuel Leprette, responsable de l'unité expérimentation et modélisation des explosions au sein de l'INERIS.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html En ligne
Admin
Admin


Messages : 6316
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: CATASTROPHES INDUSTRIELLES et POLLUTIONS    Mar 18 Aoû 2015 - 22:42

importé du 3 août



Maurice Fallies, Les usines à Saint-Denis. Coll. musée de l’Île-de-France, Sceaux



Citation :
Au XIXe siècle et même jusqu’à 1980, les historiens n’ont pratiquement accordé aucune attention à l’un des principaux facteurs de la pollution, l’industrie, alors qu’ils consacraient des études de plus en plus nombreuses et sophistiquées sur le plan économique à celle-ci. Geneviève Massard-Guilbaud nous livre une histoire nationale de la pollution qui permet de comprendre comment se sont constituées les situations « insoutenables » que nous connaissons aujourd’hui.

Il s’agit des nuisances portées par l’homme non seulement à la nature végétale, animale et géologique, mais également à la société et particulièrement dans la ville où s’accumule l’activité manufacturière depuis la révolution industrielle des XVIIIe-XIXe siècles. Comment les contemporains ont-ils réagi à cette situation nouvelle, qu’ils appelaient nuisance ou rejet insalubre ? Il en sera question le vendredi 1er Juin 2012 entre 16H15 et 18H30 lors d’une rencontre proposée par la Librairie Ombres Blanches et la Mission Agrobiosciences.

Avec l’ère industrielle, des pollutions d’une nature nouvelle et d’une ampleur sans précédent font leur apparition : gaz acides, dioxyde de carbone et métaux lourds relâchés dans l’atmosphère par centaines de tonnes, pollution généralisée des rivières alimentant les villes en eau... Comment les contemporains perçoivent-ils et réagissent-ils à ces " nuisances " que l’on n’appelle pas encore " pollution " ? C’est la question à laquelle Geneviève Massard-Guilbaud répond dans ce livre.

La législation de 1810 sur les établissements polluants, adoptée sous la pression des plus grands industriels du pays et pionnière en son genre dans le monde industrialisé, ne cherche pas à protéger la santé publique ni un environnement qui n’est pas encore pensé mais, tout au contraire, à protéger l’activité industrielle en régulant les relations entre propriété industrielle et propriété foncière ou immobilière. Retirant à la justice civile le droit de fermer les entreprises polluantes, elle place celles-ci sous la protection de la justice administrative. Cette législation sert de fil conducteur à cet ouvrage, qui montre comment elle est mise en oeuvre sur le terrain pendant plus d’un siècle.

A la croisée de l’histoire politique, sociale, industrielle et urbaine, l’ouvrage montre le poids considérable des ingénieurs de l’Etat face à des spécialistes d’hygiène publique relégués aux seconds rôles, la force du credo dans le progrès technique et la difficulté, pour les populations, à imposer un droit à la santé publique face à un industrialisme omniprésent.
Présentation de l’éditeur

Geneviève Massard-Guilbaud est Directrice d’études à l’EHESS, ses recherches actuelles portent sur l’histoire de l’environnement industriel et urbain, l’histoire des systèmes de régulation environnementaux et les questions de justice environnementale.

Citation :
SOMMAIRE

Avant-propos
Chapitre premier – Les nuisances industrielles en Révolution ou la chimie aux commandes
Chapitre 2 – Les citadins face aux nuisances. Représentations et revendications
Chapitre 3 – Les industriels, leurs voisins, les édiles. Des logiques incompatibles
Chapitre 4 – Médecins et ingénieurs face à la pollution industrielle
Chapitre 5 – Pollution, dépollution, qu’en savait-on ?
Chapitre 6 – Les savants et la nomenclature
Chapitre 7 – Prescription et résistances
Conclusion – Bilan d’un siècle de régulation
Annexes – Sources et bibliographie – Index



Cheminées industrielles, par Eugène Bracht (1842–1921) 1905

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html En ligne
Admin
Admin


Messages : 6316
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: CATASTROPHES INDUSTRIELLES et POLLUTIONS    Mar 18 Aoû 2015 - 22:43



L’usine de Gardanne va-t-elle continuer à polluer les calanques ? Agence France-Presse 18 août 2015


A Gardanne (Bouches-du-Rhône), les résidus de bauxite ont produit des boues rouges

Citation :
Les habitants de 27 communes des Bouches-du-Rhône sont invités à partir de lundi à donner leur avis, lors d’une enquête publique, sur le renouvellement de l’autorisation de rejets des déchets de l’usine d’alumine de Gardanne qui déverse depuis des dizaines d’années des «boues rouges» issues du traitement de la bauxite au large des calanques.

Cette enquête doit se dérouler jusqu’au 25 septembre dans les 27 communes traversées par la conduite d’évacuation des effluents, qui débouche dans la fosse de Cassidaigne, à 7 km au large de Cassis par 320 m de fond. Durant cette période, le dossier de la demande d’autorisation et des synthèses des principaux éléments sont mis à la disposition du public qui peut déposer des observations. Des réunions publiques sont également organisées.

Depuis près de 50 ans, l’usine de Gardanne – un ancien site de production d’alumine de Péchiney, acquis en 2012 par le fonds d’investissement américain HIG et renommé Alteo – bénéficie d’un droit à expédier en mer ces résidus au milieu du Parc national des calanques, qui expire au 31 décembre 2015.

Depuis l’annonce en septembre 2014 de la décision du conseil d’administration du Parc national de prolonger de trente ans la dérogation accordée à l’industriel pour rejeter en mer des résidus liquides, la ministre de l’Écologie Ségolène Royal, et l’industriel Alteo se livrent à une bataille d’expertises et de communication sur la nocivité des «boues rouges».


Boues rouges-Bauxaline Gardanne intervention CRIIRAD au Grand soir 3 du 11/12/14

L’usine emploie 700 personnes et est dédiée aux alumines de spécialité, notamment pour les applications de haute technologie (écrans plats, LCD). Une fois l’alumine extrait, les autres constituants de la bauxite, dont divers métaux, majoritairement du fer (qui donne sa couleur, généralement rouge, à la bauxite), ainsi qu’une partie de la soude dans laquelle est dissoute l’alumine dans le procédé, forment les boues rouges.

Contraint par les engagements internationaux de la France, Alteo s’est engagé à stopper, au 31 décembre, tout rejet solide dans la Méditerranée. Mais l’industriel a demandé à poursuivre les rejets liquides – inévitables selon lui -, par la même conduite qui lui sert aujourd’hui à évacuer ses boues rouges.

La préfecture avait programmé une première enquête publique au printemps sur ce sujet sensible avant de faire machine arrière et d’ordonner des études complémentaires sur le milieu à la demande du ministère de l’Écologie.

Après clôture de l’enquête publique et remise du rapport de la commission d’enquête, le dossier sera soumis à l’avis du conseil départemental de l’environnement et des risques sanitaires et technologiques (CoDERST) ainsi qu’au conseil supérieur de la prévention des risques technologiques (CSPRT), avant décision du préfet des Bouches-du-Rhône.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html En ligne
 
CATASTROPHES INDUSTRIELLES et POLLUTIONS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les "dynasties" industrielles Normandes.
» Carte mondiale sur les catastrophes climatiques (en direct)
» Nos catastrophes cosmétiques
» LES CATASTROPHES NATURELLES
» Catastrophes en tout genre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PATLOTCH / CIVILISATION CHANGE / COMMUNISME, SEXE, et POÉSIE :: ENTRÉES THÉMATIQUES : CAPITALISME, MONDE, COLONIALITÉS... LUTTES :: HUMAIN, CLASSES et "NATURE", Sciences et Techniques -> COMMUNAUTÉ du VIVANT !-
Sauter vers: