PATLOTCH / CIVILISATION CHANGE / COMMUNISME, SEXE, et POÉSIE

dans la DOUBLE CRISE du CAPITAL et de l'OCCIDENT, LUTTES COMMUNISTES, FÉMINISTES, DÉCOLONIALES et ÉCOLOGIQUES
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» COMMUNISME : chemins de traverse
Hier à 22:55 par Patlotch

» ÉCONOMIE POLITIQUE, quand tu nous tiens : et la CRISE ? NOUVELLE RESTRUCTURATION du CAPITALISME ?
Hier à 21:58 par Patlotch

» ALIÉNATION des INDIVIDUS, et CAPITALISME
Hier à 21:33 par Tristan Vacances

» sur l'OCCIDENT, son histoire, son concept, et sa CRISE
Hier à 20:01 par Admin

» 'PROGRÈS', SCIENCES, HUMAIN, SANTÉ et capital... TRANSHUMANISME et dés-humanité
Hier à 19:11 par Patlotch

» VA-SAVOIR : chronique à la com, la dialectique du quotidien en propotion magique
Hier à 16:07 par Patlotch

» MACRONISME, ÉTAT (français) et RESTRUCTURATION (mondiale) du CAPITALISME
Hier à 15:32 par Patlotch

» PROLÉTARIAT : je t'aime, un peu, beaucoup... à la folie... pas du tout ?
Hier à 15:18 par Patlotch

» Vers un MARXISME DÉCOLONIAL / des marxistes s'emparent de la pensée décoloniale
Hier à 13:48 par Patlotch

» DÉCOLONISER le MARXISME, l'ANARCHISME, l'ULTRAGAUCHE et la "COMMUNISATION"... Histoire et nécessité actuelle d'un clivage, pour en finir avec les dogmes universels eurocentrés
Hier à 13:29 par Patlotch

» DÉCOLONISER les ESPRITS, les SAVOIRS, les THÉORIES et les 'FAIRE' : CRITIQUE DE L'EUROCENTRISME y compris 'POST-COLONIAL'
Hier à 12:38 par Patlotch

» les "BLANCS" forment-il une 'race' à part ? Whiteness ? BLANCHITÉ ?... le COLORISME... le 'RACISME ANTI-BLANCS'
Lun 21 Aoû - 11:22 par Patlotch

» 9 - QUE SE PASSE-T-IL ? hypothèses et validations empiriques... Quelles contradictions, quelle dynamique historique ?
Lun 21 Aoû - 11:11 par Patlotch

» POPULISME de GAUCHE : CHANTAL MOUFFE et ERNESTO LACLAU théoriciens transclassistes, PÉRONISME... TONI NEGRI, ses ambiguïtés et les limites de l'OPÉRAÏSM
Lun 21 Aoû - 10:06 par Patlotch

» des MOTS que j'aime et d'autres pas
Lun 21 Aoû - 9:45 par Patlotch

» RACISMES : DES CHIFFRES
Dim 20 Aoû - 19:22 par Patlotch

» BIDONVILLES : SLUMS : BARRIOS DE TUGURIOS
Ven 18 Aoû - 11:27 par Patlotch

» DIALECTIQUE COMPLEXE et MÉTHODOLOGIE : DÉPASSEMENTS À PRODUIRE
Jeu 17 Aoû - 18:27 par Patlotch

» LA RÉVOLUTION vers LA COMMUNAUTÉ HUMAINE
Jeu 17 Aoû - 17:02 par Admin

» COMMUNISME(S), RELIGION(S), FOI, et RÉVOLUTION (étude)
Jeu 17 Aoû - 16:59 par Admin


Partagez | 
 

 LA SOCIÉTÉ EST GÉNÉRALE, critique POÉTIQUE de l'économie politique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: LA SOCIÉTÉ EST GÉNÉRALE, critique POÉTIQUE de l'économie politique    Dim 28 Juin - 14:20

RANÇON DE LA PLUS HAUTE TOUR

(Drame banquier)


Chanson de la plus haute tour, Arthur RIMBAUD, mai 1872

« - Anne, ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir ? - Je ne vois rien que le soleil qui poudroie, et l’herbe qui verdoie »  Charles PERRAULT, La Barbe bleue, 1697

« La lutte des classes, c’est une idée essentielle. Essentielle pour les manuels d’histoire. Il faudra certainement un jour en enseigner les aspects positifs. Mais en attendant, elle n’est plus d’aucune utilité pour comprendre notre société. Ce qui importe, aujourd’hui, c’est de se battre pour s’imposer soi-même, et non pas de lutter contres les autres. » Christine Lagarde, ministre de l'Economie, des finances et de l'emploi - Présentation du projet de loi en faveur du travail, de l'emploi et du pouvoir d'achat - Assemblée nationale - (2007)




Du haut de sa tour, banquière, sous le rouge et le noir et dans tous ses états, dame, ne me vit pas venir. Sa tour dans les nuages, elle était dans la lune.

Vues de mon placard, les tours Nuages dressaient leurs crasses sous l'orage et sur le quartier Picasso. Pas de Cartier. Pas de banquier. Personne dans la lune.

En face, aux pieds du temple général, mon pote le corbeau gobait les mouches... Soudain la pie, mon amie, qui a plus d'un tour dans le bec et dont les chants sont du plus haut bagout, m'apporta une bagouze. Que dis-je, un bijou. Pas de Cartier. De Rimbaud. Dame banquière me le fit oublier.

La dame m'a prise
Le cœur beau d'ivresse
Tombée des nues grise
Le ciel me l'envoie

Ardant la promesse
De si haute joie
Plus rien ne m'arrête
Jusqu'à la retraite

Oisive vieillesse
À rien asservie
Derrièr' la fenêtre
J'ai gagné ma vie

Qu'un sale temps craigne
Où le corps entraîne


29 novembre 2011, sonnet 159

Crise en vers 22 juil - 31 déc 2011


Dernière édition par Patlotch le Dim 5 Juil - 18:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LA SOCIÉTÉ EST GÉNÉRALE, critique POÉTIQUE de l'économie politique    Dim 28 Juin - 14:26

Val-de-Fontenay
photos Patlotch







Goldorak ?


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: BRISE SOCIALE, à Christine Lagarde   Dim 28 Juin - 14:31

BRISE SOCIALE


GOYA, Le naufrage, 1793, qui illustra en 2010 un article du GEAB, qui annonçait dans son n°58 la "décimation des banques occidentales", et dont le n°59 vient de paraître.

À Christine Lagarde, cette fable en 13 quatrains de 2 alexandrins

Merci à Stéphane MALLARMÉ, pour les embrunts à Brise marine

« Traître, insolent, trompeur, lâche, coquin, pendard, gueux, belître, fripon, maraud, voleur…! » (MOLIÈRE, Le Médecin malgré lui, acte I, scène 1)

« Il s'est formé une petite secte de théoristes de Terreur, qui n'a d'autre but que la justification des excès révolutionnaires. » (CHATEAUBRIAND, Ét. ou Disc. hist., t. 1, 1831, p. XCI)

La guerre est triste ! Hélas,
je n'ai bu tous les litres
du sang de votre classe,
et me voilà bélître,

Moi ! Banquière au chômage !
Pour une ultime fois,
qu'on paye sur vos gages
cette crise de foi

en l'argent ! Ô mon cœur,
entends le chant du signe,
la fin d'un extorqueur
dans son bon droit, qu'assigne

la dure loi du genre
et de l'économie
perdus, ensemble... J'enr-
age, quelle anomie !

Diantre ! Grosse légume,
inconnue terminer
dans la fosse comme une
vermine éliminée !

Quel calcul égoïste
inspire les prolos ?
Secte de théoristes
ou lubie d'alcoolos ?

Fuir ! là-bas fuir ! Que faire ?
Aller me faire voir
chez les Grecs aux affaires ?
Conseiller le pouvoir ?

Sauver Rome ou la France ?
Ici, comment s'ôter
d'un doute, où trop d'outrance
fit D.S.K. sauter,

Borloo se défiler,
en queue, jusqu'à Lagarde...
Que ne puis-je enfiler
des vers de gare, hagarde,

en regardant les trains
comme une vache à lait*,
les pis dans le pétrin,
par la baie du palais ?

Que ne suis-je chinoise
née, à tout petits tétons,
pour allaiter sans noise
cent min-gongs rejetons ?

Un ennui, sans mouchoir,
croit aux profits croissants
quand les miens vont déchoir,
et moi, du noir brassant,

descendre sans ressource
de subprime en sur-crise :
Tant va l'autruche en bourse
qu'à la fin ell' se brise



14 novembre 2011  


* vache à lait : "marché en faible croissance ou récession et position dominante de l'entreprise sur ce marché" (Vocabulaire du marketing  > Matrice BCG)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LA SOCIÉTÉ EST GÉNÉRALE, critique POÉTIQUE de l'économie politique    Dim 28 Juin - 14:42


paravent banquaire écolo-socialiste



ce que durent les roses


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LA SOCIÉTÉ EST GÉNÉRALE, critique POÉTIQUE de l'économie politique    Dim 28 Juin - 14:45

À LA RIGUEUR


Salvator Dali, Montre molle, 1931


« L'un des budgets les plus rigoureux depuis 1945 » François FILLON, Premier ministre, 6 novembre 2011

On pourrait boire un coup
à la rigueur

Un coup d' jaja
à la rigueur

Au goût d' j'arnaque
Ah ! la rigueur

Jeter un dé à cou-
dre à contrecœur
avaler la liqueur

Se pendre à son licou
faire son lit
comme on secoue

Chaque heure
la bourse qu'€ur-
o ramollit

Comme Dali déjà
la montre du docteur

Il est minuit beaucoup
trop tard pour les truqueurs

Allons donc boire un coup
pour preuve de vigueur



7 novembre 2011 /28
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: VOYAGE À L'OEIL   Dim 28 Juin - 14:50


VOYAGE À L'OEIL


les Tours Nuages, quartier Picasso

Derrière la vitre, au frais
climatisé de la princesse,
le bruit du monde s’interdit
Tout file le tournis

Sous les nuages
des tours Aillaud
se meurt le jour, pas un oiseau

Un laveur de carreaux
suspendu au ménage,
saltimbanque muet,
tourne un film, assourdi
des voitures en file
sur l’autoroute


au pied des murs,
la société est générale.

J’essuie sa banqueroute




de mon bureau, de La Défense face aux tours dites 'Picasso' Aillaud de Nanterre, 18 février 2010 Cf Éloge de mon placard  17 novembre 2011


Dernière édition par Patlotch le Dim 28 Juin - 20:53, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: TRIPLE Z   Dim 28 Juin - 14:57


TRIPLE Z
 


Sonnet alexandrin théoriciste  

« Comme l’État est né du besoin de refréner des oppositions de classes, mais comme il est né, en même temps, au milieu du conflit de ces classes, il est, dans la règle, l’État de la classe la plus puissante, de celle qui domine au point de vue économique et qui, grâce à lui, devient aussi classe politiquement dominante et acquiert ainsi de nouveaux moyens pour mater et exploiter la classe opprimée. » Friedrich ENGELS, L'origine de la famille, de la propriété privée, et de l'État, 1884  

merci à Paul Verlaine pour Art poétique



- « Les temps sont durs, les États mous », nous dit Moody's
- « L'agence, hein, trop pèse ? » devisent avisées
douze élites - « Standard pauvre de vie » prédisent
dix expertises. Poète oisif, amusé,

agence en ses verts mots, avec note zéro,
ce faisant infusant un plaisir de vers zen,
des pieds prenant leurs aises et ces airs fiérots,
sans vergogne abusant de cent rimes en Z.

Fitch repassé par l'A, putois, fourrer son nez,
accourt : « La poésie française déraisonne
et de Verlaine fichtre, on se fiche, apprenez  

à peser vos écrits.» Euh... L'art naît à mesure
qu'il refuse les ordres, les Césars, l'usure...
« De la musique avant toute chose » ? Qu'on ose !



15 novembre 2011, sonnet 158  /32
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LA SOCIÉTÉ EST GÉNÉRALE, critique POÉTIQUE de l'économie politique    Dim 28 Juin - 15:54



la véritable manif pour tous, ou l'envie en rose



derrière la vitre, la Société Générale...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LA SOCIÉTÉ EST GÉNÉRALE, critique POÉTIQUE de l'économie politique    Dim 28 Juin - 15:58

coucher de soleil smicard

Val-de-Fontenay



pas au bord de la mer, mais on s'y baigne aussi




Dernière édition par Patlotch le Dim 28 Juin - 20:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LA SOCIÉTÉ EST GÉNÉRALE, critique POÉTIQUE de l'économie politique    Dim 28 Juin - 16:02

déchetterie



Total objet





la société est générale


source Patlotch : un quartier poétique
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LA SOCIÉTÉ EST GÉNÉRALE, critique POÉTIQUE de l'économie politique    Dim 28 Juin - 16:07

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LA SOCIÉTÉ EST GÉNÉRALE, critique POÉTIQUE de l'économie politique    Dim 28 Juin - 16:10


couvre-feux



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LA SOCIÉTÉ EST GÉNÉRALE, critique POÉTIQUE de l'économie politique    Dim 28 Juin - 16:11


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: fantômes des "quartiers populaires"   Dim 28 Juin - 16:19

prolophobie racialisée

sept image des fantômes des banlieues














source Patlotch : les gens
Revenir en haut Aller en bas
 
LA SOCIÉTÉ EST GÉNÉRALE, critique POÉTIQUE de l'économie politique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fraude de €4,9 milliards à la Société Générale
» la Société Générale perd ses boutons!
» Société Générale
» Représentativité dans la société
» Europe Fédérale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PATLOTCH / CIVILISATION CHANGE / COMMUNISME, SEXE, et POÉSIE :: ENTRÉES THÉMATIQUES : CAPITALISME, MONDE, COLONIALITÉS... LUTTES :: RÉVOLUTION de la POÉTIQUE et POÉTIQUE de la RÉVOLUTION : Debord -> Patlotch-
Sauter vers: