PATLOTCH / CHANGER DE CIVILISATION / LUTTES, THÉORIE, SEXE et POÉTIQUE

dans la DOUBLE CRISE du CAPITAL et de l'OCCIDENT, LUTTES COMMUNISTES, FÉMINISTES, DÉCOLONIALES et ÉCOLOGIQUES
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» VA-SAVOIR : chronique à la com, ou la dialectique en proportion magique
Hier à 19:19 par Patlotch

» 'PROGRÈS', SCIENCES, HUMAIN, SANTÉ et capital... TRANSHUMANISME et dés-humanité
Hier à 12:23 par Patlotch

» "CLASSES MOYENNES" : encadrement, prolétarisation, transclassisme, prolophobie
Mar 20 Juin - 19:03 par Patlotch

» MACRONISME, ÉTAT et RESTRUCTURATION du CAPITALISME
Lun 19 Juin - 17:52 par Patlotch

» un TOURNANT HISTORIQUE du CAPITALISME et de l'ÉTAT FRANÇAIS, élections 2015-2017, faits et propos, analyses et théorie (antiroman)
Jeu 15 Juin - 20:26 par Patlotch

» THÉORISATIONS COMMUNISTES, FÉMINISTES, et DÉCOLONIALES : remises en perspectives révolutionnaires. Cheminement et bouclages de synthèse
Ven 9 Juin - 10:58 par Patlotch

» PENSÉES diverses à marier sans modération
Lun 5 Juin - 12:26 par Patlotch

» la vie du forum : réception, conseils, mises à jour, etc.
Jeu 1 Juin - 17:45 par Admin

» DÉCOLONISER le FÉMINISME ! Féminisme, voile, race et Islam... "Féministes blanches"... sexisme et racisme... et le burkini ?!
Lun 29 Mai - 18:42 par Patlotch

» AFRODITE CHEZ LES PHALLOCRATES, antiroman sans repentir, suivi de BLACK WOMEN, Love, Sex, Song, Dance... et théorie communiste
Lun 29 Mai - 17:23 par Tristan Vacances

» DOMESTIQUES (travailleuses et travailleurs) / DOMESTICS WORKERS / Servants
Sam 27 Mai - 16:09 par Admin

» DIALECTIQUE COMPLEXE et MÉTHODOLOGIE : DÉPASSEMENTS À PRODUIRE
Sam 27 Mai - 14:54 par Admin

» "GUERRE AU TERRORISME" : la grande imposture / CALIFAT et CAPITALISME
Jeu 25 Mai - 15:02 par Patlotch

» "le PRÉCARIAT définit le SALARIAT" : 25% des travailleurs du monde ont un emploi stable / travail et anti-travail
Jeu 25 Mai - 12:07 par Patlotch

» TRAVAIL, CHÔMAGE, SYNDICALISME... MONDE / chiffres, courbes, cartes...
Mer 24 Mai - 13:25 par Patlotch

» OPIUMS DU PROLÉTARIAT : RELIGIONS, ATHÉISMES, LAÏCITÉ... IDÉOLOGIES et RÉALITÉS
Mer 24 Mai - 9:34 par Admin

» des LUTTES dans la CRISE : GRÈVES, OCCUPATIONS, BLOCAGES, MANIFESTATIONS...
Mar 23 Mai - 13:45 par Admin

» PALESTINE et ISRAËL
Lun 22 Mai - 18:41 par Patlotch

» ÉCONOMIE POLITIQUE, quand tu nous tiens : et la CRISE ? NOUVELLE RESTRUCTURATION du CAPITALISME ?
Dim 21 Mai - 13:41 par Admin

» 0 - INTRODUCTION et SOMMAIRE : GENÈSE et DÉFINITION d'un CONCEPT incontournable
Dim 21 Mai - 13:00 par Admin


Partagez | 
 

 POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20  Suivant
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Mer 15 Mar - 16:42


les poètes, on s'en fout !


plutôt que des poètes, il faudrait parler seulement des poèmes. Il y a dans la mythification des poètes quelque chose d'un peu déplacé : le recueil d'Aragon, Les poètes, la chanson de Ferré... tout le délire sur Rimbaud, qui dispense de le (re)lire, et cette idée que les poètes sont des êtres pas comme les autres, hors du temps, souvent des "artistes maudits"... Mais ça c'est leur versant de névrosés, et c'est justement ce que dépasse leur œuvre, ils sont des êtres comme les autres mais pas des "fous" comme les autres

c'est le poème qui est œuvre-sujet (Meschonnic); le poète (sa vie, sa personne...) n'est pas le sujet, mais dans notre société, le tout à l'égo, à l'individualisme, le vedettariat, mettent l'artiste avant son l'œuvre, et de fait, c'est ce à quoi aspirent la plupart des «artistes», et que redoublent les professeurs (de littérature...) et les critiques, sans parler du monde de l'édition, des ventes-signatures, des émissions dont le vieil "apostrophes" fut le prototype en France, focalisant sur les auteurs plus que les œuvres

tout ce bruit autour des artistes en tant que tels est d'essence marchande, mais aujourd'hui, refuser ce commerce, c'est non seulement l'anonymat garanti, mais l'impossibilité même d'être lu, vu, entendu... Il faut absolument se vendre !

d'une certaine façon, la poésie est le moins vendable, ou vendeur, des arts. Elle est réfugiée dans un milieu spécialisé, les poètes et leurs éditeurs, beaucoup d'auto-édition, quelques sites internet.... Cela reste confiné, pour ne pas dire consanguin. Pourtant elle n'échappe pas à la loi de l'échange, parce que celle-ci, au-delà des échanges strictement marchands, est paradigmatique des échanges humains, ce que montre bien les échanges sexuels, l'offre et la demande...

le rapport marchand de la poésie est donc masqué, et le milieu de la poésie fait comme s'il n'en déterminait pas en profondeur les échanges (écrire pour être lu, lire "de la poésie" c'est-à-dire des poètes)

en résumé, selon moi, et c'est la contradiction (non le paradoxe), l'anonymat convient assez bien à la poésie. J'en avais l'intuition dans le principe d'écriture de LIVREDEL, en 1990-1991


Patlotch a écrit:
Le but était de dépasser, en l'assumant jusqu'à faire disparaître l'écriture individuelle, le statut d'écrivain, qui reconstruit le monde -son monde- dans son miroir, devenant alors une sorte de metteur en scène d'écrits qui semblent s'imposer à lui. Le titre, qui peut se lire LIVRE-DEL (delate) traduit cette contradiction jusqu'à l'auto-destruction.

source

c'est pourquoi je pense que dans ce livre j'ai été plus inventif sur le plan formel que depuis, même si j'ai progressé depuis dans l'écriture, mais de façon plus sage. C'est une chose d'être poète météore pendant quelques années (Rimbaud, qui n'a véritablement aucune excuse pour avoir arrêté, et moins encore celles qu'on lui a trouvées), et de créer au même niveau des décennies durant

notons que la poursuite de cet effacement de l'auteur allait tout-à-fait dans le sens de l'auto-abolition de l'artiste dans un processus révolutionnaire de dépassement. Voir PATLOTCH : UN CADAVRE ! Mise à mort de "l'artiste" par lui même et UN RENVERSEMENT POÉTIQUE et RÉVOLUTIONNAIRE de Guy Debord à... Patlotch...

versé à notes poétiques 2016-2017

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Jeu 16 Mar - 4:26


l'indicible paradoxe matériel de la poésie, entre l'écriture et la parole

1) il y a, dans la poésie, quelque chose de proprement inouï, au triple sens de non entendu, d'incomparable, et de fabuleux. Une stupéfiante drogue des mots. Et pourtant de paradoxalement indicible

c'est ce paradoxe que j'essaie de (m')expliquer ici

2) la poésie est le seul cas où l'écriture est intrinsèquement sonore, alors qu'a priori muette, du moins tant que non vocalisée. En ceci, elle garde l'origine de l'écriture comme transposition du langage parlé

je tiens donc que si la poésie perd ce caractère, elle est comme amputée

3) le travail du poète a consisté à remettre, ou à faire ressortir, dans les mots écrits cette dimension sonore, que l'on oublie dans tout autre écrit : on se fout du son des mots dans le journal ou dans un texte scientifique, philosophique, et le plus souvent dans la littérature, le roman, sauf si l'auteur y est attentif (Aragon encore). Je parle ici du son, pas du rythme, encore que dès que l'on assemble deux mots, l'un n'aille pas sans l'autre

sans entrer dans des considérations de linguistique, de phonologie ou de phonétique, ce dont je serais bien incapable, il y va de la matière sonore des mots

4) si le poète a remis dans l'écriture le son des mots, il faut que cela ressorte à la lecture. Le paradoxe évoquée, de l'indicible, est qu'il n'est pas nécessaire de vocaliser à voix haute pour que cela s'entende, un peu comme un musicien "entend" une partition, même celle polyphonique d'un orchestre entier

5) le paradoxe est plus fort encore si l'on admet que dans la poésie écrite, les mots sont en quelque sorte plus sonores encore que dans le langage quotidien, ou que les mêmes dans la chanson

dans le langage parlé des échanges quotidiens, on ne prête généralement pas attention au son des mots, sauf dans le cas d'accents régionaux ou étrangers, ou de voix qui sortent de l'ordinaire. Le langage quotidien, en ce qu'il cherche à communiquer un sens, se rapproche en ceci du langage écrit quand il a cette seule fonction (journal, radio...)

à cet égard, il est possible que l'invention de la radio ait changé quelque chose dans le rapport entre langage parlé et contenu, puisque l'on est plus en présence de qui parle, et l'on n'a que ses oreilles pour l'entendre, tout étant focalisé vers le son, alors que celui-ci n'a que peu d'importance (tel journaliste ou tel autre n'empêche que l'on se concentre sur le contenu de ce qu'il dit, sauf encore voix exceptionnelles)

dans la chanson, les mots étant portés par une mélodie, c'est celle-ci qui fait le caractère musical, en sus de l'accompagnement instrumental. Il en résulte que les mots sont en eux-mêmes moins 'musicaux' dans la chanson que dans la poésie. C'est pourquoi le rapport entre poésie et musique est complexe, comme je l'ai souligné à propos de Verlaine, et que Brassens le dit très bien dans cette interview




6) en ceci l'écriture des paroles d'une chanson est très différente de l'écriture d'un poème, notamment parce que le rythme, la métrique correspondant à la mesure de la musique ne fonctionne plus sur le nombre de syllabes, qu'on peut allonger, interrompre de silences, etc. Il est évidemment possible de le faire avec le texte d'un poème, mais sur la base de la métrique des vers écrits. La plupart des auteurs-compositeurs chantent les premiers mots pour écrire simultanément parole et mélodie. Je pense que Ferré le fait avec ses textes, hormis le cas où il met en chanson des poèmes de Verlaine, Rimbaud, Aragon... et c'est à mon avis pourquoi ses propres chansons contiennent davantage d'audace musicale, de liberté

le grand art est évidemment celui d'un Claude Nougaro...



7) il faudrait encore évoquer la "poésie sonore", des lettristes au slam, mais on aura compris que pour moi


la poésie est sonore ou n'est pas de la poésie


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Ven 17 Mar - 21:56


l'époque et la poésie

aucune production sociale, aucune idée, n'échappent à leur époque, et la poésie ne fait pas exception. Les périodes de grands bouleversements sociaux, pour ne pas dire "révolutionnaires", s'accompagnent de grande invention poétique, et réciproquement

à voir la place de la poésie aujourd'hui, l'intérêt pour elle, et celle qui se produit, on sait ce qu'on vit et ce qu'on ne vit pas aussi bien qu'en considérant "la lutte de classes"

personne, même de ma lectorate fidèle, ne lit plus ce sujet, et ça voudrait dire quoi : que les "révolutionnaires" avec lesquels je me suis un temps acoquiné sont exactement ce que je pense avoir démontrer sur la base de leurs théories : des bourrins. Autrement dit, un symptôme de plus


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Dim 19 Mar - 20:05


CUMULONIMBÉ

comme un baiser violet meurt ce jour éteignoir
où la couleur de l'ombre en la douleur est grise
et de trahison grosse; et d'illusion est prise
une saison sans horizon dans le sang noir

de ce printemps violent qui vient sous l'assommoir
avec ses vieux refrains et son temps des cerises
abreuvant les sillons d'un disque qui me brise
le cœur encore mais, me direz-vous, pourquoi ?

pourquoi puisque tout s'est dépassé sans retour
et que tousse l'histoire et que pousse l'encore
un monde vers l'abîme où le presse sa mort ?

pourquoi chanter la vie quand les oiseaux se taisent ?
cachez-moi pour mourir entre vos parenthèses,
crachez sur ma tombe et balayez vos remords

FoSoBo 19 mars 2017 20:05
sonnet 396



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Dim 19 Mar - 22:05


DEHORS-DEDANS

souffre monde dedans,
dehors rentrée douleur
de nulle part ailleurs
ni partout discordant

d'Orient ou d'Occident
nos rêves sont nos leurres
du siècle aiguilleurs
vers le grand accident

souffle un vent de panique
sur un air de cantique
des morts, d'un mal des mots

du mauvais sort qui mord
la vie d'un mors aux dents,
le futur m'oxydant

FoSoBo 19 mars 22:04
sonnet 397





Dernière édition par Admin le Lun 20 Mar - 6:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Lun 20 Mar - 6:30


ABUS ROI

Ta vie mangée par l'art et la sociale
t'as rangé par mille ors et gadoues.
Rongés les os, des dégâts doux
gonflent ton fleuve d'eaux diluviales.

Tu touches les profondeurs alluviales
d'un pied, jamais le même, au bain d'où
sort, congelé, ton lard et le saindoux
dont tu mijotes ce ragoût glacial.

Entre dégoût du luxe et luxure des mots,
ta vie s'enlise et ta mort entre en lice
silencieuse dans le corps du délice.

Pourtant, elle est là, revenue
d'outre tout à l'oreille d'un mur
et te prend, tel un roi, et nu

FoSoBo 20 mars 2017 06:10
sonnet 398



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Lun 20 Mar - 8:58


VALSE À DEUX OU TROIS TEMPS

Confidence pour conflit dense,
tu causes tu causes sans écho.
Entre regard froid et cœur chaud
on entre et ressort de ta danse

à côté de tes pompes funèbres
où tu célèbres un grand macabre
avec un air de fête galant.

On entre dans ta danse au pas
de la folie qui va au trépas,
trépané, très pas net, très honnête

ou pas. On sort de la cadence
en disant fuyons ce fiasco,
ou joue l'indifférence et continue son show,
on transpire : on a peur de la transe

FoSoBo 20 mars 08:44
sonnet 399


Le Grand Macabre : opéra en deux actes de György Ligeti, 1977. L'action se déroule dans un pays imaginaire « Brueghelland ». Le grand macabre, personnage qui prétend être l'incarnation de la Mort, annonce la fin proche du monde. (Wikipédia)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Mar 21 Mar - 10:39


suite de l'indicible paradoxe matériel de la poésie, entre l'écriture et la parole, 16 mars

il y a, dans ma poésie, la quête sinon d'un absolu, du moins la poursuite d'un horizon, qui ne serait pas d'abolir la différence entre prose et vers, mais de retrouver le lien entre écriture et parole. Mes poèmes peuvent évidemment se dire, mais texte en main, à la manière de ces spectateurs qui le font dans les récitals de poésie, au théâtre ou à l'opéra

ma poésie n'est donc pas un texte écrit dans le (seul) but d'être déclamé, puisque cette réalisation serait une perte, telle celle d'un roman adapté à l'écrit, qui en casse l'imaginaire en proposant des images en lieu et place des images mentales propres à chaque lecteur.e

le faire sur la base des sonnets n'est qu'un exercice de style dans une forme à contraintes, bien que souples à l'infini

le faire en formes non programmées ouvre les possibles à la liberté, c'est donc le véritable objectif de cette poursuite d'un horizon de dépassement, entre prose et vers, écriture et parole

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Ven 24 Mar - 10:33


CHUTE, CHUTE... CHUT !

Homme des mots et d'émotions
le monde résonne à ta porte
et par ta bouche s'emporte
au vent la vie sans précautions

Ta poésie est l'occupation
de ce lieu d'où s'exhorte
un appel de ce vide, qu'il porte
une geste au-delà des passions

Tristes ou gaies, suffocation
d'une chanson qui manque d'air,
d'un oiseau privé d'ailes

Et qui vole son chant d'y croire,
sous le soleil exactement tel un Icare
à son infinie chute, chute... chut !

FoSoBo 24 mars 2017 10:24
sonnet 400


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Ven 24 Mar - 12:13


JE TE PLUMERAI

Désamusé des sornettes
des serpents désabusés,
de langues déjà usés,
loin je m'en vais des sorts nets

au vent mauvais enbaumettes,
baumes des mots tant prisés
en prison, raisons épuisées
d'impuiscience, je dis niet !

Non ! Non et renon aux cultes,
non à ces renoms occultes,
foire aux fois des enfoirés

J'irai par les renoncules
à l'alouette parler
oui, mais la plume à la raie

FoSoBo 24 mars 2017 12:04
sonnet 401


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Ven 24 Mar - 12:50


FAR IN THE PAST

Fantasmes affamés,
faméliques reliques
aux loups de purs viatiques
fans de femme fanée

au foyer enfermée,
les mains dans la farine,
l'âme et le cœur far in
the past
, en pâte aimée,

empâtée même aimée
d'un pote, à la popote,
touchante mais mémé

Qu'un saint touche à ses seins,
il sera l'assassin
de rêves en compote

FoSoBo 24 mars 2017 12:40
sonnet 402


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Ven 24 Mar - 16:07


LANGUE DE VIE PERD

ma vie est un long suicide
sans mot d'emploi
dont je déploie
la poésie lucide

en attendant la fin
du dégoût, le début
d'une faim

FoSoBo 24 mars 2017 16:00
sonku 220


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Ven 24 Mar - 16:26


EN MARCHE

je m'en allais
cracher sur ma tombe
un crayon dans la poche

mine de rien antipersonnel
du gars coco latéral
à côté de ses pompes

funèbre

FoSoBo 24 mars 2017 16:27
sonku 221


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Ven 24 Mar - 16:39


ces sonkus, mi-sonnets mi haïkus, sont contraints par les 140 caractères de tweeter

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Ven 24 Mar - 16:55


GAZ

je m'en irai
entre Cioran
et Marx

je m'ennuierai
d'aimer des masques

jamais en rang
je m'en irai

FoSoBo 24 mars 2017 16:54
sonku 222


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Ven 24 Mar - 17:07


AIR

ton désespoir
n'est que le dé-but
d'un espoir

en attendant le fond
la force d'un combat
continue le début

sans fin

FoSoBo 24 mars 2017 17:08
sonku 223


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Ven 24 Mar - 17:30


À L'VEUGLE

creuser les mots
en vieille taupe
comme un tunnel
saoul dans les choses

la terre aux yeux
la mer à boire
l'éternité

FoSoBo 24 mars 2017 17:26
sonku 224


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Ven 24 Mar - 19:23


PENSÉE DE BORD


sur les rives des rêves
des incontinents
à la dérive

comme l'on chie on crève
en situation
fond du sillon

poil au Fillon

FoSoBo 24 mars 2017 19:24
sonku 225


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Dim 26 Mar - 9:19


LEURRE D'ÉTAIS

Heure d'été
le jour fait leurre
étai de nuit

Un soleil nu
ensommeillé
taie d'or rayé
nuées d'ennui

À l'étalage
vole un nuage
entre deux montres
intéressé

L'ennemi dort
monstre évincé
mort d'avoir nui

FoSoBo 26 mars 2017 09:16
sonnet 403


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Dim 26 Mar - 11:34


TOUS EN SCÈNE

La solitude, ça n'excite pas,
c'est où l'autre est exit,
l'ici l'ombre l'exil
en soi pour soi trépas

C'est Godot en coulisses
essuyant ses godasses
en attendant la fin
la salle vide enfin

Avant d'entrer en scène
une première fois :
il a franchi le pas,

Il marche sur ses rêves,
s'assied au dernier rang,
la foule figurant

FoSoBo 26 mars 2017 11:23
sonnet 404


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Dim 26 Mar - 12:17


CHANSON PRÉCOCE

Quand je serai grand,
rayés des dictionnaires
les mots patience et désespoir,
impatience et espoir,

Pouvoir et impuissance,
vouloir et insouciance...
je chanterai, d'un air
d'être heureux au présent,

Des chansons populaires
et des tralala lère
comme naguère en temps de paix

Mais ce sera ma guerre,
je tuerai sans souci
ni fleur à mon fusil

FoSoBo 26 mars 2017 12:13
sonnet 405


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Dim 26 Mar - 13:21


INOUÏR

Le réel nous fait peur
et fuir la poésie,
cruelle apostasie.
Crevez pompiers zappeurs !

Que d'yeux trompeurs
des dieux de l'agnosie,
prêtres de l'amnésie,
curés de la torpeur

En foi ressuscitant,
enfoirés de vos cloches,
fantômes et fantoches,

Et qu'un spectre revienne
hanter vos jours, vos nuits,
chanter un nous inouï

FoSoBo 26 mars 2017 13:12
sonnet 406


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Dim 26 Mar - 19:40


AU BAL DÉLABRE

Tirant un coup du sort un soir de lune pleine
elle a mis le hasard à l'épreuve des bals
en dansant le tango jusqu'au bout de leur faim

musette avide épiée d'ogres et mâles loups

une valse à cent temps ses pieds volant leur zèle
et leur file à l'épate entre jambes coupée
comme affaire d'État la queue affre pendante

elle bandait la meute, elle éteignait l'émeute,
elle avait tous les droits des hommes abolis,
tous les lits à beaux draps s'ouvraient sept jours sur sept,

tous les cous s'allongeaient, les yeux s'exorbitaient
les gorges se serraient, les coudes se battaient
pour être au premier rang, elle n'en avait cure

insoumise à même elle au diable compromise,
mamelles au plus laid offertes sans contrat,
le moment des mamans nul et non à venir,

la grève était finie et les mots des grammaires
aux grands-mères laissés dans la foi des grévisses
à la fiche de paye et leur trou à ces culs

les journaux parlaient d'elle avec des majuscules
et les réseaux buzzaient, le monde s'amusait,
les gens prenaient des gants pour défier le soleil

qui s'en moquait comme de l'an quarante mille,
la météo ne lui disait ni chaud ni froid,
il faisait son boulot, un astre des désastres,

un CDD d'après lui le déluge en joue
feu sur le temps passé, feu sur le temps qui passe,
place aux feux affolant les folies passagères,

feux follets ravissez la si belle étrangère
et laissez le petit enfant aux doigts de faon
se glisser sous sa robe au bouton d'or défaite,

ne faites pas de bruit, ne troublez pas ma fête
au bonheur avant pris qu'il s'enfuie à jamais,
qu'elle danse musette à me tourner la tête

et mon corps aux pieds prie dans la tapisserie
sur la photo jaunie de mes jeunes années,
décor de film muet, lors qu'un disque rayé

tourne ma ritournelle et mes refrains fanés
d'inventeur d'éventé en vers de rêves feints
ridiculement faux sans atteindre leur fin

FoSoBo 26 mars 2017 19:33


un tercet évoque Aragon, L'étrangère, Le Roman inachevé, 1956

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Lun 27 Mar - 9:57


« La poésie ne raconte pas d'histoires. » ?

Henri Meschonnic écrit, dans Les états de la poétique en 1985 : « La poésie ne raconte pas d'histoires. »

ça se discute, comme ici, vu le double sens : « figuratif : distordre la vérité, ou littéral : faire un récit »

une histoire racontée n'est pas toujours un récit, ni ne tient toujours de l'épique. Exemple : un conte

il existe une dialectique entre les deux sens, mensonge et récit, qui est proprement le mentir vrai cher à Aragon

je n'ai pas vérifié, mais il me semble que la plupart de mes poèmes racontent une histoire, aussi courte soit-elle, en créant un monde à cheval, ou si l'on préfère une passerelle, entre les mots et le réel

aussi loin que je remonte, j'ai toujours conçu mes poèmes de cette manière. Exemple, dans LIVREDEL II, LIVRE DE CATHERINE, chapitre 3, 1990


Citation :
Écrire et le réel sont deux pays voisins. On peut imaginer : la guerre, les diplomates, les immigrés politiques, les échanges en tous genres, les mariages mixtes, les barrières douanières, les trafiquants, les écrivains chauvins, les bilingues lettrés, l'accent des Belles étrangères... ceux qui ne sont pas de ces pays-là pas d'ici...

Mais dans quel sol puise-t-on les richesses, au pays d'écrire ? Où sont les mines ? Je suis un citoyen des deux pays et je traverse chaque jour la frontière. Aller-retour quotidien du réel à l'écrire. Catherine est cette frontière. Non. Un pays même. Lequel ? Non. Catherine est le no woman's land entre le pays réel et le pays d'écrire.

dans une forme poétique longue, comme AU BAL DÉLABRE qui précède, il y a plusieurs histoires croisées, et autant de possibilités de plusieurs poèmes courts. Écrire un poème long ou une série de poèmes courts est affaire de choix. Au bout du conte, c'est toujours la même histoire, si bien que je peux considérer n'avoir jamais écrit, sinon un seul poème, qu'un seul livre. Il me paraît difficile d'isoler certains poèmes pour en tirer même ce qu'ils voudraient dire, sans les confronter aux autres alentour, d'autant que celui qui parle, se présentant comme le "narrateur" du poème à la première personne du sujet, n'est pas nécessairement le poète

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Mar 28 Mar - 11:00


lu quelque part


Oxalys a écrit:

J’aime quand le sonnet s'offre des libertés,
Qu’il se vautre, se fait polaire ou quadrillé
A rebours, oulipien, irrationnel, seizain,
Layé, arithmétique, estrambot, lozérien….

Il n’est pas, du langage, un seul rouage usé.
Le sonnet n'a pas fini de nous méduser !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
 
POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 19 sur 20Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20  Suivant
 Sujets similaires
-
» Livre synthétique sur l'art d'écouter
» PMP Soviétique
» Catastrophe cosmétique
» La génétique
» Tarte aux myrtilles (Diététique)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PATLOTCH / CHANGER DE CIVILISATION / LUTTES, THÉORIE, SEXE et POÉTIQUE :: ENTRÉES THÉMATIQUES : CAPITALISME, MONDE, COLONIALITÉS... LUTTES :: RÉVOLUTION de la POÉTIQUE et POÉTIQUE de la RÉVOLUTION : Debord -> Patlotch-
Sauter vers: