PATLOTCH / CHANGER DE CIVILISATION / LUTTES, THÉORIE, SEXE et POÉTIQUE

dans la DOUBLE CRISE du CAPITAL et de l'OCCIDENT, LUTTES COMMUNISTES, FÉMINISTES, DÉCOLONIALES et ÉCOLOGIQUES
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» VA-SAVOIR : chronique à la com, ou la dialectique en propotion magique
Aujourd'hui à 0:11 par Patlotch

» SURVEILLANCE de la POPULATION, sécuritaire, caméras, écoutes, internet...
Dim 25 Juin - 12:49 par Patlotch

» PENSÉES diverses à marier sans modération
Sam 24 Juin - 17:07 par Patlotch

» MACRONISME, ÉTAT (français) et RESTRUCTURATION (mondiale) du CAPITALISME
Sam 24 Juin - 13:52 par Patlotch

» ÉCONOMIE POLITIQUE, quand tu nous tiens : et la CRISE ? NOUVELLE RESTRUCTURATION du CAPITALISME ?
Sam 24 Juin - 10:56 par Patlotch

» 'PROGRÈS', SCIENCES, HUMAIN, SANTÉ et capital... TRANSHUMANISME et dés-humanité
Ven 23 Juin - 12:23 par Patlotch

» "CLASSES MOYENNES" : encadrement, prolétarisation, transclassisme, prolophobie
Mar 20 Juin - 19:03 par Patlotch

» un TOURNANT HISTORIQUE du CAPITALISME et de l'ÉTAT FRANÇAIS, élections 2015-2017, faits et propos, analyses et théorie (antiroman)
Jeu 15 Juin - 20:26 par Patlotch

» THÉORISATIONS COMMUNISTES, FÉMINISTES, et DÉCOLONIALES : remises en perspectives révolutionnaires. Cheminement et bouclages de synthèse
Ven 9 Juin - 10:58 par Patlotch

» la vie du forum : réception, conseils, mises à jour, etc.
Jeu 1 Juin - 17:45 par Admin

» DÉCOLONISER le FÉMINISME ! Féminisme, voile, race et Islam... "Féministes blanches"... sexisme et racisme... et le burkini ?!
Lun 29 Mai - 18:42 par Patlotch

» AFRODITE CHEZ LES PHALLOCRATES, antiroman sans repentir, suivi de BLACK WOMEN, Love, Sex, Song, Dance... et théorie communiste
Lun 29 Mai - 17:23 par Tristan Vacances

» DOMESTIQUES (travailleuses et travailleurs) / DOMESTICS WORKERS / Servants
Sam 27 Mai - 16:09 par Admin

» DIALECTIQUE COMPLEXE et MÉTHODOLOGIE : DÉPASSEMENTS À PRODUIRE
Sam 27 Mai - 14:54 par Admin

» "GUERRE AU TERRORISME" : la grande imposture / CALIFAT et CAPITALISME
Jeu 25 Mai - 15:02 par Patlotch

» "le PRÉCARIAT définit le SALARIAT" : 25% des travailleurs du monde ont un emploi stable / travail et anti-travail
Jeu 25 Mai - 12:07 par Patlotch

» TRAVAIL, CHÔMAGE, SYNDICALISME... MONDE / chiffres, courbes, cartes...
Mer 24 Mai - 13:25 par Patlotch

» OPIUMS DU PROLÉTARIAT : RELIGIONS, ATHÉISMES, LAÏCITÉ... IDÉOLOGIES et RÉALITÉS
Mer 24 Mai - 9:34 par Admin

» des LUTTES dans la CRISE : GRÈVES, OCCUPATIONS, BLOCAGES, MANIFESTATIONS...
Mar 23 Mai - 13:45 par Admin

» PALESTINE et ISRAËL
Lun 22 Mai - 18:41 par Patlotch


Partagez | 
 

 POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18, 19, 20  Suivant
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Ven 28 Oct - 3:34


de l'auto-analyse par la poésie

Yves Bonnefoy en témoigne largement dans L'Inachevable, Entretiens sur la poésie 1990-2010, l'œuvrage de poèmes, comme l'écriture en général pour les romanciers, est pour les poètes une forme d'auto-analyse

dans certains cas, sa pratique aide à se tirer de mauvais pas, par une catharsis dont Freud et surtout Otto Rank on posé les bases du fonctionnement inconscient-conscient-activité. L'artiste évite à sa névrose de tomber dans la folie en retrouvant le chemin de la vie sociale, ou du moins sa quête

dans d'autres, elle permet de creuser des problèmes, théoriques ou autres, par le jeu signifiant-signifié qui lui est propre en tant que langage mariant les sons et les sens, ce qui la rapproche des rêves tels qu'on peut les analyser en cure de psychanalyse, puisque sa théorie comme sa pratique sont fondées, en Occident, sur le langage des mots (ce qui exclue d'analyser en cure sa peinture, par exemple)

La première théorisation de l'auto-analyse psychanalytique est à ma connaissance celle de Karen Horney (L'auto-analyse, 1942, Nos conflits intérieurs, 1945)

le va-et-vient entre poétique et théorie, de la poésie, de la relation au monde ou aux autres, est donc permanent, et revêt ce double caractère analytique et auto-analytique

laissons à qui ne se pose pas de questions sur soi-même et ses rapports aux autres de n'y voir que narcissisme, et de brûler les livres des poètes ou romanciers

l'auto-analyse poétique a donc ce double aspect, psychologique et personnel d'une part, théorique par le langage d'autre part, sans étanchéité

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Ven 28 Oct - 8:59


BÂTARD DÉ

ça va pas tarder
le bâtard démonté
sera tôt remonté

ras des cales l'idée
s'est radicalisée
dans le bazar français

brisons leurs batardeaux d'un désir autosome

FoSoBo 28 octobre 08:53

Vulgaris médical a écrit:
Les autosomes sont les chromosomes  non sexuels. Les paires d'autosomes sont identiques chez les mâles et les femelles.

Les gonosomes, ou hétérochromosomes, sont les chromosomes sexuels. Les paires de gonosomes ne sont pas identiques chez les mâles et les femelles et déterminent le sexe génétique.


Patlotch a écrit:
. BATARDEAU DÉMONTÉ

« La crue centennale aura-t-elle lieu cet hiver ? Impossible de le prévoir, si ce n'est trois jours à l'avance. Alors en attendant, la Mairie de Paris s'exerce à tester son matériel pour faire face à une montée des eaux, inéluctable d'après les scientifiques. Hier, un batardeau (digue) a été installé sur la voie express de la rive gauche en face de l'Assemblée nationale, puis démonté en fin de matinée. » Paris ne veut pas être submergé par la crue, '20 minutes' de ce matin dans le RER, p.2

"Voie de débord : voie latérale établie dans une cour à marchandises pour permettre le chargement et le déchargement des wagons / excès de marchandises" Ou Debord en son impasse, criant "mort à la marchandise !", entré de son vivant, en 1986 dans le dictionnaire... de l'Académie française.


J'irai par les débords parler aux oiseaux blancs
d'un bateau tard chablant mille et mille tremblants

badauds ivres par les rues de l'aube qu'inondent
d'ombres troubles et bleues leurs misères immondes

J'irai de quais en quête des queues embarquées
bon matin en marins mutines confisquer

l'or du monde à jeter sis à l'eau de la mer
de putrides flots où navigue sans amer

mon rêve d'une crue sans digue submergeant
l'usine et la coutume et l'usage et l'argent

J'irai j'irai cent fois plutôt qu'encore attendre
l'heure le jour qu'annonce un oracle de chambre

J'irai sans revenir d'être sorti des rangs
en rage de moi-même où j'errais aberrant

en cage de mes fers otage volontaire
d'une flemme ennemie rongé d'un pinnothère

dans ma coquille en vers. Quelle conque versant
l'infortune quelconque à l'océan berçant

les illusions perdues la berlue d'un poème
à tendre au mieux lisant cet écho de lui-même

achoppé sur les bancs d'une grève des temps
ensablés des esgourdes lourds et secrétant

d'un raz-le-bol ami un tsunami des hommes
brisant leurs batardeaux d'un désir autosome

Ailleurs 22 novembre 2011



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Ven 28 Oct - 10:40


reprise pour la route


SORTIS DES SOUTES

rap à deux voix et percussions (voix 1 voix 2 ensemble, ou distribution libre)

Des siècles des poussières
dix-sept ans sur les routes
aux présents des hiers
quand il sortait des soutes
une lumière
noire à percer l'avenir

On dit ces temps de doute
poussière sur la route


Vous les jetez d'un geste
aux enchères
aux marchés


Vous les laissez sans reste
et plus chers
épluchés

À pourrir dans vos cages
où mûrissent leurs rages
de vos temps indigestes


On dit ces temps de doute
poussière sur la route


Ils en ont dans le chou
ils déjouent les tabous
de vos livres d'histoire
Ils ont eu les déboires
versé toutes les larmes
ils ont toutes mémoires
ils auront toutes armes


On dit ces temps de doute
poussière sur la route


Ils sont partout ils vont par milles
ils sont parmi le nombre
Ils sont sortis de l'ombre
ils n'ont pas le nombril

à la place du cœur ni leur nom brille
place de la concorde
Ils coupent court
au virage à la corde


au cou rage Un langage
leur manque les mots
pas le souffle
ils sont le vent levé

Volent haut comme au
devant
des dangers comme
oh !
des anges contre vous
Démons !

On dit ces temps de doute
poussière sur la route


Forçats des esclavages
des soutes soulevés
ils sont nos vents en poupe

On dit ces temps de doute
poussière sur la route


Et surgissent vos peurs
qu'ils ne soient pas qu'on gère
managés en voleur

qu'ils ne soient pas pépères
à voile et à vapeur

On dit ces temps de doute
poussière sur la route


Voilà votre terreur
être rien qu'ils soient tout
Et voici votre fin
qu'ils ne soient plus valeurs

On dit ces temps de doute
poussière sur la route


Qu'ils soient pis, contre vous
pis qu'ils soient tous contre vos sous
pis qu'ils vous nettoient vous vos dessus vos dessous vos sourires
Telle est votre panique qu'ils vous niquent

On dit ces temps de doute
poussière sur la route


Ils vous déborderont
sabordant vos encombres
Ils vous débonderont
démontant vos démondes

Ils vous déborderont
espèces de cons combles
Ils vous débonderont
espèces de cons combles

Ils vous débonderont
espèces de cons combles


On dit ces temps de doute
poussière sur la route

10 janvier 2012

dans TEMPS BASCULÉS suivi de PLACE à JUSTES VIOLENCES


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Ven 28 Oct - 12:28


conversation


Corinne Cerise a écrit:
Puis-je vous demander - sans trop d'indiscrétion - pourquoi de récente date vous ne vous exprimez plus quasiment que sous la forme poétique sur le livre-forum ?

Patlotch a écrit:
ça n'a rien d'indiscret, et si c'était trop intime, je ne le publierais pas. Je vous avais fait part il y a quelques mois de mon souhait de m'y remettre, ce qui ne se décrète pas, et annoncé sur le forum la raison : sur le plan théorique, j'avais l'impression de marquer le pas. Donc voilà, j'y suis arrivé et j'en suis heureux, pour de nouvelles formes que j'ai trouvées et quelques réussites dans le fatras

en retour cela secoue la poétique aussi, y compris du côté théorique, le lien poétique/relation/individus/révolution

pour tout dire j'ai sans doute un fantasme d'unité et de cohérence d'ensemble de ce que je fais dans plusieurs champs, et la relation poésie/"philosophie" cad percepts/affects/concepts passe par cette diversité de langages, comme l'ont expérimenté Nietzsche... Valery..., Meschonnic et Edouard Glissant qui l'ont théorisé, et dans une certaine mesure Deleuze

d'une façon générale les artistes qui pensent cet aspect de leur travail m'ont beaucoup appris : peintres, poètes, musiciens... La Lettre du voyant de Rimbaud est un texte poétique au double sens du terme, poème et théorie de la poésie

et puis une raison plus prosaïque, je ne peux être au four et au moulin
 No

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Ven 28 Oct - 13:16


une nouvelle "forme fixe" de poème

la forme à 7 vers, 3 3 1 ou variantes présente plus d'un intérêt

- elle est à mi-chemin entre le haïku japonais 3 vers 5 7 5 syllabes, et le sonnet 14 vers en 4 4 3 3, ou variantes, et divers mètres. En longueur, elle se présente de fait comme un double haïku et un demis-sonnet

- du haïku elle retient la brièveté et la contrainte à condenser le sens

- du sonnet elle conserve la possibilité de jouer avec la rime

- accessoirement elle prolonge la structure de mes œuvrages en 7 (et 12)

- enfin elle est compatible avec la contrainte des 140 caractères, pour des tweet poèmes, leur rapidité et leur caractère éphémère, du moins pour les tweetistes

il est probable que j'en ferai grand usage, de préférence en séries, qui permettent de creuser un thème, une sonorité, etc., et de compenser ainsi les inconvénients d'une forme courte

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Ven 28 Oct - 13:37


ABONNÉS BLANCS et BLANCS BENÊTS

je ne chante pas pour perdre mon temps,
que passe qui n'entend rien, je m'en passe,
voyeurs, consommateurs, j'en pense autant

que le vent les emporte sans semelles
devant, avec les corrections de plomb,
la langue française, gangue formelle,

blancs comme le bruit du silence en France


FoSoBo 28 octobre 13:21


« Consommer, consumer : la cendre est devenue norme du feu »


Raoul Vaneigem Traité de savoir-vivre à l’usage des jeunes générations p. 56-57


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Ven 28 Oct - 14:19


il n'y avait pas que du « fleur bleue » chez Vaneigem
(comme l'écrit Roland Simon de TC, pour qui je suis «Collection Arlequin»)



1967

« La poésie est ailleurs, dans les faits, dans l’événement que l’on crée. La poésie des faits, qui a été de tout temps traitée marginalement, réintègre aujourd’hui le centre de tous les intérêts, la vie quotidienne qu’à vrai dire elle n’a jamais quittée.

La vraie poésie se moque de la poésie [..]

La poésie est toujours quelque part. Vient-elle à déserter les arts, on voit mieux qu’elle réside avant tout dans les gestes, dans un style de vie, dans une recherche de ce style. Partout réprimée, cette poésie-là fleurit partout. Brutalement refoulée, elle reparaît dans la violence.

Elle consacre les émeutes, épouse la révolte, anime les grandes fêtes sociales
avant que les bureaucrates l’assignent à résidence dans la culture hagiographique. »


Raoul Vaneigem Traité de savoir-vivre à l’usage des jeunes générations p. 261



il ne m'étonne pas qu'ayant de l'art et de la perception sensible une tel mépris, RS/TC passe à côté de ce qui pourrait donner à sa théorie un peu de matière à subjectivation révolutionnaire...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Ven 28 Oct - 17:28


RABLE LAID ?

un désir able
de lapin
hante ma copine

je saute à la cuisine
adorable
et clopant copain

d'un désir blanc impénétrable

FoSoBo 28 octobre 17:26



able : Du latin albula, substantivation de l’adjectif albulus, diminutif de l’adjectif albus (blanc)

la connotation peut être sexuelle, raciale... ou poétique


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Ven 28 Oct - 17:55


UN Q RABLE ?

la cédille au Q
n'est pas à C
c'est dit

un cas
à Ç
occulte :

Qu'on prenne qui pourra, on dit d'une petite garce une garçette


FoSoBo 28 octobre 17:53



garçette

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Ven 28 Oct - 18:10


ARABLE

« l'Arabe est taillable
et corps arable
à merci

il est comme en jachère
et pas cher
ni casher

l'Arabe incomparable, du Français séparable »



FoSoBo 28 octobre 18:07


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Ven 28 Oct - 19:12




dis comme-ça, on ne doit pas parler de la même chose

Evil or Very Mad

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Ven 28 Oct - 20:10


LAZZARONISME

Lazzare a droit à la paresse
car il fait bien les choses
autant qu'il apparaisse

Il se bat pour sa cause
il y met de l'adresse
en sus de bonne dose

Ah « les lazzaronis qui lézardent au bord de la mer »


FoSoBo 28 octobre 20:05

merci à Blaise Cendrar, Bourlinguer, 1948



Lazzaronisme (n.m.) [Vx] Indolence, paresse (attribuée à une population, à l'hérédité) @LeRobert_com @1Jour1Mot

« Pensez-vous donc que le métier de lazzarone soit un métier d'honnête homme ? − Il n'y en a pas de plus honnête; on n'est ni maître ni valet; on ne dépend que de soi; on ne travaille que lorsqu'il y a urgence, et il n'y a jamais urgence, tant qu'on a un bon soleil » (Janin, Âne mort, 1829, p. 107) cnrtl

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Ven 28 Oct - 20:53


S'ANONCHALIR

au pied de mon délire
la lune dans un œil
l'autre dans le soleil

je m'anonchalissais
ça non, sans me salir,
et toi tu m'embrassais

Ah ! Que de soirs d'octobre à celui-ci pareils


FoSoBo 28 octobre 20:05


merci à

Paul Éluard « Dormir, la lune dans un œil et le soleil dans l’autre » Répétitions 1921

Jules Laforgue « Ah ! Que de soirs de mai pareils à celui-ci » Complainte d'une convalescence en mai 1885



S’anonchalir (v. tr.)[Littér.] S’amollir, se comporter avec nonchalance. @LeRobert_com @1Jour1Mot

« elle salua la société, se rassit et regarda en l'air, appuyée sur son coude, anonchalie et comme écœurée par les hommages qu'on lui décernait » Huysmans, Les Sœurs Vatard, 1879, p. 88 cnrtl

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Sam 29 Oct - 0:39


AVEC

avec des si
on mettra en bouteille un pari
à la mer

avec de l'esprit
un message au revers
avec ou sans pris

on fera avec


FoSoBo 29 octobre 00:25



le pris à payer

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Sam 29 Oct - 0:57


SANS

c'est sans prix
sans valeur
ni gratuit

j'en déduis
c'est pas pris
sans voleur

ou quarante, baba j'en suis


FoSoBo 29 octobre 00:43



L’abolition de la valeur

Bruno Astarian


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Sam 29 Oct - 1:14


ROMAN TIC

La Poésie c'est romantique
pleure mon Âme antique
Altaïr Ô bel Astre immortel

c'est Rome en stock
sérum en toc
Rrom tu meurs tel

un chien de rue


FoSoBo 29 octobre 01:24


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Sam 29 Oct - 14:09


entre poésie et communisme, très intéressant, texte et photos


Red leaves of red books

Richard Wright
The New Masses

(April 30, 1935)

The Charnel Housse/Ross Wolf 26 octobre


dernières lignes
Citation :
Then the desire to penetrate this inaccessible world, to ride in the rich man’s limousine, takes on the convincing form of reality: time is telescoped and the rigid structure of the first stanzas comes alive in a wild race of moving images. Leaving behind them a social upheaval similar to that created by the Communist giant, these new horsemen of the Apocalypse, casting down the oppressors, lifting up the oppressed (Indians, Negroes, proletarians) cross the United States in their symbolic automobile.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Sam 29 Oct - 14:45


conversation, suite d'hier


art et communisme

entre comprendre et sentir, entre concepts, saisie par les sens et activités

Corinne Cerise a écrit:
Patlotch a écrit:
en retour cela secoue la poétique aussi, y compris du côté théorique, le lien poétique /relation /individus / révolution

Voilà un "don" assez peu courant, je crois d'ailleurs que nous en avions déjà parlé. Je commence à comprendre la relation qui existe entre ce qu'on pourrait à priori penser comme des catégories séparées. Mais pour l'heure ce n'est qu'une compréhension intellectuelle, et je serai bien incapable d'y plonger moi-même.

Quand vous évoquez Deleuze, faites-vous allusion aux rhizomes, et à ce type de "pensée" non-linéaire et/ou non hiériarchisé ?


Patlotch a écrit:
« un "don" » ? même avec les guillemets ce mot me dérange toujours, mais c'est peut-être immodeste, car si ce n'est pas un non, c'est ma faute ;-)

intellectuel : j'essaye de faire en sorte qu'on puisse le "comprendre", à défaut de le saisir, mais on est touché ou pas... et ne me dites pas que vous n'êtes pas sensible à certaines formes d'art, de poésie, de chansons, etc.

Deleuze : à vrai dire je l'ai peu lu, et le plus souvent me réfère, comme ici, à Qu'est-ce que la philosophie


Citation :
La philosophie n’est ni contemplation, ni réflexion ni communication. Elle est l’activité qui crée les concepts. Comment se distingue-t-elle de ses rivales, qui prétendent nous fournir en concepts (comme le marketing aujourd’hui) ? La philosophie doit nous dire quelle est la nature créative du concept, et quels en sont les concomitants : la pure immanence, le plan d’immanence, et les personnages conceptuels.

Par là, la philosophie se distingue de la science et de la logique. Celles-ci n’opèrent pas par concepts, mais par fonctions, sur un plan de référence et avec des observateurs partiels. L’art opère par percepts et affects, sur un plan de composition avec des figures esthétiques. La philosophie n’est pas interdisciplinaire, elle est elle-même une discipline entière qui entre en résonance avec la science et avec l’art, comme ceux-ci avec elle ; trouver le concept d’une fonction, etc.

C’est que les trois plans sont les trois manières dont le cerveau recoupe le chaos, et l’affronte. Ce sont les chaoïdes. La pensée ne se constitue que dans ce rapport où elle risque toujours de sombrer.

plus un entretien en vidéo où Deleuze parle de l'art dans l'esprit "créer c'est résister", mais on sent qu'il ne pratique pas, j'en ai parlé plus haut l'an dernier dans un échange avec Segesta

je le dis souvent, l'approche de la question révolutionnaire par la poétique de la création œuvre-sujet, et de la relation au monde et aux autres, est la clef ultime de la compréhension de tout le reste, étant acquis évidemment la structure de classe du capital. Ici je ne fais que poursuivre l'intuition que Marx en avait quant à la centralité des individus dans le processus de leur émancipation, et par ses réflexions sur l'art

c'est la clef et je pense pour la plupart, le point le plus difficile de ma théorisation, parce que relevant de domaines où les connaissances et la sensibilité sont les plus faibles en milieu communiste (la création individuelle ou collective et ses processus, la psychologie humaine, le subjectif en général). C'est donc aussi celui où les résistances et le refoulement sont les plus forts *

* quand cette ignorance ne porte pas simplement à dénigrement et malveillance perverse : RS/TC de "Vaneigem Fleur bleue" à "Patlotch collection Arlequin", de "l'amour moyen de dominer les femmes" à "ce n'est pas affaire de sentiments" etc.

pour préciser ma réponse à la question de Corinne Cerise « pourquoi de récente date vous ne vous exprimez plus quasiment que sous la forme poétique sur le livre-forum ? » : parce que c'est un point central et névralgique sans lequel tout le reste est littérature théorique. J'ai bien conscience que ça ne rend pas plus crédible ma vision des choses, loin de là, mais je dois l'assumer. Cela n'empêche que ce sujet est maintenant le plus abondé et le plus lu du forum

en relation UN RENVERSEMENT POÉTIQUE et RÉVOLUTIONNAIRE de Guy Debord à... Patlotch...

et L'INDIVIDU au-delà de L'INDIVIDUALISME => "Je est des autres" : COMMUNISATION


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Sam 29 Oct - 16:50


les mots pour le faire

« Les philosophes n'ont fait qu'interpréter le monde de différentes manières,
ce qui importe c'est de le transformer.»
Karl Marx 11ème des Thèses sur Feuerbach

« Ses filles l'appelaient non pas "Père", mais "Maure", un surnom qu'on lui avait donné à cause de son teint foncé,
de sa barbe et de ses cheveux d'un noir d'ébène »
Paul Lafargue, Souvenirs personnels sur Karl Marx, 1890


Tu n'en reviendras pas… Aragon / Léo Ferré Le roman inachevé, 1956
pour le rythme, la diction la chanson, comme Léo Ferré


POUR CEUX QUI LA ONZIÈME TAISENT

à Karl Marx, dit Maure

Tu n'en reviendras pas toi qui disais les mots
n'ont été jusqu'ici qu'un récit sans refaire
le monde

Nous qu'avons-nous appris, nous qu'avons-nous compris
d'un sort qui s'est jeté en travers de la route
comme un chien sous les roues de l'histoire en déroute
immonde ?

Voilà l'horreur qui vient à grands pas de raisons
qui marche sur nos rêves
et nous d'aller hagards comme prendre à la gare

le premier train pour nous rendre ensemble en prison
qui emmène plus vite à la fosse où l'on crève
avec une assurance sur la mort plus sûre
qu'un contrat de travail à durée terminée

Terminus tout le monde descend en enfer
place couchée, mais sans toucher, en classe affaire,
à la blonde, à la brune qu'on pouvait tirer
comme une bière fraîche au temps de nos richesses

sans compter sur nos sous
pour un devenir saoul
sans penser avenir
en avant la jeunesse

vivre avec tout le temps des ennuis pour mourir
l'éternité, la mer, le soleil et les fesses
hâlées de la femme au copain d'avant la guerre

la guerre était finie chez nous depuis longtemps
on la faisait là-bas à la télévision
en soirée avec un pétard mouillant les yeux
à la scène barbare et le cœur indigné
par cet autre inhumain couleur non alignée


Marx à Alger, 1882

Tu n'en reviendrais pas toi qui étais barbu
si tu voyais de quoi sont capables les Maures    
depuis qu'on est parti que nos soldats sont morts
pour qu'ils vivent enfin avec des mœurs, un but
civilisés, et des envies communes de
supermarché

Tu n'en revenais pas de la Commune de
Paris, les insurgés te donnaient des envies
de révolution, où l'on perdrait deux vies
plutôt qu'en gagner une à travailler encore,
bosser à y laisser la peau les os le corps
entier, l'esprit avait déjà pris du ciel
le parti

Dieu seul savait comment et la bourse aussi elle
était un paradis, quand t'en avais, pardi !
à planter, pas des choux, à manger, des radis
par la racine radicalement dessous
qui creuse l'estomac, comme la vieille taupe,
la terre du cercueil de ton bel idéal

Tu n'en reviendrais pas toi mon cher ami Karl
des foutaises qu'on fit, confite onzième thèse


FoSoBo 29 avril 2015 04:30




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Sam 29 Oct - 18:41



indocile et insolente, la beauté contre le réalisme ?

avec et contre Rimbaud

« Un soir, j'ai assis la Beauté sur mes genoux.
− Et je l'ai trouvée amère. − Et je l'ai injuriée. »


Une saison en enfer avril-août 1873)



dans tout ce qui précède, j'ai abordé la poésie et la poétique sous la plupart des angles de la fabrique où l'on peut l'appréhender, et je pense que mes poèmes en rendent compte. Mais je n'ai pas parlé de la beauté

la beauté ne vient que de surcroit, une all chimie, lorsque tous les critères du poème convergent à la faire naître. Du poème c'est le moins accessible au poète, quand il a épuisé les "trucs" qui en produisent le leurre, les tics romantiques et autres sornettes sur les couchers de soleil et les yeux de l'aimée. La poésie n'est pas une carte postale

c'est peut-être un des sens aux vers de Rimbaud : « Un soir, j'ai assis la Beauté sur mes genoux. − Et je l'ai trouvée amère. − Et je l'ai injuriée.» Il sait qu'il a (eu) le talent pour écrire de beaux poèmes, mais ne veut pas en rester là. Il veut quelque chose de plus réaliste, « la réalité rugueuse à étreindre ». comme si la beauté l'en empêchait, « idée a été renforcée par le témoignage d'Isabelle Rimbaud qui voulait faire passer "Une saison en enfer" pour le testament littéraire d'un frère répudiant ses égarements de poète ». Preuve que nom, c'est en 1974 qu'il achèvera Les Illuminations, sans concession à l'esthétique

mais qu'on ne s'étonne pas que le poète éprouve, à la fin d'Une saison en enfer, le besoin de secouer son lectorat :



« − Mais, cher Satan, je vous en conjure, une prunelle moins irritée !
et en attendant les quelques petites lâchetés en retard,
vous qui aimez dans l'écrivain l'absence des facultés descriptives ou instructives,
je vous détache ces quelques hideux feuillets de mon carnet de damné.»



pour ma part, j'inverserais le problème : c'est la beauté qui pose ses exigences au réalisme en art, comme on le voit chez Picasso, Paul Rebeyrolles ou Jean-Michel Basquiat..., comme on l'entend chez Billie Holiday, Charlie Parker, John Coltrane, Charles Mingus, Ornette Coleman ou Jimi Hendrix... comme on le lit chez Jean Genet, Édouard Glissant ou Toni Morrison... et Rimbaud

Twisted Evil

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Sam 29 Oct - 20:17


CHANSON D'AUTOMNE

Au tempo lourd
des violents de l'automne
blessent les bourres
l'État qui cogne

Où se révèle
triste l'ardeur
à tuer les beurs

Et se réveille
un doux rêveur
qui vient vivant

Du vent mauvais
qui se relève
et va dare-dare
à la bastonne


FoSoBo 29 octobre 20:14

sonnet 359



La manière dont on se relève

Mathieu Rigouste 29 octobre


merci à Paul Verlaine
Chanson d'automne


bourre; les bourres – n.m.
Policier, inspecteur en civil, agent de la sûreté, gendarme ; par ext. insulte générale, salop ; la police
ABC de la langue française

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Sam 29 Oct - 22:51


SOUS MON AIR SAOUL MON AILE

et sous l'aile la plume
et là plus haut soleil
au sommeil d'amertume

et la mer au réveil
et la puce à l'oreille
avec désir en or

avec désordre en tête loin de l'orde du maître

FoSoBo 29 octobre 20:14





Orde : Terme vieilli. Qui excite le dégoût et pour ainsi dire l'horreur par la saleté. DicoDéfiniion

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Dim 30 Oct - 0:18


UN SOUS MIS À SOUS VIE

je désespère ma poésie, de la sauver d'un tsunami. J'ai pas le temps de l'en mettre à l'abri. Hier j'ai tué mon héritière. Demain l'entière enterrée. La terre s'en fout je compatis. On est bien peu qui ose et mon amie la chose me radis ce mutin. Veillez dès aujourd’hui et qu'explose la vie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Dim 30 Oct - 1:04


LE GOÛT DE L'ABSOLU

certes, en tout et pour tout
le gauchisme
l'amour l'art la révolution...

mais en fin de décompte
récits et contes...
il importe de rompre,
pour vivre, tout cordon

ne pas confondre
ou les fondre
amour et passion

n'être plus le con
de soi-même
s'aimer mieux
même vieux


FoSoBo 30 octobre 00:52

sonnet 360


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6302
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ   Dim 30 Oct - 19:20


LE VENDRE ENCORE

Le ventre encore
fécond d'où sort
le manque à être

Prix d'un paraître
épris de soi
radical ment

cul dans la soie


FoSoBo 30 octobre 19:15




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
 
POÈMES et POÉTIQUE de la RÉALITÉ
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 17 sur 20Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18, 19, 20  Suivant
 Sujets similaires
-
» Livre synthétique sur l'art d'écouter
» PMP Soviétique
» Catastrophe cosmétique
» La génétique
» Tarte aux myrtilles (Diététique)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PATLOTCH / CHANGER DE CIVILISATION / LUTTES, THÉORIE, SEXE et POÉTIQUE :: ENTRÉES THÉMATIQUES : CAPITALISME, MONDE, COLONIALITÉS... LUTTES :: RÉVOLUTION de la POÉTIQUE et POÉTIQUE de la RÉVOLUTION : Debord -> Patlotch-
Sauter vers: