PATLOTCH / NOUVELLE THÉORIE du COMMUNISME et de la RÉVOLUTION

LA CONSTITUTION EN CLASSE CONTRE LE CAPITAL DES LUTTES PROLÉTARIENNES, FÉMINISTES, DÉCOLONIALES et ÉCOLOGISTES
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» des LUTTES dans la CRISE : GRÈVES, OCCUPATIONS, BLOCAGES, MANIFESTATIONS...
Aujourd'hui à 4:19 par Patlotch

» "CLASSES MOYENNES" : encadrement, prolétarisation, interclassisme, prolophobie... et théorie
Aujourd'hui à 0:45 par Tristan Vacances

» 0. un livre ? Une théorie est apparue... Diffusion, réception... débats ?
Aujourd'hui à 0:20 par Tristan Vacances

» EXTIMITÉ, les confessions de Patlotch : un rapport aux autres et au monde
Hier à 23:58 par Patlotch

» 8. poèmes et contes pour en causer
Hier à 22:46 par Patlotch

» 9. l'apparition plurielle d'une nouvelle théorie communiste ? questions parentes
Hier à 16:43 par Patlotch

» LA NOUVELLE GAZETTE DES VANNES (Franzoseur Zeitung)
Hier à 14:36 par Patlotch

» 5. LA CONSTITUTION EN CLASSE POUR LE COMMUNISME : quel sujet révolutionnaire ?
Hier à 14:05 par Patlotch

» la DOMINATION MASCULINE dans le monde : un MACHISME STRUCTUREL
Hier à 13:47 par Patlotch

» ÉMEUTES, typologie formes/contenus : des réalités à l'idéologie
Mar 17 Oct - 20:26 par Patlotch

» la DOMINATION MASCULINE en FRANCE : machisme, travail, domesticité, violences...
Mar 17 Oct - 14:56 par Patlotch

» la VIOLENCE venue dans la "CONTRE-RÉVOLUTION" CAPITALISTE...
Mar 17 Oct - 13:24 par Patlotch

» MARXISME FÉMINISTE et DÉCOLONIAL avec Ana Cecilia Dinerstein : 'utopies concrètes', 'organiser l'espoir'... auto-subjectivation révolutionnaire
Mar 17 Oct - 11:29 par Patlotch

» JAZZ, BLUES, R'n'B, SOUL, RAP... pour "double paire d'oreilles"
Mar 17 Oct - 10:51 par Patlotch

» des ŒUVRES-SUJETS PERFORMATRICES en ARTS : des usages révolutionnaires ?
Lun 16 Oct - 14:18 par Patlotch

» FÉMINISME et MARXISME : SEXES, GENRE, CLASSES, et CAPITALISME, avec Cinzia Arruzza... Silvia Federici, Selma James, Sara Farris, etc.
Lun 16 Oct - 13:10 par Patlotch

» CLASSES SOCIALES et AUTRES RAPPORTS SOCIAUX, de sexes, races, nations, générations... Documents
Lun 16 Oct - 1:24 par Patlotch

» de LA MARCHANDISE EN SA FABRIQUE, avec ou sans FÉTICHISME, au TRAVAIL LIBÉRÉ par le COMMUNISME
Dim 15 Oct - 13:13 par Tristan Vacances

» EUROPE Centrale, du Nord et de l'Est : RUSSIE, Ukraine, Crimée, Suède...
Dim 15 Oct - 0:22 par Patlotch

» VA-SAVOIR : chronique à la com, la dialectique du quotidien en propotion magique
Sam 14 Oct - 19:56 par Patlotch


Partagez | 
 

 PENSÉES diverses à marier sans modération

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: PENSÉES diverses à marier sans modération   Mer 24 Juin - 13:52

dans ce sujet, ah, ça ira, ça ira où ça ira, sans préméditation ni trohérisation ressassée zassez


premier billet

je me dis donc, au sortir de ce.tte Club.e Médiapart.e pas très à part ni très accorte dans mes cordes (voir cessation divine de paiement ), que l'idéologie française du capital global est bien avancée, et que "nous" d'autant moins

que diront les historiens du futur de cette France rance, franchement si petite et se croyant si grande, proutant plus haut que son culte, en mort annoncée d'un supposé esprit (des Lumières). Je m'en tiendrai à deux indices :

- la réussite totale, du moins en ce milieu médiatisé et médisant de classes moyennes citoyennes "cultivé.e.s", et ci-devant derrière porté.e.s à croire en la politique, de l'aveuglement programmé par la religion, opium du peuple, étendue à ceux qui croient au ciel, et ceux qui n'y croient pas, puisque cela fonctionne des deux côtés, en sens inverses et réciproquement

- les réactions à la "victoire de Syrisa", un déluge de naïveté et d'oppositions débilitantes entre ceux qui voient le diable dans la main droite de la troïka, et le bon dieu à la gauche de Syrisa... Tous auront la douche froide qu'ils méritent, ou non, selon qu'ils en ont, ou pas, mais visiblement beaucoup plus que les Grecs d'en-bas

prions dieu que Tsipras se noie dans les eaux tièdes de sa mer léger, et que la Manche refroidisse les piètres Mélenchés. Amen


Dernière édition par Patlotch le Mer 31 Aoû - 21:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: la maladie sénile du non-communisme   Mer 24 Juin - 14:15

deuxième billet

inactualité du trotskisme : le faux est un moment du vrai ou la maladie sénile du non-communisme

lu ici Fragilités du capitalisme, faiblesses des anticapitalistes : « l'actualité du trotskisme »

il y a des textes si plein de vieilleries sans aucun rapport avec le réel présent qu'ils se passent de tout commentaire, étant leur propre fossoyeur. Le trotskisme militant actuel - je ne parle pas de quelques penseurs sérieux sortis de cette mouvance - et la maladie sénile du non-communisme

D. Audoux a écrit:
« Aujourd’hui, avec l’effondrement du stalinisme d’une part, et le surgissement des formes disons – classiques – de processus révolutionnaires (comme en Tunisie ou en Grèce par exemple) d’autre part, réapparaissent le personnage et la pensée de Léon Trotsky comme l’authentique voie pour la défense des classes ouvrières dans la voie du socialisme », Esteban Volkov, petit-fils de Trotsky

La satisfaction des besoins des travailleurs nécessite plus que jamais de s’attaquer aux fondements  mêmes du système capitaliste, c’est-à-dire une révolution prolétarienne expropriant les groupes capitalistes, les banques , les assurances…sans indemnité ni rachat, socialisant et planifiant l’économie pour satisfaire ces besoins, donnant le pouvoir  aux travailleurs, organisés à tous les niveaux en conseils, comités de délégués élus et révocables, mandatés par les assemblées de base, mettant en place un nouveau gouvernement de la Commune,  un gouvernement ouvrier,  tendant la main aux autre classes ouvrières, pour une Europe des travailleurs, pour les Etats-unis socialistes d’Europe.

En France, une crise révolutionnaire ouverte affleure, quelle en sera l’étincelle ? Par exemple, un appel de travailleurs d’une entreprise menacée dans tel département, appelant l’ensemble du département à monter en masse à Paris, et  à occuper une place centrale comme en Egypte ou en Tunisie, ce  pourrait être alors  le détonateur, cristallisant toute la situation politique  de plus en plus insupportable pour le peuple face à Hollande-Valls les petits commis de l’Union européenne au service du capital financier. Le retentissement médiatique d’une telle initiative, ses répercussions à travers tout le pays, poseraient inéluctablement la question du pouvoir et de qui doit diriger le pays.

« Bloquer tout le pays », « la grève générale », c’est ce qui monte de plus en plus d’en bas. Balayer les institutions de la cinquième république et de l’union européenne- institutions de la bourgeoisie- une nécessité en haut pour donner tout  le pouvoir au peuple. « Dégage ! », l’expression adressée aux dictateurs Ben Ali et Moubarak a fait rapidement le tour du monde, injonction adressée à tous les dirigeants de droite comme de gauche, complètement inféodés au capital financier. La France, quant à elle, a des traditions révolutionnaires bien ancrées : 1789-1794, 1830, 1848, 1871, 1919-1920, 1936, 1945-1947, 1953, 1968

144 ans plus tôt, voici les mesures que prit en 72 jours le premier gouvernement ouvrier de l’histoire de l’humanité, la Commune de Paris, avant qu’elle ne soit massacrée en mai 1871 par Thiers et les représentants des capitalistes, spéculateurs et privilégiés de l’époque : • Réquisition des usines dont les patrons sont incapables d’assurer la gestion. • Suppression du travail de nuit pour les catégories qui y sont soumises. • Réquisition des logements vacants pour les ouvriers sans logement. • Remise de l’ensemble des loyers en retard. • Abolition des amendes imposées aux travailleurs. • Établissement de l’instruction publique laïque. • Expulsion des congrégations religieuses de l’école et séparation de l’église et de l’État. • Adoption d’un décret limitant à 8 heures la journée de travail. • Garantie légale de l’égalité juridique des femmes et des hommes. • Obligation que tous les élus, sans exception, y compris les plus élevés, touchent au maximum le salaire d’un ouvrier. • Abolition de l’armée permanente.

L’immense mérite de la Commune de Paris c’est justement son existence et son gouvernement  pour satisfaire les  seuls intérêts populaires, c’est d’avoir montré aux yeux du monde entier qu’un gouvernement ouvrier était possible, ce que confirmera la révolution russe dirigée par Lénine et Trotsky en donnant « tout le pouvoir aux soviets », avant d’être trahie puis assassinée par le stalinisme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: l'imprévu conduit à improviser dans l'imprévisible, c'est l'imprévisation   Mer 24 Juin - 15:29


troisième billet


l'imprévu conduit à improviser dans l'imprévisible, c'est l'imprévisation

la vie a sa part d'imprévu, qui brise le rythme quotidien, celui des habitudes. Il n'est pas de bonne habitude que ne puisse remplacer une meilleure. L'imprévu qui paraît malheureux se change en son contraire aussitôt qu'on saisit l'opportunité. Le mal est moins grand si l'on considère le peu de bien perdu, et ainsi de suite

c'est ainsi que l'on devrait, toujours, conformer sa conduite, en conservant les bonnes habitudes et en combattant les mauvaises

c'est en quelque sorte ce qui m'est arrivé sur Médiapart, j'en avais marre, je touchais la limite de ce que j'étais venu faire, vécu avec certain.e.s, mais trop vu avec d'autres, à un rythme absorbant mon temps, qui menaçait d'être mauvaise habitude, et abandon des bonnes

Mammon est mon prophète. La machine à sous n'a pas voulu de moi, et je m'en suis soustrait
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin


Messages : 6251
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: PENSÉES diverses à marier sans modération   Ven 3 Juil - 20:05

1000ème message

les luttes décroissent !




Patlotch en deça au-delà de son temps
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Invité
Invité



MessageSujet: Re: PENSÉES diverses à marier sans modération   Dim 5 Juil - 9:07

Patlotch a écrit:
31 décembre 2013

Le monde est gris mais je n'ai pas lu tous les livres

Internet est tout à la fois une source d'informations, de documentations, parfois de controverses à l'infini... et un formidable vecteur de l'idéologie. Ce dont nous voudrions parler ne s'y trouve qu'avec difficulté, ou pas du tout, et la manière dont on en parle n'est pas la nôtre. Pourquoi ? Qui accède à Internet et surtout qui s'y exprime ? La réalité sociale est ainsi déformée par les deux bouts, l'objectif et le subjectif, par son absence et par sa déformation.

Les théories peuvent avoir un intérêt en soi, pour les théoriciens. Pour ma part, si je ne suis pas un théoricien, j'en ai besoin pour comprendre, comme j'ai besoin des faits pour les comprendre, voire les critiquer.

Les débats que l'on peut suivre en ligne sont rarement porteurs des questions que nous nous posons, ou de la façon dont nous les posons. Cela ne signifie pas nécessairement que nous manquerions de pertinence, car les réalités sociales sont plus porteuses de ces questions que les discours qu'elles suscitent sur Internet, et nous ne connaissons pas toujours les mots qu'elles produisent, entre "ceux d'en bas", sauf à en être, ou y descendre.

La vie est ailleurs, dit-on. Oui et non. Mais s'il est un lieu où elle ne manque pas d'être aussi vivante que sur Internet, ce sont les livres, du mentir-vrai des romans à ceux de la sociologie, de l'histoire... des théories.



Dernière édition par Patlotch le Mer 23 Mar - 17:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: la gazette et les choses sur le feu   Mar 7 Juil - 0:45

.
on se me le dit que, ben hein, tenir la gazette, c'est maintenir les choses sur le feu

« Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement, Et les mots pour le dire arrivent aisément.»
Nicolas Boileau

« au seuil de la nouvelle année, voulez-vous encore sacrifier davantage ? »



on se croirait 75 ans plus tard, en Grèce, à dégraisser...





Dernière édition par Patlotch le Dim 19 Juil - 17:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: PENSÉES diverses à marier sans modération   Dim 19 Juil - 17:33

du 16 juillet, modifié

.
communisation : tu portes, que dis-je, tu traînes ce mot, jamais à la bouche de feu, comme une casserole de ragoût mariné, de bœufs à l'abattoir et de porcs avariés, de moutons bêlants et de loups pour bergers... et tu voudrais encore remuer la queue comme un chat bienheureux s'étirant après sieste ?

les mots sont les grands maladroits du tout-monde, et l'on s'y noie en langue déjà morte aussitôt prononcés. Des sourds viendront y croire, on n'y peut rien, des bavards réciter, des lâches s'y mentir. Laissons. Leçons

le meilleur nous viendra sans nom, à la source de faire



Nous n'avons plus de nom nous sommes les sans
Noms nous n'avons plus de dieux nous sommes les
Sans horizon sans illusions et laissant
Les murs désolants les maisons isolées
Aux facteurs de ruines maculées de sang
Nos mains déduisent des lieux la parole et
Vont se fondre en chairs et autres en dansant

La peau traverse les langages 2003
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: écrire et lire, s'y coller ou crever...   Lun 20 Juil - 19:14


écrire et lire, s'y coller ou crever...

Cioran dit, dans Ébauches de vertige, publié dans Écartèlement en 1979, page 1445 de ses œuvres complètes in quarto Gallimard :

« Les philosophes écrivent pour les professeurs ; les penseurs pour les écrivains. »

moi qui ne suis ni philosophe ni professeur, mais indissocialement penseur et écrivain, devrais-je en déduire que j'écris pour moi, que je n'écris que pour moi ?

oui et non. J'écris pour moi comme lecteur, en tâchant de me mettre à la place d'autres lisant, qui pourraient écrire ou non les mêmes choses, mais en penser pas moins, assurément, et pourquoi comme on dit faire avec, écrive avec ?

le passant.e.s ne se font pas rares, qui m'encouragent, et c'est pourquoi, par delà tout mon désespoir, je continue

mercis !



la vie est un collage 1989-90



Dernière édition par Patlotch le Mer 23 Mar - 17:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: la PORCHERIE de France   Mar 21 Juil - 19:19

la PORCHERIE de France


on voudrait bien être modeste... Il faut par dessus tout n'en pas faire un problème, laisser pisser. Ce qui pourrait faire dialogue ne le fait pas, rencontrer un écho on n'en entend rien, et constater, par dessus tout, une petitesse de vue, une médiocrité de caractère même chez les plus "proches", c'est désolant, vraiment

mais on en tire aucune haine, seulement de quoi alimenter un désespoir pour se battre contre toute tentation d'abandonner la partie à qui ne sait que jouer seul, pas même se regarder en face dans le miroir de sa vieillerie intellectuelle

un constat consternant, et somme toute disant, en creux, la gravité de la situation. En France, il n'y a plus personne, sur le plan de la critique théorique, pour voir le tout articulé du monde. Le seul espoir est dans les luttes, mais lesquelles ? prolétaires à forte composition indigènes, à n'en point douter, leurs intellos sont encore les moins cons dans le landerneau gaulois, moins bourgeois que tous ceux, d'extrême-gauche, d'ultragauche qui les voient en petits-bourgeois : plus armés de cultures mondiales, d'expériences mondiales, de mémoires et de vécus de la misère capitaliste dans l'histoire comme au présent... Tout le reste est littérature coloniale attardée

je n'ai pas envie d'être raciste anti-blanc, mais la France est devenue, à tout point de vue, une PORCHERIE

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: le monde vu de la France   Mar 4 Aoû - 19:39


the World according to French

on pourrait penser que l'espèce humaine des capitalistes et celle humaine de ses critiques les plus radicaux sont opposés à l'extrême autant que les deux pôles mêmes du "système" : le capital et le prolétariat

que nenni ! en règle générale ce n'est déjà pas vrai : humaines trop humaines sont ces deux espèces...

d'abord, s'ils sont lucides et bien renseignés, ils voient le capital de la même façon, parce qu'il n'y en a qu'un, dans quelque camp qu'on soit, et aussi antagoniques que soient ses intérêts - bien placés

ensuite, s'ils sont français, c'est la cata, parce qu'ils ne voient pas en quoi ils se ressemblent bien plus que ces pauvres humains, par exemple, un marxiste nippon et un patron de la City


en effet, les Français croient, et leurs "marxistes" souvent pas moins - car tout patron est réaliste, sans quoi il perd sa place. Ils croient que l'Europe, si ce n'est la France ou Marseille, est encore, sinon le centre du monde, le point privilégié d'où l'on peut observer le monde tel qu'il est, sans sortir - non de chez soi, ils voyagent moi pas...- sortir de sa façon de voir, de sa culture du savoir, et d'une foi sans borne en l'universelle raison de la pensée française, si dépourvue de limites qu'elle peut refaire le monde à son image

pas vraiment une affaire de dialectique...

bien voir, c'est bien sentir...





Dernière édition par Patlotch le Mer 23 Mar - 18:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin


Messages : 6251
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: PENSÉES diverses à marier sans modération   Jeu 6 Aoû - 0:06

et puis, ces gens, croisés, connus, par leurs idées que je croyais proches des miennes... Là, par leurs manières d'être, de ne pas être, rien ne va plus, et dès qu'ils l'ouvrent, leur bouche se tord de mensonges, confrontés qu'ils sont à leurs vérités-mêmes, celles qu'ils n'ont pas écrites, qu'ils n'écriront jamais. Sont-ils capables de se les dire, à eux ?

et ils voudraient causer ? entretenir une relation amicale ? de vrais moments du faux ? ceux dont ils vivent au quotidien si bien qu'ils ne les voient pas, parfois les ayant entrevus les chassant aussitôt : ce n'est pas une affaire perso... Ben tiens donc

il est très difficile de rencontrer des intellectuels de couches moyennes qui soient tout simplement honnêtes, en profondeur et toutes circonstances, mais eux, de bonne ou mauvaise foi, se croient respectables

pour moi, aujourd'hui, pour penser-écrire, l'important est d'avoir de bonnes informations, les bons textes, les bons livres... Personne dans les milieux français que j'ai crus des années porteurs de quelque chose de décisif en théorie, personne ne s'est montré à la hauteur de mes attentes ou de mes espoirs : c'est une déception, et pire, une preuve que leurs idées sont adéquates à leur être social, à leur être de classe, de race, de sexe

ils me sont devenus transparents, mais se croient invisibles, inodores, incolores. Les moins favorisés intellectuellement ont l'intelligence de classe et de race, de sexe, pour sentir que ces gens-là puent leur classe, leur race, leur sexe : les blancs moyens français peuvent se laver ou non, ils ne sont jamais propres que sur eux. Ce qui manque à ceux d'en-bas, c'est de le comprendre intellectuellement, et de pouvoir l'exprimer dans le langage de ces favorisés sociaux et raciaux, sexuels, qui ont pouvoir sur eux dans toutes les circonstances où ils sont amenés à se rencontrer, sauf les quartiers, sauf l'émeute, sauf la destruction des biens merdiques dont ils vivent au milieu de la moyenne, qu'ils promettent dans leurs livres, pour plus tard...

j'ai acquis ces deux facultés de sentir et de comprendre, et j'en deviens insupportable à qui prétend encore me fréquenter en toute amicalité : et quoi, encore ?

je me sens contre eux parce que jamais ne les sens avec moi, mes idées, mes exigences pour moi-même. Quand ils en ont l'occasion, ils fuient, ils se fuient. Pourquoi supporter qu'ils n'aient pas vis-à-vis d'eux-mêmes, dans leurs relations avec moi, celles que j'ai pour moi face aux autres : se faire petit parce qu'ils sont petits ? Un comble !

une guerre de classe, de race, de sexe, d'individus ? Oui.

vivre au quotidien, avec mes proches, avec ceux d'ici d'en-bas, ne pose aucun problème. Je me sens chez moi avec eux, chez eux avec moi, je me sens avec eux, je nous sens ensemble. Et dans cette guerre-là, ceux d'en haut (de ce message) ont peur. Nous leur faisons peur. Sentent-ils, comprennent-ils, qu'ils ne peuvent plus nous raconter leurs histoires avec leurs faces de faux-culs, leurs grands mots plein la bouche, tordue, tordus de mauvaises raisons ?

qu'ils vivotent ou crèvent loin de nous, plus loin, plus loin !

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6251
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: PENSÉES diverses à marier sans modération   Jeu 6 Aoû - 4:48


avec l'ami Cioran


« L'unique moyen de sauvegarder sa solitude est de blesser tout le monde, en commençant par ceux qu'on aime. »

De l'inconvénient d'être né, Œuvres p.1332


« L'amitié est incompatible avec la vérité, seul est fécond le dialogue muet avec nos ennemis. »  

Écartèlement, Œuvres p.1446



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
otowa
Invité



MessageSujet: de l'inconvénient...   Jeu 6 Aoû - 13:02

wikipedia:
Ainsi, il écrit en 1937, dans son troisième ouvrage, Des larmes et des saints, qui fait scandale dans son pays : « Les Hongrois nous haïssent de loin tandis que les Juifs nous haïssent au cœur même de notre société »3 et « Le Juif n’est pas notre semblable, notre prochain, et, quelle que soit l’intimité entretenue avec lui, un gouffre nous sépare »4
http://illiweb.com/fa/i/smiles/icon_evil.gif
Mort à l'âge de 84 ans, Cioran nous a bassiné de son désespoir littéraire.
Je préfère Panaït Istrati, bien que celui-ci, une fois revenu -dans les deux sens du terme- de l'URSS, et rejeté par l'intelligentsia, ait fait part de son attirance envers la monarchie.
Lire Panaït Istrati, vagabond gréco-roumain, écrivant en français qu'il a appris vers trente ans, "La présentation des haïdoucs", c'est drôle, fort,désespéré, sans la pose de Cioran, émouvant et sensible.
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin


Messages : 6251
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: PENSÉES diverses à marier sans modération   Jeu 6 Aoû - 13:50

otowa a écrit:
Mort à l'âge de 84 ans, Cioran nous a bassiné de son désespoir littéraire.
Je préfère Panaït Istrati, bien que celui-ci, une fois revenu -dans les deux sens du terme- de l'URSS, et rejeté par l'intelligentsia, ait fait part de son attirance envers la monarchie.[...] Lire Panaït Istrati... c'est drôle, fort,désespéré, sans la pose de Cioran, émouvant et sensible.

Istrati et Cioran, j'ai lu des deux, et comme je l'ai dit à propos de Dauvé sur DDT21 "Ne lisez pas... Lisez..." comparer des écrivains, des écritures, des écrits à 20, 40 ou 60 ans dans leur vie, cela n'a pas grand sens, parce que la littérature, ça ne fonctionne pas comme ça

je lis des livres pour ce qu'ils disent de là où ils sont écrits, non pour juger, peser, mesurer à d'autres, ce qui serait comme le pendant d'une "loi de la valeur" : l'art au box office, les best seller, la grandeur d'une œuvre jugée à ses ventes comme la valeur d'une politique au nombre de suffrages, comme quoi le pouvoir de l'argent rejoint la démocratie électorale ou sondagière, et nous éloigne de l'art...

j'apprends de tous les écrivains puissants, que je partage ou non leurs idées. Dans les écrits de Cioran particulièrement dans ses aphorismes, il y a à boire et à manger. Pour y trouver une "philosophie générale", il faut être au moins critique littéraire, c'est leur métier comme disait Oscar Wilde, de couper des têtes. Réduire l'œuvre de Cioran à une formule telle que "désespoir littéraire" - quel écrivain n'est pas désespéré ? - c'est le pont-aux-ânes aux cons, de ceux qui ne savent pas lire... les écrivains.

je suis loin de partager toutes les idées de Cioran, mais j'y ai trouvé autant de vérités pour moi - ça sert aussi à ça, les livres - que chez Montaigne, Racine, Nietzsche, Proust, Sosuke, Aragon, Kawabata, Toni Morrison, Maryse Condé, et tant d'autres

mais c'est bien connu, Cioran, c'est le misanhtrope antisémite par excellence, comme Aragon le stalinien pédéraste refoulé...

des remarques pareilles, vrai que ça donne envie de lire et d'écrire des livres, mais sûrement pas d'ouvrir un enfoirum pour en parler, ce qui donne désespérément raison à Cioran ne détester la connerie humaine



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6251
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: PENSÉES diverses à marier sans modération   Ven 7 Aoû - 0:21





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6251
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: PENSÉES diverses à marier sans modération   Ven 7 Aoû - 0:21





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6251
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: PENSÉES diverses à marier sans modération   Ven 14 Aoû - 2:03


dur


“Vous devez être dur si vous voulez être souple.”


Jack Welch, homme d'affaire américain

“On n'a pas d'autre maître que soi-même ; il faut que ce maître soit dur.”

Jean Guéhenno

“L’évolution n’est pas une simple éclosion sans peine et sans lutte,
comme celle de la vie organique, mais le travail dur et forcé sur soi-même.”


Hegel

“Je ne crois pas au génie, seulement au dur travail.”

Michel Petrucciani



“Plus vieux est le bouc, plus dure est sa corne.”

Proverbe belge



autoportrait en vieux bouc

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6251
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: PENSÉES diverses à marier sans modération   Jeu 3 Sep - 20:28

chez Médiapart, en réponse à Segesta, dans La « misère du monde » en 7 points 03 septembre 2015 |  Par diagola


Segesta3756 a écrit:
03/09/2015, 15:55

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Coltan

misère du monde ??..... et si on arrêtait un peu de se raconter des histoires ?


Patlotch a écrit:
03/09/2015, 16:29 | le 03/09/2015 à 15:55  

bonjour Segesta

je ne sais pas s'il nous faudra tous nous coltaner pour échapper à la misère du monde, mais au fond, je ne crois pas que l'on se raconte des histoires. J'ai beau taper sur les couches moyennes occidentales, elles ne font que défendre leur niveau de vie. Le problème n'est pas tant leur "égoïsme" - les individus sont toujours partis d'eux-mêmes, disait Marx - mais qu'elles n'y parviendront pas, que la pauvreté voire la misère  les attendent au tournant, plus ou moins proche selon les cas. L'Angleterre et la Grèce sont les laboratoires d'une Europe de plus en plus clivée socialement, c'est un point sur lequel Varoufakir ne se trompe pas

qui ne ressentirait, devant cette misère qui vient, une panique, de quoi en être plus terrorisé que par tout terrorisme, qui fera toujours moins de victimes chez nous que la misère du monde, parce que nous sommes entrés dans ce monde de misère

alors oui, il y a quelque chose de vrai dans le fait de considérer les migrants comme porteurs de la misère du monde non pas à accueillir, mais à partager comme un lot commun (le "commun" est à la mode...), et donc à les considérer comme une sorte de terroristes, même paisibles, quand ils n'acceptent pas de crever chez eux comme on les y presse, quitte à les aider, petite bombe par ci, Monsanto par là, mafias partout, maladies ailleurs, plus loin, trop loin... la banlieue, les bidonvilles, que d'aucuns nommaient le Quart-monde, pourquoi ne pas les raser et, en attendant, construire des murs... contre ce monde de misère pour intouchables

avec ses castes, l'Inde frappe à la porte à la porte de la nouvelle Europe comme un modèle de ce qui s'instaure, nouvel esclavagisme bio-techno-numérique, couches moyennes rêvant d'un meilleur monde possible, démocratique comme la Grèce esclavagiste et socialiste comme le goulag de Yapadaxan


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6251
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: PENSÉES diverses à marier sans modération   Mer 23 Sep - 1:52


« Il y a des gens qui sont chauves au-dedans de la tête :
ce sont ceux qui n'ont pas le sens de l'humour »



Francis Blanche


l'esprit de sérieux et l'absence d'humour, chez des personnes qui ne rient jamais, dans la vie, à l'écrit ou à la lecture, devrait alerter bien au-delà de ce qu'on croit partager de leurs idées. C'est le signe annonciateur de quelque clash inévitable, qui se produit alors sur un différend sérieux


Dernière édition par Admin le Sam 26 Sep - 1:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6251
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: PENSÉES diverses à marier sans modération   Jeu 24 Sep - 18:00



si cela peut rassurer quelques anti-marxistes

si je devais aux "marxistes" de connaître Marx
je serais devenu anti-communiste




Dernière édition par Admin le Jeu 8 Oct - 15:33, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6251
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: PENSÉES diverses à marier sans modération   Sam 26 Sep - 1:14


travailler-créer repose de discuter-impenser
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6251
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: PENSÉES diverses à marier sans modération   Sam 26 Sep - 2:40


Hitoshi OSHIMA, Le développement d'une pensée mythique, Pour comprendre la pensée japonaise, Hokihu Shuppan 1989, éditions Osiris 1994, p 117-118



Citation :

« On dit souvent que le Japon n'a pas de « philosophie », au sens contraire de l'Occident, de l'Inde ou la Chine, et nous sommes d'accord avec cette idée. Un monde de pensée dont la base est constituée d'une pensée mythique ne formera pas une « philosophie », qui commence lorsque la sensibilité est dépassée. Il ne fait pas la différence entre le « sensible » et « l'intelligible », pas plus qu'entre « théorie » et « pratique ».



Exprimer la pensée japonaise à l'aide de concepts abstraits est généralement un travail qui dépasse l'imagination des Japonais. Par contre le Japon recèle des poètes comme Matsuo Bashô, capables de transmettre comme message un contenu étonnamment abstrait à l'aide d'un code donné et limité. En quelques mots




je suis parfois un penseur japonais
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6251
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: PENSÉES diverses à marier sans modération   Dim 27 Sep - 0:10

dans Pour un nouveau prix Nobel de la Paix 25 septembre 2015 |  Par Patrick Singaïny



27/09/2015, 00:05 | Par Patlotch

je dirais même plus :

NOS BELLES DE LA PAIX : UN PRIX !



la paix a fait la belle et l'amour à la belle lurette

il y a bien longtemps

on en paye le prix

Nobel ?



scratch


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6251
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: PENSÉES diverses à marier sans modération   Mar 20 Oct - 14:44

de « Comme on fait son lit on se couche », Debord avait fait : « Chacun est le fils de ses œuvres, et comme la passivité fait son lit, elle se couche Préface à la quatrième édition italienne  3de « La Société du Spectacle 3 » Guy Debord, janvier 1979

il convient d'ajouter aujourd'hui :

chacun tient son fil à sa souche, comme à l'épate y fait son lit

Twisted Evil


Sycophante a écrit:

spectateurs de ces spectacles
...



j'aime bien ce redoublement. C'est un peu ce que je soulignais plus haut avec Debord : le spectacle ne suffit plus, il faut encore, grâce aux progrès de la communication virtuelle de masse, le singer par la fausse critique, lui faire un écho qui le redouble et l'alimente en boucle, en bulle sous-médiatique, comme ici* : le faux est un moment du faux comme moment du vrai, et qui revient comme vrai du faux, etc.

*commentaires et billet Dans le tombeau de l’intellectuel français de souche 17 octobre 2015 Christian Salmon Médiapart


Twisted Evil

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6251
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: PENSÉES diverses à marier sans modération   Mar 20 Oct - 14:57

éclairage

un intellectuel de souche possède un chéquier à souche

ceci explique cela : qui te paye, combien, pour quoi faire, servir qui ?

ajoutons qu'intellectuel au sens d'une profession de haute densité cérébrale et de non moins "haut niveau culturel", n'a pas toujours à voir avec un travail intellectuel, proche de celui d'un chercheur, qui doute et avance à tâtons, plus soucieux de vérités que de faire des adeptes. Ce ne sont pas des gens avec qui l'on est pour ou contre sans quelques billes, mais dont on peut utiliser les travaux pour penser par soi-même


on peut s'inventer toutes les justifications qu'on voudra, considérer qu'on a là affaire à des "intellectuels" au sens fort, quitte à les critiquer fortement, c'est encore participer de la confusion, et leur faire caisse de résonance. Onfray est paumé dans l'idéologie française, mais il a un certain flair (comme Todd, autre intellectuel médiatique) : c'est cela qu'on ne lui pardonne pas, et la chasse au sorciers est ouverte

il en va de même pour "artiste", qu'on attribue à tout intermittant du spectacle dont le labeur n'a le plus souvent aucun caractère de création artistique : au Japon, il y a deux mots pour les nommer



parlons plutôt d'intellocrates de souches médiatiques... et banquaires
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
 
PENSÉES diverses à marier sans modération
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 11Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9, 10, 11  Suivant
 Sujets similaires
-
» La page humour - à lire sans modération 2
» pensées diverses pour se ressourcer
» La page humour - à lire sans modération 6
» La page d'humour - à lire sans modération 3
» la lune rousse vous invite à une ballade érotique et douce ... à consommer sans modération !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PATLOTCH / NOUVELLE THÉORIE du COMMUNISME et de la RÉVOLUTION :: ENTRÉES THÉMATIQUES : CAPITALISME, MONDE, COLONIALITÉS... LUTTES :: RÉVOLUTION de la POÉTIQUE et POÉTIQUE de la RÉVOLUTION : Debord -> Patlotch :: LITTÉRATURE, PENSÉES, PEINTURES, PHOTOS, etc.-
Sauter vers: