PATLOTCH / NOUVELLE THÉORIE du COMMUNISME et de la RÉVOLUTION

LA CONSTITUTION EN CLASSE CONTRE LE CAPITAL DES LUTTES PROLÉTARIENNES, FÉMINISTES, DÉCOLONIALES et ÉCOLOGISTES
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» JAZZ, BLUES, R'n'B, SOUL, RAP... pour "double paire d'oreilles"
Hier à 22:22 par Patlotch

» CAPITALISME et RELIGIONS, histoire et présent, étude
Hier à 21:50 par Patlotch

» POLICE, RÉPRESSION, MILITARISATION et VIOLENCES POLICIÈRES
Hier à 18:04 par Admin

» ÉMEUTES, des réalités à l'idéologie, formes et contenus, typologie...
Hier à 17:47 par Patlotch

» des ŒUVRES-SUJETS PERFORMATRICES en ARTS : des usages révolutionnaires ?
Hier à 17:42 par Patlotch

» EXTIMITÉ, les confessions de Patlotch : un rapport aux autres et au monde
Hier à 15:27 par Patlotch

» ANTISÉMITISME, SIONISME, antisionisme... Identité juive... UJFP, JJR...
Hier à 13:47 par Patlotch

» DÉCOLONISER le FÉMINISME ! Féminisme, voile, race et Islam... "Féministes blanches"... sexisme et racisme... et le burkini ?!
Hier à 13:18 par Patlotch

» la classe écologiste du capital
Hier à 12:30 par Patlotch

» MARX, le MARXISME et l'ÉCOLOGIE
Hier à 12:00 par Patlotch

» 9. l'apparition multiple d'une nouvelle théorie communiste ? questions et thèses parentes
Hier à 11:31 par Patlotch

» L'EMPIRE EXTRACTIVISTE. Vols, dette, malnutrition, accaparement de terres et ressources...
Hier à 10:18 par Patlotch

» PENSÉES diverses à marier sans modération
Dim 24 Sep - 21:50 par Patlotch

» EUROPE (et au-delà) : paradigme d'un DÉMOCRATISME POPULISTE ? POPULISME RADICAL ? Brexit, classes, immigration et racisme, Trump...
Dim 24 Sep - 19:07 par Patlotch

» 5bis. du LUMPENPROLETARIAT à la POPULATION en SURPLUS : une classe ? le SOUS-PROLÉTARIAT pour ou contre la révolution ?
Dim 24 Sep - 17:21 par Patlotch

» pour une ÉCOLOGIE RÉVOLUTIONNAIRE
Dim 24 Sep - 16:15 par Patlotch

» les "BLANCS" forment-il une 'race' à part ? Whiteness ? BLANCHITÉ ? BLANCHITUDE ?... le COLORISME... le 'RACISME ANTI-BLANCS'
Dim 24 Sep - 12:20 par Patlotch

» 8. poèmes pour en causer
Dim 24 Sep - 12:06 par Patlotch

» 7. le livre : du capitalisme à la communauté humaine, UNE CLASSE pour LA RÉVOLUTION (sommaire, texte complet et renvoi aux compléments)
Dim 24 Sep - 11:49 par Patlotch

» pour une ÉCOLOGIE RÉVOLUTIONNAIRE renvoi au sujet
Dim 24 Sep - 10:41 par Admin


Partagez | 
 

 "CLASSES MOYENNES" : encadrement, prolétarisation, interclassisme, prolophobie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 6281
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: "CLASSES MOYENNES" : encadrement, prolétarisation, interclassisme, prolophobie   Sam 10 Sep - 18:47


Lessons from Argentina for Europe’s newly-impoverished middle class
 
Daniel Ozarow The Conversation 9 septembre 2016

Leading economic think-tank the institute of Fiscal Studies has warned that “middle-income families are the new poor” – a damning indictment of the way poverty in Britain has spread far beyond groups that are traditionally considered poor. It’s the same story across much of Europe and is a product of the austerity agenda that has squeezed the middle class since the financial crisis.

Daniel Ozarow a écrit:
The statistics in the European Union are depressing. Official figures report that 24% of its non-poor population (122m citizens) are currently at risk of descending into poverty or social exclusion. This means that they were either at risk of income poverty (their disposable income was below their national at-risk-of-poverty threshold), severely materially deprived and/or living in households with low work rates.

In Greece, Spain, Portugal and other countries that have been especially affected by debt crises and ensuing austerity policies, millions of medium to high-skilled workers, professionals, middle-managers, public sector workers, university graduates and small business owners face hardship.

These white-collar workers are a new problem for governments and welfare agencies to deal with and they are often ill-equipped to support them. Their superior levels of education and professional experience and networks should bestow them with significant advantages in the labour market.

But public sector redundancies, a growth in precarious patterns of work, increased global competition for labour, rising indebtedness and spiralling housing and childcare costs have all contributed to falling living standards. And the ranks of a “new urban poor” in Europe are swelling.

Standing on the precipice

Getting this group back on their feet is vitally important – for the citizens in question, but also for the economy as a whole. While it presents a new problem for Europe, there are some lessons to be learned from Argentina, which experienced a similar problem a decade ago.

Like many of these European states, Argentina is a liberal democracy with a market system, a welfare state tradition and G20 membership. It has also historically had a large middle class, comparable in size and political influence to that of many European societies.



Private school teachers in Greece protest austerity measures. EPA/Alkis Konstantinidis


Following its 2001-02 sovereign debt crisis – the most severe in global history prior to Greece’s – 7m of Argentina’s highly-educated citizens were thrown into poverty. Despite a decade of unprecedented macroeconomic growth when the country became the fastest-growing economy in the Western hemisphere, and 2m jobs were created, a third of them struggled to recover and remain unemployed or in low-paid, dead-end jobs.

Poisoned chalice

The plight of those affected can partly be explained by structural factors such as the economy’s failure to create sufficient quality employment or by age discrimination – but their experiences suggest that a more obscure explanation was at play. Paradoxically, many struggled to transform their abundance of educational, professional, physical and cultural assets into real-life benefits.

Indeed, in some cases it was these very resources that proved to be a poisoned chalice and prevented their recoveries. Unlike the long-term poor, many of these middle-class citizens were traumatised and completely disorientated by their sudden social descent, with no experience to draw from about how to deal with it.

Others remained in denial, seeking to maintain luxury spending patterns and ostentatious consumption. Though they could not afford it, keeping up the pretence that “all was well” to peers was judged the priority. Yet maintaining membership of their golf club, for example, while sacrificing basic necessities such as meals, utility bills or health insurance was worse for their health and finances in the longer-term. Ironically it was their access to affluent family members or close friends to borrow money that facilitated these counter-productive strategies.

The struggle to change

My research into the thinking of many of Argentina’s jobless professionals showed that they often endured long periods of unemployment. Many refused to take low-paid or less prestigious jobs because they represented a degradation in their employment status. They would look for work in the wrong places, focusing their job searches on answering adverts in only highbrow newspapers and trade journals.

In contrast they expressed great reluctance to use their networks to ask around for job opportunities (“personal referrals” is actually how employers most commonly recruit high-quality employees), for fear that the shameful reality of their unemployment would be unmasked. One unemployed accountant told me a heartbreaking story of how he would dress up in his suit and tie each morning and wander the streets all day before returning home to avoid admitting his predicament to his wife.



Job centres are not designed for middle class demand. EPA/Andy Rain


Due to the profound association that some placed between their professional and personal identity, some point-blank refused to retrain in a different occupation, even after several years had passed without work and there was obviously no longer a demand for their profession. One person told me: “I have been a fashion designer all my life; I am not going to change now.”

Others could have sold their home to resolve their material hardships. But this was deemed taboo, even when several bedrooms lay unoccupied. Participants preferred to live as paupers rather than forfeit what they viewed as a symbolic marker of their membership of the middle class.

Those that did qualify for welfare support (and overcame the self-imposed stigma of applying for it) often fell into a “well-being trap”. At the first sign of material improvement they would hurriedly remove themselves from the scheme (because of their sense of stigma) before they had regained financial independence. Consequently they underwent a perpetual cycle of moving in and out of subsistence.

These and other scarring effects of unemployment contributed towards a downward spiral for many professionals and stunted the country’s economic recovery and growth.

Of course, Europe is not Argentina. It is made up of multiple countries, many of which have more robust social security systems. But the struggle is increasingly real for many middle-income families. They have not enjoyed the same recovery as top-line growth figures suggest and have been at sharp end of austerity policies. The lessons from Argentina are therefore worth paying attention to.

Daniel Ozarow
Visiting Researcher at the Social Debt Observatory, Catholic University of Argentina and Senior Lecturer, Middlesex University

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6281
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: "CLASSES MOYENNES" : encadrement, prolétarisation, interclassisme, prolophobie   Lun 14 Nov - 17:29


The three middle classes and populism

Branko Milanovic globalinequality June 20, 2016 


Citation :
In November this year American voters will choose between populism and plutocracy. The choice was clearly highlighted in my Global Inequality (Chapter 4) written more than a year ago although at that time I could not anticipate the extraordinary rise of Donald Trump.

That rise, combined with the populist reaction against globalization, immigration and foreigners, has become the staple of newspaper and magazine articles to the extent that some, like in the recent New York Review of Books, claim (of course with the hindsight) that populism was both inevitable and predictable. It is, not only in the United States, but also in the UK, France, Denmark, Sweden and elsewhere fueled (as is commonly argued), by the very slow or nil real income growth of the middle-income groups in rich countries. The graph below (based on Luxembourg Income Study data) shows this clearly: the shares of the middle four deciles have declined over the past 30 years by between 1 and 4 GDP points in key developed countries. The phenomenon therefore is not only American: it is common to all rich countries.


But while the origins of populism in the West seem well understood and “reasonable” in the sense that populism is driven by the economic slowdown,  a similar process of rising populism in China seems difficult to explain because it is accompanied not by a declining but by a rising middle class.  The modernization theory leads us to believe that the rising share of the middle class should propel democratization. In effect, this is what we have observed over the past 40 years, from the Carnation Revolution to Portugal  to the fall of Communism or the spread of democracy in South Korea and Taiwan and in all of Latin America.

Could China be an exception to this “regularity”? It is the same question probably that the Communist party leaders ask themselves. If they answer it in the affirmative, they would be throwing in the towel in a fight to maintain their rule. Since they seem unwilling to do so, and are becoming  aware that the ideology of “GDPism”, founded on an infinite growth of real incomes by close to double-digit numbers, cannot be maintained,  they have tried to move the public opinion in the direction of populism, whether of mild Maoist or of soft nationalist kind. Neither of these two tendencies is yet strong enough or sufficiently poisonous, but the potential to crank it up if needed is there. Thus, in the Chinese case, the rising tide of populism is not caused by an economic failure but on the contrary by economic success which is making the maintenance of the old political system more difficult, or is incompatible with it. This is a contradiction between the development of the forces of production and inadequacy of the superstructure that every Marxist would easily recognize.

The third populist reaction is taking place in Russia. It is fueled by yet a different force. Certainly not  by too much economic success, nor so much by economic failure, but by unjust privatizations and by resentment and revanchism, the two feelings that go back to the end of the Cold War that was (mistakenly) interpreted in the West as the victory over Russia. It is this narrative that Putin and the Russian middle classes find abhorrent and which is at the root of their malign populism and nationalism. It is wrong to see it as manufactured by the top; it is more that the top has given it the right to express itself, in a way that the rise of Trump in the United States did not by itself produce populism, but made its expression more acceptable. While in the past people felt some inhibition to air strong xenophobic or racist views, that inhibition is gone when the political leaders freely express such views and moreover get political support for doing so.

Those who therefore personalize the problem and look at Trump, Xi or Putin as somehow guilty of “creating” populism and inflating xenophobia are only partially right. Trump, Xi and Putin allowed populist feelings to express themselves  but did not invent them.  Populism existed before and was based on real and understandable reasons. The diagnosis that sees the cause of our problems primarily in several politicians leads us then to prescribe a wrong remedy. A very imperfect remedy consists in trying to stop such politicians from coming to power or overthrowing them. Such a remedy does not contribute at all to the solution of the underlying problem which either brought them to power, or close to taking power.

A real remedy has to start with the correct diagnosis. And the correct diagnosis is that in the US, populism is rooted in the failure of globalization to deliver palpable benefits to its working class, in Russia, it is rooted in its crony capitalism and inability (or unwillingness) of the West to include Russia as an equal partner, and in China, it is rooted in an inadequate political system. Once we see the correct cause of the problem, we can begin to try to solve it. Otherwise, the sickness of populism, which for all problems blames globalization and foreigners, in the three major powers that control 98% of all nuclear weapons in the world, is indeed a cause for major concern.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6281
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: "CLASSES MOYENNES" : encadrement, prolétarisation, interclassisme, prolophobie   Mar 15 Nov - 11:49


Citation :
Le taux d'abstention des étudiants s'annonce particulièrement élevé pour la présidentielle de 2017: 45% d'entre eux disent ne pas compter glisser leur bulletin dans l'urne, selon un sondage Ifop pour L'Etudiant.
 
Un désintérêt particulièrement prononcé, à moins de six mois du premier tour. 45% des étudiants affirment qu'ils n'iront pas voter à la présidentielle de 2017, selon un sondage Ifop pour L’Etudiant publié ce mardi.

Plus précisément, plus le niveau d'études supérieures est élevé, plus l'intention de se rendre aux urnes est forte. Mais les intentions de vote sont bien moins élevées que chez les Français en général: 27% des électeurs affirment vouloir se déplacer, si l'on en croit une précédente enquête d'opinion réalisée par l'Ifop en octobre dernier.

Juppé, candidat qui répondrait le mieux à leurs attentes

Il ressort également de ce sondage qu'Alain Juppé est le candidat que les étudiants jugent le mieux à même de répondre à leurs préoccupations.

A la question: "Chacun des candidats (déclarés ou potentiels) suivants à l'élection présidentielle de 2017 prend-il en compte les préoccupations des étudiants?", le maire de Bordeaux arrive en tête (40% de réponses favorables), suivi par Jean-Luc Mélenchon (32%) et Nicolas Sarkozy (30%).

Pour les mesures prises pour l'enseignement supérieur depuis 2012

Autre constat, les étudiants sont pessimistes quant à leur situation: la moitié considère que leur situation s'est "plutôt détériorée" depuis 2012. Pour 29% d'entre eux, la situation des étudiants n'a pas évolué, et 21% seulement, estiment qu'elle s'est améliorée.

Pourtant, les étudiants approuvent globalement les mesures qui ont été prises pour l'enseignement supérieur durant le quinquennat de François Hollande:  88% des personnes interrogées sont favorables au développement des aides à l'insertion professionnelle, 87% à la création du statut d'étudiant entrepreneur, 77% à la création de deux nouveaux échelons pour les bourses étudiantes, et 56% à l'instauration d'une sélection à l'entrée du Master à l'université.

Sondage réalisé auprès d'un échantillon de 604 personnes, entre le 25 octobre et le 4 novembre 2016.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6281
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: "CLASSES MOYENNES" : encadrement, prolétarisation, interclassisme, prolophobie   Mar 15 Nov - 11:59


Look carefully and it is clear that rapacious capitalism has all of us - not just the working class - in its sights


Shenandoah, Pennsylvania, a rust-belt town where 20% of the population exist below the poverty line.
Photograph: Mark Makela/Getty Images

extrait
Citation :
Strip away professional protections and you unleash what, 170 years ago, Engels called “the battle of all against all”. In The Condition of the Working Class in England, he wrote of how “a battle for life, for existence, for everything, is fought not between the different classes of society only, but also between the individual members of these classes. The power-loom weaver is in competition with the hand-loom weaver, the unemployed or ill-paid hand-loom weaver with him who has work or is better paid, each trying to supplant the other.”

I think we’re already there, except this time you can substitute the weavers for the Uber drivers, the hourly paid university lecturers, even the freelance journalists. Then paint in impossible house prices and rising fuel costs. And remember that behind Engels’s characterisation was another wealthy elite.

The answer isn’t further to isolate one tribe as having special attributes that need to be mollified or tamed. It’s to look at the process that isolated them economically and politically and to be aware that we are on the verge of doing the same. If the rich countries are only now dealing with the electoral fallout of a socioeconomic process that began 40 years ago, then ask yourself: what does a Marine Le Pen for the middle classes look like?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Admin
Admin


Messages : 6281
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: "CLASSES MOYENNES" : encadrement, prolétarisation, interclassisme, prolophobie   Sam 3 Déc - 10:45


Tunisie : classes moyennes, les nouveaux pauvres

Frida Dahmani Jeune Afrique 30 novembre 2016

« Forces vives de la nation » sous Bourguiba et Ben Ali, elles ont vu leur niveau de vie se détériorer gravement depuis la révolution. Et tirent désormais le diable par la queue.


Citation :
«J’ai remplacé la viande par le poulet, et si les prix continuent de grimper, je deviendrai végétarienne », ironise Boutheina pour conjurer l’angoisse. Avec ses 900 dinars (environ 360 euros) mensuels, cette assistante de direction ne parvient plus à joindre les deux bouts. Pourtant, son niveau de rémunération la range dans la classe moyenne, qui représente le plus gros contingent des salariés tunisiens, lesquels ont longtemps eu le vent en poupe, avant de voir leur situation se détériorer progressivement après la révolution de 2011.

Mais cette frange de la population, que l’on situe un peu hâtivement et dans une logique pyramidale entre les classes populaires et celle des nantis, n’est pas, tant s’en faut, une entité économique et sociale homogène. « Cette appellation non contrôlée est davantage une catégorie fourre-tout ou un slogan politique qu’un concept socio-économique répondant à un minimum de rigueur scientifique », estime Baccar Gherib, historien de la pensée économique.

Diversité au sein de la « classe moyenne tunisienne »

Selon un rapport de la Banque africaine de développement (BAD) datant d’avril 2011, la classe moyenne composait alors 89,5 % de la population tunisienne. Une estimation contredite par un rapport du Pnud de 2012 qui évalue à 20 % le taux de pauvreté. Les institutions internationales s’accordent cependant à inclure dans cette catégorie les personnes dont le pouvoir d’achat se situe entre 8 et 20 dollars (entre 7 et 19 euros environ) par jour, soit une très large fourchette.

Aussi faut-il distinguer trois types de classe moyenne : la plus basse, celle dite vacillante, la moyenne intermédiaire et la moyenne supérieure. De manière plus concrète, jusqu’au soulèvement de 2011, l’État se référait pour la définir au nombre de ménages propriétaires d’un logement. Mais les bouleversements sociaux depuis 2011 ont rendu ces indicateurs et les conclusions que l’on pourrait en tirer complètement obsolètes.

« Je ne peux plus me permettre d’aller au restaurant et je pense aux factures avant d’acheter un manteau, confie Boutheina, qui, à huit ans de la retraite, voit son horizon s’assombrir. Avant, j’avais des rêves, je faisais des projets, maintenant, ce n’est plus possible. » De l’ordre de 850 dinars mensuels, le salaire brut moyen dans la fonction publique ne permet plus d’avoir un niveau de vie décent, a fortiori d’accéder au logement. Entre 2011 et 2015, les classes moyennes ont été particulièrement touchées par la crise économique et l’inflation galopante, au point de ne plus représenter, selon l’Institut national de la statistique (INS), que 67 % de la population.

« Une frange de la classe moyenne a migré vers la couche la plus démunie, et une autre fait partie désormais des nantis, lesquels sont qualifiés par plusieurs spécialistes de “riches de la révolution” », explique Tarek Ben Jazia, directeur général de l’Institut national de la consommation (INC). Lequel impute la fragmentation de la classe moyenne aux aléas de la vie, dont la perte d’emploi, à la baisse de 40 % du pouvoir d’achat et au chômage, qui impose aux familles la prise en charge d’enfants en âge de travailler.

Malgré mon statut de fonctionnaire, je risquais de ne pas percevoir mon salaire.

« Avec 1 000 dinars de revenu mensuel, je suis considéré comme un privilégié, alors que, le 10 du mois, je n’ai plus un rond et je m’en remets à la bienveillance de mon banquier », assure Ahmed, cadre administratif au ministère de la Santé, qui accuse les différents gouvernements depuis 2011 de ne pas avoir su mettre un frein à l’inflation, de ne pas avoir lutté contre les intermédiaires qui se remplissent les poches, d’avoir laissé le dinar se déprécier, d’avoir mis à mal les finances publiques et de n’avoir pas prévu une augmentation par paliers des prix de l’eau, de l’électricité et du gaz.

« On m’aurait dit que, malgré mon statut de fonctionnaire, je risquais de ne pas percevoir mon salaire, je n’y aurais pas cru. Aujourd’hui, c’est ma crainte. Et je n’ai pas d’argent de côté. Quelle sera ma retraite ? Je n’en dors plus », s’alarme Ahmed, qui se souvient avec angoisse des Grecs faisant la queue devant des distributeurs de billets.

Comme lui, 53 % des Tunisiens ne parviennent plus à épargner, si bien que le taux d’épargne national est passé de 22,6 % en 2010 à 13 % en 2015. Les autres parviennent tant bien que mal à économiser de petites sommes qu’ils destinent aux coups durs, mais tous ont la hantise de basculer dans la pauvreté.

Emprunts et cumul d’activités

Crise économique ou pas, il faut bien vivre, et le recours à l’emprunt reste la seule parade. « On dit des Tunisiens qu’ils vivent au-dessus de leurs moyens, encore faut-il qu’ils en aient », raille Boutheina, qui préfère vivre chichement plutôt qu’aux crochets de sa banque. Depuis janvier 2011, l’endettement des ménages a augmenté de 261,2 %, pour atteindre un global de 17 600 millions de dinars enregistrés par les établissements financiers en 2015. Beaucoup n’ont pas cette possibilité.

Hassen, ancien saisonnier qui croyait avoir pris sa revanche sur la précarité en décrochant un poste d’ouvrier spécialisé dans une usine de chaussures offshore, ne gagne que 500 dinars par mois. « Difficile de regarder ses enfants en face quand on ne peut leur assurer un minimum et qu’on n’a aucune garantie à présenter à un banquier. J’emprunte à des amis, à des proches, tout en sachant que je vais avoir du mal à les rembourser », se désespère ce père de famille.

Pour s’en sortir, restent la débrouille et les emplois d’appoint. Bon nombre d’agents de l’État n’hésitent pas à avoir une autre activité. Ses collègues racontent comment Hichem, architecte dans une officine d’aménagement territorial, travaille au vu de tous pour son propre compte sous le couvert d’une patente au nom de son épouse. Il contrevient à la loi mais préfère assurer ses arrières, tout comme Mounir, un ouvrier qui, en fin de semaine, se mue en jardinier, maçon et homme à tout faire.

Les femmes ne sont pas en reste et déploient surtout des talents de commerçantes. Elles vendent via les réseaux sociaux ou sur leur lieu de travail aussi bien des pâtisseries traditionnelles faites maison que des objets divers et des vêtements venus de Turquie ou des pays du Golfe. « J’ai fait des ménages, j’ai vendu du miel et des colifichets. Il n’y a pas de quoi avoir honte tant qu’on ne vole personne », se défend Jazia, une prospectrice en assurance.

Ces pratiques se développent de plus en plus et remplissent, au passage, les tiroirs-caisses des promoteurs de vente à domicile. « Je gagne plus en distribuant des produits cosmétiques qu’avec mon job d’assistante de direction », soupire Amel. Le travail au noir et les activités informelles révèlent paradoxalement un certain esprit entrepreneurial mais expliquent aussi l’évasion fiscale, que le gouvernement est décidé à terrasser.

La loi de finances 2017 a ainsi provoqué un tollé, car « elle sanctionne les citoyens en prélevant les impôts sur des salaires purement alimentaires et sur les retraites », déplore Badis Bahri, vice-président de la Chambre nationale des conseillers fiscaux. « Ce projet de loi est inique, et nous comptons sur les syndicats pour nous défendre », s’insurge Ahmed, qui aurait préféré que l’État remplisse ses caisses en traquant la corruption qui sévit dans l’administration.

« C’est le seul moyen qu’ont trouvé certains pour boucler leurs fins de mois », dit-il, craignant l’impact des mesures d’austérité sur les salariés. L’hiver sera rude, prévient Sami Tahri, secrétaire général adjoint de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), qui prévoit des grèves et des sit-in si le gouvernement maintient le gel des majorations salariales. Une escalade qui en dit long sur la peur de l’avenir, la perte de confiance et le désarroi des classes moyennes.


Aux origines d’une stratification

À l’indépendance, Bourguiba a puisé dans le vivier des diplômés pour étoffer les rangs d’une fonction publique tenue jusque-là par les autorités coloniales. Il crée alors un socle social à l’aune du mérite. Mais parler de classes sociales aurait été en contradiction avec un discours politique axé sur l’unité et l’homogénéité du peuple. Comme le souligne Chedly Ayari, actuel gouverneur de la Banque centrale de Tunisie (BCT), « Bourguiba évoquait les forces vives de la nation » pour contourner la problématique.

Pourtant, l’âge d’or du libéralisme économique et de l’industrialisation impulsés au début des années 1970 a conforté l’existence d’un ascenseur social et créé une stratification de la classe moyenne : aux fonctionnaires et assimilés se sont ajoutés des patrons de PME dans une tranche haute, et une cohorte d’ouvriers qualifiés dans une couche basse.

Greffées sur cette dynamique, les politiques économiques et sociales du régime Ben Ali pensaient tirer avantage d’une classe dite moyenne fortement consumériste, érigée comme un symbole de réussite et un rempart contre les élites intellectuelles et l’obscurantisme. Grave erreur d’évaluation.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Tristan Vacances



Messages : 367
Date d'inscription : 21/12/2016

MessageSujet: Re: "CLASSES MOYENNES" : encadrement, prolétarisation, interclassisme, prolophobie   Jeu 19 Jan - 4:29


Les remèdes de Donald Trump pour répondre au malaise social américain suscitent un regard relativement bienveillant des patrons, malgré les risques de protectionnisme.


Conférence à Davos avec Christine Lagarde

Citation :
Donald Trump et son administration sont les grands absents du Forum économique de Davos. Mais son programme pour répondre au désarroi des classes moyennes américaines, qui ont majoritairement voté pour lui, est au cœur des débats. Protectionnisme, relocalisation d'usines, baisses d'impôts, «les tromponics» ne laissent personne indifférent, avec des jugements très tranchés de part et d'autre.

«On en a assez du Mexico bashing», a lancé Gillermo Ortiz qui dirige un grand fonds d'investissement latino -américain, après avoir été gouverneur de la banque centrale du Mexique. Il est d'autant plus mécontent que les grands groupes de l'automobile, GM, Ford, Fiat Chrysler annoncent l'un après l'autre des désinvestissements au profit de relocalisations de leurs usines aux Etats-Unis. Le Michigan et l'Ohio devraient bénéficier de 5000 à 10 000 emplois supplémentaires et de quelque 3 milliards de dollars d'investissements.

Cette stratégie est pourtant loin de faire l'unanimité. «Ce sont des mesures populistes qui vont se retourner contre leurs bénéficiaires», prévient Larry Summers, économiste vedette et professeur à Harvard, par ailleurs ancien secrétaire au Trésor démocrate. «Alors que le peso s'est effondré de plus de 15% , c'est un poignard contre l'Ohio qui pourrait lui faire perdre jusqu'à 100.000 emplois au lieu d'en gagner quelques un milliers. En outre les réductions d'impôts bénéficieront d'abord au 1% les plus riches, et cet argent ira s'investir dans des pipe-line plutôt que dans des routes».

Ray Dalio, cofondateur du fonds d'investissement Bridgewater, comprend lui aussi le malaise des classes moyennes, qui lui rappellent le populisme des années 1930. «Le populisme est la question actuelle la plus importante devant le protectionnisme et s'oppose à la mondialisation». Mais son regard sur les «trumponomics» est beaucoup plus positif. «Si vous créez un environnement pro-business, vous attirez les capitaux. Les Etats-Unis restent un lieu unique pour faire des affaires et l'état de droit y est bien plus développé que partout ailleurs, notamment en Chine!» .

Qui sont au juste les classes moyennes?

Les patrons croient d'abord au réveil «des esprits animaux» que va provoquer la relance budgétaire et les relocalisations d'entreprise de Donald Trump. Les économistes que représente Larry Summers, redoutent les méfaits du protectionnisme qui a fait des ravages dans les années trente.

Lui-même économiste, il a dirigé les services de l'OCDE, Pier Carlo Padoan, le ministre italien de l'Economie et des Finances tente une synthèse: «On entre dans une nouvelle ère de la mondialisation, que les nations vont partager». Autrement dit moins de déréglementation et le retour du contrôle des Etats qui pourront alors mieux maîtriser l'impact de leurs réformes, par ailleurs nécessaires estime Padoan.

Mais qui sont les classes moyennes au juste, et leur crise est-elle universelle? «Non, répond Christine Lagarde, dans les pays émergents ce sont les personnes qui gagnent de 10 à 20 dollars par jour, et leur nombre est en expansion, pour le plus grand profit de l'économie mondiale. Dans les pays avancés au contraire, elles disposent de revenus bien supérieurs, mais elles tendent à se rétrécir ; aux Etats -Unis elles ne représentent plus que 50% de la population au lieu de 60% auparavant, du fait de la montée des inégalités en faveur des très hauts revenus» . Et la patronne du Fonds monétaire international, rappelle que les économistes du FMI considèrent désormais que les inégalités vont à l'encontre de la croissance générale.
La solution passerait-elle par une plus grande redistribution, une solution que préconise le FMI pour les Etats-Unis en tout cas? Mais là encore les choses ne sont pas si simples, comme le fait observer Larry Summers: «Je suis à moitié d'accord avec Christine Lagarde, le «redistributionnisme» n'est pas la solution. Les classes moyennes considèrent qu'elles en sont les victimes, comme l'a montré leur vote pour le Bexit, elles estiment que les gouvernements les ont négligées au profit des plus pauvres». Le peuple est divisé et le populisme définitivement ambigü.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patlotch



Messages : 652
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: "CLASSES MOYENNES" : encadrement, prolétarisation, interclassisme, prolophobie   Jeu 25 Mai - 13:14



octobre 2016

Citation :
Nathalie Quintane tente de dire de quoi est fait son livre "Que faire des classes moyennes ?" et où il est notamment question de littérature et de sociologie, de classe ouvrière et de classe moyenne, de colère et d'humour noir, de Swift et de Arundhati Roy, à l'occasion de la parution aux éditions P.O.L de "Que faire des classes moyennes? " à Paris le 26 octobre 2016

"Les pauvres et les riches ont profondément changé : les premiers ont été transformés en une foule semi-clandestine ; les secondes, en roue libre, se sont mises à enfourner et recracher du fric comme un distributeur détraqué. Alors que tout autour est dans le Zola ou dans le Barbara Cartland, le milieu du tableau continue à avancer prudemment en plein ciel après avoir perdu le contact avec la planète.

Et si les classes moyennes étaient le seul véritable ennemi de la démocratie ?..."

je n'ai pas lu le livre. Partant de la vidéo :

une perception plutôt sensible, subjective, peut-être pas essentielle, mais des observations lucides égrenées de remarques très justes sur le rapport de la littérature et plus généralement du langage au réel

Nathalie Quintane explique que le titre lui a été inspiré par le philosophe John Locke



1697



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Messages : 6281
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: "CLASSES MOYENNES" : encadrement, prolétarisation, interclassisme, prolophobie   Dim 4 Juin - 12:40


un feuilleton communisateur : sans blague ?

Le ménage à trois de la lutte des classes

Hic Salta Communisation
mai 2017

« une vue d’ensemble de la question de la Classe moyenne salariée
dans le contexte d’une révolution communisatrice.»

Citation :
Nous commençons ici une nouvelle série « feuilleton », consacrée à la classe moyenne dans la lutte des classes. La classe moyenne est l’objet d’une production surabondante dans la littérature politique et sociologique bourgeoise, mais est largement négligée par la théorie communiste actuelle.Nous essaierons d’y remédier. La question étant protéiforme, nous limiterons le champ à la classe moyenne salariée (CMS) dans le capitalisme d’aujourd’hui. Ses luttes sont nombreuses, parfois spectaculaires et violentes et elles éclatent partout dans le monde. Mais ce n’est pas la raison principale pour laquelle nous pensons qu’il faut se pencher sur cette question. Ce n’est en effet pas la quantité, mais la nature de ces luttes et leurs rapports avec celles du prolétariat qui sont notre préoccupation centrale. Au final, nous espérons tirer des nombreuses analyses partielles qu’il nous faudra faire une vue d’ensemble de la question de la CMS dans le contexte d’une révolution communisatrice. Les résultats auxquels nous parviendrons en chemin doivent être considérés comme provisoires et ouverts à discussion.

Dans un premier temps, nous chercherons à définir le champ et l’objet de nos investigations (Episode 1), à poser les bases d’une théorie de la classe moyenne (épisode 2), et à se servir de ces résultats pour analyser le cas du mouvement français de 2016 contre la loi El Khomri (Episode 3). Il faudra ensuite élargir nos recherches à la question de l’interclassisme et aux autres pays.

B.A. – R.F.
mai 2017

Episode 1 : Vessies et lanternes

Citation :
Ce qui suit est une présentation générale des questions que nous aborderons dans le feuilleton.

1 – La classe moyenne salariée existe-t-elle?
2 – Définitions floues de la classe moyenne salariée
3 – Pour une définition marxienne de la CMS
4 – L’interclassisme
5 – Quel est l’enjeu ?

un feuilleton à suivre, donc. Plutôt que faire des remarques au fil des livraisons, il me semble nécessaire d'attendre la publication complète. Dans ce type d'approche, les "résultats" même "provisoires" éclairent généralement le raisonnement entier

sans préjuger de réflexions intéressantes car rigoureuses, auxquelles nous a habitué Bruno Astarian, je ferai quelques observations à ce stade :

- l'étude part d'un présupposé quasi déterministe, « le contexte d’une révolution communisatrice », dont je pense que rien dans les contradictions actuelles du capitalisme ne permet de le poser, sinon comme hypothèse parmi d'autres, raisonnement par l'absurde : puisque le capitalisme aura bien une fin, ce doit être par une révolution du prolétariat... Avec la théorie de la communisation, on n'est jamais loin de la tautologie, ni de la religion. C'est au fond la question que posait déjà en 2003 Christian Charrier, ex compagnon de route de Théorie Communiste et Bruno Astarian (BA/Hic Salta), avec ce qu'il appelait le syllogisme marxien du prolétariat

- c'est légitimement dans le cadre de cette théorie que BA et RF sont fondés à saisir « la nature de ces luttes [de la classe moyenne] et leurs rapports avec celles du prolétariat qui sont notre préoccupation centrale ». C'est au demeurant la même démarche qu'a adopté R.S, de Théorie communiste, dans La classe moyenne en elle-même

et c'est bien le problème :

dans les circonstances présentes, la question essentielle à laquelle est confrontée la théorie de la communisation est sa définition du prolétariat universel comme sujet révolutionnaire par son activité dans une future crise de reproduction du capital mondial : rien ne l'annonce aujourd'hui, et la communisation n'a plus de base concrète vérifiant ses "résultats", qu'elle se refuse pourtant d'interroger

que devient en effet l'universalisme prolétarien révolutionnaire dont parle Marx dans l'Idéologie allemande : « La suppression de la propriété privée... suppose, enfin, un processus universel d’appropriation qui repose nécessairement sur l’union universelle du prolétariat : elle suppose « une union obligatoirement universelle à son tour, de par le caractère du prolétariat lui-même » et une « révolution qui (...) développera le caractère universel du prolétariat » ?

la théorie de la communisation répond par une pirouette logique conceptuelle en prenant le contrepied du programmatisme universaliste marxien : quoi qu'ils en disent, pour eux la révolution est "inéluctable" et devra donc être l'auto-abolition universelle du prolétariat. Badiou, certes pur idéaliste, se contente lui de parler de «l'hypothèse communiste»

- quand les auteurs affirment « Les résultats auxquels nous parviendrons en chemin doivent être considérés comme provisoires et ouverts à discussion », ils enferment donc le débat entre communisateurs, comme toujours, puisque leurs présupposés communs ne sont pas discutables


faire bouillir les marmites de l'avenir dans les casseroles du présent ?

qu'en est-il selon moi ?

le prolétariat est embarqué dans les contradictions inter-capitalistes pour maintenir le taux de profit par zones en concurrence (géopolitiques ou par branches capitalistes transnationales). Le moteur actuel de l'histoire est principalement cette concurrence, pas la lutte de classes comme antagonisme mortel pour le capitalisme, puisque le prolétariat fait des choix populistes anti-révolutionnaires, ce à quoi ne le contraint pas la méchante classe moyenne... Dans le même temps, une partie des prolétaires, selon la définition marxienne, est expulsée (Saskia Sassen), déprolétarisée (AC Carbure)...

loin des supposés "résultats" de la théorie de la communisation, aujourd'hui sclérosés et dogmatisés, cela pose des questions autrement redoutables à la vision d'un mouvement communiste défini en termes marxiens : « Nous appelons communisme le mouvement réel qui abolit l'état actuel des choses. Les conditions de ce mouvement résultent des données préalables telles qu’elles existent actuellement.» Karl Marx et Friedrich Engels, L'Idéologie allemande, 1845

autrement dit, pour faire mentir encore B.A. (Solitude de la théorie communiste), c'est la théorie de la communisation qui est seule, à preuve il ne considère que celle-là : LA théorie communiste, c'est eux. Il n'y a plus de théorie communiste, il ne reste qu'une foi communiste, qui nous ramène à la philosophie et à une utopie communiste d'avant Marx, que les communisateurs ont "renversé" dans un retour à l'idéalisme

si l'on veut à tout prix rester fidèle à l'esprit de Marx, c'est de la méthode qu'il faut hériter, et là, je veux bien confronter mes thèses et ma pratique théorique à toutes autres sur le marché des idées matérialistes et révolutionnaires

mais comment et pourquoi discuter avec des gens qui considèrent la rupture théorique que j'ai initiée en 2012 comme nulle et non avenue ? Hic Salta va-t-il me renvoyer l'ascenseur et coller cette intervention au cul de son feuilleton ?

quel destin ! Commencer par avoir raison contre tout le monde et finir par avoir tort contre personne : en un demi-siècle de controverses entre eux dans leur ménage à trois sans luttes de classes révolutionnaires, Gilles Dauvé, Roland Simon et Bruno Astarian n'ont gagné à leurs thèses que Léon de Mattis, bâtard de leur théorie et de l'activisme : on a vu comment, et pour potlatch quel cadeau moyen de la classe moyenne !


PS : mon titre fait allusion au texte de François Danel, Un "Meeting Permanent" ! Sans Blague ?, juillet 2004, paru dans le numéro 2 de Meeting, revue internationale pour la communisation



Dernière édition par Admin le Dim 4 Juin - 17:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Patlotch



Messages : 652
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: "CLASSES MOYENNES" : encadrement, prolétarisation, interclassisme, prolophobie   Dim 4 Juin - 16:04


concernant le dernier commentaire, la suite théorique est là : communisme : une question ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patlotch



Messages : 652
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: "CLASSES MOYENNES" : encadrement, prolétarisation, interclassisme, prolophobie   Mar 20 Juin - 19:03


dans la chaleur de l'été macreux, une classe sue et fait suer la théorie



Episode 2 : Pour une théorie de la classe moyenne salariée

à plus d'un titre bel effort, la théorie a ça de bon que même si elle ser(vai)t à rien, avec elle on s'ennuie moins

l'histoire (du milieu théorique) retiendra le nom de Bruno Astarian comme d'un grand empêcheur de s'ennuyer en rond, contre la mort suave ou pas (lui s'il me lit me comprendra...)

PS : note en passant.e, chère lectorate, qu'une thèse sur l'ennui pourrait être tout aussi révolutionnaire qu'un machin théorique sur le travail. Je crois nécessaire d'ouvrir un sujet sur l'ennui

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patlotch



Messages : 652
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: "CLASSES MOYENNES" : encadrement, prolétarisation, interclassisme, prolophobie   Sam 22 Juil - 10:12


un an après les événements, sans doute la meilleure analyse à ce jour, dans le genre sociologie marxiste, répondant à la grille théorique qui a été développée dans les deux premiers épisodes. M'ont davantage intéressé dans ce texte les chiffres de la composition sociale des diverses parties du "mouvement", et l'évolution des conditions de vente de la force de travail, que leur passage à l'entonnoir de cette grille de lecture

au-delà de remarques toujours justes confirmant le sens général de mes analyses à chaud l'an dernier, inutile de redire qu'il n'y a pas un élément dans ce texte pour abonder la thèse finaliste de la théorie de la communisation. Il serait plutôt un contre-argumentaire à toute vision d'un "écart" et à tout ce qui a pu s'écrire dans le "milieu radical" sur la positivité des "cortèges de tête"



Ménage à trois de la lutte des classes
Episode 3 : Le mouvement contre la «Loi Travail» en France (2016)


B.A et R.F. Hic Salta Juillet 2017

Depuis les années 1990, la France a connu un certain nombre de mouvements sociaux – contre le plan-Juppé en 1995, contre la suppression des fonds sociaux des ASSEDIC en 1997-1998 (mouvement des chômeurs et précaires), contre la réforme des retraites en 2003, encore contre la réforme des retraites en 2010. Ces mouvements sont habituellement retenus comme les temps forts de la lutte des classes en France au cours des dernières décennies.

1 – Particularité du cas français

2 – La loi El Khomri

3 – Le mouvement contre la loi El Khomri
3.1 – Cortèges de tête
3.2 - Nuit Debout
3.3 – Le prolétariat


Conclusion

Citation :
Récapitulons brièvement les points essentiels de notre analyse. Nous avons vu que le démantèlement du compromis fordiste en France est en retard par rapport aux autres pays des aires centrales du MPC. Cela n’empêche pas qu’il soit plus avancé dans la pratique que dans le droit. La Loi El Khomri cherchait à rattraper ce retard, mais sans parvenir à être aussi décisive que ce que souhaitaient ses promoteurs (et que ce dont ses détracteurs l’accusaient). Elle permettra au patronat un peu plus de souplesse et des économies ici et là, mais pas plus. En vérité, le gouvernement PS a reculé toute réforme en matière d’emploi jusqu’à la dernière année de son mandat ; mis dos au mur par son propre immobilisme, il savait qu’«on ne fait pas d’omelettes sans casser des œufs», mais il a quand même essayé d’en casser le moins possible. En ce sens, la valeur hautement symbolique attribuée au Code et la gestion répressive des manifestations (et non du mouvement dans son ensemble) ont dramatisé le mouvement bien au-delà de sa réalité.

Il est compréhensible que les prolétaires et les salariés de la classe moyenne aient peu participé au mouvement du printemps 2016. Seules certaines fractions de chaque classe se sont mobilisées. Elles se sont retrouvées ensemble face à l’État, poussées par des intérêts immédiats pour certains, par l’insatisfaction ou le dégoût vis-à-vis de l’offre politique pour d’autres. Tandis que certains secteurs ouvriers défendaient des positions plus ou moins corporatistes avec l’aide de syndicats qui pensaient surtout à défendre leurs institutions, certaines fractions de la CMS poussaient une vague offre politique, pseudo-révolutionnaire dans les cortège de tête et mollement démocrate-radicale (voire démo-populiste) sur la place de la République. Dans tous les cas, leur interlocuteur n’était pas les capitalistes, mais toujours l’État, auquel on réclamait des garde-fous contre le grand capital et la police.

En fin de compte, c’est pour le rôle qu’il a joué dans la recomposition du système politique que le mouvement passera à l’histoire écrite. Entre le mouvement de 2016 et le score de la France Insoumise aux présidentielles de 2017 (19,58% des voix au premier tour), il y a un lien qui, sans se réduire à une filiation directe, fait tout de même penser – en plus petit, certes – au rapport entre les Indignés et le parti Podemos en Espagne, ou à Syriza en Grèce. En tout cas, la carte de la sanction électorale (après la défaite de la rue) a été récupérée et jouée contre son ancien maître. Et c’est ainsi que le vieux PS – ni assez populaire ni assez soumis aux patrons, ni à l’écoute de la rue ni assez résolu pour en finir avec elle – a fini par se faire coincer dans la tenaille Mélenchon-Macron. Aussi historique que soit la fin du duopole parlementaire traditionnel, l’issue des élections présidentielles et législatives de 2017 indique que tout se résorbe encore dans l’isoloir, dont la rue n’est pour l’heure qu’un appendice. Une petite partie de la CMS, celle qui sans doute souffre le plus, se radicalise dans un éventail assez large d’options et d’opinions, comprenant même l’abstentionniste, voire le « casseur »… tandis que les couches moyennes et supérieures du public et du privé convergent vers le centre (fût-ce par défaut). Ce qui est une autre manière de dire que l’attaque du sursalaire est actuellement en France modéré et par sa faiblesse et par les aides inter-générationnelles qui suffisent encore dans bien des cas et reportent les échéances. Pour quelques temps encore, la paupérisation de la CMS sera plus une crainte qu’une réalité. On attend Macron. Ce qui explique sans doute que les pratiques interclassistes n’aient pas atteint une dimension réellement massive. Tant dans l’isoloir que dans la rue, l’association interclassiste entre prolétariat et CMS ne perce pas, et n’apparaît qu’en négatif dans la croissance de l’abstention.

Cette situation vient aussi du silence du prolétariat. Le retour de la conflictualité sur les lieux de travail – pour ne pas parler d’une reprise révolutionnaire – est suspendue à la sortie de l’obscurité dans lequel la grande masse des prolétaires s’est tenue jusqu’à maintenant, y compris au cours du mouvement du printemps 2016. Il est légitime de se demander dans quelles circonstances cela pourrait se produire. On peut émettre quelques hypothèses à ce sujet. Nous avons déjà affirmé ailleurs que dans les conditions actuelles, le chômage fonctionne comme une soupape de sécurité pour le système, et cela à plusieurs niveaux. On l’a vu aussi dans le cas de l’abattoir industriel que nous avons évoqué toute à l’heure : tout en favorisant la concurrence parmi les prolétaires ainsi que l’adaptation des effectifs au volume de la demande et l’équilibre entre augmentation des cadences et accélération du turnover, le chômage permet aussi de reprendre du souffle quand on est au bout du rouleau, de rester à la maison si on se fait licencier à trois ans de la retraite, voire même de pratiquer des va-et-vient calculés entre emploi et non-emploi, du moins tant qu’on est convenablement indemnisés. De nos jours, pour que les prolétaires s’attaquent au travail, il faut que le travail leur soit odieux et que le chômage soit aussi odieux que le travail. On n’en est pas là, et le mouvement contre la Loi Travail le montre à sa manière : malgré leur présence individuelle au sein des Nuits Debout et des cortèges de tête, les chômeurs ne sont jamais organisés en tant que tels, ni pour se défendre (occupations des Pôle Emploi, des CAF) ni a fortiori pour s’attaquer à la situation qui les définit.

Quoi qu’il en soit, l’attaque du paritarisme déjà au cœur de la Loi Travail se poursuivra avec le gouvernement Macron, et pourrait effectivement changer la donne pour le prolétariat. La réforme du système actuel d’indemnisation du chômage qui figure dans l’agenda macroniste, si elle est appliquée à la lettre, serait nettement défavorable aux salariés en situation de perte d’emploi. La gestion du chômage ne reviendrait plus à un organisme paritaire, mais à l’État directement. Au-delà de la question de son montant, l’«allocation chômage universelle» – sorte de hybridation entre assurance-chômage et minima sociaux – réunirait dans un seul dispositif les mauvais côté des deux : d’une part la contrainte à la recherche d’un emploi (ou à la formation), de l’autre un « assistanat » déconnecté du strict montant des cotisations individuelles. Encore faut-il que le nouveau gouvernement parvienne à faire passer une telle réforme et à la mettre en pratique. C’est ici que la lutte de classe même dans son cours quotidien ne remettant rien de fondamental en cause, même dans sa forme particulière de ménage à trois, sera le facteur décisif. Il reste en France des acquis à défendre. Pour combien de temps ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Messages : 6281
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: "CLASSES MOYENNES" : encadrement, prolétarisation, interclassisme, prolophobie   Sam 29 Juil - 18:07


prolétariat, classe ouvrière, classe moyenne salariée
encore un effort de clarification, camarades

dans l'Épisode 3 de Le ménage à trois de la lutte des classes, les auteurs d'Hic Salta font cette remarque judicieuse en note 12 :

Citation :
Pauperisation n’est pas synonyme de prolétarisation; nous développerons cette distinction dans une autre section.

un point m'a toujours turlupiné dans les textes communisateurs, aussi bien chez Christian Charrier (La Matérielle), Roland Simon (Théorie Communiste) qu'ici chez Astarian (Hic Salta) : le rapport entre prolétariat et classe ouvrière (productive), et salariés n'est pas clair. Ce texte même n'est pas sans ambiguïté, par exemple dans 3.3 – Le prolétariat, avec le tableau des grèves de salariés, donc au-delà de la seule classe ouvrière

dans la Conclusion, on trouve la formule « les prolétaires et les salariés de la classe moyenne », qui laisse entendre que le prolétariat, ce sont les ouvriers (et peut-être les employés ?)

comme l'écrit Karl Nesic en 2012 dans Et maintenant ? Deux ou trois raisons de ne pas désespérer :


Citation :
La classe ouvrière. D’abord, personne n’a jamais affirmé que le prolétariat se résumerait à la classe ouvrière.

si si, pour Théorie Communiste (divers textes) :

TC a écrit:
Il faut dire cette chose triviale : le prolétariat c'est la classe des travailleurs productifs de plus-value.

ce flottement terminologique, au sein même de la théorie de la communisation, témoigne qu'il s'agit surtout d'adapter ces concepts à la construction abstraite de la révolution comme auto-abolition du prolétariat et par lui des classes et du capital, la version la plus directement renversée du programmatisme ouvrier étant celle de Théorie Communiste

pour ma part, j'en resterais volontiers à une définition du prolétariat, dans le Manifeste de 1847, comme les travailleurs qui « n'ont que leurs chaînes à perdre », autrement dit que leur travail, quand ils en ont un, cad leur salaire pour vivre. Cette définition concerne, bien au-delà des ouvriers productifs (la classe ouvrière), nombre de « salariés de la classe moyenne » inférieure

quant aux producteurs (de plus-value), dans le capitalisme avancé (en subsomption réelle), des techniciens voire des ingénieurs participent directement à la production de plus-value, qui n'ont au demeurant aucune fonction d'encadrement. Ils sont de la « classe moyenne salariée », mais en raison de leur « sursalaire » (Hic Salta, Épisode 2) et de leurs ressources extrasalariales parfois, ils n'ont pas (encore) que leurs chaînes à perdre

reste encore la nouvelle classe des expulsés (Saskia Sassen), qui n'ont même plus de chaînes du travail à perdre, Nègres du monde (Achille Mbembe), phénomène massif dans les migrations, qui conduirait encore à renouveler notre compréhension de la structuration par classes de la population mondiale (cette question est développée ici V.0. 'expulsions', 'dynamique prédatrice' et 'limite systémique' (Saskia Sassen) dans la restructuration globale du capital 'animiste' (Achille Mbembe) et le sous-chapitre V.0.1. une classe des expulsés par le capital hors du prolétariat ?)

j'ai comme l'impression que les théoriciens de la communisation fabriquent là des objets conceptuels sur mesure du sujet révolutionnaire dont ils ont besoin pour leur vision finaliste de la révolution, et que « Parfois, il semble que les théoriciens de la communisation ne se comprennent pas eux-mêmes », comme l'écrivaient en 2011 « Freundinnen und Freunden der klassenlosen Gesellschaft » dans Sur la communisation et ses théoriciens

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Patlotch



Messages : 652
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: "CLASSES MOYENNES" : encadrement, prolétarisation, interclassisme, prolophobie   Sam 26 Aoû - 18:09


Entre Macron et Mélenchon, les classes moyennes salariées

Sortir du capitalisme
UNE CRITIQUE ÉMANCIPATRICE DU CAPITALISME ET SON DÉPASSEMENT LIBERTAIRE

Citation :
Les classes moyennes salariées peuvent parier sur un cheval néolibéral (Macron) ou un cheval altercapitaliste (Mélenchon), elles n’en sont pas moins globalement des défenseuses du capitalisme, du compromis capital-travail, de l’Etat et de sa classe politique, et cela alors même qu’elles se prétendent des représentants des classes populaires lorsqu’elles mènent leurs luttes soi-disant anticapitalistes (Occupy, Nuit Debout, etc.). Cette position structurellement contre-révolutionnaire n’est pas un effet du hasard, mais découle de leur rôle d’encadrement du prolétariat et du procès de production capitaliste, ce qui leur confère un sursalaire et une autorité, assurant leur fidélité au capital et son Etat en même temps que leur séparation d’avec l’ensemble du prolétariat. Loin de se contenter d’une dénonciation rituelle de l’interclassisme, cette émission vise à une analyse radicale des classes moyennes salariées et son rôle contre-révolutionnaire en tant que classe, mais dont des membres peuvent devenir révolutionnaires – avec Alain de Carbure.

Une analyse des classes moyennes salariées en politique, entre Macron (option « réaliste » des classes moyennes salariées, surtout du secteur privé « mondialisé ») et Mélenchon (option « populiste » des classes moyennes salariées, surtout du secteur public en voie de déclassement) aux élections présidentielles de 2017 ; mais surtout comme classe du compromis capital-travail (nostalgie du compromis fordiste des 30 Glorieuses), classe des « représentants » politiques (incarnant un pseudo-universalisme au-dessus des classes) et classe contre-révolutionnaire du réformisme (social-démocratie) ou du pseudo-révolutionnarisme (marxisme-léninisme) du fait de sa position d'encadrement du procès global de production et de reproduction du capitalisme [1ère partie, 40 minutes].

En partant d'une analyse de Bruno Astarian, une analyse critique de l'interclassisme comme programme (Lordon), une genèse historique de l'encadrement (privé comme étatique) comme classe du sursalaire et de l'autorité en échange de sa collaboration au procès global de production et de reproduction du capitalisme, et une analyse de son rôle certes contre-révolutionnaire en tant que classe, mais dont des membres peuvent devenir révolutionnaires et qui sera dissoute en tant que classe au cours du processus révolutionnaire [2ème partie, 30 minutes].

Liens

Les articles d'Alain de Carbure

https://carbureblog.com/2017/06/05/macron-classe-moyenne-et-politique-reflexions-sur-la-presidentielle-2017/

https://carbureblog.com/2016/11/21/notes-sur-les-classes-moyennes-et-linterclassisme/

Les articles de Bruno Astarian

http://www.hicsalta-communisation.com/accueil/menage-a-trois-episode-1

http://www.hicsalta-communisation.com/accueil/menage-a-trois-episode-2

http://www.hicsalta-communisation.com/accueil/menage-a-trois-episode-3

pas grand chose à rajouter à la critique que j'ai déjà faite des textes discutés

concernant la première partie, je pense qu'on ne peut parler des rapports de classes qu'en comprenant le moment macroniste au-delà de ses aspects politiques : voir MACRONISME, ÉTAT (français) et RESTRUCTURATION (mondiale) du CAPITALISME. Rien par exemple sur l'idéologie des entrepreneurs, au centre de la révolution macronienne

concernant la seconde, dommage qu'Astarian et/ou son co-signataire n'aient pas été invités en personnes à commenter leurs textes. Le fond de la compréhension de l'animateur et de son invité est une théorie de la communisation indiscutable, présentée de façon schématique et déterministe, déconnectée du présent (et pour cause). Partant de là, comme je le disais au début du feuilleton de Hic Salta, la critique des classes moyennes se porte sur leur caractère "contre-révolutionnaire", avec en creux, indémontrable mais présupposé, celui révolutionnaire du "prolétariat", le tout dans une période sans révolution, où son activité n'est pas davantage révolutionnaire (populisme etc.). C'est pourquoi les exemples convoqués, d'activités contre-révolutionnaire des classes moyennes et révolutionnaire du prolétariat, remontent aux années 20, en plein programmatisme ouvrier, étrange paradoxe du point de vue de la communisation prise entre la disparition du passé et l'absence d'un avenir sur lequel elle fonde pourtant sa compréhension du présent

beaucoup de phraséologie et une tonalité intellectuelle "de haut niveau" qui passe pour sérieuse, et une fin d'émission dans la joie. Je comprends de mieux en mieux pourquoi certains tombent encore sous le charme persistant de cette théorie, une fascination typique... des couches moyennes intellectuelles

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patlotch



Messages : 652
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: "CLASSES MOYENNES" : encadrement, prolétarisation, interclassisme, prolophobie   Jeu 31 Aoû - 22:12


parenthèse
qui va manger qui ?

le 31 juillet dans un commentaire au texte de Hic Salta Ménage à trois de la lutte des classes Episode 1 : Vessies et lanternes, on trouve une variante inversée de l'absorption par le prolétariat de la classe moyenne, selon la vision de la communisation par BL/TC dans Communisation vs Socialisation

gras dans le texte

Ben Malacki a écrit:
Pour conclure et si on va au bout de l’idée, je pense qu’il faut renverser la manière dont vous penser le problème : La classe moyenne est en réalité la partie du prolétariat qui a encore les moyens de s’identifier au capital. Elle ne peut alors que revendiquer un meilleur rapport capital/travail. Elle est donc transversale à l’ensemble du marché du travail. Le « non-travail » réalisé ou la surmarchandisation dans un cadre monopolistique de vente de la force de travail crée des secteurs où la classe moyenne est massivement présente, mais c’est conjoncturel.

« Le prolétariat est révolutionnaire ou il est classe moyenne ». Karlita Marx, L’idéologie germanique.

si je comprends bien, le capitalisme en subsomption réelle absolue va prolétariser toute la population mondiale à l'exception des valets de sa classe, ce qui est une façon simple de conserver le sujet prolétarien strict de TC, quand il ne pourra plus s'identifier au capital. C'est dit de façon amusante, toujours ça de pris...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin


Messages : 6281
Date d'inscription : 29/04/2015
Localisation : trop loin

MessageSujet: Re: "CLASSES MOYENNES" : encadrement, prolétarisation, interclassisme, prolophobie   Sam 9 Sep - 16:41


dans le débat sur les couches moyennes comme classe, un livre et un entretien avec son auteur, qui ne me semble pas tirer les conséquences théoriques de son enquête sociologique, ou pas les bonnes, du moins pas les mêmes que moi...



2015

Gaëtan Flocco :
« Tous les sujets ont intériorisé les catégories capitalistes »


Ballast 04 septembre 2017


© Johnson Tsang

Une lecture du rapport salarial non dénuée de sens, mais à la vue tout de même un peu courte, s’en tiendrait à diviser le monde du travail en deux classes bien distinctes : les exploiteurs et les exploités. Où placer la catégorie bien particulière des cadres ? Car s’ils font indéniablement partie des privilégiés — tant par le capital économique, social et culturel dont ils jouissent —, ils n’en subissent pas moins certaines formes de violence managériale, l’emprise de la finance et la compétition généralisée. C’est en tout cas ce qu’explique Gaëtan Flocco, sociologue et auteur du petit et très éclairant ouvrage Des dominants très dominés — Pourquoi les cadres acceptent leur servitude, paru en 2015 aux éditions Raisons d’agir. Ce livre est le résultat d’une enquête sur les cadres, leur rapport au travail et l’ambivalence de leur position : nous échangeons sur ces questions afin de mieux comprendre pourquoi ils adhèrent tant à leur condition.

Citation :
Vous montrez que les cadres, « entre réalisation de soi et exploitation », ne sont pas complètement dupes des formes de domination qu’ils subissent — et exercent —, sans pour autant être rebelles : ils sont à la fois consentants et critiques vis-à-vis des logiques managériales. Pourquoi cette position ambivalente perdure-t-elle ?

Cette ambivalence est souvent analysée par les sociologues à propos des cadres mais également de l’ensemble des salariés. Selon ces observateurs, le travail posséderait les deux faces d’une même médaille : d’un côté, il serait épanouissant et émancipateur, de l’autre, il serait contraignant et aliénant. Certaines analyses ne vont pas au-delà de ce constat, estimant que ces deux facettes ne sont pas contradictoires et coexisteraient sans avoir de rapport entre elles, dans une sorte d’équilibre. Ainsi, pour eux, le travail serait tout à la fois plaisir et souffrance. Or, l’un des objectifs du livre était de montrer qu’il existe un lien entre la réalisation de soi au travail et la domination, la première étant mise au service de la seconde, que cela soit intentionnellement orchestré par les directions ou non. Dès l’instant où l’on travaille pour la firme capitaliste, le plaisir que procure notre activité contribue à nous rendre plus productifs et consciencieux, profitant in fine à l’entreprise tout en faisant — plus ou moins partiellement, bien sûr — oublier la domination.


« Il existe un lien entre la réalisation de soi au travail et la domination,
la première étant mise au service de la seconde. »

C’est ce que Pierre Bourdieu appelait la « double vérité du travail1 ». Une telle analyse relativise les vertus du « bonheur au travail », puisqu’elle montre que celui-ci est instrumentalisé en vue de rendre l’exploitation plus efficace et moins visible. Et si les cadres peuvent à la fois être consentants dans leur travail et critiques à l’égard de certaines de ses dimensions, comme je le montre dans le livre, c’est parce que ce projet de manipulation managériale ne fonctionne pas parfaitement. Même ceux d’entre eux qui sont les plus convertis à la doctrine néolibérale sont en partie conscients des difficultés posées par la domination capitaliste, puisqu’ils les vivent au quotidien. Certes, les cadres puisent dans leur travail de multiples intérêts symboliques qui leur apportent des satisfactions et leur donnent envie de s’impliquer. Ils adhèrent à une idéologie qui transfigure certains aspects, comme l’autonomie et la performance au travail. De tels mécanismes symboliques sont très puissants, mais les cadres n’en demeurent pas moins confrontés aux réalités de l’entreprise, comme la menace de perdre leur emploi, des pratiques hiérarchiques autoritaires, des injustices flagrantes, etc. Selon les circonstances, les événements, ou encore les profils, les cadres seront plus ou moins conscients des multiples problèmes générés par leur condition de dominés. Et s’ils ne sont pas totalement dupes de cette domination, le plus souvent ils s’y résignent, car il reste difficile de la surmonter individuellement, du fait qu’ils lui trouvent des justifications ex-post et font ainsi de nécessité vertu.

Le philosophe Frédéric Lordon estime que cette catégorie — les cadres — nous invite à repenser l’analyse du salariat dans les simples termes de « travail » vs « capital » : il affirme que les cadres « sont matériellement du côté du salariat, mais symboliquement du côté du capital ». Partagez-vous cette analyse ?

Entièrement. Évidemment, l’opposition travail/capital est structurante et il ne s’agit nullement de l’évacuer de l’analyse. D’ailleurs, dans son livre d’où est extraite cette citation, Frédéric Lordon le rappelle bien2 : pour lui, le rapport salarial, c’est-à-dire cette asymétrie objective entre des travailleurs dénués de tout, qui ne peuvent faire autrement pour vivre que d’échanger leur force de travail contre de l’argent, et des capitalistes qui, eux, possèdent tout, demeure le cadre structurant de l’enrôlement capitaliste. Toutefois, il est fondamental de montrer aussi combien ce cadre structurant ne se résume pas à une opposition manichéenne, les cadres illustrant bien une intrication ou un entremêlement entre le travail et le capital. D’un côté, on a en effet un statut qui les range du côté des salariés, leur faisant dire parfois qu’ils seraient des travailleurs comme les autres, les « grouillots de base » ou les « OS de l’an 2000 ». De l’autre, on a aussi des individus qui adhèrent à des valeurs, des modes de vie, des attentes, des conceptions du travail et de l’entreprise qui les rapprochent des classes dirigeantes.

Certains auteurs défendent cette idée, importante. C’est le cas notamment d’Alain Accardo, qui explique dans un livre éclairant que la seule lutte contre la classe possédante et les structures objectives du capitalisme, incarnées notamment dans ses institutions économiques et financières, est insuffisante3. Dans une perspective bourdieusienne, il estime que le capitalisme ne se résume pas aux seules structures objectives, mais consiste également en des structures subjectives, intériorisées la plupart du temps de façon inconsciente, non seulement par les agents de la domination mais également par les dominés — Accardo pointe tout particulièrement les classes moyennes, dont les cadres sont les représentants les plus caractéristiques. Dans un autre genre, Anselm Jappe développe cette idée dans un livre qui m’a fortement marqué4. Lui aussi estime que la critique sociale ne peut plus se satisfaire d’une grille de lecture en terme de luttes de classes. Elle ne peut se contenter d’espérer une victoire de la classe du travail sur celle du capital, car désormais tous les sujets, qu’ils soient dominés ou dominants, ont intériorisé au plus profond d’eux-mêmes les catégories capitalistes, celles de la concurrence, du travail, du marché et de l’argent. C’est donc d’abord de ces catégories-là, présentes en tout un chacun, qu’il importe de s’affranchir plutôt que d’espérer encore remporter le combat de la classe des travailleurs sur celles des capitalistes.

Entre le cadre technique fraîchement diplômé et le manager haut placé, il y a de grosses différences. Est-il toujours pertinent de parler des cadres « en général », comme d’un groupe homogène ?


« Désormais, tous les sujets, qu’ils soient dominés ou dominants,
ont intériorisé au plus profond d’eux les catégories capitalistes,
celles de la concurrence, du travail, du marché et de l’argent. »

Lorsqu’il est étudié, le groupe des cadres fait l’objet d’un paradoxe. D’un côté, la plupart des sociologues qui s’y intéressent cherchent un critère permettant de le caractériser : la « fonction d’encadrement », un « salariat de confiance », un « salariat intermédiaire », le « management à distance », etc. De l’autre côté, la question de l’hétérogénéité est régulièrement soulevée au sujet de la catégorie, parfois par les mêmes sociologues qui ont cherché à identifier un critère unique. Ils se demandent alors s’il est possible de la réduire à une seule caractéristique compte tenu de son extrême hétérogénéité, si elle constitue réellement une catégorie sociologique, ou encore s’il ne faudrait pas tout bonnement se débarrasser de cette dénomination trop générale, pour préciser et spécifier les analyses, à chaque fois selon les types de cadres, les secteurs d’activité, les entreprises considérées, etc. Bien sûr, le phénomène de différenciation sociale des pratiques et des représentations est loin d’être négligeable. Je dirais qu’il se manifeste quasiment toujours, à partir du moment où l’on engage une réflexion sociologique sur la société, compte tenu de la diversité des situations et des trajectoires sociales des individus. On peut même se demander si la question de l’hétérogénéité ne se poserait pas pour toutes les catégories sociales — des chômeurs aux dirigeants, en passant par les ouvriers et les employés. Il me semble qu’il ne s’agit pas là d’une problématique propre aux cadres, même si elle est fréquemment formulée à leur sujet. En outre, la question de l’hétérogénéité ne se pose pas seulement en soi, de façon extérieure à l’observateur. Cela dépend aussi du type d’analyse que l’on veut mener et ce que l’on souhaite montrer en priorité.

Dans mon livre, les différenciations sociales sont abordées lorsqu’elles sont structurées par les secteurs dans lesquels travaillent les cadres, le genre ou encore les types de fonction, faisant varier leurs attentes par rapport au travail. Toutefois, je ne souhaitais pas m’en tenir là. Il me paraissait important, pour une collection de petit format assumant son orientation à la fois scientifique et politique, de mettre l’accent sur les tendances dominantes de la catégorie, par-delà son hétérogénéité et ses effets. En dépit de cette dernière, il existe aussi des tendances récurrentes, d’un type de cadre à l’autre, et même d’un type d’entreprise à l’autre, et ce sont précisément ces tendances que j’ai voulu faire ressortir. Par ailleurs, comme je le rappelle en introduction de l’ouvrage, ces points communs entre les différents cadres ont quelque chose à voir avec la façon dont la catégorie a socialement et politiquement été construite dans la société française tout au long du XXe siècle, ainsi que l’avait expliqué Luc Boltanski au début des années 19805. Indéniablement, le fait que des associations professionnelles de cadres, des syndicats, des magazines, des instituts de formation, des caisses de retraite, bref tout un ensemble d’institutions se soient progressivement développées, a contribué à donner corps à la catégorie malgré sa diversité. C’est probablement pour cette raison qu’elle fait encore sens aujourd’hui dans les entreprises, en dépit des bouleversements nombreux du monde du travail.

Face à l’intensification du travail, aux restructurations, à la peur du chômage que les cadres vivent de plus en plus, il ressort souvent un sentiment d’impuissance, où chacun essaie de s’en sortir individuellement. Toute forme d’action collective n’est-elle jamais considérée ?

Les cas de conflits sociaux impliquant des cadres et des ingénieurs existent. Dans les années 1990-2000, des entreprises comme Alcatel-CIT, CIC, Thomson-CSF, Elf, Dassault, IBM ou encore ST Microelectronics ont été le théâtre de mobilisations de cadres. En 2009, les ingénieurs d’un équipementier automobile ont séquestré des cadres dirigeants pendant cinq heures. Des cadres et ingénieurs ont participé à des débrayages, des blocages de sites et des rassemblements chez Thales et Safran en 2010, chez Renault en 2012, dans une filiale informatique d’Areva en 2013, ou encore chez Schlumberger en 2015. Toutefois, force est de constater que les cadres sont plus souvent du côté des séquestrés que des séquestreurs, a fortiori les cadres dirigeants, qui exercent des responsabilités importantes. Le statut même de cadre dissuade en général de participer à un conflit au sein d’une entreprise. Comme ils me l’ont souvent confié lors des enquêtes, ils estiment que leur proximité fonctionnelle et idéologique avec la direction est incompatible avec leur engagement dans un mouvement social. Ça serait une « contradiction politique », comme certains le reconnaissent. Par conséquent, lorsqu’ils rencontrent un problème dans leur travail en lien avec leur direction, ils préfèrent essayer de le régler en consultant directement leur hiérarchie plutôt que d’agir collectivement en engageant un rapport de force. Ensuite, comme vous le rappelez à juste titre, ces multiples micro-arrangements auxquels s’adonnent les cadres s’inscrivent dans une tendance dominante du monde du travail où le conflit n’a pas forcément disparu mais s’est transformé,

Cela est lié aux facteurs que vous avez mentionnés et auxquels on pourrait ajouter la précarisation de l’emploi, la destruction des collectifs de travail ou encore l’affaiblissement des syndicats et d’organisations politiques comme le Parti communiste qui autrefois structuraient les luttes sociales. Ainsi, certains observateurs parlent désormais de « résistances de cadres », de « cadres en lutte », ou encore de « cadres rebelles » pour désigner ces nouveaux comportements. Sans forcément nier l’existence de ces attitudes, je trouve un peu excessifs les termes employés pour les qualifier. Avant d’utiliser ces dénominations, il me paraît important de saisir la nature des revendications, les objets de ces luttes, de préciser à qui et à quoi elles s’opposent, ainsi que ce qu’elles permettent de changer et d’améliorer, avant de les assimiler à de nouvelles formes de résistance ou de révolte. Il faut en quelque sorte les contextualiser afin de les relativiser et ne pas les prendre pour des sortes d’absolu à travers lesquels le moindre geste d’un salarié qui sortirait des clous, la moindre désobéissance de sa part, seraient interprétés comme les signes d’une résistance politique, au risque alors de se leurrer. Ainsi, je reste toujours un peu perplexe lorsque l’on qualifie de résistance ou de luttes des pratiques de cadres qui cherchent à contourner les normes managériales afin de préserver leur propre conception du travail qui, malgré tout, continue à être réalisée dans le contexte de l’entreprise capitaliste.

On pourrait dire que c’est une catégorie éduquée mais sans réel esprit critique, puisqu’elle ne remet pas en cause l’ordre établi. Les écoles d’ingénieurs et de commerce dont les cadres sont beaucoup issus alimentent un certain élitisme et légitiment l’idéologie de la méritocratie. Le manque de subversivité des cadres ne trouve t-il pas en partie sa source ici ?

Je ne le dirais pas tout à fait ainsi. Comme l’ont montré les enquêtes, c’est une catégorie éduquée, certes, mais qui possède tout de même un certain esprit critique. Lorsqu’on s’entretient avec eux, ils se plaignent fréquemment de l’intensification de leur travail, des multiples sollicitations dont ils sont l’objet, des difficultés qu’ils rencontrent à effectuer correctement leur travail selon leur propre éthique professionnelle, ou encore des décisions stratégiques prises au plus haut niveau et qui possèdent un impact sur leur activité quotidienne. Les motifs de la critique ne manquent pas et les cadres, pour une bonne part d’entre eux, en ont conscience. Simplement, ces critiques s’expriment peu ouvertement dans l’entreprise, les cadres, y compris les plus mécontents, se faisant discrets car ils savent que la contestation n’est pas compatible avec les évolutions de carrière auxquelles ils aspirent. Au mieux, on récolte ces discours critiques dans le contexte anonyme et confidentiel de l’entretien sociologique. D’autre part, ces critiques s’accommodent très bien de l’intériorisation d’une idéologie du travail et de l’entreprise. On retrouve ici le fameux rapport ambivalent au travail que vous évoquiez. Parmi les manifestations de cette idéologie, vous avez mentionné l’élitisme et la méritocratie, auxquelles on pourrait ajouter l’excellence, le travail, la compétition, l’autonomie, la performance ou encore le cosmopolitisme. Et là, oui, je ne peux qu’aller dans votre sens : c’est bien le résultat d’une forme de conditionnement idéologique, souvent inconscient, qui peut démarrer dès la cellule familiale d’origine — des parents exemplaires dans leur activité professionnelle, qui valorisent en permanence le travail, qui encouragent la réussite scolaire, etc. — et qui se poursuit ensuite dans les institutions de formation des cadres les plus emblématiques, comme les classes préparatoires et les grandes écoles.

Ce qui est extraordinaire, c’est la manière dont les représentations forgées dans les écoles d’ingénieurs et de commerce font écho à celles que l’on retrouve ensuite dans le travail et l’entreprise. Enfin, pour bien évaluer le degré de subversivité des cadres, on en revient toujours à la même question, celle qui consiste à identifier les limites de la critique des cadres, c’est-à-dire ce sur quoi elle ne porte pas. Par conséquent, si vous voulez dire qu’ils ne remettent pas en cause l’ordre établi parce qu’ils ne touchent pas aux catégories fondamentales du capitalisme, c’est-à-dire celles du travail, de la consommation, des technologies, de la marchandise et de l’argent, alors oui, effectivement, j’en ai rencontré très peu qui osaient s’aventurer sur ce terrain, confirmant en cela l’idée d’un déficit de subversivité.

S’il y a une certaine conscience qu’ils font partie des classes favorisées, on a l’impression qu’ils vont surtout orienter leur regard « vers le haut ». Un cadre dans le top 15 % des salaires semble plus soucieux de gagner davantage en regardant les personnes dans le top 10 % avec envie plutôt que de se satisfaire de sa situation, et par exemple revendiquer une baisse du temps de travail. Comment l’expliquer ?


« Tout en s’identifiant bien sûr à une classe contre les autres classes,
ils cherchent également à se distinguer des individus de leur propre classe,
en rivalisant avec eux. »

Vous pointez ici l’une des caractéristiques centrales des sociétés capitalistes, sinon la plus fondamentale, celle de l’accumulation effrénée. On la trouve aussi bien dans la sphère de la production que dans celle de la consommation. Pour ce qui est de la production, Marx a bien théorisé le moteur de l’accumulation du capital, qui réside dans le profit, censé engendrer toujours plus de profit, et ceci indéfiniment. Cette accumulation productive trouve sa contrepartie dans la sphère de la consommation marchande, à laquelle la catégorie des cadres participe activement. Mon livre n’aborde pas cette dimension, car je souhaitais privilégier le rapport au travail et à l’entreprise. Les cadres expliquent souvent que le salaire est important, mais qu’il n’est pas le motif premier de leur engagement quotidien dans le travail. Ce qui ne signifie pas non plus qu’ils soient indifférents à leur rémunération et à leur pouvoir d’achat, comme vous le rappelez. Depuis au moins le lendemain de la Seconde guerre, la consommation exerce une emprise considérable dans la société. Que ce soit avec Thorstein Veblen6, Jean Baudrillard7 ou encore Pierre Bourdieu8, on sait aussi que la frénésie qu’elle suscite n’est pas guidée uniquement par la satisfaction des besoins matériels.

Des logiques symboliques de rivalité et de prestige social sont également à l’œuvre, à la fois à travers le niveau de salaire perçu et dans ce qu’il offre la possibilité d’acquérir. Ces logiques permettent de comprendre en partie pourquoi les individus des sociétés capitalistes ne sont jamais réellement satisfaits de ce qu’ils possèdent, à l’image de ces cadres que vous citez, faisant partie du top 15 % des salaires. Ces derniers se tournent vers ceux du top 10 % avec envie car, tout en s’identifiant bien sûr à une classe contre les autres classes, ils cherchent également à se distinguer des individus de leur propre classe en rivalisant avec eux dans leurs pratiques consommatoires, qu’elles soient primaires ou secondaires comme la culture, les loisirs, etc. Il y a fort à parier que, depuis quelques décennies, ces phénomènes de rivalité et de distinction qui constituaient autrefois une caractéristique des classes moyennes et de la bourgeoisie s’étendent désormais à toutes les classes sociales, y compris les plus défavorisées, parallèlement à la diffusion des logiques marchandes, des modes en tout genre et de la prégnance des marques.

Vous parlez de l’influence des technologies de l’information et de la communication (TIC) : elles occupent dorénavant une place centrale dans leur travail, qui lui–même déborde largement sur leur vie personnelle. Le droit à la déconnexion est-il quelque chose d’important ou de secondaire ?

Je trouve que je n’y ai pas accordé suffisamment de pages dans le livre, alors que les écrans et les connexions au réseau Internet ont de plus en plus investi le monde du travail. Il n’y a qu’à voir les problèmes de mise en concurrence, d’évaluation des salariés et de dégradation des conditions de travail que provoquent aujourd’hui ce que l’on appelle le digital labor et l’économie des plates-formes. J’aurais tendance à dire que le droit à la déconnexion est un doux mot d’ordre, tout à fait sympathique mais, hélas, tout aussi inopérant — une sorte de supplément d’âme comme on en fait beaucoup aujourd’hui, symptomatique de notre impuissance face à la mégamachine technocapitaliste. D’ailleurs, le droit à la déconnexion, ou tout du moins les appels répétés à un usage raisonné des nouvelles technologies est une recommandation proférée aussi bien par les idéologues des techniques — je pense à quelqu’un comme Joël de Rosnay — qu’à des organisations plus contestatrices comme la CGT. Cherchez l’erreur… Tant que les grandes entreprises, de concert avec la puissance publique, continueront à poursuivre un développement technologique à tout crin en étendant toujours plus la couverture du réseau Internet sur les territoires, en multipliant les objets connectés, en donnant la possibilité de régler d’innombrables choses de la vie quotidienne par ordinateur et par mobile, en cassant les prix des abonnements et des objets, je ne vois pas trop comment ce « droit à la déconnexion » pourrait devenir effectif. Toute l’organisation concrète de la société et des entreprises va dans le sens inverse de cette invitation à un usage raisonné, à mon sens encore bien trop complaisante avec les technologies.


« Des générations d’entrepreneurs, d’ingénieurs, ou même de sociologues,
ont saisi combien il était efficace d’obtenir l’adhésion des dominés
plutôt que de ne les faire agir uniquement par la menace ou par la force. »

Le problème, c’est que les mouvements sociaux demeurent réticents à s’en prendre de front aux technologies modernes de peur de verser dans un déterminisme technique et de se priver de l’apport qu’elles représenteraient malgré tout en termes de productivité, d’accès au savoir, de communication, etc. Or, il me semble que ce qui manque furieusement aujourd’hui, c’est bien d’une critique en règle de leur déferlement dans nos vies, et non pas seulement d’un inoffensif « droit à la déconnexion ». Elle est actuellement présente dans certaines analyses critiques, celles d’Éric Sadin9 ou de Philippe Bihouix10, sans parler des anciens qui sont réédités aujourd’hui comme Jacques Ellul11. C’est cette critique de la technologie qui doit être remise à l’ordre du jour des mouvements contestataires, en l’inscrivant bien entendu dans celle, plus globale, du capitalisme.

Temps de travail élevé, pressions, stress, perte de sens dans leur métier : autant d’éléments qui touchent les cadres de plein fouet. Face à cela, de plus en plus d’entreprises essayent de mettre du « fun » au travail, veulent intégrer une dimension « cool ». L‘aliénation dans la joie, n’est-ce pas le meilleur moyen pour le capitalisme d’acquérir pleinement les cadres à sa cause ?

Oui, c’est l’objectif des dispositifs managériaux, en particulier ceux qui ont vocation à enrôler les salariés. Il s’agit non seulement de contraindre, de dicter ou d’ordonner leur attitude au travail, mais surtout de susciter leur adhésion, afin qu’ils s’approprient les objectifs que poursuivent leur entreprise comme s’il s’agissait de leurs propres objectifs. Des générations d’entrepreneurs, d’ingénieurs, ou même de sociologues, ont saisi combien il était efficace d’obtenir l’adhésion des dominés plutôt que de les faire agir uniquement par la menace ou par la force. Si aujourd’hui, les organisations regorgent de techniques et d’outils élaborés pour atteindre cela (« team building », séminaires, manuels prodiguant les conseils, coachs, etc.), cette tendance à l’aliénation dans la joie n’est finalement pas nouvelle et s’inscrit dans la continuité de toute une histoire des pratiques disciplinaires des organisations. Par exemple, au XIXe siècle déjà, les grandes entreprises paternalistes du type Menier, Schneider ou Michelin avaient compris, à leur manière, qu’en traitant bien leurs ouvriers, en prenant en charge l’intégralité de leur vie dans de grandes cités réunissant les institutions familiale, éducative, de santé, etc., elles les rendraient à la fois plus dociles et productifs. Autre exemple : au début du XXe siècle, l’ingénieur et consultant Frederick W. Taylor avait pour projet de faire converger les intérêts des salariés et ceux des directions afin d’éviter les conflits au sein des organisations. Toute l’histoire des entreprises consiste à tenter le plus possible de combiner des conditions de joie dans un contexte d’aliénation et d’exploitation. Le « bonheur au travail » est devenu depuis quelques années le nouveau mot d’ordre des entreprises et correspond à la version moderne de cette domination par l’adhésion. On en est toujours là et, à mon avis, cela marche. Il n’y a qu’à voir l’enthousiasme des salariés lorsqu’ils se font embaucher par ces entreprises dites « libérées », qui usent et abusent de ces pratiques managériales.

La position de la CFE-CGC durant le mouvement contre la loi Travail l’an dernier fut particulièrement ambiguë. Au fur et à mesure, le syndicat a salué des évolutions de la loi tout en indiquant qu’il restait des inquiétudes, dénoncé certaines dispositions sans en demander le retrait, participé au rassemblement des syndicats « réformistes » sans jamais appeler à manifester… Cette posture n’est-elle pas représentative des cadres ?

Effectivement, la CGC fait partie de ces syndicats qui ne s’opposent pas frontalement aux directions d’entreprise mais qui souhaitent au contraire se positionner en médiateur et en interlocuteur à leur égard. Dans certaines entreprises, j’ai rencontré des cadres qui m’expliquaient avoir été vivement encouragés par leur direction à s’encarter à la CGC. De fait, l’orientation idéologique de cette dernière consiste à privilégier une conception apolitique du syndicalisme, qui serait soi-disant à rebours de toute revendication idéologique. Cette organisation préfère opter pour un syndicalisme professionnel, tourné vers l’expertise et l’humanisme entrepreneurial. Cela l’amène d’ailleurs à défendre des thématiques qui rappellent fortement celles du management, comme le développement durable, l’éthique, la responsabilité ou les compétences. C’est précisément une telle posture que l’on retrouve à l’échelle individuelle des cadres. Sans être foncièrement hostiles aux syndicats, souvent, ils disent ne pas apprécier certaines de leurs orientations qu’ils jugent trop conflictuelles, les qualifiant « de passéistes », de « peu constructives » ou « d’outrancières ». Ainsi, à de rares exceptions près, je n’ai pas rencontré de cadre « antisystème », c’est-à-dire enclin à rejeter en bloc le modèle économique et productif pour lequel il a été préparé à travailler dès son enfance. Vous me direz que cette prédisposition à un certain conformisme n’est sans doute pas l’apanage des cadres. Mais on trouve effectivement chez eux quelque chose qui relève de l’exemple que vous donnez, c’est-à-dire le refus de s’opposer frontalement et de provoquer le conflit, ce qui se décline dans leur conception même de ce que devrait être l’action syndicale.

Parlons un peu de stratégie. Aujourd’hui, on imagine mal les cadres embrasser une éventuelle ferveur révolutionnaire ! Mais peuvent-ils constituer des alliés dans un projet politique, a minima progressiste ?

Malheureusement, la stratégie n’est pas mon fort. D’abord, tout dépend de ce que vous entendez par « progressiste ». J’imagine que vous voulez dire par là un mouvement qui œuvre à l’amélioration de la société d’un point de vue économique et social, donc un projet politique plutôt de « gauche », par opposition à des idées réactionnaires et conservatrices représentant davantage la « droite ». S’il s’agit de cette acception assez large de la gauche, dans ce cas, je pense qu’il n’y aurait aucune difficulté à trouver une bonne partie des cadres dans le camp progressiste. Mon enquête, et d’autres travaux avant — je pense notamment à ceux de Stéphane Rozès12 — ont montré que les cadres n’étaient pas d’horribles ultralibéraux, ni des représentants de la droite la plus conservatrice qui soit. Ainsi, lors des rendez-vous électoraux, une bonne partie d’entre eux vote « à gauche » depuis quelques années. Le problème, et c’est presque devenu une banalité de le dire, c’est que la grille de lecture « gauche »/« droite », ou « progressiste »/« conservateur » ne nous aide guère aujourd’hui à comprendre ce qui se passe. Il n’y a qu’à voir les dernières décennies de la vie politique française pour s’en rendre compte et le brouillage idéologique auquel on assiste, avec une extrême droite qui s’accapare des thèmes de gauche, une gauche qui, elle, surfe sur la vague néolibérale, une « gauche de la gauche » qui n’est pas vraiment anticapitaliste, etc. — on n’y comprend plus grand-chose. En fait, l’une des questions serait peut-être de savoir à quelle condition les cadres pourraient épouser un vrai mouvement révolutionnaire de contestation, radicalement anticapitaliste. En tendance, vous avez raison, ça paraît inconcevable, mais il y en a, et j’en ai moi-même rencontré qui, idéologiquement, se sont avérés compatibles avec une pensée révolutionnaire, même si je peux les compter sur les doigts d’une main. À partir du moment où les cadres conçoivent une réelle remise en cause de ce qu’ils vivent au quotidien, chez eux et au travail, alors oui, ils peuvent effectivement devenir des alliés dans un projet politique qui ne serait pas seulement progressiste, mais résolument révolutionnaire.


NOTES
1. ↑ Pierre Bourdieu, « La Double vérité du travail », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 114, 1996, pp. 89-90.
2. ↑ Frédéric Lordon, Capitalisme, désir et servitude — Marx et Spinoza, Paris, La Fabrique, 2010.
3. ↑ Alain Accardo, De notre servitude involontaire, Marseille, Agone, 2013.
4. ↑ Anselm Jappe, Crédit à mort. La décomposition du capitalisme et ses critiques, Paris, Lignes, 2011.
5. ↑ Luc Boltanski, Les Cadres. La formation d’un groupe social, Paris, Les éditions de Minuit, 1982.
6. ↑ Thorstein Veblen, Théorie de la classe de loisir, Paris, Gallimard, 1970.
7. ↑ Jean Baudrillard, La Société de consommation, Paris, Denoël, 1970.
8. ↑ Pierre Bourdieu, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Les éditions de Minuit, 1979.
9. ↑ Éric Sadin, La Silicolonisation du monde. L’irrésistible expansion du libéralisme numérique, Paris, L’Échappée, 2016.
10. ↑ Philippe Bihouix, L’Âge des low tech. Vers une civilisation techniquement soutenable, Paris, Seuil, 2014.
11. ↑ Jacques Ellul, Le Bluff technologique, Paris, Arthème Fayard/Pluriel, 2010.
12. ↑ Stéphane Rozès, « La fin de l’exception idéologique », in Bouffartigue Paul (dir.), Grelon André, Groux Guy, Laufer Jacqueline, Livian Yves-Frédéric (Coll.), Cadres : la grande rupture, Paris, La Découverte, 2001, p. 333-338.

Publié le 04 septembre 2017 dans Politique, Sociologie par Ballast
[/i]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patlotch.com/text/index.html
Patlotch



Messages : 652
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: "CLASSES MOYENNES" : encadrement, prolétarisation, interclassisme, prolophobie   Mar 12 Sep - 17:03


le sujet révolutionnaire prolétarien universel en question :
celle de son absence en tant que classe

sur le site de Hic Salta, les auteurs de Ménage à trois de la lutte des classes : Episode 2, Pour une théorie de la classe moyenne salariée ont répondu le 11 septembre au commentaire de Ben Malacki

quelques remarques :

dans 1)

B.A. - R.F. a écrit:
Le marqueur du sursalaire n’est pas seulement dans le niveau de consommation, il est aussi dans la fonction d’encadrement.

dans la classe moyenne salariée, il y a des cadres qui ont des fonctions multiples, dont certains n'assurent pas du tout ou pas seulement, un encadrement. On en trouve dans les laboratoires, le commerce et dans l'industrie des techniciens et techniciens supérieurs, voire des ingénieurs, des informaticiens, l'administration des entreprises (comptabilité...). Sur le critère de la création de plus-value, certains techniciens appartiennent en ce sens à la "classe ouvrière" parce qu'ils pilotent directement des machines informatisées, mais « leur salaire d’encadrement [comporte] une part de sursalaire »

dans 2)

Citation :
Nous n’affirmons pas que la CMS n’a pas de rôle historique; nous affirmons qu’elle a un rôle auxiliaire dans la contradiction fondamentale entre prolétariat et capital, notamment lorsque cette contradiction suit son cours normal (luttes quotidiennes). Nous n’affirmons pas non plus que son rôle soit uniquement réactionnaire. Nous disons que son rôle ne peut qu’être contre-révolutionnaire lorsque la contradiction éclate (phase insurrectionnelle).

je me posais la question de savoir si l'émission de la radio Sortir du capitalisme, Entre Macron et Mélenchon, les classes moyennes salariées tordait le texte de Hic Salta en affirmant :
Citation :
Loin de se contenter d’une dénonciation rituelle de l’interclassisme, cette émission vise à une analyse radicale des classes moyennes salariées et son rôle contre-révolutionnaire en tant que classe, mais dont des membres peuvent devenir révolutionnaires – avec Alain de Carbure.

c'est donc non. De même qu'Astarian, dans Les bidonvilles forment-ils une planète à part? IV.1, définit ainsi le prolétariat comme classe de la révolution, du point de vue de la subjectivité :

Citation :
Du point de vue de la subjectivité révolutionnaire, le prolétariat est la classe de ceux qui sont sans réserve face aux capitalistes, et qui ne peuvent se reproduire qu’en vendant leur force de travail. Le prolétariat est la classe qui regroupe ceux qui sont contraints de s’insurger pour assurer leur reproduction immédiate quand le capital entre en crise et cesse d’acheter la force de travail.

... de même la classe moyenne salariée, en raison de ses marges de (sur)salaire, est contre-révolutionnaire.
En un mot elle n'a pas que ses chaînes à perdre

d'une part on est dans le "syllogisme prolétarien du prolétariat" critiqué par Christian Charrier (La Matérielle), d'autre part il est posé que "sans réserve", cette classe s'insurgerait, car elle y serait "contrainte" et ça, on n'en sait rien. À la limite, aujourd'hui, les "expulsés" (Saskia Sassen), sortis de l'exploitabilité, devraient s'insurger, pourtant ils ne font pas plus la révolution que le prolétariat des communisateurs

dans 3), retour sur la distinction entre paupérisation et prolétarisation, et là pas de problème :


Citation :
On peut légitimement parler de prolétarisation seulement lorsque le sursalaire passé (celui des parents) a été cramé et la possibilité d’un sursalaire présent ou à venir aussi.

dans 4) il est répondu à des suppositions fantaisistes de Ben Malacki, pas de problème

dans 5)

Citation :
La citation marxienne «le prolétariat est révolutionnaire ou n’est rien» peut paraître radicale ou provocante, mais théoriquement elle est fausse, tout simplement parce le prolétariat non révolutionnaire est bel et bien quelque chose.
la situation actuelle, ou même depuis un demi-siècle, montre assez que « le prolétariat non révolutionnaire est bel et bien quelque chose ». Par contre la phrase exacte de Marx, tirée de saLettre à J.-B. Schweitzer, 24 janvier 1865, est :
Citation :
La classe ouvrière est révolutionnaire ou n'est rien.
elle est souvent sorti de son contexte et de le son sens à l'époque pour Marx dans sa logique programmatique (Le Manifeste, etc.) : soit le prolétariat agit réellement comme classe, c'est-à-dire qu'il révèle ses intérêts, son programme, lorsqu'il s'organise en parti, soit il n'existe pas comme classe. Il est clair qu'à l'époque de Marx et à la nôtre, la classe ouvrière n'est pas rien en soi, de par sa situation exploitée. Si on veut à tout prix utiliser cette phrase aujourd'hui, c'est dans le sens de la constitution en classe (pour soi) du prolétariat comme sujet révolutionnaire, sens que j'ai retenu dans mon livre en 1.7. le problème actuel et futur de la composition et constitution d'un sujet révolutionnaire comme classe communiste de la révolution : la classe communiste se constitue comme révolutionnaire ou elle n'est rien

8 )

Citation :
Ben Malacki : « Le prolétariat est révolutionnaire ou il est classe moyenne ».
NON. Le prolétariat est toujours le prolétariat, notamment lorsqu’il n’est pas révolutionnaire. Même au niveau des luttes quotidiennes il ne se confond pas avec la CMS, bien qu’il puisse – comme nous le disons – converger avec elles sur la base d’intérêts communs. Mais attention, parler d’une convergence objective entre prolétariat et CMS, signifie que les deux classes agissent en tant que classes propres du MPC. De ce point de vue, il faut bien distinguer ce qui relève de l’action en tant que classe et ce qui relève d’une conduite à peu près individuelle. Des prolétaires peuvent participer à un mouvement de la CMS sans pour autant se manifester en tant que classe; l’inverse peut advenir aussi. Le fait que des individus d’une classe suivent le courant de l’autre classe ne fait pas apparaître leur propre classe en tant que telle dans le mouvement général.

Pour revenir au problème initial: la «désertion de classe» est un phénomène marginal, tant du point de vue sociologique que historique. D’où la méfiance que doit susciter toute forme de «possibilisme» au sujet des classes moyennes (ancienne ou salariée). Pourquoi cet étrange besoin d’en «sauver» au moins une partie pour la révolution ? Dire que le prolétariat des luttes quotidiennes est, lui aussi, classe moyenne ne revient-il pas à dire que la classe moyenne n’est, en fait, qu’une couche du prolétariat ? C’est un point de vue qui doit arranger certains activistes. Le détournement de citation de Marx «le prolétariat est révolutionnaire ou n’est rien» n’est pas plus juste que sa version d’origine. Non : le prolétariat (révolutionnaire ou non) existe, la CMS aussi. Nous en sommes là.

la version d'origine de Marx est juste dans son sens en contexte bien compris. Quant à la chute, oui, nous en sommes là. Nous en sommes là et rien n'existe plus pour affirmer le prolétariat, ou la classe ouvrière, comme sujet révolutionnaire

maintenant, pour critiquer un texte, il ne faut pas regarder seulement sa cohérence interne, car là pas de problème, on ne peut que suivre Hic Salta, à condition de ne voir que ce dont ils parlent. Je l'ai dit, des millions de gens qui ne sont ni ouvriers ni prolétaires ont des intérêts objectifs à sortir du capitalisme, donc à faire la révolution, parce qu'ils y sont confrontés directement au péril de leur santé ou de leur vie (pollutions, extractivisme, viols, racisme...). Ils ne la font pas davantage que le prolétariat, et tout le problème est celui de la constitution en classe de cet ensemble, objet de mon livre du capitalisme à la communauté humaine, UNE CLASSE pour LA RÉVOLUTION, théorie communiste des luttes ouvrières, féministes, décoloniales et écologistes

parvenu à la fin de ce texte de Hic Salta, et comme je le disais à la publication du premier épisode le 4 juin :

Patlotch a écrit:
un feuilleton à suivre, donc. Plutôt que faire des remarques au fil des livraisons, il me semble nécessaire d'attendre la publication complète. Dans ce type d'approche, les "résultats" même "provisoires" éclairent généralement le raisonnement entier. Sans préjuger de réflexions intéressantes car rigoureuses, auxquelles nous a habitué Bruno Astarian, je ferai quelques observations à ce stade :

- l'étude part d'un présupposé quasi déterministe, « le contexte d’une révolution communisatrice », dont je pense que rien dans les contradictions actuelles du capitalisme ne permet de le poser, sinon comme hypothèse parmi d'autres, raisonnement par l'absurde : puisque le capitalisme aura bien une fin, ce doit être par une révolution du prolétariat... Avec la théorie de la communisation, on n'est jamais loin de la tautologie, ni de la religion. C'est au fond la question que posait déjà en 2003 Christian Charrier, ex compagnon de route de Théorie Communiste et Bruno Astarian (BA/Hic Salta), avec ce qu'il appelait le syllogisme marxien du prolétariat

- c'est légitimement dans le cadre de cette théorie que BA et RF sont fondés à saisir « la nature de ces luttes [de la classe moyenne] et leurs rapports avec celles du prolétariat qui sont notre préoccupation centrale ». C'est au demeurant la même démarche qu'a adopté R.S, de Théorie communiste, dans La classe moyenne en elle-même, [mais eux ajoutent depuis 2008 la contradiction de genre]

dans les circonstances présentes, la question essentielle à laquelle est confrontée la théorie de la communisation est sa définition du prolétariat universel comme sujet révolutionnaire par son activité dans une future crise de reproduction du capital mondial : rien ne l'annonce aujourd'hui, et la communisation n'a plus de base concrète vérifiant ses "résultats", qu'elle se refuse pourtant d'interroger

- quand les auteurs affirment « Les résultats auxquels nous parviendrons en chemin doivent être considérés comme provisoires et ouverts à discussion », ils enferment donc le débat entre communisateurs, comme toujours, puisque leurs présupposés communs ne sont pas discutables

ajoutons que le début du texte le faisait pressentir, dans 3 – Pour une définition marxienne de la CMS
Citation :
C’est à partir d’une définition marxienne de la classe moyenne salariée qu’il devient possible de comprendre les aléas de ses luttes, ainsi que les rapports entre celles-ci et les luttes du prolétariat, quotidiennes ou insurrectionnelles.
la classe moyenne étant définie par rapport au prolétariat révolutionnaire, il ne s'agissait plus que d'en donner une définition sur mesure

« l’essence humaine n’est pas une abstraction inhérente à l’individu isolé. Dans sa réalité, elle est l’ensemble des rapports sociaux.» Marx, Thèses sur Feuerbach, 1845

l'ensemble des rapports sociaux, ce ne sont pas que les rapports sociaux de production, et là il faut discuter Marx aussi

je poursuivrai dans le cadre des questions que posent mon livre, sous l'angle de ce que sont les "rapports sociaux", de production et d'exploitation, de pouvoir et de domination, de sexe, de race, et les rapports sociaux à la nature, tous rapports sociaux posant la nécessité de sortir du capitalisme, civilisation en crise, mais rapports sociaux dont ne parle pas Hic Salta

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patlotch



Messages : 652
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: "CLASSES MOYENNES" : encadrement, prolétarisation, interclassisme, prolophobie   Mer 13 Sep - 9:03


bien qu'il ne soit pas possible de l'opposer au texte théorique de Hic Salta (remonter dans les commentaires ci-dessus), cet article du monde pointe la difficulté à cerner le concept de classe moyenne. Ce qu'on peut affirmer, c'est que l'utiliser au singulier, la classe moyenne, d'une part ne correspond à rien, même si on l'oppose à prolétariat, d'autre part renvoie à l'idéologie dominante voulant faire accroire à tous les salariés hormis les plus en bas qu'ils en sont. Dans tous les cas c'est une catégorie à haute teneur idéologique


Qu'est-ce que la classe moyenne ?

Delphine Roucaute et Samuel Laurent Le Monde 18.09.2014


Sur la plage de Ouistreham, le 20 août. AFP/CHARLY TRIBALLEAU

Ce concept de « classes moyennes » date des « Trente Glorieuses » et correspond à l'émergence, entre classes populaires et classes aisées, d'une catégorie de la population ni riche ni pauvre. [c'est donc un concept que ne pouvait avoir Marx, d'où la difficulté de l'inscrire dans le cadre de ses écrits, sauf déshistorisation. Quand Hic Salta prétend la théoriser dans une 3 – Pour une définition marxienne de la CMS, c'est un non-sens, puisqu'on qualifie de marxien ce qui a relève de Marx, distinct de marxiste, ce qui s'en est suivi dans son héritage]

désolé, l'article comporte des graphiques non copiables :


Citation :
- "Classe moyenne" en terme de salaire net mensuel (en 2011)
Si on prend la seule variable du salaire net (temps complet, secteur privé), on se situe dans la "classe moyenne" lorsqu'on gagne entre 1559 et 2556 euros nets par mois. [plus bas une autre définition donne 3000€ bruts de moyenne]
- La "classe moyenne" en terme de revenu disponible
Si on prend les 50 % situés entre les 30 % les plus pauvres et les 20 % les plus riches, voici les valeurs obtenues en terme de revenu "disponible", impôts directs déduits. Le dernier décile (D10), correspondant aux revenus les plus élevés, n'est pas représenté sur ce graphique. Choisissez dans l'onglet un type de ménage.

Citation :
Comme à chaque réforme fiscale, politiques de tout bord, mais aussi lecteurs et commentateurs s'écharpent autour de la notion floue de « classe moyenne ». Et tout le monde cherche à savoir si la réforme profitera aux classes moyennes où si elles en seront les « sacrifiées ». Mais finalement, c'est quoi, la « classe moyenne » ? Et qui en fait partie ?

1. Un concept flou

Ce concept de « classes moyennes » ne date pas d'aujourd'hui, mais des « Trente Glorieuses ». Il correspond à l'émergence, entre classes populaires (ouvriers, employés, agriculteurs) et classes aisées (patronat et cadres supérieurs), d'une catégorie de la population ni riche ni pauvre : cadres intermédiaires, techniciens, fonctionnaires, etc.
Depuis le début des années 1980, cette classe moyenne se vit comme en déclin. Droite comme gauche dénoncent qui son étranglement par la fiscalité et le fait qu'elles ne bénéficient pas d'aides sociales ; qui leur paupérisation et le risque de les voir basculer dans la pauvreté.
Mais, au final, personne ne prend le temps de rappeler quelles sont les bornes qui définissent la « classe moyenne ».
Il existe plusieurs définitions de ce concept : par catégories socioprofessionnelles ou par écarts de revenus. Certains l'estiment à la tranche qui va de 70 % à 150 % du revenu médian, par exemple.
Une définition par essence incomplète : il faudrait aussi prendre en compte le patrimoine [c'est le problème des réserves en cas de perte ou forte baisse de salaire, paupérisation sans prolétarisation], le nombre d'enfants, etc.
2. 50 % des salaires se situent entre 1 560 et 2 569 euros net par mois
Premier moyen d'approcher la réalité de la « classe moyenne » : le salaire. C'est, encore une fois, partiel, puisque bien d'autres variables rentrent en ligne de compte : patrimoine, composition du foyer, lieu d'habitation, etc.
Parmi les nombreuses définitions existantes, on peut retenir celle des déciles. Le concept de déciles est utilisé notamment par l'Insee. Il consiste à diviser la population en dix « tranches » égales. Pour les revenus, on va ainsi estimer que le premier décile réunit  ceux qui sont au-dessous de 10 % des salaires, et le neuvième ceux qui sont sous 90 % des salaires.
On peut avoir une première approche assez lisible en partant du postulat, retenu par certaines études, par exemple celles de l'Observatoire des inégalités, que la classe moyenne représente la moitié de la population qui n'est ni dans les 30 % les plus pauvres ni dans les 20 % les plus riches.
Voici ce que cela donne en termes de salaires net (en 2011, dernières données disponibles). Encore une fois, le calcul est partiel, puisqu'il n'intègre pas les autres revenus éventuels. Néanmoins, il donne une idée parlante : 30 % de la population gagne moins de 1 428 euros net par mois. Et 80 % moins de 2 569 euros par mois. Ces deux bornes situent donc la « classe moyenne » en termes salariaux. En deça, on est dans les 30 % les plus pauvres ; au-delà, dans les 20 % les plus riches.

Encore une fois, on est ici dans une approche très partielle, puisqu'il existe moult autres variables importantes. Essayons donc d'affiner.

3. Salaires et « niveau de vie »

L'Insee utilise en général la notion de déciles appliquée non au simple revenu mais au « niveau de vie ». Celui-ci se calcule comme suit : On définit le revenu disponible d'un ménage, c'est-à-dire l'ensemble de ses revenus (activité, patrimoine, aides sociales), moins les impôts directs (sur le revenu, l'habitation, le patrimoine, CSG, CRDS)
On le rapporte au nombre d'unités de consommation : dans un ménage, on compte une unité de consommation pour le premier adulte, 0,5 pour tous les autres membres âgés de 14 ans ou plus, et 0,3 pour les enfants de moins de 14 ans. Ce calcul permet d'être précis. Il a l'inconvénient de ne pas être des plus lisibles. Nous travaillons à vous proposer une calculatrice interactive pour vous permettre d'estimer dans quelle part de la population vous vous situez.
Pour en revenir aux déciles, il s'agit donc de la catégorie comprise entre D4 et D8. Voici ce que cela donne, traduit en graphe. On parle ici de « revenu disponible », donc impôts directs déduits, et ramenés à une échelle mensuelle.

4. Une « hyper classe moyenne » ?


Les économistes Eric Maurin et Dominique Goux, qui ont écrit en 2012 Les Nouvelles Classes moyennes (Seuil), donnent une autre définition : pour eux, la France verrait aujourd'hui l'émergence d'une « hyper classe moyenne », située au carrefour de la bourgeoisie et du prolétariat, une sorte de passage obligé vers l'ascension sociale.
C'est pourquoi ils en donnent une définition large, qui regrouperait environ 60 % de la population active.
Les auteurs déconstruisent avant tout le mythe d'un déclassement général de la classe moyenne, les « déclassés » représentant environ 13,5 % de ce groupe, contre 46 % de promus ouvriers et employés.
Globalement, la classe moyenne recruterait de plus en plus parmi ces rangs depuis les années 1980. Surtout, les auteurs notent que le nombre de personnes proches du revenu médian s'accroît, parallèlement au sentiment d'appartenance à une classe moyenne dont les contours restent malgré tout flous.

5. Les « 40 % du milieu » ?

Encore d'autres classifications existent, comme celle élaborée par Camille Landais, Thomas Piketty et Emmanuel Saez dans Pour une révolution fiscale (Le Seuil, janvier 2011).
Selon les économistes, qui se basent sur la répartition des revenus en 2010, les classes moyennes représenteraient 20 millions de personnes touchant un revenu mensuel brut de 3 000 euros en moyenne, et de 35 000 euros annuels.
Les auteurs précisent bien que l'estimation de la répartition des revenus permanents est basée sur la répartition au sein de la population de 18 à 65 ans travaillant à au moins 80 % du plein-temps.
D'après cette étude, les classes populaires représenteraient de leur côté 50 % des plus pauvres gagnant 1 500 euros par mois en moyenne, soit 25 millions de personnes.
Les classes aisées, enfin, seraient les 10 % les plus riches (5 millions de personnes) touchant en moyenne 8 600 euros par mois. A noter que les auteurs distinguent bien, au sein de cette dernière catégorie, les « classes moyennes-aisées », soit 4,5 millions de personnes, des « classes très aisées », soit 0,5 million de personnes.

on note sans peine que toutes ces définitions se contredisent, et qu'elles n'ont évidemment rien de marxistes, puisque n'y entre jamais la place dans les rapports de production, même si, pour moi, ce ne peut être le seul critère

quant au flou de la définition du prolétariat, et à ses aspects contradictoires que j'ai montrés dans les écrits sur la communisation (prolétariat sujet révolutionnaire ou classe des sans réserve contraints de travailler), je conseille pour le plaisir la discussion concernant la les définitions de wikipédia : Définition du prolétariat. Discussion. Si le niveau théorique n'en est pas surlecutant, cela a au moins un mérite : aujourd'hui, un texte théorique qui ne définit pas son usage de prolétariat est incompréhensible au commun des mortels. Je rappelle que le mot est devenu hors d'usage ou mis à toutes les sauces : prolétariat actualités Google. Je pense que ça n'a aucune importance pour ceux qui l'utilisent dans leurs incantations révolutionnaires, et que se poser des questions sur ce qu'il signifie  conduiraient à quelques doutes ceux qui ont pour devise : doute de rien !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patlotch



Messages : 652
Date d'inscription : 22/04/2017

MessageSujet: Re: "CLASSES MOYENNES" : encadrement, prolétarisation, interclassisme, prolophobie   Ven 15 Sep - 11:28


complété du 12 septembre


« quelle importance pour la suite ? »

dans la discussion sur le texte Hic Salta ci-dessus

PP a écrit:
dndf 12/09/2017 à 17:19 | #1

Toujours surpris qu’on cherche à tout prix quand et ou la CMS pourrait rejoindre le prolétariat, jeter ses oripeaux capitalistes, comme si cela avait une grande importance pour la suite.

Si on est d’accord pour dire que la CMS c’est cette catégorie sociale, créée par le Capital pour gérer, encadrer, former, enfermer, soigner, surveiller et j’en passe la force de travail que la bourgeoise (ou la classe aux affaires ici ou là) seule ne peut plus gérer dans la sophistication du rapport de classes à travers l’histoire, alors une seule alternative: soit la crise n’est pas assez profonde pour qu’elle se saborde et elle va défendre son rôle donc la pérennité du rapport, soit la crise fait tout péter et y’a plus de catégories….donc plus de problème. On se contre fout que certains individus de la bourgeoisie ait réellement rejoint le prolétariat (Engels par exemple). Personne n’a jamais cherché à en faire un point de réflexion théorique.

La seule question, peut être, réside dans ce phénomène massif que pratiquement TOUS les théoriciens et activistes des milieux révolutionnaires dans lesquels nous marinons sont soit issus soit membres de la fameuse CMS. C’est peut-être pour cela, d’ailleurs qu’on s’y intéresse autant…

quelques remarques :

- « CMS (classe moyenne salariée) c’est cette catégorie sociale...»
parler de catégories sociales et les appeler classes est déjà problématique, on l'a vu chez Marx, alors que celles qu'il définit sont mieux cernées* que chez Astarian, la classe moyenne salariée supposant une classe moyenne non salariée, professions libérales, indépendants, auto-entrepreneurs, commerçants, artisans, artistes... pas forcément riches et n'appartenant pas en masse à la couche moyenne supérieure en termes de revenus

il y a près de 3 millions d'emplois non salariés en France, 3,8 millions de précaires, 3,7 millions de chômeurs, 11,7 millions d'inactifs, pour 29,2 d'actifs. D'origine, d'emploi ou sans, ils appartiennent à toutes les classes ou catégories sociales


wikipédia a écrit:
Karl Marx dans ses analyses de la société industrialisée a mis en évidence l'existence de classes sociales, groupements d'individus partageant des intérêts communs. Le nombre de ces classes sociales ne fut pas strictement défini. Cela dépend de ses ouvrages et de l'époque de leur rédaction. Le nombre considéré variait de trois à sept. Dans son ouvrage Les Luttes de classes en France, il définit sept classes sociales :

- l'aristocratie financière
- la bourgeoisie industrielle
- la bourgeoisie commerçante
- la petite bourgeoisie
- la paysannerie
- le prolétariat
- le sous-prolétariat

Mais Marx a toujours considéré que les deux classes les plus importantes étaient le prolétariat, et la bourgeoisie capitaliste (propriétaire des moyens de production), qui sont les deux pôles antagonistes acteurs de la lutte des classes dans la société industrialisée [...]

pour moi, faire de la CMS une classe ne se justifie que relativement au prolétariat révolutionnaire en tant que classe, pour lui en opposer une qui « ne peut être que contre-révolutionnaire en tant que classe » (Hic Salta), c'est de la systématicité prolétarienne qu'est déduite cette construction théorique, et cela frise l'essentialisme perçu par Christian Charrier, qui posait la question en 2003 :

Citation :
NOS TACHES THEORIQUES DANS L’EPOQUE

§ 21 – « La lutte de classe n’est pas “magique”, sauf peut–être pour un esprit religieux ». On peut comprendre aujourd’hui qu’elle n’est pas procès d’effectuation du sens révolutionnaire du Prolétariat, dans son autonomie, sa subjectivité ou sa contradiction avec le capital. Alors il faut aller désormais jusqu’au bout de la logique que nous impose l’époque présente et en affronter les conséquences en se posant deux questions :

1) Comment une chose telle que la théorie de la révolution communiste est–elle seulement encore possible, après la caducité théorique du Sujet prolétarien, moyennant la disparition de l’existence réelle de la classe prolétaire comme sujet politique ? [...]

La Matérielle n°3, page 44

- « soit la crise fait tout péter et y’a plus de catégories… donc plus de problème »
effectivement, le problème étant tout de même la constitution en classe d'un sujet révolutionnaire

- « On se contre fout que certains individus de la bourgeoisie ait réellement rejoint le prolétariat  »

de la bourgeoisie, ils sont plutôt rares, des couches moyennes, de moins en moins et donc on ne s'en fout pas. Mais cela repose le problème de la constitution en classe révolutionnaire, celui de savoir sur quelle base tel individu « rejoint le prolétariat ». Pour moi, ces individus ne le rejoignent pas tant comme pôle révolutionnaire par excellence, qu'ils ne sont face au capital sur la base de leurs propres situations, qui ne se réduit pas à être de la classe moyenne (les femmes notamment, la question écologique, des raisons psycho-sociales diverses dont relève l'individu Engels et bien d'autres, « un point de réflexion théorique » de moins en moins anodin, vu le nombre de vrais petits-bourges investis dans l'activisme théorique ou pratique cf plus bas). Ma thèse est que des catégories sociales, non constituées en classes pour autant, peuvent participer de ce mouvement

- « ce phénomène massif que pratiquement TOUS les théoriciens et activistes des milieux révolutionnaires dans lesquels nous marinons sont soit issus soit membres de la fameuse CMS. C’est peut-être pour cela, d’ailleurs qu’on s’y intéresse autant…»

comme cadre moyen non-titulaire dans la fonction publique, j'en étais, comme retraité aussi. Mais n'en étant pas issu, c'est peut-être pour cela que je ne m'y intéresse pas autant  scratch

on peut ajouter que la plupart connaissent très mal les milieux du travail des grandes branches d'activités, à part la fonction publique et surtout l'éducation nationale, la santé, les services sociaux, la "culture". Les théoriciens s'appuient sur les sociologues et les statistiques nationales d'État

toujours dans la discussion de dndf

B. a écrit:
14/09/2017 à 11:19 | #2
Toujours surpris que l’utilisation du terme « classe moyenne » passe comme une lettre à la poste, même « salariée ». Il me semble préférable de retourner du côté de Bihr et voir ce qu’on peut faire à partir de la notion d’encadrement de la production et de la reproduction et comment la structure idéal-type du « mouvement social » en est affectée, « mouvement social » en pleine décomposition cela dit, c’est pour ça que les mécanismes sont plus simples à percevoir. Parce que la « CMS », si on écoute Carbure dans Sortir du capitalisme, c’est quasiment un parti politique maintenant… « Blanche » qui plus est. Un couple avec deux smics pour un enfant y est considéré comme « privilégié ». En plus ils sont valides… Avec ce concept, on est étonnamment passé de l’analyse à la glose politicarde en seulement quelques mois.

tout de même, la classe de l'encadrement de Bihr a bien vieilli

« glose politicarde », c'est vite dit, mais c'est peut-être ce qui explique l'étrange succès de l'émission de Sortir du capitalisme chez Paris-Luttes.Info* sur ce texte de Hic Salta, avec le même AC de Carbure. Cela dit sur la race, on ne sera pas d'accord. Voir, sur l'autre commentaire de B., 'RACES' et rapports de CLASSES
* qui n'a toujours pas accepté de publier l'info sur mon bouquin

15 septembre


Pepe a écrit:
15/09/2017 à 11:08 | #3
@B.
Pas d’accord. Outre le fait que l’appellation n’a pas une importance majeure, me semble t-il, « classe moyenne » présente l’avantage de situer cette classe entre les deux classes efficaces du rapport (au sens de la mécanique du moteur de l’histoire), et « salariée » l’avantage de sortir sociologiquement de cette définition la boutique, le petit patron individuel, le travailleur indépendant, etc, etc…
De cette façon, on a bien, dans l’histoire du travail, une délégation par la classe dominante, celle des non travailleurs (famille, chef de tribu, maître, seigneur, patron, conseil d’administration…), de l’encadrement du gigantesque processus d’extorsion du surtravail (seule source de la richesse) à une catégorie supplétive, constituée à partir de la classe des travailleurs, au même titre que la domination, la surveillance et la gestion du ventre des femmes, seule source des « travailleurs », sont confiées à tous les hommes et à chacun d’eux.

au temps pour moi, j'ai mal interprété la différence que faisait Pepe entre classe et catégorie sociales. D'une part on appréciera « la mécanique du moteur de l’histoire / entre les deux classes efficaces du rapport », pas déterministe non : avec ce moteur-là, le capital peut rouler longtemps. D'autre part qu'en dehors de la classe moyenne salariée, il n'y aurait que le petit patron et le travailleurs indépendant, certes, mais roulant sur l'or de rapports capitalistes (voir plus haut) ? Sur un tel sens de l'observation même Marx doit se retourner dans sa tombe !

de même concernant les fonctions de cette « classe moyenne » réduites à celles de l'encadrement : il faudrait peut-être, de temps en temps, mettre les pieds dans une boîte et observer comment fonctionnent les relations de travail, et ce que font réellement lesdits "cadres". Vrai que si l'on a  déjà, les yeux fermés, LA structure la plus simpliste possible, à quoi bon vérifier qu'on ne la trouve pas la réalité ? Mais Pepe ne serait-il pas travailleur libéral indépendant ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
"CLASSES MOYENNES" : encadrement, prolétarisation, interclassisme, prolophobie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» UE - Comment l'Europe a permis la paupérisation de ses classes moyennes - Le Figaro
» RENTREE DES CLASSES
» Mixité dans les classes primaires
» CFM - NOS PHOTOS DES CLASSES et UNIQUEMENT
» Rentrée des Classes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PATLOTCH / NOUVELLE THÉORIE du COMMUNISME et de la RÉVOLUTION :: ENTRÉES THÉMATIQUES : CAPITALISME, MONDE, COLONIALITÉS... LUTTES :: CLASSES et CAPITAL comme économie politique/exploitation du prolétariat-
Sauter vers: